17 °C Cloudy Rabat

Actualités
Mardi 27 Mai 2014

La Haut-commissaire aux droits de l'Homme en visite officielle au Maroc

Synthèse vocale
La Haut-commissaire aux droits de l'Homme en visite officielle au Maroc

La Haut-commissaire aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, a commencé lundi une visite officielle de quatre jours au Maroc, à l'invitation du gouvernement, indique le Haut-commissariat dans un communiqué.

La visite de Mme Pillay confirme l'interaction "courageuse et responsable" du Maroc avec les mécanismes onusiens des droits de l'Homme

La visite de la Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, confirme l'interaction "courageuse et responsable" du Maroc avec les mécanismes onusiens des droits de l'Homme, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, qualifiant cette visite d'"acquis" pour le Royaume. 

Cette politique volontariste a été saluée par la responsable onusienne, qui s'est félicité de grands progrès réalisés par le Maroc en faveur de la promotion et la protection des droits de l'Homme, notamment la création de l'Instance Equité et Réconciliation, le renforcement du rôle du Conseil national des droits de l'Homme et l'interaction avec les mécanismes onusiens des droits de l'Homme, a souligné M. Khalfi lors d'un point de presse à l'issue du Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Chef du Gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Le ministre a réaffirmé la disposition du Maroc à régler les problèmes soulevés et à répondre aux critiques dans le domaine des droits de l'Homme, citant à cet égard la décision du gouvernement d'interagir avec célérité et efficacité aux plaintes que les citoyens adressent au CNDH et à ses commissions régionales. 

La visite de Mme Pillay au Maroc est la première du genre de la plus haute représentante de l'ONU en charge des droits de l'Homme depuis la prise de ses fonctions en tant que haut-commissaire en septembre 2008.

Des projets de développement et d'"énormes" investissements sont réalisés par le Maroc dans les provinces du sud

Le Maroc a réalisé des projets de développement et d'"énormes" investissements sur divers plans dans les provinces du Sud, a mis en avant, jeudi à Rabat, la Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, Navi Pillay.

"Mon équipe a été témoin des projets de développement et des énormes investissements réalisés par l'Etat dans les domaines économique, social et culturel" dans les provinces du sud, a souligné Mme Pillay lors d'une conférence de presse destinée à faire le point sur sa visite officielle au Maroc (26-29 mai).

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a, en outre, salué "le rôle encourageant joué par les commissions régionales du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH)" et s'est félicitée des invitations qui ont été adressées aux experts indépendants des droits de l'Homme de l'ONU pour visiter le Maroc.

Interpelée sur la situation dans les camps de Tindouf, Mme Pillay a rappelé que le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a déjà dépêché sur les lieux "une équipe technique de très haut niveau" qui a rapporté au Haut-Commissariat ses observations sur la situation des droits de l'Homme.

Mme Pillay a effectué, du 26 au 29 mai, une visite de travail au Maroc, la première depuis qu'elle a pris ses fonctions, en 2008, en tant que Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme.

Au cours de cette visite, Mme Pillay a été reçue en audience par SM le Roi Mohammed VI, et a eu des entretiens avec le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, des membres du gouvernement, les présidents des deux chambres du Parlement et le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), M. Nizar Baraka.

Elle a également tenu des rencontres avec des représentants de la société civile, des syndicalistes, des parlementaires, des responsables politiques et des ambassadeurs accrédités au Royaume.

Mme Pillay : le Maroc connaît une transition importante et établit des normes élevées grâce à ses lois et sa Constitution

 "Le Maroc connaît une transition importante et établit des normes élevées grâce à ses lois et sa Constitution" qui donne la primauté aux conventions internationales, a affirmé, jeudi à Rabat, la Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay.

Depuis la dernière visite effectuée au Maroc par un Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, il y a 13 ans, le Royaume "a fait de grands progrès évidents vers une meilleure promotion et protection des droits de l'Homme", dont le catalyseur a été l'Instance Equité et Réconciliation (IER), créée en 2004 pour enquêter sur les violations passées des droits humains, a relevé Mme Pillay lors d'une conférence de presse organisée au terme de sa visite officielle au Maroc (26-29 mai).

La responsable onusienne a aussi noté avec satisfaction le renforcement de plusieurs institutions nationales indépendantes, notamment le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) et l'institution du Médiateur, la création de la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme qu'elle a qualifiée d'"évolution appréciable" et l'existence d'une société civile "dynamique".

Mme Pillay a, toutefois, noté que plusieurs autres réformes clés, y compris la législation qui permettra la mise en oeuvre des droits énoncés dans la constitution, "restent en suspens, tant au sein de l'executif que du législatif". Ainsi, de "nombreuses protections promises en vertu de la Constitution doivent encore se concrétiser dans la réalité", a-t-elle dit.

En relation avec l'adoption par le Royaume d'une nouvelle politique migratoire et le lancement d'une vaste opération de régularisation des immigrés en séjour illégal au Maroc, Mme Pillay a tenu à saluer les "réformes initiées dans le domaine de l'accueil des immigrés", affirmant qu'elle a rendu hommage publiquement à cette initiative royale lors de ses déplacements dans plusieurs capitales européennes. 

Elle a également salué l'interaction positive du Maroc avec les recommandations de l'Examen périodique universel (EPU) du Conseil des droits de l'Homme des Nations-Unies, dont 140 recommandations sur 148 ont été acceptées par le Royaume, ce qui en fait un "bon exemple" pour les pays de la région.

En ce qui concerne le droit de manifester, Mme Pillay s'est dite "contente d'apprendre qu'au Maroc, des manifestations pacifiques peuvent avoir lieu", ajoutant avoir proposé, lors de ses discussions avec les autorités marocaines, l'organisation de sessions de formation aux agents de l'ordre pour "mieux les sensibiliser à leur première responsabilité qui consiste en la protection des citoyens".

Evoquant la question de la torture, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a souligné que les responsables marocains qu'elle a rencontrés l'ont assuré que "la torture n'était pas une politique de l'Etat et qu'il faudra du temps pour éradiquer les mauvaises habitudes. Des mesures, comme l'installation de la vidéosurveillance dans les commissariats de police et la formation des agents, ont été proposées", a-t-elle indiqué.

Mme Pillay a, d'autre part, fait état d'"une volonté politique au plus haut niveau pour poursuivre les efforts afin de fixer les bases fermes et solides des droits de l'Homme pour la société marocaine", laquelle volonté s'est clairement affichée, a-t-elle dit, au cours de l'audience que lui a accordée SM le Roi Mohammed VI et lors des discussions qu'elle a eues avec plusieurs responsables durant sa visite de travail au Maroc. 

Au cours de l'audience royale, a-t-elle dit "j'ai eu la ferme impression que le Souverain est tout à fait déterminé à mener à bien les réformes qui ont été lancées".

La responsable onusienne a mis l'accent, dans ce sens, sur la nécessité d'"engendrer la culture du respect des droits de l'Homme dans toutes les institutions de l'Etat (...), notamment parmi les officiers de justice, les agents d'application de la loi, le personnel pénitentiaire et les fonctionnaires de l'administration aux niveaux national, régional et local".

Mme Navi Pillay: Le nouveau modèle de développement dans les provinces du sud "jette les bases d'une véritable ouverture"

La Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a indiqué, mercredi à Rabat, que le nouveau modèle de développement dans les provinces du sud, élaboré par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), "jette les bases d'une véritable ouverture".

Dans une déclaration à la presse à l'issue de ses entretiens avec le président du CESE, Nizar Baraka, Mme Pillay a souligné que cette initiative tend également à "impliquer la population locale dans le processus de développement".

"Je souhaite féliciter le conseil pour avoir élaboré ce nouveau modèle. Je vois qu'il y a eu une concertation élargie, et beaucoup de transparence", a-t-elle affirmé. 

Et d'ajouter que "nous allons continuer d'examiner ce modèle et voir comment il sera mis en œuvre". 

Dans une déclaration similaire, M. Baraka a indiqué que cette rencontre a été l'occasion de présenter le nouveau modèle de développement des provinces du sud, conçu selon une approche participative qui part de la nécessité d'améliorer les conditions de vie de la population locale et de promouvoir la bonne gouvernance et le développement de ces provinces dans le cadre de la régionalisation avancée.

Lors de cette entrevue, a-t-il expliqué, l'accent a été mis sur les possibilités qu'offre ce nouveau modèle en terme d'accès à la nouvelle génération des droits de l'Homme apportée par la Constitution de 2011 qui permet un accès équitable des citoyens, notamment les jeunes et les femmes, à ces droits.

Mme Pillay entreprend une visite de travail au Maroc, la première depuis qu'elle a pris ses fonctions, en 2008, en tant que Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme.

(MAP-29/05/2014)

L'ONU salue "les progrès considérables" du Maroc en matière des droits de l'Homme

Mme Navi Pillay, Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme (HCDH), a salué, mercredi à Rabat, "les progrès considérables" réalisés par le Maroc en matière des droits de l'Homme.

"Le Maroc a réalisé des progrès considérables en matière des droits de l'Homme", a affirmé la responsable onusienne dans une allocution prononcée lors d'une rencontre, organisée au siège du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), avec des représentants de la société civile, des syndicalistes, des parlementaires, des responsables politiques et des ambassadeurs accrédités au Royaume.

Le Royaume a mis en place un "fort" dispositif institutionnel en matière de droits de l'Homme, notamment le Conseil national des droits de l'homme (CNDH), et affiche un "bon" bilan de coopération avec les mécanismes internationaux des droits de l'Homme, a souligné Mme Pillay, ajoutant que Rabat est également un "partenaire traditionnel" du HCDH et un "important bâtisseur de ponts entre l'Occident, l'Afrique et les pays arabes".

"Le Maroc a parcouru un long chemin pour se débarrasser de son héritage du passé", a indiqué la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, faisant savoir que l'Instance Equité et Réconciliation (IER), mise en place pour établir la vérité sur les violations passées, établir des réparations pour les victimes et leurs familles et proposer des recommandations pour éviter la reproduction de ces violations, a constitué une première dans cette région.

Dans ce sens, elle a rendu un hommage posthume à feu Driss Benzekri, dont la présence "nous manque tous aujourd'hui".

La responsable onusienne s'est également félicitée du dynamisme et de l'indépendance de la société civile marocaine, se disant impressionnée par le professionnalisme, l'engagement et la diversité de ses représentants.

Pour sa part, le président du CNDH, Driss El Yazami, a indiqué que la visite de Mme Pillay au Maroc constitue "un message d'encouragement et d'espoir".

"D'encouragement à un processus de réformes entamé depuis des années par notre pays, fait de reconnaissance des violations commises, de réparation individuelle et communautaire, de débat public, pacifique et pluraliste pour garantir la non répétition des violations graves des droits de l'Homme, garantir la parité, l'égalité, la non-discrimination, un accueil digne des étrangers, nos frères humains, les droits des groupes vulnérables dont notamment les personnes en situation de handicap, les enfants... et d'espoir car votre visite et vos recommandations vont nous aider à accélérer ce processus de réformes", a affirmé M. El Yazami.

"Nous savons que nous avons encore beaucoup à réaliser en matière de réforme de la justice, de garantie définitive de la liberté de la presse, d'égalité en vue d'avancer vers la parité, une lutte sans concessions contre la violence contre les femmes, l'abolition définitive de tout mauvais traitement contre un de nos compatriotes", a indiqué le président du CNDH, se disant confiant quant à la disposition du HCDH d'accompagner ce processus initié au Maroc.

Mme Navi Pillay: Le rapport du CESE sur les droits humains fondamentaux dans les provinces du sud "jette les bases d'une véritable ouverture"

La Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a indiqué, mercredi à Rabat, que le rapport relatif à l'effectivité des droits humains fondamentaux, économiques, sociaux, culturels et environnementaux dans les provinces du sud, élaboré par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), "jette les bases d'une véritable ouverture".

Dans une déclaration à la presse à l'issue de ses entretiens avec le président du CESE, Nizar Baraka, Mme Pillay a souligné qu'elle "attend le rapport final du Conseil qui devra marquer une rupture avec les politiques du passé", ajoutant que cette initiative tend à "jeter les bases d'une véritable ouverture et impliquer la population locale dans le processus de développement".

La responsable onusienne a salué "le nouveau modèle de développement des provinces du Sud élaboré par le CESE, suite à de larges concertations et dans une grande transparence", ajoutant que le Haut-Commissariat "continuera à étudier ce modèle".

Dans une déclaration similaire, M. Baraka a indiqué que cette rencontre a été l'occasion de présenter le nouveau modèle de développement des provinces du sud, conçu selon une approche participative qui part de la nécessité d'améliorer les conditions de vie de la population locale et de promouvoir la bonne gouvernance et le développement de ces provinces dans le cadre de la régionalisation avancée.

Lors de cette entrevue, a-t-il expliqué, l'accent a été mis sur les possibilités qu'offre ce nouveau modèle en terme d'accès à la nouvelle génération des droits de l'Homme apportée par la Constitution de 2011 qui permet un accès équitable des citoyens, notamment les jeunes et les femmes, à ces droits.

Mme Navi Pillay salue les initiatives entreprises par SM le Roi en faveur des droits de l'Homme

Mme Navi Pillay, Haut-commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme, a salué, mardi, les initiatives entreprises par SM le Roi Mohammed VI en faveur de la défense des droits de l'Homme.

A l'issue de l'audience que lui a accordée le Souverain au Palais Royal de Casablanca, Mme Pillay a souligné, dans une déclaration à la presse, que SM le Roi a "entrepris beaucoup d'initiatives, comme la création de la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme, qui est chargée de superviser tous les départements gouvernementaux et de mettre en œuvre la vision Royale concernant la protection des droits de l'Homme au Maroc".

Lors de l'audience, a-t-elle ajouté, "Sa Majesté le Roi m'a assuré qu'il demeure engagé pour la défense et la protection des droits de l'homme sur tout le territoire marocain ".

Elle a dit être "honorée" par l'audience royale, ajoutant qu'elle est d'une "importance primordiale, vu que c'est la première visite effectuée par la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme au Maroc", au cours des dix dernières années.

"Ma visite a été précédée par une tournée effectuée par une équipe technique du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) au Sahara", a rappelé Mme Pillay, soulignant que "cette démarche m'a aidé à avoir une idée plus claire à ce sujet. Je suis ravie de noter que toutes les facilités ont été fournies et j'ai pu rencontrer tout le monde, y compris les organisations de la société civile".

Mme Pillay a tenu, également, à saluer l'introduction de l'éducation aux droits de l'Homme et à la démocratie dans le cursus scolaire, affirmant que c'est cette "bonne volonté" qui a motivé sa visite au Maroc.

(MAP-28/05/2014)

Entretiens avec le Chef du gouvernement

Le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, s'est entretenu mardi à Rabat, avec la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, en visite de travail au Maroc à l'invitation du gouvernement.

Lors de cette entrevue, les deux parties ont insisté sur le partenariat étroit et permanent liant le Maroc à l'ensemble des organismes onusiens des droits de l'Homme, qui s'inscrit dans le cadre des choix prônés par le Royaume sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, visant la consécration des principes des droits de l'Homme et la garantie des libertés individuelle et collective, indique un communiqué du département du Chef du gouvernement. 

M. Benkirane a, à cette occasion, passé en revue les importantes réformes entreprises par le Royaume dans le domaine des droits de l'Homme, dont le gouvernement veille sur leur mise en oeuvre avec à leur tête les dispositions de la nouvelle Constitution de 2011.

Le Chef du gouvernement a également évoqué les nouveautés juridiques que l'exécutif oeuvre pour leur mise en oeuvre et qui vont dans le sens de la consécration des droits de l'Homme et la garantie de procès équitables, ajoute le communiqué. 

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme a, de son côté, salué les réformes entreprises par le Maroc, dont la nouvelle Constitution a accordé une place de choix aux droits de l'Homme et les libertés publiques. 

Lors de cette rencontre qui s'est déroulée en présence du ministre d'Etat, M. Abdellah Baha, la responsable onusienne s'est félicitée également de l'initiative royale de régularisation de la situation des immigrés au Maroc et de la politique adoptées dans ce sens par le Royaume, qui constitue désormais un modèle dans le traitement humanitaire des immigrés subsahariens.

Les familles des victimes des évènements de Gdim Izik attirent l'attention de Navi Pillay sur la dualité des standards dans le traitement de leur dossier par les instances internationales

Les familles et amis des victimes des évènements de Gdim Izik ont attiré l'attention de la Haut commissaire des Nations Unis aux droits de l'Homme, Navi Pillay, sur la dualité des standards dans le traitement de ce dossier par les instances internationales, notamment onusiennes des droits de l'Homme.

"Nous, Coordination des familles et amis des victimes des évènements de Gdim lzik, nous nous adressons à vous pour attirer votre attention sur la partialité des organes des Nations Unies chargés des droits de l'Homme et leur double standard dans le traitement du dossier des onze victimes de nos proches, toutes membres de la police et de la protection civile, qui ont été tuées lors du démantèlement pacifique du camp de Gdim lzik", lit-on dans une lettre adressée par la Coordination à la responsable onusienne.

"Le démantèlement s'était fait sans armes conformément à la décision du Procureur général", souligne la Coordination des familles et amis des victimes des évènements de Gdim lzik, ajoutant qu'"en intervenant sans armes, les forces de l'ordre et de la protection civile, parmi lesquelles nos proches, ont été surpris par l'attaque armée d'un groupe d'individus parmi les manifestants". "Battus à mort, nos victimes ont aussi, été égorgées, mutilées et leurs dépouilles souillées", déplore-t-elle.

La Coordination a également réitéré sa "condamnation des tentatives par les accusés, et par les associations et les organisations qui en sont solidaires, de parvenir par tous les moyens à politiser le dossier et le détourner de sa nature criminelle et pénale pour en faire un dossier politique". "Parce qu'il s'agit d'atteinte au droit à la vie, nos proches ayant été assassinés de manière barbare, nous n'acceptons aucune surenchère qui inverserait les rôles entre les victimes et les accusés de ces crimes", a-t-elle souligné.

"Notre déception quant au fait que vos rapports, recommandations et résolutions ne mentionnent aucunement les droits des victimes parmi nos proches assassinés. En revanche, vos actions et communications vont unilatéralement dans le sens de la défense des accusés, au mépris du droit à la vie de nos victimes, et ce malgré notre correspondance adressée à vous en personne en date du 15 mars 2013", ajoutent les familles des victimes des évènements de Gdim Izik à l'adresse de la responsable onusienne que leur 

La coordination exprime par la même occasion son refus de "l'exploitation des questions des droits de l'Homme pour des fins politiques liées au conflit sur la région du Sahara. Une exploitation qui ne cesse de nous surprendre avec les nouvelles déclarations dans lesquelles certains détenus prétendent avoir subi des actes de tortures pendant la phase d'instruction, alors que ces même accusés avaient auparavant nié cela pendant les audiences du procès dont nous avons été témoins et observateurs".

Les familles des victimes font également part dans cette lettre de leur ferme volonté à défendre leur droit à la justice et à l'équité, car, disent-ils, "nous sommes bien la partie inaudible dans ce procès devant le tribunal militaire, nous les proches et ayants droit des victimes assassinées. Cela alors que la voix des accusés et de leur défense a couvert plus de 10 jours d'audiences. Nous sommes la partie la plus lésée par la présentation du dossier devant le tribunal militaire". 

"C'est pourquoi nous sommes enthousiastes pour la réforme du code de la justice militaire qui permettra à nos victimes de se constituer partie civile et de faire entendre leur voix, de même qu'elle permettra aux détenus de bénéficier des mêmes garanties du procès équitable", ont-ils conclu.

SM le Roi offre un dîner en l'honneur de Mme Navi Pillay

SM le Roi Mohammed VI a offert, mardi à Rabat, un dîner en l'honneur de Mme Navi Pillay, Haut-Commi?ssaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, présidé par le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane.

Ont été présents à ce dîner des Conseillers de SM le Roi, des membres du gouvernement et d'autres personnalités.

SM le Roi avait reçu, au Palais Royal de Casablanca, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme.

Entretiens avec le Président de la Chambre des conseillers

Le Président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah a eu, mardi à Rabat, des entretiens avec la Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme (HCDH), Mme Navi Pillay.

Lors de cet entretien, l'accent a été mis notamment sur la situation des droits de l'Homme au Maroc et le rôle du Parlement en la matière, a indiqué M. Biadillah dans une déclaration à la presse à l'issue de cette entrevue.

Il a été également l'occasion d'informer la responsable onusienne de la nouvelle politique migratoire adoptée récemment par le Maroc, a-t-il ajouté.

Entretiens avec le président de la Chambre des Représentants

Le président de la Chambre des Représentants, Rachid Talbi Alami, s'est entretenu, mardi à Rabat, avec la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, de la situation des droits de l'Homme au Maroc.

L'entretien a traité d'un éventail de sujets, notamment la situation des droits de l'Homme au Maroc, surtout après l'adoption de la Constitution de 2011, la réforme de la justice militaire et le renforcement du rôle du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH, a indiqué M. Talbi Alami dans une déclaration à la presse à l'issue de cette rencontre.

L'accent a été mis aussi lors de cette entrevue sur le problème de l'instrumentalisation de la question des droits de l'Homme par certaines parties pour porter atteinte aux intérêts du Royaume et le rôle de l'institution législative dans la promotion des droits de l'Homme, a souligné le président de la Chambre des Représentants, faisant savoir par ailleurs que le président du CNDH va présenter, le 23 juin prochain au Parlement, un rapport sur la situation des droits de l'Homme.

SM le Roi reçoit à Casablanca la Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a reçu, mardi au Palais Royal de Casablanca, Madame Navi Pillay, Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme (HCDH), indique un Communiqué du Cabinet Royal.

A Cette occasion, Sa Majesté le Roi a décoré Mme la Haut-Commissaire du Wissam Al Alaoui, grade de grand officier, "en hommage à son engagement fort et en reconnaissance de son rôle très actif pour la promotion et la défense de la cause des droits de l'homme durant son mandat à la tête du Haut-commissariat de l'ONU", ajoute le communiqué du Cabinet Royal.

Le Souverain a également "salué l'action de Mme Pillay pour renforcer la crédibilité de l'action du HCDH, améliorer ses capacités opérationnelles, réformer le système des organes de traités et conférer plus de visibilité à de nouvelles thématiques comme la lutte contre la discrimination et l'intolérance et les droits des migrants", poursuit la même source.

Pour sa part, Mme Pillay a "salué les avancées significatives et les efforts soutenus déployés par le Royaume, sous l'impulsion de Sa Majesté le Roi, en faveur de la noble cause des droits de l'homme dans leur acception globale", souligne-t-on

"Les échanges ont notamment porté sur l'émergence de nouvelles générations de droits de l'homme et la nécessité de leur promotion", relève la même source. 

L'audience s'est déroulée en présence du directeur du HCDH pour la région Mena, M. Hani Magali, du Conseiller de Sa Majesté le Roi, M. Fouad Ali El Himma, et du ministre des Affaires Etrangères et de la coopération, M. Salaheddine Mezouar.

Entretiens avec le ministre de la Justice et des libertés

Le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, s'est entretenu, mardi à Rabat, avec la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, de la situation des droits de l'Homme au Maroc.

Lors de cette rencontre, la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme a salué les réformes engagées par le Royaume depuis l'adoption de la Constitution de 2011, estimant que cette dernière est très avancée notamment, en adoptant le principe de la suprématie des conventions internationales sur les législations nationales et en consacrant une place particulière aux droits de l'Homme et libertés publiques, indique un communiqué du ministère de la Justice.

Mme Pillay s'est également félicité du caractère humain de la politique marocaine à l'égard des immigrés en séjour illégal sur le territoire national et des dernières décisions du Royaume dans ce cadre, soulignant qu'elle présentait le Maroc comme un modèle à suivre en matière de traitement des immigrés africains lors de ses visites à plusieurs pays européens.

Pour sa part, le ministre de la Justice et des libertés a affirmé que le Maroc a entamé, depuis des années, plusieurs réformes structurelles, dont l'adoption de la Constitution de 2011, considérée parmi les constitutions modernes ayant accordé une forte place aux droits et libertés et à l'indépendance du pouvoir judiciaire.

Cette entrevue a été aussi l'occasion pour M. Ramid de donner un aperçu sur le dialogue national sur la réforme du système judiciaire et l'approche participative adoptée dans l'élaboration de la charte nationale sur la réforme globale et profonde du système judiciaire, ajoute le communiqué.

Et le ministre de relever que le gouvernement a entamé la mise en œuvre des dispositions de cette charte à travers l'élaboration d'un nouvel arsenal juridique, comprenant notamment le projet de la nouvelle procédure pénale, qui comporte des dispositions avancées dans le domaine de la protection des droits de l'Homme.

Pour ce qui est des efforts du Maroc en matière de la lutte contre la torture, M. Ramid a relevé que l'Etat marocain est déterminé à lutter contre les actes de torture qui peuvent être le fait de certains agents en charge d'application de la loi au cours de leurs missions sécuritaires, évoquant à cet égard la mise en place de de mécanismes et de garanties, y compris la réalisation d'une expertise tripartite par un comité composé de trois médecins, deux désignés par le parquet et un troisième choisi parmi une liste présentée par des associations de la société civile.

Entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar s'est entretenu, mardi à Rabat, avec la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, actuellement en visite officielle de quatre jours au Maroc, à l'invitation du gouvernement.

L'invitation de la Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme consacre le partenariat étroit et continu, qui unit le Maroc aux mécanismes onusiens des droits de l'Homme, et qui s'inscrit dans le cadre du choix irréversible du Royaume, sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI de s'engager dans la voie de la consolidation, de la protection, de la promotion des droits de l'Homme et de la défense des libertés fondamentales.

(MAP-27/05/2014)