13 °C Clear sky Rabat

Actualités
Mercredi 5 Novembre 2014

39ème anniversaire de la Marche Verte

Synthèse vocale
39ème anniversaire de la Marche Verte

39ème anniversaire de la Marche Verte : Une épopée gravée dans les annales du Maroc de l'unité, du progrès et de la prospérité

Le 39ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte constitue, encore une fois pour les Marocains, un moment fort pour se remémorer cette épopée historique, sans équivalent dans le monde, qui reste à jamais gravée dans les annales d'un Maroc qui poursuit sa marche vers le progrès et la prospérité sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Expression manifeste de la volonté du peuple marocain de défendre ses valeurs sacrées et de récupérer son droit spolié sur son Sahara, la Marche Verte (6 novembre 1975) évoque également le comportement civilisé adopté par le Maroc pour le recouvrement de son Sahara et la parfaite symbiose qui unit le Glorieux Trône Alaouite et le peuple.

C'est grâce à cette marche pacifique, planifiée ingénieusement par Feu SM Hassan II, que Dieu ait Son âme, que le Maroc a pu recouvrer ses provinces du Sud de l'occupant espagnol, mais aussi de jouir d'une aura dans le monde entier. 

Munie de la seule foi en la justesse de sa cause et brandissant le Saint Coran et le drapeau national, une marée humaine de 350.000 volontaires civils, venant de toutes les régions du Royaume, a répondu à l'appel lancé par Feu SM Hassan II et convergé, en toute sérénité, vers Tarfaya dans une véritable illustration de la parfaite symbiose entre un Roi militant et un peuple valeureux. 

Cette grande marche populaire et patriotique a ouvert la voie à la libération des provinces du Sud et ce, après que la Cour de La Haye ait confirmé l'existence de liens juridiques et d'allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies. 

Cette marche témoigne aussi de l'ingéniosité d'un Roi unificateur qui a réussi de manière civilisée et pacifique à la faveur d'une conviction ferme en le droit au recouvrement des provinces du Sud, à faire hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain. 

Elle a ainsi démontré au monde entier la ferme volonté de ce peuple courageux de concrétiser ses objectifs en brisant les frontières artificielles entre les fils de la même Patrie. 

Cette volonté à défendre la patrie n'a cessé de se confirmer au fil des années en dépit des manœuvres des adversaires de l'intégrité territoriale qui ne ménagent aucun effort pour porter atteinte à la réputation du Royaume et à sa souveraineté. 

Malgré ces tentatives désespérées, le Maroc poursuit sa coopération avec le Secrétaire général des Nations unies, son Envoyé personnel et les pays amis. L'objectif étant de trouver une solution politique définitive au conflit artificiel autour de l'intégrité territoriale du Royaume, dans le cadre de l'Initiative marocaine d'autonomie.

Le Maroc entreprend, en outre, une action tous azimuts, pour assurer un développement intégré et durable de ses provinces du Sud. En témoigne le modèle de développement régional des provinces du Sud, qui a été soumis à la Haute appréciation de SM le Roi Mohammed VI par le Conseil économique, social et environnemental, et qui constitue une vision développementale intégrée, fondée sur une analyse objective de la situation effective dans ces provinces.

Ce modèle multidimensionnel ambitionne de faire des provinces du Sud un espace de développement intégré, propre à assurer une vie digne pour les populations de la région. Il s'agit aussi de conforter la portée géostratégique de ces provinces en tant que pôle régional de liaison et d'échanges entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne.

Ainsi, la commémoration du 39ème anniversaire de la Marche Verte se veut, cette année, une occasion pour les Marocains d'exprimer une fois de plus leur attachement indéfectible au glorieux trône alaouite et leur détermination à appuyer les différents chantiers lancés par le Souverain pour la prospérité et la gloire de Son peuple.

Discours Royal: Le Huffington Post salue la force de la parole Royale, porteuse de stabilité en Afrique du nord

Le discours prononcé, jeudi, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l'occasion du 39ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, se distingue par la force de la parole Royale, porteuse de paix et de stabilité dans une région d'Afrique du nord qui en a tant besoin, écrit, vendredi, le journal américain à grand tirage le +Huffington Post+, dans une analyse intitulée: "Le discours fort du Roi offre une opportunité au Polisario".

"Le Roi Mohammed VI a donné un discours, qui interpelle à plus d'un titre grâce à la force de sa teneur, un discours qui contient la clé de la paix et de la stabilité dans une région d'Afrique du nord plus volatile que jamais", souligne l'auteur de cette analyse, Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d'administration de plusieurs think tanks américains, en faisant observer que le haut sens de la mesure de l'adresse Royale trace le cadre et les contours d'un règlement définitif du conflit du Sahara qui n'a que trop duré.

Le Huffington Post relève, dans ce contexte, que Sa Majesté le Roi a insisté sur les droits irréfragables du Maroc sur son Sahara, une vérité historique que nul ne peut ignorer et qui se trouve aujourd'hui consolidée par une réalité sur le terrain qui fait des provinces du sud, une région de prospérité et d'épanouissement pour les citoyens dans l'ouverture et la diversité.

Cette partie du Royaume, poursuit la publication américaine, connaît un boom économique plaçant l'individu au centre des stratégies de développement grâce à des investissements ininterrompus de plusieurs milliards de dollars, dédiés à la construction d'aéroports, d'autoroutes et de logements, entre autres grands projets structurants.

Le secteur privé n'a pas été du reste, poursuit-on, dans la mesure où une dynamique vertueuse emboîte le pas aux efforts de l'Etat pour édifier des établissements hôteliers et des entreprises dans les différents secteurs d'activité, ce qui s'est répercuté positivement sur le marché de l'emploi et les opportunités offertes à la jeunesse.

Et de noter que la ville de Dakhla, qui n'était qu'une caserne militaire espagnole en 1975, véhicule cette grande dynamique de développement, puisqu'elle est aujourd'hui une ville fière et active grâce, entre autres, aux activités économiques induites par son port, tant et si bien que Dakhla est aujourd'hui citée en modèle de développement à suivre par les leaders des pays de la région.

Le discours Royal tord ainsi le cou aux préjugés et aux idées fausses, souligne le Huffington Post, rappelant que pour chaque dirham produit par les provinces du sud, sept autres de plus sont affectés par l'Etat marocain sous forme d'investissements, de subsides ou encore en matière de dépenses.

La publication indique, dans ce sens, ce qu'avait dit le Souverain dans le discours prononcé à l'occasion du 39ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte: "L'affaire du Sahara n'est pas la cause des sahraouis uniquement. Le Sahara est l'affaire de tous les Marocains. Et, comme je l'ai dit dans un Discours précédent : le Sahara est une question d'existence et non une question de frontières".

Et le Souverain d'ajouter: "Il est un fait que ce que produit le Sahara ne suffit pas à satisfaire les besoins de base de ses populations. Et je le dis en toute franchise: les Marocains ont supporté les coûts de développement des Provinces du Sud. Ils ont donné de leurs poches, et prélevé sur les moyens de subsistance de leurs enfants, pour que leurs frères du Sud puissent vivre dignement".

L'auteur de l'analyse relève, dans ce contexte, qu'"au moment où les séparatistes fabriquent des bombes et entravent le processus de négociation, le Maroc a mis en place une économie moderne dans les provinces du sud".

Etant donné la réalité historique et celle sur le terrain, poursuit le Huffington Post, "le Maroc ne peut en aucun cas être l'équivalent diplomatique d'un mouvement séparatiste dirigé par une dictature sur un terrain emprunté, au sud-ouest de l'Algérie, une zone de non droit où prospèrent les trafics de tous genres et où sévit un déni le plus total des droits humains les plus élémentaires".

"Ces fausses équivalences ne font que retarder l'aboutissement à un règlement politique définitif à la question du Sahara", regrette le Huffington Post.

Le discours royal trace la feuille de route stratégique devant présider l'action des grandes puissances sur le dossier du Sahara

Le discours royal, adressé jeudi à la nation à l'occasion du 39ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, a tracé la feuille de route stratégique devant présider l'action des grandes puissances dans la gestion du dossier du Sahara, a souligné Abderrahim Manar Slimi, professeur des sciences politiques à l'Université Mohammed V de Rabat.

M. Manar Slimi a relevé, dans une déclaration, que les dimensions stratégiques du discours réaffirment que la question du Sahara est une question d'existence pour le Maroc et toute tentative d'y porter atteinte serait une menace à la stabilité de la région maghrébine dans son ensemble, réitérant que la proposition d'autonomie demeure l'unique solution pour garantir la stabilité dans l'Afrique du Nord et le Sahara.

Le discours royal est porteur d'un message à l'ONU et aux grandes puissances, en l'occurrence l'Initiative d'autonomie est "le maximum que le Maroc puisse offrir dans le cadre de la négociation pour parvenir à une solution définitive à ce conflit régional" et attire l'attention sur les comportements contradictoires de ces acteurs qui saluent le modèle démocratique marocain et en matière de droits de l'Homme d'une part tout en maintenant l'ambiguïté au sujet du Sahara d'autre part, a-t-relevé.

Le discours royal incombe à l'Algérie la responsabilité du conflit autour du Sahara, a-t-il ajouté, notant que la diplomatie hostile au Maroc, s'appuyant sur le billet vert, ne saurait tenir tête aux principes de la nation marocaine, la justesse de sa cause, sa souveraineté et ses droits historiques sur les provinces du Sud. 

Pour le professeur, le discours est porteur aussi d'un grand message à la nation marocaine, à savoir le "Sahara est une question de la nation" et le destin du Sahara est lié à celui de l'ensemble du territoire national d'autant plus que les relations sont "existentielles, historiques et éternelles".

Le deuxième message destiné à l'intérieur est relatif à la question de trahison: le Maroc "ne sera jamais une fabrique pour les martyrs de la trahison", a ajouté l'universitaire, relevant qu'il s'agit là d'un message profond sur les dangers guettant la nation et l'Etat marocains en raison de l'existence de certains agissements hostiles au Maroc.

Et d'expliquer que le climat de débats qui règne dans les espaces publics et la persistance de certaines parties à imposer des agendas extérieurs au détriment des agendas nationaux et le recours aux forces extérieures constituent désormais une menace pour cette nation fondée sur l'histoire, la mémoire et l'appartenance commune à la patrie.

Le souverain a souligné que l'année 2015 sera déterminante pour les dossiers de la régionalisation et du Sahara, a-t-il relevé, notant que ce discours à l'instar des précédents discours royaux lance un appel à la mobilisation, d'où l'impératif pour la société politique et civile marocaine de se préparer au préalable à l'année 2015.

Lahcen Mahraoui : le discours royal, "un message clair pour ceux qui doutent encore de la Marocanité du Sahara"

Le discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du 39-ème anniversaire de la Marche Verte est un discours "historique, franc, direct et ferme" qui envoie un "message clair pour ceux qui doutent encore de la Marocanité du Sahara", a affirmé l'universitaire et porte parole de l'Association des Tribus Sahraouies Marocaines en Europe, Lahcen Mahraoui.

Le discours royal est "une nouvelle feuille de route annonciatrice d'une nouvelle ère" puisqu'il diagnostique de façon frontale et sans détours les vrais acteurs internes et externes et les problèmes qui entravent le règlement définitif du conflit régional du Sahara, a relevé M. Mahraoui dans une déclaration, rappelant que le Souverain a insisté sur le fait que l'affaire du Sahara n'est pas une question de frontière mais d'"existence".

Ce discours pointe du doigt également les ambiguïtés de certaines parties en particulier les autorités algériennes et certains fonctionnaires internationaux et appelle à la clarté dans les positions, a-t-il expliqué, notant qu'"on ne peut plus continuer de divulguer de fausses allégations en instrumentalisant les droits de l'Homme et en avançant des mensonges selon lesquelles le Maroc exploiterait les ressources de cette région".

M. Mahraoui, également membre du Conseil Royal consultatif pour les Affaires sahariennes, a souligné que le SM le Roi a saisi cette occasion pour exprimer de manière très directe, son rejet de toutes les tentatives visant à modifier la nature du problème en précisant que "le Maroc dans son Sahara, n'a jamais été une puissance d'occupation ou une puissance administrante".

"Cette région fait partie de notre corps et nous y avons investi parce que nous sommes un et un seul corps, on ne peut plus accepter cette déformation de l'histoire", a insisté M. Mahraoui, notant en outre que SM le Roi a affirmé qu'il n'y aura pas de solution à la question du Sahara tant qu'on n'a pas fait assumer sa responsabilité à l'Algérie en tant que principale partie dans ce conflit, tout en fustigeant "la complaisance vis-à-vis de la véritable partie" à ce différend et les tentatives de l'exonérer de ses responsabilités. 

L'universitaire a, d'autre part, relevé que SM le Roi a déploré le mode de gestion au Sahara ayant connu "des dysfonctionnements qui en ont fait au fil des ans un terrain propice à l'économie de rente et des privilèges indus", annonçant un changement radical dans ce mode de gouvernance et appelant à l'ouverture d'un dialogue national franc et d'un débat responsable et sérieux sur les différentes idées et conceptions envisageables, en vue d'élaborer des réponses claires à toutes les questions et préoccupations des populations de la région, et ce, dans le cadre de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale du pays.

Il a aussi rappelé que le Souverain a précisé que la régionalisation voulue ne se réduit pas à des textes juridiques et au transfert, du centre vers les régions, des ressources matérielles et humaines, mais doit plutôt être fondée sur le patriotisme sincère impliquant un attachement sans faille à l'intégrité territoriale du Maroc. 

Et de conclure que "tout en encourageant les recherches académiques sur les composantes de notre identité pour la consolidation de notre unité nationale, SM le Roi a rappelé que le Royaume est un brassage civilisationnel authentique entre toutes les composantes constitutives de l'identité marocaine".

(MAP-07/11/2014)

Question du Sahara: Le rôle "avéré" de l'Algérie, porteur de risques sécuritaires pour la région

L'Algérie persiste à jouer un rôle "avéré" dans le conflit artificiel autour de la marocanité du Sahara, en fournissant un soutien inconditionnel aux séparatistes du polisario, contribuant ainsi à faire perdurer un confit porteur de risques sécuritaires majeurs pour toute la région, a mis en garde Peter Pham, Directeur de l'Africa Center, relevant du prestigieux think tank US, Atlantic Council.

"Il est très clair pour quiconque ayant une vision objective que le conflit du Sahara tient à une et unique chose, à savoir le soutien de l'Algérie à la soi-disant rasd", a martelé M. Pham dans une déclaration en réaction au Discours Royal à la Nation à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte.

Pour cet expert américain, "le mouvement séparatiste du polisario qui opprime les populations de Tindouf, en violation flagrante des conventions relatives aux droits des réfugiés et du droit international", doit tout son existence aux financements qui lui sont fournis par son mentor l'Algérie qui l'accueille de surcroît sur son territoire.

"Rien de tout cela n'aurait pu avoir lieu sans le soutien de l'Algérie, lequel soutien provient des richesses considérables que l'Algérie gagne de ses ressources naturelles", s'est indigné encore M. Pham, qui a souligné que cette richesse devrait plutôt être affectée au bien-être du peuple algérien et à l'intégration régionale.

M. Pham a, en outre, soutenu que le plan d'autonomie au Sahara proposé par le Maroc pour ses Provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume est la seule proposition "réaliste" sur la table.

Il a rappelé l'appréciation positive constante de la part des grandes puissances qui saluent les "énormes progrès" réalisés par le Maroc ces dernières quinze années en matière du développement de mécanismes crédibles des droits de l'homme ainsi que le progrès démocratique constamment consolidé par Sa Majesté le Roi.

Dans ce contexte, il a indiqué que le Royaume se démarque en la matière en étant le seul pays de la région à s'ouvrir aux procédures spéciales de l'ONU, une situation qui contraste avec "le manque de reddition des comptes et les violations des droits de l'homme que les organisations des droits humains ont récemment documentées non seulement en Algérie, mais plus particulièrement dans les camps de Tindouf".

Edward Gabriel : le Discours Royal résonnera dans les différents centres de pouvoir à Washington

Le discours prononcé, jeudi, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l'occasion du 39ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, "résonnera à la Maison Blanche, au Congrès et au Département d'Etat", a affirmé l'ancien ambassadeur américain, Edward Gabriel, dans une déclaration.

"Le Souverain a prononcé un discours très fort, qui suscitera toute l'attention des Etats-Unis", a souligné M. Gabriel, en mettant en exergue "la hauteur de vue et la vision perspicace contenues dans l'adresse royale".

L'ancien ambassadeur US a rappelé, dans ce contexte, que Sa Majesté le Roi a bien voulu faire une "concession significative en acceptant un plan d'autonomie au Sahara sous souveraineté marocaine", une initiative qui a fait l'objet d'un soutien sans équivoque de trois administrations américaines successives depuis Bill Clinton à Barack Obama, en passant par l'Exécutif que dirigeait le Président George W. Bush.

Il a fait observer que "le Souverain a donné aujourd'hui le coup d'envoi d'une nouvelle ère dans l'histoire des provinces du sud du Royaume en annonçant la mise en œuvre l'année prochaine de la régionalisation avancée".

"Le Discours Royal se distingue aussi par une grande sagesse, dans la mesure où le Souverain a fait part de la disposition du Maroc à œuvrer avec les Nations Unies pour trouver une issue à la question du Sahara", a relevé, en outre, M. Gabriel.

Il a souligné, d'autre part, qu'en fustigeant l'Algérie en tant que principale partie dans le conflit du Sahara, Sa Majesté le Roi "ne fait que réitérer une vérité historique, car sans l'Algérie il n'y aurait tout simplement pas de groupe séparatiste dénommé polisario aux collusions avérées, d'ailleurs, avec les groupes terroristes qui sévissent dans la région".

Edward Gabriel a, par ailleurs, particulièrement pris note de la mention faite par Sa Majesté le Roi à "la contribution positive" de la Maison Blanche, qui dénote, a-t-il dit, "des relations étroites entre Rabat et Washington au sujet de la question du Sahara et une communauté de vues qui s'est consolidée depuis la rencontre au sommet entre le Souverain et le Président Obama à la Maison Blanche, en novembre 2013".

-Propos recueillis par Fouad ARIF-

Discours royal : Un "tournant" dans l'histoire du conflit du Sahara

Le discours adressé jeudi soir à la Nation par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte, constitue un "tournant" dans l'histoire du conflit autour du Sahara marocain, a estimé Tajeddine Housseini, professeur des relations internationales à l'université Mohammed V de Rabat.

M. Housseini a ajouté que ce discours royal a défini "une stratégie pour l'avenir", consistant en la mise en oeuvre, l'année prochaine, de chantiers "décisifs" pour l'avenir des provinces du Sud, notamment celui de la régionalisation avancée.

Toutefois, a souligné l'universitaire marocain, le discours royal a clairement expliqué que la mise en oeuvre prévue de la régionalisation avancée ne vaut nullement un appel au repli sur soi, mais constitue un mécanisme qui vise à impulser la production et à renforcer l'unité et la solidarité dans le cadre de l'identité marocaine diversifiée et riche par ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie et ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.

D'autre part, a ajouté M. Housseini, le discours royal a vivement dénoncé les pratiques d'une minorité d'opportunistes qui utilisent la question nationale comme un fonds de commerce, saluant l'attachement des sahraouis à leur Patrie et réitérant le rejet catégorique des traitres.

Outre le volet intérieur, SM le Roi a mis la communauté internationale et ses différents acteurs devant leur responsabilité, a dit l'universitaire marocain, précisant que le discours royal a comporté un appel clair aux partisans, comme aux adversaires, de l'intégrité territoriale du Royaume pour qu'ils lèvent l'ambiguïté qui entoure leurs positions à ce sujet, insistant que l'initiative d'autonomie est le maximum que le Maroc puisse offrir, dans le cadre de la négociation, afin de parvenir à une solution définitive à ce conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Souverain a enfin invité la partie principale au conflit, à savoir l'Algérie, à mettre un terme à ses pratiques d'obstruction du processus de règlement et à assumer ses responsabilités quant à la situation dans les camps de Tindouf où sont séquestrés les sahraouis, sans recensement, et privés de leurs droits fondamentaux, a-t-il dit.

Saoud Atlassi : l'année prochaine sera décisive pour le conflit du Sahara

Le discours adressé jeudi soir à la Nation par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 39-ème anniversaire de la Marche Verte, annonce que l'année prochaine sera décisive pour le conflit du Sahara, a indiqué Talaa Saoud Atlassi, président de la commission politique de l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP). 

Le discours royal apporte "une annonce que le 40-ème anniversaire de la Marche verte ne sera pas comme les dernières 39 années, ce qui veut dire que l'année prochaine sera décisive pour ce conflit", a dit M. Atlassi, dans une déclaration.

M. Atlassi, par ailleurs président de la commission marocaine de la paix et de la solidarité, a souligné que le discours royal a annoncé la fin d'une étape et l'entrée du Maroc dans une nouvelle phase dans le traitement de la première cause nationale dans ses dimensions interne et internationale.

M. Atlassi a ajouté que le discours royal a été ferme à l'égard de ceux qui font de la cause nationale un fonds de commerce et aussi à l'adresse des parties étrangères qui mobilisent les agents à leur solde au Sahara à savoir l'Algérie et le "polisario", appelant les grandes puissances à adopter une position claire à l'égard de la question du Sahara. 

Le discours royal a adressé des messages à l'étranger soulignant que la question du Sahara n'est pas éphémère ou formelle et que "celui qui souhaite que le Maroc adhère aux efforts internationaux et régionaux pour la lutte contre le terrorisme, doit être clair avec lui (le Maroc)", a souligné M. Atlassi. 

Le Maroc, qui a réalisé d'importantes avancées sur le plan interne à la faveur d'une Constitution démocratique et des institutions, fait de la cause nationale une priorité et une ultime finalité de son développement.

Question du Sahara: Sa Majesté le Roi met la communauté internationale face à ses responsabilités

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a mis, jeudi, la communauté internationale face à ses responsabilités éthiques et morales pour une résolution politique définitive de la question du Sahara, conformément aux exigences du droit international et des prérequis sécuritaires, en insistant avec force sur la sacralité et l'inviolabilité de l'intégrité territoriale du Royaume.

Dans le discours à la nation à l'occasion du 39è anniversaire de la glorieuse Marche Verte, le Souverain a, à ce propos, fustigé la "complaisance" vis-à-vis de l'Algérie, "véritable partie" au différend autour de la marocanité du Sahara, en réaffirmant que le Royaume n'acceptera en aucun cas que soient modifiés les paramètres de négociations tels qu'ils avaient été définis par l'organe exécutif onusien pour aboutir à un règlement définitif.

Il s'agit là d'un objectif immuable frappé du sceau de l'engagement solennel de l'ONU, qui est en même temps le noyau du sens de la mission de cette dernière. S'en départir reviendrait à mettre en péril le processus onusien dans son ensemble.??

De même que le Royaume ne saurait accepter que la Minurso soit dotée d'un mandat de monitoring des droits de l'Homme, une proposition qui s'inscrit d'ailleurs en faux par rapport aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l'ONU. "Non à toute tentative de révision des principes et paramètres de négociation, ainsi qu'à toute autre tentative visant à reconsidérer ou élargir le mandat de la Minurso, y compris la question d'observation des droits de l'Homme", a tenu à réaffirmer le Souverain dans ce contexte.

Les apprentis sorciers de la géopolitique, ainsi que les professionnels du droit de l'hommisme international, qui pèchent aujourd'hui par un repli et une démission complices, doivent savoir que le Maroc ne cèdera pas un iota de son territoire national, pas plus qu'il ne se laissera berner par des rapports tendancieux et politiquement motivés, pour ne pas dire plus. 

Les ONG internationales des droits de l'Homme sont aujourd'hui appelées à s'élever à la hauteur des idéaux qu'elles professent publiquement dans leurs préambules pour "porter la plume dans la plaie" béante que sont aujourd'hui les camps de Tindouf, cette zone de non droit dans le sud-ouest de l'Algérie.

Tourner le dos à la détresse et au calvaire qu'endurent les populations qui y sont séquestrées reviendrait à déserter tous les principes moraux et éthiques tels qu'ils sont reconnus internationalement. Tarder à réagir les rend tout simplement complices des basses manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume.

Cette complaisance et cette démission du droit de l'hommisme international, face à cette tragédie sans nom qu'endurent dans leur chair les pensionnaires des camps de Tindouf ne doivent pas se substituer à l'urgence d'un sursaut de la conscience humaine, des ONGs internationales, ainsi que des organes pertinents des Nations Unies et des grandes puissances mondiales appelées aujourd'hui à clarifier leurs positions pour le bien de la sécurité et de la stabilité régionales.

Prenant à témoin la communauté internationale et suite aux appels incessants du Conseil de sécurité des Nations Unies pour sortir le processus de négociations de l'impasse, le Royaume a mis sur la table le plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, une proposition qui se démarque par son caractère inclusif, audacieux, ainsi que par la richesse de son contenu et la promesse d'un avenir fait de prospérité et de bien-être partagés.??

Né d'un vaste processus de consultations à l'échelle nationale avec une participation active et féconde des différents segments de la société marocaine, le plan d'autonomie a vite suscité l'adhésion des grandes puissances de Washington à Paris, en passant par Madrid et Londres, en y voyant la promesse d'un avenir meilleur pour les populations concernées, mais aussi un gage de stabilité pour une région sous la menace et les convoitises croisées des groupes terroristes et des bandes criminelles qui sévissent dans la région sahélo-saharienne avec la complicité avérée des milices du polisario.

Fort de ses droits historiques irréfragables sur son Sahara et d'une dynamique citoyenne et de développement perçue comme modèle de développement régional efficient, le Maroc s'est engagé dans un processus de consolidation des droits de l'Homme, dans le cadre d'une dynamique nationale volontariste qui bénéficie de l'adhésion de toutes les forces vives de la nation et ne saurait être perturbé par des manœuvres désespérées des ennemis de l'intégrité territoriale.

Le conflit du Sahara dit occidental, rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et qui héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du Polisario.??

Le polisario soutenu par le pouvoir algérien revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.

-Par Fouad ARIF-

Le discours royal : un message de fermeté et de détermination, mais aussi de volontarisme réformateur

Le discours adressé jeudi soir à la Nation par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 39-ème anniversaire de la Marche Verte, est un message de fermeté et de détermination, mais aussi d'expression d'un volontarisme réformateur prioritaire, a indiqué Mustapha Sehimi, politologue, professeur de droit. 

"C'est un discours où s'exprime de nouveau la forte détermination du Royaume à propos de la question nationale", a souligné M. Sehimi dans une déclaration. 

Pour le politologue, le Souverain a mis en relief le socle des fondamentaux qui fondent la position constante du Maroc, exprimée en interne ou à l'international. 

Le discours royal reflète la volonté de mettre en place une régionalisation avancée, vecteur de développement et d'amélioration des conditions de vie des compatriotes sahraouis, a noté M. Sehimi, ajoutant que SM le Roi a rappelé tous les efforts et les sacrifices consentis depuis près de 40 ans pour hisser les provinces sahariennes à un niveau de développement, supérieur, par bien des indicateurs sociaux, à celui des autres régions du Royaume. 

Le Souverain, a-t-il poursuivi, a souligné également la priorité donnée à un modèle qui tourne le dos à l'économie de rente, libère les énergies et les potentialités existantes et met à nu tous ceux qui, pour des intérêts propres, s'emploient à instrumentaliser la question du Sahara. 

Ce modèle commande un autre type de gouvernance au Sahara ainsi qu'une remise à plat des politiques publiques dans cette région. Le principe privilégié est celui-là même de la démocratie participative, a-t-il noté, ajoutant que c'est dans cette ligne que SM le Roi a annoncé un prochain débat national pour permettre de trouver des réponses appropriées aux demandes et aux attentes de nos concitoyens des provinces méridionales.

M. Sehimi a indiqué également que le principe sécuritaire a été réaffirmé dans le sens de la préservation de l'ordre public, du respect de la loi et de la protection des personnes et des biens, ajoutant que l'Etat assurera cette mission dans la plénitude de ses attributions. 

Le Souverain a dénoncé les comportements et les menées de certains qui mettent à profit l'élargissement des espaces des droits et libertés pour défendre des thèses antinationales, a-t-il dit.

SM le Roi a souligné aussi que l'unité nationale, l'indépendance et la souveraineté du Royaume sont un bloc intangible et pérenne auxquels sont profondément attachés tous les Marocains, a précisé le politologue, notant que le Souverain a clairement mis l'accent sur "les exigences et les devoirs de la fierté et du patriotisme des Marocains face à ceux qui se distinguent par des comportements relevant de la trahison". 

M. Sehimi a rappelé également que le Souverain a insisté sur la disposition du Maroc à avoir un dialogue direct ou indirect, avec les autres parties, et ce sans faiblesses ni concessions, ajoutant que les Nations-Unies doivent s'atteler à une mise au net de leurs responsabilités et de celles des autres parties dans le cadre de principes et de paramètres déjà fixés depuis 2007. 

SM le Roi a invité l'ONU à une clarification dans ce domaine tout en relevant que l'Algérie est partie prenante dans le différend du Sahara, alors que sa propagande et sa diplomatie s'en défendent, sans que cela ne trompe plus personne, a relevé le politologue, ajoutant que le Souverain a conclu en mettant en avant le fait que la question nationale était centrale pour le Maroc au sens qu'elle est au coeur de la Nation marocaine et qu'elle ne pouvait être appréhendée à l'aune des critères d'un dossier technique ou d'aménagement institutionnel.

Meeting à Rabat en commémoration du 39è anniversaire de la Marche verte

Le Haut-commissariat des anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération a organisé, jeudi à Rabat, un meeting en commémoration du 39è anniversaire de la Marche verte.

Dans une allocution de circonstance, le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, Mustapha El Ktiri a mis en avant cette glorieuse épopée historique qui a eu un impact retentissant sur les scènes nationale et internationale, d'autant qu'il s'agissait d'un choix pacifique exceptionnel adopté par le Royaume afin de récupérer ses provinces du Sud.

Cet évènement a permis au Royaume de recouvrer son intégrité territoriale et d'annihiler les frontières chimériques, a-t-il relevé, notant que le Royaume a affiché une vigilance constante face aux plans coloniaux.

Saluant l'initiative marocaine consistant en l'octroi d'une large autonomie aux provinces du Sud, dans le cadre de la souveraineté nationale, M. El Ktiri a fait savoir que cette initiative bénéficie du soutien de la communauté onusienne.

De son côté, l'ancien premier ministre, Ahmed Osman, a indiqué que la Marche verte est une fierté historique incarnant la lutte et la civilisation marocaines, mettant en avant l'importance qu'a suscitée l'annonce par Feu SM le Roi Hassan II, que Dieu ait son âme, d'organiser cette marche pacifique à destination du Sahara marocain. 

La Marche verte, qui a connu la participation d'une marée humaine représentant toutes les régions du Royaume, outre des représentations diplomatiques, a pu réaliser l'objectif escompté, en l'occurrence mener des négociations avec l'Espagne ayant conduit à la conclusion de la convention du 14 novembre 1975, a-t-il estimé.

Pour sa part, le parlementaire Mohamed Salem Bihi (parti de la justice et du développement) a fait remarquer que l'affaire du Sahara intéresse l'ensemble des Marocains et nécessite responsabilité et citoyenneté, ajoutant, qu'en dépit des acquis réalisés par le Royaume sur la scène internationale, de nombreux obstacles persistent, requérant pour les surmonter la conjugaison des efforts, le renforcement du front national, le parachèvement de l'échafaudage institutionnel et l'implication de nouvelles élites capables de relever les défis du développement et de la stabilité. 

Il a, à cet égard, dénoncé les tentatives désespérées des décideurs algériens dans l'optique de porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume ainsi que la connivence de certaines parties internationales dans ces manoeuvres.

Quant à l'inspecteur général du parti de l'Istiqlal, M. Mohamed Soussi, il a estimé que la Marche Verte, qui constitue une étape cruciale dans l'histoire de la lutte du peuple marocain pour l'indépendance et l'unité, a connu la participation de quelque 350.000 personnes et bénéficié du soutien de toutes les composantes du peuple marocain, saluant au passage les efforts déployés en vue du développement des provinces récupérés.

Pour M. Mohamed Driouech, membre du bureau politique du parti de l'Union socialiste des forces populaires, il a relevé que cette marche miraculeuse est inscrite dans les annales de l'histoire mondiale de l'humanité, vu son timing, le nombre des participants et les circonstances internationales l'ayant entouré, notant, dans ce registre, que l'intégrité territoriale du Royaume est une ligne rouge farouchement défendue par tous les Marocains.

Le Maroc demeure attaché à la légalité internationale ayant à maintes reprises insisté sur l'impératif de parvenir à une issue politique négociable entre les parties concernées, sur la base de l'autonomie sous souveraineté marocaine, a-t-il rappelé.

De son côté, M. Khalid Naciri, membre du bureau politique du parti du progrès et du socialisme a mis en exergue l'unanimité des Marocains sur la sacralité de l'intégrité territoriale du Royaume, relevant que l'affaire du Sahara intéresse bel et bien tous les Marocains.

La récupération du Sahara n'est nullement une aubaine de l'histoire, mais est le fruit de grands sacrifices de l'ensemble du peuple marocain, sous la conduite de Feu SM le Roi Hassan II, que Dieu ait son âme.

A cette occasion, M. Naciri a exhorté la communauté internationale à s'arrêter sur la situation dans la région, où le Maroc constitue le seul havre de paix et de stabilité et jouit d'une plus-value politique et stratégique certaine.

Lors de ce meeting, d'anciens résistants et membres de l'armée de libération ont été honorés, de même que des aides pécuniaires ont été distribuées à des bénéficiaires de la famille de la résistance, alors qu'une visite a été organisée au cabinet dentaire relevant de la délégation régionale du Haut-commissariat à Rabat. 

Le discours royal à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte, est une réaffirmation des constantes du Maroc sur la question de l'intégrité territoriale

Le discours adressé jeudi soir à la Nation par SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte, est une réaffirmation des constantes de l'approche du Maroc sur la question de l'intégrité territoriale du Royaume, a souligné l'universitaire marocain, Hassan Boukantar.

Le professeur des relations internationales a ajouté que SM le Roi a rappelé que le Sahara a, de tout temps, fait l'objet de l'unanimité des Marocains et constitué "une question d'existence et non une question de frontières".

M. Boukantar a noté que le discours royal a réitéré le rejet du Maroc de toutes les contrevérités colportées par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume prétendant une exploitation de ce qu'elles qualifient de "richesses du Sahara", ajoutant que le discours a apporté des données concrètes sur le cout supporté par les Marocains pour le développement du Sahara depuis sa récupération en 1975.

L'universitaire marocain s'est arrêté également sur la détermination du Souverain d'entreprendre davantage de réalisations dans les provinces du sud, à l'instar des autres régions du Royaume, à travers notamment la mise en œuvre de la régionalisation avancée et le modèle de développement de ces provinces.

SM le Roi a tenu à rappeler les engagements du Maroc vis-à-vis de la légalité internationale, tout en refusant fermement toute tentative de changement de la nature du conflit pour en faire une affaire de décolonisation, a souligné Boukantar.

Le Souverain a aussi relevé que nombre de décisions de la légalité internationale ont indiqué clairement qu'il s'agit d'une question de parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il souligné.

Le discours royal a clairement exclu toute tentative de révision des paramètres de négociation convenus et qui stipulent que les pourparlers se déroulent dans le cadre de l'article 6 de la charte des Nations Unies qui appelle à une solution négociée et acceptée par toutes les parties, a relevé l'universitaire.

SM le Roi a enfin appelé le Conseil de sécurité à lever l'ambiguïté qui entoure certaines de ses positions dans cette affaire, a dit Boukantar. "Au moment ou le Conseil se félicite des réalisations du Maroc dans le domaine des droits de l'Homme et de la lutte contre le terrorisme, il hésite à faire des pas décisifs pour résoudre ce conflit sur la base de l'Initiative d'autonomie" marocaine, a déploré l'universitaire marocain.

Le discours royal est une réponse claire aux ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc, chiffres et argumentaire à l'appui

Mohamed Zineddine, professeur universitaire, a affirmé que le discours adressé à la nation, jeudi soir, par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte, est une réponse claire aux ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc et à ceux qui doutent de la marocanité du Sahara, avec à l'appui des chiffres significatifs et un argumentaire fort fondé sur la légitimité historique et sur les principes du droit international.

Ce discours offre un règlement de la question du Sahara à travers une régionalisation avancée qui passe par la mise en oeuvre d'un projet de développement des Provinces du sud, a expliqué M. Zineddine, évoquant à ce propos le rapport du Conseil économique, social et environnemental sur le nouveau modèle de développement au Sahara et qui a appelé à une rupture avec l'économie de rente, à une véritable citoyenneté et à une révision de la répartition des richesses dans la région.

Pour ce professeur des sciences politiques à l'Université Hassan II de Casablanca, la mise en oeuvre d'une régionaliosation avancée est à même de modifier la structure de l'Etat et de la société, ce qui requiert une mobilisation et une participation de tous afin d'assurer la mise en place d'une régionalisation solidaire.

M. Zineddine a, d'autre part, relevé que le discours royal comporte des messages à toutes les parties concernées par le différend artificiel autour du Sahara marocain, à savoir les grandes puissances, les Nations unies et l'Algérie.

Sahara marocain : SM le Roi remet les pendules à l'heure

Le discours royal à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche verte interpelle, sur un ton direct et sans ambages, la conscience de tous les citoyens sur la cause existentielle du Sahara marocain. 

En effet, SM le Roi Mohammed VI a eu à cœur de remettre les pendules à l'heure à l'adresse des adversaires et de tous ceux qui, par myopie ou par une lecture tronquée de l'histoire, ont cru bon se livrer au marchandage et à la surenchère sur la première question nationale. 

C'est en des termes clairs et précis que le Souverain réitère l'attachement indéfectible du Maroc à sa souveraineté sur ses provinces du sud, un dossier considéré comme clos au niveau interne avec comme mot d'ordre : "Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu'à la fin des temps". 

Les vieux réflexes selon lesquels la question du Sahara marocain s'apparentait pour certains à un fonds de commerce n'ont plus de place : Le Maroc et les Marocains ne se laisseront pas entrainer par les velléités mercantiles de certains individus qui se servent de la cause nationale pour se procurer des privilèges indus. 

"Halte aux surenchères sur le Maroc et halte à l'instrumentalisation de l'espace des droits et des libertés pour comploter contre lui". Révolu le temps où l'on comptait sur l'indulgence sans limite de la patrie. La trahison et les traîtres ne passeront plus, tant le devoir exige de faire montre de volonté implacable à leur encontre.

Et en tout état de cause, le vivre-ensemble dans l'Etat de droit fait que l'engagement dévoué de tout un chacun à garantir l'ordre public et la sécurité est prérequis pour réunir les conditions d'une vie digne pour tous.

C'est pourquoi le Maroc refuse tous les agissements visant à porter atteinte à sa stabilité et entend s'y opposer en toute responsabilité et avec toute la fermeté requise, par l'entremise de la loi et sous l'autorité de la justice.

De fait, le Royaume dispose de ses mécanismes et de ses institutions propres, dont le sérieux et la crédibilité sont reconnus internationalement, pour s'occuper de toutes les questions intéressant le quotidien des citoyens, y compris les droits de l'Homme. 

Toujours est-il qu'il y a lieu de rejeter toute manœuvre visant la minimisation de ses initiatives et la dramatisation des événements qui se produisent dans ses provinces sahariennes.

Il y a lieu aussi de rejeter la complaisance de certains vis-à-vis de la véritable partie à ce différend, qu'est l'Algérie, et les tentatives de l'exonérer de ses responsabilités. "Faute de faire assumer sa responsabilité à l'Algérie en tant que principale partie dans ce conflit, il n'y aura pas de solution" au différend sur le Sahara, a affirmé clairement SM le Roi, qui avec des mots limpides a écarté que cela puisse nuire à l'Algérie, à sa direction ou à son peuple.

La lutte sans relâche de SM le Roi pour la cause nationale n'a d'égal que Son engagement fort à garantir une vie digne pour les citoyens des provinces du sud, sur un pied d'égalité avec tous les autres Marocains.

Justement dans cette conception-là, le Souverain appelle de ses vœux à l'ouverture d'un dialogue national franc, responsable et sérieux sur les idées envisageables en vue d'apporter des réponses claires à toutes les questions et les préoccupations des habitants de la région, dans le cadre de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale du pays.

Le secteur privé est également invité à s'impliquer davantage dans le développement des provinces du Sud. Novatrice, une telle démarche implique une rupture avec le mode de gouvernance qui prévalait par le passé et requiert, pour les fils du Sahara, une participation accrue à la gestion des affaires locales.

Cette implication citoyenne est d'autant plus salutaire qu'elle permet d'immuniser et de revigorer les nombreuses réalisations engagées dans les domaines les plus variés, de l'économique au culturel, du politique au social. Le plus important n'est autre que l'accompagnement des grands chantiers de mise en œuvre de la régionalisation avancée et du modèle de développement des provinces du Sud.

Au-delà des textes juridiques et du transfert, du centre vers les régions, des ressources matérielles et humaines, le Souverain s'attache à une régionalisation qui se fonde sur le patriotisme sincère et l'engagement citoyen.

"Nous voulons des zones et des régions solidaires, complémentaires, qui s'entraident et se soutiennent mutuellement", conclut Sa Majesté le Roi dans une invite sincère et passionnée en faveur d'une Nation de tous ses citoyens.

- Par Abdallah Chahboune -

Abdelhak Lamrini : la marche verte, une épopée historique dans le registre d'or du patriotisme marocain

La glorieuse Marche Verte, dont le peuple marocain célèbre jeudi le 39-ème anniversaire dans la liesse et la fierté et dans un climat de mobilisation nationale continue sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, est une épopée historique remarquable dans le registre d'or du patriotisme marocain, a affirmé M. Abdelhak Lamrini, historiographe du Royaume et porte-parole du Palais royal.

'Cet évènement, porteur d'innombrables leçons, revêt de grandes significations qui illustrent la forte cohésion entre le Trône et le peuple et traduisent l'unanimité autour des constantes et des valeurs sacrées de la nation marocaine'', a souligné M. Lamrini dans un entretien à la MAP.

Le professeur Lamrini a rappelé que Sa Majesté Hassan II, que Dieu ait son âme, s'est inspiré du verset de sourate Al Fath pour organiser cette marche pacifique en vue de relier les régions du nord du Maroc avec les provinces sud du Royaume et de renouveler les liens juridiques et historiques solides avec l'ensemble des composantes du peuple marocain, en tant que commandeur des croyants et protecteur de la foi et de la religion. Dieu a dit dans son Livre Saint : "Ceux qui te prêtent serment d'allégeance ne font que prêter serment à Allah : la main d'Allah est au-dessus de leurs mains. Quiconque viole le serment, ne le viole qu'à son propre détriment, et quiconque remplit son engagement envers Allah, Il lui apportera bientôt une énorme récompense".

Les Marocains qui se sont portés volontaires pour participer à cette marche grandiose ont traversé les frontières chimériques sans craintes ni inquiétudes, convaincus de la justesse de leur cause, foulant le sol de leur Sahara avec des pas sûr et confiants, a-t-il dit.

C'est pour ces raisons que la Marche verte a été une belle réussite qui a permis au Maroc de recouvrer son intégrité territoriale historique, a-t-il ajouté, notant que cette épopée a été inscrite en lettres d'or dans l'Histoire du Maroc et constitue un motif d'admiration et de fierté pour le peuple marocain.

Le peuple marocain, qui commémore aujourd'hui le 39-ème anniversaire de la glorieuse marche verte, se remémore ses significations profondes et démontre l'engagement de toutes ses composantes à défendre les constantes de la Nation, à préserver l'unité du Royaume sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, et à faire face à toutes les manœuvres et les intrigues ourdies contre le Maroc et son intégrité territoriale, a poursuivi M. Lamrini. 

Et l'historiographe du Royaume d'ajouter que la Marche verte est à cet effet une occasion pour jeter la lumière sur la philosophie et les différentes dimensions de cet évènement historique exceptionnel qui a permis le retour des provinces du sud au giron national, mais aussi pour souligner de nouveau l'attachement de tous les Marocains à leur identité et leur adhésion à la cause nationale.

Cette épopée pacifique, a ajouté M. Lamrini, restera un événement historique national qui illuminera à jamais la voie du peuple marocain, afin de poursuivre sa lutte légitime pour parachever son unité nationale et défendre son intégrité territoriale, et de conforter son évolution politique et économique sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Propos recueillis par Driss Guedira

La commémoration de la glorieuse Marche Verte reflète l'engagement des Marocains à défendre leurs causes nationales justes

La commémoration de la glorieuse Marche Verte constitue un rendez-vous annuel et une étape symbolique traduisant l'engagement des Marocains à défendre leurs causes nationales justes, loin de toute logique d'affrontement, de violence ou de complot, a indiqué l'historien et spécialiste du mouvement national, Redouan Hdadou.

En plus d'un signe de sagesse, d'intelligence et de clairvoyance des Marocains, attachés aux valeurs de la paix, de la modération et du rejet de violence, la célébration du 39ème anniversaire de la Marche Verte (6 novembre) traduit aussi la détermination, le courage et la capacité de créativité du peuple marocain ainsi que sa permanente disposition à défendre la patrie et œuvrer pour le parachèvement de son intégrité territoriale, en tant que devoir religieux, national et moral, a souligné Hdadou dans un entretien à la MAP.

Cet événement phare illustre aussi la communion entre le Trône alaouite et le peuple ayant permis au Royaume de transcender des obstacles conjoncturels pendant des moments historiques difficiles, a-t-il ajouté, soulignant que ces difficultés et défis ont renforcé la volonté et la détermination des Marocains à relever les défis sécuritaires, sociaux, politiques et de développement.

L'épopée de la Marche Verte dont l'architecte Feu SM Hassan II, compagnon de lutte de son père Feu SM Mohammed V, héros de l'indépendance, que Dieu les entoure de Son infinie miséricorde, n'a pas perdu de son éclat et constitue un témoignage éloquent à la communauté internationale de la capacité du Maroc, Roi et peule, à résoudre des questions difficiles et complexes à travers des moyens pacifiques. 

Le monde a tant besoin actuellement de ce genre de positions et initiatives, incarnées par la Marche Verte pour faire face aux idées "séparatistes destructrices, aux positions extrémistes et résoudre les conflits armés", a relevé M. Hdadou.

La Marche Verte exprime l'attachement de l'ensemble des Marocains au patriotisme sincère et à l'Islam tolèrent d'autant plus que les volontaires ayant participé à cette épopée n'étaient armés que du coran et du drapeau national.

Le flambeau de la glorieuse Marche verte, qui demeure un événement politique et national phare, ne s'est jamais éteint après des dizaines d'années, et constitue toujours un motif de fierté pour l'ensemble des marocains, jeunes et moins jeunes, a-t-il poursuivi. 

"C'est une source d'inspiration pour transcender les contraintes et avorter les complots ourdis fomentés par les ennemies de l'intégrité territoriale, qui envient le Royaume pour la symbiose existant entre l'ensemble de ses composantes et leur attachement indéfectible au glorieux Trône alaouite, ainsi que pour les succès réalisés dans tous les domaines", a affirmé M. Hdadou.

La commémoration de la Marche Verte ne constitue pas seulement un moment symbolique pour se remémorer et commémorer cette épopée, mais elle imprime un nouvel élan pour poursuivre et conforter le processus de développement et de réformes, lancé par SM le Roi Mohammed VI, a souligné M.Hdadou, notant que la dynamique de développement enclenché par le Maroc s'érige désormais en un modèle à suivre par plusieurs pays arabe.

Propos recueillis par Abdelaziz Hayoune

L'anniversaire de la Marche Verte, une occasion pour réitérer l'unanimité inébranlable des Marocains autour de l'intégrité territoriale du Royaume

Le 39ème anniversaire de la Marche verte constitue une occasion pour les différentes composantes de la société marocaine de réitérer leur unanimité inébranlable autour de l'intégrité territoriale du Royaume, conformément à la légitimité internationale, a souligné le professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V à Rabat, El Hassan Boukantar. 

Evoquant lors d'un entretien les développements du dossier de l'intégrité territoriale du Royaume, M. Boukantar a indiqué que la commémoration de cet événement historique revêt plusieurs significations et rappelle aux générations qui ne l'ont pas vécu sa portée et le rôle pacifique qu'il a joué pour asseoir la légitimité de la cause nationale, rappelant que les 350.000 Marocains qui ont pris part à cette glorieuse Marche n'avaient comme armes que l'adhésion nationale et le Saint Coran pour montrer au monde entier la volonté du Maroc à gérer pacifiquement ses affaires.

Selon M. Boukantar, la célébration de cet anniversaire représente également un nouveau signe de la poursuite de l'engagement du Maroc à s'attacher à la légalité internationale, à travers la recherche d'une solution politique négociée et acceptée par les parties. 

En dépit des manœuvres visant à nuire aux efforts du Maroc pour trouver une solution permanente à ce conflit artificiel, le Maroc est déterminé à continuer d'œuvrer pour parvenir à une solution qui permettra aux peuples du Maghreb de vivre dans la stabilité et de faire face aux différents dysfonctionnements et dangers sécuritaires qui menacent la région, a-t-il relevé. 

M. Boukantar a noté que le dossier de l'intégrité territoriale n'a pas connu l'année dernière une évolution majeure, vu la poursuite des manœuvres des ennemis du Royaume visant à détourner le cours des événements, en "noyant" le dossier dans des questions tels les droits de l'Homme et l'exploitation des richesses dans le Sahara, au lieu de chercher une solution politique, négociée et acceptée, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. 

Il a également fait remarquer que l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, Christopher Ross, n'a effectué aucune tournée dans la région pour accomplir la mission qui lui a été assignée, précisant que la situation demeure caractérisée par une sorte de stagnation. 

M. Boukantar a, par ailleurs, relevé que le Maroc est parvenu à déjouer les tentatives visant à élargir les missions de la MINURSO pour englober la question des droits de l'Homme au Sahara, précisant que les interventions diplomatiques marocaines qui ont eu lieu au plus haut niveau ont eu un impact décisif pour le maintien de l'approche du Conseil de sécurité visant essentiellement à parvenir à une solution politique, négociée et acceptée par les parties.

Ces démarches du Maroc n'ont pas été au goût des ennemis de l'intégrité territoriale qui ont continué leurs manœuvres en encourageant certaines organisations non gouvernementales, connues pour leur position hostile à l'intégrité territoriale du Maroc, à travers la publication de rapports alignés sur les thèses des séparatistes du +polisario+ concernant l'extension des missions de la MINURSO, a-t-il expliqué.

L'académicien a, dans ce sens, incité le Maroc à poursuivre ses efforts soutenus auprès des alliés et des pays influents au Conseil de sécurité, en vue de dynamiser le processus de négociations sur la base de l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara.

Il a souligné que la diplomatie marocaine dans toutes ses composantes est appelée à faire montre de plus de vigilance et à se mobiliser pour faire face à toutes les manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, et à consacrer l'approche du Conseil de sécurité, en cherchant une solution politique à ce conflit artificiel, fondée sur l'initiative d'autonomie proposée par le Maroc depuis avril 2007 et que les ennemis du Maroc cherchent à saboter et vont sans doute poursuivre leurs manoeuvres pour pousser le Conseil de sécurité à changer son approche, notamment celle relative à l'extension des prérogatives de la MINURSO. 

Le conflit du Sahara dit "occidental", rappelle-t-on, est un conflit artificiel imposé au Maroc par l'Algérie. Le polisario, un mouvement séparatiste soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb.

Cette situation bloque tous les efforts de la Communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale. 

Propos recueillis par Siham Taoufiki

 

Nouvelle émission spéciale de timbre-poste à l'occasion du 39e anniversaire de la Marche Verte

Barid Al-Maghrib a annoncé l'émission vendredi 07 novembre, d'un nouveau timbre-poste commémorant la célébration par le peuple marocain du 39e anniversaire de la Marche Verte.

"Cette émission spéciale, dont la valeur faciale est de 8,40 Dhs, vient enrichir la collection des timbres- poste consacrée à la célébration de ce glorieux événement qui a marqué l'histoire contemporaine de notre pays", indique Barid Al-Maghrib dans un communiqué

Le timbre-poste dédié au 35e anniversaire de la Marche Verte lancé en 2010 porte les graines du sable du Sahara Marocain, grâce à l'usage d'une technique avancée de thermographie, rappelle Barid Al-Maghrib .

Fidèle à son rôle d'attribut de souveraineté, le timbre-poste participe, par cette nouvelle émission spéciale, à la commémoration de la Marche Verte qui illustre la ferme volonté des Marocains de défendre l'intégrité territoriale du Royaume, ajoute le communiqué.

Sahara: Le Maroc demeure attaché à son choix stratégique favorisant une solution politique consensuelle dans le cadre du plan d'autonomie

Le Maroc demeure attaché à son choix stratégique favorisant une solution politique consensuelle à la question du Sahara marocain dans le cadre du plan d'autonomie présenté par le Royaume au Conseil de sécurité de l'ONU, qui l'a qualifié de sérieux et crédible, indique, mercredi, le parti du progrès et du socialisme (PPS).

"Il n'y a pas d'autres options outre le plan d'autonomie qui préserve la dignité de toutes les parties et assure la voie au Grand Maghreb Arabe avec ses cinq pays vers la stabilité, la prospérité, la fraternité et la démocratie", relève le PPS dans un communiqué rendu public à l'occasion du 39e anniversaire de la Glorieuse Marche verte.

"Le consensus national sincère et la consolidation du front interne à travers la consécration de la pratique démocratique aussi bien dans les régions du sud que du nord constituent le meilleur jalon pour le succès de cette question sacrée, partant du fait que la force du Royaume se trouve dans son consensus, sa démocratie et ses efforts inlassables vers l'édification du Maroc des institutions, de la dignité et de la justice sociale", indique cette formation politique.

Pour le PPS, entraver les aspirations légitimes du Royaume de recouvrer sa souveraineté historique et politique sur ses Provinces du sud est le fait de ceux qui devaient, du point de vue moral, soutenir le Maroc dans ses revendications légitimes, à savoir les dirigeants de l'Algérie voisine, qui ont mis employé toutes leurs énergies propagandiste, politique, diplomatique et financière au service de leurs desseins hégémoniques dans la région maghrébine aux dépens des droits sacrés et légitimes de la Nation marocaine.

"En 39 ans de manoeuvres, ces derniers ont essuyé 39 ans de défaites", estime le parti, en affirmant que le Maroc ne renoncera pas à l'esprit de responsabilité dont il a toujours fait montre concernant ce conflit.

Dans son communiqué, le parti du progrès et du socialisme a appelé à tenir compte des conditions inhumaines que vivent les séquestrés dans les camps de Tindouf sur le sol algérien, en exhortant la communauté internationale et les ONG internationales à assumer avec courage et en toute objectivité toute leur responsabilité à cet égard.

Et le parti de conclure que la célébration du 39-ème anniversaire de la Glorieuse Marche verte est une épopée remarquable à inscrire en lettres d'or dans l'histoire de la lutte des peuples pour l'indépendance, ainsi qu'une occasion de rendre hommage aux grands sacrifices consentis par la Nation marocaine en vue de développer les Provinces du sud libérées, relancer la dynamique du développement socio-économique global et consacrer le processus de la construction démocratique aussi bien dans le sud que dans le nord.

(MAP-05/11/2014)