13 °C Correct Rabat

Actualités
Lundi 29 Septembre 2014

11-ème édition des Assises du tourisme

Synthèse vocale
 11-ème édition des Assises du tourisme

Les résolutions et engagements de la 11-ème édition des Assises du tourisme

Les professionnels et acteurs publics et privées du secteur du tourisme, réunis lundi dernier dans le cadre des 11-èmes Assises du tourisme, se sont mis d'accord sur des engagements portant essentiellement sur la gouvernance de la Vision 2020, l'accélération du rythme d'investissement et de financement du secteur, la promotion et la commercialisation de la destination Maroc et le capital humain. 

Le ministère du Tourisme a indiqué, dans un communiqué rendant compte des résolutions et engagements pris lors de ces Assises, que pour assurer le pilotage stratégique de la Vision 2020 et renforcer la légitimité institutionnelle du secteur et garantir la meilleure exécution des stratégies et plans d'actions de la Vision, il a été annoncé l'accélération de la mise en place de la Haute Autorité du Tourisme (HAT) à l'horizon 2015. 

Dans le cadre des engagements actés pour la dynamisation de l'investissement et de financement du secteur, il a été également annoncé la création d'un comité Azur, qui veillera à l'accélération de la cadence de réalisation des stations du plan Azur, et d'un Fonds de garantie dédié au financement bancaire pour soutenir les porteurs de projet, ainsi que l'adoption en octobre des textes relatifs à la mise en place des Sociétés d'Investissement Immobilier cotées (SIIC) et des Organismes de placement collectifs immobilier (OPCI). 

Un accent particulier a été également mis sur la finalisation de la réflexion sur les modalités de la mise en place des primes à l'investissement dans le cadre de la nouvelle charte, l'harmonisation et la simplification des taxes parafiscales et locales et le rallongement de la durée d'exemption de la TVA sur l'achat des produits locaux, le tous dès la prochaine année. 

L'axe relatif à la promotion et la commercialisation de la destination Maroc a fait l'objet d'un certain nombres de résolutions, portant essentiellement sur la dotation de l'ONMT, à partir de 2015, d'un budget suffisant pour renforcer les activités de promotion et de commercialisation de la destination Maroc, ainsi que l'accélération de la mise en place des fonds régionaux pour le développement de la promotion touristiques des territoires. 

Pour ce qui est du Tourisme interne, les participants aux Assises du tourisme ont décidé d'approfondir la réflexion sur les modalités de mise en place de la carte vacances, afin de contribuer à l'amélioration du budget de voyage des touristes marocains et de mettre en place à partir de la rentrée scolaire 2015/2016 de vacances scolaires régionalisées pour booster le tourisme national. 

Il a été recommandé également dans ce cadre l'accélération de l'émergence d'acteurs structurés au niveau de la distribution avec pour objectif de lancer des Tours opérateurs Nationaux (TO marchés émergents, TO tourisme Interne etc ), en mesure de participer à l'effort de commercialisation de la destination Maroc. 

Par ailleurs, le capital humain sera renforcé durant la période 2015- 2020 par la mise en place et le déploiement de la charte des ressources Humaines du secteur du tourisme, pour permettre une meilleure attractivité (gestion des carrières, motivation du personnel, conventions collectives ). 

La 11-ème édition des Assises du tourisme a réuni lundi à Rabat plus de 1.000 participants, dont des représentants du secteur public et des opérateurs touristiques privés nationaux. Elle a été rehaussée par la présence du chef du gouvernement M. Abdellihah Bekirane, de plusieurs ministres, du secrétaire général de l'Organisation Mondiale du Tourisme, M. Taleb Rifae, du ministre espagnol de l'Industrie, de l'Energie et du Tourisme, M. José Manuel Soria Lopez, et de la ministre tunisienne du Tourisme, Mme Amel Karboule.

Tourisme : les investisseurs montrent un intérêt grandissant au Maroc (président de la SMIT)

Les investisseurs touristiques montrent un "intérêt massif et grandissant" au Maroc et au potentiel dont il jouit, a affirmé le président du directoire de la Société marocaine d'ingénierie touristique (SMIT), Imad Berrakad.

"Le fait qu'on ait aujourd'hui à 59 milliards de dirhams d'investissements engagés est une chose très positive qui marque l'intérêt de ces investisseurs pour le Maroc", a indiqué M. Berrakad dans une interview en marge de la 11ème édition des Assises du tourisme.

Cet engouement est le résultat de la Vision 2020, une stratégie nationale "très viable" et plébiscitée par tous, et d'un grand travail fait durant les deux dernières années, a expliqué le président de la SMIT, une institution qui se charge de la promotion du produit touristique.

"Un grand travail a été fait durant deux années en terme de production de matières pour les territoires touristiques", a-t-il martelé, saluant toute l'ingénierie qui a été conçue, dans le cadre de la vision 2020, pour développer le positionnement et créer le produit touristique propres à chaque territoire.

Il s'est également réjoui du travail qui a été fait avec les régions, les collectivités locales et le privé pour "se mettre d'accord sur les projets à réaliser, le type de financement à mettre en place et le type de foncier réservé à ces projets".

Cet important travail de concertation, qui a été couronné par la signature des contrats-programmes régionaux, a donné lieu à un découpage territorial qui transcende les barrières administratives et permet aux régions de tirer profit de l'ensemble de leurs potentialités (sites naturels, patrimoine culturel, culture vivante etc. ), a souligné M. Berrakad.

Il a relevé la réalisation de projets "structurants et complémentaires" au niveau des territoires touristiques qui intéressent plusieurs segments, notamment le balnéaire, le culturel, l'écotourisme et les niches à forte valeur ajoutée.

Evoquant l'écotourisme, le président du directoire de la SMIT a indiqué que ce segment a "une place particulière" dans la stratégie touristique, faisant savoir que ce genre cible une clientèle bien définie.

L'écotourisme, qui a pour objectif de valoriser et préserver les ressources naturelles et rurales "nous permet d'avoir de l'animation dans les arrière-pays et attirera les touristes qui viennent aujourd'hui à certaines régions comme Marrakech-Al Haouz", a-t-il dit.

Dans cette dynamique du tourisme marquée par une concurrence acharnée au niveau international, "le rôle de la SMIT est de lancer des appels à manifestation d'intérêt, de ramener des investisseurs pour réaliser ces projets dans les meilleures conditions et dans les délais qui ont été inscrits dans les contrats programmes", a-t-il précisé.

Certes, d'énormes et inlassables efforts ont été fournis et des résultats positifs ont été réalisés, mais il y'a des challenges à relever, a-t-il avoué.

"Le challenge aujourd'hui est de terminer ce qui existe, notamment les stations inscrites dans le cadre du plan Azur, la valorisation des villes actuelles (Rabat, Casablanca, Tanger, Tétouan) qu'il faut encore développer pour en faire un fer de lance marocain et de diversifier le produit marocain, à travers le tourisme de niche", a poursuivi M.Berrakad.

La Société marocaine d'ingénierie touristique a été créée en 2007, suite à la fusion de la Direction des aménagements et des investissements avec la Société nationale d'aménagement de la baie d'Agadir (Sonaba) et la Société nationale d'aménagement de la baie de Tanger (Snabt).

Créée par la loi 10-07 publiée au bulletin officiel du 13 décembre 2007, la SMIT a pour missions la réalisation de la stratégie de développement du produit touristique du Maroc à travers la définition, le placement, l'exécution ainsi que le suivi des projets touristiques.

-Propos recueillis par: Soumia AL ARKOUBI-

Le Groupe Banque Populaire et l'ONMT signent un accord de coopération visant à promouvoir la destination Maroc auprès des MDM

Le Groupe Banque Populaire (GBP) et l'Office National Marocain du Tourisme (ONMT) ont signé, mardi à Casablanca, un accord-cadre de coopération visant à promouvoir la destination Maroc auprès de la communauté des Marocains du Monde (MDM).

En vertu de cet accord, signé en marge de la 11ème édition des Assises du Tourisme par le président du GBP, Mohamed Benchaaboun, et le directeur général de l'ONMT, Abderrafia Zouiten, les deux institutions s'engagent à mettre en commun leurs ressources et compétences afin de renforcer les actions de promotion du tourisme au Maroc auprès des MDM. 

La Banque de référence des MDM et l'ONMT conviennent, ainsi, de développer et de mettre en œuvre un programme de promotion visant à faire du Maroc la destination touristique privilégiée des concitoyens résidant à l'étranger et de leurs familles, indique un communiqué conjoint du GBP et l'ONMT. 

Selon les termes de cet accord-cadre, conclu pour une durée de trois années, l'ONMT s'appuiera sur la proximité que le GBP a installée au fil du temps avec les MDM, notamment à travers les campagnes commerciales et de communication qu'il organise tout au long de l'année, pour entreprendre des actions communes de promotion de la destination Maroc. 

Les premières actions du dispositif de promotion prévu dans le cadre de cette coopération, qui s'inscrit en droite ligne avec les Directives de SM le Roi Mohammed VI, seront déployées, dès le premier trimestre 2015, sous forme de jeux-concours en ligne et d'offres de services touristiques. 

Elles ambitionnent en premier lieu de renforcer davantage l'attachement des compatriotes résidant à l'étranger à la mère patrie. 

Le GBP, l'une des premières institutions bancaires du Royaume, est composé de 10 Banques Populaires Régionales (BPR) à vocation coopérative, de la Banque Centrale Populaire (BCP), organe central du Groupe sous forme de société anonyme cotée en bourse, de filiales spécialisées, de fondations et de banques et représentations à l'étranger.

Le GBP est présent dans 11 pays africains et 13 autres pays dans le reste du monde.

(01/10/2014)

La région, un levier important pour la mise en oeuvre de la politique touristique (responsable)

La région est un levier important pour la mise en oeuvre de la politique publique en matière du tourisme, a affirmé, lundi à Rabat, le Secrétaire général du ministère de l'Intérieur, Noureddine Boutayeb.

"La mise en oeuvre (de la politique touristique) doit se faire au niveau de la région", a indiqué M. Boutayeb, qui intervenait lors d'un panel sur "l'émergence des territoires touristiques", dans le cadre de la 11ème édition des Assises du tourisme.

"La région doit être le porteur du projet touristique et les Walis et représentants du pouvoir central, sous l'autorité du ministre, doivent veiller sur l'application de la politique publique et la territorialisation de cette politique", a-t-il souligné.

"La compétitivité à l'international ce n'est pas le territoire mais plutôt la région, qui se veut être le levier du développement socio-économique du pays, y compris le secteur touristique", a-t-il martelé.

Pour sa part, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, a indiqué qu'un territoire touristique "compétitif" requiert une capacité litière suffisante, une adéquation entre l'offre et la demande et une qualité des produits et services qui répond aux normes internationales.

Il a rappelé, dans ce cadre, la signature des contrats programmes régionaux, qui portent sur le développement des dessertes aériennes et la mise en valeur du capital humain, mettant l'accent sur la nécessité d'assurer une répartition équitable des fruits de la croissance touristique, qui a atteint 8 pc en 2013 et devrait s'élever à 9 pc en 2014, sur toutes les destinations du Royaume. 

Evoquant les enjeux liés au territoire, M. Haddad a jugé nécessaire d'avoir une taille critique, de diversifier les marchés, de prospecter de nouveaux segments au-delà du tourisme saisonnier et de renforcer les infrastructures et les équipements d'animation. 

Il a aussi plaidé pour la valorisation du patrimoine matériel et immatériel et le développement des arrières pays pour attirer les fans de l'écotourisme, relevant que la promotion du territoire touristique requiert le travail et la concertation des élus locaux et des professionnels. 

De son côté, le ministre de l'Equipement et du transport, Aziz Rebbah, a assuré que le secteur du transport est au service du développement touristique du Royaume, rappelant que le volume des investissements engagés dans les aéroports s'élève à 6 milliards de dirhams durant la période 2014-2018.

Le président du Conseil régional du tourisme de Marrakech, Hamid Bentahar, a, quant à lui, estimé que l'approche de développement touristique doit être adoptée en fonction de la maturité de chaque territoire, qui doit se doter d'un plan d'actions adéquat et innovant.

Il a mis l'accent sur la nécessité de différenciation des produits touristiques, se réjouissant de la dynamique exceptionnelle que connait le secteur privé dans le domaine et l'engouement des grandes sociétés internationales à s'installer au Maroc.

Les 11-èmes Assises du tourisme, qui ont réuni les représentants du secteur public et des opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers, visent à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l'ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur du tourisme marocain. 

Le programme de cette manifestation a été ponctué par deux panels traitant de "l'émergence des territoires touristiques" et du "financement et l'investissement dans le secteur du tourisme". 

Les 11èmes Assises du tourisme: Pour des mécanismes pragmatiques facilitant l'investissement touristique

Les participants à la 11ème édition des Assises du tourisme ont recommandé, lundi à Rabat, la mise en place de mécanismes pragmatiques visant à faciliter et redynamiser l'investissement touristique et redonner confiance aux banquiers pour le financement des projets touristiques. 

Ainsi, le ministre du Tourisme, M. Lahcen Haddad, a annoncé la création prochaine d'un Fonds de garantie de financements qui facilitera l'accès aux crédits, précisant que ce Fonds sera mis en place en partenariat avec le département des Finances, Bank Al Maghrib (BAM), la Banque mondiale et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM). 

A cet égard, un comité public-privé sera créé durant les semaines prochaines pour mettre en place ce Fonds, a-t-il indiqué, appelant à l'adoption des Organismes de placement collectif immobilier (OPCI), qui vont être cotés en Bourse, sachant que le texte juridique qui les régie est presque finalisé. 

Les participants au panel consacré au "financement et l'investissement dans le secteur du tourisme", ont proposé l'instauration, en 2015, de la prime à l'investissement dans le cadre de la charte de l'investissement. 

Intervenant lors de ce panel, la présidente de la commission d'investissement à la Confédération nationale du tourisme (CNT), Leila Haddaoui, a estimé qu'il est nécessaire de mettre en place une batterie de mesures pour stimuler l'investissement touristique, comme la prime à l'investissement, le financement bancaire, le Fonds de garantie de financement et la titrisation. 

M. Haddad a, par ailleurs, souligné l'importance de mener une étude sur la simplification des taxes parafiscales et locales et d'instituer une exonération de 36 mois de la TVA sur les produits achetés localement. 

Les intervenants ont mis l'accent sur la nécessité d'augmenter le budget alloué à l'Office national marocain de tourisme (ONMT), de généraliser les fonds régionaux de promotion touristique, de mettre en place des cartes prépayés vacances et de régionaliser les vacances scolaires. 

En matière de gouvernance, le ministre a fait savoir que le texte qui régira la Haute autorité du tourisme est en cours de préparation, plaidant pour la mise en place d'Agences de développement des territoires touristiques et pour le renforcement du rôle des Conseils régionaux du tourisme (CRT). 

Il a également appelé à l'accélération de la réalisation des plans Azur, relevant la mise en place d'un comité interministériel de suivi (ministères du Tourisme, de l'Intérieur et de l'Economie et des Finances). 

Dans ce même cadre, Mme Haddaoui, également présidente de l'Association nationale des investisseurs touristiques (ANIT), a mis l'accent sur l'impératif de finaliser les stations Azur et de développer les infrastructures d'animation et l'attractivité des destinations nature, soulignant l'importance de mettre en oeuvre les 15 contrats programmes régionaux pour redynamiser l'investissement touristique. 

De son côté, le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, a indiqué que l'investissement touristique est le fruit de l'intervention de l'Etat, en tant que régulateur, et du secteur privé, se réjouissant des progrès réalisés par le secteur depuis 2010, en dépit des chocs externes (épidémies et crises). 

"L'investissement doit se faire sur la base d'une approche globale", a estimé M. Boussaid, plaidant pour la mise en place de mécanismes d'investissement efficaces et pragmatiques, tels que les OPCI et les titrisations. 

Les 11-èmes Assises du tourisme, qui ont réuni les représentants du secteur public et des opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers, visent à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l'ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur du tourisme marocain.

M. Benkirane appelle à corriger les déficiences qui entravent le secteur touristique pour améliorer sa compétitivité

Le chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, a appelé, lundi à Rabat, à corriger les déficiences qui entravent la réalisation des résultats attendus du secteur, afin d'améliorer sa compétitivité aux niveaux national, régional et international. 

"Le secteur touristique, qui occupe une place vitale dans l'économie nationale, a connu une progression importante au cours des 15 dernières années", s'est réjoui M. Benkirane, qui intervenait à l'ouverture de la 11ème édition des Assises du tourisme, déplorant l'existence de déficiences qui entravent la réalisation des attentes du secteur, qui demeurent en deçà des ambitions du Royaume. 

La politique du Maroc dans le domaine du tourisme est "bonne", a souligné le chef du gouvernement, appelant les acteurs du secteur à prendre les mesures nécessaires pour relever les défis liés au développement de ce secteur vital. 

M. Benkirane a, dans ce sens, souligné la nécessité de mettre à niveau les édifices patrimoniaux à vocation culturelle, afin de répondre aux attentes des touristes et d'améliorer la compétitivité du secteur, pour faire face à la concurrence acharnée des autres destinations touristiques. 

Les 11-èmes Assises du tourisme ont connu la participation de personnalités étrangères de haut niveau, dont le ministre de l'Industrie, de l'Energie et du Tourisme espagnol, José Manuel Soria, qui a mis l'accent sur l'importance que revêt le secteur touristique au niveau mondial et sa contribution significative dans le développement socio-économique de plusieurs pays, rappelant que les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 5 pc en 2013, atteignant le chiffre record de 1,087 milliard.

Le ministre a noté que cette tendance positive s'est poursuivie au premier semestre 2014 avec une progression de 4,6 pc des arrivées de touristes internationaux, selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui prévoit une croissance de 4 pc à 4,5 pc pour l'année 2014. 

Evoquant le secteur du tourisme espagnol, M. Soria a rappelé qu'il a battu tous les records pour reprendre la 3ème place au niveau mondial en 2013, avec 61 millions d'arrivées, saluant, par ailleurs, les résultats positifs réalisés par le Maroc dans ce domaine, en se plaçant en tant que 1ère destination africaine à avoir dépassé le cap des 10 millions d'arrivées internationales. 

"Ces résultats montrent que le Maroc et l'Espagne ont des secteurs touristiques forts et consolidés, ayant des perspectives très positives", a estimé le ministre, qui a réaffirmé la détermination de son pays à mettre, à la disposition du Royaume, son expérience dans ce domaine, pour une meilleure réalisation de ses programmes touristiques envisagés. 

Pour sa part, le président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), Ali Ghannam, a rappelé que le Maroc, à travers sa vision 2020, vise à s'imposer comme une destination de référence en matière de développement durable dans le pourtour méditerranéen, soulignant la nécessité d'assurer une répartition équitable des fruits de la croissance touristique, qui a atteint 8 pc en 2013 et devrait s'élever à 9 pc en 2014, sur toutes les destinations du Royaume. 

Dans ce cadre, M. Ghannam a mis l'accent sur l'impératif d'accélérer la mise en place des organes de pilotage, dont la Haute autorité du tourisme, et de finaliser l'opérationnalisation des stations du plan Azur, principalement celles de Saidia et de Taghazout, afin de doter le secteur de plus de visibilité auprès des différents opérateurs nationaux et internationaux. 

Il a également noté l'urgence de renforcer le budget de la promotion, alloué à l'Office national marocain du tourisme (ONMT), afin de conforter la visibilité et la crédibilité du secteur touristique aux niveaux national et international, développer les actions de marketing et promouvoir l'offre aérienne nationale.

Les 11-èmes Assises du tourisme, qui ont réuni les représentants du secteur public et des opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers, visent à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l'ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur du tourisme marocain. 

Le programme de cette manifestation a été ponctué par deux panels traitant de "l'émergence des territoires touristiques" et du "financement et l'investissement dans le secteur du tourisme".

11-èmes Assises du tourisme: Signature de plusieurs conventions visant le développement du secteur du tourisme marocain

Plusieurs conventions visant le développement et la promotion du tourisme national ont été signées entre le gouvernement et les professionnels du secteur dans le cadre de la 11-ème édition des Assises du tourisme, qui s'est tenue lundi à Rabat. 

Il s'agit de la convention relative au programme du développement touristique rural, qui a pour objectif de créer des activités génératrices de revenus outre agricoles et de développer des projets à fort potentiel touristique.

Elle a été signée par le ministre du Tourisme, le ministre de l'Agriculture, le ministre de la Jeunesse et des sports, la ministre de l'Artisanat et de l'Economie sociale et solidaire, le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, la ministre chargée de l'Environnement et le président du directoire de la Société marocaine d'ingénierie touristique (SMIT). 

Il s'agit aussi de la convention pour l'aménagement des routes et circuits touristiques en milieu rural, qui vise à "définir le partage des responsabilités et les prestations afférentes à chacune des parties pour l'élaboration du programme d'aménagement des circuits devant desservir, désenclaver et améliorer l'accessibilité des sites touristiques dans les zones rurales, ainsi que la mobilisation des moyens pour sa mise en œuvre". 

En vertu de cette convention, le ministère du l'Equipement, du Transport et de la Logistique s'engage à assurer la réalisation d'études techniques et les dossiers d'appels d'offres afin de réaliser ce programme routier. 

Il œuvre avec le ministère du Tourisme pour mobiliser auprès des bailleurs de fonds et différents organismes les financements requis, alors que la SMIT s'engage pour sa part à accorder une priorité, dans le cadre de son plan d'action, à la promotion des projets touristiques situés au niveau des sites desservis. 

Les Assises du tourisme ont connu également la signature d'une convention relative à la mise en place d'un "mécanisme de promotion des énergies renouvelables et des mesures d'efficacité énergétique au service des produits touristiques". 

Ce mécanisme a pour objectif de permettre aux investisseurs et opérateurs touristiques de disposer du préfinancement de l'audit énergétique des entreprises et projets touristiques, ainsi que du financement et de l'accompagnement du programme d'investissement découlant de l'audit énergétique par une société de projet, créée par la Société d'investissement énergétique (SIE) et dédiée au secteur touristique. 

Cette convention a été signée par le ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, le ministre du Tourisme, le président de la SIE, le président de l'Agence de développement des énergies renouvelables, le président du directoire de la SMIT et le président de la Confédération nationale du tourisme.

Le ministère du Tourisme et le ministère délégué chargé de l'Environnement ont signé une convention de partenariat pour renforcer les paramètres environnementaux dans les projets et stratégies touristiques. 

Il a été également procédé à la signature d'une convention de partenariat entre le ministère du Tourisme et le ministère chargé de l'Eau pour l'utilisation des lacs et retenues de barrages à des fins touristiques. Cette dernière a pour but de mettre en place un cadre de concertation gagnant-gagnant entre les deux départements afin d'assurer une utilisation responsable des points d'eau à des fins touristique, ce qui permettra de consolider et diversifier l'offre touristique au niveau des territoires dont relèvent les points d'eau et créer de la richesse et des opportunités d'emplois aux populations environnantes. 

En ce qui concerne le capital humain, les Assises ont été marquées par la signature du contrat RH 2015-2020 qui formalise une stratégie globale d'accompagnement de la mise en œuvre de la vision touristique 2020 par la formation des ressources humaines qualifiées répondant aux besoins du secteur. 

Ce contrat a été signé par le ministre du Tourisme, le président de la Confédération Nationale du Tourisme, le ministre de l'Education Nationale, le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, le directeur général de l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail et le président de la Fédération Nationale de la Formation Privée. 

Il porte sur plusieurs axes, notamment le développement de la formation professionnelle et supérieure hôtelière et touristique, la mise en place d'un baccalauréat professionnel en hôtellerie et tourisme, ainsi que l'émergence de huit centres de formation professionnelle d'excellence. 

Une convention pour la création de l'Ecole Supérieur de Management Hôtelier (ESMH) a été aussi signée pour définir les conditions et les modalités de partenariat pour la création et la mise en place de cette école à Tamensourt. 

La 11-ème édition des Assises du tourisme a réuni des représentants du secteur public et des opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers. 

A cet égard, deux axes majeurs ont été débattus dans le cadre de cette manifestation, à savoir "l'émergence des territoires touristiques" et "le financement et l'investissement dans le secteur du tourisme".

La séance d'ouverture s'est déroulée en présence du chef du gouvernement, de plusieurs ministres, de personnalités étrangères de haut niveau et d'opérateurs du secteur nationaux et étrangers.

Vision 2020: Huit nouveaux territoires en vue pour plus de visibilité dans le secteur du tourisme

Le Maroc sera doté, dans le cadre de la vision 2020, de huit territoires touristiques cohérents, attractifs et présentant la masse critique nécessaires, en termes de capacités d'hébergement, d'actifs touristiques et de desserte aérienne, pour disposer d'une visibilité internationale et accéder au statut de destination à part entière. 

Il s'agit de "Souss-Sahara Atlantique" , "Maroc Méditerranée", "Marrakech Atlantique", "Maroc centre", "Cap Nord", "Centre Atlantique", "Grand sud Atlantique" et "Atlas Vallée" , huit régions à travers lesquelles le Maroc entend diversifier son offre touristique, concentrée actuellement sur deux destinations, Marrakech et Agadir, qui totalisent à elles seules près de 70 pc des nuitées internationales. 

Ce découpage permet aux régions choisies de tirer profit de l'ensemble de leurs potentialités : sites naturels, patrimoine culturel, culture vivante, des actifs qui n'ont pas été suffisamment exploités jusqu'ici et qui ont été à la base de l'élaboration de la vision 2020. 

Dans ce cadre, deux territoires vont valoriser les littoraux, atlantique et méditerranéen, de l'offre balnéaire Maroc. "Souss-Sahara Atlantique" rassemblera les sites d'Agadir, y compris son arrière-pays (Tafraoute, Imouzzer Ida Outanane ), de Laâyoune et de Guelmim autour de l'alliance du désert, de l'Atlantique et d'un climat ensoleillé toute l'année et Maroc Méditerranée, avec les trois sites de Saïdia, Marchica et Cala Iris, valorisera la dimension méditerranéenne du Maroc combinant les loisirs et le développement durable. 

Les territoires, qui seront positionnés sur une offre culturelle riche, sont "Marrakech Atlantique", (Marrakech, Toubkal et Essaouira) et consolidera son offre pour demeurer la porte d'entrée du Maroc, "Maroc Centre", dédié aux voyages aux sources de la culture, de l'histoire et du bien-être, "Cap Nord" (Tanger, Tétouan, Chefchaouen, Asilah et Larache), constituera une terre de rencontre culturelle, équilibrée d'une offre balnéaire exclusive, et "Centre Atlantique", qui réunira de manière cohérente Casablanca, Rabat et El Jadida pour constituer la côte des affaires et des loisirs. 

Les deux derniers territoires, "Grand Sud Atlantique", centré autour du site de Dakhla et "Atlas et Vallées", ancré sur Ouarzazate, les vallées et les oasis, ainsi que le Haut Atlas, s'imposeront comme les vitrines du Maroc en matière de développement durable en mettant en valeur des sites naturels les plus exceptionnels du pays. 

Selon le ministère du Tourisme, chacun des huit territoires, qui sont au centre des 11-èmes Assises du tourisme qui se tiennent ce lundi à Rabat, sera doté d'une stratégie de développement intégrée qui lui sera propre, mais qui restera cohérente avec la stratégie et les orientations fixées à l'échelle nationale. 

La territorialisation de la stratégie de développement nationale favorisera la mobilisation des acteurs locaux pour développer la compétitivité et l'attractivité de leur territoire, tout en stimulant la compétition entre les territoires pour développer les capacités d'hébergement, les équipements d'animation et de loisirs, la desserte aérienne, pour accéder également aux financements et aux budgets de promotion nécessaires. 

A cet égard, l'institutionnalisation de feuilles de route régionales permettra d'établir les bases d'un contrat entre la Nation et les différents territoires, avec les engagements conditionnés et réciproques des parties impliquées, au moment où les mécanismes de pilotage et de suivi qui seront mis en place poseront les bases d'un contrôle étroit et périodique de la performance de chaque territoire et du respect de ses engagements.

Le tourisme au Maroc, une "incroyable Success Story" réalisée dans une conjoncture internationale difficile

Le secteur du tourisme marocain a su réaliser une "incroyable Success Story" malgré une conjoncture internationale difficile, défavorable au développement du tourisme dans le monde, a affirmé, lundi à Rabat, le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), M. Taleb Rifai.

"Le secteur touristique marocain, qui a contribué pour 18,7 pc au PIB du pays en 2013, a connu une évolution importante, grâce à l'adoption par le Royaume d'une politique économique et sociale réussie", a dit M. Rifai, qui intervenait lors de l'ouverture de la 11ème édition des Assises du tourisme.

Le responsable a précisé que le développement du secteur du tourisme au Maroc n'est pas fondé sur une politique fortuite, mais plutôt sur une stratégie volontariste et une ferme détermination du gouvernement et des acteurs privés à hisser le Royaume parmi les 20 premières destinations touristiques mondiales, dans le cadre de la vision 2020 et à s'imposer comme une destination de référence en matière de développement durable dans le pourtour méditerranéen. 

Leader dans le domaine du tourisme en Afrique, le Maroc a réussi à dépasser la barre des 10 millions de touristes en 2013 grâce à une politique volontariste, a précisé le responsable de l'OMT, notant que la vision et l'expertise marocaines ont fait du Royaume un modèle de tourisme innovant et compétitif, qui est basé sur la durabilité et de nouvelles générations de produits touristiques. 

Il a mis l'accent, par ailleurs, sur l'importance du respecter des standards internationaux en matière de qualité dans les infrastructures et les services hôteliers, qui constitue un critère "fondamental pour répondre aux attentes des touristes, dans un monde où le consommateur est à la recherche de l'aventure et du confort". 

A cet égard, M. Rifai a souligné que l'OMT oeuvre actuellement avec le ministère du Tourisme et le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD), pour rendre les critères de classification des hôtels en ligne avec les meilleurs pratiques internationales, les exigences du marché et les nouveaux développements du secteur touristique marocain. 

Le responsable s'est dit convaincu que ce nouveau système devrait contribuer à améliorer la compétitivité du secteur touristique marocain et à réussir la vision 2020, qui ambitionne de continuer à faire du secteur l'un des moteurs du développement économique, social et culturel du Maroc.

Evoquant le rôle que joue le secteur du tourisme en matière de génération des revenus et de création d'emplois, le SG de l'OMT a estimé que le tourisme "n'est pas un loisir mais une industrie visant à promouvoir l'apprentissage et l'exploration". 

La 11-ème édition des Assises du tourisme a réuni autour de la même table les représentants du secteur public et des opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers dans un cadre d'échange et de concertation.

A cet égard, deux axes majeurs sont au menu de cette manifestation, à savoir "l'émergence des territoires touristiques" et "le financement et l'investissement dans le secteur du tourisme", où les participants vont débattre de l'enjeu de faire émerger huit territoires touristiques compétitifs et complémentaires et de mettre en oeuvre une stratégie produit ciblée permettant l'émergence d'une offre touristique diversifiée et de qualité. 

La séance d'ouverture s'est déroulée en présence du chef du gouvernement, de plusieurs ministres, de personnalités étrangères de haut niveau et d'opérateurs du secteur nationaux et étrangers.

Le tourisme au Maroc, des résultats positifs avec +8 pc des arrivées, +50.000 emplois et 174 MMDH de rentrée de devises

Le secteur du tourisme, une vraie locomotive de développement économique et social au Maroc, a réalisé durant les trois dernières années des résultats ''positifs et encourageants'', avec des hausses au niveau des arrivées (+8 pc), de la capacité litière (+30.000 lits) et de la création d'emploi (+50.000 emplois), a indiqué le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad. 

Le secteur, qui a fait preuve de résilience dans une conjoncture internationale difficile, a généré également des recettes en devises cumulées estimées à 174 milliards de dirhams (MMDH) et un chiffre d'affaires de plus de 310 MMDH, a précisé M. Haddad lors de l'ouverture des 11-èmes Assises du tourisme, lundi à Rabat.

Ces résultats démontrent la résilience du secteur et sa capacité à surmonter les crises et à dépasser les difficultés, a-t-il dit, ajoutant que pour renforcer ces résultats, le gouvernement confirme son engagement à faire de l'industrie touristique un vrai levier de développement et une source de richesse et de création d'emplois au profit des jeunes. 

Le gouvernement a continué sur la voie de la dynamique enclenchée par la stratégie 2010, qui a représenté une véritable plateforme et une feuille de route pour le secteur, en lançant, sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, la vision 2020, considérée comme une stratégie touristique ambitieuse et innovante, visant à hisser le Maroc parmi les 20 destinations mondiales et à en faire une référence en matière de développement durable dans le pourtour méditerranéen, a indiqué le ministre. 

Cette vision, qui aspire à doubler la taille du secteur, est basée sur une démarche de répartition équitable des richesses à travers le Royaume visant l'émergence de huit territoires touristiques, offrant des produits diversifiés et complémentaires, a précisé M. Haddad, lors de ces Assises qui se veulent un cadre d'échange et de concertation entre le secteur public et les opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers et dont l'objectif est de faire le point sur l'état d'avancement de la Vision 2020 et des principales réalisations durant les quatre dernières années. 

En vue d'opérationnaliser cette vision et de la décliner sur le plan territorial, une série de concertations a été lancée avec l'ensemble des parties prenantes et a été couronnée par la signature de Contrats Programmes Régionaux prévoyant près de 1.000 projets touristiques, a-t-il dit. 

Le ministre a également a mis l'accent sur le développement du produit touristique, notamment le Plan Azur, qui a rencontré des difficultés, faisant part de l'engagement du gouvernement à faire émerger trois stations avec une taille critique convenable à Saïdia, Lixus et Taghazout, et ce dans les trois prochaines années. 

Parallèlement, le gouvernement veillera, en collaboration avec les partenaires du secteur privé, à effectuer une reprogrammation de la réalisation des autres stations ou des tranches restantes au niveau de Mogador, Mazagan et Oued Chbika avant l'an 2020, a précisé M. Haddad. 

Le ministre a souligné également la nécessité du renforcer l'offre balnéaire pour hisser la capacité litière sur les côtes du Royaume de plus de 100.000 lits sur les cinq prochaines années, de réaliser des projets d'animation et de loisirs et de faire construire les destinations émergentes, précisant que ''ceci ne sera possible que dans le cadre d'un partenariat public-privé efficient''.

M. Haddad, qui a passé en revue les avancées du secteur, notamment en matière de valorisation du patrimoine culturel matériel et immatériel et des potentialités touristiques du monde rural, a indiqué que ''l'industrie touristique marocaine ne cesse d'afficher des performances positives'', citant notamment dans ce cadre la hausse de 8 pc du nombre de touristes provenant des marchés européens traditionnels, la progression de 38 pc de voyageurs en provenance des marchés émergents, comme la Russie, la Pologne, le Brésil et la Chine, entre 2011 et 2013, et l'offre aérienne qui a enregistré une croissance de plus de 10 pc sur la période 2010-2013. 

Pour le ministre, le bilan est ''encourageant'', ''mais nous aurions pu faire mieux au vu des opportunités touristiques qui n'ont a pas été pleinement saisies en raison de l'absence d'une offre balnéaire appropriée et l'insuffisance des moyens dédiés à la promotion''.

Il a appelé, dans ce cadre, au renforcement du budget de la promotion pour l'aligner progressivement avec ceux des pays concurrents, précisant que la promotion n'est pas uniquement ''nationale'', mais ''elle intéresse également les acteurs locaux''.

Concernant les efforts de financement et d'investissements du secteur, M. Haddad a évoqué la mise en place prochaine d'un Fonds de garantie des projets touristiques et appelé à l'accélération du rythme d'investissement pour accompagner les différents projets programmés en vue d'atteindre 15 MMDH par an au lieu de 8 MMDH actuellement.

Le ministre a mis l'accent également sur le tourisme interne en tant que socle de toute destination mature, soulignant que plus d'efforts sont nécessaires pour élever à 40 pc la part des Marocains dans le tourisme national à l'horizon 2020 au lieu des 28 pc actuellement.

Déterminé à atteindre les objectifs de la vision 2020 dans un cadre participatif et de concertation, M. Haddad a mis l'accent également sur l'importance de la formation dans le développement du secteur, ainsi que sur la détermination du gouvernement à renforcer la gouvernance du secteur à travers la création de la Haute autorité du tourisme au courant de cette année et des Agences de développement du tourisme, dans le but d'avoir plus de visibilité. 

Les 11-èmes Assises du tourisme visent à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l'ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur du tourisme marocain. 

L'ouverture de ces Assises s'est déroulée en présence du chef du gouvernement et de plusieurs ministres, de personnalités étrangères de haut niveau, comme le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), et des opérateurs privés du secteur. 

Organisées par ministère du Tourisme et de la Confédération Nationale du Tourisme, les 11è Assises du tourisme s'articulent autour de deux panels portant sur "l'émergence des territoires touristiques" et "le financement et l'investissement dans le secteur du tourisme".

Les professionnels du secteur du tourisme appellent au renforcement du budget de la promotion

La Confédération nationale du tourisme (CNT) a souligné la nécessité de booster le budget de promotion, alloué à l'Office national marocain du tourisme (ONMT), afin de conforter la visibilité et la crédibilité du secteur touristique aux niveaux national et international. 

"Les opérateurs privés du secteur touristique s'attendent à ce que le budget de la promotion, qui demeure insuffisant à l'heure actuelle, sera dopé à l'instar des autres destinations touristiques concurrentes, dont la Turquie, la Tunisie et l'Egypte", a affirmé le président de la CNT, M. Ali Ghannam, dans une interview accordée à la MAP, à l'occasion des 11èmes Assises du tourisme, qui se tiendront lundi à Rabat. 

Le budget de la promotion s'élève actuellement au Maroc à 500 millions de dirhams, représentant environ 0,57 pc du total des revenus touristiques (60 milliards de dirhams), une part qui reste en deçà des recommandations de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui place ce budget dans une fourchette variant entre 1,5 pc et 3 pc du chiffre d'affaires du tourisme, a expliqué M. Ghannam.

Le budget de la promotion devrait permettre de développer les actions de marketing et de conforter l'offre aérienne, afin de servir les destinations enclavées, notamment celles d'Essaouira, Errachidia et Ouarzazate, a précisé le responsable, qui a mis l'accent sur la nécessité d'assurer une répartition équitable des fruits de la croissance touristique, qui a atteint 8 pc en 2013 et devrait s'élever à 9 pc en 2014, sur toutes les destinations du Royaume. 

Le développement du secteur touristique devrait, aux yeux du président de la CNT, passer également par des incitations fiscales et l'octroi de primes à l'investissement dans certaines régions reculées et mal desservies du Royaume, afin d'encourager les projets à forte valeur ajoutée, appelant les banques à financer davantage ce secteur prioritaire pour l'économie nationale. 

La réussite de ce grand chantier nécessite un travail approfondi conjoint entre le département du Tourisme et les opérateurs du secteur, à travers la mise en place d'instituts d'excellence pour une meilleure qualité et attractivité du secteur touristique marocain, a-t-il noté. 

Il a souligné, dans ce cadre, l'urgence de l'accélération de la mise en place des organes de pilotage, afin de réussir la vision 2020, notamment la Haute autorité du tourisme, une instance qui sera placée sous la présidence du Chef du gouvernement et prendra les décisions nécessaires pour le développement du secteur. 

M. Ghannam n'a pas manqué également de mettre l'accent sur l'importance de l'accélération de la finalisation et de l'opérationnalisation des stations du plan Azur, principalement celles de Saidia et de Taghazout, afin de doter le secteur de plus de visibilité auprès des différends opérateurs nationaux et internationaux. 

Par ailleurs, M. Ghannam a mis en avant le rôle important que joue le tourisme interne dans le développement du secteur en général, relevant que le tourisme des Nationaux représente actuellement 28 pc des nuitées touristiques, en progression de 10 pc par rapport à 2004, et devrait atteindre 40 pc à l'horizon 2020. 

La CNT propose notamment pour le développement du tourisme interne, la régionalisation des vacances scolaires et le lancement des cartes de vacance (carte prépayée rechargeable à partir d'une épargne défiscalisée), afin d'encourager les Marocains à passer leurs vacances dans le Royaume. 

Les 11èmes Assises du tourisme se veulent un espace d'échange et de concertation où les opérateurs privés du secteur ne manqueront pas d'étaler leurs attentes et leur vision des choses pour la réussite de la vision 2020, qui ambitionne de continuer à faire du secteur l'un des moteurs du développement économique, social et culturel du Maroc.

Evènement d'envergure internationale, la 11-ème édition des Assises du tourisme vise à faire le point sur l'état d'avancement de la Vision 2020 et les principales réalisations durant les quatre dernières années. 

Ces Assises, qui se tiennent régulièrement depuis 2001, réuniront autour de la même table les représentants du secteur public et les opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers dans un cadre d'échange et de concertation.

Deux axes majeurs seront au menu de cette manifestation, à savoir "l'émergence des territoires touristiques" et "le financement et l'investissement dans le secteur du tourisme", afin de débattre de l'enjeu de faire émerger huit territoires touristiques compétitifs et complémentaires et de mettre en œuvre une stratégie produit ciblée permettant l'émergence d'une offre touristique diversifiée et de qualité.

Propos recueillis par Sanae El Ouahabi

11è Assises du tourisme: Le gotha du tourisme en conclave à Rabat pour faire le point sur l'état d'avancement de la Vision 2020

La 11-ème édition des Assises du tourisme a ouvert ses travaux lundi à Rabat, pour faire le point sur l'état d'avancement de la Vision 2020, qui ambitionne de continuer à faire du secteur l'un des moteurs du développement économique, social et culture du Maroc.

La séance d'ouverture s'est déroulée en présence du chef du gouvernement et plusieurs ministres, des personnalités étrangères de haut niveau, comme le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), et des opérateurs du secteur nationaux et étrangers.

Organisées par ministère du Tourisme et de la Confédération Nationale du Tourisme, les 11è Assises du tourisme ont pour objectif de faire le point sur l'état d'avancement de la Vision 2020 et des principales réalisations durant les quatre dernières années. 

Cadre d'échange et de concertation entre le secteur public et les opérateurs touristiques privés nationaux et étrangers, les Assises du tourisme visent à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l'ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur du tourisme marocain. 

Les travaux des 11-èmes Assises du tourisme s'articuleront autour de deux panels portant sur de "l'émergence des territoires touristiques" et "le financement et l'investissement dans le secteur du tourisme". 

Un accent particulier sera ainsi mis sur l'enjeu de faire émerger huit territoires touristiques compétitifs et complémentaires avec des positionnements clairs offrant un bon équilibre entre les destinations à dominantes balnéaires, les destinations à vocation culturelle et destinations nature. 

Les participants débattront également de l'enjeu relatif à la concrétisation de cette ambition nationale et des ambitions régionales qui passent par la mise en œuvre d'une stratégie produit ciblée permettant l'émergence d'une offre touristique diversifiée et de qualité répondant aux besoins des touristes.

MAP : 29/09/2014

Les Assises du tourisme, un moment fort pour apporter les recadrages nécessaires à la vision 2020 

Les Assises du tourisme, dont la 11-ème édition se tiendra lundi à Rabat, est un moment fort pour se projeter dans l’avenir du secteur et apporter les recadrages nécessaires à la Vision 2020, destinée à conforter le secteur comme vecteur du développement économique et socio-culturel, a indiqué le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad.

Il est temps de faire le bilan d’étape de la vision 2020 et voir si on est sur le bon chemin et quels sont les obstacles à surmonter, a dit le ministre dans un entretien accordé à la MAP à la veille de cet évènement qui vise à maintenir la dynamique de concertation, de partage et de mobilisation de l’ensemble des acteurs autour des objectifs stratégiques du secteur touristique. Pour M. Haddad, le bilan est généralement positif et le secteur a enregistré des avancées importantes, mais des attentes persistent toujours et il convient leur apporter des réponses claires pour réussir le pari de la vision 2020 qui ambitionne de faire entrer le Maroc dans le top 20 des grandes destinations mondiales. 

Il a cité parmi ces attentes le renforcement des capacités touristiques afin d’atteindre la taille critique notamment au niveau du balnéaire et l’amélioration de la qualité des prestations et de l’accueil dans les aéroports, lequel passe par un travail sur les infrastructures, la formation des ressources humaines et la compétitivité des entreprises. M. Haddad a mis un accent particulier sur l’importance de l’émergence de territoires touristiques pour diversifier l’offre marocaine, concentrée actuellement sur deux destinations principales, Marrakech et Agadir, qui totalisent à elles seules plus de la moitié des nuitées internationales. 

La territorialisation sera au centre des Assises de lundi qui se pencheront sur cette question pour voir comment elle va s’articuler avec le chantier de la régionalisation. Le processus de régionalisation est en cours, il faut donc voir comment va s'articuler la gouvernance des territoires touristiques avec la gouvernance prévue dans la régionalisation, comment seront gérés ces territoires et quelles sont leurs natures et leurs vocations, a-t-il dit. Huit territoires touristiques sont déjà prévus dans la vision 2020. Il s’agit de Souss-Sahara Atlantique, Maroc Méditerranée, Marrakech Atlantique, Maroc centre, Cap Nord, Centre Atlantique, Grand sud Atlantique et Atlas et valées. Les 11-èmes Assises du tourisme seront donc une occasion pour en discuter et voir les modalités de leur articulation en fonction des nouvelles donnes comme la régionalisation, a précisé M. Haddad. Selon lui, la station balnéaire d’Agadir devrait atteindre très prochainement la taille critique de 100.000 lits, contre 30.000 à 40.000 lits dans les autres régions, pour pouvoir parler d’un territoire touristique et démarcher les Tours opérateurs (TO) afin d’utiliser la capacité dont dispose le territoire. 

Le ministre fait part de son optimisme quant à l’avenir du secteur qui a su résister aux aléas de la conjoncture régionale et internationale, estimant que la taille critique au niveau de la région de Tanger-Tétouan, Assilah et Larache comprises, devrait être atteinte dans deux ou trois ans. M. Haddad a également souligné l’importance d’améliorer la connectivité aérienne du Royaume, en accélérant la cadence pour avoir une multiplication de vols sur le Maroc et ses destinations touristiques et de faire du tourisme interne un moteur du secteur à travers des mécanismes d’encouragement, dont l’émergence d’un TO national dédié au tourisme interne. Par ailleurs, M. Haddad a mis l’accent sur l’importance des volets investissement et financement dans la réussite de la vision 2020, qui prévoit quelque 150 milliards de dirhams d’investissements à l’horizon 2020. Durant les quatre dernières années, le secteur a drainé environ 8 milliards de dirhams d’investissement par an, un montant devant être augmenté pour atteindre la moyenne de 13 à 14 milliards de dirhams. Il faut donc relever la cadence en matière d’investissement et lever les obstacles du financement pour avoir plus de visibilité et relancer les chantiers prévus par la vision 2020 , a précisé le ministre. "Nous avons dépassé la barre des 10 millions de touristes en 2013 et nous nous dirigeons vers beaucoup plus de croissance dans l’avenir", a-t-il précisé, ajoutant que le Maroc est un pays stable et sécurisé où l’Etat et les citoyens sont vigilants. Des facteurs importants qui rassurent les Tours Opérateurs et les touristes. Dans l’ensemble, l'avenir du secteur s'annonce prometteur, comme en témoigne le maintien de la performance de l’activité du secteur en 2013, avec des arrivées touristiques qui ont franchi le cap des 10 millions de touristes, en progression de 8 pc, et des nuitées dans les établissements d'hébergement classés en hausse de 9,3 pc. 

En 2013, le secteur a joué un rôle important dans la dynamique économique du Royaume, en créant près de 20.000 emplois, et en formant 13.000 jeunes. Le tourisme marocain a contribué au PIB à hauteur de quelque 160,8 MMDH (18,7 pc), selon le rapport du Conseil mondial du tourisme et des voyages (WTTC), notant que le secteur représente 16,7 pc du total des emplois dans le Royaume. Cette tendance positive a été confirmée en 2014, avec des recettes en devise en hausse de 4,3 pc durant les sept premiers mois de l’année. Sur le plan du rayonnement international du Royaume, le Maroc, à travers sa stratégie en matière de développement durable, a été élu à la présidence du Partenariat mondial pour le tourisme durable, initié sous l’égide des Nations unies, visant la mise en place d’une plateforme internationale pour l’échange d’expériences et la constitution d’un réseau international de bailleurs de fonds.

Propos recueillis par Mohammed Réda BRAIM 

MAP : 29/09/2014