17 °C Cloudy Rabat

Actualités
Vendredi 22 Avril 2016

La ministre chargée de l'Environnement participe à une rencontre de haut-niveau sur les Océans au siège de l'ONU

Synthèse vocale
La ministre chargée de l'Environnement participe à une rencontre de haut-niveau sur les Océans au siège de l'ONU

Mme El Haite: Les océans seront au coeur de la COP22

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement chargée de l’Environnement, Hakima El Haite, a promis, jeudi au siège de l’Onu à New York, que les océans, qui n’ont pas été spécifiquement cités dans l’Accord de Paris, seront au coeur de la COP22, prévue du 7 au 18 novembre prochain à Marrakech. 

Intervenant lors d’une rencontre de haut-niveau sur les Océans, initiée par la mission de France à l’Onu, Mme El Haite, rappelant qu’aucun article n’a été dédié aux océans dans l’Accord de Paris, a souligné l’importance d’intégrer cette partie de la planète dans la feuille de route d’adaptation et d’atténuation qui va découler de la mise en oeuvre de cet Accord.

La présidence montante marocaine de la 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre de l’Onu sur les changements climatiques (COP22), "veillera à ce que les océans soient au coeur des débats de cette conférence", a-t-elle assuré.

Cette promesse s’explique par les menaces qui guettent les océans, qui représentent 72 pc de la surface de la Terre. Mme El Haite a cité, à cet égard, les problèmes de pollution, de la pollution accidentelle et de l’acidification dont les impacts sur la biodiversité "restent méconnus".

Evoquant justement la méconnaissance scientifique, Mme El Haite a averti, lors de cette rencontre animée par la présidente de la COP21, Ségolène Royal, que "nous ne pouvons pas établir les zones de vulnérabilité si nous n’avons pas les données scientifiques".

Au niveau de l’adaptation, élément clé pour la réussite de l’Accord de Paris, la ministre a loué l’initiative française qui a mis en place un système d’alerte pour les Etats insulaires, assurant qu’au niveau de la présidence de la COP22, "nous pouvons faire en sorte de généraliser les systèmes d’alerte, qui rentrent directement dans l’adaptation et touchent les océans". 

La protection de la biodiversité des océans pourrait, en outre, se faire à travers la sensibilisation des transporteurs maritimes, a-t-elle dit, proposant de lancer, à Marrakech, un appel à ces professionnels pour les inciter à s’engager au niveau de la diminution des émissions de gaz à effet de serre. 

La ministre a, par ailleurs, rappelé que le Maroc dispose de 3.500 km de littoral qui représentent "une concentration de 60 pc de la population marocaine, et de 90 pc de l’industrie marocaine, et du tourisme marocains".

(MAP-22/04/2016)

Environnement: le Maroc et les Emirats arabes unis signent un mémorandum d’entente

Le Maroc et les Emirats arabes unis ont signé, jeudi à l’Onu, un mémorandum d’entente qui prévoit un soutien technique au Centre marocain de compétence sur les changements climatiques. 

Dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature, le ministre émirati de l’Environnement, Thani Ahmed Al Zeyoudi s’est dit “honoré” de signer cet accord qui “atteste de la continuité de la coopération entre nos deux pays”. 

Le ministre a qualifié de “stratégiques” les relations entre les deux pays, assurant que “nous allons de l’avant dans le domaine de l’environnement pour consolider les efforts de la région arabe”.

S’arrêtant sur la tenue, en novembre prochain à Marrakech, de la 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre de l’Onu sur les changements climatiques (COP22), le responsable émirati a assuré du “soutien complet“ de son pays au Maroc pour faire réussir cette conférence. 

“Nous souhaitons qu’elle soit encore plus réussie que la Conférence de Paris, ce qui honore non seulement le Maroc mais l’ensemble des pays arabes et de la région”, a-t-il dit.

M. Al Zeyoudi s’est, par ailleurs, dit impressionné par les “efforts pionniers” que déploie le Maroc dans le domaine des énergies renouvelables, notamment la contribution de celles-ci au mix énergétique du Royaume. 

“On parle de chiffres considérables en matière d’énergie renouvelable. Ces chiffres attestent de la capacité des pays arabes à faire aboutir la diversification économique et le renforcement de l’usage des énergies renouvelables afin de réaliser les ambitions de nos leaders et de nos peuples”, a-t-il ajouté.

Pour sa part, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement, Mme Hakima El Haite s’est réjouie du “soutien soutenu” des Emirats au centre de compétence sur les changements climatiques, notant que ce soutien permettra d’ouvrir l’expertise marocaine sur les pays africains frères et amis. 

Elle a fait savoir que les Emirats arabes unis souhaitent devenir un “partenaire d’excellence” de ce centre, se félicitant par là même du “soutien inconditionnel” qu’ils apportent à la COP22 et à sa présidence marocaine. 

Et la ministre d’ajouter que compte tenu des relations historiques entre les deux parties, “nous avons décidé d’établir une feuille de route avec le comité COP22 pour asseoir le soutien à cette conférence”. 

Les deux pays travaillent ensemble pour programmer un nombre d’activités qui devraient accompagner la COP22, a fait savoir Mme El Haite. “Nous allons surtout travailler ensemble pour monter des initiatives aussi bien d’adaptation que de financement pour aider les différents pays africains, qui en ont le plus besoin, à s’adapter au climat”, a-t-elle souligné.

M. El Haite avait, plus tôt dans la journée, signé un mémorandum d’entente avec le ministère italien de l’Environnement, qui entre dans le cadre de la préparation par le ministère de plusieurs dossiers techniques portant notamment sur les contributions nationales, la communication nationale. 

Le texte entérine aussi le soutien financier de l’Italie au Centre de compétence sur les changements climatiques. 

Le Maroc et l’Italie signent à l’ONU un Mémorandum d’entente dans le domaine de l’environnement

Le Maroc et l’Italie ont signé, jeudi au siège de l’Onu à New York, un Mémorandum d’entente dans le domaine de l’environnement, qui intervient à la veille de la signature, vendredi, par plus de 160 pays de l’Accord historique de Paris. 

Il s’agit d’un “memorandum technique qui vient en prolongement à une entente existante qui a démarré en 2002 entre les deux pays”, a expliqué à la MAP Mme Hakima El Haite, ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement. 

L’extension de cette coopération, signée par Mme El Haite et le ministre italien de l’Environnement, de la Terre et de la Mer, Gian Luca Galletti, entre dans le cadre de la préparation du ministère de plusieurs dossiers techniques portant notamment sur les contributions nationales, la communication nationale, et la mise en place des mesures et de reporting des systèmes des Nations unies sur le climat et le développement durable. 

“Aujourd’hui, nous avons eu le soutien du ministère de l’environnement italien pour l’accompagnement technique, mais aussi un soutien financier pour notre Centre de compétence sur les changements climatiques qui est un centre pivot sur l’Afrique”, a ajouté la ministre. 

Cette coopération, a-t-elle poursuivi, permettra de financer le programme d’accompagnement des pays africains, en particulier “certains pays amis qui sont demandeurs pour préparer leurs plans nationaux d’adaptation, et leurs plans d’atténuation”. 

Mme El Haiti a indiqué que les deux parties ont convenu que le Maroc sera disposé “à étudier une coopération entre nos deux pays pour organiser un événement dans un des Etats insulaires en tant que présidence marocaine de la COP22”.

Outre le climat, le Mémorandum d’entente porte sur les Objectifs du développement durable à travers leur introduction et leur suivi au niveau des politiques publiques, ainsi que le renforcement du Centre de compétence sur les changements climatiques “qui fait déjà la fierté du Maroc”. 

(MAP-21/04/2016)