13 °C Rain showers Rabat

Actualités
Mardi 19 Novembre 2013

Les atouts économiques, politiques et sociaux du Maroc au menu d'un sommet international à Rabat

Synthèse vocale
Les atouts économiques, politiques et sociaux du Maroc au menu d'un sommet international à Rabat

Les atouts économiques et les opportunités d'investissement qu'offre le Maroc dans différents secteurs ont été largement présentés, mardi à Rabat, dans le cadre du "Sommet Maroc 2013", une rencontre de trois jours qui réunit décideurs et investisseurs issus d'une vingtaine de pays de quatre continents.

"En termes d'investissements, le Maroc est une destination très importante dans la mesure où le Royaume a pu maintenir un environnement macro-économique stable", a relevé le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, dans une déclaration à la MAP en marge de sa participation à l'ouverture des travaux de ce sommet, qui ambitionne de créer une plate-forme regroupant, notamment, des investisseurs internationaux, des leaders de l'industrie, des décideurs et des experts juridiques du monde entier en vue de débattre et de connaitre de près le potentiel que recèle le Maroc.

Pendant des années, le Maroc a pu maitriser le déficit budgétaire ainsi que l'inflation et le taux de l'endettement, a-t-il fait savoir, en se félicitant de la stabilité dont jouit le Royaume, grâce aux différentes réformes engagées depuis une douzaine d'années sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI. 

Au volet politique, le ministre a estimé que le Maroc constitue une "Success Story" dans une conjoncture économique mondiale difficile. En dépit des troubles qui affectent les économies mondiales et celles des pays arabes en particulier, le Maroc a su se démarquer comme un modèle sur les plans de la législation, de la sécurité et de l'attractivité pour les investissements. 

Depuis plus d'une dizaine d'années, le Royaume a fait preuve d'une certaine stabilité macroéconomique, qui s'est traduite par une transformation profonde de ses structures et un progrès significatif de sa compétitivité dans un contexte international mouvementé et versatile. Avec une croissance de 3 à 5 pc, le Royaume compte sur une stratégie cohérente et harmonieuse pour accompagner sa vision à long terme, mise en place depuis l'an 2000, précise-t-on.

M. Haddad, qui a présenté un exposé sur les réalisations du Maroc dans le domaine de l'investissement, du développement des affaires, de l'éducation et du tourisme, a d'emblée fait savoir que "le Maroc jouit de la confiance d'un nombre croissant d'investisseurs étrangers grâce à sa stabilité économique, politique et sociale", citant, dans ce sens, la place de choix qu'occupe le Royaume en tant que "l'une des destinations les plus prisées des investisseurs en Afrique".

Le Maroc, a-t-il dit, a pu développer "très sensiblement l'environnement des affaires et de l'investissements, grâce à une amélioration très importante en matière d'autorisations, de création d'entreprises, d'imposition fiscale et d'accès au financement, en se faisant l'écho de nouvelles mesures en cours de préparations dans le domaine du bâtiment , de l'habitat et de la réforme de justice".

Selon lui, toutes ces mesures permettront "d'améliorer considérablement le classement et le positionnement du Maroc dans le monde des affaires et de l'investissement", qui attire déjà près de "deux milliards d'Euros par an".

Lors de son intervention, le Ministre n'a pas manqué de mettre l'accent sur la compétitivité du secteur du tourisme marocain qui a pu, grâce à la "Vision 2020", mettre en place d'importants leviers de développement et d'attirer davantage d'investissements étrangers.

Cette vision, a-t-il dit, donne une place importante à l'investissement en tant que composante essentielle pour contribuer au développement économique et social du Royaume, rappelant que le but est de créer une capacité d'hébergement de 200.000 nouveaux lits avec 470.000 nouveaux emplois et de générer un investissement global de 150 milliards de dirhams.

Les actions entreprises pour renforcer une économie basée sur la connaissance, le savoir, la recherche et l'innovation ont été également à l'ordre du jour de cette rencontre, au même titre que les mesures visant à briser les contraintes juridiques pour faciliter les investissements au Maroc, le cadre réglementaire dans le pays et la conjoncture Mondiale et régionale du commerce et de l'investissement.

Intervenant lors de ce sommet, la ministre déléguée chargée de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, Soumia Benkhaldoun, a donné un large aperçu des efforts consentis par le Royaume dans le domaine de la formation des compétences nationales, ainsi que les différentes initiatives à la faveur des compétences marocaines résidant à l'étranger.

Elle s'est également focalisée sur les atouts à l'investissement qu'offre le Royaume en matière de capital humain (55 pc de la population est âgée de moins de 25 ans), d'ouverture économique, de libéralisation et de réformes structurelles. 

Organisée par "Alliance for Rule of Law Promotion & Alternative Dispute Resolution" (ARPA), une organisation basée aux Etats-Unis, cette rencontre connait la participation de représentants d'institutions internationales dont la Banque mondiale, PDG de compagnies internationales opérant dans divers secteurs, ainsi que des représentants diplomatiques, de chambres de commerce et de banques, et des juristes. 

-MAP-