22 °C Clear sky Rabat

Actualités
Mercredi 13 Mars 2019

L'accès à l’information au menu d'une conférence internationale pour le gouvernement ouvert à Salé

Synthèse vocale
L'accès à l’information au menu d'une conférence internationale pour le gouvernement ouvert à Salé

La question de l'accès à l’information est le thème central de la conférence internationale sur le gouvernement ouvert et l’accès à l’information dont les travaux ont débuté mercredi à Salé.

Organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI par le ministère de la Réforme de l'Administration et de la Fonction Publique en partenariat avec l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), cette conférence s’inscrit dans le cadre des efforts conjoints du ministère et de l’OCDE visant la mise en œuvre du projet du gouvernement ouvert dans le Royaume.

Intervenant à l’ouverture des travaux, le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la fonction publique, Mohamed Benabdelkader a mis en avant les importantes initiatives lancées par le Maroc sur les plans législatif et institutionnel pour la mise en œuvre du gouvernement ouvert.

Il a mis l'accent sur les efforts déployés en matière de promotion et de facilitation de l’accès à l’information, "des efforts menés sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, à la lumière des nouvelles dispositions introduites par la Constitution de 2011".

Le ministre a en outre souligné les réformes entreprises dans le domaine de l’administration publique au Maroc, rappelant que la Loi fondamentale a permis d’asseoir les bases de la démocratie participative en garantissant l’accès du citoyen à l’information et a permis de renforcer les institutions et outils de gouvernance. A cet égard, il a indiqué que l’adhésion au Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) illustre la volonté du Maroc de poursuivre la progression vers le gouvernement ouvert, un processus visant à améliorer l'efficacité des modes de gouvernance publique.

De son côté, le directeur général du Partenariat pour un gouvernement ouvert, Sanjay Pradhan, a mis en avant l’importante évolution du Maroc vers le gouvernement ouvert, saluant les efforts déployés par le département de tutelle pour la promotion de l’accès à l’information.

Le Maroc à travers son adhésion au partenariat pour le gouvernement ouvert a démontré son énorme capacité institutionnelle à relever les défis de la transparence au sein de son administration et établissements publics, a rappelé M. Pradhan, qui a insisté sur l’impératif de poursuivre les réformes pour le gouvernement ouvert en consultation avec ses citoyens.

Le succès des réformes au Maroc exige l’inclusion réelle de l’ensemble des acteurs dans cette dynamique en vue d’en faire un exemple dans la région du MENA, a également soutenu le DG du PGO. 

Le directeur de la gouvernance publique au sein de l'OCDE, Marcos Bonturi, a quant à lui relevé que la mise en place du gouvernement ouvert au Maroc est un levier efficace de la croissance inclusive et de l'amélioration de la qualité des services publics. Il s'est félicité de l'engagement ferme et volontaire du Maroc dans le cadre du partenariat pour le gouvernement ouvert, citant l'adoption de la loi d'accès à l'information en tant qu'avancée remarquable dans le cadre de ce processus.

Le Partenariat pour un gouvernement ouvert est une initiative multilatérale visant à promouvoir un gouvernement ouvert, à savoir la transparence de l'action publique et son ouverture à de nouvelles formes de concertation et de collaboration avec la société civile.

Ce partenariat a été lancé en septembre 2011 lors d'une réunion des huit pays fondateurs : Brésil, Indonésie, Mexique, Norvège, Philippines, Afrique du Sud, Royaume-Uni et États-Unis. L'ancienne secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton a joué un rôle clé dans la mise en place de cet organisme, dont la philosophie s'inspire de la Open Government Initiative initiée par l'ancien président Barack Obama en 2009.

L'initiative vise à promouvoir la démocratie participative en plaçant le citoyen au centre de ses intérêts en vue de permettre aux États membres d'améliorer la qualité de leurs services publics, de renforcer leur transparence, de gérer les ressources publiques et de renforcer la responsabilité des entreprises.

MAP 13/03/2019