26 °C Clear sky Rabat

Actualités
Jeudi 3 Août 2017

Le ministre de la Culture et de la Communication expose le plan exécutif du secteur 2017-2021

Synthèse vocale
Le ministre de la Culture et de la Communication expose le plan exécutif du secteur 2017-2021

Le Plan exécutif du secteur de la culture 2017-2021 vise à donner un nouveau souffle à la scène culturelle nationale

Le Plan exécutif du secteur de la culture 2017-2021 vise à donner un nouveau souffle à la scène culturelle nationale et à offrir les conditions à même de renforcer le rôle de la culture, en tant qu'élément essentiel pour le développement durable, a souligné, jeudi à Rabat, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aâraj.

Lors de la réunion de la Commission de l'enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, dédiée à la présentation et à l'examen du plan d'action du ministère pour la législature actuelle, M. El Aâraj a relevé que le plan d'action du secteur s'assigne pour but de valoriser les acquis réalisés et de surmonter les contraintes et les difficultés présentes, soulignant la nécessité de redoubler d'efforts afin de faire face aux défis du développement.

Ce plan exécutif, a précisé le ministre, repose sur plusieurs axes, dont la mise en place d'une stratégie culturelle nationale basée sur la Constitution (articles 5, 25 et 26), les Orientations de SM le Roi Mohammed VI et le programme du gouvernement, a-t-il noté, faisant observer que son ministère œuvre, actuellement, à l'élaboration d'une stratégie nationale pour le développement culturel, en partenariat avec les départements concernés et sur la base d'une concertation à l'échelle nationale. Le deuxième axe repose, quant à lui, sur la protection et la promotion du patrimoine culturel national, vu que le Maroc dispose d'un patrimoine matériel et immatériel riche et diversifié, a indiqué M. El Aâraj.

Il a, dans ce sens, fait savoir que le ministère a élaboré un document de référence intitulé "Les éléments de la vision du patrimoine 2020", qui identifie les différents aspects relatifs à l'inventaire, le classement, la détermination, la préservation et la promotion du patrimoine culturel national, ainsi que son insertion dans la perspective du développement global.

S'agissant du 3ème axe relatif à la politique de proximité culturelle, M. El Aâraj a souligné qu'il a été procédé à la mise en place d'un programme lié aux structures culturelles majeures et à leur distribution de manière équitable sur l'espace territorial, relevant qu'il sera également procédé à la création progressive des structures culturelles dans les communes, les provinces et les collectivités urbaines. Il a, de même, assuré qu'un programme national dédié à équiper le milieu rural en infrastructures culturelles sera mis en place.

Le ministre a, également, indiqué que le 4ème axe vise à mettre en place les bases de l'industrie culturelle nationale, à travers l'intervention sur toute la chaîne de valeurs, allant de la création à la distribution, en passant par la production et la promotion, tandis que le 5ème axe est lié au renforcement du rayonnement culturel marocain à l'étranger. Il a relevé qu'en la matière, le ministère adopte une approche volontariste sur le plan de la diplomatie culturelle, visant à mettre en avant l'image culturelle du Maroc.

M. El Aâraj a également souligné que la mise en œuvre de ces axes nécessite des mesures et des procédures d'accompagnement, ainsi que la mobilisation des ressources humaines et financières, en augmentant progressivement le budget alloué au secteur de la culture, en renforçant les ressources humaines et en améliorant le système législatif, outre la révision de la structure organisationnelle du secteur pour qu'il soit en harmonie avec les nouvelles fonctions culturelles et avec la stratégie de développement.

Le plan d’action de la communication 2017-2021, un mécanisme de gestion et de mise en œuvre de la vision stratégique du secteur 

Le plan d'action du secteur de la communication 2017-2021 constitue un mécanisme de gestion et de mise en œuvre de la vision stratégique du secteur, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aâraj.

Ce plan vise à consacrer la liberté et l’indépendance de la presse et à garantir une profession "compétitive et responsable" de nature à accompagner les mutations sociales et le développement technologique que connait le secteur, a indiqué M. El Aâraj lors d’une réunion de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants consacrée à la présentation et l’examen du programme d’action du ministère au titre de l'exercice en cours.

Le programme ambitionne d'atteindre l’efficience dans la mise en œuvre de la stratégie du secteur de la communication, au service d’une presse indépendante reflétant le multipartisme, le multiculturalisme et le multilinguisme, ainsi que de la préservation de l’identité nationale avec ses différents affluents, du développement social, de l’évolution démocratique et du respect de la déontologie professionnelle, a-t-il relevé.

Ledit programme, qui se veut une illustration d’une vision claire, repose sur plusieurs piliers, à savoir la garantie de la liberté et l’indépendance des médias, le rayonnement de l’image du Maroc, l’engagement effectif et efficient de l’ensemble des intervenants, la conclusion de contrats avec les institutions œuvrant dans le domaine, la valorisation des ressources humaines, le renforcement des infrastructures et la réalisation de la bonne gouvernance, a expliqué le ministre. 

L’approche adoptée s'est concentrée sur huit domaines relatifs à la presse écrite, le journalisme d’agence, l’audiovisuel, le cinéma, les droits d’auteurs, la propriété intellectuelle, la communication institutionnelle, la préservation de la mémoire médiatique, la publicité, ainsi que l’administration et la gouvernance, a-t-il ajouté.

Le ministre a, également, souligné que l'Agence Maghreb arabe presse (MAP) constitue une source principale de l'information et une fenêtre du Maroc à l'étranger. Ainsi, en vue de développer son produit, le diversifier et lui permettre de perdurer face à la compétitivité étrangère, le ministère a défini comme objectif stratégique la mise en place d"un cadre juridique et institutionnel organisant l'agence, l'accordant de nouveaux missions et mécanismes d'action capables de relever sa compétitivité et lui permettre de se positionner à l'échelle internationale au service des intérêts du Maroc et son rayonnement", et ce à travers la mise en oeuvre de deux programmes portant sur la modernisation du cadre juridique et institutionnel de l'agence et la mise en place d'une stratégie d'action 2017-2021.

Dans ce cadre, trois projets structurants seront réalisés en vue de doter l'agence d'un cadre juridique et institutionnel modernes et d'une stratégie à moyen terme, a-t-il assuré. 

En ce qui concerne la communication audiovisuelle, l’objectif stratégique est de "valoriser l'autonomie du secteur audiovisuel public, développer les infrastructures et diversifier et améliorer l'offre", a souligné le ministre, précisant que la réalisation de cet objectif se fera selon une approche participative de trois programmes portant respectivement sur l'étude et le développement du cadre juridique, le développement de la gouvernance de gestion des deux entreprises du pôle public et l'amélioration de leurs services, ainsi que le financement des médias publics.

Il a, aussi, affirmé que le ministère œuvrera pour promouvoir le cinéma, améliorer l'industrie cinématographique et développer le film marocain, ajoutant que les efforts déployés dans ce sens dépendent de l'existence d'un climat sain qui respecte les droits de l'auteur et de la propreté intellectuelle, à même d'assurer les droits littéraires de toutes les sortes créativité.

Pour ce qui est de la communication institutionnelle et la préservation de la mémoire médiatique nationale, trois programmes seront mis en place, portant essentiellement sur le développement des mécanismes de surveillance et de communication de l'information et l'interaction avec la presse étrangère, la contribution au rayonnement de l'image du Maroc dans les médias et à l'étranger, le renforcement de la présence électronique du secteur et la préservation de la mémoire médiatique nationale, a précisé M. El Aâraj. 

Evoquant le développement de la préservation de la mémoire médiatique nationale, le ministère prévoit la mise en place de projets visant à protéger le service documentaire national contre la perte des documents, de même qu'il procédera au renforcement de la présence digitale du secteur de la communication sur internet, les réseaux sociaux et les moteurs de recherche, à travers l'actualisation continue des sites et la création du "portail Maroc" sur le site de la commission arabe des médias électroniques.

Concernant le domaine de la publicité qui constitue, selon le ministre, un pilier essentiel à l'entreprise médiatique, le ministère œuvrera à "accompagner le développement de ce secteur et à la promotion de l'autogestion et de l'organisation des publicités", notant que cet objectif stratégique sera mise en oeuvre par la réalisation de deux programmes relatifs au cadre juridique, au soutien et au développement du secteur de la publicité. 

Le ministre a, ainsi, souligné que l’action sera focalisée sur la réalisation des objectifs stratégiques, notamment la modernisation de la gestion administrative et le développement du rôle des directions régionales.

Eu égard à l’importance de ce domaine, quatre projets seront élaborés en matière de valorisation des ressources humaines au ministère, de mise à niveau des directions régionales et d’adaptation de la structuration administrative aux nouveaux besoins, ainsi que le développement du système informatique dans le domaine, a-t-il conclu. 

(MAP-03/08/2017)