27 °C Partly cloudy Rabat

Actualités
Mercredi 16 Mai 2018

M. Rabbah: L’équation à résoudre est comment poursuivre la libéralisation des prix des carburants, tout en adoptant un système de régulation n'entravant pas le profit

Synthèse vocale
M. Rabbah: L’équation à résoudre est comment poursuivre la libéralisation des prix des carburants, tout en adoptant un système de régulation n'entravant pas le profit

Le ministre de l'Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah a souligné, mardi à Rabat, que l’équation à résoudre actuellement est comment poursuivre la libéralisation des prix des carburants, tout en adoptant un système de régulation n'entravant pas le profit. Lors d’une réunion de la commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants, consacrée à la présentation et l'examen des conclusions du rapport de la mission d'information parlementaire consacré aux prix des hydrocarbures, M. Rabbah a affirmé que toutes les mesures prises par le gouvernement ont pour but de promouvoir l'économie nationale et de maîtriser le budget, ajoutant que les fonds économisés après la libéralisation des prix du carburant sont alloués, notamment, aux investissements, à l'industrie, aux infrastructures, au social et aux zones fragiles.

A cet égard, le ministre a rappelé certains aspects des politiques adoptées par le gouvernement, notamment la non-augmentation des tarifs pour les première et deuxième tranches de l'électricité, le ciblage des catégories sociales (77.000 veuves, 200.000 orphelins et 360.000 étudiants) et l'encouragement de l'investissement et des entreprises et le soutient de l'auto-entreprenariat.

Rappelant que l’État débourse environ 50 MMDH par an pour l'importation de l'énergie (dont 91% en devise), le ministre a expliqué que l'objectif est de contrôler la politique énergétique, de réduire la dépendance et d'améliorer l'efficacité énergétique. Il a de même passé en revue certaines des mesures prises à cet égard, tels les investissements importants dans les transports en commun et le réseau de tramway.

Sur le plan local, il a mis en avant la promotion du secteur gazier et les investissements dans la logistique énergétique pour faire du Maroc une plateforme en la matière, en plus du renforcement de la capacité de négociation et l'approvisionnement du marché sans interruption.

Concernant le cadre de la promotion de la compétitivité, M. Rabbah a souligné que le gouvernement a autorisé de nouvelles entreprises à investir dans ce domaine et qu'il a augmenté le nombre de stations-service, rappelant la décision d'améliorer le stock solidaire inter-compagnies afin de réduire les coûts et d'établir un système de suivi des produits et de contrôle de la qualité et du volume des ventes, tout en travaillant sur le développement d'un système de surveillance électronique.

De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, s'est félicité des réformes menées par le gouvernement qui assume sa responsabilité, soulignant que "il n'y aura pas d'augmentation dans le gaz avant 2020".

Le ministre a souligné que les catégories vulnérables ne bénéficiaient pas directement du système de subventions aux carburants, affirmant qu'une autre politique qui vise cette frange de la société a été adoptée, en particulier pour les divorcées et les veuves, affirmant que le gouvernement va interagir avec les recommandation du rapport.

Le rapport a exhorté les professionnels du secteur des hydrocarbures à renforcer leur activité d'investissement en vue de diversifier l'offre, mettre à disposition un stock suffisant de carburant et à revoir les conditions de financement des entreprises œuvrant dans le secteur afin de réaliser l'expansion de l'investissement et d'alléger la pression sur la finance des entreprises ce qui permettra indirectement de baisser les prix.

Le document souligne la nécessité de mener des réflexions autour de la révision du système fiscal et l'examen des expériences relatives à la taxe intérieure de consommation dans le but de protéger le pouvoir d'achat et renforcer les ressources fiscales de l’État, en intensifiant les efforts en matière de contrôle du secteur des hydrocarbures et de lutte contre les pratiques illicites.

Rabbah souligne la nécessité d’améliorer la législation des énergies renouvelables pour une meilleure attractivité aux investissements nationaux et internationaux

-MAP-16/04/18