19 °C Correct Rabat

Actualités
Mardi 23 Février 2016

Le ministre chargé du Budget expose à Abou Dhabi l'expérience marocaine en matière de réforme du système de compensation

Synthèse vocale
Le ministre chargé du Budget expose à Abou Dhabi l'expérience marocaine en matière de réforme du système de compensation

Le ministre délégué chargé du Budget, Idriss Azami a exposé, mardi à Abou Dhabi, l'expérience marocaine en matière de réforme du système de compensation.

M. Azami, qui prenait part aux travaux du premier forum de la finance publique et la croissance dans les pays arabes, a expliqué le contexte général de l'adoption de la réforme du système de compensation au Maroc, notant que ce contexte se caractérise par deux facteurs principaux, dont le premier porte sur l'exploitation de l'atmosphère appropriée pour entreprendre la réforme, dans le sillage des réformes constitutionnelles et économiques auxquelles les Marocains ont adhéré dans un esprit positif et constructif, alors que le deuxième concerne les changements structurels importants survenus sur les marchés mondiaux au cours des dernières années, marqués notamment par la hausse significative et la volatilité des prix des matières premières.

Le ministre a, dans ce contexte, indiqué que l'augmentation des prix des matières premières a favorisé la hausse des dépenses de la compensation de 7,9 milliards de dirhams en 2004 à plus de 56 milliards de dirhams en 2012, dont plus de 48 milliards ont été alloués à la couverture de la subvention réservée aux produits pétroliers, ce qui a engendré l'aggravation du déficit budgétaire à plus de 7 pc du PIB en 2012.

Cette situation a incité le Maroc à s'engager dans un projet ambitieux visant la réforme progressive de son système de compensation, qui a démarré en juin 2012 à travers l'augmentation des prix de l'essence, du gasoil et du fuel industriels, et s'est achevé par l'adoption, fin décembre dernier, de la libéralisation totale des prix des produits pétroliers, a expliqué M. Azami.

Le ministre délégué chargé du Budget a également souligné que le Royaume a toujours tenu, à travers l'adoption de la réforme du système de compensation, à assurer une meilleure gestion des fonds mobilisés pour qu'ils soient investis dans le financement de nouveaux programmes sociaux ciblant notamment les catégories précaires, le renforcement des investissements publics dans le domaine des infrastructures socioéconomiques et la garantie de la subvention accordée au gaz butane au profit des différentes catégories sociales.

M. Azami a en outre souligné les acquis importants accomplis par le Maroc à la faveur de l'adoption de ce système de compensation, en particulier en matière de maîtrise des indicateurs financiers (le déficit budgétaire et du compte courant, le contrôle de la dette publique), outre l'amélioration du niveau des réserves de change qui se sont établies à 231 milliards de dirhams, en janvier dernier, ce qui permet désormais de couvrir sept mois des importations, contre quatre mois seulement en 2012.

Organisé par le Fonds monétaire arabe et le Fonds monétaire international, ce forum s'est ouvert, lundi, avec la participation de hauts responsables et d'experts représentant des institutions financières régionales et internationales, des ministères des Finances et des Banques centrales dans les pays arabes.

Les participants à cette rencontre de deux jours ont examiné les défis de la politique budgétaire et de la croissance économique dans la région arabe, dans le contexte des développements économiques et sociaux survenus sur les plans régional et international, en particulier la chute des prix du pétrole et la faiblesse de la croissance mondiale.

(MAP-23/02/2016)