19 °C Clear sky Rabat

Actualités
Vendredi 21 Avril 2017

Rétablissement des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République de Cuba

Synthèse vocale
Rétablissement des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République de Cuba

Conformément aux Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, le Royaume du Maroc a rétabli, ce jour, ses relations diplomatiques avec la République de Cuba, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale. 

Un Communiqué Conjoint a été signé, à cet effet, entre les Ambassadeurs Représentants Permanents du Royaume du Maroc et de la République de Cuba aux Nations unies, Monsieur Omar Hilale et Mme Anayansi Rodriguez Camejo, vendredi à New York, prévoyant notamment le rétablissement des relations diplomatiques au niveau des Ambassadeurs.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Très Hautes Orientations Royales pour une diplomatie proactive et ouverte sur de nouveaux partenaires et espaces géographiques, poursuit le ministère. 

Dans ce contexte, Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, a bien voulu donner Ses Très Hautes Instructions à l’effet de l’ouverture prochaine d’une Ambassade du Royaume du Maroc à La Havane. 

Ci-après le texte de l’Accord :

Accord sur le Rétablissement des Relations Diplomatiques Entre Le Royaume du Maroc et la République de Cuba

Le Gouvernement du Royaume du Maroc et le Gouvernement de la République de Cuba, guidés par la volonté mutuelle de développer des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays dans les domaines politique, économique, culturel, entre autres, ont décidé de rétablir les relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs, qui entrera en vigueur à la date de la signature de celui-ci.

Convaincus que le rétablissement des relations diplomatiques conformément aux principes et aux objectifs énoncés dans la Charte des Nations Unies et le droit international, et conformément à l’esprit et aux règles établies dans la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961 reflètent les intérêts des deux pays et contribuent au renforcement de la paix et de la sécurité internationales, les plénipotentiaires soussignés signent cet accord en deux exemplaires dans les langues espagnole, anglaise et arabe, chaque texte faisant également foi.

MAP: 21/04/2017

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba, un pas sur la bonne voie

La décision de SM le Roi Mohammed VI de rétablir les relations diplomatiques entre le Maroc et la République de Cuba, après de longues années de rupture, constitue un pas sur la bonne voie pour le renforcement des relations entre les deux pays, a indiqué le directeur du Centre "Al Qods" pour les études politiques en Jordanie, Oraib Rantawi.

Dans une déclaration, dimanche à la MAP, l'écrivain et analyste politique jordanien a indiqué que les relations internationales de Cuba traversent actuellement une phase d’ouverture, soulignant que le rétablissement par le Maroc de ses relations diplomatiques avec Cuba est une décision positive sur la voie du renforcement des relations maroco-cubaines, en particulier, et des relations latino-arabes, en général. 

En dépit des divergences qui existaient entre les deux pays sur certaines questions, Cuba a généralement soutenu et voté en faveur des questions arabes dans les forums internationaux, notamment en ce qui concerne la question palestinienne, a-t-il noté.

La politique d’ouverture prônée par le Royaume qui dépasse les divergences dans ses relations avec les pays voisins et les différentes parties régionales et internationales, permet à la diplomatie marocaine de jouer un rôle de plus en plus croissant sur les scènes africaine et internationale, a expliqué l’analyste politique jordanien.

Le dialogue politique et diplomatique reste l’unique voie pour gérer et contenir les divergences, a-t-il ajouté.

Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale avait annoncé, vendredi dans un communiqué, que le Royaume du Maroc a rétabli ses relations diplomatiques avec la République de Cuba, soulignant que cette décision s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Très Hautes Orientations Royales pour une diplomatie proactive et ouverte sur de nouveaux partenaires et espaces géographiques.

Le rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba ouvre de prometteuses perspectives de coopération bilatérale 

La presse russe de ce week-end a réservé des éclairages et des commentaires au sujet du rétablissement des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République de Cuba, estimant que cette décision ouvre de prometteuses perspectives de coopération bilatérale.

La presse russe note que ce rétablissement des relations, qui intervient après 37 années de rupture, est à même de relancer la coopération entre les deux pays notamment dans les domaines politique, économique et culturel.

Dans son numéro dominical, le quotidien à grand tirage ‘’Komsomolskaya Pravda’’ indique que le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba comme cela a été annoncé par un communiqué conjoint signé vendredi à New York, entre les Missions Permanentes des deux pays auprès de l’Organisation des Nations Unies, contribuera certainement à la relance de la coopération économique entre les deux pays et aussi à leur entente sur le plan politique. 

De même, le journal ‘’Argumenti i facti’’ note dans son édition électronique que cette décision qui intervient conformément aux Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, reflète la volonté commune des deux pays de resserrer leurs liens d’amitié et de coopération sur de nouvelles bases.

Même opinion exprimée sur les pages de son confrère ‘’Kommersant’’, qui a consacré sa Une à cette information, relevant que ce rétablissement des relations diplomatiques met un terme à près de quatre décennies de rupture, ce qui permettra aux deux pays de transcender leurs divergences d’antan. 

Tout en soulignant la portée de ce rétablissement sur les plans régional et international, le journal met en avant son importance dans la promotion de la coopération maroco-cubaine. 

Cuba: Une grande richesse culturelle et économique et une aspiration vers un monde plus ouvert 

Cuba dispose de grandes richesses naturelles et culturelles, faisant de l'île caribéenne l'un des pays les plus importants des Caraïbes grâce aux ressources qui ne cessent de se développer, offrant les perspectives d'un avenir plus radieux et plus ouvert sur le monde.

La République de Cuba est un État insulaire des Caraïbes, formé de l'île de Cuba (105.006 Km2) et de l'île de la Jeunesse (3.056 km2) et de quelques autres petites îles, situées, au nord des Antilles, à la confluence de la mer des Caraïbes, du golfe du Mexique de l'océan Atlantique ; au sud de la côte est des États-Unis et des Bahamas ; à l'est du Mexique et à l'ouest des îles Turques et Caïques ; au nord des Îles Caïmans et de la Jamaïque.

L’île principale est composée de terres plates, de plaines et de la chaîne montagneuse la Sierra Maestra au sud-est du pays. La superficie totale de Cuba est de 110.006 km2.

Selon le dernier sondage de la population, mené en 2012, la plus grande île des Caraïbes du point de vue démographique compte 11.167.325 habitants, dont 74,6% dans les villes et 25,4 dans les zones rurales.

L'île située au sud du Tropique du Cancer jouit essentiellement d'un climat tropical, composé d’une saison sèche entre novembre et avril et une autre humide entre mai et octobre. Le climat est rendu agréable par les alizés et la moyenne de température s'élève à 21°C en janvier et 27°C en juillet.

Cuba est régulièrement frappée par des ouragans entre septembre et octobre.

Les Cubains présentent des origines multiraciales en raison de la migration vers ce pays à partir de l’Afrique, de l’Europe et de l’Asie.

L’Espagnol est la langue officielle du pays, tandis que le Russe et l’Anglais sont utilisés dans les grandes villes comme la Havane qui compte 3 millions d’habitants. Cuba est traditionnellement un pays catholique et parfois le catholicisme est très influencé par la Santeria, une croyance syncrétique commune originaire de Cuba. 

Cuba se présente comme une République parlementaire où le Parti communiste est le seul parti politique reconnu par la Constitution. En juillet 2008, Raul Castro a été investi par l'Assemblée nationale à la tête de l’État, succédant à son frère Fidel Castro, qui avait gouverné l’île depuis 1959 avant de décéder à la Havane, le 25 novembre 2016.

Cuba dispose d’importantes ressources naturelles comme le nickel, le cobalt, le minerai de fer et le cuivre, sans oublier la canne à sucre, le café, les agrumes, les produits pharmaceutiques, le sel, le bois, la silice et les hydrocarbures. Le pays compte les plus grandes réserves de nickel au monde après la Russie et il est le cinquième producteur mondial de cobalt raffiné.

Depuis 2011, le gouvernement a introduit des réformes économiques favorables à l’économie de marché, et le tourisme et le commerce sont devenus des parties essentielles de l’économie cubaine.

==L’accord historique conclu en 2015 entre Cuba et Les États-Unis== 

La conclusion en 2015 de l’accord historique pour le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis, qui a abouti à la visite du président américain Barack Obama à La Havane début 2016, est un signal clair sur la nouvelle orientation d’ouverture de l’île sur l’économie de marché.

Le tourisme est l'une des principales sources de revenus pour l'île, qui jouit d'un climat doux, de belles plages et d’un patrimoine architectural et culturel des plus attrayants. En 2016, 4 millions de touristes ont visité Cuba, en augmentation de 13% par rapport à 2015.

Cuba connaît également une forte demande pour le tourisme médical, en vertu de l'expérience de son personnel médical et des coûts de traitement inférieurs. Le gouvernement cherche à attirer plus de touristes, en particulier des États-Unis voisins, et a consenti à d'énormes investissements dans l'infrastructure touristique.

La capitale, La Havane, est une icône touristique et culturelle dynamique, grâce à ses bâtiments historiques qui attirent l'attention des visiteurs.

Au volet de l’enseignement, Cuba abrite plusieurs universités dont l'Université de La Havane, créée en 1728, tandis que le domaine de la santé, le système a valeur d’exemple pour tous les pays du monde, étant donné qu’il s’agit d’un service gratuit, qui a permis de réduire la mortalité infantile.

L'espérance de vie moyenne dépasse les 78 ans (76,2 ans pour les hommes et 80,4 ans pour les femmes) plaçant Cuba au 37-ème rang mondial et au troisième rang aux Amériques après le Canada et le Chili.

Du point de vue culturel, Cuba est considérée comme un creuset pour diverses cultures, notamment européenne et caribéenne. La cuisine cubaine est un mélange d’influences méditerranéennes, africaines et caribéennes, tandis que le riche répertoire musical cubain s'inspire d’un grand nombre de genres musicaux et a donné naissance à des genres musicaux célèbres comme le Son, la Salsa, le Changüí, le Danzón, la Rumba et le Mambo.Le baseball est considéré à Cuba comme le sport national dans un pays qui domine la discipline de la boxe.

(MAP-23/04/2017)

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba, "un événement historique" pour les deux pays 

La décision de SM le Roi Mohammed VI de rétablir les relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République de Cuba, après 37 ans de rupture, constitue un "événement historique" pour les deux pays, a indiqué le président de la Commission marocaine pour la paix et la solidarité et vice-président de l'Organisation de solidarité avec les peuples d'Afrique et d'Asie, Taleâ Saoud El Atlassi.

Avec cette décision, SM le Roi Mohammed VI "fait revenir ces relations à la normalité", laquelle consiste en la coopération et la solidarité au service des intérêts, de la prospérité et du progrès des peuples, a ajouté M. Saoud El Atlassi dans une déclaration à la MAP.

Selon lui, le rétablissement des relations entre Rabat et La Havane se veut également une "continuité de la volonté de réconciliation à laquelle SM le Roi a donné corps en décidant la création de l'Instance Equité et Réconciliation et en formulant des idées et propositions pour l'élaboration de la constitution de 2011, outre le retour à l'Union africaine".

Vu les potentialités politiques et économiques dont dispose le Maroc, ainsi que sa place stratégique aux plans arabe et africain et compte tenu de l'histoire et de la symbolique qu'incarne Cuba sur l‘échiquier international, les relations entre les deux pays connaîtront une évolution soutenue, pour le bien des deux pays et des deux peuples, a-t-il fait valoir.

M. Saoud El Atlassi a exprimé, à cet égard, la satisfaction de la Commission marocaine pour la paix et la solidarité du rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba, soulignant que cette décision, qui renseigne sur "l‘esprit pragmatique et rationnel" de l'approche diplomatique marocaine, renforce les opportunités, les conditions et le climat de paix entre les deux pays.

Rabat-La Havane: Le leadership de Sa Majesté le Roi projette le Maroc au delà des sentiers battus et des paradigmes doctrinaux désuets

L'annonce ce vendredi, 21 avril 2017, du rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la République de Cuba a fait franchir à la diplomatie marocaine un nouveau palier diplomatique à forte charge symbolique et illustre, encore une fois, le leadership visionnaire et proactif de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui projette ainsi le Royaume au delà des sentiers battus et des paradigmes doctrinaux désuets.

Cette annonce, qui a raisonné dans les couloirs des Nations Unies et ne manquera pas de faire de même dans les grandes capitales mondiales, intervient à peine quelques mois après le retour victorieux du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA), sa famille institutionnelle, un juste retour des choses, qui porte en lui l’opportunité historique d’insuffler une nouvelle dynamique à ce groupement régional, notamment dans les domaines stratégiques de la bonne gouvernance, du développement durable et de la démocratisation.

Dans cette même veine, le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba, deux grandes nations qui ont marqué l’histoire de leurs régions respectives et déployé une présence multidimensionnelle sur la scène internationale, renseigne sur la volonté ainsi exprimée au plus haut niveau, guidée par le noble idéal de développer des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays dans les domaines politique, économique, culturel, entre autres. 

Avec le rétablissement des relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs, Rabat et La Havane entendent désormais conjuguer leurs relations au présent et à un futur qui promet. Le génie créateur des deux nations prend ainsi rendez-vous avec l’histoire et ne manquera pas de s’exprimer sur les terrains féconds d’un partenariat gagnant-gagnant au bénéfice des deux peuples.

Ce rétablissement porte aussi en lui des enseignements à tous ceux qui s’entêtent à croire que les peuples se nourrissent d’idéologies et de discours politiques en rupture totale avec leurs besoins et leurs aspirations légitimes. Les paradigmes doctrinaux qui ont motivé la guerre froide sont morts de leur belle mort et enterrés. Les régimes qui s’enferment dans cette psychorigidité pathétique ne font que retarder l’inévitable, à savoir l’aspiration des peuples au bien-être et à la prospérité.

La méthode Royale confère ainsi à la diplomatie marocaine une continuité et une cohérence d’ensemble imprégnée d’un haut sens de l’histoire, des valeurs de paix, de bon voisinage, de solidarité, et des pré-requis géostratégiques, dans le cadre d’une vision d’ensemble adossée à un engagement de tous les instants du Souverain en faveur de la promotion du dialogue des civilisations, de la cause de la paix et de la résolution pacifique des conflits. 

Au niveau international, la diplomatie marocaine, qui n’est pas monothématique, se déploie à travers un triptyque vertueux portant sur le maintien de la paix, le développement de la coopération, ainsi que sur la promotion et la défense des valeurs universelles, une approche qui trouve son inspiration dans l’exception marocaine, riche d’une civilisation millénaire d’ouverture, de tolérance et des valeurs du juste milieu. Ce sont là autant de facettes qui s’expriment au grand jour avec le rétablissement des relations entre le Royaume et la République de Cuba, en droite ligne des nobles objectifs de la coopération sud-sud, dont le Souverain est le porte-drapeau. 

Avec ce rétablissement, le Maroc franchit un nouveau palier diplomatique à forte charge symbolique. Le Royaume de tous les possibles ne s’interdit rien quand il s’agit de défendre les intérêts stratégiques de la nation et se refuse d’être l’otage de paradigmes doctrinaux d’un autre âge.

Le rétablissement des relations Maroc/Cuba, un acquis au service de la coopération transatlantique 

Le rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba est un acquis qui aura un impact bénéfique pour les deux parties ainsi que pour la coopération transatlantique dans son ensemble, a estimé Mohamed Dahiri, expert international et professeur à l'Université Complutense de Madrid.

Dans une déclaration à la MAP, M. Dahiri a souligné que cette initiative, qui constitue un succès et un acquis pour la diplomatie marocaine sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, s’inscrit dans le cadre de la diversification des partenaires stratégiques et la multiplication des liens de coopération sur tous les continents, de même qu’elle bénéficie à Cuba qui entre dans une nouvelle phase d’ouverture sur le monde.

Le Maroc, de par sa position stratégique au carrefour de la Méditerranée et de l’Atlantique et son leadership dans plusieurs domaines, notamment l’environnement et les énergies renouvelables, est appelé à jouer un rôle de premier plan dans la promotion de la coopération Sud-Sud, rassemblant la rive sud de la Méditerranée, l’Afrique subsaharienne et l’Amérique du Sud, a-t-il expliqué.

De son côté, La Havane vit un tournant de son histoire marqué par davantage d’ouverture sur le monde et de pragmatisme, a relevé M. Dahiri, soulignant les réactions positives des médias et des citoyens cubains après l’annonce de la normalisation des relations avec le Maroc.

Il a aussi mis l’accent sur l’importance géostratégique de Cuba en tant que pays/référence pour un ensemble d’Etats latino-américains membres de l’alliance bolivarienne, notamment l’Equateur, la Bolivie et le Nicaragua, notant que la présence du Maroc dans cet ensemble sert les intérêts stratégiques du Maroc et contribue à défendre la cause de l’intégrité territoriale du Royaume.

Après le retour à l’Union Africaine et l’établissement de partenariats stratégiques avec les puissances émergentes, notamment la Chine, l’Inde et la Russie, il était normal de se tourner vers l’Amérique Latine, un continent d’une importance stratégique et en pleine croissance, a dit l’expert marocain établi à Madrid.

D’autre part, M. Dahiri a mis en exergue l’importance de renforcer la diplomatie parallèle, notamment culturelle, parlementaire, économique, partisane et académique, afin d’appuyer l’action de la diplomatie officielle et renforcer les liens avec le peuple cubain, qui compte de nombreux points communs sur le plan culturel avec le peuple marocain, et avec les peuples latino-américains en général.

Conformément aux Très Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a rétabli, vendredi, ses relations diplomatiques avec la République de Cuba.

Un Communiqué Conjoint a été signé, à cet effet, entre les Missions Permanentes des deux pays auprès de l'Organisation des Nations Unies à New York, prévoyant notamment le rétablissement des relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs, avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

La France salue le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba

La France a salué, mardi, le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba.

"Nous saluons ce développement positif", a indiqué le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal, lors d'un point de presse.

Conformément aux Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, le Royaume du Maroc a rétabli, vendredi, ses relations diplomatiques avec la République de Cuba.

Un Communiqué Conjoint a été signé, à cet effet, entre les Missions Permanentes des deux pays auprès de l'Organisation des Nations Unies à New York, prévoyant notamment le rétablissement des relations diplomatiques au niveau des Ambassadeurs, avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Très Hautes Orientations Royales pour une diplomatie proactive et ouverte sur de nouveaux partenaires et espaces géographiques, selon le ministère.

 

Dans ce contexte, Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, a bien voulu donner Ses Très Hautes Instructions à l’effet de l’ouverture prochaine d’une Ambassade du Royaume du Maroc à La Havane. 

La décision du Maroc de rétablir ses relations avec Cuba reflète le leadership avant-gardiste de la diplomatie marocaine 

La décision du Maroc de rétablir ses relations avec Cuba constitue un pas sur la bonne voie et reflète la visibilité de la diplomatie marocaine, sous le leadership avant-gardiste de SM le Roi Mohammed VI, a affirmé l'écrivain et analyste politique jordanien, Nabil Charif.

Cette initiative s'inscrit dans le droit fil d’une vision plus avancée de la situation politique que vit actuellement le monde, et qui dépasse les considérations idéologiques étriquées, sachant qu’il existe un intérêt politique commun qui rallie les pays du globe beaucoup plus qu’il les diverge, a déclaré lundi à la MAP, M. Sharif, qui était ministre de l'Information et ex-ambassadeur de son pays au Maroc.

Le monde a longtemps souffert des conséquences de la politique de confinement et de cantonnement, a-t-il dit, faisant remarquer que les pays développés fondent leurs relations avec autrui sur la base de leurs propres intérêts notamment via des échanges commerciaux, politiques et culturels.

Cette initiative du Maroc est un acquis non seulement pour le Royaume mais également pour l'ensemble des pays arabes et africains dans le traitement réaliste avec le monde actuel, a expliqué l'analyste politique jordanien, soulignant que le Maroc ne s'est pas "arrêté" sur l'identité idéologique de Cuba mais a livré, à travers cette décision, un message de tolérance, d'ouverture et de modération à ce pays et au monde entier.

Auréolé de son dynamique et progrès au niveau de l’Afrique, "le Maroc réalise maintenant une autre avancée en Amérique latine à travers le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba", a noté M. Charif.

Dans notre monde arabo-islamique et dans les pays en développement, "nous sommes fortement appelés à communiquer avec les autres alors que nous avons autant souffert des stéréotypes à travers les actes extrémistes", a-t-il dit.

"Ceci ne peut être corrigé que par notre présence sur le terrain et la communication avec l’autre pour transmettre notre message au monde", a-t-il renchéri, soulignant que la décision du Maroc se veut une importante contribution dans ce sens à travers l’ouverture de son ambassade à La Havane et son interaction avec les citoyens de cet Etat insulaire des Caraïbes.

Pour rappel, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale avait annoncé, vendredi dans un communiqué, que le Royaume du Maroc a rétabli ses relations diplomatiques avec la République de Cuba, soulignant que cette décision s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Très Hautes Orientations Royales pour une diplomatie proactive et ouverte sur de nouveaux partenaires et espaces géographiques.

Le rétablissement des relations maroco-cubaines, une opportunité réelle pour l’Afrique et l’Amérique latine

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba intervient à point nommé pour raffermir davantage l'ouverture des deux pays au-delà de leurs régions respectives, et consolider leur potentiel économique et diplomatique, ont souligné lundi des journalistes internationaux accrédités à l’ONU. 

"Cette ré-ouverture des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba constitue une opportunité monumentale pour les deux pays", tant sur le plan économique, que diplomatique et culturel, a déclaré à la MAP le journaliste Waldo Rodriguez, correspondant de longue date de l’agence de presse cubaine, Prensa Latina. 

“Le Maroc revêt indéniablement une importance particulière dans le continent africain de par son économie florissante et sa présence politique”, a noté M. Rodriguez, qui a également souligné l’essor culturel et touristique du Royaume. 

Ce rétablissement ne manquera pas d’être “mutuellement bénéfique” pour les deux pays, a estimé M. Rodriguez, notant qu’au delà des bénéfices économiques et diplomatiques, les deux pays ont beaucoup à se partager sur le plan culturel. 

De son côté, Herman Houngbo, correspondant de la BBC Afrique et de LC2, a estimé que ce rétablissement tombe à point nommé à un moment où les pays du sud cherchent à se réunir, après qu’ils se soient rendus compte “des points communs qu’ils ont sur les plans académique et économique notamment”.

Il s’agit d’une opportunité pour ces pays de fédérer leurs potentiels pour créer une nouvelle dynamique, mais aussi “une opportunité pour l’Afrique de s’ouvrir, à travers le Maroc, à ce monde latino-américain et vice-versa”, a noté M. Houngbo. 

L’Amérique latine est un grand marché, a-t-il fait observer, ajoutant que ce retour des liens diplomatiques “permettra aux produits marocains et africains d’être disponibles sur le marché latino-américain, et au marché africain de s’ouvrir sur les produits latino-américains”. 

Le journaliste béninois, qui a fait constater que les peuples des deux continents “ne se connaissent pas assez”, s’est félicité que la nouvelle décision maroco-cubaine “crée un pont entre l’Afrique et le monde latino-américain”.

“Cette nouvelle dynamique va sans doute booster cette interaction entre les deux continents, où les deux pièces maîtresses sont le Maroc et Cuba”, a-t-il conclu.

La diplomatie marocaine s’appuiera sur le positionnement de Cuba dans les Caraïbes pour convaincre d’autres pays de la justesse de la cause marocaine 

La diplomatie marocaine pourra s’appuyer sur le rôle de Cuba dans les Caraïbes pour convaincre d’autres pays de la justesse de la cause marocaine et du projet d’autonomie, a affirmé Abdelouahed Agmir, académicien marocain spécialiste de l’Amérique Latine. 

Dans une déclaration à la MAP, il a noté que la diplomatie marocaine est très active dans les pays latino-américains depuis la visite Royale effectuée en Amérique Latine par SM le Roi Mohammed VI en 2004, ce qui a amené certains pays à retirer leur reconnaissance de la république fantoche, notamment la Colombie, le Panama, le Costa Rica, la république Dominicaine, le Paraguay et le Pérou.

Il a estimé, à ce propos, que le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba favorisera certainement cette démarche.

Tout en rappelant que la Havane a, pendant des décennies, mené des manœuvres hostiles à l’intégrité territoriale du Royaume dans les pays de l’Amérique Latine, à l’époque du bipolarisme et de la guerre froide, il a fait observer que la donne a complètement changé aujourd’hui avec la fin des idéologies et des mouvements de libération. 

Un constat admis par les autorités cubaines, non seulement dans la conception de leurs relations avec le Maroc mais aussi dans leurs rapports vis-à-vis des pays de l’Amérique Latine et des Etats-Unis, ennemis d’hier, privilégiant, désormais, leurs intérêts politiques et économiques sur les considérations d’ordre idéologique. 

Et de mettre en avant l’existence d’une complémentarité économique entre le Maroc et Cuba, ouvrant de prometteuses opportunités sur le plan des échanges commerciaux d’autant que le Maroc, au vu de son positionnement régional stratégique, représente pour Cuba une porte d’entrée pour conquérir des marchés en Afrique et dans les pays arabes. 

M. Agmir note, par ailleurs, que les relations entre le Maroc et l’Amérique Latine sont globalement excellentes sur le plan de la coopération économique, le Brésil étant le troisième partenaire du Royaume après la France et l’Espagne, outre le Mexique ou encore le Pérou, pays qui a non seulement retiré sa reconnaissance de la république fantoche mais aussi procéder à l’ouverture d’un bureau commercial à Casablanca qui figure parmi 20 autres dans le monde.

Pour cet universitaire, les grands pays d’Amérique Latine comme le Brésil, le Mexique et l’Argentine, qui adoptent depuis plus de deux siècles un système de gouvernement quasi fédéral, similaire au projet d’autonomie proposé par le Maroc, ne peuvent que soutenir la démarche marocaine. Il a aussi fait remarquer que les Think Tanks dans le monde ne cessent de mettre en garde contre l’instauration d’une entité fantoche dans la région du Sahel et du Sahara qui sera un terreau propice pour le terrorisme et l’instabilité politique.

Et de conclure que la diplomatie marocaine ne cherche pas à conquérir la sympathie des pays de l’Amérique Latine mais surtout, à les convaincre de la justesse de la cause marocaine. 

Le rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba, une victoire de la diplomatie pragmatique prônée par le Royaume 

Le rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba, après plus de 37 ans de rupture, représente une victoire de la diplomatie pragmatique prônée par le Royaume sous le leadership proactif de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a déclaré à la MAP l'expert et l'ancien diplomate panaméen, Demetrio Olaciregui.

"Cette décision s'inscrit dans le cadre du rôle actif et agissant du Royaume sur le plan international, sous la sage conduite du Souverain qui n'a eu de cesse d'oeuvrer à la consolidation de la place du Maroc dans le concert des nations, comme en témoigne de manière éloquente le retour victorieux du Royaume à l'Union africaine, sa famille institutionnelle, ainsi que l'intérêt Royal affirmé aux relations avec l'Amérique latine", a expliqué M. Olaciregui.

De par ce rétablissement, s'exprime au grand jour la méthode Royale qui s'appuie sur une diplomatie proactive et ouverte sur les partenaires d'espaces géographiques nouveaux, a-t-il fait observer, notant qu'il s'agit-là de la mise en oeuvre d'une interaction vertueuse avec le Cuba d'aujourd'hui, qui opère une ouverture sur le monde tout en tournant la page aux "conflits idéologiques désuets qui n'apportent aucune contribution à l'ordre politique, économique et diplomatique mondial actuel".

Cet expert des affaires maghrébines fait remarquer en outre que le rétablissement des relations entre Rabat et la Havane constitue "un camouflet" à l'Algérie et à sa création le polisario, d'autant plus qu'il "balise la voie à un rapprochement politique et diplomatique entre le Royaume et Cuba, dans le cadre de la vision géostratégique qui vise la consolidation de la présence du Royaume en Amérique latine et le rapprochement de Rabat des questions qui intéressent cette partie du monde. L'expert panaméen a cité la position franche du Maroc vis-à-vis notamment de la crise politique et institutionnelle que traverse le Venezuela.

M. Olaciregui a, par ailleurs, souligné que le rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba se répercutera positivement sur les échanges commerciaux et la coopération économique et culturelle entre les deux pays.

"Au moment même où le Royaume poursuit avec sagesse et efficacité diplomatique l'élargissement de ses réseaux et de sa présence à l'international en soutien à la marocanité du Sahara, l'Algérie et sa création le polisario sont mis en minorité particulièrement sur la scène africaine et en Amérique latine.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba témoigne du succès de la diplomatie voulue par SM le Roi 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba témoigne du succès de la diplomatie voulue par SM le Roi Mohammed VI, a souligné le directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) de Paris Charles Saint-Prot.

Dans une déclaration lundi à la MAP, l’expert français, a indiqué qu'il faut replacer cet événement dans le cadre de la diplomatie engagée par le Royaume en direction des Etats Latino-américains, notamment pour leur faire entendre la voix de la raison et les amener à adopter une attitude plus positive à l'égard de la cause du Sahara marocain, Il a rappelé qu’en 2000, le régime cubain avait fait part de son désir de normaliser ses relations avec le Maroc et que, depuis 2007, La Havane est plus neutre dans l’affaire du Sahara marocain, notamment au sein du mouvement des non-alignés. 

"Cuba semble vouloir changer de cap et adopter une politique d’ouverture. En outre, le pays comprend le poids du Maroc en Afrique et a besoin de sortir de son isolement et de redorer son blason sur la scène internationale", a-t-il fait observer.

M. Saint-Prot a également affirmé que le conflit autour du Sahara marocain est une création du régime algérien et de ses amis du bloc communiste, qui voulaient casser le Maroc et le couper de l’Afrique, notant que le mouvement séparatiste du polisario a toujours été une fiction. 

"En réalité les troupes qu’affrontait l’armée marocaine en 1975-76 puis au début des années 1980 étaient des troupes algériennes, des mercenaires du Sahel et des armées du bloc communiste", a-t-il dit, faisant remarquer qu’aujourd’hui, le complot anti-marocain a fait long feu même si l’Algérie continue à entretenir le conflit en soutenant le prétendu mouvement séparatiste.

Et de souligner que Cuba a cessé son soutien actif au séparatisme. D’abord parce que le régime cubain n’avait plus les moyens de telles aventures, ensuite parce qu’il ne croyait plus aux calembredaines séparatistes.

Un grand nombre de ceux qui ont été des soutiens du séparatisme pro-algérien au Sahara marocain se sont désistés à tour de rôle et désormais le séparatisme n’a plus que très peu de partisans, notamment les pires dictatures du monde, comme la Corée du nord, a indiqué l’expert français, notant que la reprise des relations entre le Maroc et Cuba constitue une victoire pour la diplomatie marocaine, après le grand succès que constitue le retour du Royaume au sein de l'Union africaine en janvier dernier. 

"A terme, ce qui est visé est le retrait de la reconnaissance à l’entité séparatiste, comme l’ont déjà fait d’autres États d’Amérique latine qui sont revenus à la raison.Ce serait pour Cuba une bonne occasion de démontrer que le régime a changé et qu’il n’est plus un État perturbateur de l’ordre international", a-t-il conclu.

Le rétablissement des relations entre le Maroc et Cuba, "étape diplomatique clairvoyante et courageuse" 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République de Cuba, prise au plus haut niveau, constitue "une étape diplomatique clairvoyante, courageuse et proactive", a souligné, lundi, l'experte polonaise Krystina Blaszczak.

Dans une déclaration à la MAP, Mme Blaszczak, professeur de droit international à l’Université de Poznan, a fait savoir que la décision du Maroc, par laquelle le Royaume a précédé de nombreux pays du monde, est aussi "une étape diplomatique avisée que retiendra l’Histoire puisque Cuba vient de sortir d’une réalité politique fortement critiquée, dans le passé récent, par les pays occidentaux et ambitionne actuellement de réaliser une ouverture à grande échelle sur des pays comme le Maroc, qui a une présence éminente sur les scènes régionale et internationale".

Ce genre d’étape diplomatique "perspicace contribue largement à dissiper les divergences politiques et sécuritaires, à apaiser les tensions au niveau mondial et à unir le monde sur les questions de l’heure qui préoccupent la communauté internationale, particulièrement face aux dangers croissants en matière de sécurité ainsi qu’aux problématiques sociales et économiques graves et complexes".

Le Maroc a démontré, à travers cette étape diplomatique, que "le réalisme politique marquant la diplomatie marocaine sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, doit être enseigné dans les instituts diplomatiques" étant donné que c’est ce genre de politique "ouverte et raisonnable qui permette de briser la glace des divergences et des tensions entre les pays du monde moderne", a noté l’universitaire.

Pour l’experte polonaise, ce nouveau rapprochement diplomatique entre le Maroc et Cuba est susceptible de "tisser des liens de coopération étroite entre l’Afrique et l’Amérique du Sud", ajoutant que la plupart des pays doivent suivre cet exemple pour le plus grand bien des peuples du monde.

Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale avait annoncé, vendredi dernier dans un communiqué, que le Royaume du Maroc a rétabli ses relations diplomatiques avec la République de Cuba, soulignant que cette décision s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Très Hautes Orientations Royales pour une diplomatie proactive et ouverte sur de nouveaux partenaires et espaces géographiques.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba, un succès qui témoigne de l'efficience de la diplomatie royale 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Royaume et la République Cubaine constitue un succès d'une valeur hautement symbolique qui témoigne encore une fois de l'efficience et de l'efficacité de la diplomatie royale visant le rayonnement du Maroc sur le plan international, a affirmé l’universitaire franco-marocain Abderrahim Nehnahi.

Fruit d'une forte volonté politique, la diplomatie royale qui se caractérise par son objectivité, son pragmatisme et sa discrétion a déjà prouvé son efficacité en permettant au Royaume de diversifier ses partenariats stratégiques sur les plans économique et géopolitique pour préserver ses intérêts supérieurs et consolider son modèle de développement, a indiqué ce professeur de droit à l’université de Bordeaux dans une déclaration à la MAP, rappelant que cette diplomatie a aussi permis au Maroc de reprendre récemment sa place au sein de l'Union Africaine.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays est à l'évidence un événement historique qui prouve leur volonté politique réciproque de tourner la page du passé pour s'adapter au nouveau contexte géopolitique mondial, a-t-il fait observer, estimant que les autorités cubaines ont fait preuve de réalisme en reconnaissant à travers ce rétablissement des relations diplomatiques l'importance du Maroc en tant que puissance montante sur le plan du continent africain et la place de choix qu'il occupe dans le concert des nations. 

Il est temps de renouveler les perceptions pour tendre vers un approfondissement des solidarités afin d'assurer la paix, la sécurité et la prospérité des peuples dans un climat de confiance et d'intercompréhension, a encore dit l’universitaire, relevant que la stratégie diplomatique tracée par SM le Roi Mohammed VI est un modèle qui doit inspirer les acteurs politiques marocains, institutionnels et autres, quant à la défense des intérêts supérieurs de la Nation et de son intégrité territoriale. 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba est une excellente nouvelle

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba est une excellente nouvelle, a affirmé le président de l’Institut pour la promotion et le développement de l’Amérique Latine (IPDAL), Paulo Neves.

Cette décision est favorable non seulement au Maroc et à Cuba mais à toute la communauté internationale, a souligné M. Neves dans une déclaration à la MAP.

"Le Maroc est un pays très important au Maghreb, en particulier, mais aussi dans toute l'Afrique", a noté ce député du Parti social démocrate (PSD), rappelant que le Maroc qui est revenu récemment à l'Union africaine est un acteur important en matière de coopération en Afrique.

Le Royaume, qui entretient également une relation de proximité étroite avec l'Union européenne, a misé ces dernières années sur une relation étroite avec les pays d'Amérique latine, a fait observer le président de l’institut basé à Lisbonne. 

M. Neves a, d’autre part, indiqué que Cuba est l'un des pays d'Amérique latine qui est lié le plus par des relations diplomatiques avec le continent africain, notant qu’il s’agit d’un acteur très important en Amérique latine et dans la diplomatie mondiale. 

Il a en outre souligné que le triangle stratégique Amérique latine et Caraïbes/Europe /Afrique sera ainsi renforcé suite au rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba.

Et de noter que l’IPDAL veille à ce que le Maroc soit toujours présent lors de la Rencontre annuelle "Triangle stratégique : Amérique Latine et Caraïbes-Europe- Afrique" organisée par l’Institut, une initiative visant à débattre de la relation entre les trois continents atlantiques, "du fait que nous considérons que le Royaume est un acteur clé dans cette relation".

Conformément aux Très Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc a rétabli ses relations diplomatiques avec la République de Cuba.

Un communiqué conjoint a été signé, à cet effet, entre les Missions Permanentes des deux pays auprès de l’ONU, vendredi dernier à New York, prévoyant notamment le rétablissement des relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs. 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba ''sonnera le glas des polisariens et de leurs soutiens »

L’annonce du rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba a ''raisonné dans les couloirs des Nations-Unies et ne manquera pas de faire de même dans les grandes capitales mondiales et sonnera le glas des polisariens et de leurs soutiens'', écrit le site d’information guinéen ''lejourguinée.com''.

Cette décision est ''une nouvelle victoire diplomatique du Maroc qui intervient à peine quelques mois après le retour victorieux du Royaume au sein de l’Union Africaine et qui confirme le leadership visionnaire et proactif du Roi Mohammed VI'', souligne Bah Saliou, auteur de l’article mis en ligne lundi, notant que le Souverain ''projette ainsi le Maroc au-delà des sentiers battus et des paradigmes doctrinaux désuets''.

Avec le rétablissement des relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs, Rabat et La Havane entendent désormais conjuguer leurs relations au présent et à un futur qui promet, poursuit le site guinéen, relevant que ''le génie créateur des deux Nations prend ainsi rendez-vous avec l’Histoire et ne manquera pas de s’exprimer sur les terrains féconds d’un partenariat gagnant-gagnant au bénéfice des deux peuples''.

Les courants de pensées des siècles derniers, n'ont plus pignon sur rue et les régimes qui s'évertuent par tous les moyens de les perpétuer dans leur pays ne font que retarder l’inévitable, à savoir l’aspiration des peuples au bien-être et à la prospérité, écrit l’auteur de l’article, soulignant que ''c'est le cas aujourd'hui en Algérie avec des manifestations en Kabylie et la grogne sociale qui monte en puissance, mais aussi au Venezuela''.

''Des pays où les dirigeants, en déshérence et en déperdition totale, ordonnent à leurs policiers et militaires de tirer à balles réelles et de procéder à des arrestations arbitraires. Des régimes proches d'être atomisés par leur peuple'', poursuit le site guinéen, notant au passage qu’au fait, ''aucune association des Droits de l'Homme ou médias algéro-polisarien ne parle de la situation dramatique que supportent les populations au Venezuela et en Kabylie''.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba, un événement important reflétant le dynamisme de la diplomatie royale

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba est un événement important qui reflète le dynamisme de la diplomatie royale, a affirmé l'universitaire indien et expert des questions africaines, Suresh Kumar.

La diplomatie menée sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, continue d'impressionner par son dynamisme dans la mesure où elle a permis au Royaume de diversifier et d'élargir ses partenariats à travers le monde dont des pays comme l'Inde, la Russie et la Chine.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Cuba, après 37 ans de rupture, consacre l'existence d'un véritable changement en faveur du Royaume en ce qui concerne la question du Sahara marocain, estime M. Kumar, faisant remarquer que ce changement se traduit par la décision de plusieurs pays d'Afrique et d'Amérique latine de reconsidérer leurs positions à l'égard des séparatistes du +polisario+.

M. Kumar, qui occupe le poste de directeur du département des études africaines à l'université de New-Delhi, relève que les gouvernements marocain et cubain ont exprimé, à travers cette décision historique, leur volonté commune de développer leurs relations bilatérales et de les élargir afin qu'elles englobent les domaines politique, économique et culturel.

La signature d'un Communiqué Conjoint vendredi dernier entre les Missions Permanentes des deux pays auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York revêt une grande symbolique dans la mesure où elle coïncide avec l'examen au sein de l'ONU de la question du Sahara marocain.