19 °C Clear sky Rabat

Actualités
Jeudi 8 Mars 2018

Le Premier ministre malien en visite de travail au Maroc

Synthèse vocale
 Le Premier ministre malien en visite de travail au Maroc

 M. El Othmani: Le Maroc continuera à soutenir les efforts du Mali en vue de préserver son intégrité territoriale et sa cohésion nationale

Le Maroc continuera à soutenir les efforts du Mali en vue de préserver son intégrité territoriale et sa cohésion nationale, a affirmé jeudi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani.

"Si nous nous félicitions tous de la victoire collective sur les forces obscurantistes et séparatistes au Mali, nous sommes tous conscients de l'ampleur des défis auxquels il fait face dans cette phase nouvelle de réconciliation et de reconstruction nationale", a souligné M. El Othmani, qui coprésidait avec le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, une réunion plénière à l'occasion de la visite de travail et d'amitié qu'effectue le responsable malien au Royaume à la tête d'une importante délégation.

Le Maroc est pleinement au fait de ces enjeux et continuera à soutenir les efforts nationaux du Mali en vue de préserver son intégrité territoriale et sa cohésion nationale, a ajouté M. El Othmani, relevant que le Maroc, attaché à la coopération sud-sud, ne ménagera aucun effort pour accompagner le Mali, pays frère et voisin, dans les secteurs socio-économiques qu'il estimera prioritaires dans un environnement jouissant de la stabilité, de la sécurité et de la paix.

En vertu de la riche et inaliénable tradition de coopération avec les Etats frères subsahariens, le Maroc entend remplir activement sa part de responsabilité historique, étant l'un des premiers Etats avec le Mali initiateurs de l'intégration africaine, a-t-il dit, faisant observer que SM le Roi Mohammed VI accorde une attention toute particulière à cet axe essentiel des relations extérieures du Royaume, en veillant personnellement à son renforcement.

Le Maroc de retour parmi sa famille institutionnelle au sein de l’Union africaine ne cessera de poursuivre ses efforts inlassables de solidarité avec ces pays frères pour la construction d’une Afrique forte et prospère, a poursuivi le Chef du gouvernement.

"Et du Mali, le Maroc restera le partenaire fidèle et engagé", a déclaré M. El Othmani, soulignant que le Mali a constitué de tout temps aux yeux du Royaume une composante majeure du patrimoine islamique et de l’identité africaine.

Le partenariat entre le Royaume et ce pays s’inscrit pleinement dans cette dimension cultuelle et culturelle, a-t-il ajouté. Ont pris part à cette réunion plusieurs membres du gouvernement marocain et les membres de la délégation accompagnant M. Boubeye Maïga.

M. El Othmani a eu auparavant des entretiens en tête à tête avec le Premier ministre malien. 

 

Cette visite sera marquée par la signature de plusieurs accords de coopération couvrant différents domaines.

Le Maroc et le Mali signent plusieurs accords de coopération visant à impulser leur partenariat bilatéral

Le Maroc et le Mali ont signé, jeudi à Rabat, cinq accords de coopération couvrant plusieurs domaines en vue d'impulser le partenariat bilatéral unissant les deux pays.

Signés lors d’une cérémonie co-présidée par le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, et le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, ces accords touchent notamment les domaines du transport, de la logistique et de l’emploi.

Ainsi, un accord relatif aux transports internationaux routiers de voyageurs et de marchandises a été signé par le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, et le ministre malien des Transports et du Désenclavement, Moulaye Ahmed Boubacar.

MM. Amara et Boubacar ont également signé un accord relatif à la reconnaissance des permis de conduire, ainsi qu’un accord de coopération en matière de logistique.

Dans le domaine de l’emploi, un protocole de coopération a été signé par le ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Yatim, et le ministre malien de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra.

Par ailleurs, M. Amara et le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiéman Hubert Coulibaly, ont signé un accord de coopération technique dans le domaine des aménagements hydrauliques.

Ces accords ont été signés au terme d’une réunion plénière à l'occasion de la visite de travail et d'amitié qu'effectue le premier ministre malien dans le Royaume à la tête d’une importante délégation.

M.Bourita: Le Maroc et le Mali conviennent de renforcer leur concertation politique et diplomatique 

Le Maroc et le Mali ont convenu de renforcer leur concertation politique et diplomatique dans le cadre des enceintes régionales et internationales, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita. 

Les relations entre le Maroc et le Mali sont enracinées et marquées par une dimension humaine très forte, a affirmé M. Bourita lors d'un point de presse à l'issue d’une rencontre avec le ministre malien des affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly, notant que les deux visites de SM le Roi Mohammed VI au Mali en 2013 et en 2014 ont donné une forte impulsion à cette relation. 

"Cette rencontre a été l’occasion de passer en revue ce qui a été réalisé dans le cadre des deux visites de SM le Roi à Bamako, de constater tout le potentiel de cette relation et de convenir de mesures concrètes pour une optimisation de ce potentiel", a expliqué le ministre. 

Concernant le processus de paix et de réconciliation au Mali, M. Bourita a relevé que le Maroc note avec une grande satisfaction tous les progrès qui ont été réalisés sous la conduite de SE le président de la république du Mali. 

"Le Maroc a confiance que le génie, l’intelligence et le sens de l’appartenance à ce pays aiderait les maliens à concevoir les étapes à venir dans ce processus politique, mais également du processus de réconciliation avec beaucoup de responsabilité et de sens de l’histoire, pour que le momentum qui a été créé par l’élection du président puisse produire tous les résultats attendus par la communauté internationale", a-t-il dit.

M. Bourita a, par ailleurs, évoqué les menaces qui pèsent sur la région du Sahel, signalant qu’elles ont un impact sur l’Afrique du Nord et l’espace méditerranéen, ce qui en fait un combat de toute la communauté internationale. 

Les efforts des pays du G5-Sahel sont menés pour eux d’abord, mais également face à des menaces qui vont au-delà de cette zone et qui menacent d’autres espaces, a ajouté le ministre, notant que cette réunion a été une occasion de discuter des efforts de la communauté internationale pour accompagner le choix et les décisions des pays concernés dans le cadre du G5-Sahel.

Pour sa part, le ministre malien a fait savoir que les deux parties ont fait le point des questions essentielles ayant trait à la coopération bilatérale et multilatérale, notamment le processus de paix au Mali, soutenu par le Royaume du Maroc, soulignant également avoir abordé certaines questions africaines telles que la démarche d’adhésion du Maroc à la CEDEAO qui s’inscrit dans la logique du renforcement de l’ancrage africain du Maroc. 

Cette démarche a lieu au moment où le Maroc revient à sa famille au sein de l’Union africaine, a-t-il dit, ajoutant que les relations entre le Maroc et le Mali "sont très anciennes et qui plongent au plus profond de notre histoire, sur le plan culturel, sous-tendu par une proximité au niveau cultuelle." 

"Le Mali a choisi le Maroc afin de former ses imams, pour que sa pratique religieuse soit conforme à sa trajectoire historique", a fait valoir M. Coulibaly.

"Tout cela nous amène a envisager des efforts dans les mois qui viennent pour que notre coopération prenne de l’ampleur sur tous les plans, et que nous puissions nous mettre à la hauteur de l’histoire partagée entre les deux pays", a-t-il conclu.

La consolidation de la coopération en matière d'élevage au centre d’entretiens entre M. Akhannouch et son homologue malienne

La consolidation de la coopération dans le domaine de l’élevage et l’amélioration génétique des races bovines ont été au centre d'entretiens, jeudi à Rabat, entre le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, et la ministre malienne de l’Elevage et de la Pêche, Kané Rokia Maguiraga, dans le cadre de la visite de travail qu'effectue au Maroc une délégation ministérielle conduite par le Premier ministre malien.

Lors de cette rencontre, les deux parties ont examiné l'état d'avancement de la mise en œuvre du Protocole d'Accord de coopération, signé en février 2014, à l'occasion de la visite de SM le Roi Mohammed VI au Mali, portant sur le domaine de l’élevage et l’amélioration génétique bovine, notamment le don de 125 000 doses de semences bovines remis aux éleveurs maliens avec le matériel technique, l’approvisionnement du Mali en doses supplémentaires de races bovines à viande et la création d'un centre d'insémination au Mali avec l'appui du Maroc.

Les ministres ont également évoqué la formation de 22 inséminateurs maliens au Maroc et l'organisation de 11 journées de sensibilisation au Mali en faveur des éleveurs et techniciens, se félicitant de la naissance de plus de 10.000 veaux améliorés entre 2015 et 2017, dans le cadre du programme d’insémination artificielle.

En vertu de cet accord de coopération, les deux parties ont également rappelé la visite d’une délégation malienne à l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), en septembre 2017, durant laquelle la partie malienne a pris connaissance de l’organisation et des missions de cet organisme, tenu des séances de travail avec les directions centrales et régionales de l’Office et rencontré divers partenaires des Départements de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, ainsi que des associations de protection des consommateurs.

Les deux ministres se sont également mis d’accord sur la poursuite du programme d’insémination artificielle, de la formation de nouveaux formateurs aux métiers de la sécurité sanitaire, de la coopération dans le domaine de la transformation et de l’usinage du lait.

Ils ont convenu, à cette occasion, de prendre une série de mesures visant à étendre le programme de formation à certains métiers de boucherie et à développer l’aquaculture au profit des petits pisciculteurs maliens.

A l’occasion de cette visite de travail, plusieurs accords de coopération dans le domaine des transports, de la logistique, des infrastructures, de l'aménagement hydro-agricole, de la formation professionnelle et du développement durable seront signés entre le Maroc et le Mali.

Réunion de travail entre le ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale et le ministre de la Défense et des Anciens combattants du Mali

En exécution des Hautes Instructions Royales, M. Abdeltif Loudyi, ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de l’Administration de la Défense nationale, a reçu jeudi au siège de l’Administration de la Défense nationale à Rabat, M.Tièna Coulibaly, ministre malien de la Défense et des Anciens combattants.

M. Coulibaly fait partie de la délégation ministérielle conduite par Son Excellence le Premier ministre de la République du Mali, M. Soumeylou Boubèye Maiga, dans le cadre de la visite de travail et d'amitié qu'il effectue au Royaume du Maroc, du 8 au 9 mars courant, indique un communiqué de l’Administration de la Défense nationale.

A l'occasion de cette rencontre, les ministres malien et marocain ont mis en relief les liens historiques d'amitié et de fraternité qui unissent le Royaume du Maroc et la République du Mali. Ils se sont également félicités de la densité des relations bilatérales multiformes, souligne la même source.

Les relations entre les deux pays ont connu un essor particulier depuis la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Mali, en février 2014, au cours de laquelle une vingtaine d'accords et de conventions ont été signés.

Les deux responsables ont, par ailleurs, passé en revue les différents aspects de la coopération bilatérale dans le domaine de la défense nationale et exprimé, à cet égard, leur souhait de la consolider davantage notamment en matière de formation des cadres militaires, précise l'Administration de la Défense.

Dans ce sillage, les deux ministres ont procédé à la signature de l'accord de coopération militaire et technique, finalisé entre les deux parties. Cet accord, qui établit le cadre général de la coopération bilatérale dans le domaine militaire, concerne notamment la formation, les exercices et entraînements, l'assistance technique et l'échange de visites. A cette occasion, le ministre de la Défense malien a mis en avant le rôle majeur joué par le Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi, pour le développement de la coopération Sud-Sud dans le continent africain, ainsi que son engagement actif et constant en faveur de la paix et de la stabilité continentale et internationale, conclut le communiqué de l'Administration de la Défense. 

Premier ministre malien: Le Mali remercie le Maroc pour son appui dans le cadre de la gestion de la crise politique

Le Mali remercie le Maroc pour son appui dans le cadre de la gestion de la crise politique, a déclaré jeudi à Rabat, le premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga.

"Le Mali demeure reconnaissant du soutien précieux du Maroc, notamment son assistance humanitaire, politique et diplomatique au sein du Conseil de sécurité de l'ONU", a souligné le responsable malien, qui co-présidait avec le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, une réunion plénière à l'occasion de la visite de travail et d'amitié qu'il effectue dans le Royaume à la tête d'une importante délégation.

Les deux pays développent une coopération qui se distingue par son dynamisme, sa densité et sa diversité, a relevé M. Boubeye Maïga, soulignant que la visite de SM le Roi Mohammed VI en 2014 au Mali et celle du président malien au Maroc constituent des "tournants majeurs et décisifs" dans le renouveau et le repositionnement de la coopération bilatérale entre les deux pays.

Il s’est, à cet égard, félicité de la concrétisation, depuis ces visites, des engagements pris et des initiatives nouvellement engagées, a-t-il dit, faisant savoir que son pays se réjouit des progrès importants dans le domaine de l’insémination artificielle des animaux grâce au soutien personnel de SM le Roi qui a gracieusement offert une importante quantité de doses et assuré la formation au Maroc de spécialistes maliens dans ce domaine.

Le gouvernement malien sollicite la poursuite de ce programme pour l’amélioration de la race bovine et le traitement approprié de la production laitière, a indiqué M. Boubeye Maïga, rappelant aussi la réalisation de la clinique prénatale et la construction en cours d’un centre de formation professionnelle au Mali, deuxième infrastructure majeure qui s’inscrit dans l’esprit du programme d’urgence social du président malien orienté vers la satisfaction des besoins fondamentaux des populations.

"Le fleurent emblématique de la coopération maroco-malienne se concentre, sans nul doute, dans les secteurs bancaire et de la télécommunication, en tant qu'exemple du partenariat exemplaire sud-sud", a-t-il dit, déplorant, toutefois, les difficultés et les obstacles qui empêchent les secteurs privés dans les deux pays de tirer profit de la plénitude des opportunités et du formidable potentiel qu’offrent les deux économies. 

Les deux pays sont appelés à œuvrer de concert de manière à élargir le spectre et les horizons des relations bilatérales en créant le cadre législatif et réglementaire susceptibles de renforcer leur attractivité, a-t-il indiqué.

Le responsable malien a aussi accordé une attention toute particulière aux efforts conjoints et aux opérations de coopération régionale pour répondre plus efficacement aux défis régionaux et globaux en matière de sécurité, de mobilité et de réchauffement climatique.

La persistance du terrorisme, du crime transfrontalier et la gestion des flux migratoire dans la région sahélo-saharienne demeure une source de préoccupation car elle entrave les efforts de développement des pays de la région et constitue un obstacle à leur intégration et à la coopération régionale, d’où la nécessité de mutualiser les efforts comme jamais auparavant pour apporter les meilleures réponses à ces défis et faire de "nos territoires des espaces de paix, de stabilité et de croissance partagée", a souligné le premier ministre malien.

Ont pris part à cette réunion plusieurs membres du gouvernement marocain et les membres de la délégation accompagnant M. Boubeye Maïga.

M. El Othmani a eu auparavant des entretiens en tête à tête avec le premier ministre malien. 

Le Mali veut s'inspirer de l'expérience du Maroc en matière de gestion fiscale

Le ministre malien de l'Economie et des finances, Boubou Cissé, a salué, jeudi à Rabat, l'expérience du Maroc en matière de gestion des impôts, soulignant que son pays veut s'inspirer de cette expérience pour se mettre au diapason de ce secteur.

Dans ce cadre, une équipe du fisc malien se rendra bientôt au Maroc pour bénéficier d’une formation sur les solutions numériques adoptées par le Royaume en matière de gestion fiscale, afin de pouvoir l’adapter au Mali, a fait savoir M. Cissé, qui s’entretenait avec le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid.

Le Maroc affiche de bons résultats en matière d'administration fiscale, a déclaré M. Cissé à la presse à l’issue de ces entretiens, qui ont eu lieu dans le cadre de la visite de travail qu'effectue le Premier ministre malien au Maroc, les 8 et 9 mars, soulignant que son pays aspire à une meilleure mobilisation de ses recettes fiscales.

Selon le responsable malien, les discussions avec M. Boussaid ont été l’occasion de mettre en avant l’excellence du partenariat établi entre le Maroc et le Mali dans plusieurs domaines, et impulsé par les visites officielles effectuées par SM le Roi Mohammed VI dans ce pays d’Afrique de l’ouest.

Il a émis le souhait de voir cette coopération bilatérale, qui tire sa force de la qualité des relations "historiques, spirituelles et fraternelles", se consolider et s’ouvrir à deux nouveaux horizons.

Pour sa part, M. Bouissaid, a déclaré que le Maroc est toujours disposé à partager ses expériences accumulées dans tous les domaines, faisant part de sa conviction que cette visite insufflera une nouvelle dynamique à la coopération établie entre les deux pays dans plusieurs secteurs.

Les discussions ont notamment permis de discuter de la présence du secteur privé au Mali et sa contribution au développement de ce pays, ainsi que de l’échange d’expériences entre le Maroc et le Mali dans des domaines d’intérêt commun.

A l’occasion de cette visite de travail, plusieurs accords de coopération dans le domaine des transports, de la logistique, des infrastructures, de l'aménagement hydro-agricole, de la formation professionnelle et du développement durable devront être signés entre le Maroc et le Mali.

Examen à Rabat des moyens de booster la coopération en matière de formation professionnelle

Les moyens de booster la coopération en matière de formation professionnelle ont été au centre d'entretiens tenus, jeudi à Rabat, entre le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim, et le ministre malien de l'emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra.

Cette rencontre se veut une occasion d'insuffler une nouvelle dynamique aux relations entre le Maroc et le Mali, notamment dans le domaine de l'emploi, et de renforcer l'échange des expériences et expertises en matière de formation professionnelle, a indiqué M. Yatim lors de cette rencontre. Un plan d'action sera élaboré par une commission technique du ministère visant à assurer une meilleure intégration des jeunes maliens dans le marché du travail, a indiqué M. Yatim, annonçant une prochaine visite au Mali en vue de hisser davantage le partenariat entre les deux pays amis.

Pour sa part, M. Ben Kattra a indiqué qu'une convention de coopération sera signée avec le ministère marocain, visant à mettre en place les conditions techniques nécessaires pour stimuler davantage l'emploi et faire en sorte que les deux agences d'emploi marocaine et malienne puissent coordonner leurs efforts et créer un marché de travail favorable pour les citoyens des deux pays. De même, le ministre malien a exprimé sa volonté de bénéficier de la riche expérience marocaine dans le domaine de la formation professionnelle, rappelant à cet égard la convention cadre signée entre l'Office de formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et le Fonds d'Appui à la Formation Professionnelle et l’Apprentissage (FAFPA), sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

Ces entretiens s’inscrivent dans le cadre de la visite de travail qu'effectuent le Premier ministre malien et la délégation ministérielle l’accompagnant au Royaume, les 8 et 9 mars, laquelle visite sera marquée par la signature de plusieurs accords de coopération dans les domaine des transports, de la logistique, des infrastructures, de l'aménagement hydro-agricole, de la formation professionnelle et du développement durable.

Ministre malien: Le Mali veut tirer profit de l'expérience marocaine dans le domaine des transports 

Le Mali veut tirer profit de l'expérience marocaine en matière de transport terrestre, aérien et ferroviaire, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre malien du Transport et du Désenclavement, Moulay Ahmed Boubacar.

Dans une déclaration à la MAP, à l'issue de ses entretiens avec le ministre de l'Équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau, Abdelkader Amara, le ministre malien a souligné la volonté politique ferme de son pays de coopérer avec le Maroc dans plusieurs domaines, notamment le transport, l'infrastructure, la logistique, le système des permis de conduire et l'accès à l'eau.

M. Boubacar a également précisé que le Mali veut s'inspirer de l'expérience marocaine pour établir des lignes aériennes destinées à assurer la desserte de certaines régions désenclavées du pays.

"Le Royaume du Maroc est un partenaire incontournable et un pays frère et ami", a-t-il insisté, ajoutant que l'objectif de cette visite est d'"échanger à propos de certains sujets qui ont fait l'objet de projets d'accords lors de la visite de SM le Roi Mohammed VI au Mali".

Le Mali et le Maroc ont plusieurs possibilités de coopérer davantage et d'œuvrer de concert eu égard à la complémentarité à tous les niveaux qui caractérisent leurs relations, ainsi que les éléments historiques, géographiques et culturels et le processus de développement qu'ils partagent, a-t-il expliqué.

De son côté, M. Aamara, se félicitant de l'excellence des relations bilatérales liant les deux pays, a indiqué que ces entretiens ont porté sur un certain nombre de sujets, notamment l'infrastructure et le transport, notant que plusieurs accords de coopération couvrant différents domaines devront être signés, dans le cadre de la visite du premier ministre malien au Maroc.

Le Maroc et le Mali déterminés à donner un nouvel élan à leurs relations bilatérales "historiques"

Le Maroc et le Mali ont fait part, jeudi à Rabat, de leur volonté de donner un nouvel élan à leurs relations bilatérales "historiques".

Dans ce sens, et à l'occasion de la visite de travail et d’amitié qu’effectue le premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, dans le Royaume, les deux pays ont signé plusieurs d’accords notamment dans les domaines du transport, de l’emploi, de la logistique et militaire.

Cette visite a pour objectif de donner un nouvel élan aux relations bilatérales ayant connu un tournant important après la visite que SM le Roi Mohammed VI avait effectuée au Mali en 2014, a souligné M. Maïga lors d’un point de presse au terme d’une réunion élargie qu’il a co-présidée avec le Chef du gouvernement, M. Saâd Eddine El Othmani.

"Nous nous sommes accordés sur la nécessité de développer davantage nos relations économiques pour qu’elles soient à la hauteur de nos relations séculaires et des échanges déjà assez importants entre les acteurs économiques et sociaux de part et d’autre", a ajouté le responsable malien.

"Les relations entre nos deux pays sont ancrées dans l’histoire et c’est cette profondeur qui fait que nos relations n’ont jamais été altérées, même si, par ailleurs, nous estimons qu’elles auraient pu atteindre un niveau de développement qui soit à la hauteur de l’amitié et de l’estime réciproque qu’il y a entre nos deux peuples et nos deux chefs Etats", a fait savoir M. Maïga.

Les deux pays vont continuer leurs échanges, notamment au niveau des ministres des affaires étrangères pour examiner les possibilités de mettre en place un cadre de dialogue stratégique eu égard aux défis communs auxquels les deux pays sont confrontés et qui nécessitent une concertation et une consultation permanentes et une coordination au niveau des différentes instances, a-t-il ajouté.

Selon lui, le gouvernement malien est engagé à aller le plus loin possible dans le développement des relations bilatérales, ajoutant que le chef de l’Etat malien est déterminé à consolider les relations des deux pays.

Les échanges entre les parties marocaine et malienne ont porté aussi sur l’ensemble des questions d’intérêt commun, y compris la "question nationale qui est importante pour chacun des pays et la question de la sécurité régionale", a-t-il précisé.

De son côté, M. El Othmani a mis en avant l’importance de cette visite qui vient renforcer les relations de fraternité unissant les deux pays, particulièrement après la visite de SM le Roi au Mali en 2014, durant laquelle plusieurs accords importants avaient été signés.

La visite du premier ministre malien dans le Royaume a été l’occasion de discuter de plusieurs questions bilatérales, régionales et d'autres d'intérêt commun que ce soit sur le plan de la sécurité régionale ou sur le plan de l’intégrité territoriale du Maroc et du Mali.

Les accords importants souscrits à cette occasion sont de nature à renforcer les relations économiques et commerciales entre les deux pays, a fait savoir le chef du gouvernement, soulignant que le Maroc veut donner un nouvel élan à ses relations avec le Mali dans l’intérêt des deux pays et de l’ensemble de la région.

MAP 08/03/2018