26 °C Clear sky Rabat

Actualités
Vendredi 13 Juillet 2018

Mme Boucetta appelle à Bruxelles à préserver l’esprit de la réunion de Skhirat de la Coalition anti-Daech dédiée à la situation en Afrique

Synthèse vocale
Mme Boucetta appelle à Bruxelles à préserver l’esprit de la réunion de Skhirat de la Coalition anti-Daech dédiée à la situation en Afrique

Mme Mounia Boucetta, secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a appelé, jeudi à Bruxelles, à préserver et à enrichir l’esprit ayant animé la première réunion régionale des directeurs politiques de la Coalition anti-Daech dédiée à la situation en Afrique, organisée en juin dernier à Skhirat.

Intervenant à la réunion ministérielle de la Coalition internationale anti-Daech tenue en marge du sommet de l’OTAN, Mme Boucetta a souligné que la rencontre de Skhirat avait constitué « un point d’inflexion dans le cadre de notre action commune, notamment à travers l’adoption d’une approche régionale pour appréhender la menace de Daech en Afrique ».

La rencontre d’aujourd’hui, a-t-elle relevé, s’inscrit dans la continuité de la rencontre de Skhirat, qui, « à travers ses réalisations, nous a permis de lancer une réelle dynamique qu’il convient à présent de poursuivre, en mobilisant les leviers importants dont nous disposons pour répondre aux attentes exprimées par nos partenaires africains et aux causes profondes générant le fléau du terrorisme, y compris les changements climatiques ».

Notant que la réunion ministérielle de la Coalition internationale anti-Daech constitue «une occasion singulière pour renouveler notre engagement commun au sein de la Coalition face à la menace que constitue Daech», la secrétaire d’État a également rappelé que la rencontre de Skhirat a permis de constater «une réelle prise de conscience collective du défi sécuritaire posé par la propagation de la menace de Daech en Afrique et de déterminer certaines pistes d’actions en vue d’y répondre solidairement».

Elle a affirmé que des conclusions et des avancées importantes ont été enregistrées à cette occasion, notamment la participation de 53 délégations, dont 23 sont issues du continent africain, ce qui a permis d’enrichir les discussions et de mieux comprendre les besoins spécifiques des pays pour combattre la menace de Daech et la nécessité d’assurer une inclusivité et une cohérence dans l’action, pour éviter toute déperdition de ressources, partant du principe que la lutte contre le terrorisme est une responsabilité partagée.

La rencontre avait également permis de constater que l’action à mener nécessite une approche globale, flexible et complémentaire, répondant aux causes profondes et sous-jacentes de la menace et l’existence de stratégies nationales et régionales développées par les pays africains pour prendre en charge la menace terroriste.

Les participants à la réunion de Skhirat, a ajouté Mme Boucetta, avaient également souligné la nécessité d’un soutien des capacités des pays en termes de formations des forces militaires et de sécurité, de partage et d’échange d’information, de bonnes pratiques et d’expériences.

Les ministres des Affaires étrangères des pays formant la Coalition internationale anti-Daech - qui compte 77 membres, dont des institutions internationales comme l'Otan, l'UE, la Ligue arabe et Interpol - se sont retrouvés à Bruxelles en marge du sommet de l'Otan pour réitérer leur mobilisation à coopérer davantage en vue d’éradiquer le fléau terroriste dans les foyers de tension au Moyen Orient, particulièrement en Syrie et en Irak, où s’activent les combattants du groupe terroriste dit "EI".

-MAP-12/07/18