17 °C Cloudy Rabat

Actualités
Vendredi 10 Mai 2013

Lancement des travaux de réalisation de la première centrale du complexe solaire intégré d'Ouarzazate

Synthèse vocale
Lancement des travaux de réalisation de la première centrale du complexe solaire intégré d'Ouarzazate

La centrale solaire d'Ouarzazate fera du Maroc "un champion de la croissance verte en Afrique" (président de la BAD)

La centrale solaire d'Ouarzazate est un projet ambitieux et innovant qui fera du Maroc "un champion de la croissance verte en Afrique", a affirmé le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka.

Dans un témoignage diffusé lors de la cérémonie de lancement des travaux de construction de la première centrale du complexe solaire intégré de la région d'Ouarzazate, présidée par SM le Roi Mohammed VI vendredi à la commune rurale Ghessate (Province d'Ouarzazate), M. Kaberuka a relevé que ce projet, le premier du genre financé par la BAD en Afrique, représente "une étape importante dans la stratégie de croissance verte du Maroc".

Il a salué, à cet égard, l'esprit d'"innovation qui est à la base de l'approche marocaine" pour la réalisation de ce projet, le premier en Afrique à utiliser la technologie d'énergie solaire concentrée, avec l'objectif d'atteindre une capacité de 500 mégawatts installés.

Le projet est aussi "un exemple de montage financier innovant reposant sur un partenariat public-privé", a ajouté le président de la BAD, faisant remarquer que le Maroc a adopté la même approche pour son ambitieux plan éolien de 2.000 mégawatts, dont la Banque africaine est un partenaire financier.

Notant que la BAD est le premier partenaire de développement du Royaume, M. Kaberuka a rappelé que la coopération entre le Maroc et la Banque Africaine de Développement dans le domaine de l'énergie remonte à une quarantaine d'années, pour un montant global d'engagements qui s'élève à 15 MMDH, dont près de 8 MMDH investis en 2012 dans des projets solaires, éoliens et d'électricité.

 

L'ONEE, un acteur engagé au service du développement économique du Maroc

L'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) est un acteur engagé qui Âœuvre en permanence à accompagner le développement économique que connait le Maroc à la faveur des grands projets et chantiers structurants lancés ces dernières années dans plusieurs régions du pays. 

Face à la demande sans cesse croissante engendrée par cet essor économique, l'ONEE ne cesse d'Âœuvrer pour le développement de nouvelles capacités de production, de transport et de distribution d'électricité à travers d'importants projets visant à accompagner cette évolution et satisfaire les besoins en électricité sur l'ensemble du territoire national dans les meilleures conditions.

Cet effort d'équipement et de production s'appuie principalement sur la mise en Âœuvre d'ouvrages thermiques utilisant la technologie des cycles combinés au gaz naturel, qui se distingue par ses hautes performances technico-économiques et une meilleure protection de l'environnement, ainsi que sur la valorisation du potentiel national en énergies renouvelables en mobilisant les sources d'énergies hydraulique, éolienne et solaire.

C'est dans cette même optique que s'inscrit le Complexe solaire Noor à Ouarzazate qui bénéficiera d'un accompagnement de l'ONEE en matière d'infrastructures et dont la cérémonie de lancement de réalisation de la première centrale été présidée, vendredi à la commune rurale Ghessate (Province d'Ouarzazate), par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste.

L'Office procédera ainsi à la réalisation d'ouvrages de raccordement du futur complexe au réseau électrique national (557 millions de dirhams), ainsi qu'à l'approvisionnement du complexe en eau industrielle et potable (202 millions dirhams).

Dans le même contexte, le Maroc a connu ces dernières années un intense élan d'activité tant au niveau industriel et économique qu'au niveau des structures sociales et ce, grâce au lancement et à la réalisation de grands projets structurants et de chantiers d'infrastructures, ainsi qu'au succès des programmes de développement humain et durable. 

Cet essor sans précédent a entrainé une croissance soutenue des besoins en énergies. Pour répondre à ces besoins et assurer un développement durable du secteur énergétique en intégrant les impératifs de sauvegarde de l'environnement, un important programme d'équipement a été élaboré sur la base d'une vision globale et intégrée dans laquelle les énergies renouvelables occupent une place de choix. 

S'inscrivant dans le cadre des hautes orientations royales visant la promotion des énergies renouvelables, un ambitieux programme éolien intégré a été lancé en 2010 visant notamment à porter la puissance installée éolienne à 2.000 MW à l'horizon 2020.

Avec plus de 3.500 km de côtes, le Maroc possède un important gisement éolien avec un potentiel de 6.000 MW environ. Ce gisement se caractérise par des vents réguliers à des vitesses suffisantes pour développer des projets viables. 

Dans le même sens, un plan solaire marocain, porté par The Moroccan Agency for Solar Energy (Masen), a été mis en place dans le but de valoriser la ressource solaire à travers des projets intégrés répartis sur le territoire marocain dans un cadre institutionnel novateur.

 

Masen : une stratégie bien définie pour faire du Maroc un leader mondial en matière d'énergies propres

La forte volonté du Maroc d'ériger les énergies renouvelables en axe majeur de sa politique économique durale se matérialise, notamment, à travers le plan ambitieux de l'énergie solaire dont la mise en Âœuvre est assurée par The Moroccan Agency for Solar Energy (Masen) et qui constitue une feuille de route bien définie visant à faire du Royaume un leader mondial en la matière.

Ce programme national ambitieux et réaliste, qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique du Maroc tracée conformément aux Hautes Directives de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, vise notamment la mise en place, à l'horizon 2020, d'une capacité de 2.000 mégawatts (MW) à partir de cinq sites identifiés, à avoir les sites d'Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah.

L'un des piliers de ce programme est le Complexe solaire Noor à Ouarzazate dont la cérémonie de lancement de réalisation de la première centrale été présidée, vendredi à la commune rurale Ghessate (Province d'Ouarzazate), par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste. 

Le programme contribuera, grâce à la mise en valeur du potentiel solaire du Maroc, à la réduction de la dépendance énergétique, à la préservation de l'environnement, à la limitation des émissions des gaz à effet de serre et à la lutte contre les changements climatiques. A terme, il permettra annuellement d'économiser en combustibles 1 million de tonne équivalent pétrole (TEP) et d'éviter l'émission de 5,3 millions de tonnes de CO2.

D'un coût estimé à 9 milliards de dollars, le projet marocain de l'énergie solaire s'inscrit ainsi dans le cadre de la politique énergétique du Royaume dont les grands axes sont le renforcement de la sécurité d'approvisionnement en énergies à travers la diversification des sources et ressources, l'optimisation du bilan énergétique et la maîtrise de la planification des capacités et de l'accès généralisé à l'énergie, par la disponibilité d'une énergie moderne pour toutes les couches de la population et à des prix compétitifs.

Parmi ces grands axes, figurent également le développement durable par la promotion des énergies renouvelables pour le renforcement de la compétitivité des secteurs productifs du pays, la préservation de l'environnement par le recours aux technologies énergétiques propres en vue de la limitation des émissions des gaz à effets de serre et la réduction de la forte pression exercée sur le couvert forestier, ainsi que le renforcement de l'intégration régionale à travers notamment l'ouverture aux marchés euro-méditerranéens de l'énergie.

Dans le but de mener à bien la mise en Âœuvre du Plan solaire marocain, Masen se charge de la conception de projets de développement solaire intégrés dans les zones du territoire national aptes à abriter des centrales de production d'électricité à partir d'énergie solaire, des projets comprenant une centrale de production électrique solaire, ainsi que des réalisations et des activités connexes contribuant au développement de la zone d'implantation et plus généralement du pays. 

L'agence a pour missions également l'élaboration des études techniques, économiques et financières nécessaires à la qualification des sites, la conception la réalisation et l'exploitation des projets solaires, la contribution à la recherche et à la mobilisation des financements nécessaires à la réalisation et à l'exploitation des projets solaires, la proposition à l'administration des modalités d'intégration industrielle pour chaque projet solaire et la maîtrise d'ouvrage de la réalisation des projets solaires.

Elle Âœuvre aussi pour la réalisation des infrastructures permettant de relier lesdites centrales au réseau de transport d'électricité, ainsi que les infrastructures permettant de les alimenter en eau sous réserve des attributions dévolues en la matière par la législation en vigueur à tout autre organisme de droit public ou privé et à la promotion du programme auprès des investisseurs nationaux et étranger.

Grâce à ses nombreux atouts et sa ferme volonté d'aller de l'avant dans ce domaine, le Maroc est en passe de se positionner avec force en tant qu'acteur majeur au niveau mondial dans le domaine des énergies renouvelables appelées à constituer l'un des moyens fondamentaux pour la concrétisation des objectifs du développement durable.

 

Ouarzazate à l'heure de la diversification énergétique et du développement des énergies renouvelables

Point d'orgue de la stratégie énergétique résolument "verte", la première centrale du complexe solaire intégré d'Ouarzazate qui fait partie du plan solaire marocain, lancé fin 2009 par SM le Roi Mohammed VI, s'assigne pour ambition affichée de positionner le Maroc en tant que pays leader en matière de promotion des énergies renouvelables et futur hub mondial d'énergie solaire.

Dans sa globalité, le plan solaire marocain est en parfaite phase avec la tendance internationale qui, face à une demande énergétique croissante et au défi du réchauffement climatique, place les énergies renouvelables et particulièrement l'énergie solaire, au rang des priorités. A travers cette initiative et ce projet ambitieux, le Royaume entend ainsi devenir un acteur de référence dans le solaire, à travers la satisfaction de la demande croissante en énergie et la mobilisation de son grand potentiel en énergies renouvelables.

Le programme se fixe un objectif de taille, permettre au Maroc, à l'horizon 2020, de produire localement 42 pc de ses besoins énergétiques à partir des énergies renouvelables, moyennant cinq centrales solaires qui s'installeront dans des sites à fort taux d'ensoleillement, à savoir Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah. 

Le processus de réalisation de la centrale thermo-solaire de Ouarzazate, la première de cette série de projets, a enregistré, en effet, beaucoup d'avancées. Ainsi, à plus de deux ans de la date butoir de mise en service (2015), les études, expertises et benchmarks nécessaires ont été réalisés, les partenariats noués et, récemment, le consortium saoudien Acwa Power International a remporté l'appel d'offres pour la conception, le financement, la construction, l'exploitation et la maintenance de cette centrale d'une capacité de 160 mégawatts. 

Ce mégaprojet, érigé sur une superficie de 3.000 ha, qui permettra, d'ici à 2015, la production de 500 MW sur un total de 2.000 MW visés par le plan solaire marocain à l'horizon 2020, permet également de contribuer au développement d'un tissu industriel marocain dédié aux centrales solaires et de promouvoir la recherche et la formation s'y rapportant en vue de faire décoller le secteur. 

La centrale de Ouarzazate servira, en effet, de locomotive aux autres stations solaires prévues par le plan solaire marocain, les initiateurs de ce projet ayant fait le choix judicieux de faire bénéficier les quatre autres sites programmés des avancées technologiques opérées dans le secteur, de manière à crédibiliser l'ensemble du plan et à préparer le terrain à la réussite des étapes suivantes. 

Le complexe solaire de Ouarzazate sera un vecteur d'énergie renouvelable et de sûreté d'approvisionnement énergétique, indique la Banque européenne d'investissement (BEI) dans sa lettre d'information de décembre. 

Cette infrastructure de taille contribuera également à créer des emplois et à promouvoir le développement d'une filière solaire locale intégrée, souligne la BEI qui va contribuer au financement de ce grand projet à hauteur de 100 millions d'euros. 

La BEI, qui envisage de tripler cette contribution au fil de la réalisation du projet, note qu'une fois intégralement réalisé, le complexe de Ouarzazate sera l'un des plus grands au monde. Rien que pendant la première phase d'exploitation (d'ici à 2015), ajoute la même source, la centrale solaire de Ouarzazate induira une réduction des émissions de dioxyde de carbone de 110 mille tonnes par an, relevant que ce projet, le premier du Plan solaire marocain, est le plus important mis en Âœuvre jusqu'à présent au titre du Plan solaire méditerranéen soutenu par l'UE. 

Le Complexe de Ouarzazate produira, dans un premier temps, jusqu'à 160 MW d'électricité par an, mais une fois le projet pleinement opérationnel, cette capacité pourrait être quadruplée, de quoi alimenter une ville de 250 mille habitants. Sa capacité d'énergie renouvelable sera portée à environ 20 GW d'ici à 2020. 

Le projet de Ouarzazate bénéficie du soutien d'un consortium d'investisseurs publics européens qui se sont engagés à hauteur de 345 millions d'euros, ce qui représente plus de la moitié du coût de la première phase de l'opération. 

Le Président du Directoire de la Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN), Mustapha Bakkoury, en charge de la réalisation du plan solaire marocain intégré, avait indiqué, dans une précédente déclaration, qu'outre les potentialités offertes en matière de production d'énergie électrique, ce projet permettra de conforter le développement socio-économique durable à même de permettre au Maroc de jouir d'un positionnement industriel compétitif, de promouvoir la recherche et l'innovation scientifique et technique et de contribuer au développement des régions abritant ces projets, outre son rôle dans la croissance verte.

Il a, par ailleurs, évoqué les perspectives à moyen terme du plan solaire, dont le volet relatif à l'exportation, en vue de développer un modèle économique en la matière susceptible d'épargner aux consommateurs des charges supplémentaires et d'éviter le recours excessif aux subventions publiques.

Le plan permettra également d'ouvrir de nouvelles perspectives d'intégration avec les voisins notamment européens, a-t-il poursuivi.

L'année 2013 sera marquée en outre par l'exploitation des données sur l'Atlas solaire et la poursuite des études relatives à la mise à niveau des sites fixés lors de l'annonce du plan solaire, outre la détermination de nouveaux sites, le but étant de renforcer la production énergétique destinée à la fois à la consommation nationale et à l'export.

Il faut dire qu'après la politique des barrages qui a fait ses preuves, depuis les années 60 du siècle passé en matière de lutte contre la pénurie d'eau, le stress hydrique et les effets de la sécheresse, celle des parcs solaires, couplée au Programme intégré d'énergie éolienne va permettre, aujourd'hui, au Maroc de développer une alternative économique, durable, innovante et saine aux énergies pétrolières aux lourdes factures financières et écologiques.

 

La première centrale du Complexe solaire "Noor" à Ouarzazate, une étape cruciale dans la mise en Âœuvre du Plan solaire marocain

La réalisation de la première centrale du Complexe solaire "Noor" à Ouarzazate constitue une étape cruciale dans la mise en Âœuvre du Plan solaire marocain initié dans le cadre de la stratégie énergétique du Royaume qui fait du développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique une priorité nationale.

Ce premier site, dont la cérémonie de lancement des travaux de réalisation a été présidée par SM le Roi Mohammed VI vendredi à la commune rurale Ghessate (Province d'Ouarzazate), fait suite aux nombreuses actions réalisées relatives, notamment, à la mise en place du cadre législatif et institutionnel approprié au déploiement de programmes liés à ce domaine.

La future centrale, d'une capacité de production de 160 MW, permettra la promotion de l'industrie locale, l'acquisition d'une expertise de haut niveau en la matière, le développement intégré de la région d'implantation, ainsi que la production d'une énergie électrique propre et renouvelable.

Dans le cadre d'un appel d'offres international portant sur la conception, le financement, la construction, l'exploitation et la maintenance de cette centrale thermo-solaire, le choix a été porté sur le groupement dont le chef de file est le groupe saoudien International Company for Water and Power (Acwa Power International) et dont les membres opérationnels sont Aries Ingenieria y Sistemas et TSK Electronica y Electricidad .

Dans le même cadre, Masen (The Moroccan Agency for Solar Energy) a contractualisé, avec l'accompagnement de l'Office national de l'eau et de l'électricité (ONEE), le programme d'achat et de fourniture d'électricité avec ledit consortium dans un délai particulièrement court post adjudication, grâce à la qualité du processus de sélection et de l'innovation de la structuration institutionnelle et financière de ce premier projet.

Aussi et dans le but d'optimiser le coût du kilowattheure, Masen, avec le soutien de l'Etat, a pu accéder à des financements concessionnels et à des dons afin de couvrir les besoins de financement de l'investissement, avec l'objectif de les rétrocéder à la société de projet, bénéficiant ainsi pleinement de la qualité de crédit de l'Etat Marocain.

La contractualisation de l'ensemble des dons et prêts, dont le montant s'élève à plus de 800 millions d'euros, ainsi que les garanties d'Etat y afférentes, a été finalisée grâce à la forte mobilisation de multiples bailleurs de fonds.

En outre, l'Etat marocain a de nouveau matérialisé son fort soutien au Plan solaire marocain avec l'attribution d'une enveloppe de 2 milliards de dirhams afin de contribuer aux besoins de financement dudit plan et notamment aux infrastructures électriques relatives à l'évacuation de l'électricité produite.

S'étendant sur 3.000 hectares, le Complexe solaire intégré d'Ouarzazate Noor devra atteindre à terme une capacité de production globale de 500 MW. Le projet bénéficie du soutien de bailleurs de fonds internationaux, d'importants opérateurs et développeurs d'énergie solaire et d'acteurs de la société civile.

La stratégie énergétique du Royaume, qui vise notamment la réalisation d'ici 2020 de deux programmes solaire et éolien de 2.000 MW chacun, traduit la priorité majeure que le Souverain accorde au développement des énergies renouvelables en tant que moyen idéal permettant au Maroc de répondre aux défis de la sécurité d'approvisionnement, de la préservation de l'environnement et du développement durable.

Cette première étape importante s'achève ainsi avec succès, reflétant la clarté d'un processus de sélection aux standards internationaux, la qualité d'une structuration institutionnelle et financière innovante ainsi qu'une optimisation de la répartition des risques inhérents à ce projet.

La capitalisation sur l'expérience et les compétences acquises lors de ce premier projet permet aujourd'hui à Masen de finaliser la configuration de la seconde phase du Complexe solaire d'Ouarzazate, l'objectif de la mise en service de l'ensemble du complexe étant prévue en 2016.

 

La centrale solaire d'Ouarzazate fera du Maroc une plateforme modèle de l'industrie des énergies renouvelables (PDG Acwa Power)

La centrale solaire d'Ouarzazate fera du Maroc une plateforme modèle pour le développement de l'industrie des énergies renouvelables à l'échelle mondiale, a affirmé M. Mohammed Abdullah Abu Nayyan, président du conseil d'administration du groupe Acwa Power, chargé de la construction et de la gestion de cette centrale.

Lors d'une allocution à l'occasion de la cérémonie de lancement des travaux de construction de la 1ère centrale du complexe solaire intégré de la région d'Ouarzazate, présidée vendredi par SM le Roi Mohammed VI, M. Abu Nayyan a souligné que ce projet, d'une importance socio-économique capitale, n'aurait pas pu voir le jour "sans la vision réaliste, créatrice et ambitieuse de SM le Roi pour le développement du Royaume du Maroc".

Le projet n'aurait pas non plus pu être concrétisé "sans le suivi du Souverain, qui a veillé au déroulement de la phase de lancement dans des conditions propices de professionnalisme et de transparence, qui en feront une plateforme modèle, en termes de technique utilisée et de coût, pour le développement de l'industrie des énergies renouvelables à l'échelle mondiale", a-t-il dit.

"Cette sollicitude royale a poussé le groupe Acwa Power à s'inscrire dès le départ avec tous les moyens dont il dispose, humains, techniques et financiers, dans la stratégie du Royaume en matière d'énergie renouvelable", a-t-il ajouté, avant d'exprimer la fierté de son groupe de collaborer avec les autorités marocaines concernées, tant au niveau gouvernemental que du secteur privé.

Dans ce contexte, M. Abu Nayyan a salué le professionnalisme de l'agence marocaine d'énergie solaire, Masen, qui a su gérer dans la transparence totale et dans des délais très courts, l'octroi du marché et le montage financier du projet, avec des institutions internationales aux exigences diverses et particulières.

Ce partenariat public-privé, a-t-il fait valoir, permet de s'inscrire dans une démarche de développement socio-économique durable, grâce à l'investissement dans l'élément humain et la mise en valeur du produit national, outre la mise en place d'un noyau industriel local et la réduction de la facture énergétique tant pour l'Etat que pour le consommateur. 

Ce projet, a relevé le PDG d'Acwa Power, est une preuve supplémentaire de la capacité du Maroc et de l'Arabie Saoudite à relever des défis technologique d'envergure dans le domaine des énergies renouvelables et de bâtir un partenariat industriel à même de répondre à des besoins internes dans les deux pays, mais également sur les plans régional et international.

Il a, par ailleurs, indiqué que des programmes de recherche sont en cours d'élaboration entre des universités et centres de recherche dans les deux pays, en coordination avec l'Université internationale de Rabat et l'Université Roi Abdelaziz pour les sciences et la technologie, dans le but de créer un partenariat à long terme entre les deux Royaumes dans le domaine des industries énergétiques, qu'elles soient basées sur le gaz, le soleil, la biomasse ou le vent.

Dans cette optique, le président du conseil d'administration du groupe Acwa Power a exprimé son admiration pour la politique du Royaume en matière de développement de l'énergie éolienne, auquel son groupe est associé.

 

La tendance haussière de la consommation d'électricité au Maroc impose la poursuite des investissements en matière d'énergies renouvelables (Ali Fassi Fihri)

La tendance haussière de la consommation d'électricité au Maroc impose la poursuite avec vigueur des investissements dans le domaine des énergies renouvelables, a souligné le directeur général de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), Ali Fassi Fihri. 

Dans le but de répondre de manière permanente et dans les meilleures conditions à cette demande croissante en électricité, aussi bien de la population que des différents secteurs d'activité économique, il a été procédé à la mise en Âœuvre de la vision royale relative aux programmes nationaux des énergies solaire et éolienne, a-t-il ajouté dans une allocution l'occasion de la cérémonie de lancement des travaux de réalisation de la première centrale du Complexe solaire intégré d'Ouarzazate "Noor", présidée vendredi à la commune rurale Ghessate (Province d'Ouarzazate) par SM le Roi Mohammed VI. 

Il s'agit, a-t-il relevé, de deux programmes pionniers au niveau mondial en matière de valorisation des énergies renouvelables et de préservation de l'environnement. 

M. Fassi Fihri a fait observer que les grands projets et chantiers structurants mis en Âœuvre à travers le Royaume ont engendré une hausse de la demande en énergie électrique, relevant à ce titre que la structure de la demande nationale s'apparente désormais de plus en plus à celle des pays développés. 

Il précisé, à ce propos, que la courbe de la demande nationale en énergie électrique se caractérise par une pointe qui commence après le coucher du soleil pour se poursuivre jusqu'à quatre heures après, selon les saisons, faisant remarquer l'apparition d'une importante pointe du jour en termes de niveau et de durée.

Cette pointe du jour s'explique essentiellement, a-t-il poursuivi, par l'amélioration des conditions de vie de la population, la hausse du taux d'équipement des foyers en appareils électroménagers, ainsi que la croissance économique enregistrée par le Royaume notamment dans les secteurs de l'industrie, de l'agriculture et des services. 

Il a indiqué, dans le même contexte, que les travaux de raccordement du Complexe solaire d'Ouarzazate au réseau électrique national, en cours de réalisation avec un budget qui s'élève à 557 millions de DH, ainsi que ceux programmés pour les années à venir pour d'autres complexes solaires et éoliens, prennent en considération la nature des procédés de production des énergies renouvelables. 

Il a ajouté que l'ONEE a programmé également plusieurs projets de stockage de l'énergie dans le but de son utilisation durant les heures de pointe ou en cas de nécessité. 

S'agissant de l'approvisionnement en eau potable, M. Fassi Fihri a souligné qu'outre la poursuite de la réalisation de barrages, les projets futurs dans ce domaine, qui seront axés notamment sur le dessalement de l'eau de mer et le traitement et la réutilisation des eaux usées, nécessiteront des volumes importants d'énergie électrique.

Compte tenu de la relation étroite entre l'eau et l'électricité, la gestion de toutes les activités relatives à ces deux segments à travers une seule institution publique constitue une réponse préventive aux défis auxquels le Maroc est appelé à faire face en matière d'approvisionnement en ces deux ressources vitales dans la perspective d'une demande de plus en plus croissante, a insisté M. Fassi Fihri.

Il a indiqué que les projets importants réalisés dans les domaines d'électricité et d'eau potable sont en cours d'extension dans le monde rural, suite à leur généralisation en milieu urbain, faisant savoir que le taux d'électrification rurale a atteint 98 pc, alors que celui de raccordement au réseau de l'eau potable s'est établi à 93 pc. 

M. Fassi Fihri a relevé que l'ensemble des projets réalisés dans ce cadre ont eu un impact positif, dans la mesure où ils ont contribué à l'amélioration des conditions de vie de la population et à la promotion du développement local, à travers la mise en valeur des potentialités des différentes régions du Maroc.

Il a conclu que les régions où de tels projets sont réalisés tirent profit de leurs résultats positifs en termes surtout d'amélioration d'accès à l'eau potable et à l'électricité, comme c'est le cas pour la province de Ouarzazate.

 

La première centrale du complexe solaire intégré d'Ouarzazate "Noor", la plus grande du genre au monde (M. Bakkoury)

La première centrale du complexe solaire intégré d'Ouarzazate Noor, dont la cérémonie de lancement des travaux a été présidée vendredi à la commune rurale Ghessate (Province d'Ouarzazate) par SM le Roi Mohammed VI, est la plus grande du genre au monde, a souligné Mustapha Bakkoury, président du directoire de The Moroccan Agency for Solar Energy (Masen).

D'une capacité de 160 MW, cette future centrale thermo-solaire est, jusqu'à présent, la plus grande qui sera réalisée au niveau mondial, a-t-il précisé dans une allocution prononcée devant le Souverain à cette occasion.

M. Bakkoury a relevé que Masen a accordé, depuis sa création, une grande priorité à la mise en Âœuvre de ce projet, compte tenu des perspectives prometteuses qu'il ouvre pour le Maroc aussi bien aujourd'hui que dans l'avenir.

Ce projet, a-t-il poursuivi, est le fruit d'une coopération exemplaire qui a permis de mettre en place une structuration institutionnelle, financière et légale innovante et adaptée qui compte avec l'adhésion des acteurs actifs dans le domaine de l'énergie solaire, le soutien de la société civile et des financements importants de la part d'institutions financières internationales. 

Le président du directoire de Masen a relevé que cette structuration a permis une optimisation des offres durant les différentes étapes d'élaboration du projet, et de réussir une harmonie entre la rationalisation du coût de production et la concrétisation des objectifs du projet. 

Ces objectifs résident, selon M. Bakkoury, premièrement dans le fait de produire une énergie électrique utile en coordination étroite avec l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), précisant à ce propos qu'il a été procédé à l'examen des différentes solutions technologiques disponibles en matière d'énergie solaire à même de satisfaire les besoins du Maroc en la matière, avant d'opter pour la technologie thermo-solaire à capteurs cylindro-paraboliques avec une capacité de stockage capable de satisfaire la demande en heures de pointe. 

Le deuxième objectif, a-t-il poursuivi, est de favoriser l'intégration industrielle à travers une approche fondée sur la concrétisation des prévisions sectorielles en des objectifs chiffrés relatifs à la stratégie du projet et en assumant le rôle de facilitateur et de catalyseur de manière à permettre aux acteurs spécialisés de se focaliser sur le développement des ressources locales en prenant en considération les conditions imposées par la compétitivité et en écartant tout effet négatif sur le coût du projet.

Il a fait savoir, à ce titre, que près de 30 pc du coût de réalisation de cette première centrale thermo-solaire du complexe d'Ouarzazate sera assumé par des acteurs locaux, étant donné la grande qualité du tissu industriel national caractérisé par sa dynamique d'adaptation. 

Quant au troisième objectif, il consiste en la contribution au développement local de la région d'Ouarzazate, par le biais notamment de la promotion de la création d'emplois au niveau local et le désenclavement des villages situés près du projet, dans le souci d'ériger cette future centrale thermo-solaire en un levier du progrès socio-économique de la région et la promotion d'une dynamique environnementale propre. 

Dans le même contexte, M. Bakkoury a affirmé que l'ambition primordiale est que ces objectifs puissent concrétiser les hautes orientations royales visant le renforcement de la source d'énergie solaire à travers des projets intégrés de nature à ouvrir des perspectives prometteuses pour une distribution plus équilibrée et plus équitable du développement territorial, économique et social. 

Il a, en outre, fait observer que le volume des projets programmés dans ce sens, dont cette première centrale thermo-solaire du complexe d'Ouarzazate, requiert des efforts substantiels pour permettre leur intégration à différents degrés de manière à ce qu'ils puissent apporter une valeur ajoutée pour les région abritant ces initiatives. 

Une attention particulière a été accordée à la réussite d'une intégration harmonieuse du complexe solaire d'Ouarzazate dans son environnement, en développant un modèle innovant d'aménagement urbain et des paysages naturels en harmonie avec un projet urbanistique moderne à même d'enrichir l'architecture traditionnelle de la région, a-t-il dit. 

Ce modèle, qui est prêt actuellement, est fondé sur deux principes structurants : la concrétisation de la flexibilité escomptée pour s'adapter à la géographie de la région et à l'avancement des travaux programmés durant les différentes étapes de réalisation du complexe, ainsi que le développement d'oasis énergétiques au cÂœur de chaque région abritant le pôle central de production de l'énergie électrique.

M. Bakkouri a exprimé son souhait que ces projets puissent constituer un levier touristique et culturel et économique dans les régions de leur implantation, de manière à enrichir le cadre territorial et à permettre à la population de bénéficier du développement durable.

- MAP -