18 °C Clear sky Rabat

Actualités
Mercredi 29 Mai 2013

Ministre de la Santé: les urgences hospitalières et pré-hospitalières au centre de la coopération avec la France

Synthèse vocale
M. El Ouardi veut placer les urgences hospitalières et pré-hospitalières au centre de la coopération avec la France

Le ministre de la Santé, Hussein El Ouardi, qui conduit une importante délégation de responsables de son secteur au Salon de la Santé et de l'Autonomie, qui se tient du 28 au 30 mai à Paris, veut placer le développement de la prise en charge des urgences hospitalières et pré-hospitalières au centre de la coopération entre la France et le Maroc dans le domaine de la santé.

La participation du Maroc à ce salon, en tant qu'invité d'honneur par la Fédération hospitalière française (FHF), a un "double objectif : renforcer la coopération franco-marocaine dans le domaine de la santé, en général, et, particulièrement, la prise en charge des urgences qu'elles soient pré-hospitalières ou hospitalières", a-t-il déclaré à la MAP.

La coopération maroco-française dans le domaine de la santé remonte à 2003, date de la signature d'une convention par les deux Premier ministres. Cette coopération a concerné plusieurs domaines dont la couverture médicale de base, la santé de la mère et de l'enfant, la régionalisation, les Centres de transfusion sanguine, et actuellement le Ramed et la nouvelle couverture médicale des professions libérales et indépendantes. 

Aujourd'hui, "nous sommes là pour parler d'un domaine prioritaire dans la politique du ministère de la santé, à savoir la politique de la prise en charge des urgences, avec deux visions: d'abord une réorganisation des urgences selon des filières et particulièrement celle des urgences de proximité, et deuxièmement, développer la prise en charge des urgences pré-hospitalières", a-t-il précisé.

Pour le ministre, "l'hôpital devrait sortir de ses murs pour prendre en charge les urgences pré-hospitalières", parce qu'au Maroc, entre 63 et 80 pc des décès parmi les accidentés de la voie publique se passent sur les lieux de l'accident ou au cours du transfert, et dont 39 pc des cas sont évitables.

Il ressort aussi des données fournies par le Pr. El Ouardi à l'ouverture des journées médicales marocaines organisées dans le cadre de ce salon, que 85 des hôpitaux marocains disposent de services d'urgences fonctionnels 24h/24 et 7j/7, mais que l'inaccessibilité à l'Urgence Médicale en dehors des hôpitaux correspond à 40 pc de la population. 

En outre, l'Urgence domine le recours aux soins hospitaliers à hauteur de 50 pc, avec un accroissement de 10 pc par an, et que 33,5 pc des interventions chirurgicales majeures sont réalisées en urgence. 

Pour faire face à cette donne, le ministère a développé un plan d'urgence 2013-2016 doté de 500 millions de DH (50 millions d'euros). Décliné en cinq axes, il porte en premier lieu sur "l'amélioration de la prise en charge au niveau des urgences hospitalières", ainsi que sur "le développement des urgences pré-hospitalières", a-t-il dit, notant que le Maroc compte désormais un SAMU, un SMUR, un Héli-SMUR (service héliporté) avec un numéro national gratuit, le 141.

Il a également cité les axes de "la formation", avec le développement d'un Centre des soins d'urgences (CSU) et la mise en place d'un Centre d'expertise et de suivi à Fès, ainsi que "le partenariat et la collaboration" avec la Protection civile, la Gendarmerie royale, les militaires et avec le privé, rappelant la naissance récemment à El Jadida du premier SAMU privé. Le dernier axe est celui de l'encadrement juridique du métier d'urgentiste. 

A l'occasion de ces journées marocaines à Paris, en présence du président de la Fédération hospitalière française, Frédéric Valletoux, du président du SAMU Urgence de France, Marc Giroud, et de plusieurs directeurs d'hôpitaux français, M. El Ouardi a salué la coopération "très étroite" avec la France et émis l'espoir de pouvoir mettre en place le nouveau plan d'urgence 2013-2016 en collaboration avec les partenaires français.

De son côté, le président du SAMU Urgence de France, Marc Giroud, dont l'organisme coopère depuis 2000-2001 avec le Maroc, a relevé que "le partenariat privilégié entre la France et le Maroc est particulièrement riche, car le Maroc est le pays avec lequel les échanges dans le domaine hospitalier sont les plus nombreuses". 

"Nous attendons beaucoup de cette coopération pour laquelle nous apportons de notre énergie et de notre cœur", a-t-il déclaré à la MAP, notant que le Maroc est "un vrai pays, et non pas une juxtaposition de régions et de territoires dans lesquels il est difficile de faire des politiques générales de santé".

En tant qu'expert français en mission assez souvent au Maroc, M. Giroud a dit constater que "les choses ont beaucoup bougé, en particulier ces derniers temps" dans le domaine de la santé. 

Concernant les actions de la coopération du SAMU Urgence de France avec ses partenaires marocains, il a indiqué qu'elle porte sur trois volets. D'abord la participation à des travaux de réflexion au Maroc ou en France visant à définir les concepts, les organisations et les textes qui les décrivent, car si l'urgence relève de la médecine, elle est aussi largement question d'organisation et de système, a-t-il dit, notant que le système du SAMU français offre des modèles d'organisation sur lesquels il faut échanger pour pouvoir les adapter au milieu marocain.

Les deux autres axes de cette coopération couvrent la formation des acteurs, à travers l'organisation de stages en France et de missions d'experts au Maroc, et enfin l'expertise en évaluation pour développer des techniques de mesure de l'efficacité des soins d'urgence.

De son côté, le président de la FHF s'est dit "satisfait" du choix du Maroc comme invité d'honneur de cette édition du Salon de la Santé et de l'Autonomie qui constitue un rendez-vous incontournable des professionnels de santé et hospitaliers en France, saluant l'importance de la coopération dense des hôpitaux français avec leurs partenaires marocains.

Cette année, les Salons de la Santé et de l'Autonomie regroupent pour la première fois les trois événements leaders dans ces domaines, HopitalExpo, GerontExpo/HandicapExpo et HitParis. La FHF, organisatrice du salon s'attend à près de 20.000 visiteurs, tous des professionnels de santé et industriels désireux de se rencontrer et de partager des expériences. 

La FHF rassemble tous les hôpitaux de France: 1200 établissements, y compris l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), l'organisme qui regroupe une quarantaine d'hôpitaux publics de la région parisienne. La FHF est également le prestataire de l'AFD pour la coopération hospitalière.

- MAP -