15 °C Clear sky Rabat

Actualités
Jeudi 3 Mars 2016

les produits suspects saisis dans le cadre du démantèlement d'un réseau terroriste à El Jadida contenaient des substances toxiques et biologiques mortelles

Synthèse vocale
Direction générale de la surveillance du territoire (DGST)

L'expertise scientifique réalisée par les services compétents sur les produits suspects saisis à El Jadida, dans le cadre de l'opération de démantèlement, le 18 février 2016, d'un réseau terroriste a confirmé qu'ils comportaient des substances toxiques et biologiques mortelles, indique, jeudi, le ministère de l'Intérieur.

"L'expertise scientifique réalisée par les services compétents sur les produits suspects saisis à El Jadida, dans le cadre de l'opération de démantèlement, le 18 février dernier, d'un réseau terroriste composé de dix membres, dont un ressortissant français, par le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a démontré qu'ils comportaient des substances toxiques et biologiques mortelles", précise le ministère dans un communiqué. 

Ces substances sont classées par les instances internationales compétentes comme armes biologiques dangereuses, étant donné qu'une quantité minime de ces produits peut causer la paralysie et la destruction du système nerveux de l'homme et provoquer sa mort, note la même source, ajoutant que "ces produits toxiques peuvent également mettre l'environnement en danger en cas de fuite par l'eau ou l'air".

Selon la même source, l'enquête menée avec les membres de ce réseau terroriste a démontré que ces derniers ont procédé à la fabrication et la préparation de ces produits mortels en vue de leur utilisation dans le cadre de leur projet terroriste contre le Royaume, ce qui témoigne du développement des méthodes et modes opératoires criminels adoptés, désormais, par les organisations terroristes partisanes du soi-disant "Etat islamique" afin de déstabiliser la sécurité du pays, attenter à sa stabilité et semer la panique parmi les citoyens.

Les membres de ce réseau criminel ont été déférés devant la justice, le 1er mars courant, à l'issue de l'enquête menée sous la supervision du parquet général compétent, conclut le communiqué.

(MAP 03/03/2016)