22 °C Cloudy Rabat

Actualités
Jeudi 20 Avril 2017

M. El Othmani présente le programme gouvernemental devant les deux chambres du parlement

Synthèse vocale
M. El Othmani présente le programme gouvernemental devant les deux chambres du parlement

Le gouvernement ambitionne de créer 800.000 unités de logement à l'horizon 2021 

Le gouvernement ambitionne de créer quelque 800 unités de logement d'ici 2021, afin de réduire le déficit en matière d'habitat et mettre un terme à toutes les formes d'habitat insalubre, selon son programme dévoilé mercredi par le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.

Dans son volet relatif à l'accès des catégories pauvres et moyennes à un habitat décent, contenu dans l'axe du "renforcement du développement humain et de la cohésion sociale et spatiale", le programme gouvernemental vise également à traiter 50% des cas de 120.000 familles vivant dans des bidonvilles, et ce dans le cadre du programme national "Villes sans bidonvilles" à l'horizon 2021.

Les mesures gouvernementales prévoient aussi la mise à niveau urbaine des quartiers illégaux, en vue d'améliorer les conditions de vie de plus de 200.000 familles, outre un engagement de traiter 37.000 constructions menaçant ruine et l'activation du rôle de l'agence nationale de renouvellement urbain et de réhabilitation des habitations menaçant ruine.

De surcroît, le gouvernement s'engage à encourager la création du logement social et de l'habitat à bas coût, ainsi que des produits destinés aux familles démunies, outre la promotion de l'habitat participatif et solidaire et la facilitation des mécanismes de logement social dédié à la location et la conception de nouveaux moyens de financement du logement.

Le programme gouvernemental prône également le renforcement du cadre réglementaire et technique, notamment en matière d'intermédiation immobilière, tout en mettant à disposition des familles démunies des financements subventionnés, conformément à des critères bien définis.

Le gouvernement El Othmani promet aussi de revoir la politique de soutien à la classe moyenne en termes d'accès au logement et de faciliter les procédures relatives aux coopératives de logement. Le but est de permettre à cette catégorie d'avoir un logement qui convient à ses attentes.

De même, le gouvernement planchera sur le lancement d'un programme de logement dans le milieu rural qui tient compte des spécificités urbanistiques régionales et locales.

(MAP 21/04/2017)

Le renforcement du développement humain érigé en axe principal dans le programme gouvernemental 

Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a affirmé, mercredi, que le renforcement du développement humain et la cohésion sociale et spatiale sont érigés en axe principal dans le programme gouvernemental.

Lors d’une séance plénière conjointe des deux Chambres du Parlement, consacrée à la présentation du programme gouvernemental conformément à l’article 88 de la Constitution, M. El Othmani a souligné que ce programme vise à réduire le taux de pauvreté et de précarité et à relever les défis dans les domaines de l'éducation et la formation, des prestations de santé, de lutte contre les disparités sociales et spatiales et de préservation de la cohésion sociale et familiale, outre le soutien de la classe moyenne. 

Ce programme vise à porter le taux de scolarité au niveau de l'enseignement collégial de 88,2% actuellement à 97% en 2021 et à réduire la taux d’analphabétisme à 20% contre 30% actuellement, a précisé M. El Othmani.

Il s'agit également de généraliser la couverture médicale en la portant de 60% actuellement à 90% en 2021, et de renforcer l'accès aux prestations de santé de base à 100% contre 60% actuellement, outre la réduction du taux de mortalité infantile de 27 décès sur 1000 naissances actuellement à 20 décès sur 1000 naissances à l'horizon 2021, ainsi que l'augmentation d'accès aux routes dans le monde rural de 79% à 90% et la réduction du déficit en logements de 400 mille unités actuellement à 200 mille en 2021, a précisé M. El Othmani.

Le chef du gouvernement a précisé que ces objectifs seront atteints à travers plusieurs d'axes, notamment la mise en œuvre de la réforme du système de l'éducation et de la formation et de la recherche scientifique 2015-2030 et l'adoption d'une loi-cadre relative à l'exécution de cette réforme basée sur l'équité et l'égalité des chances.

Il a expliqué, à ce sujet, qu'il s'agit de rendre obligatoire l'accès total à l'éducation, l'enseignement et la formation pour la catégorie d'âge de 4 à 15 ans, l'adoption d'une discrimination positive au profit du monde rural et périurbain et les régions souffrant d'un manque dans ce domaine, à travers la prise de décisions nécessaires en vue d'encourager la scolarisation des filles dans le monde rural, le renforcement du programme de soutien Tayssir, et l’augmentation de l'enveloppe budgétaire allouée à ce système en vue de garantir la scolarité et élargir les cercles géographiques et les cycles bénéficiaires, outre la mise à jour du cadre légal et référentiel relatif à l'encadrement de l’enseignement privé.

Ce programme vise aussi la réforme du système éducatif dans ses différentes dimensions religieuses, nationales et humaines, la mise en place de la nouvelle architecture linguistique, le soutien de l'enseignement des langues à travers le renforcement de la position des langues arabe et amazigh et l'amélioration de leur enseignement et apprentissage, la promotion des langues étrangères et l'amélioration de leur apprentissage et la mise à niveau des établissements de l'enseignement primaire.

Ledit programme vise, de même, à lutter efficacement contre l’analphabétisme en accordant le soutien nécessaire à l'Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme afin qu'elle puisse s'acquitter de ses missions en partenariat avec l'ensemble des acteurs concernés.

Il s'agit, de même, d'asseoir un système distingué de l'enseignement supérieur et améliorer les conditions pour y accéder à travers une série de mesures, notamment le relèvement du niveau de scolarité dans l’enseignement supérieur en le portant à 45% en 2020-2021 contre 33% actuellement, a expliqué le chef du gouvernement.

Il s’est également engagé à poursuivre le soutien social au profit des étudiants, la réforme du régime des bourses d'études et l'accès au logement universitaire par le biais de l'augmentation de la capacité d’accueil des cantines et cités universitaires, en permettant aux étudiants démunis de bénéficier de bourses, outre la réforme et le suivi des critères régissant leur octroi.

Le programme vise aussi l'actualisation et le développement des législations relatives à l’enseignement supérieur et la recherche scientifique afin de leur permettre d'accompagner le développement du système, notamment la loi-cadre.

Il s'agit aussi d'assurer une offre élargie et intégrée en matière de formation professionnelle en l'ouvrant à toutes les catégories à travers la mise en œuvre de la stratégique 2021 et de garantir une complémentarité d'offre entre la formation professionnelle et l'enseignement scolaire et supérieur, a t-il ajouté, promettant la hausse de la capacité d’accueil du système de formation professionnelle en vue de doter le marché du travail de plus de 1,7 million de lauréats, ainsi que la création de 123 nouveaux établissements de formation.

Par ailleurs, M. El Othmani a évoqué la réduction des disparités au niveau du revenu et la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale, notant que cette initiative ambitionne de concrétiser la cohésion sociale.

A cet égard, a-t-il souligné, le gouvernement prendra une série de mesures consistant, notamment, en la poursuite de la réforme de la Caisse de compensation à travers la suspension graduelle de la subvention des produits restants dans le but d’augmenter celles destinées au financement des politiques et programmes de développement social et au soutien des catégories précaires et nécessiteuses.

Le chef du gouvernement a, de même, souligné la poursuite du soutien de l'Initiative nationale du développement humain (INDH), ainsi que l’amélioration des conditions de mise en oeuvre des initiatives visant le soutien aux veuves et le fonds d’entraide familiale par le biais de la simplification des procédures et la révision des mesures et des conditions pour pouvoir en bénéficier afin d’augmenter le nombre effectif des femmes bénéficiaires et d’élargir le nombre de celles qui en bénéficient en y intégrant les femmes abandonnées.

Il a, en outre, souligné la réalisation du taux de 7 pc des postes d’emploi au profit des personnes en situation de handicap et le lancement de la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre relative à la protection des droits des handicapés.

Le chef du gouvernement a, d’autre part, souligné l’activation de la stratégie nationale d’immigration et d’asile et le soutien des mesures destinés à faire bénéficier les migrants résidant au Maroc de tous leurs droits énoncés dans les chartes internationales approuvées par le Royaume, en particulier dans les domaines de la santé et de l’enseignement.

D'autre part, M. El Othmani a indiqué que le gouvernement œuvrera à élaborer un plan d’exécution pour la concrétisation du programme relatif à la réduction des disparités sociales et spatiales dans le monde rural étalé sur 7 ans avec une enveloppe budgétaire qui s’élève à 50 milliards de dirhams, basé sur un partenariat entre les secteurs ministériels et les institutions, les régions et les collectivités territoriales.

Le gouvernement ambitionne de permettre aux stagiaires de la formation professionnelle post-baccalauréat de bénéficier d'une bourse d'études aux mêmes conditions et mécanismes inhérents à la bourse universitaire, a indiqué, par ailleurs, le chef du gouvernement, ajoutant qu'il sera également procédé à la formation de plus de 143 mille personnes à besoins spécifiques et de stagiaires en milieu carcéral.

Dans le domaine de la santé, M. El Othmani a souligné que le programme gouvernemental (2017-2021) vise à parachever les chantiers de réforme et les programmes adopté par l’ancien gouvernement, en particulier, la couverture médicale globale, le renforcement de l’accès aux services de santé et la réforme du secteur de la santé publique.

Dans ce sens, il a fait savoir que la généralisation de la couverture médicale sera élargie à ceux qui exercent des professions libérales (médecins, notaires, pharmaciens, avocats, ingénieurs-architectes, etc), ainsi qu’aux ouvriers autonomes (agriculteurs, marins, artisans, professionnels des transports, maçons, etc) et ayants-droit, précisant que ceci permettra d’asseoir une couverture graduelle qui bénéficiera à environ 5 millions de citoyens et ayants-droit à l'horizon 2018.

En matière d’accès des catégories pauvres et moyennes à l’habitat décent, le gouvernement procédera à la construction de 800.000 habitations à l’horizon 2021 en vue de résorber le déficit en logement et d’endiguer toutes les formes de l’habitat insalubre, a-t-il signalé.

Le gouvernement, a-t-il poursuivi, veillera également à traiter 50 pc des cas de familles habitant les bidonvilles (120.000 familles), à l’horizon 2021, dans le cadre du programme national "Villes dans bidonvilles", en plus de la mise à niveau urbaine des quartiers anarchiques pour améliorer les conditions d’habitat de quelque 200.000 familles.

Le gouvernement conclura des accords en vue du traitement de 37.000 habitations menaçant ruine et procédera à l’activation du rôle de l’Agence nationale de la rénovation urbaine et de la réhabilitation des constructions menaçant ruine, a indiqué M. El Othmani.

En matière d’accès des jeunes au sport, une politique volontariste efficiente leur sera destinée à travers la mise en œuvre de la stratégie nationale intégrée pour les jeunes, selon une approche participative, a-t-il estimé, ajoutant que cela passera également par la mise en branle du Conseil consultatif des jeunes et de l’action associative, ainsi que par la qualification des infrastructures de 1000 maisons de jeunes, des centres de formation et de camping, des centres d’accueil et de l’enfance, outre la conclusion de partenariat avec les parties concernées.

Le gouvernement œuvrera à permettre à un million d’enfants de bénéficier du programme national des campings et à mettre à niveau les conditions d’accueil dans les espaces qui leur sont dédiés.

Concernant le volet de la promotion et de l’accès à la culture et au secteur de l’information et le renforcement du rayonnement culturel du Royaume, M. El Othmani a indiqué que le gouvernement compte asseoir une stratégie culturelle nationale et lancer une politique linguistique intégrée, ayant fondements le renforcement des deux langues nationales officielles : l’arabe et l’amazigh, dans un cadre préservant l’unité et garantissant la diversité, ainsi que la protection des dialectes, tout en s’ouvrant sur les langues étrangères, les autres cultures et civilisations.

Il s’agira de la diversification et l’enrichissement du paysage audiovisuel et cinématographique marocain, du renforcement des subventions destinées à la presse, de la consolidation des mécanismes de protection de la propriété intellectuelle, des droits d’auteurs et des droits connexes, a-t-il fait remarquer.

Le gouvernement se penchera aussi sur le renforcement de la place du secteur audiovisuel public, de l'Agence Maghreb Arabe Presse et du secteur cinématographique, a affirmé M. El Othmani

La réforme de l’administration et la consécration de la bonne gouvernance, une priorité pour réussir les multiples réformes 

La réforme de l’administration, le renforcement des valeurs de probité et la consécration de la bonne gouvernance constituent une priorité transversale pour réussir les multiples réformes et chantiers engagés par le Royaume, a affirmé mercredi le chef du gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani.

En dépit des grandes réalisations sur le plan de la simplification des procédures au profit des entreprises et des importantes réformes entreprises depuis le début du millénaire et ayant eu un impact positif sur le classement du Maroc dans le domaine du climat des affaires essentiellement, le Royaume est appelé à redoubler d’efforts pour réaliser un nouveau saut qualitatif au niveau de la gouvernance et de la réforme de l’administration, qui soit à la hauteur des dispositions de la Constitution, et répondant aux aspirations de SM le Roi Mohammed VI ainsi qu'à celles du citoyen marocain, a ajouté M. El Othmani qui présentait le programme du gouvernemental devant les deux Chambres du Parlement réunies en séance plénière commune.

Le gouvernement, a-t-il précisé, oeuvrera pour la réalisation de ces objectifs à travers plusieurs axes, dont le renforcement de la transparence et la lutte contre la corruption par le biais de l’amélioration du classement du Maroc dans l’Indice de perception de la corruption et la mise en œuvre efficace de la stratégie nationale de lutte contre la corruption en mettant les moyens nécessaires à sa disposition et en instaurant un dispositif de suivi et d’évaluation, ainsi que le parachèvement de la mise à niveau et de la modernisation de l’arsenal juridique, notamment en ce qui concerne l’adoption de la Charte des services publics et le renforcement des institutions de gouvernance, en particulier le Conseil de la concurrence et l’Instance nationale de transparence, de prévention et de lutte contre la corruption.

L’accent sera également mis sur la convergence et l’efficience des politiques publiques en vue d’améliorer leur rendement et de garantir l’efficacité de l’investissement public, notamment à travers l’institutionnalisation de l’évaluation de la gestion des stratégies sectorielles et la création d’un mécanisme, sous la supervision du chef du gouvernement, chargé du suivi des rapports établis par les institutions de gouvernance, d’audit et de contrôle et le suivi de la mise en œuvre de leurs recommandations. Il s'agit aussi de la réforme des finances publiques et la rationalisation des dépenses à travers la mise en œuvre de la Loi organique de la loi de finances et de la réforme fiscale dans l’objectif d’augmenter les recettes, simplifier les procédures, instaurer la justice fiscale, élargir l’assiette fiscale, lutter contre la fraude et l’évasion fiscales et faire respecter les délais légaux de paiement par les ministères, les établissements publics et les collectivités territoriales, outre l’instauration d’une politique efficiente et anticipative pour la gestion des équilibres macro-économiques.

M. El Othmani a souligné que le gouvernement agira aussi dans le sens de la réforme de l’administration et des établissements publics, qui constitue un chantier stratégique et une priorité nationale au moyen d’une réforme globale et profonde de l’administration se basant principalement sur l’administration numérique, la réforme du régime de la fonction publique, la numérisation et l’obligation de la publication des procédures administratives sur le portail ''service public'', en particulier les procédures relatives à l’expropriation, l’entreprise, l’amélioration du climat des affaires, les Marocains résidant à l’étranger ainsi que l’adoption d’un système global de gestion des plaintes imposable aux administrations publiques, aux établissements publics et aux collectivités territoriales. 

Le gouvernement, a-t-il poursuivi, se penchera dans le même sens sur l’amélioration de la gouvernance et le financement des établissements publics à travers l'adoption de la Loi relative à la gouvernance et au contrôle financier de l’Etat sur les établissements et entreprises publiques, et l’actualisation de la charte des bonnes pratiques de la gouvernance des établissements et entreprises publiques.

Il s'agira aussi de la mise en place de mécanismes de transparence en matière de gestion des deniers publics par la publication annuelle des appels d’offre émis par les administrations publiques et des listes des bénéficiaires des financements publics et la création d’un portail électronique unifié relatif à l’information publique. 

Le gouvernement s'engage à renforcer le rayonnement international du Maroc au service de ses causes justes, en application de la vision stratégique de SM le Roi 

Le gouvernement s’engage à renforcer le rayonnement international du Maroc au service des causes justes du Royaume à travers le monde, en application de la vision stratégique de Sa Majesté le Roi, a affirmé le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.

'’L’action du gouvernement dans le domaine diplomatique s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la vision stratégique de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, concernant le positionnement du Maroc et ses intérêts suprêmes ainsi que ses partenariats sur le plan régional, continental et international’’, a indiqué M. El Othmani lors de la présentation, mercredi à Rabat, du programme du gouvernement, lors d’une séance plénière commune des deux Chambres du Parlement.

"Le gouvernement œuvrera au renforcement de l’effort diplomatique pour la défense de la question nationale, pour faire face aux ennemis de l’unité nationale et territoriale et clore définitivement le conflit artificiel autour des provinces du Sud", a souligné M. Othmani ajoutant que l’action du gouvernement portera aussi sur la mobilisation des moyens diplomatiques pour renforcer le rayonnement du Maroc à l’international et son positionnement en tant qu’acteur régional sur le plan arabe, islamique, africain et méditerranéen, l’immunisation de ses intérêts stratégiques, l’élargissement du cercle de ses alliés et la diversification de ses partenaires économiques à travers le monde.

Le gouvernement va également œuvrer pour que le Maroc continu à remplir son rôle responsable dans la région étant donné qu’il constitue un facteur de sécurité, de stabilité et d’équilibre et une source de rayonnement dans la région arabo-islamique et en Afrique, à la faveur de son modèle politique, de gestion du champs religieux et de défense des causes de la Oumma, l’indépendance de l’Afrique et son droit à construire son propre modèle de développement, a-t-il dit soulignant que le gouvernement agira de même en vue de renforcer les capacités d’un accompagnement diplomatique et extérieur en vue de faire face aux différentes problématiques transfrontalières telles les questions des réfugiés et de la migration, le trafic de drogue et d’armes, les réseaux de la traite humaine, les groupes armés, les mouvements menaçant la paix régionale et internationale, les questions de l’environnement, et la contribution à la restructuration des organisations régionales et internationales.

S’agissant de la question palestinienne, M. El Othmani a indiqué que la place de cette question sera renforcée dans la politique étrangère du Maroc, ajoutant que le gouvernement, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, Président du comité Al-Qods, poursuivra son adhésion aux efforts internationaux en vue de parvenir à une solution juste, globale et permanente de la question palestinienne, à même de garantir l’édification d’un Etat palestinien indépendant avec Al-Qods Asharif pour capitale et d’accompagner les efforts inlassables du Souverain pour soutenir les Maqdessis et préserver l’identité d’Al-Qods Asharif et son cachet spirituel, civilisationnel et démographique.

Concernant les Marocains du monde, le chef du gouvernement a passé en revue une série de mesures, au service de cette diaspora, destinées à défendre leurs droits et protéger leur identité culturelle et religieuse, notamment la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles visant l’implication des Marocains du Monde dans les institutions nationales, l’accélération de la promulgation de la Loi constituant le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, le parachèvement du chantier de la réforme consulaire et du processus de modernisation et d’amélioration des services consulaires et sociaux au profit des membres de la communauté marocaine à l’étranger selon un plan d’action approprié tout en accordant un intérêt à la préservation de l’identité nationale des générations montantes.

Le chef du gouvernement a affirmé que la protection des mineurs d’âge marocains non accompagnés bénéficiera d’un intérêt accru du fait qu’ils constituent une catégorie exposée à l’exploitation des bandes de la traite des êtres humains ou des groupes de prosélytisme ou extrémistes, ajoutant que le gouvernement s’attelera également à améliorer et mettre en œuvre les conventions de sécurité sociale et de la main d’œuvre conclues actuellement avec 14 pays et les élargir pour englober d’autres pays.

(MAP 19/04/2017)