15 °C Clear sky Rabat

Actualités
Mardi 14 Janvier 2020

La Mauritanie veut bénéficier de l'"expérience pionnière" du Maroc dans le domaine de la régionalisation

Synthèse vocale
La Mauritanie veut bénéficier de l'

Plusieurs responsables mauritaniens ont exprimé, lundi à Nouakchott, la volonté de leur pays de tirer profit de l'expérience pionnière du Maroc dans le domaine de la régionalisation.

S'exprimant lors d'un colloque organisé par l'ambassade du Maroc à Nouakchott, en coopération avec les autorités mauritaniennes et l'Association des régions du Maroc sous le thème "Gouvernance des régions en Mauritanie et au Maroc", la présidente de la région de Nouakchott, Fatima Bint Abdel-Malik, a indiqué que son pays a hâte de découvrir et de tirer profit de "l'expérience marocaine pionnière" dans le domaine de la régionalisation.

Lors de ce colloque organisé sous l'égide du ministère mauritanien de l'Intérieur et de la Coopération, avec la coopération du Centre régional de recherche et de conseil, Bint Abdel-Malik a ajouté que l'expérience marocaine réussie devra servir d'exemple pour les conseils régionaux mauritaniens en vue de leur permettre d’accomplir parfaitement la mission qui leur est dévolue.

La responsable a rappelé, à cet égard, que la Mauritanie avait connu plusieurs expériences dans le domaine de la décentralisation, notant que ce processus a a été couronné, en 2017, par la création de conseils régionaux dans le but de promouvoir la démocratie locale et le développement participatif.

Pour sa part, le représentant des régions de Mauritanie, Mohamed Ould Ibrahim Ould Esayed, a déclaré que la création récente des conseils régionaux en Mauritanie et leur jeune expérience requièrent l'intensification des efforts, exprimant le souhait de ces instances de bénéficier de l'expérience marocaine dans ce domaine.

Il a indiqué que la qualité de coopération entre les élus locaux mauritaniens et marocains reste en deçà des relations historiques distinguées existant entre les deux pays, estimant qu'il est temps pour donner une nouvelle impulsion à ces liens à travers un grand nombre d'initiatives dont l'échange d'expertises et d'expériences.

Et d’ajouter que les autorités mauritaniennes aspirent à renforcer davantage la coopération maroco-mauritanienne dans le domaine de la décentralisation, conçue comme une option stratégique irréversible.

S’exprimant par la même occasion, Taleb Ould El Mahjoub, maire de Tafragh Zina, la plus grande municipalité de la capitale Nouakchott, a indiqué que ce colloque constitue une nouvelle opportunité pour renforcer les relations distinguées entre les deux pays, à travers l'échange d'expériences dans le domaine de la décentralisation et du développement local.

La rencontre représente également une occasion pour approfondir la réflexion sur les politiques des collectivités locales et la décentralisation, dans la perspective de la création d'un partenariat entre les deux pays dans ce domaine.

Auparavant, le directeur du Centre régional de recherche et de conseil, Sayed Ahmed Cheikhna, avait souligné que l'idée d'organiser le colloque sur "La gouvernance des régions en Mauritanie et au Maroc" sous-entend trois dimensions, à savoir de bénéficier de l'expérience du Maroc qui a réussi à mettre en place un modèle pionnier de régionalisation, devenu une référence pour les pays frères.

Le Centre a tenu, dans ce contexte, à inviter des experts spécialisés à présenter les conclusions de cette expérience et aider ainsi à sa concrétisation en Mauritanie, a-t-il dit.

Le Colloque, qui se tient deux jours durant, connait la participation de plusieurs responsables centraux du ministère marocain de l'Intérieur, d’experts, de professeurs universitaires et de responsables régionaux marocains et mauritaniens, dont la présidente du conseil de la région Guelmim-Oued Noun, Mme Mbarka Bouaida.

Ses travaux se répartissent en cinq sessions thématiques traitant de plusieurs axes notamment "Le cadre juridique et les institutions régionales", "Le projet régional, difficultés et bonnes pratiques", "Partenariats entre l'Etat et les acteurs économiques et sociaux", "Financement du développement régional" et "Mécanismes d’appropriation du projet régional par les acteurs territoriaux".

MAP 14/01/2020