15 °C Correct Rabat

Actualités
Jeudi 12 Septembre 2013

Alistair Burt salue une "véritable transparence" dans le traitement de la question migratoire au Maroc

Synthèse vocale
Alistair Burt salue une

Le ministre au Foreign Office chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du nord, Alistair Burt, a salué, mercredi à Rabat, "l'ouverture" avec laquelle le gouvernement marocain traite la question de l'immigration irrégulière, qualifiant cette démarche de "véritable transparence".

"J'ai consulté les journaux marocains, ce matin, et j'étais impressionné de voir que le débat autour de l'immigration irrégulière, un sujet épineux pour le Maroc, est devenu public. C'est une véritable transparence", a affirmé le responsable britannique lors d'une rencontre-débat pour commémorer le deuxième anniversaire du lancement du Programme de Partenariat Arabe, financé par le Royaume-Uni.

"Le gouvernement est vraiment engagé dans la question de l'immigration clandestine, et il est en train de discuter ce sujet ouvertement devant tous les médias et organismes de presse", a-t-il ajouté. 

M. Burt s'est félicité, en outre, de l'engagement du Royaume, Roi et gouvernement, en faveur des réformes constitutionnelles, notamment l'adoption de la Constitution du 1er juillet 2011.

"Le Maroc jouit d'une stabilité inégalée au niveau régional, grâce aux réformes constitutionnelles qu'il a entreprises, et il s'est imposé comme destination de choix pour les investissements arabes et étrangers", a affirmé le ministre britannique.

Par ailleurs, M. Burt a expliqué qu'une enveloppe d'environ 2,5 millions de Livres Sterling est allouée au le fonds du Programme de Partenariat Arabe pour le Maroc, destiné à soutenir le royaume dans ses efforts visant à renforcer la participation politique, consolider la bonne gouvernance, améliorer l'accès à l'information et lutter contre la corruption. 

Ce Programme, lancé en 2011, est une initiative britannique qui soutient des projets visant à accroître la participation politique constructive en renforçant la confiance entre le public et les institutions de l'Etat, a-t-il relevé. 

Et de conclure que "le Royaume-Uni, un pays lié au Maroc par des relations diplomatiques vieilles de plus de 800 ans, apprécie les liens amicaux qu'il entretient avec SM le Roi et le peuple marocain".

 

Entretiens de M. Benkirane avec le ministre au Foreign Office chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord

Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, s'est entretenu, mercredi à Rabat, avec le ministre au Foreign Office chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Alistair Burt, en visite de travail au Maroc.

Ces entretiens ont été axés sur les relations entre la Grande-Bretagne et le Maroc, a indiqué M. Burt dans une déclaration à la presse à l'issue de cette entrevue.

Le responsable britannique s'est également félicité des liens forts unissant les deux pays particulièrement en termes de commerce, d'éducation et d'opportunités d'investissement.

M. Burt a en outre indiqué avoir abordé avec M. Benkirane les réformes entreprises au Maroc ainsi que d'autres questions d'ordre régional.

Selon un communiqué du département du Chef du Gouvernement, MM. Benkirane et Burt se sont félicités de la qualité des relations solides d'amitié et de coopération entre les deux Royaumes, et qui célèbrent leur 800-ème anniversaire.

Les deux parties ont aussi passé en revue les moyens de promouvoir la coopération bilatérale dans les différents domaines notamment ceux de l'éducation et de la formation et en matière d'investissement.

Auparavant, le responsable britannique a pris part à une rencontre-débat, organisée à l'ambassade britannique à Rabat, pour commémorer le deuxième anniversaire du lancement du Programme de Partenariat Arabe, financé par le Royaume-Uni.

Il a salué, à cette occasion, "l'ouverture" avec laquelle le gouvernement marocain traite la question de l'immigration irrégulière, qualifiant cette démarche de "véritable transparence".

 

M. Amrani s'entretient avec le ministre au Foreign Office chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord

Le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Youssef Amrani, s'est entretenu, mercredi à Rabat, avec le ministre au Foreign Office chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Alistair Burt, en visite de travail au Maroc.

Au cours de cet entretien, M. Amrani s'est félicité de l'excellence des relations entre le Maroc et la Grande Bretagne, comme en témoigne le dialogue politique permanent de haut niveau, l'affermissement de l'agenda bilatéral de partenariat, ainsi que l'intensification continue des échanges de visites de responsables des deux pays. Il a salué, dans ce sens, toutes les étapes franchies depuis la création en 2006 du Forum du dialogue ministériel. 

Le ministre délégué a réitéré la volonté du Royaume de consolider toutes les thématiques des relations bilatérales et de tirer profit des nouvelles opportunités afin de développer davantage la coopération multiforme entre le Maroc et le Royaume-Uni.

M. Amrani n'a pas manqué de mettre en exergue les réformes d'envergure engagées au Maroc sous la Conduite de SM le Roi Mohammed VI, notamment en ce qui concerne la consolidation de l'Etat de Droit, la promotion de la démocratie, le développement humain et le renforcement des structures de bonne gouvernance. 

Abordant la question nationale, M. Amrani a souligné que le Maroc continue d'œuvrer, de bonne foi, à l'avancement du processus politique mené par l'ONU, dans le respect des paramètres de la négociation arrêtés par le Conseil de sécurité, à savoir le réalisme et l'esprit du compromis.

Par ailleurs, le ministre délégué a souligné l'importance que revêt l'intensification des échanges économiques et commerciaux entre le Maroc et le Royaume-Uni, en rappelant que le Maroc est un pays pour lequel le Royaume-Uni a nommé un envoyé spécial pour le commerce.

Abordant la situation régionale, le ministre délégué a souligné l'intérêt stratégique porté par le Royaume pour l'émergence d'un nouvel ordre maghrébin, susceptible de solidarité, de complémentarité et d'intégration dont regorge la région. 

Au vu du spectre de menaces sécuritaires qui pèse sur la région, le Maroc n'a cessé de plaider pour une coopération régionale effective. Seule une approche globale prenant en compte les populations et inscrivant son action à la fois dans les champs politiques, économiques, sécuritaires et culturels, permettrait de réduire durablement les causes de l'insécurité. Le Maroc place ainsi la stabilité régionale, le renforcement de la coordination et le développement de synergies nouvelles en tant que priorité et nécessité stratégique, a-t-il précisé.

Le ministre au Foreign Office chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord a rappelé, de son côté, que le Maroc et le Royaume-Uni célèbrent cette année le 800ème anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. "Ces relations ont été consolidées au cours des trois dernières années et nous tenons à ce qu'elles soient renforcées davantage", a-t-il souligné.

Le responsable britannique a mis en avant les possibilités d'investissement au Maroc à la veille de la Conférence du partenariat de Deauville sur l'investissement prévue à Londres la semaine prochaine durant laquelle le Maroc sera représenté au plus haut niveau. "La conférence sera une occasion pour exposer les opportunités d'investissements au Maroc", a-t-il dit. 

Le Royaume-Uni, qui assure la présidence du G8 cette année, est déterminé à déployer plus d'efforts pour que le processus de Deauville aille de l'avant, a-t-il affirmé.

Sur un autre registre, M. Alistair a évoqué les changements survenus depuis l'avènement du printemps arabe en 2011 et a insisté sur l'importance de la stabilité économique pour les jeunes en termes d'emplois et d'éducation.

Par ailleurs, le ministre s'est félicité du climat d'ouverture au Maroc marqué récemment par le dialogue sur la question de la migration et a salué à cet égard la volonté politique du Maroc pour traiter ce sujet et l'implication de la société civile.

Sur le plan international, le ministre britannique a appelé la communauté internationale à agir de manière décisive et rapide pour mettre fin au conflit en Syrie, saluant à cet égard la position ferme du Maroc en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

- MAP -