27 °C Partly cloudy Rabat

Actualités
Lundi 30 Janvier 2017

Participation du Maroc au 28ème sommet annuel de l'Union africaine

Synthèse vocale
Participation du Maroc au 28ème sommet annuel de l'Union africaine

Le retour du Maroc à l'UA, un "grand succès diplomatique" pour le Royaume (ambassadeur du Vietnam)

L’ambassadeur de la République socialiste du Vietnam au Maroc, Tran Quoc Thuy, a félicité le Maroc pour son retour au sein de l’Union Africaine (UA), tout en qualifiant ce retour de "grand succès diplomatique" pour le Royaume.

Lors d’un entretien avec le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, le diplomate vietnamien a indiqué que son pays ambitionne de conclure des partenariats économiques bilatéraux avec le Maroc tournés vers le marché africain prometteur, indique un communiqué de la Chambre.

Les entretiens entre les deux parties ont porté également sur les moyens de renforcer les relations entre le Maroc et le Vietnam et entre les institutions législatives des deux pays, précise la même source.

Le président de la Chambre des représentants a souligné, à cette occasion, l’importance du retour du Maroc à l’UA et les opportunités et potentialités économiques désormais offertes et susceptibles d’être exploitées dans le cadre de partenariats économiques et commerciaux entre Rabat et Hanoï, orientés vers le continent africain.

Il a également mis l’accent sur l’importance de l’expérience du Vietnam, appréciée et respectée par le peuple marocain, qui partage les mêmes principes et valeurs avec le peuple vietnamien.

Sur le plan parlementaire, M. El Malki a évoqué la création d’un groupe d’amitié parlementaire maroco-vietnamienne au sein de la Chambre des représentants, tout en appelant à la création d’un groupe similaire au niveau du parlement vietnamien dans les plus brefs délais, ce qui permettra d’insuffler une nouvelle dynamique aux relations de coopération entre les deux institutions législatives.

Les deux parties ont convenu d'organiser en avril prochain une visite de la présidence du parlement vietnamien au Maroc, dans le but d’approfondir les échanges sur les moyens de renforcer les relations bilatérales dans l’ensemble des domaines et à tous les niveaux, conclut le communiqué.

Une délégation de partis socialistes africains salue le retour du Maroc à l’UA

Une délégation de partis socialistes africains a salué, jeudi à Rabat, le retour du Maroc à l'Union africaine (UA).

Les partis socialistes africains représentés ont exprimé leur fierté de la réintégration du Maroc de l’UA et leur ambition de voir le Royaume jouer pleinement son rôle dans le développement, la paix et la stabilité du continent africain, indique un communiqué de la Chambre des représentants. M. Ousmane Tanor Dieng, président du Parti Socialiste au Sénégal, a fait part de la fierté du peuple sénégalais du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI depuis Dakar à l’occasion du 41è anniversaire de la Marche verte, soulignant que les tournées et visites royales aux différentes régions et zones du continent, illustrent la solidité des liens entre le Maroc et l'Afrique.

De son côté, M. Emmanuel Golou, président du Parti Social démocrate (PSD) du Bénin et membre de l'Internationale Socialiste, a félicité le Maroc pour son retour à l’UA, mettant l’accent particulièrement sur les impacts économiques qu’aura cette réintégration notamment sur les pays de l’Afrique de l’Ouest. Il a dans ce sens souligné l'importance de la mise en œuvre du grand projet de gazoduc qui reliera le Nigeria au Maroc et aux pays de l’Afrique de l’Ouest.

Ces déclarations interviennent à l'occasion d'entretiens qu'a eus la délégation de partis socialistes africains avec le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, en marge de sa participation à une conférence sur "la coopération et les questions de sécurité et du développement dans les pays de l’Afrique de l’Ouest", organisée par le groupe socialiste à la Chambre des représentants.

M. El Malki s'est félicité du soutien des pays de l’Afrique de l’Ouest au retour du Maroc à l’UA, rappelant à cette occasion le contenu du discours royal historique devant le 28è Sommet de l’UA, dans lequel SM le Roi a affirmé qu'à travers son retour à l’UA, le Maroc retrouve sa famille africaine qui ne l’avait pas véritablement quittée.

Depuis son Indépendance, le Maroc a été parmi les pays ayant soutenu l’unité africaine en étant notamment l’un des précurseurs en matière de création de mouvements syndicaux en Afrique, comme il a été l’un des fondateurs de l’Organisation de l’unité africaine, a souligné M. El Malki.

Le Royaume du Maroc est aussi l’un des principaux pays ayant soutenu les mouvements de libération dans plusieurs pays africains qui luttaient pour leur indépendance, comme l’Afrique du Sud et l’Angola, a-t-il ajouté. 

Le président de la Chambre des représentants a mis l’accent sur l’orientation du Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, en faveur du renforcement de la coopération sud-sud à travers le développement de relations bilatérales solides et concrètes avec les pays de l’Afrique et le lancement de grands projets structurants visant à améliorer la situation socio-économique du citoyen africain et à contribuer au renforcement de la sécurité et la stabilité de la région. 

Le retour du Maroc à l'Union africaine est une "régularisation de l'histoire" (universitaire burundais)

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) constitue une "régularisation de l’histoire", a souligné, jeudi à Casablanca, l'universitaire et éditeur burundais, Emilie Baribarira.

"Le Maroc a réintégré la grande famille de l’UA après plus de 30 ans d’absence. On avait manqué un partenaire de taille et de poids, avec ses valeurs et son ouverture", a confié M. Baribarira, dans une déclaration à la MAP, en marge de la 23ème édition du Salon international de l’Edition et du Livre (SIEL), qui se poursuit jusqu’au 19 février.

A cette occasion, il a relevé l’impératif pour les partenaires africains de comprendre qu’à chaque fois qu’un membre revienne dans le bercail, "c’est une richesse qui s’agrandit pour l’intérêt de la communauté", notant qu’à travers cette grande manifestation, qu’est le SIEL, "le Maroc fait preuve de sa volonté de promouvoir la coopération culturelle pour la prospérité et le développement du continent".

De son côté, Makolo Muswaswa, professeur de lettres à l'université du Kinshasa, a expliqué que le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine boostera la coopération avec l’ensemble des pays d’Afrique, dans tous les domaines, "puisqu'il sera accompagné d'un certain nombre de projets et de partenariats".

Par ailleurs, il a relevé, qu'en tant qu'éditeur et membre de la délégation de son pays, il a pu s'enquérir des plans élaborés par le ministère marocain de la Culture, allant de la réalisation des projets d'avenir jusqu'aux problèmes de financement, émettant son désir de s'inspirer de l'expérience du Maroc dans ce domaine afin de l'appliquer dans son pays.

Prince Kum’a Ndumbe III, également universitaire, éditeur et écrivain camerounais, s’est dit heureux de ce "retour tant attendu" du Maroc à l'UA, précisant que la jeunesse actuelle "a des chances extraordinaires pour réaliser une unité africaine".

"En 2050, a-t-il noté, quelque 29 pc de jeunes du monde seront des Africains et ils n’attendront pas encore quarante ans pour prendre leur destin en main".

S’agissant du SIEL, M. Ndumbe III a estimé que ce rendez-vous annuel offre de nombreuses opportunités pour une collaboration et un travail commun, "du moment qu'il ouvre la porte à des échanges culturelles pour un enrichissement mutuel".

Il a fait savoir que le Maroc dispose d’imprimeries "de haut niveau", exprimant le souhait de pouvoir établir des partenariats de coédition avec les éditeurs marocains pour que son pays puisse imprimer ses livres dans le Royaume au lieu de recourir aux imprimeries européennes.

L'UA, les Nations-Unies, l'UE et l'OIF préoccupées par la situation politique en RDC

L'Union africaine (UA), les Nations unies, l'Union européenne (UE) et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se sont dites "de plus en plus préoccupées par l'impasse persistante dans le dialogue entre les parties prenantes politiques en République démocratique du Congo (RDC) sur les modalités de mise en œuvre de l'Accord politique du 31 décembre". 

Dans une déclaration conjointe, publiée jeudi sur le portail de l'UA, les quatre organisations partenaires notent que six semaines après avoir convenu des modalités de gestion de la période de transition devant conduire à la tenue d'élections paisibles et crédibles en décembre 2017, "les parties n'ont toujours pas conclu les discussions sur la mise en œuvre effective de cet Accord", estimant que "cette situation porte en elle le risque de saper la volonté politique qui a permis la signature de l’Accord du 31 décembre". 

Dans ce contexte, les quatre organisations partenaires "appellent toutes les parties prenantes, y compris la Majorité présidentielle et l'Opposition, à redoubler, de bonne foi, les efforts qui sont les leurs aux fins de parachever promptement les pourparlers en cours". 

Les quatre organisations soulignent la nécessité pour toutes les parties de se mobiliser en appui aux efforts de médiation menés par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), et rappellent que la mise en œuvre intégrale et rapide de l'Accord est essentielle à la préservation de la légitimité des institutions de transition jusqu'à la tenue des élections.

(MAP-16/02/2017)

Retour du Maroc à l'UA, "le résultat naturel de l’engagement infaillible" de Sa Majesté le Roi en faveur de l’Afrique (Edward Gabriel/The Hill)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), scellé lors du 28è sommet de l’organisation continentale tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, est le "résultat naturel de l’engagement infaillible" de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur de la consolidation des liens avec l’Afrique, écrit lundi l’ancien ambassadeur américain Edward Gabriel, dans une contribution publiée par la gazette du Congrès US +The Hill+.

"Sa Majesté le Roi est intransigeant lorsqu’il s’agit de l’unité car le Souverain appréhende parfaitement les défis auxquels sont confrontés l’Afrique et le reste du monde", souligne M. Gabriel dans cette tribune intitulée "Le Maroc et l’Afrique misent sur l’unité".

L’ancien diplomate américain relève, dans ce contexte, que Sa Majesté le Roi avait souligné, dans un discours à la Nation à l’occasion du 17è anniversaire de la fête du Trône, que "le souci qui anime le Maroc de diversifier ses partenaires n’a d’égal que sa ferme volonté d’être partie prenante dans les différentes questions et les diverses problématiques de l’heure".

M. Gabriel indique, à cet effet, que parmi ces problématiques figurent le terrorisme, les changements climatiques et le développement économique, soulignant que pour le Souverain, le continent ne peut relever ces défis qu’à travers l’unité.

Il rappelle, à ce propos, que Sa Majesté le Roi, dans Son discours devant le 28è Sommet de l'UA dans la capitale éthiopienne, a déclaré qu’en choisissant l’Afrique et en optant pour le partage et le transfert de son savoir-faire, le Maroc "propose de bâtir concrètement un avenir solidaire et sûr".

Dans ce contexte, l’ancien ambassadeur américain estime que la décision de l’UA de réintégrer le Maroc au sein de ce groupement régional reflète l’"importance grandissante" de la coopération et de l’unité, soulignant que ces deux composantes "forgent la force".

M. Gabriel a, en outre, souligné que le Souverain, depuis Son accession au Trône, a consacré une place de choix au continent africain dans l’agenda de la politique étrangère du Royaume, rappelant dans ce sens les multiples visites que Sa Majesté le Roi a effectuées dans pas moins de 25 pays.

Lors de ces déplacements, le Souverain a présidé les cérémonies de signature d’accords et de conventions de coopération couvrant divers secteurs stratégiques, indique-t-il encore.

Grâce à la vision Royale, le Maroc se positionne désormais comme le deuxième grand investisseur africain dans le continent, affirme l’ancien diplomate US, ajoutant que les banques marocaines sont présentes dans plusieurs pays africains et les universités du Royaume accueillent annuellement des milliers d’étudiants en provenance de cette patrie du monde.

(MAP-07/02/2017)

Les communautés marocaine et africaine de Catalogne célèbrent le retour du Maroc à l’UA

La communauté marocaine établie en Catalogne (Nord-est) a célébré, le weekend dernier à Barcelone, le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA), lors d'une cérémonie à laquelle ont pris part aussi les représentants d’associations de migrants africains installés en Espagne. 

Organisée par la Fédération des associations marocaines en Espagne, cette cérémonie a été marquée ainsi par la présence des représentants d’associations de migrants du Cameroun, de la Guinée Equatoriale, du Nigeria et du Sénégal, outre des acteurs associatifs espagnols. 

Les participants à cette rencontre ont exprimé leur fierté face à cette "victoire diplomatique" réalisée par le Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI et qui a permis au Maroc de réintégrer l’Union Africaine lors du 28ème sommet de cette organisation tenu à Addis-Abeba. 

Intervenant à cette occasion, le président de la Fédération des associations marocaines en Espagne, Mohamed Idrissi, a relevé que le retour du Maroc à l’UA constitue un "moment historique", ajoutant que cette réintégration du Royaume est de nature à insuffler une nouvelle dynamique à cette organisation et de renforcer sa prise de conscience quant aux véritables questions du continent. 

Ce retour, qui est une victoire diplomatique, permettra au reste des pays africains de tirer profit de l’expérience du Maroc dans les domaines politique, économique et sécuritaire, notamment en rapport avec la lutte contre toutes les formes d'extrémisme, a-t-il ajouté. 

M. Idrissi a souligné encore que cette victoire n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’une action stratégique bien étudiée lancée depuis l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI. 

Le coordinateur de l’Association des émigrés camerounais en Catalogne a souligné, pour sa part, que le Royaume a toujours préservé ses bonnes relations à tous les niveaux avec les autres pays africains, malgré son absence de l’UA. 

Le représentant de l’Association des Sénégalais en Catalogne a fait part de la joie de ses compatriotes installés dans cette région espagnole du retour du Maroc au sein de l’organisation continentale, se félicitant des relations distinguées unissant le Royaume et le Sénégal.

Le PARLACEN salue le retour "historique" du Maroc au sein de l’UA

Le Parlement centraméricain (PARLACEN) a félicité, lundi, l'Union Africaine et les Etats membres pour le "vote historique" en faveur du retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine.

"Nous félicitons les Etats membres de l’Union Africaine pour le vote historique dans le cadre du 28ème sommet, le 30 janvier dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, qui a permis les retrouvailles du Maroc avec l’organisation panafricaine et les Etats membres", a indiqué le PARLACEN dans un communiqué publié sur son site électronique, soulignant que le Royaume et les pays de l’UA sont liés "par une histoire commune, des relations politiques fortes, des intérêts économiques solides et des liens culturels étroits".

Considérant que le Maroc est un membre observateur extra-régional depuis la signature de l’accord d’adhésion des Chambres des Représentants et des Conseillers au parlement centraméricain en juin 2015, le PARLACEN a exprimé "sa considération et sa satisfaction" pour la poursuite de la consolidation de l’intégration régionale dans le continent africain.

Le PARLACEN, qui se veut un forum régional pour la démocratie et la paix, a reconnu l’efficience du "modèle de coopération Sud-Sud donné par le Maroc au monde", tout en soulignant l’engagement du Royaume en faveur du développement durable depuis la COP22 "réussie" de Marrakech en novembre dernier.

Le PARLACEN a, en outre, salué la "précieuse contribution" du Maroc au 1er Forum régional sur "l’environnement, les changements climatiques et la sécurité alimentaire", tenu en juillet dernier au Guatemala.

Le retour du Maroc à l’Union africaine, "une grande fierté" (Forum marocain international pour défendre l'intégrité territoriale)

Le Forum marocain international pour défendre l'intégrité territoriale a salué le retour "triomphal" du Maroc au sein de la grande famille de l'Union africaine (UA), affirmant qu'il s'agit d'une "grande fierté". 

Basé à Essaouira, ce Forum qui comprend plusieurs associations représentant la communauté marocaine établie dans plusieurs pays du monde, ainsi que des associations nationales, a souligné que ce retour est le fruit des efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI pour le développement des relations bilatérales entre le Maroc et les pays africains, ainsi que de l'intérêt porté par le Souverain pour l'Afrique. 

Le retour du Maroc à l'Union africaine confirme clairement le rôle efficace joué par SM le Roi pour le développement du continent africain à tous les niveaux, a affirmé, dans un communiqué, le Forum, se disant convaincu que ce retour aura un résultat positif et efficace sur la question de l'intégrité territoriale Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28ème Sommet de l’organisation continentale tenu la semaine dernière à Addis-Abeba en Ethiopie. 

Des responsables néozélandais saluent la dynamique de l'économie marocaine et la présence du Royaume en Afrique

Des responsables néozélandais ont salué la dynamique et la diversité de l'économie marocaine, ainsi que la présence du Royaume au sein du continent africain, confortée par le retour du Maroc à l'Union africaine (UA). 

Lors d'une session de travail avec l'ambassadeur de Sa Majesté le Roi en Nouvelle Zélande, avec Résidence à Canberra, M. Karim Medrek, les responsables néozélandais ont exprimé leur intérêt pour le marché marocain et leur disposition à adhérer à des projets d'investissements et d'importations de produits marocains, indique un communiqué de l'ambassade du Maroc en Australie au sujet d'une visite de travail de l'ambassadeur en Nouvelle Zélande. 

Cette session de travail a été tenue à Auckland, capitale économique de la Nouvelle Zélande, en présence de la ministre néozélandaise du revenu, en charge de l'énergie et des ressources, Mme Judith Collins, du président du Comité parlementaire Nouvelle Zélande - Afrique, Andrew Bailey, d'une pléiade d'hommes d'affaires néozélandais ainsi que du Consul honorifique du Maroc en Nouvelle-Zélande. 

Les opportunités d'échange commercial et économique entre les deux pays, les plus importants projets d'investissement offerts par le marché marocain ainsi que les réformes réalisées par le Maroc pour l'encouragement des investissements ont également été au menu de ces discussions. 

Le diplomate marocain avait également eu des entretiens avec la responsable Moyen Orient au sein de l'Agence néozélandaise de commerce extérieur axés notamment sur l'encouragement et le développement des échanges commerciaux bilatéraux. 

M. Karim Medrek avait remis, le 1er février 2017, ses Lettres de Créances à Madame Patsy Reddy, Gouverneur Général de Nouvelle Zélande, lors d’une cérémonie officielle tenue à cet effet, à la Résidence Générale, à Wellington. 

Lors de cette entrevue, M. Medrek a transmis les Salutations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Ses Vœux de santé et de bonheur à Mme le Gouverneur Général, qui a tenu, à son tour, à exprimer ses meilleurs et sincères vœux à Sa Majesté le Roi et s’est félicitée du développement et du renforcement des relations entre le Maroc et la Nouvelle Zélande. 

M. Medrek a également eu des entretiens avec le président de la commission des relations extérieures et du commerce au Parlement néozélandais axés sur la promotion de la coopération parlementaire entre les deux institutions législatives et la possibilité de création d'une commission d'amitié pour la coopération parlementaire entre le Maroc et la Nouvelle Zélande. 

Le diplomate marocain a également rencontré les membres de la communauté marocaine établie en Nouvelle Zélande. Lors de cette rencontre, il a assuré les membres de cette communauté de la Haute Sollicitude dont SM le Roi entoure les Marocains résidant à l'étranger et l'intérêt porté par le Souverain au suivi et à l'amélioration de leur situation dans leurs pays d’accueil. 

De leur côté, les membres de la communauté marocaine ont réaffirmé leur attachement au Glorieux Trône Alaouite, à leur mère-patrie et à leur Souverain, avant de faire part de leurs préoccupations en relation notamment avec la simplification des mesures administratives pour le règlement de leur affaires administratives au sein du Consulat. 

Lundi, lors de son séjour à Whangarei, M. Medrek a rencontré le chef de la diplomatie néo-zélandaise, Murray McCully, et lui a exprimé la volonté d’œuvrer à la promotion de la coopération aussi bien au niveau bilatéral que multilatéral. 

Les différentes rencontres avec les acteurs néozélandais ont été l'occasion d'évoquer la création d'une association d'amitié et de coopération entre le Royaume du Maroc et la Nouvelle Zélande au service de la promotion de la coopération bilatérale. 

Le Japon félicite le Maroc pour son retour à l'Union africaine

Le Japon a félicité, lundi, le Maroc pour son retour au sein de l'Union africaine (UA), lors du 28è Sommet de l'organisation continentale qui s'était tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, en Ethiopie. 

"Le gouvernement du Japon salue la décision du sommet de l'Union africaine concernant le retour du Maroc au sein de l'UA", a indiqué le ministère japonais des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Il a souligné, dans ce contexte, que le Royaume est un "partenaire important pour la stabilité et la prospérité de l'Afrique", et au sein de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD). 

Le communiqué a relevé, en outre, que le gouvernement du Japon continuera à travailler en collaboration avec l'UA et le Maroc. 

Le Maroc participe à la TICAD depuis la tenue de sa première conférence. La réunion ministérielle de suivi de la TICAD IV s'était tenue en mai 2012 à Marrakech, rappelle-t-on.

Le Maroc, une puissance économique majeure en Afrique subsaharienne (The Southern Times)

Le Maroc a réussi à s’imposer, durant la dernière décennie comme une puissance économique majeure en Afrique subsaharienne, écrit lundi le quotidien The Southern Times, basé à Windhoek (Namibie). 

Le journal, qui se veut une publication pour toute la région d’Afrique australe, a noté que le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), scellé lors du 28è sommet des Chefs d’Etat africains tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba (Ethiopie), a été le fruit de cette expansion économique remarquable du Maroc dans plusieurs régions africaine. 

Analysant cette expansion marocaine, le journal cite, en premier lieu, l’élargissement des destinations desservies par la Royal Air Maroc (RAM) en Afrique. Durant la dernière décennie, la RAM a renforcé son réseau à travers le continent, augmentant le nombre des destinations desservies de 14 en 2007 à 32 en 2016, indique la même source. 

En parallèle, le Maroc a consolidé ses échanges commerciaux avec le reste du continent, en particulier avec les pays d’Afrique subsaharienne, poursuit le Southern Times. 

Citant le rapport de 2016 des Nations-unies sur les investissements dans le monde (World Investment Report 2016), le quotidien souligne que durant la seule année 2015, le Royaume du Maroc a investi 600 millions de dollars dans certains pays d’Afrique de l’Ouest. 

Vers la fin 2016, les investissements marocains en Afrique subsaharienne ont représenté 85 pc des investissements du pays à l’étranger, indique la publication, citant des chiffres de la Banque Africaine de Développement. 

Le Southern Times cite également un rapport publié en 2015 par le cabinet international Ernst & Young qui souligne que le Maroc est devenu un important investisseur en Afrique avec le lancement en 2014 de 13 projets d’investissement intra-africains, soit le nombre le plus élevé de projets sur toute la décennie. 

La région d’Afrique subsaharienne suscite un intérêt particulier parmi les compagnies marocaines déterminées à accompagner l’essor économique de leur pays, désormais considéré comme une plateforme d’exportation vers les autres pays africains, souligne le quotidien de Windhoek. 

Et le journal de souligner que les investissements marocains en Afrique portent sur des secteurs stratégiques comme les finances et les télécommunications. Ces deux secteurs ont représenté 88 pc des investissements marocains en Afrique subsaharienne en 2013, ajoute la même source, citant le cas d’Attijariwafa Bank, présente dans 10 pays subsahariens (Cameroun, République du Congo, Cote d’Ivoire, Gabon, Guinée-Bissau, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo). 

Le Maroc dispose aussi d’une force présence financière dans 11 autres pays africains dont le Mali et le Burkina-Faso et dans les pays d’Afrique de l’est, note le Southern Times, relevant que cette forte présence économique a fait du Maroc un acteur inévitable pour l’écrasante majorité des pays africains qui ont voté en faveur du retour du Royaume au sein de l’UA. 

Le quotidien a rappelé que le discours adressé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI au 27è sommet de l’UA, tenu à Kigali (Rwanda) en juillet 2016, a balisé le chemin pour ce retour. Dans ce discours, le Souverain a souligné que le Royaume ne doit pas rester en dehors de sa famille institutionnelle africaine et doit retrouver sa place naturelle et légitime au sein de l’UA, conclut le journal. 

Le retour «triomphal» du Maroc au sein de l’UA, un sérieux revers pour l’Algérie et pour le contingent d’Afrique australe (analyste sud-africaine)

Le retour «triomphal» du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), à l’occasion du dernier sommet des chefs d’Etat africains tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba (Ethiopie), a été un sérieux revers pour le contingent d’Afrique australe, connu pour son soutien «idéologique» à l’Algérie et ses protégés du Polisario, a dit l’analyste sud-africaine Carien du Plessis. 

Le retour du Maroc a eu «l’effet d’une onde de choc» pour l’Afrique du Sud, chef de file de ce groupe, également composé du Zimbabwe et de l’Angola, a déclaré Mme Du Plessis à la MAP. 

Les observateurs ont été intrigués par les expressions de choc sur les visages des délégués de ces pays à la fin de la séance réservée à l’examen de la demande du Maroc de réintégrer son siège au sein de l’organisation continentale qu’il avait quittée il y a près de 33 ans, a-t-elle dit. 

D’après Mme Du Plessis, le président zimbabwéen Robert Mugabe, connu pour son hostilité pour le Maroc et son soutien aux Algériens et aux séparatistes du Polisario, a été l’un des plus grands perdants du sommet d’Addis-Abeba. 

L’écrasante majorité des pays membres de l’UA s’est opposée aux tentatives de l’Afrique du Sud de bloquer le retour du Maroc, indique l’analyste, soulignant que pas moins de 39 de ces pays se sont prononcés pour le retour du Maroc tout en rejetant les conditions que les Sud-Africains voulaient à tout prix imposer à ce retour. 

Et d’Ajouter que l’Afrique du Sud, qui a joué le rôle de porte-drapeau du camp de l’Algérie lors du sommet africain, s’est sentie trahie par les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe qui ont soutenu le Maroc notamment la Tanzanie, le Rwanda, l’Ethiopie et le Swaziland. 

Les Sud-Africains voulaient mettre en place une commission pour étudier la demande du Maroc, a indiqué Mme Du Plessis, soulignant que la proposition de Pretoria n’était qu’une simple tactique dilatoire destinée à repoussera la question du retour du Maroc jusqu’après la fin du mandat du Président guinéen, M. Alpha Condé, en tant que président du sommet de l’UA.

Le retour du Maroc à l’UA, une victoire éclatante pour le Royaume (associations africaines en Espagne)

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) constitue une "victoire éclatante pour le Royaume", souligne la Fédération des associations des émigrés africains à Almeria (FAIA).

"La FAIA exprime sa grande joie du retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, lors du 28 ème Sommet de l’Union, et considère qu’il s’agit d’une victoire éclatante pour le Royaume à un moment important dans le processus de son combat légitime et continu pour la consécration de ses droits", indique-t-elle dans un communiqué dont copie est parvenu à la MAP.

La Fédération "salue la clairvoyance de la politique royale qui a donné une importance cruciale au retour du Royaume à sa place légitime à l’Union Africaine", poursuit la même source, exprimant sa conviction du rôle de leadership que devra jouer le Maroc au sein de l’organisation continentale.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème Sommet de l’organisation continentale tenu la semaine dernière à Addis-Abeba en Ethiopie.

Le retour du Maroc à l’UA est un fait international majeur (ancien vice-Premier ministre portugais)

Le retour du Maroc à l’Union Africaine représente un fait majeur très significatif pour tout le Maghreb et pour toute l'Afrique, a souligné l’ancien vice Premier ministre portugais, Paulo Portas.

"Il est aussi porteur d'espoir et d’impact pour l'Europe et les deux rives de la très sensible frontière de la Méditerranée. C’est donc un fait international majeur", a affirmé M. Portas dans une déclaration à la MAP.

Le retour du Maroc à l’organisation panafricaine est à la fois le fruit d'une stratégie diplomatique bien conçue et le signe de l’émergence du Royaume du Maroc en tant que puissance régionale africaine, a relevé cet ancien chef de la diplomatie portugaise. 

M. Portas a aussi souligné que SM le Roi Mohammed VI a préparé très minutieusement ce succès diplomatique, citant dans ce sens les grands discours africanistes de Sa Majesté qui annonçaient déjà la conséquence institutionnelle vécue à Addis-Abeba et le travail acharné du Souverain et de la diplomatie marocaine, à travers les visites d'Etat successives aux quatre coins de l’Afrique qui n'ont pas échappé aux observateurs. "C'est un Maroc fort, puissant et respecté qui est de retour à l’Union Africaine", a-t-il dit.

L'homme d'Etat portugais a noté que la cause africaine du Maroc a bien progressé en moins de douze mois, a-t-il fait observer, relevant qu’au début 28 pays soutenaient la réintégration du Maroc, et à la fin presque 40 Etats africains ont donné leur feu vert. Les petites stratégies de court terme visant à perturber le résultat éclatant d’Addis-Abeba ont échoué radicalement, a fait remarquer M. Portas.

"C’est le Maroc à part entière, dans l’intégrité de son territoire, y compris le Sahara, qui est de retour à l’UA", a-t-il souligné, ajoutant que cette décision est un très bon signe pour l'UA. 

Le Maroc est aujourd’hui une puissance régionale inévitable dans l'Afrique occidentale et une nation emblématique dans tout le continent, a-t-il poursuivi, mettant en avant "un Maroc stable et en croissance, un Maroc investisseur et compétitif, un Maroc très respecté du point de vue à la fois politique et religieux et un Maroc conscient de la fermeté vis-à-vis du sectarisme et du terrorisme".

C’est ce Maroc contemporain et plein d’avenir qui va enrichir le périmètre de l'Union Africaine, a insisté M. Portas pour qui l’Afrique peut et doit être le continent clé de ce temps et de ce siècle. Les africains, a-t-il ajouté, doivent tirer parti de toutes les opportunités de la globalisation et contribuer largement à la croissance mondiale. Pour cela, il est essentiel que l’Afrique et en son nom l’Union Africaine protège pleinement les valeurs de la stabilité politique, de l’intégrité territoriale, de la sécurité juridique et de l’inclusion sociale. A tous ces titres, le retour du Maroc est une excellente nouvelle, a-t-il conclu.

Le retour "historique" du Maroc à l'UA, une chance pour le progrès et le développement de l’Afrique de demain (experte en géopolitique)

Le retour "historique" du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) est une chance pour le progrès et le développement de l’Afrique de demain, a affirmé la présidente déléguée de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) de Paris et présidente de l’Association des femmes arabes de la presse et de la communication basée en France, Mme Zeina el Tibi. 

Dans un entretien dimanche à Radio Pluriel, qui émet depuis Lyon, Mme el Tibi a relevé que ce retour "triomphal" est une victoire acquise grâce à l'immense popularité de SM le Roi Mohammed VI sur le continent, soulignant que le Maroc, qui a une double identité arabe et africaine, n’a jamais été absent de l’Afrique. 

Malgré son retrait de l'OUA, le Maroc ne s’est jamais éloigné de l’Afrique, a-t-elle fait remarquer, rappelant que Feu SM Mohammed V a été le pionnier de l’union africaine. 

"Le Maroc a toujours été bien présent en Afrique. Il est d’ailleurs une puissance africaine millénaire. Il est rattaché au reste du continent par des relations historiques, humaines, religieuses et autres qui sont considérables", a expliqué Mme el Tibi, soulignant que SM le Roi Mohammed VI a fait de l’Afrique Sa priorité. 

Grâce aux visites du Souverain dans de nombreux pays, des liens étroits ont été consolidés, aussi bien dans le domaine politique qu’économique, religieux, culturel, sécuritaire, a-t-elle fait observer, qualifiant d'"impressionnant" cet engagement de SM le Roi en Afrique. 

Elle a aussi indiqué que l’engagement du Maroc pour l’Afrique est global, d’abord en matière de stabilité politique et de sécurité puisque le Royaume apporte toute son expérience et son savoir-faire en matière de lutte contre le terrorisme, ainsi que de sécurité spirituelle, expliquant dans ce sens que SM le Roi, en tant que Commandeur des croyants, est le chef de file d’un Islam modéré et du juste milieu, face aux extrémismes. 

Le Maroc est également devenu l'un des pays africains les plus dynamiques et les plus novateurs sur le plan économique, a poursuivi Mme el Tibi, ajoutant qu'il a une forte présence socio-économico-politique en Afrique. 

SM le Roi propose une vision concrète de la coopération sud-sud, c’est-à-dire une forme de développement solidaire, a-t-elle affirmé, faisant observer que cette vision marocaine pour l’Afrique est reconnue par la communauté internationale. 

Le Maroc a de grands projets d’avenir, a-t-elle rappelant, citant, entre autres, le projet du gazoduc avec le Nigeria et le système agricole adapté au triple A : Adaptation, Agriculture, Afrique. 

"De fait le Maroc peut être le futur chef de file africain. Il peut impulser à l’Afrique un nouveau départ Il peut permettre à l’Afrique de prendre sa place sur la scène internationale au 21e siècle", a estimé la présidente déléguée de l'OEG. 

Elle a sur un autre registre affirmé que grâce à la vision moderne de SM le Roi, le Maroc a fait des efforts considérables pour la promotion de la situation de la femme, soulignant que le Souverain a placé la question de la femme au cœur des enjeux fondamentaux de la modernisation à travers des réalisations concrètes. 

La politique marocaine visant le développement de la condition de la femme peut inspirer les pays africains, a-t-elle relevé.

(MAP-06/02/2017)

Assa-Zag: Des acteurs de la société civile se félicitent du retour du Maroc au sein de l'UA

Des associations et acteurs de la société civile dans la province d'Assa-Zag se sont félicités du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), exprimant leur soutien "à toutes les initiatives consacrant l’ouverture sur les peuples d’Afrique, sur les plans spirituel, social et économique".

Dans un communiqué rendu public en marge d’une rencontre de concertation sur le rôle de la société civile dans la province, ces associations et acteurs locaux ont souligné que "l’approche adoptée par le Maroc au sujet de son retour à l'UA et qui s’appuie sur la paix et le développement, constitue un cinglant revers pour toutes les manœuvres des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume".

Ils ont appelé, à ce propos, "à soutenir la diplomatie parallèle sur la voie de la mise en œuvre et la concrétisation des initiatives louables de SM le Roi Mohammed VI en faveur des peuples africains".

Les positions de l'UA gagneront en force avec le retour du Maroc (Diplomate bahreïnie)

Les positions de l’Union africaine (UA) gagneront en force à l’échelle internationale avec le retour du Maroc au sein de ce groupement continental, a souligné la diplomate et militante bahreïnie des Droits de l’Homme, Sheikha Haya Rashed Al Khalifa.

Dans une déclaration à la MAP, Sheikha Haya Rashed, qui avait présidé au non du Royaume de Bahreïn, la 61è Assemblée générale de l’ONU, a expliqué que des efforts sont entrepris par les nations en vue que l’Afrique puisse jouer un rôle influent et que son poids soit pris en considération dans la constitution du Conseil de sécurité, rappelant dans ce sens les propositions présentées lors des réunions de l’Assemblée générale de l’ONU pour permettre à l’Afrique d’occuper un siège au Conseil de sécurité.

Le Maroc aura également un rôle important dans la défense des intérêts du continent auprès de l’Union européenne (UE), a ajouté la première femme à occuper un poste d’ambassadeur de son pays à l’étranger (France).

La présence du Royaume au sein de l’UA constituera en outre une passerelle pour le renforcement de la coopération arabo-africaine, soulignant que le Maroc, qui entretient des relations fortes avec les pays arabes, jouera un rôle dans la consolidation de la solidarité entre le monde arabe et les pays africains qui devaient avoir un rôle influent dans l’avenir au niveau des Nations Unies.

Evoquant la portée du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI lors du 28è sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, et dans lequel le Souverain a évoqué la coopération Sud-Sud et Afrique-Afrique, Sheikha Haya Rashed a souligné le besoin effectif du continent africain à ce genre de coopération en vue de réaliser le développement dans les différents domaines, estimant que cette coopération Sud-Sud, y compris la coopération arabo-africaine, est susceptible de jouer un rôle efficient et important dans ce sens.

S’agissant du résultat du vote après qu’une majorité écrasante des pays africains ait soutenu le retour du Maroc à l’UA, la diplomate bahreïnie a souligné que ce résultat atteste du besoin de l’Afrique à la présence du Royaume entre ses frères africains et à son rôle dans la consécration de la paix et la sécurité à l’échelle du continent ainsi que du besoin de construire des relations amicales entre les pays africains, fondées sur la coopération et les intérêts communs.

Les Marocains d’Islande saluent la réintégration du Maroc au sein de l’UA

La section islandaise de la Coordination des Marocains de Scandinavie et d'Europe du Nord a salué, dimanche, la réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine (UA).

Dans un communiqué parvenu à la MAP, le collectif associatif dit avoir appris "avec fierté" la nouvelle du retour du Royaume à l’organisation panafricaine, soulignant qu’il s’agit d’"une grande victoire obtenue grâce à la sagesse et la détermination de SM le Roi Mohammed VI et à l’unité de notre peuple". 

Les Marocains d’Islande considèrent cette initiative comme "un pas géant dans la défense de nos droits légitimes et de notre intégrité territoriale", tout en confirmant la place de choix qu’occupe le Maroc à l’échelle africaine.

Le soutien apporté par l’écrasante majorité des pays africains à cette réintégration montre clairement que "le continent mise sur le positionnement du Royaume, son poids régional et sa grande expérience" en vue de promouvoir le rayonnement de l’Afrique et de renforcer les relations de coopération et de complémentarité entre ses États, indique le communiqué.

L’ONG affirme, dans le même contexte, que le retour du Maroc à l’UA devra "servir les intérêts nationaux, mettre fin à la politique de la chaise vide et permettre au Royaume de prendre part au processus de prise de décision au sein l’organisation et de contrer les mensonges des adversaires de notre intégrité territoriale". 

En outre, le collectif s’est dit confiant en la capacité du Maroc de jouer un rôle clé au sein de l’UA, étant donné sa position géopolitique en tant que passerelle entre l’Europe et l’Afrique.

Les Marocains du Danemark saluent le retour du Royaume au sein de l’UA

La section danoise de la Coordination des Marocains de Scandinavie et d'Europe du Nord s'est félicitée du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), lors du 28ème Sommet de cette organisation continentale, tenu récemment à Addis-Abeba.

Dans un communiqué parvenu à la MAP, ce collectif dit avoir appris "avec fierté" la nouvelle du retour du Royaume à l’organisation panafricaine, considérant que cet événement à l'occasion duquel "le Maroc a réalisé une réelle victoire, est un couronnement des efforts déployés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, des années durant".

Le Discours prononcé par le Souverain lors du Sommet de l’UA confirme clairement que le Royaume a récupéré sa place naturelle au sein de sa grande famille africaine, au service du renforcement des liens de fraternité et de coopération, précise-t-on.

"En tant que Marocains de Scandinavie, nous exprimons notre grande fierté de cet énorme exploit", ajoute la même source, considérant que le Royaume, de par sa position de passerelle entre l’Europe et l’Afrique et la Méditerranée et l’Atlantique, est grandement habilité à jouer un rôle important au sein de l’UA.

Relevant que le retour du Maroc à l’UA est une "consécration de la diplomatie et de la politique sage de Sa Majesté le Roi pour affronter de l’intérieur même de l’Union les positions hostiles à l’intégrité territoriale du Royaume", le Collectif fait observer que les potentialités multiples du Maroc permettront d’en faire un acteur agissant au service du progrès et du développement de tous les peuples africains.

Le retour du Maroc à l’UA, une jonction entre le passé et le présent, a scellé des retrouvailles, tout en permettant à l’ensemble des pays du continent de se retrouver dans une même organisation panafricaine qui soit en mesure de créer un équilibre sur la scène internationale et d’influer sur les questions liées au développement durable de ses membres, poursuit le Collectif.

Et de souligner que le 28ème Sommet de l’UA a clairement démontré que la place du Maroc en Afrique n’a changé que vers le meilleur et que toutes les manigances de ses adversaires ont lamentablement échoué à le dissocier d’avec sa grande famille africaine, confirmant par là même que la mission prochaine sera celle d’unir l’Afrique autour des questions intéressant ses intérêts.

Après avoir mis en lumière les percées diplomatiques du Maroc durant les dernières années, le Collectif a fait part de sa disposition à apporter, à son échelle, sa contribution pour servir les questions continentales et internationales, conformément à la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

(MAP-05/02/2017)

Le retour du Maroc à l'UA, un évènement historique qui restera gravé dans les annales de la diplomatie marocaine (membre du CORCAS)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) marque un évènement historique qui restera gravé dans les annales de la diplomatie marocaine, a affirmé Mohamed Taleb, membre du Conseil Royal consultatif des Affaires sahariennes (CORCAS).

Le retour du Maroc à sa place naturelle au sein de la famille africaine est le couronnement d’une action diplomatique soutenue sur tous les plans, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, nonobstant les manœuvres ourdies par les adversaires pour entraver ce retour, a-t-il dit dans une déclaration à la MAP.

Evènement historique phare, le retour du Royaume au sein de l’Union a été accueilli avec grande satisfaction par les Marocains et tous les Africains, a souligné M. Taleb.

Il a relevé, par ailleurs, que le discours royal prononcé devant le 28è sommet de l'UA à Addis-Abeba, constitue une feuille de route pour une nouvelle synergie en vue de booster le développement du continent africain. 

Et de poursuivre que le discours royal a '’conforté la vision africaine du Maroc sur la base d’une coopération sud-sud mutuellement gagnante, l’objectif étant de fédérer les efforts en vue d’aplanir tous les obstacles qui entravent le décollage économique du Continent aux énormes potentialités ’’.

Le Maroc, un des pays leaders de l’action africaine depuis les années 60 du siècle dernier 

Le Maroc est l’un des pays leaders de l’action africaine depuis les années 60 du siècle dernier, a affirmé le diplomate et chercheur Mohamed Noamane Jalal.

Dans un article publié samedi par le quotidien bahreïni ‘’Al-Watan’’, l’ancien ambassadeur d’Egypte en Chine a mis en avant l’importance du retour du Royaume au sein de sa famille africaine, ‘’après une absence depuis 1984 en protestation contre l’adhésion du soi-disant front polisario à l’OUA (à l'époque) sous l’influence de l’Algérie’’.

M. Nomane Jalal, qui a également été le représentant permanent de son pays auprès de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), a tenu à exprimer ses félicitations au Maroc et à toute l’Afrique suite à ce retour.

Il a, dans ce contexte, souligné le rôle pionnier du Maroc dans l’action africaine depuis la mise en place du ‘’Groupe de Casablanca’’ au début des années 60 du siècle dernier, puis dans la création en 1963 de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue ensuite l’Union africaine. 

Le retour du Maroc à l'UA contribuera au renforcement des passerelles arabo-africaines (journaliste-écrivaine égyptienne)

Dans un article publié samedi par l’hebdomadaire égyptien "Octobre" sous le titre "Retour du Maroc à l’UA", Mme Abou Hsein a expliqué que cette réintégration de la famille africaine par le Royaume "constitue une importante et positive valeur ajoutée à l’action de l’Union africaine au cours de la prochaine étape, à la lumière du poids et du capital politique et civilisationnel dont jouit le Maroc ainsi que des expertises diplomatiques et ressources humaines exceptionnelles dont il dispose". 

Ce retour à l’UA est "un succès de la diplomatie active entreprise par SM le Roi Mohammed VI", a-t-elle souligné, notant que cette réintégration du groupement continental a été précédée d’une série de tournées effectuées par le Souverain dans différentes capitales africaines en vue de consolider la position du Maroc et le soutien à son retour à l’Union. 

Et de poursuivre que ce retour est également le fuit de la diplomatie marocaine qui a su susciter le soutien et l’appui des voisins africains en vue de "mettre fin à la sortie du Maroc de l’OUA en 1984 en protestation contre l’admission du front +polisario+". 

La journaliste-écrivaine égyptienne s’est également arrêtée sur le Discours prononcé par SM le Roi lors du 28è sommet de l’UA à Addis-Abeba, notant que le Souverain a souligné que "le soutien franc et massif que le Maroc a recueilli témoigne de la vigueur des liens" qui unissent le Royaume et le continent africain. 

Elle a en outre mis en exergue "le poids économique du Maroc au sein du continent africain où le Royaume a œuvré à renforcer ses investissements, en particulier dans la région ouest-africaine", soulignant que le Maroc demeure l’un des principaux partenaires du Sénégal, du Mali, de la Guinée, du Gabon, de la Côte d’Ivoire et du Nigéria, et le premier investisseur africain dans l'Afrique de l’Ouest. 

L'expérience et le savoir-faire du Maroc dans plusieurs domaines, une forte valeur ajoutée pour l'UA

Les compétences, le savoir-faire et l’expérience dont jouit le Maroc dans plusieurs domaines constitue une forte valeur ajoutée pour l’Union Africaine (UA), a estimé Jose Infante, président de l’Observatoire hispano-marocain de criminologie, de sécurité et des droits de l’Homme.

Dans une déclaration à la MAP à l’occasion du retour du Maroc au sein de l’UA, M. Infante a qualifié de "très positif" cet événement qui constitue un tournant majeur dans l’histoire de l’organisation panafricaine et qui permettra "d’impulser une nouvelle dynamique à l’action de l’UA".

A cet égard, l’expert espagnol a mis en exergue l’expérience du Maroc notamment dans les domaines de l’enseignement supérieur, de l’utilisation des nouvelles technologies, de la gestion des ressources naturelles, de la promotion des énergies renouvelables et des infrastructures logistiques, notant que ce savoir-faire constitue un apport important qui bénéficiera aux autres pays de l’Union.

Il a également mis l’accent sur l’expérience du Royaume en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, estimant que ce savoir-faire sera d’une grande aide pour les pays de l’UA, notant que le Maroc fait figure de modèle à suivre dans plusieurs domaines.

M. Infante a aussi relevé que le retour du Royaume à l’UA va apporter de la solidité au reste des pays de la région, compte tenu de la position géostratégique du Maroc et de son rôle de moteur économique pour notamment en Afrique du nord.

"Le Maroc est un pays qui occupe une position géopolitique et géostratégique importante dans le monde. Il est évident qu’il s’agit d’un acteur très important que ce soit pour les politiques sécuritaires du continent africain ou par rapport aux relations à l’Union européenne, et cette position bénéficiera sans nul doute aux pays de la région", a-t-il dit.

Le leadership du Maroc sur le plan africain se trouve conforté par l’engagement du Royaume, sous l’égide de SM le Roi Mohammed VI, en faveur de la défense des droits de l’Homme, de la lutte contre la corruption, de l’amélioration des conditions de vie des citoyens et de l’action pour faire face au changement climatique, a-t-il poursuivi.

Et de conclure que le rôle de premier plan que joue le Maroc dépasse même le cadre africain, ajoutant que les relations de coopération qu’entretient le Maroc avec l’Union européenne, la Chine et d’autres pays vont "générer de manière directe ou indirecte une série de bénéfices pour l’ensemble des pays africains". 

(MAP-04/02/2017)

L'histoire retiendra que SM le Roi a érigé la solidarité avec les pays africains en tête des préoccupations du Royaume (Député chilien)

L’histoire retiendra que SM le Roi Mohammed VI a érigé la solidarité avec les pays africains en tête des préoccupations du Royaume, a estimé le député chilien, Gustavo Hasbun.

"Les efforts de SM le Roi Mohammed VI et la solidarité du Royaume avec les pays africains resteront des faits marquants" dans l’histoire de la région, a-t-il déclaré à la MAP, en relevant que les différentes initiatives lancées ont apporté la preuve tangible du rôle que joue le Souverain. 

Selon lui, "les efforts de SM le Roi pour combattre la pauvreté, réduire les inégalités sociales et réaliser la paix et la justice à travers le monde sont visibles et bien connus".

S’agissant du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), le parlementaire chilien a affirmé qu’il s’agit d’une démarche très importante qui profitera aux pays africains, précisant que ce retour servira la paix, surtout que le Royaume tient à contribuer à la consécration de la paix et la résolution des conflits dans de nombreux points chauds à travers le monde et qu’il œuvre, en parallèle, à réaliser progrès et prospérité pour les peuples du continent.

Il a, en outre, indiqué qu’"en Amérique latine, il y a une aspiration à ce que le retour du Maroc à l’UA contribue à promouvoir le rapprochement entre les deux continents", d’autant plus qu’ils partagent beaucoup de dénominateurs communs qui peuvent servir le développement des échanges tant bien commerciaux que culturels.

La Norvège félicite le Maroc pour son retour à l’UA

La Norvège a félicité vendredi le Maroc pour son retour au sein de l’Union africaine (UA), lors du 28ème Sommet de cette organisation continentale tenu récemment à Addis Abeba (Ethiopie).

"La Norvège a un partenariat stratégique avec l’UA et nous croyons qu’il est un pas positif que le Maroc fasse aujourd’hui partie de cette organisation régionale", a affirmé le ministre norvégien des Affaires étrangères, Borge Brende dans un communiqué publié sur le site du ministère.

Après avoir félicité le Maroc pour son retour à l’UA, le chef de la diplomatie norvégienne a formulé le vœu de voir cette décision "conférer un dynamisme renouvelé à la région et donner lieu à de nouvelles opportunités de coopération, à la fois au sein de l’UA et avec des partenaires stratégiques comme la Norvège".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu en début de semaine dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc à l'UA couronne la diplomatie de premier plan menée par le Souverain (président du Conseil provincial de Khouribga)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est le couronnement des efforts diplomatiques de premier plan menés avec brio par SM le Roi Mohammed VI, a souligné le président du Conseil provincial de Khouribga, Zakrani M'Hamed.

Ce retour est une valeur ajoutée pour les efforts de préservation de la paix et de consolidation du développement dans le continent africain, au regard de l'expérience et du savoir-faire cumulés par le Royaume du Maroc dans plusieurs domaines, a indiqué M. Zakrani qui intervenait lors de séance de clôture de la session ordinaire de janvier du Conseil, tenue vendredi au siège de la Préfecture de province. 

Ce retour victorieux, appuyé par une écrasante majorité de pays africains lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu les 30 et 31 janvier dans la capitale éthiopienne, réaffirme le rôle pivot du Maroc qui entretient des relations de confiance et de partenariat avec la majorité des pays africains, grâce à une diplomatie efficace alliant l'économie, la politique, la culture et la spiritualité.

Et de saluer la teneur du Discours Royal "fort, franc et porteur de multiples significations" prononcé par le Souverain devant le Sommet, réaffirmant l'engagement de toutes les parties dans la défense des valeurs sacrées, des intérêts suprêmes et de l'intégrité territoriale du Royaume sous la conduite éclairée du Souverain.

Trente-neuf pays se sont exprimés, lundi dernier, en faveur du retour du Maroc à l’UA.

L’ambassadeur de Turquie au Maroc salue le retour du Maroc à l'UA

L'ambassadeur de Turquie au Maroc, Ethem Barkan Öz, a salué le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA).

L’ambassadeur turc, qui s'est entretenu vendredi à Rabat avec le président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, a souligné que son pays ambitionne d’accéder au marché africain via le Maroc, eu égard à sa position géographique, indique un communiqué de la Chambre des Représentants. L’ambassadeur a affirmé que le Maroc est un partenaire stratégique de la Turquie, exprimant la forte volonté de son pays d’œuvrer pour le renforcement de la coopération avec le Royaume dans différents domaines. 

A cette occasion, les deux parties ont examiné les moyens à même de consolider les relations de coopération entre le Maroc et la Turquie dans divers domaines, notamment en matière parlementaire, mettant l'accent sur la nécessité de dynamiser les deux groupes d’amitié parlementaire. 

De son côté, M. El Malki s’est félicité de l'excellence des relations historiques, civilisationnelles et culturelles unissant les deux pays amis, appelant à œuvrer pour aller de l'avant dans le développement de ces liens, booster les échanges commerciaux, encourager les investissements et favoriser l’échange d’expériences et d’expertises entre les hommes d’affaires. 

Il a souligné, à cette occasion, la convergence de vues entre le Maroc et la Turquie autour de plusieurs questions d'intérêt commun, notant que le Maroc poursuit avec un grand intérêt l'action de la Turquie sur les plans régional et international. 

M. El Malki a également exprimé son estime et sa reconnaissance pour la position positive de la Turquie au sujet de la question de l'intégrité territoriale du Royaume, ajoute la même source.

L'ambassadeur de Russie à Rabat félicite le Maroc pour son retour à l’UA

L’ambassadeur de la République fédérale de Russie accrédité à Rabat, Valery Vorobiev a félicité le Royaume du Maroc pour son retour à l’Union africaine (UA). 

Lors d’entretiens, jeudi, avec le président de la Chambre des Conseillers, Hakim Benchamach, l’ambassadeur de Russie a mis en exergue le rôle pionnier de SM le Roi Mohammed VI, ayant permis au Maroc de retrouver sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle, dans l’objectif de développer une coopération sud-sud agissante et solidaire, indique vendredi un communiqué de la Chambre des Conseillers.

M. Vorobiev a également souligné la convergence des points de vue de son pays et le Royaume du Maroc sur les différentes questions et grandes priorités concernant le présent et l’avenir des deux pays amis. 

Pour sa part, M. Benchamach a fait part de sa grande fierté du niveau des relations de partenariat et d'amitié solides liant le Royaume du Maroc à la République fédérale de Russie, rappelant à cet égard la visite historique effectuée par SM le Roi Mohammed VI en Russie, en mars 2016, et les horizons prometteurs qu’elle a ouvert en matière de liens de partenariat stratégique entre les deux pays et peuples amis. 

Les deux parties ont souligné, lors de cette entrevue, la nécessité de multiplier les visites, l’échange d’expériences et le partage d’expertise entre les parlementaires des deux pays, eu égard à l’importance du volet parlementaire dans le renforcement et la consolidation des relations maroco-russes, indique le communiqué.

Le retour du Maroc à l’UA, un pas décisif dans la consolidation de l’unité africaine (Union africaine des ONG de développement)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) marque "un pas décisif" dans la consolidation de l’unité africaine et du rapprochement entre les peuples d’Afrique, a relevé l’Union africaine des ONG de développement (UAOD). 

L’UAOD s’est félicitée, dans un communiqué parvenu vendredi à la MAP, de "cette grande décision prise sous la direction éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI", tout en qualifiant d'"évènement historique" le retour du Royaume à l'UA lors du 28é Sommet de l'organisation continentale. L’UAOD qui fait part de sa fierté d’avoir été témoin de cette décision, affirme que la société civile africaine unie au sein de l’UAOD marque son adhésion totale à cette action de renforcement de la coopération Sud-Sud et lance un appel à toutes les populations africaines à s’approprier davantage de l’Agenda 2063 de l’UA et les Objectifs de développement durable (ODD), "véritables boussoles pour l’avènement d'un monde meilleur et d'une Afrique où il fait bon vivre".

Elle souligne à cet égard sa disposition à œuvrer à la sensibilisation des Marocains pour soutenir résolument l’action de rapprochement des peuples d’Afrique, illustrée par la décision du Royaume de revenir au sein de l’UA. 

Par ailleurs, l’Union africaine des ONG de développement s'est félicitée du choix de M. Alpha Condé pour présider l’UA, souhaitant que sous sa présidence l'Union africaine soit mieux appropriée par les populations africaines qui restent en définitive, les premières bénéficiaires des actions de développement de l’organisation panafricaine. 

L’UAOD est présente, à ce jour dans 44 pays d’Afrique. Elle engage toutes ses coordinations pays à apporter une contribution significative aux actions de l’UA en s’impliquant résolument dans la sensibilisation et la formation des populations à s’approprier de l’Agenda 2063 de l’UA et les ODD. 

Le retour du Maroc à l’UA, un événement historique qui sera marqué en lettres d’or dans les annales diplomatiques du Royaume (Conseil des Ouléma d’Errachidia)

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) est un événement historique qui sera marqué en lettres d’or dans les annales diplomatiques du Royaume qui a réussi sous le leadership visionnaire de SM le Roi Mohammed VI à s’imposer comme une puissance économique pour retrouver sa place au sein de la famille institutionnelle du continent, a affirmé le président du Conseil local des Ouléma d’Errachidia, Lahbib Omari. Cette décision, qui constitue un tournant dans la vie de l'UA, illustre la prise de conscience des dirigeants africains du rôle pionnier du Maroc pour renforcer l’intégration du continent, a souligné M. Omari dans une déclaration vendredi à la MAP.

Le président du Conseil local des Ouléma a également mis en évidence l’importance du discours historique prononcé par le Souverain devant le 28è sommet de l’organisation panafricaine et dans lequel SM le Roi a rappelé les visites effectuées dans plusieurs pays africains depuis l’accession du Souverain au Trône, faisant observer que les accords signés avec de nombreux pays de la région dans le cadre de la coopération Sud-Sud auront des retombées bénéfiques sur les peuples d’Afrique et renforceront la paix et la sécurité dans le continent.

Soulignant la mobilisation constante du peuple marocain autour de SM le Roi, Amir Al Mouminine, M. Omari a élevé des prières pour accorder santé et longue vie au Souverain et couronner de succès toutes les initiatives entreprises par le Souverain au service du développement et du bien-être des peuples d’Afrique.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba en Ethiopie.

Trente-neuf pays se sont exprimés, lundi dernier, en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Le retour du Maroc à l'UA, une opportunité pour promouvoir davantage le commerce interafricain 

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) constitue une "opportunité" pour promouvoir davantage le commerce interafricain, écrit vendredi le magazine américain +Newsweek+ dans un article publié sur son site électronique.

"La réintégration du Maroc au sein de l'Union africaine représente une opportunité pour davantage de commerce entre les pays africains, dont beaucoup vivent au rythme d'un taux de croissance plus élevé que les pays européens", souligne la publication, en citant des analystes.

Dans cet article signé Conor Gaffey, +Newsweek+ rappelle, dans ce contexte, les nombreuses visites que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a effectuées dans plusieurs pays du continent, soulignant que le Maroc a signé près de 1.000 accords et conventions avec les partenaires africains depuis 2000.

Il a, en outre, fait observer que les banques marocaines sont présentes dans plus de 20 pays africains, ajoutant que la Royal Air Maroc (RAM) se positionne désormais comme l'une des plus grandes compagnies aériennes en Afrique, avec l'aéroport de Casablanca représentant le point de transit pour un grand nombre de voyageurs en provenance notamment de l'Afrique subsaharienne.

"Le Maroc a institué un nombre d'intérêts diplomatiques et commerciaux substantiels avec ses voisins africains les plus proches", a souligné le magazine américain, citant Claire Spencer, experte en Afrique du Nord au sein du think tank Chatham House, basé à Londres.

Citant Liesl Louw-Vaudran, une experte à l'Institute of Security Studies basé en Afrique du Sud, +Newsweek+ estime, par ailleurs, que le discours que Sa Majesté le Roi a prononcé devant le 28è sommet de l'Union africaine à Addis Abeba était un "moment déterminant et historique".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans en début de semaine dans la capitale éthiopienne.

Le discours royal à Addis-Abeba conforte la pertinence de la vocation africaine du Maroc

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28e sommet de l'Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne conforte la pertinence de la vocation africaine du Maroc, a souligné le président du Centre de réflexion stratégique et de défense de la démocratie à Laâyoune, M. Boubker Hamdani. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Hamdani a relevé que le discours royal a également consacré l'engagement et la disposition constante du Maroc à partager son expertise avec les autres pays africains et à œuvrer au service de la sécurité et de la stabilité du continent. 

Il a fait constater, à ce propos, que le discours de SM le Roi s’est adressé de manière claire aux peuples et aux dirigeants de l’Afrique à une étape charnière dans les relations maroco-africaines, marquée par la volonté de transcender les divergences politiques montées de toutes pièces par certains pays hostiles au retour du Maroc au sein de l’UA. 

M. Hamdani a, dans ce sens, mis en avant la pertinence de la vision adoptée par le Maroc vis-à-vis de l’Afrique et qui, a-t-il dit, "a commencé à porter ses fruits en ce qui concerne les positions politiques au sujet de la question de l’intégrité territoriale du Royaume, mais aussi à travers le renforcement de la présence économique du Royaume et le développement de ses relations avec les autres pays du continent’’. 

Il a relevé, à cet égard, que le Maroc est désormais une véritable force régionale influente, jouissant de l’estime et de la crédibilité auprès des peuples et des dirigeants africains. 

Le président du centre de réflexion stratégique et de défense de la démocratie à Laâyoune a indiqué que le discours royal prononcé devant les participants au 28è sommets de l’UA a mis le doigt sur de grandes problématiques ayant trait à la démocratie et au développement du continent, ainsi que la nécessité de transcender les séquelles de la colonisation dans les pays africains. 

L’engagement constant du Maroc en faveur de l’Afrique mis en exergue par un think tank brésilien

L’institut des relations internationales et de la défense (Inforel), un think tank brésilien spécialisé en questions de sécurité, de relations internationales et de lutte contre le terrorisme, a mis en relief l’engagement constant du Maroc en faveur de l’Afrique dans le sillage du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA). 

Dans une tribune intitulée "Retour du Maroc à l’Union Africaine après 33 ans d’absence", le think tank rapporte que le Maroc a réintégré officiellement l'UA après 33 ans d'absence, avec le soutien de 39 de ses 54 membres, en soulignant que le retrait du Maroc de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), prédécesseur de l’UA, était nécessaire car il a permis de "recentrer l’action du Maroc dans le continent". 

Reprenant de larges extraits du discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’UA, tenu lundi et mardi derniers à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie, inforel relève que ce retrait a mis en évidence "combien l’Afrique est indispensable au Maroc et combien le Maroc est indispensable à l’Afrique". 

En effet, poursuit le think tank, SM le Roi Mohammed VI a indiqué clairement que le Maroc s’était retiré de l’organisation panafricaine mais n’a pas abandonné le continent. 

D’après Marcelo Rech, auteur de l’article, cet engagement a été illustré par "l'impulsion concrète" donnée par le Souverain aux actions du Maroc en faveur de l’Afrique à travers la multiplication des visites dans les différentes sous-régions du continent, une initiative couronnée par la signature de nombreux accords dans les secteurs public et privé entre le Royaume et une vingtaine de pays africains. 

Le think tank ne manque pas de souligner l'importance des projets stratégiques mis en œuvre en Afrique par le Maroc, dont le projet de Gazoduc Africain Atlantique, initié avec le Nigeria, lequel permettra l’acheminement du gaz des pays africains producteurs vers l’Europe. 

"Ce projet contribuera à la structuration d’un marché régional de l’électricité et constituera une source substantielle d’énergie au service du développement industriel, de l’amélioration de la compétitivité économique et de l’accélération du développement social", conclut Inforel. 

Fondé en 2004, l'Institut des relations internationales et de la défense publie une newsletter dans trois langues (portugais, anglais et espagnol), destinée à un lectorat de diplomates, de personnel des forces armées, d'universitaires, d'hommes politiques, d'analystes et de décideurs brésiliens et étrangers. 

Le discours de SM le Roi à Addis-Abeba dénote une modestie de noblesse qui sied aux grands dirigeants du monde 

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, dénote une modestie de noblesse qui sied aux grands dirigeants du monde, a souligné le politologue Abderrahim Hafidi, par ailleurs producteur et animateur de l'émission "L'islam" que diffuse la chaîne de télévision France 2.

Dans une déclaration à la MAP, M. Hafidi a indiqué que le discours royal d'Addis-Abeba, qui est la suite logique et chronologique de tout ce que le Souverain a entrepris en faveur de l'Afrique, est fondateur d'une éthique d'appartenir à une famille.

"Il s'agit d'un discours de sagesse et d'intelligence, fondateur d'une nouvelle dynamique dans le champ des relations internationales", a-t-il dit, notant que le Souverain veut faire de l'Afrique un élément géopolitique majeur dans le monde.

"Il faut voir ce discours dans un ensemble de ce qu'on peut appeler la démarche diplomatique de SM le Roi Mohammed VI", a fait remarquer M. Hafidi , relevant que cette démarche systémique, participe de la culture de la diplomatie nouvelle.

Et de souligner que cette façon de procéder dans les relations internationales en intégrant un collectif et en voulant le relancer, vise à donner un élan nouveau au continent africain dans son ensemble pour le mettre au diapason du monde moderne.

Par ailleurs, M. Hafidi a affirmé que le Maroc est le seul pays en Afrique et dans le monde arabo-musulman à avoir régularisé des dizaines de milliers de Subsahariens.

Le Maroc à l'UA : Le réalisme semble prévaloir en Afrique (Forum Crans Montana)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est "une bonne nouvelle pour le continent où le réalisme semble désormais prévaloir", a souligné Jean-Paul Carteron, fondateur et président d'honneur du Forum Crans Montana (FCM). 

Dans une déclaration à la MAP, M. Carteron a affirmé que le Royaume "donne à tout le continent l’exemple d’une gouvernance sérieuse, réaliste et efficace, conjuguant avec succès tradition et progrès tout en intégrant le processus de la globalisation". 

Il a estimé que l’Afrique, aujourd’hui à un tournant majeur de son histoire, est appelée à saisir l’opportunité de se consolider "et surtout de bénéficier de l’expérience de sagesse que le Maroc porte pour tous les Africains". 

Les pays du continent, a-t-il dit, "subissent de plein fouet les conséquences dramatiques de la mondialisation, de l’insuffisance évidente de sa gouvernance et du terrorisme qui se répand à travers le monde". 

Abordant le potentiel prometteur du Royaume à plusieurs niveaux, le fondateur du FCM a rappelé que le Maroc, pays profondément ancré en Afrique, se positionne comme le champion de la promotion de la femme, le premier producteur de l’énergie solaire et d’automobiles à l’échelle continentale. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans en début de semaine dans la capitale éthiopienne. 

Le Maroc, la clé pour libérer le potentiel de l'Afrique

Le Maroc, une puissance stable et en pleine croissance, pourrait être la clé pour libérer le potentiel de l’Afrique, écrit vendredi le quotidien espagnol La Razon.

Dans un article intitulé "L’Afrique unie, une opportunité pour l’Europe", signé par l'éditorialiste Ahmed Charai, le journal relève que le 28ème Sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba a été consacré notamment au retour du Maroc comme étant un pays clé dans le processus de changement qui devrait être entamé au niveau du continent africain.

"C’est le meilleur moment pour une association entre le Maroc et l’Europe" visant à impulser une nouvelle dynamique à l’Afrique, relève le quotidien, estimant que le retour du Royaume à l’Union Africaine est un événement politique important et une opportunité pour promouvoir le modèle marocain en matière de réformes politiques et économiques.

Le retour du Royaume au sein de l’UA est un "événement de grande importance", qui ouvre une nouvelle période pour le continent, le Maroc ayant appelé à œuvrer pour une "Afrique indépendante, forte et intelligente", souligne le journal.

"Le Maroc plaide pour que l’Afrique prenne en main ses propres ressources et ses propres forces, sans se soumettre aux dictats des puissances étrangères", affirme la publication, mettant la lumière sur le contenu du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le Sommet de l’UA à Addis-Abeba.

"Le Royaume est une puissance stable et émergente qui connait depuis quinze ans la mise en œuvre de réformes démocratiques réussies", poursuit La Razon, notant, en outre, que sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a conclu avec succès des accords de libre-échange avec des pays africains, européens et les Etats-Unis.

L’article met en exergue également les initiatives lancées par le Maroc, sous l'impulsion du Souverain, notamment pour la formation des imams et prédicateurs dans le but de promouvoir l’Islam modéré, ainsi que pour la régularisation de la situation de migrants en situation irrégulière.

Le journal met aussi l’accent sur l’importance du retour du Royaume à l’UA pour le dossier de la lutte contre le terrorisme, un domaine dans lequel le Maroc a accumulé une grande expérience, une expertise qui pourrait bénéficier au reste du continent.

"Si l’Europe arrive à réaliser avec l’UA le même niveau de coopération contre le terrorisme qu’elle a actuellement avec le Maroc, ce serait une garantie de réussite contre Daesh", estime La Razon.

L’Europe a désormais l’opportunité de s’associer avec le Maroc et l’UA pour promouvoir la paix, la prospérité et le développement, ajoute l’article, relevant qu’une Afrique forte économiquement est une opportunité pour ses partenaires.

Le développement de l’Afrique ne bénéficiera pas seulement à ce continent, mais également à ses partenaires, y compris l’Europe et particulièrement les pays proches géographiquement comme l’Espagne, fait remarquer l’auteur de l’article. 

SM le Roi Mohammed VI marque un retour à forte charge émotionnelle au sein de l’Union africaine (Think-tank basé à Prétoria)

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a marqué cette semaine un retour à forte charge émotionnelle du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), l’organisation que le Royaume avait quitté il y a près de 33 ans, indique l’Institut des études sécuritaires (ISS, basé à Pretoria, Afrique du Sud). 

Reprenant de larges passages du discours historique prononcé par Sa Majesté le Roi lors du 28è sommet des Chefs d’Etat africains, tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, le think-tank souligne, dans une analyse de son consultant Peter Fabricius, que les Chefs d’Etat africains ont réservé un accueil des plus chaleureux au Souverain à Son entrée dans l’enceinte du siège de l’Union continentale dans la capitale éthiopienne. 

Dans Son discours franc et sincère, Sa Majesté le Roi a souligné que: «Nous ne voulons nullement diviser, comme certains voudraient l’insinuer», et que le Maroc revient au sein de l’UA pour contribuer à l’unité des rangs africains et à promouvoir le progrès dans le continent. 

Par ce retour, le Maroc «semble avoir damé le pion à ses ennemies, y compris l’Afrique du Sud», relève le Think-tank, soulignant que les responsables sud-africains tentaient avant le sommet d’Addis-Abeba de repousser le retour du Royaume. 

L’Afrique du sud voulait que le retour du Royaume au sein de l’organisation dont il est l’un des pères fondateurs fasse l’objet d’un sommet extraordinaire, note l’ISS, soulignant que Pretoria et Alger, qui sont les principaux soutiens des séparatistes du Polisario, cherchaient seulement à gagner du temps pour défendre leur thèse. 

Cependant, le Maroc a agi rapidement avant le sommet d’Addis-Abeba, indique l’Institut, relevant que le Maroc, qui n’avait besoin que d’une majorité simple pour regagner son siège au sein de l’UA, a persuadé 39 pays de la justesse de sa cause. 

Revenant sur le cas de la fantomatique rasd, autoproclamée par les séparatistes du Polisario, l’Institut panafricain souligne que le Maroc a désormais besoin du soutien de 38 pays africains pour obtenir l’expulsion de l’entité chimérique de l’UA. 

L’ISS rappelle, dans ce contexte, que 28 pays membres de l’organisation avaient signé lors du sommet africain, tenu en juillet 2016 à Kigali (Rwanda), une pétition soutenant l’expulsion de la soi-disant rasd. 

Mme Liesl Louw-Vaudran, spécialiste des questions africaines, citée dans l’analyse de l’ISS, indique que le retour du Maroc au sein de l’UA «est une très bonne nouvelle». «Le Maroc a une grande contribution à apporter à l’UA et au continent», souligne-t-elle. 

D’après elle, le Maroc peut mettre à contribution sa puissance économique et financière pour aider l’UA à surmonter ses problèmes et imprimer l’efficacité nécessaire à son action dans de nombreux dossiers vitaux. 

L’ISS revient, dans ce contexte, sur certains passages du discours Royal devant le sommet d’Addis-Abeba, en particulier les efforts déployés par le Maroc pour renforcer le développement du continent, en dépit de son absence de l’organisation continentale. 

«Les efforts du Maroc seront à coup sûr couronnés de succès et le Royaume sortira victorieux», indique Mme Louw-Vaudran, soulignant que le Maroc «est un acteur tellement important que personne ne pourra ignorer non seulement eu égard à sa puissance économique et militaire mais également en raison de son statu de trait d’union entre l’Afrique, l’Europe et le reste du monde». 

Face à ce géant continental, «le Polisario «demeure en termes pratiques, un simple groupe qui ne contrôle qu’un simple camp de réfugiés situé sur le territoire algérien», souligne l’analyste sud-africaine. 

La Tchéquie salue le retour du Maroc à l'Union africaine 

La République tchèque a salué le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) qui contribuera à une plus grande stabilité, sécurité et développement dans le continent dans son ensemble, indique vendredi un communiqué du ministère tchèque des Affaires étrangères. 

La réintégration du Royaume "renforcera davantage l’unité africaine et les structures de l'Union africaine à même de lui permettre d’accomplir son rôle dans la réalisation de l’intégration économique et politique des pays membres et d’assurer la sécurité et la stabilité dans un esprit empreint de consensus et de partenariat". 

Le retour du Maroc au sein de sa grande famille institutionnelle a été chaleureusement accueilli par la majorité des membres de l'UA et sera un atout supplémentaire pour l’organisation continentale afin de se pencher sur les plus importantes questions qui intéressent les peuples du continent et de relever les défis posés. 

La République Tchèque va "poursuivre son engagement à soutenir les efforts africains dans le cadre d’une organisation continentale unifiée comprenant l’ensemble des pays africains et à intensifier et à élargir les horizons de coopération avec l’Union en vue de garantir la stabilité et le développement du continent". 

Elle a également fait part de son entière disposition à "continuer sa coopération fructueuse et large avec tous les pays africains à travers des relations bilatérales ou multilatérales et à accroître les domaines de coopération avec l'UA qui complète, par ce retour, la représentativité de tous les pays du continent. 

Le retour du Maroc à l'UA reflète la vision clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI (média serbe)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine "reflète la vision diplomatique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI", a souligné, vendredi, le journal serbe "Diplomatic".

Ce retour du Royaume, après une absence de 33 ans, est aussi "le fruit d’une politique proactive et sage de la diplomatie marocaine ainsi que de la vision claire du Royaume pour construire un modèle de coopération durable entre les pays du Sud afin de parvenir à un solide partenariat gagnant-gagnant basé les intérêts communs des pays africains", a écrit cette publication spécialisée dans les relations internationales.

Le modèle de développement marocain "sera bénéfique pour les différents pays du continent africain en vue de pourvoir bâtir leurs économies, intensifier et diversifier la coopération ainsi que pour consolider les relations entre les membres de l’Union", a mis en relief la publication.

La réintégration du Royaume dans le giron de l’Union africaine a été soutenue par la grande majorité des pays africains, qui se sont félicités de ce retour au sein de sa grande famille africaine", a-t-elle fait savoir.

Après avoir salué le contenu du discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant le 28-ème sommet de l’UA, la publication a précisé que le Maroc "n’a jamais renoncé à ses racines africaines pour réintégrer, au moment idéal, sa grande famille africaine et institutionnelle".

Le retour du Maroc à l'UA est bénéfique pour les pays subsahariens (expert libanais)

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA) est bénéfique pour le Royaume et pour les pays subsahariens qui tireront profit de l'expertise du Maroc, a assuré l'expert économique et financier libanais, Georges Karam.

Le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine prouve également l'importance de la position stratégique des pays arabo-méditerranéens, notamment le Maroc qui joue un rôle de premier plan dans le continent, a déclaré à la MAP, M. Karam, spécialiste des questions du Moyen Orient et des pays du bassin de la Méditerranée.

M. Karam, ancien ministre des Finances (1998-2000) et qui a longtemps travaillé pour le compte de l'Union européenne, la Banque mondiale et les institutions onusiennes, arabes et internationales, a qualifié de "sage et courageuse" la décision de SM le Roi Mohammed VI de retourner au sein de l'UA, relevant que ce retour est un pas "fondamental" et "nécessaire" pour l'Afrique.

Après avoir souligné qu'il n'est plus raisonnable que le Royaume reste absent de cette instance panafricaine en dépit de sa présence constante au coeur des préoccupations du continent, l'expert a souligné que le retour du Maroc à l'UA, en ce moment précis, est un pas "très positif".

Il a formulé le voeu, dans ce sens, de voir le retour du Maroc à sa famille africaine contribuer à résoudre le dossier artificiel autour du Sahara marocain, relevant que la résolution de cette question permettra le développement des relations économiques, humaines, financières et éducationnelles entre les pays arabes et ceux de l'Afrique subsaharienne.

La fermeture des frontières entre le Maroc et l'Algérie qui a provoqué l'absence d'une dynamique économique entre les deux pays est "un point de faiblesse" pour les pays arabes de l'Afrique du nord qui freine, par conséquent, le développement des institutions issues de l'Union du Maghreb Arabe.

Le retour du Maroc à l'UA ne peut que resserrer le partenariat économique et politique entre les deux rives de la Méditerranée (pdt du Sénat français)

La réintégration du Maroc à l'Union Africaine (UA) ne peut que resserrer le partenariat économique et politique entre les deux rives de la Méditerranée, a affirmé le président du Sénat français Gérard Larcher.

Dans une allocution lue en son nom par Christian Cambon, président du groupe interparlementaire d'amitié France-Maroc, lors d'un colloque organisé vendredi au siège du Sénat à Paris sous le thème "Le Maroc, marché porteur et hub eurafricain", M. Larcher a relevé que grâce aux relations étroites tissées entre le Maroc et l'Union européenne, et particulièrement avec la France, cette réintégration "ne peut que resserrer le partenariat économique et politique entre les deux rives de la Méditerranée, et au-delà entre l’Europe et l’Afrique".

Après avoir rappelé l’ancienneté et l’excellence des relations entre les deux pays, et en particulier entre les deux parlements qui ont en commun le bicamérisme, le prédisent du Sénat a indiqué que le Maroc, "exemple de stabilité politique dans une région marquée par diverses menaces", s’est doté en 2011 d’une nouvelle Constitution visant à renforcer le pluralisme politique, les droits de l’Homme et les libertés individuelles. Le Royaume est "un acteur majeur pour l’équilibre dans cette partie du monde", a-t-il dit. 

Il a par ailleurs fait observer qu'en matière d’environnement, en adoptant un cadre législatif précurseur et en investissant résolument dans les nouvelles énergies, notamment l’éolien et le solaire, le Maroc fait figure de référence en Afrique, et au-delà, rappelant que le monde entier a salué la parfaite organisation à Marrakech, en novembre 2016, de la COP 22, la 22e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. 

Il convient de souligner aussi l’ampleur des investissements, notamment en matière d’infrastructures, qu’il s’agisse du grand port de Tanger, de la plateforme aéronautique de Casablanca ou encore de l’immense centrale solaire de Ouarzazate, a-t-il poursuivi, notant que le Sénat a eu à maintes reprises l’occasion de souligner et de faire connaître ces évolutions qui ont fait du Maroc, à bien des égards, un modèle en matière de développement.

M. Larcher a par ailleurs tenu à saluer le rôle éminent joué par le groupe interparlementaire d’amitié France-Maroc, l’un des plus anciens et des plus étoffés du Sénat, ajoutant que ce groupe est aussi l’un des plus actifs comme en témoignent les nombreuses visites croisées et les manifestations tenues au Palais du Luxembourg. 

Sur un autre registre, M. Larcher a affirmé que ce colloque permettra d’explorer les potentialités économiques d'un pays idéalement situé au carrefour à la fois, de l’Europe et de l’Afrique, de la Méditerranée et de l’Atlantique.

Organisé par le Sénat, la chambre française de commerce et d'industrie du Maroc et Business France, ce colloque d'affaires a pour objectifs de faire découvrir le marché marocain et ses opportunités au travers de présentations d’experts sur la pratique des affaires, les opportunités commerciales, le cadre des investissements et de témoignages de filiales françaises implantées au Maroc.

Plusieurs thématiques seront abordées lors de cette rencontre dont "Le marché marocain : comment l’approcher, quelles opportunités d’affaires, quelle vision africaine ?" "Mieux se nourrir : quelles opportunités dans le secteur agroalimentaire ?" et "Mieux vivre en ville : quelles opportunités dans le secteur du développement durable et des infrastructures ?".

Le Portugal félicite le Maroc pour sa réintégration dans l’Union africaine

Le gouvernement portugais a félicité le Maroc pour sa réintégration à l'Union africaine, la qualifiant d’"une étape importante vers la pleine représentativité" de l'organisation continentale, rapporte l'agence de presse Lusa. 

Citant le chef de la diplomatie portugaise, Augusto Santos Silva, Lusa souligne que ce dernier a exprimé la "profonde satisfaction du Portugal, qui est aussi membre observateur et accrédité auprès de l'Union africaine," pour le retour du Maroc à l'organisation africaine. 

La réintégration du Maroc est, pour le gouvernement portugais, "une étape importante vers la pleine représentativité de cette Union qui est la voix du continent africain", a affirmé le ministre. 

"Le travail important que le Royaume du Maroc a accompli pour la promotion du développement de l'Afrique sera sans aucun doute une contribution d’une grande importance qui permettra à l'Union africaine de s'affirmer de plus en plus comme une source de solutions pour le continent africain et comme un interlocuteur privilégié de tous les partenaires désireux de coopérer dans le même but ", a dit M. Santos Silva. 

Le ministre a en outre, réitéré "l'engagement profond" du Portugal, qu’il soit au niveau bilatéral ou au sein de l'Union européenne, à continuer à approfondir les relations excellentes avec le Royaume du Maroc et à renforcer le dialogue sur les questions relatives à l'Afrique, et également dans le contexte de la préparation du 5ème Sommet Union européenne-Afrique, prévu en novembre en Côte-d'Ivoire. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans la capitale éthiopienne. 

Le retour du Maroc à l'UA permettra aux pays du continent de bénéficier de l’importante expérience accumulée par le Royaume (Parlementaire argentin)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) permettra aux pays du continent de bénéficier de l’importante expérience accumulée par le Maroc au cours des dernières années, a affirmé le député argentin, Hector Olivares.

"Sans aucun doute, les avancées réalisées par le Maroc et les expériences qu'il a accumulées dans plusieurs domaines comme l’infrastructure, l’agriculture et l’énergie - que j’avais constaté lors de mes deux visites au Maroc- offrira aux pays africains l’opportunité d’en bénéficier grâce au retour du Maroc au sein de l’UA", a-t-il indiqué dans une déclaration à la MAP.

Selon lui, plusieurs pays africains qui souffrent des fléaux comme le terrorisme et le trafic de drogues et d’êtres humains trouveront en le Maroc un fort soutien, étant donné que le Royaume dispose d’une importante expérience en matière de lutte contre ces phénomènes.

Le député argentin a en outre insisté sur le fait que le retour du Maroc à l’UA rendra les pays du continent africain plus forts et plus intégrés, formulant le vœu de voir cette réintégration donner un fort élan aux relations entre l’Afrique et l’Amérique latine et consolider la coopération économique et commerciale entre les deux régions.

Il a également souligné que son pays aspire à augmenter ses échanges commerciaux avec l’Afrique et à s’ouvrir davantage sur cette région.

L'accueil chaleureux réservé à SM le Roi au siège de l’UA est une preuve de la place qu’occupe le Maroc dans le cœur des africains (Parlementaire chilienne)

L’accueil chaleureux réservé à SM le Roi Mohammed VI par les dirigeants africains au siège de l’Union africaine (UA) reflète la place qu’occupe le Maroc dans le cœur des nations africaines, a affirmé la parlementaire chilienne, Claudia Andrea Nogueira Fernandez.

L’accueil chaleureux réservé à SM le Roi Mohammed VI par les dirigeants africains à l’occasion de Sa participation aux travaux du 28ème Sommet de l’Union africaine est une reconnaissance des efforts consentis par le Souverain en faveur de son continent et l’illustration de la place qu’occupe le Maroc dans le cœur des africains", a indiqué, dans une déclaration à la MAP, la parlementaire chilienne, qui préside le groupe d’amitié parlementaire Chili-Maroc.

"Je salue vivement la présence de SM le Roi Mohammed VI lors des travaux du Sommet africain d’Addis-Abeba", a-t-elle ajouté, en louant la teneur du discours prononcé par SM le Roi en cette occasion.

Et la parlementait de souligner que "le rôle actif de SM le Roi et l’intérêt qu’il accorde à l’unité des rangs de l’Afrique ont facilité le retour légitime du Maroc à sa famille africaine", précisant que ce retour est de nature à renforcer le rôle du Royaume en matière de promotion des projets de développement dans le continent.

Le retour du Maroc à l’UA, a-t-elle ajouté, est un facteur important susceptible de favoriser le raffermissement des liens entre les pays d’Amérique latine comme le Chili, et les pays africains dans les domaines de la culture, du commerce et de l’Agriculture.

Mme Nogueira a, en outre, souligné que sa dernière visite au Maroc, un pays d’ouverture, lui a permis de constater de près le grand progrès réalisé par le Royaume au cours des dernières années, relevant que le retour du Maroc à l’UA ouvrira la voie à plusieurs pays africains pour s’inspirer des expériences réussies du Maroc dans divers domaines.

(MAP-03/02/2017)

Le retour du Maroc à l’UA, le résultat des efforts colossaux déployés par SM le Roi Mohammed VI depuis des décennies 

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA) est le "résultat des efforts colossaux, déployés par SM le Roi Mohammed VI depuis des décennies", a indiqué, jeudi à Rabat, le directeur de l'Institut des études africaines, relevant de l’Université Mohammed V de Rabat, Yahia Abou El Farah.

Ce retour couronne également un travail de longue haleine mené par le Royaume, consistant notamment en des offensives diplomatiques clairvoyantes et des initiatives réalisées au niveau du continent, et les bonnes relations que "notre pays tisse avec l'ensemble des pays africains", a souligné M. El Farah dans une déclaration à la MAP. "Même si le Maroc a quitté l'Organisation de l'unité africaine (OUA) en 1984, il a continué à renforcer sa présence sur la scène africaine, à travers plusieurs actions et initiatives", a-t-il affirmé.

Le Maroc a aussi adopté une stratégie de coopération Sud-Sud, "basée sur les principes de solidarité, de partenariat et d'intérêt commun", qui a contribué largement au développement économique, social et culturel du continent, considéré comme "un espace vital et stratégique", a-t-il poursuivi. Cet académicien a salué, en sus, le contenu du discours royal, prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28è sommet de l’UA, qui a une portée "historique" et "stratégique" et qui a mis en avant la dimension africaine du Maroc. 

Ce discours a mis en relief l’engagement du Royaume en faveur du développement et de la prospérité du continent africain et rappelé la signature d'un millier d'accords de partenariat lors des multiples visites royales effectués dans ces pays, la réalisation de nombre de projets, le développement de l’agriculture, outre la stratégie adoptée par le Maroc en matière d’immigration, a-t-il conclu.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu les 30 et 31 janvier dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc à l'UA revêt une importance particulière à la lumière des perspectives prometteuses qui se profilent pour le continent africain (chercheur libanais)

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) revêt une importance particulière "à la lumière des perspectives prometteuses qui se profilent pour le continent africain et son poids qui ne cesse de s’amplifier sur le plan international", a déclaré le directeur général de l’institut libanais des études futuristes, Elie Chalhoub. 

Dans une déclaration à la MAP, l’ancien rédacteur en chef du journal libanais "Al Akhbar" a expliqué que ce retour à l’UA intervient dans le contexte naturel de l’appartenance à l’Afrique et du souci logique du Royaume de retrouver sa position naturelle au sein de ce groupement continental que le Maroc à quitté il y a 33 ans mais n’a jamais été loin des préoccupations économiques, sociales et politiques du continent. 

De son côté, le directeur exécutif du même institut, Mohamed Chihab Idrissi a indiqué que le retour du Maroc au club africain "n’est pas une simple appartenance formelle d’un Etat membre", expliquant que l’importance de cette réintégration de l’UA réside dans le fait que le Royaume retrouve sa position naturelle et digne de sa taille, de son rôle et de son rayonnement politique et économique, mais aussi religieux et culturel.

Le chercheur marocain résidant à Beyrouth et spécialiste en économie politique a en outre souligné que l’accueil chaleureux réservé à la participation de SM le Roi Mohammed VI au 28è sommet de l’UA tenu à Addis-Abeba, reflète l’importance de ce retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle. 

M. Idrissi n’a pas manqué de mettre en avant les efforts de la diplomatie marocaine, ce qui a balisé la voie à un retour sain et décent du Royaume au sein de la famille africaine. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu les 30 et 31 janvier dans la capitale éthiopienne.

Le Sénégal félicite le Maroc pour son retour au sein de l'UA

L'Etat du Sénégal a félicité, jeudi à Dakar, le Maroc pour son "retour triomphal" au sein de l'Union africaine (UA).

"Je voudrais me féliciter, au nom du président de la République du Sénégal, Macky Sall, du retour triomphal du Maroc au sein de la grande famille de l'Union africaine", a déclaré le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur, Mankeur Ndiaye, en marge d'une conférence de presse consacrée à la présentation des conclusions du 28è sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, tenu les 30 et 31 janvier dernier à Addis-Abeba.

"Ce retour a fait l'objet d'un consensus de la part de 39 Etats, ce qui est important", a-t-il ajouté.

Il a souligné, dans ce sens, que le discours de SM le Roi Mohammed VI devant ce sommet était "un discours historique, positif, de consensus et tourné vers l'avenir".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi dernier, le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba. 

Le retour du Maroc à l'UA, préparé avec grand professionnalisme depuis des années 

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA) a été préparé avec grand professionnalisme depuis des années et n'est aucunement fortuit, a indiqué Azzedine El Midaoui, président de l'Université Ibn Tofaïl de Kénitra.

Ce retour, qui revêt un caractère humain, émotionnel, culturel et civilisationnel, a valorisé et donné un nouveau souffle aux efforts consentis par les différents acteurs académiques et diplomatiques marocains, a noté M. El Midaoui dans une déclaration à la MAP, soulignant que les mutations stratégiques et internationales et les regroupements actuels mettent les pays africains frères et le Maroc devant l'impératif de s’unir dans le cadre d'un regroupement humain, économique et géographique, en vue de donner une forte impulsion et une valeur ajoutée au continent.

L’Afrique ne peut entamer le troisième millénaire dans la désunion, ni réaliser un développement durable et un progrès civilisationnel et technologique sans ce regroupement stratégique, a-t-il martelé. Les conditions objectives et géostratégiques ont révélé que ce retour s'est opéré à un moment opportun, en ce sens qu’il aura des résultats concrets non seulement pour le Maroc, mais pour l’ensemble des pays africains, étant donné que le Royaume a connu, dès l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI, un développement rapide et serein dans tous les domaines, a estimé l'académicien.

Le Maroc est désormais devenu un exemple à suivre, eu égard à son développement, sa stabilité et sa spécificité, et ce dans un environnement régional instable, a-t-il considéré. Sur le plan académique, il a fait savoir que les relations entre le Maroc et les pays africains n’ont jamais été interrompues, grâce aux visites effectuées par le Souverain à plus de 50 pays du continent et aux bourses d’études octroyées à la majorité des 13.000 étudiants africains évoluant dans les différentes universités marocaines.

Il a, dans ce sens, souligné que les relations entre les universités marocaines et africaines sont restées solides, à travers les partenariats de coopération liant les deux parties.

Retour du Maroc à l'UA: la CGEM s’engage à accompagner avec innovation la Vision stratégique du Souverain consacrée à l’Afrique

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) est le fruit de la politique dynamique et constante de SM le Roi Mohammed VI et de Sa Vision affirmée en faveur de la coopération Sud-Sud et du partenariat gagnant–gagnant entre les pays africains, a affirmé la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) qui a exprimé son engagement à accompagner la Vision stratégique du Souverain consacrée à l’Afrique.

''Forte de ce nouvel acquis pour le Maroc, la CGEM s’engage à accompagner avec innovation, la Vision stratégique du Souverain consacrée à l’Afrique et à déployer davantage d’efforts pour un partenariat équitable avec les pays africains'', a souligné jeudi la Confédération dans un communiqué.

Outre la présence économique, financière, cultuelle et culturelle du Royaume ainsi que sa politique remarquée et applaudie sur l’immigration, le retour du Maroc au sein des structures de l’UA est de nature à lui permettre d’imprimer une nouvelle dynamique au sein de l’agora continentale et d’infléchir le rapport de force en faveur du renforcement de la stabilité et du progrès du continent, a indiqué la CGEM dans ce communiqué publié à l’issue des travaux de son Conseil d’Administration tenu récemment.

''Avec ce retour, le Maroc entend poursuivre son engagement au service de l’Afrique et contribuer, de manière constructive, au développement et à la prospérité du continent'', a souligné la même source. Pour la Confédération, ''la réintégration du Maroc vient renforcer la capacité de l’Afrique à parler d’une seule voix et à gérer ses grands dossiers notamment ceux liés au développement durable et à la consolidation de la paix et la sécurité, notant qu’en retrouvant sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle africaine, le Royaume signe un retour victorieux qui ne sera que bénéfique à tous les niveaux pour l’organisation africaine.

''La communion avec l’ensemble des forces vives de la nation, l’engagement royal en faveur de l’ancrage africain du Maroc s’est illustré notamment à travers les visites officielles que le Souverain a effectuées dans de nombreux pays du continent'', a relevé la CGEM qui a exprimé sa fierté d’avoir été associée aux visites effectuées par le Souverain dans de nombreux pays africains qui consacrent les principes de solidarité et de coopération au service du continent africain.

L'Union des consuls honoraires au Maroc salue le retour du Royaume à l’UA

L’Union des consuls honoraires au Maroc a salué le retour du Royaume à l’Union africaine (UA), à l’occasion du 28è Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de cette organisation continentale, tenu à Addis-Abeba.

Dans un communiqué, cette instance diplomatique a souligné que le retour du Maroc à l’UA "est naturel et légitime et de nature à contribuer au renforcement de la place de l’Union africaine, de même qu’il est susceptible de favoriser la résolution du conflit artificiel autour des provinces du sud du Maroc". 

Le recouvrement par le Maroc de son siège africain, relève le communiqué, "est une victoire pour la diplomatie marocaine sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et un succès qui est à même de développer les relations bilatérales entre le Maroc et plusieurs pays africains avec lesquels le Royaume a conclu, durant les dernières années, plusieurs accords de coopération et de partenariat".

Le discours royal devant le sommet africain "constitue une feuille de route pour cette coopération et ces liens qui n’ont jamais été interrompus avec le continent africain, malgré l’absence du Maroc de l’UA", souligne le communiqué, ajoutant que "ce discours exprime une vision nouvelle et remarquable, consacrant la pertinence de l’orientation africaine du Maroc, menée par SM le Roi Mohammed VI". 

L’Union des consuls honoraires au Maroc s’est dite disposée, vu les liens qu'elle entretient avec les pays africains à travers les consuls honoraires membres de l’Union, à œuvrer pour soutenir cette orientation africaine du Maroc et à appuyer les intérêts légitimes du Royaume s'agissant de son intégrité territoriale, outre la consolidation des relations économiques et commerciales avec le continent africain.

Le Sommet d’Addis-Abeba, un moment historique dans le parcours des relations maroco-africaines

Le Maroc, après son retour au sein de l’Union africaine, constituera un élément unificateur pour l’édification d’une Afrique nouvelle émancipée des impacts des différends stériles du passé, a indiqué l’ambassadeur du Maroc au Bahreïn, Ahmed Rachid Khettabi.

"Le Maroc, qui réintègre l'Union africaine en toute fierté et par la grande porte, avec le soutien de la majorité écrasante des pays africains, constituera un élément unificateur pour l’édification d’une Afrique nouvelle, confiante en elle-même pour se remettre des siècles de marginalisation et d’exclusion, et émancipée des impacts des différends stériles du passé’’, a affirmé le diplomate marocain dans un article publié jeudi par le quotidien bahreïni ‘’Al-Ayyam’’.

Dans cet article placé sous le titre ‘’28è Sommet de l’UA: Victoire de la sagesse africaine’’, M. Khettabi souligne que le 28è sommet de l'Union africaine, tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, restera un ‘’moment historique’’ dans le parcours des relations maroco-africaines sur la voie d’un partenariat continental prometteur, riche d’acquis sur les plans bilatéral et régional avec les différents espaces africains d’intégration, surtout que le projet de l’Union du Maghreb Arabe demeure gelé’’.

Et c’est cela que SM le Roi Mohammed VI a tenu à exprimer dans son discours historique prononcé à cette occasion, en soulignant que ‘’l’élan mobilisateur de l’idéal maghrébin, promu par les générations pionnières des années 50, se trouve trahi’’.

L’ambassadeur marocain note, à cet égard, que les partenariats souhaités avec les pays africains ‘’bénéficieront sans doute des retombées de nos partenariats classiques avancés avec les Etats du Conseil de Coopération du Golfe et avec d’autres pays et blocs à l’est comme à l’ouest’’. Par ailleurs, la presse bahreïnie a mis en exergue la dimension historique du retour du Maroc au sein de l’Union africaine, tout en s’arrêtant sur les significations du discours adressé par SM le Roi aux chefs d’Etat et de gouvernement participant au 28è sommet de l'UA.

L’Agence de presse bahreïnie a ainsi mis l’accent sur l’insistance de SM le Roi sur le fait que ’’le soutien franc et massif que le Maroc a recueilli témoigne de la vigueur des liens’’ qui unissent le Maroc avec les pays africains, notant que le Souverain a affirmé de même que ‘’le retrait de l’OUA était nécessaire : il a permis de recentrer l’action du Maroc dans le continent, de mettre aussi en évidence combien l’Afrique est indispensable au Maroc, combien le Maroc est indispensable à l’Afrique’’.

Et l’Agence d’ajouter que SM le Roi a souligné également que ‘’malgré les années où nous étions absents des instances de l’Union Africaine, nos liens, jamais rompus, sont restés puissants, et les pays africains frères ont toujours pu compter sur nous’’, notant que ‘’des relations bilatérales fortes ont ainsi été développées de manière significative : Depuis l’an 2000, le Maroc a conclu, dans différents domaines de coopération, près d’un millier d’accords avec les pays africains’’. Le Souverain a invité, à cette occasion, et avec enthousiasme, les nations africaines à s’associer au dynamisme du Maroc, à donner un élan nouveau au continent africain tout entier, a encore ajouté l’Agence, poursuivant que SM le Roi Mohammed VI a affirmé qu’il est temps que ’’les richesses de l’Afrique profitent à l’Afrique. Nous devons œuvrer afin que notre terre, après avoir subi des décennies de pillages, entre dans une ère de prospérité’’.

De son côté, le journal ‘’Al Yaoum’’ écrit que pour la première fois depuis l’intronisation de SM le Roi en 1999, le Souverain prononce un discours à la salle Nelson Mandela, au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, la capitale de l’Ethiopie. Et avec les sentiments d’un Roi, indique la publication, le Souverain a dit : ’’Il est beau, le jour où l’on rentre chez soi, après une trop longue absence ! Il est beau, le jour où l’on porte son cœur vers le foyer aimé ! L’Afrique est Mon Continent, et Ma maison. Je rentre enfin chez Moi, et vous retrouve avec bonheur. Vous M’avez tous manqué’’.

De son côté, le journal ‘’Al Watan’’ a écrit dans un article intitulé ‘’Le Roi du Maroc promet un rôle vital au sein de l’Union africaine’’, que le Souverain a réaffirmé devant les participants au sommet africain à Addis-Abeba que le Royaume du Maroc aspire à jouer un rôle vital au sein de l’Union africaine après son retour à cette organisation continentale, ajoutant que le Souverain a qualifié le retour à l’Union de ‘’retour à la famille’’.

Le Journal ‘’Al Bilad’’ a rapporté, quant à lui, que SM le Roi a affirmé dans son discours lors du 28è sommet de l’Union que ‘’le Maroc ne rentre pas dans l’Union Africaine par la petite, mais par la grande porte’’, relevant que le Souverain a souligné par la même occasion que ‘’la flamme de l’Union du Maghreb arabe (UMA) s’est éteinte, parce que la foi dans un intérêt commun a disparu’’. Pour sa part, ‘’Akhbar Al Khalij’’ s’est attardé sur les significations et la portée du retour du Maroc à l’Union africaine et a publié des passages du discours prononcé par SM le Roi devant les participants au sommet de l’Union, au moment où le journal ‘’Al Wassat’’ a publié le texte intégral du discours royal.

M. Akhannouch : le Maroc accompagnera le Soudan du Sud dans la restructuration du secteur hydro-agricole

Le Maroc accompagnera l'Etat du Soudan du Sud dans la restructuration du secteur hydro-agricole dans ce pays, a assuré le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch.

Le Soudan du Sud regorge d'énormes potentialités à même de permettre la mise à niveau de son secteur agricole et de vastes terres, dont 4 pc est exploité, tandis que la population rurale constitue 80 pc des habitants du pays, a-t-il déclaré à la presse, à l'occasion de la visite effectuée par SM le Roi Mohammed VI à Juba.

En vertu du mémorandum d'entente dans le domaine agricole, signé mercredi entre les deux pays, le Maroc oeuvrera à accompagner le Soudan du Sud dans la restructuration du secteur hydro-agricole et dans le domaine de la formation, y compris les écoles au champs.

L'accent sera également mis sur l'examen des moyens susceptibles de développer l'agriculture des semences de sorgho, largement cultivés dans le pays, a-t-il relevé, ajoutant que des spécialistes marocains vont accompagner cette opération.

Un mémorandum d'entente dans le domaine agricole a été signé, mercredi, devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président de la République du Soudan du Sud, M. Salva Kiir Mayardit, par le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, et le ministre sud-soudanais de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire par intérim, Kornelio Kon Ngu. 

Le retour du Maroc à l'UA dénote de la sagesse du leadership du Royaume (Organisation de la Solidarité des Peuples Afro-Asiatiques)

L’Organisation de la Solidarité des peuples afro-asiatiques (OSPAA) s’est réjouie, jeudi, du retour du Maroc à l’Union Africaine (UA), soulignant que cette décision dénote de la sagesse du leadership du Royaume, déterminé à oeuvrer pour la concrétisation des objectifs communs des peuples africains.

Tout en félicitant le Maroc pour son retour à l’organisation panafricaine, l'organisation a souligné que cette décision vient conforter les actions du Royaume visant à approfondir les relations avec le contient africain dans les domaines de la coopération sécuritaire, culturelle et économique, au service du bien-être et de la paix des peuples du continent africain. 

Le secrétariat permanent de l’OSPAA s’est félicité, dans un communiqué, du retour du Royaume du Maroc à l’UA après une absence de plus de trois décennies, ce qui reflète l'importance des efforts déployés par le Maroc, direction et peuple, notant que le Royaume ne peut se passer de son espace africain et vice versa. 

Le retour du Royaume du Maroc lors du 28ème Sommet tenu dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba constitue une décision sage qui va permettre au Maroc de jouer le rôle qui lui échoit au sein d’un continent africain unifié, relève le communiqué.

Tout en faisant part de sa considération des efforts déployés par la direction de l’UA au cours de la précédente période, l’organisation a salué les décisions et les plans sanctionnant le sommet d’Addis-Abeba, formulant le vœu de voir l’action populaire et de solidarité entre les peuples africains se hisser pour aller de l’avant de l’action africaine.

Le Président Salva Kiir: "La question du Sahara est différente dans sa genèse et sa nature juridique et politique de celle du Soudan du Sud"

Le Président de la République du Soudan du Sud, M. Salva Kiir Mayardit, a déclaré que "la question du Sahara est différente dans sa genèse et sa nature juridique et politique de celle du Soudan du Sud", en saluant "les efforts sérieux et crédibles fournis par le Maroc" en vue de trouver un règlement politique à cette question.

"Tout en considérant que la question du Sahara est différente dans sa genèse et sa nature juridique et politique de celle du Soudan du Sud, Son Excellence le Président Salva Kiir Mayardit reconnait les efforts des Nations Unies en vue d'aboutir à une solution politique au conflit régional sur le Sahara", lit-on dans le communiqué conjoint ayant sanctionné la visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Soudan du Sud.

Le Président du Soudan du Sud a, d'autre part, tenu à féliciter Sa Majesté le Roi pour "la réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine et s’est félicité, dans ce cadre, du soutien témoigné à l’égard du Maroc par une majorité écrasante de pays africains", en mettant en exergue "le rôle du Maroc et sa contribution effective pour le développement, l’unité et la stabilité du continent".

Le Président Salva Kiir Mayardit a également salué la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour le renforcement de la coopération interafricaine et Sud-Sud, ainsi que les efforts du Souverain pour la préservation de la paix, de la stabilité, et pour la promotion de la prospérité du continent, indique le communiqué conjoint.

Les deux Chefs d’Etat ont souligné le rôle important des organisations régionales subsahariennes africaines pertinentes, à savoir l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), notamment dans la mise en œuvre des stratégies du développement durable dans la région de l’Afrique de l’Est, relève le communiqué.

Les deux Chefs d’Etat ont salué le processus d’intégration initié par ces deux groupements subrégionaux, indique la même source soulignant que le Président Salva Kiir Mayardit s’est félicité, à cet égard, du grand potentiel du Maroc à contribuer au développement et à la stabilité de l’Afrique de l’Est dans son ensemble, et a appelé à renforcer les relations entre le Maroc et la région de l’Afrique de l’Est.

La visite de SM le Roi Mohammed VI symbolise l'engagement du Souverain et du Président de la République du Soudan du Sud, aux valeurs du panafricanisme, de la solidarité et de la fraternité, et témoigne de la forte volonté du Maroc de contribuer à la consolidation de la stabilité et au processus de construction de la paix au Soudan du Sud, poursuit le communiqué.

SM le Roi s'est félicité, à cette occasion, de l'appel lancé récemment par le Président Salva Kiir Mayardit pour un dialogue national, le qualifiant d’initiative audacieuse pour la réalisation de l’objectif de l’Union africaine de faire taire les armes d’ici 2020 et la création d’un Soudan du Sud stable, développé et prospère, souligne la même source.

Les deux chefs d'État ont identifié un nombre de domaines à même de donner l'élan espéré au développement des relations entre les deux pays, affirme le communiqué conjoint, ajoutant que SM le Roi et le Président Salva Kiir ont exprimé leur détermination à promouvoir une coopération Sud-Sud mutuellement bénéfique et génératrice de richesses.

Au cours de cette visite, SM le Roi a co-présidé avec le président Salva Kiir, la cérémonie de signature de conventions et de mémorandums d'entente dans des secteurs clés. Il s’agit de la signature de la Convention relative à la construction de la nouvelle ville à Ramciel. Les autres conventions et mémorandums d'entente couvrent les domaines de l'agriculture, de l'énergie, des mines, des hydrocarbures, de l'industrie, de l'investissement, de la lutte contre l’évasion fiscale, de la formation professionnelle et du partenariat économique entre les milieux d'affaires, précise la même source. 

Dans ce contexte, SM le Roi a assuré le Président Salva Kiir Mayardit de la disposition du Maroc à partager son expérience avec le Soudan du Sud dans les domaines de la sécurité, et du développement économique et social en vue de contribuer à la stabilité et au développement de la nouvelle nation, souligne le communiqué conjoint.

Le positionnement du Maroc au sein de l’Union européenne est d’un grand apport pour l’Union africaine 

Le positionnement du Maroc au sein de l’Union européenne sera d’un grand apport pour l’Union africaine après le retour du Royaume à l’organisation panafricaine, a affirmé le député polonais Bogdan Klich, rapporteur de la commission parlementaire au Conseil de l’Europe pour les relations avec le Maroc.

Dans une réaction recueillie jeudi par la MAP suite la réintégration du Maroc à l’Union africaine, il a noté que le Maroc en tant que partenaire privilégié de l’Union européenne est à même de consolider les relations de coopération entre l’Union africaine et l’Union européenne. 

Il a ajouté que le Maroc, pays stable et acteur mondial incontournable sur le plan de la lutte contre le terrorisme et l’immigration illégale, apportera certainement un soutien considérable à l’Union africaine face aux défis posés dans le continent. 

Pour cet ancien ministre polonais de la défense, le retour du Maroc à l’Union Africaine contribuera au resserrement de l’unité africaine et à la promotion du rôle de l’organisation panafricaine et de ses relations de partenariat avec les autres organisations internationales. 

Et de conclure que ce retour du Maroc à l’Union africaine est incontestablement le fait marquant de cette année. 

M. Akhannouch reçu à Juba par le président sud-soudanais

Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch a été reçu, jeudi à Juba, par le Président de la République du Soudan du Sud, M. Salva Kiir Mayardit.

"L’audience qui a eu lieu sur instructions de Sa Majesté le Roi a été consacrée à l’examen des moyens et actions à entreprendre pour la mise en œuvre de l’accord de coopération bilatérale dans le domaine agricole, signé mercredi", a indiqué à la MAP M. Akhannouch, soulignant "les perspectives prometteuses et l’énorme potentiel" de partenariat offert par les deux pays dans ce domaine.

Un Mémorandum d’entente dans le domaine agricole a été signé, mercredi à Juba devant SM le Roi, par M. Akhannouch et le ministre sud-soudanais de l’agriculture et de la sécurité alimentaire par intérim, Kornelio Kon Ngu.

Le retour du Maroc à l'UA, un couronnement de la politique menée par SM le Roi Mohammed VI (Député brésilien)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est un couronnement de la politique menée par SM le Roi Mohammed VI, a souligné le président du Groupe d'amitié parlementaire Brésil-Maroc, Cleber Verde Cordeiro Mendes.

"La politique adoptée par SM le Roi Mohammed VI a été couronnée par le retour du Maroc au sein de l’Union africaine", a-t-il indiqué dans une déclaration à la MAP, en relevant que ce retour contribuera indéniablement au renforcement du continent dans son ensemble.

"La capacité de gestion et d’action de SM le Roi Mohammed VI sera très importante pour le renforcement des pays africains", a estimé le député fédéral de l’Etat du Maranhao, convaincu que le retour du Royaume au sein du groupement africain est de nature à "renforcer le continent et à conférer au Maroc une place privilégiée étant donné qu’il s’agit d’un pays qui a réussi à dépasser toutes les difficultés".

Le Royaume a traversé "avec brio" des périodes de crise comme lors du printemps arabe, a poursuivi M.Verde, qui vient d’être nommé leader du Parti républicain brésilien (PRB, droite) à la chambre des députés.

"Le modèle marocain basé sur le renforcement de l’économie et sur une série d’actions positives en vue de la création d’opportunités est un exemple à suivre pour les pays africains en vue de renforcer le continent et le peuple africains", s’est réjoui le député, en affirmant que le retour du Maroc au sein de sa famille africaine est "un gain tant pour l’Afrique que pour le Maroc".

"Nous espérons que les relations du Brésil se renforceront davantage avec le continent africain avec le retour du Maroc au sein du groupement régional", a-t-il conclu.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu dans la capitale éthiopienne Addis Abeba.

Le discours royal à Adis Abeba reflète la détermination de SM le Roi à oeuvrer en faveur de l’unité et la solidarité africaines

Le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l'Union Africaine (UA) à Addis Abeba, reflète la détermination du Souverain à oeuvrer en faveur de "l'unité et de la solidarité du continent africain", a souligné Mohamed Amrani Boukhobza, professeur de droit public à l'Université Abdelmalek Essaâdi de Tanger.

Ce discours "historique" traduit aussi la volonté du Maroc, sous la conduite de SM le Roi, de contribuer à la promotion et au développement du continent africain ainsi qu'à la consolidation de la coopération et des partenariats dans le cadre de la coopération sud-sud, a affirmé M. Boukhobza dans une déclaration à la MAP.

Dans ce sens, cet expert en droit constitutionnel a mis en avant la volonté du Maroc de partager ses expériences avec les pays africains dans nombre de domaines, notamment dans les domaines socio-économique, du développement durable et de la protection de l'environnement.

Il a rappelé le nombre important de visites effectuées par SM le Roi dans plusieurs pays africains et les accords et conventions signés, à cette occasion, dans de nombreux secteurs de coopération, notamment dans les domaines socio-économique, religieux et de formation.

Les visites du Souverain dans ces pays ont aussi permis d’instaurer des partenariats stratégiques et de renforcer le développement socio-économique dans le continent africain, a ajouté l'universitaire qui considère le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine comme une victoire de la diplomatie marocaine, sous la conduite du Souverain.

Retour du Maroc à l’UA : Si l’Afrique était cotée à la bourse de New York ses actions auraient fait l’objet d’une ruée haussière sans précédent (Robert Holley)

Si l’Afrique était cotée à la bourse de New York, ses actions auraient connu une ruée haussière sans précédent, avec le retour du Maroc à l’Union africaine, sous l’impulsion de la vision perspicace et à long terme de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a déclaré jeudi à la MAP, Robert Holley, ancien diplomate américain et spécialiste de la région. 

"Si l’Afrique était cotée à la bourse de New York, j’appellerai le gérant de mon portefeuille pour lui signifier de faire le plein des actions Afrique autant qu’il peut. Pour pousser un peu plus cette analogie, la valeur de l’Afrique vient de connaitre une montée en flèche significative avec l’introduction de sa meilleure valeur par la meilleure équipe de management qui soit", a expliqué M. Holley. 

Sa Majesté le Roi, a-t-il tenu à souligner, "a conduit de manière remarquable la transformation du Maroc, qui est devenu le modèle à suivre dans la région MENA", en soulignant que "le leadership du Souverain et Sa vision vont désormais propulser le reste du continent africain dans la même direction forte et positive". 

"En dépit des manœuvres de certains qui voulaient garder l’Afrique prisonnière des schémas défectueux et défaitistes du passé, il est en effet encourageant de voir l’écrasante majorité des pays du continent manifester une volonté à toute épreuve de se démarquer de cette vision mutilante du monde et d’aller de l’avant, en s’inspirant du modèle marocain", a conclu M. Holley. 

Le retour du Maroc au sein de l’UA va dans le sens de l’Histoire (M. Sijilmassi)

Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) "va dans le sens de l’Histoire", a souligné le secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UpM), M. Fathallah Sijilmassi, se félicitant de cette "excellente nouvelle".

"Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine est une excellente nouvelle. Cela va dans le sens de l’Histoire. L’Histoire du Maroc. L’Histoire de l’Afrique", a dit M. Sijilmassi dans une déclaration à la MAP.

Le SG de l’UpM a relevé, en outre, qu’il s’agit d’"une étape majeure et d’une décision essentielle pour le développement de la coopération Sud-Sud".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Ce retour a été largement salué à travers le monde que ce soit par les sphères officielles ou par les experts et les prescripteurs d’opinion les plus influents qui y voient une valeur ajoutée inestimable à l'action de l'organisation panafricaine et un apport indéniable qui consolide le travail effectué sur le terrain par le Maroc dans plusieurs pays du continent dans le cadre d'une coopération sud-sud agissante et solidaire. 

Retour du Maroc à l'UA, un événement historique majeur (médias polonais)

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) est un événement historique majeur qui devra raffermir de plus en plus l’unité du continent et conforter la cohésion et la compréhension entre les pays africains, rapporte jeudi la presse polonaise.

Ainsi, l’édition en ligne du "Stowarzyszenie Polskich Mediow" souligne que "la diplomatie marocaine, menée par SM le Roi Mohammed VI, a prouvé l’efficience de ses actions avec cette réintégration du Royaume au sein de sa grande famille institutionnelle", relevant que "ce triomphe retentissant permettra à l'UA de prendre des initiatives et des décisions avantageuses pour le continent dans son ensemble".

Ce retour du Maroc "est le fruit d’un travail diplomatique systématique, couronné de succès et salué par la grande majorité des pays du continent et par les grandes puissances", a-t-il indiqué.

Le soutien massif avec l’approbation par plus des deux tiers des pays de la réintégration du Maroc à l'Union, grandement accueillie par les dirigeants africains de premier plan, est la preuve intangible de la volonté et de l’aspiration des pays du continent à ce retour, a fait remarquer la publication.

Pour sa part, le site d’informations "WIG" fait savoir que le Maroc, bien qu’il ait quitté l’organisation de l'unité africaine (OUA) depuis près de 33 ans, a gardé les liens solides et les ponts d’une forte coopération avec les différents pays du continent.

Il a aussi mis en relief le leadership du Royaume, son rôle central dans l’arène politique et économique africaine et sa position stratégique sur le continent, soulignant que le Maroc est actuellement l'un des investisseurs les plus importants en Afrique, dépassant de nombreux pays occidentaux dans plusieurs domaines clés et vitaux.

Dans le même registre, le site "TTG" a indiqué que le Maroc est un partenaire clé et stratégique dans les relations interafricaines et constitue un modèle dans la coopération sud/sud.

Ce rôle central du Maroc sur la scène africaine, principalement en matière économique, lui a permis de devancer un certain nombre de pays du Maghreb arabe dans les secteurs vitaux des finances, des banques, de l’aviation civile et du tourisme, autant de domaines qui suscitent un intérêt particulier des pays du continent africain.

La fondation Brazzaville salue le retour du Maroc au sein de l’UA

La Fondation Brazzaville a salué le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), lors du 28ème Sommet de l’organisation continentale tenu dans la capitaine éthiopienne Addis-Abeba.

Le Royaume est aujourd’hui l’une des premières puissances du continent, et compte parmi les pays africains les plus développés, indique la Fondation dans un communiqué, ajoutant que ce retour permettra à l’ensemble des pays de l’Afrique de concentrer davantage leurs efforts et leurs actions en faveur du développement et du rayonnement du continent.

"Le discours de SM le Roi Mohammed VI, dont je salue la teneur et la sagesse, encourage l’ensemble des sous-régions d’Afrique à consolider leurs liens entre elles, en vue de l’intégration économique du continent sur l’échiquier international", a souligné le président de la Fondation, Jean-Yves Ollivier.

Créée en septembre 2015, la Fondation Brazzaville œuvre à la résolution des conflits dans le monde, le maintien de la paix, ainsi que la préservation de la nature, qui sont pour l’Afrique des objectifs des concrets, répondant à l’appel du Maroc, ajoute-t-on de même source.

Le retour du Maroc à l'UA, victoire historique d'une bataille diplomatique conduite par SM le Roi (Conseil provincial de Béni-Mellal)

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) est une victoire historique de la bataille diplomatique conduite par SM le Roi Mohammed VI à tous les niveaux, a indiqué le Président du Conseil provincial de Béni-Mellal, Mohamed Halhal.

Les efforts du Souverain, Ses multiples actions diplomatiques ainsi que Ses visites dans différents pays africains ont été couronnés de succès, permettant au Royaume de retrouver sa place au sein de l'organisation panafricaine, a dit M. Halhal dans une déclaration à la MAP.

Après avoir salué le discours historique prononcé par SM le Roi devant le 28ème Sommet de l’UA qui s’est tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, il a estimé que ce retour, tout à fait naturel, apporte une valeur ajoutée à l'UA, eu égard à la position dont jouit le Royaume au sein du continent, à la faveur de son potentiel économique, naturel et humain, de nature à contribuer au développement durable du Continent.

Le retour du Maroc à l'UA: un petit pas pour le Maroc, un grand bond pour l’Afrique (Académicien grec)

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA) représente un petit pas pour le Maroc mais un grand bond pour le continent africain, a souligné, jeudi, l’académicien grec Nikos Lygeros. 

Avec cette réintégration, c’est l’Afrique qui réalise la plus grande avancée. L’UA peut, désormais, compter et miser sur l’africanité du Maroc puisque le Royaume ne réduit pas son rôle à un territoire mais a une vision globale qui concerne l’ensemble de l’Afrique et ce, de manière holistique. 

Dans ce contexte, le Maroc est capable de mettre en place un collectif pour guider vers plus de dynamisme le continent africain pour entrevoir, grâce à son envergure, l’avenir de façon plus sereine et surtout plus humaine puisqu’il propose des actions communes, a mis en évidence, dans un article publié sur sa page électronique, l’universitaire grec responsable des cours de théorie des groupes et d’histoire et philosophie des mathématiques à l’université de Thrace à Komotini. 

Ce retour du Maroc constitue un évènement historique pour l’ensemble du continent, a fait savoir M. Lygeros, également chargé des cours de bioéthique, d’épistémologie et de cybernétique à l’école Polytechnique de Xanthe et enseignant du management stratégique, relevant qu’il aura fallu attendre 2017 pour voir se réaliser une vision de longue date. 

Il est difficile de contenir sa joie face à cette réussite de la diplomatie marocaine mais aussi de l’initiative royale puisqu’il s’agit bien d’un exploit stratégique qui vient mettre en place de nouvelles données dans l’espace africain, a-t-il ajouté, expliquant que le but principal n’est pas la simple correction de tir d’une trajectoire mais un pas en avant dans la réalisation d’une vision africaine qui englobe l’ensemble des pays du continent. 

Cet exploit marocain, c’est aussi celui d’une coalition de pays africains qui ont bien compris les avantages que constitue la réintégration du Maroc et son engagement pour la cause commune, à savoir le développement global de l’Afrique. 

Le retour du Maroc à l’UA donnera à l’organisation plus de vigueur et de dynamisme (juriste espagnol)

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) donnera à cette organisation continentale plus de vigueur et de dynamisme, a souligné le juriste espagnol Javier Martínez de San Vicente, saluant l’engagement évident du Royaume en faveur du développement de l’Afrique.

Rabat entretient des relations profondes avec la grande majorité des pays africains et son retour à l’UA s’inscrit en droite ligne avec sa politique intégrée adoptée ces dernières années envers le continent, a-t-il ajouté dans une déclaration à la MAP.

M. De San Vicente, qui ex-membre du Conseil général des barreaux espagnols, a relevé qu’avec son retour à l’organisation continentale, le Royaume, devenu une puissance économique et diplomatique continentale, fait preuve de sa volonté de poursuivre son engagement envers l’Afrique et de renforcer sa contribution au développement du continent dans l’ensemble des domaines.

Et de relever, dans le même sens, que le retour à l’UA du Maroc, qui est actuellement le deuxième investisseur dans le continent, favorisera sans doute le développement de secteurs stratégiques en Afrique dans lesquels le Royaume a accumulé une expérience importante.

M. De San Vicente a cité, à titre d’exemples, les secteurs des énergies renouvelables, de la gestion des déchets, de l’eau, des infrastructures, de la protection de l’environnement, ainsi que des industries automobile, aéronautique, chimique et agroalimentaire. 

Le Maroc a réalisé un essor économique important, notamment en renforçant son secteur financier et son activité industrielle, et cela ne peut être que bénéfique pour le continent africain, a-t-il insisté.

Le juriste espagnol a en outre mis en exergue, en outre, les avancées réalisées par le Maroc en matière des droits de l’Homme et de respect des libertés. 

Le Maroc, bien positionné pour jouer son rôle de leader en Afrique (journal sud-africain)

Fort de ses atouts politiques et économiques indéniables, le Maroc, qui vient de sceller son retour officiel au sein de l'Union africaine (UA), est désormais bien positionné pour jouer pleinement son rôle de leader en Afrique, écrit le quotidien sud-Africain Daily Maverick. 

Le retour du Maroc au sein de l’UA est porteur d’un changement profond dans le continent, où le groupe séparatiste du polisario a vu ses thèses essuyer de sérieux revers sous le coup de la diplomatie agissante et le poids économique du Royaume, indique l’influent journal dans une analyse consacrée au rôle du Maroc en Afrique après son retour au sein de l’organisation continentale. 

«Le message est en fin passé», observe le journal, soulignant que "le Maroc, un pays qui jouit d’un poids politique et économique important, est prêt à jouer un rôle de premier plan dans le façonnement de l’avenir de l’Afrique». 

Un Maroc fort au sein de l’UA sera mieux placé pour mettre fin aux rêves du Polisario, poursuit le Daily Maverick, rappelant que de nombreux pays ont retiré leur reconnaissance de la fantomatique rasd, autoproclamée par le groupe séparatiste. 

Avec le retour du Maroc au sein de l’UA, l’attention focalisera de plus en plus sur le rôle de l’Algérie dans la question du Sahara, estime le grand tirage sud-africain, rappelant que le Polisario est non seulement soutenu et financé par le voisin de l’est du Maroc mais reçoit ses ordres directement d’Alger. 

Le Polisario n’ayant aucune souveraineté, l’Algérie utilise ce groupe séparatiste pour la seule fin de tenter de déstabiliser le Maroc, ajoute le Daily Maverick, soulignant que l’Algérie exploite la question du Sahara dans le cadre de ses desseins hégémoniques dans la région d’Afrique du nord. 

Le conflit crée de toutes pièces autour de l’intégrité territoriale du Maroc sert aussi aux dirigeants algériens pour détourner l’attention d’une situation interne instable et explosive, résultat de la répression brutale exercée par le régime algérien contre son propre peuple depuis le début des années 1990. 

Le Daily Maverick revient, d’autre part, sur le plan d’autonomie présenté par le Maroc pour régler la question du Sahara sous sa souveraineté, soulignant qu’il serait intéressant de voir comment l’UA traitera ce plan, qui a recueilli un important soutien sur la scène internationale depuis sa présentation en 2007. 

Le plan d’autonomie marocain devra gagner davantage de soutien au sein de l’UA avec le renforcement du rôle du Royaume au sein de l’organisation, estime la même source. 

Le journal sud-africain n’a pas manqué de mettre en avant les avancées réalisées par le Maroc dans les domaines politiques, relevant que le réformes initiées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI ont eu le mérite de faire du Maroc un des pays ayant réalisé les progrès les plus importants dans le domaine de la démocratisation dans la région. 

Focalisant sur les enjeux sécuritaires dans le continent, le journal souligne que le continent est appelé à faire montre de leadership en développant des stratégies effectives, globales et cohérentes pour relever les défis sécuritaires. 

En Afrique du nord comme au Sahel, l’impératif de renforcer la coordination logistique et la coopération sécuritaire s’impose pour tous les pays affectés par l’insécurité, indique le quotidien, soulignant que le Maroc est désormais capable, après son retour au sein de l’UA, de mettre à contribution sa puissance politique, militaire et économique ainsi que sa vaste expérience dans le domaine de lutte contre le terrorisme pour aider ses pairs africains à relever ces défis. 

Les pays membres de l’UA devront aussi bénéficier des fortes relations économiques et politiques que le Maroc a tissé avec l’Union européenne, du statut du Royaume en tant que membre du dialogue entre l’OTAN et la Méditerranéen ainsi que de son statut privilégié d’allié majeur des Etats-Unis en-dehors de l’OTAN. 

L’Afrique devra tirer profit de ces relations du Maroc pour renforcer sa coopération, notamment militaire avec ces acteurs puissants, ajoute le journal. 

Dans sa profonde analyse du retour du Maroc au sein de l’UA, le Daily Maverick s’intéresse à la situation au Maghreb, soulignant que l’interférence de l’Algérie dans la question du Sahara a entravé l’intégration économique dans la région. 

Ce manque d’intégration freine les énormes opportunités de développement notamment dans des secteurs à forte valeur-ajoutée qui peuvent avoir un impact salutaire au niveau de la réduction de la pauvreté et la création d’emplois non seulement dans la région du Maghreb mais à travers tout le continent, argumente le journal. 

La publication souligne, dans cette veine, que le Maroc est déjà l’un des hubs économiques les plus importants dans le continent africain. Le retour du Royaume au sein de l’UA devra à coup sûr renforcer ce statut du Maroc, indique le journal, qui cite les pas importants franchis par le Maroc notamment au niveau du développement de ses infrastructures de base avec la construction du Port Tanger-Med et l’élargissement de l’aéroport de Casablanca. 

Ces deux exemples démontrent les grandes possibilités que le Maroc offre pour le renforcement du commerce intracontinental et l’encouragement des flux des investissements en Afrique, indique le journal, soulignant qu’en tant que membre de l’UA, le Maroc sera bien positionné pour servir de relais d’aide au développement des projets d’infrastructure en Afrique. 

La publication rappelle, dans ce contexte, l’accent mis par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans Son discours devant le 28è sommet de l’UA, qui s’est tenue les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, sur l’importance du projet du gazoduc Afrique Atlantique, lancé récemment avec le Nigeria. 

Le développement économique rapide réalisé par le Maroc durant les 20 dernières années place le Royaume parmi les quelques pays africains qui s’imposent comme modèle de développement pour le reste du continent, souligne le quotidien, qui met en avant la place distinguée du Maroc dans le monde arabo-musulman. 

Il s’agit de nouveaux atouts d’une grande importance stratégique pour l’UA, bien partie pour capitaliser sur le retour du Maroc en son sein. 

Les Marocains de Norvège se félicitent du retour du Maroc à l’UA

La branche norvégienne de la coordination des Marocains de Scandinavie et d’Europe du Nord s’est félicitée, jeudi, de la réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine (UA). 

Dans un communiqué parvenu à la MAP, le collectif associatif dit avoir appris "avec fierté" la nouvelle du retour du Royaume à l’organisation panafricaine, "fruit des actions diplomatiques initiées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI". 

Les Marocains de Norvège ont salué dans le même contexte les initiatives d’envergure lancées par le Souverain en vue de consacrer la dimension africaine du Royaume et promouvoir son ouverture sur le continent qui a plus que jamais besoin d’union, d’interdépendance et de complémentarité afin de stimuler l’effort de développement durable. 

De par sa position géopolitique en tant que passerelle entre l’Europe et l’Afrique, le Maroc s’impose comme un acteur incontournable au service du rayonnement du continent sur les plans économiques et politiques dans le concert des nations, souligne le texte. 

A cet égard, la coordination a précisé que les efforts incessants de SM le Roi ont été déterminants dans le processus de réintégration du Maroc dans sa famille institutionnelle, au sein de laquelle Rabat assumera un rôle édifiant dans les domaines économique et politique. 

Elle a noté que cet évènement traduit la pertinence des initiatives phares lancées aux échelles régionale, continentale et mondiale par le Royaume sous le leadership du Souverain.

Ce retour à l’UA atteste, en outre, de la place de choix qu’occupe le Maroc dans le continent et de l’échec de toutes les manoeuvres orchestrées en vue de l’empêcher de retrouver son siège au sein de l’organisation panafricain, fait observer le communiqué.

Le collectif associatif estime que le défi à relever sera désormais de resserrer les rangs des pays africains dans le but de servir les intérêts communs et les questions vitales du continent. 

Tout en saluant les succès de la politique étrangère du Royaume au cours des dernières années, les Marocains de Norvège ont fait part de leur disposition à se mobiliser pour la promotion et la défense des causes du Maroc à l’échelle continentale et internationale dans le cadre de la vision clairvoyante de SM le Roi.

Avec le retour du Maroc, l'UA retrouve son équilibre et son poids sur le plan international (chercheur à l’Université de Qatar)

Avec le retour du Maroc, l’Union africaine (UA) retrouve son équilibre et son poids à l’échelle internationale, a déclaré le chercheur soudanais, Mohamed El Amine Moussa.

Dans une déclaration à la MAP, l’enseignant des sciences de l’information à l’université de Qatar a expliqué que ce retour du Royaume à l’UA revêt une grande importance pour le continent africain en premier lieu et permet à l’union de retrouver son équilibre et son poids sur le plan international, surtout que le Maroc a toujours été "un modèle exceptionnel d’un Etat ancré en Afrique sur les plan civilisationnel, culturel et économique", tout comme il a été "un pionnier en matière de réalisation de transition démocratique en douceur, de consécration de l’Etat des institutions et de gestion de la diversité culturelle et géographique".

Et de poursuivre que la réintégration du Royaume ne peut être qu’enrichissante pour le continent sachant que le Maroc "est connu à travers les siècles pour sa dynamique africaine ancrée depuis l’ère de Feu SM Hassan II" qui disait que "le Maroc est un arbre dont les racines plongent en Afrique et qui respire par ses feuilles en Europe".

Le Maroc ne s’est pas ancré en Afrique uniquement à travers sa civilisation, mais aussi à la faveur de ses investissements économiques et culturels dans le continent, en oeuvrant à fournir l’enseignement et la formation aux ressources humaines africaines à travers des conventions bilatérales, a-t-il dit.

Le chercheur soudanais, qui a poursuivi ses études au Maroc, s’est en outre attardé sur les bénéfices et les avantages qu’apportera ce retour du Royaume à l’UA, soulignant dans ce sens, que le Maroc dispose de "ressources humaines connues pour leur riche savoir, d’une expérience modèle dans le développement des zones marginalisées, comme c’était le cas pour sa région sud durant les quatre dernières décennies", outre "sa politique pilote en matière de sécurité de l’eau, ses expériences et ses politiques réfléchies qui manquent à la plupart des pays africains".

Le Maroc revient au sein de sa famille africaine en mettant à la disposition des Etats membres de l’UA "son savoir-faire dans le domaine de la gestion d’une véritable économie fondée sur la production créative et la mobilisation des ressources naturelles et humaines, ainsi que son expertise cumulée en matière de négociation et de coopération avec l’Occident et l’Orient, en général, et avec l’Europe en particulier", a conclu le chercheur soudanais.

Les réactions à Washington saluent “le leadership fort et audacieux” de Sa Majesté le Roi au service d’une Afrique fière et décomplexée

Le retour victorieux du Maroc au sein de l’Union africaine, sa famille institutionnelle, a été largement commenté à Washington que ce soit par les cercles officiels ou par les prescripteurs d’opinion les plus influents qui n’ont pas manqué de saluer “le leadership fort et audacieux” de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au service d’une Afrique fière de son patrimoine et de ses capacités humaines et naturelles et décomplexée dans son ambition de s’arroger la pleine maitrise de sa propre marche vers le progrès et la prospérité. 

Le Maroc, estiment-ils, a aujourd’hui fait “l’ample démonstration de sa force de projection économique, politique et en matière de maintien de la paix au service des aspirations légitimes des peuples africains”, le Royaume, en nation respectée et écoutée dans le concert des nations, étant également disposé à faire bénéficier le continent de sa position privilégiée en tant que hub entre l’Europe et les Amériques vers les pays africains. 

Réagissant au retour du Royaume au sein de l’UA, le Département d’Etat américain a tenu à féliciter et à saluer, à ce propos, le “fort leadership” de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui a “permis au Royaume de retrouver la place qui lui revient de plein droit au sein de la famille institutionnelle du continent africain”. 

“Nous pensons, a poursuivi la diplomatie américaine, que le retour du Maroc à l’Union africaine contribuera positivement à davantage d’intégration économique, politique et sociale en Afrique, ainsi qu’à la stabilité et à la sécurité du continent”. 

Autorité reconnue en matière des questions géostratégiques africaines, le vice-président de l’influent think tank US, Atlantic Council, Peter Pham, a affirmé, dans une déclaration à Voice Of America, que le retour du Maroc au sein de l'Union africaine constitue un tournant dans la vie de ce groupement régional, et une rupture avec les pratiques qui ont si longtemps tenu le continent africain en otage. "Il faut se rendre à l’évidence, l’UA a une envergure toute autre avec le Maroc en son sein, ce dernier étant le deuxième plus grand investisseur sur le continent, ainsi qu’un contributeur majeur aux différentes missions de maintien de la paix en Afrique". 

Le Maroc apporte ainsi à ce groupement régional son modèle distinctif de stabilité et sa stature en tant que havre de paix et de rayonnement d’un Islam tolérant et ouvert porté par l’aura spirituelle de Sa Majesté le Roi, Commandeur des croyants. Le retour du Royaume au sein de l’UA a pour vertu de rectifier une injustice historique qui a été perpétrée à l’encontre du Royaume et de rendre, par conséquent, l’Afrique plus forte avec le Maroc en son sein. 

Commentant ce retour acté par Sa Majesté le Roi, le journal américain des milieux des affaires, le Wall Street Journal, a noté que la réintégration du Maroc au sein de l'UA, sa famille institutionnelle, représente le retour d'une "puissante économie" au sein de ce groupement régional. Au moment même où l’Afrique cherche à s’affranchir des pesanteurs de la finance internationale et des "tendances isolationnistes", l'organisation panafricaine gagne avec le retour du Maroc un pays "bien connecté" à l'international, souligne le journal dans un article signé Martina Stevis et Gabrielle Steinhauser. 

Tout en Mettant en avant la coopération du Royaume avec les Etats Unis dans la "guerre contre la terreur", les auteurs de cette analyse font observer que le Maroc se distingue par son émergence en tant que "puissance économique et politique significative" sur le continent, jouissant d'une stature internationale particulière. 

Pour Jordan Paul, expert US des questions législatives aux congrès des Etats Unis, le retour du Maroc est un “signal fort de la place de choix qu’occupe le Maroc en Afrique grâce au leadership visionnaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI”. 

“Grâce au leadership fort et audacieux du Souverain et à Son engagement de la première heure en faveur des aspirations légitimes du continent et de l’Homme africain pour le progrès, la prospérité et l’épanouissement, a fait observer M. Paul, le Maroc avait conclu près d’un millier d’accords avec les pays africains, depuis l’an 2000, touchant les différents domaines de coopération, comme l’avait souligné Sa Majesté le Roi dans Son discours devant le 28ème sommet de l'UA”. 

La projection multiforme de la stratégie Royale en Afrique porte notamment sur la sécurité alimentaire, le développement durable, la promotion de la petite et moyenne entreprise, la médiation pour la résolution des conflits, et l’accueil des migrants et réfugiés, a rappelé l'expert US, dans ce contexte. 

“Le Maroc est fermement engagé pour la construction de l’avenir de l’Afrique et pour la réalisation des aspirations des africains. Comme l’a si justement souligné le Département d’Etat, le retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle contribuera positivement à davantage d’intégration économique, politique et sociale en Afrique, ainsi qu’à la stabilité et à la sécurité du continent, ce qui par conséquent lui permettra de jouer un plus grand rôle encore sur la voie de la consécration de la place du continent à l’international”, a conclu Jordan Paul. 

Le retour du Maroc à l’UA illustre “le leadership visionnaire et audacieux” de Sa Majesté le Roi (Expert US)

Le retour du Maroc à l’Union africaine, sa famille institutionnelle, “illustre le leadership visionnaire et audacieux” de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et renseigne sur “la place de choix qu’occupe le Royaume sur le continent africain”, a déclaré jeudi à la MAP, Jordan Paul, un expert américain des questions législatives au congrès des Etats-Unis. 

“Le retour du Maroc porte ainsi le sceau du leadership visionnaire et audacieux du Souverain et renseigne sur la place de choix qu’occupe le Royaume sur le continent africain en tant que force agissante de paix, de progrès et de propagation d'un Islam tolérant et ouvert”, a souligné M. Paul. 

Grâce au “leadership fort et audacieux de Sa Majesté le Roi et à Son engagement de la première heure en faveur des aspirations légitimes du continent et de l’Homme africain, a fait observer M. Paul, le Maroc a conclu près d’un millier d’accords avec les pays africains, depuis l’an 2000, touchant les différents domaines de coopération, comme l’avait souligné le Souverain dans Son discours devant le 28ème sommet de l'UA”. 

La projection multiforme de la stratégie Royale en Afrique porte notamment sur la sécurité alimentaire, le développement durable, les grands projets structurants, la promotion de la petite et moyenne entreprise, la médiation pour la résolution des conflits et l’accueil des migrants et réfugiés, a-t-il rappelé. 

“Le Maroc est fermement engagé pour la construction de l’avenir de l’Afrique et pour la réalisation des aspirations des Africains. Comme l’a si justement souligné le Département d’Etat, le retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle contribuera positivement à davantage d’intégration économique, politique et sociale en Afrique, ainsi qu’à la stabilité et à la sécurité du continent, ce qui par conséquent lui permettra de jouer un plus grand rôle encore sur la voie de la consécration de la place du continent à l’international”, a conclu Jordan Paul. 

Conseil de l'Europe : La présidente du Congrès des pouvoirs locaux se félicite de la réintégration du Maroc à l’Union Africaine

La présidente du Congrès des pouvoirs locaux du Conseil de l’Europe, Gudrun Mosler-Törnström s’est félicitée, mercredi, de la réintégration du Maroc à l’Union africaine après 33 ans d’absence. 

"Le Royaume du Maroc s’est récemment engagé dans le chantier ambitieux de la régionalisation, de la décentralisation, et du renforcement de la gouvernance démocratique locale et régionale, auquel le Congrès a apporté sa contribution", a-t-elle rappelé, dans une déclaration parvenue à la MAP.

"Dans ce contexte, je salue la réintégration du Maroc à l’Union africaine", a-t-elle indiqué, se disant confiante que "le retour" du Royaume à l’organisation panafricaine "lui permettra de poursuivre encore davantage son processus de décentralisation, en coopération avec les autres pays du continent".

Après avoir rappelé que l’UA s’est dotée en juin 2014 d’une Charte Africaine des Valeurs et des Principes de la décentralisation, de la Gouvernance Locale et du Développement Local, elle a assuré que le Congrès "se tient prêt à accompagner le Maroc ainsi que les autres pays de l’Union Africaine avec son expertise et ses propres outils, tels que la Charte européenne de l’autonomie locale".

Mme Mosler-Törnström a déclaré, par ailleurs, qu’elle espère voir le Maroc accéder très prochainement au statut de Partenaire pour la Démocratie Locale, établi par le Congrès en octobre 2014.

Jack Lang : le discours royal à Addis Abeba, un discours historique qui marque le plein épanouissement des actions accomplies par SM le Roi en Afrique

Le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le sommet de l'Union Africaine (UA) à Addis Abeba est un discours historique et puissant qui marque le plein épanouissement des actions accomplies par le Souverain en Afrique, a affirmé le président de l’Institut du Monde Arabe et ancien ministre français de la Culture, Jack Lang. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Lang s’est dit ému et très touché par le discours royal, rappelant que SM le Roi a affirmé qu’"il est l'heure de rentrer à la maison" qu’il n’a jamais quittée en réalité.

Ce discours, caractérisé par son ton et riche en valeurs humaines, témoigne de l’amour du Souverain pour l’Afrique et Son attachement au développement du continent, a-t-il relevé, mettant en avant la présence spirituelle, intellectuelle et politique du Maroc en Afrique sous la conduite éclairée de SM le Roi.

Le discours d’Addis Abeba témoigne que SM le Roi est en pleine harmonie avec ce qu’Il entreprend depuis des années en Afrique en pleine fidélité avec la Constitution marocaine qui affirme avec force le caractère africain du Maroc, a fait observer M. Lang, saluant l’action d'un homme Etat qui conçoit un grand projet et une ambition forte pour ce continent. 

SM le Roi mène depuis plusieurs années ce combat vers l’Afrique pour assurer une présence rayonnante du Royaume dans le continent, a affirmé l’ancien ministre français, mettant par ailleurs en exergue l’hospitalité remarquable du Maroc à travers notamment sa politique d’accueil des migrants subsahariens.

D'autre part, M. Lang s’est réjoui du retour "élégant" du Maroc au sein de l’UA, soulignant qu’il s’agit d’un moment qui réchauffe le cœur et riche de promesses pour le futur. 

Le retour du Maroc à l'UA, un avènement historique à plus d’un titre (Pdt de la région de Dakhla)

Le président du Conseil de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Al khattat Ynja, a mis en avant la portée du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), le qualifiant d’évènement historique à plus d’un titre.

Dans une déclaration à la MAP, M. Ynja a souligné tout l’intérêt pour le continent africain de tirer profit de l’expérience marocaine, relevant que le retour du Maroc à sa place naturelle au sein de l’Union africaine confortera le rôle de premier plan du Royaume à l’échelle continentale.

Il a mis en exergue, à ce propos, le contenu et la portée du discours royal devant les participants au 28è sommet des présidents et chefs de gouvernements des pays de l’Union africaine tenu dans la capitale éthiopienne, notant que ce discours royal résume toute la vision du Maroc en ce qui concerne la coopération Sud-Sud.

Tout en soulignant l’attachement constant du Maroc à l’Afrique, il a indiqué que le retour du Royaume dans le giron africain est de nature à renforcer le développement dans les pays du continent.

(MAP-02/02/2017)

La diplomatie marocaine "réussie" menée par SM le Roi a permis au Maroc de reprendre sa place au sein de l'UA (Total News)

La diplomatie marocaine "réussie" que mène SM le Roi Mohammed VI a permis au Maroc de reprendre sa place au sein de l’Union africaine (UA), souligne l’agence de presse argentine indépendante "Total News".

Dans un article intitulé "Jour historique pour l’Afrique, le Maroc revient à l’Union africaine", l’agence indique que le Maroc a quitté l’organisation de l’Unité africaine (OUA) il y a près de trois décennies, "mais le Royaume n'était en aucun cas en dehors des affaires de l'Afrique" comme en témoigne la visibilité du Maroc en termes de coopération avec les pays et les peuples africains.

Dans ce contexte, Adalberto Carlos Agozino, expert en sciences politiques et auteur de l’article, revient sur les différentes initiatives du Maroc, dont l’octroi de bourses d’études à plusieurs étudiants africains, aux fins de leur offrir une formation académique et professionnelle pour mieux servir leurs pays.

Le Maroc, poursuit "Total News", a contribué à la résolution des conflits armés que connaissent plusieurs points chauds en Afrique à travers la participation à des missions de maintien de la paix des Nations unies.

Le Royaume a montré sa solidarité et son engagement dans la résolution des problèmes africains à plusieurs reprises, comme en témoignent ses efforts diplomatiques pour pacifier et stabiliser les pays qui connaissent des turbulences, affirme l'article.

Au cours des dernières années, SM le Roi Mohammed VI a effectué des visites fréquentes vers 25 pays africains, ce qui a permis d’établir des relations de confiance et d’amitié avec plusieurs dirigeants africains, outre la signature d’une centaine de conventions dans divers domaines, poursuit l’agence argentine, en précisant que lors de ces visites, SM le Roi s’est informé des problèmes dont souffre chaque pays et a contribué, à hauteur des moyens du Royaume, à y trouver des solutions.

De plus, le Maroc est devenu le premier investisseur en Afrique de l’Ouest et le deuxième au niveau du continent, tandis que la compagnie aérienne Royal Air Maroc assure des vols vers 22 destinations africaines, se réjouit l’auteur, relevant que SM le Roi a également combattu les mauvaises interprétations de l'Islam, à travers la création de la Fondation Mohamed VI des oulémas africains et l'Institut Mohammed VI de formation des imams morchidines et morchidates.

Rappelant l’initiative solidaire du Royaume à la faveur de la régularisation de 25.000 migrants, originaires d’Afrique sub-saharienne, l’agence soutient que toutes ces actions ont créé les conditions pour que de nombreux pays africains exigent le retour du Maroc au sein de sa famille africaine.

L’article revient également sur le contenu du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI mardi, lors des travaux du 28ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’UA, dans lequel SM le Roi a affirmé que "le Maroc ne rentre pas dans l’Union Africaine par la petite, mais par la grande porte".

Le retour du Maroc à l'UA par la grande porte, un couronnement de la diplomatie royale pionnière 

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) par la grande porte constitue un événement important et naturel qui consacre la maturité de l'approche politique, diplomatique et de développement adoptée par SM le Roi Mohammed VI depuis son intronisation, a indiqué Mohcine Idali, enseignant-chercheur à la faculté des Lettres et des Sciences humaines à Béni Mellal.

Cette politique diplomatique embrasse les dimensions géographique, économique, sociale et religieuse, a noté M. Idali dans une déclaration à la MAP, soulignant que la diplomatie royale s’est distinguée par sa compétence et son ouverture sur les grandes causes du continent et la défense de ses intérêts politique, économique et stratégique, selon une approche gagnant-gagnant et en prenant en considération l'ensemble des citoyens africains.

La récupération par le Maroc de son siège au sein de l’UA, avec le soutien d’une majorité écrasante des pays africains, est le fruit d’une vision stratégique et d’un grand effort consenti par la diplomatie royale au cours des dernières années, a rappelé l’enseignant universitaire.

Les développements géostratégiques actuels ont prouvé l’importance du Maroc au sein du continent africain, en tant que porte d'entrée de plusieurs économies vers l'Afrique, outre le rôle spirituel assuré par le Royaume dans l'ensemble de la région, notamment après la recrudescence du phénomène d’extrémisme et de terrorisme, a relevé M. Idali. Il a de même noté que la nouvelle politique migratoire, instaurée par le Souverain et visant la régularisation de la situation des immigrés installés au Maroc, est une initiative unique en son genre qui a été saluée par plusieurs pays africains et non africains, et qui traduit l'intérêt qu'accorde le Royaume à l’Afrique et à ses peuples.

Par ailleurs, le chercheur a indiqué que les actions du Maroc dans le continent africain reflètent la volonté réelle du projet porté par le Maroc qui vise le développement du continent dans le cadre du respect, de l’égalité, de la justice et de l’humanisme.

Selon lui, le nombre important des conventions signées récemment par le Maroc et touchant différents domaines de développement est un signe fort de la détermination du Royaume à contribuer au développement du continent africain.

Malgré sa sortie de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) en 1984, le Maroc a toujours marqué sa présence historique, religieuse, géographique et socio-économique, assurant la défense des causes africaines sur les scènes internationales, que cela concerne la participation des casques bleus marocains aux opérations de maintien de la paix dans les zones de tension en Afrique, les questions de développement via d'importants projets d’investissement, ou encore les questions sociales ayant trait notamment à l'immigration et la pauvreté, a-t-il relevé.

Le retour du Maroc à l'UA, un couronnement mérité de l'effort diplomatique de SM le Roi 

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est le couronnement mérité de l'effort diplomatique et de développement initié par SM le Roi Mohammed VI depuis son accession au Trône, a affirmé le président de la région Rabat-Salé-Kénitra, Abdessamad Sekkal.

Ce retour est à classer parmi les moments forts de la diplomatie marocaine dans les dernières décennies, a souligné M. Sekkal dans une déclaration à la MAP, estimant qu'il aura des résultats importants dans la consolidation du leadership du Royaume et consacrer son unité territoriale.

Le retour triomphal du Maroc au sein de l'organisation panafricaine consolide davantage la portée africaine du Royaume et sa vision positive dans la consolidation des partenariats dans le continent et confirme l'intime conviction des États africains de son rôle moteur, a-t-il fait observer, saluant la portée du Discours Royal devant le 28ème Sommet de l’UA à Addis-Abeba.

Ce Discours Royal a été très fort et clair, consacrant le rôle essentiel du Maroc et l'approche que le Souverain ne cesse de confirmer dans chacune de ses interventions caractérisées par leur langage sincère, fort et réitérant la portée africaine du Maroc", a estimé le responsable territorial.

L’Égypte salut le retour "historique" du Maroc à la famille institutionnelle africaine (ambassade d’Égypte à Rabat)

La République arabe d’Égypte a salué le retour "historique" du Maroc à la famille institutionnelle africaine et l'approbation de l’adhésion du Maroc à l'Union africaine (UA).

L'ambassadeur de l’Égypte au Maroc, Ahmed Ihab Jamal Eddine, a félicité, dans un communiqué de l'ambassade d’Égypte à Rabat, le Royaume, "Roi, peuple et gouvernement, à l'occasion du retour historique du Maroc à la famille institutionnelle africaine, et l'approbation de l’adhésion du Maroc à l'Union africaine".

A cette occasion, l’ambassadeur a souligné que "l’Égypte, à la lumière des relations de fraternité et d'amitié fortes et enracinées profondément dans l'histoire qui la lient avec le Royaume du Maroc frère, a été à l'avant-garde des pays qui ont soutenu ce retour".

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi "a exprimé, lors du discours qu’il a adressé à la Présidente de la Commission de l'UA, le 16 novembre dernier, l'accueil et l’acceptation par l’Égypte de la demande du Royaume du Maroc à adhérer à l'UA", et a souligné que le Maroc "est l'un des États fondateurs de l'Organisation de l'unité africaine en 1963 et que l’Égypte aspire à ce que cette étape représente un tournant positif dans le processus de l’action africaine commune, au service de l'intérêt collectif des peuples du continent africain", a indiqué l'ambassadeur.

Il a noté que le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a confirmé, lors de la séance du Sommet africain tenue lundi à Addis-Abeba et durant laquelle a été examinée la demande du Maroc, "le soutien de l’Égypte à l'adhésion du Maroc à l'UA et son retour à sa place naturelle parmi ses frères africains.

L’Égypte se dit confiante que le retour du Maroc constituera une valeur ajoutée concrète et efficace de l’action africaine commune et contribuera, sans doute, à affirmer "notre identité africaine partagée et préparer un cadre unique de l'action collective africaine, afin de réaliser les intérêts du continent dans tous les domaines et renforcer l'unité et la cohésion de ses peuples", selon le communiqué.

Le retour du Maroc à l'UA est un important atout pour l’action africaine et la présence arabe dans le continent (QNA)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) constitue un important atout en faveur de l’action africaine et pour la présence arabe dans le continent, souligne l’Agence de presse qatarie (QNA), notant qu’il s’agit là d’"un pas dans le bon sens".

Dans un article publié mercredi, l’Agence indique que ce retour illustre aussi l’importance des groupements économiques et politiques, au moment où la région du Moyen-Orient et l’Afrique sont exposées à des pressions croissantes en raisondes mutations rapides sur la scène internationale.

Rappelant que 39 pays membres de l’UA ont soutenu le retour du Maroc, la même source relève qu’à l’étape actuelle, il est inadmissible que l’un des principaux membres fondateurs de l’Union africaine reste en dehors de cette organisation panafricaine.

Et l’Agence d’ajouter que les pays de l’Union commencent à voir dans le retour du Maroc en tant que membre actif dans l’organisation une nécessité impérieuse, eu égard au rôle qu’il peut jouer dans le soutien des positions du continent à l’échelon international et la contribution avec les expertises qu’il a cumulées au développement de ces pays.

L’Agence note que la décision du retour du Maroc de nouveau pour reprendre ses activités formelles au sein de l’Union africaine et les instances affiliées ne peut être mesurée par les critères de gain et de perte pour une partie sans l’autre, faisant remarquer que l’histoire politique et économique du Maroc et sa vison pour l’Afrique confirment sans nul doute que le retour est conforté par le principe gagnant-gagnant.

L'article relève qu’en dépit de son retrait de l’UA, le Maroc a demeuré un acteur puissant au sein du continent noir, rappelant dans ce sens sa contribution à la stabilité et à la paix dans plusieurs pays africains, ses aides humanitaires au temps des crises et des catastrophes naturelles et humanitaires, les partenariats établis et les nombreux investissements.

L’Agence met l’accent aussi sur les liens religieux qui unissent depuis des années les musulmans de l’Afrique et du Maroc, et sur les multiples visites effectuées par SM le Roi Mohammed VI dans de nombreux pays africains, prônant une nouvelle approche dans la coopération avec le continent africain, à savoir la coopération dans le développement humain.

Et de poursuivre que malgré l’absence, le Maroc est resté '’un carrefour des marchés mondiaux’’ et ses relations avec les pays du continent puisent dans une approche stratégique renouvelée et intégrée fondée sur le développement des relations économiques et commerciales selon l’axe Sud-Sud, tout en encourageant l’Afrique à compter sur ses propres capacités et en oeuvrant à consacrer ces relations à travers des échanges dans les domaines religieux, humanitaire et de développement.

L’Agence met également l’accent sur les échanges commerciaux qui ont atteint durant la période allant de 2004 à 2014 entre 10 et 37 milliards de dirhams, avec un volume d’exportations vers l’Afrique subsaharienne évalué à 7,11 milliards de dirhams en 2013 contre 2,2 milliards en 2003.

La même source ajoute que la stratégie du Maroc, appuyée par une présence large et soutenue du secteur bancaire local sur le marché africain, lui a permis, outre la promotion des programmes de développement humain, de devenir en l’espace de quelques années le deuxième plus grand investisseur africain dans le continent après l’Afrique du Sud.

Passant en revue certains aspects de la richesse de ces relations en dépit de la présence du Maroc en dehors de l’Union africaine, l’Agence rappelle la forte contribution du Royaume au projet de gazoduc Africain Atlantique pour le transport du gaz des pays producteurs d’Afrique de l’Ouest vers l’Europe, ce qui est de nature à contribuer à la restructuration du marché régional d’électricité et à constituer une source principale d’énergie.

Sur le plan logistique, le rapport de l’Agence souligne que le Maroc a conservé la solidité de ses relations dans les domaine de la paix et de la sécurité dans le continent avec sa participation, depuis son indépendance, à six opérations des Nations unies pour le maintien de la paix en Afrique, notant que des troupes marocaines se trouvent actuellement en Centrafrique et en RD Congo, outre les médiations marocaines dans le continent qui ont contribué efficacement à établir la paix, notamment en Libye et dans la région du fleuve Mano (Libéria, Guinée et Sierra Leone).

Le rapport mentionne également les initiatives du Maroc dans le domaine de l'aide financière à l'Afrique, en particulier la décision d'annuler, lors de la conférence Euro-Afrique en 2000, la dette totale des pays africains les moins développés, et l'exemption de leurs produits exportés les plus importants des droits de douane, outre son adhésion en 2001 à la CEN-SAD (Communauté des États sahélo-sahariens) et sa proposition de l'idée de partenariat entre l'Afrique de l'Ouest et l'Union du Maghreb, devant être un prélude à un dialogue tripartite entre l’Europe, l’Afrique et le Maghreb.

Et pour conclure, l’Agence met en avant l’accueil réservé au retour du Maroc à l’Union africaine aux niveaux international, arabe et africain, puisqu’il s’agit d’une ‘’décision sage’’ à même de permettre au Maroc de jouer le rôle qui est le sien au sein du continent, affirmant que ce retour est historique et un pas sur la voie de l’unité, de la stabilité et du développement du continent africain.

Le retour du Maroc à l'UA, le couronnement de l’engagement royal en faveur de l’Afrique 

Le franc soutien, apporté par les leaders africains au retour du Maroc à l'Union africaine (UA), vient couronner l’engagement de SM le Roi Mohammed VI en faveur de l’Afrique, a affirmé l’expert des questions du sahel et du Sahara, Abdelfattah El Fatihi.

Dans une déclaration à la MAP, M. El Fatihi a relevé que la demande de réintégration du Maroc à l’Union africaine a révélé au grand jour tout le respect et la grande estime que vouent les Africains à l’Auguste personne de SM le Roi Mohammed VI.

Et de poursuivre que "l’accueil chaleureux réservé à SM le Roi Mohammed VI est révélateur à plusieurs égards de la confiance placée par les Africains dans les actions pionnières de SM le Roi Mohammed VI à l’échelle continentale".

Il a indiqué, à ce propos, que le soutien africain sans équivoque au retour du Maroc est la preuve de la confiance et de la crédibilité dont jouit le Royaume en Afrique, et de son statut d’interlocuteur crédible à l’échelle mondiale.

Pour M. El Fatihi, les réactions favorables exprimées par les grandes capitales et les institutions mondiales quant au retour du Maroc prouvent tout le poids politique du Maroc, le leadership de SM le Roi et l’estime dont il jouit en Afrique et auprès des institutions internationales.

La réintégration du Maroc à l'Union africaine saluée au Conseil de l’Europe

La réintégration du Maroc à l'Union Africaine (UA) a été saluée, mercredi, par plusieurs hauts responsables du Conseil de l’Europe qui ont exprimé leur appréciation positive pour l’action du Maroc.

Ces déclarations ont été exprimées au Consul général du Maroc, chargé du Conseil de l’Europe, Mohamed Arrouchi lors des entrevues qu’il a tenues avec le Secrétaire général du Conseil, Thorbjorn Jagland, la Secrétaire générale adjointe du Conseil, Gabriella Battaini Dragoni et le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Pedro Agramunt.

M. Jagland a ainsi souligné l’importance du multilatéralisme, estimant que le renforcement aussi bien de l’UA que du Conseil de l’Europe est "très appréciable". 

"Nous avons une histoire commune, un défi commun et un futur commun", a-t-il dit, affirmant qu’il apprécie l’évolution que connait le Maroc à la faveur des réformes entreprises et que le Royaume est "un exemple pour le reste du monde".

Pour sa part, Mme Battaini-Dragoni s’est félicitée du retour du Maroc à l’Union africaine, estimant qu’il s’agit là d’un "moment historique et d’un pas important". Elle s’est également félicitée de l’évolution de la coopération du Maroc avec le Conseil de l’Europe qui, a-t-elle dit, est "une belle histoire".

De son côté, M. Pedro Agramunt a qualifié la réintégration du Maroc à l’Union africaine de "très bonne nouvelle".

Ces entrevues ont également été l’occasion pour aborder divers aspects des relations entre l’organisation paneuropéenne et le Maroc ainsi que des perspectives de l’enrichissement de ce partenariat à la faveur du retour du royaume à l’Union africaine.

Le retour du Maroc à l'UA confirme la volonté royale d’œuvrer avec les pays africains pour la défense des valeurs nobles 

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) confirme la force et la volonté royale d’œuvrer, avec les pays africains, pour la défense des valeurs nobles, a affirmé le Club diplomatique marocain.

Ce retour renforcera davantage le Royaume dans la défense de ses intérêts suprêmes, depuis l'intérieur de l'organisation panafricaine, et à leur tête la question de l'intégrité territoriale, a souligné le Club dans un communiqué.

Le Maroc place, à la tête de ses priorités, la coopération distinguée entre les membres de l'Union dans un esprit gagnant-gagnant et avec pour objectifs de préserver la sécurité et la stabilité des pays membres et la prospérité du citoyen africain, a ajouté la même source.

Le Club diplomatique marocain a suivi avec fierté et intérêt le discours royal, porteur de riches significations, prononcé par le Souverain devant les Chefs d’État et de gouvernement présents à Addis-Abeba dans le cadre du 28è Sommet de l’UA, après le retour victorieux et triomphal du Royaume au sein de l'Union, indique le communiqué, faisant savoir que le Club demeure mobilisé pour défendre les valeurs sacrées et intérêts suprêmes du Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi.

Le retour du Maroc à l'UA reflète la vision stratégique de SM le Roi pour développer les relations du Royaume avec les pays africains (parlementaire péruvien)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) reflète la vision stratégique de SM le Roi Mohammed VI pour le développement des relations du Royaume avec les pays africains, a souligné le président du groupe d’amitié parlementaire Pérou-Maroc, Rolando Reategui Flores.

Le retour du Maroc au sein de l’UA est "une victoire pour le Royaume, qui est de nature à apporter de grands bénéfices pour le continent africain", a-t-il précisé dans un communiqué parvenu au pôle Amérique du Sud de la MAP.

Avec ce retour, le Maroc sera un important allié pour le renforcement des relations commerciales du Pérou avec les pays africains, a précisé M. Reategui Flores, ajoutant que le retour du Royaume au sein de sa famille africaine permettra de réaliser une intégration régionale entre l’Afrique et l’Amérique latine, eu égard au fait que le Maroc est un portail d’accès sur les marchés africains.

Se félicitant du contenu du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI lors des travaux du 28ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’UA, le parlementaire péruvien a salué le choix du Maroc d'emprunter la voie de la solidarité, de la paix et de l’unité.

SM le Roi Mohammed VI, une personnalité centrale capable d'unifier les rangs africains (parlementaire argentin)

SM le Roi Mohammed VI est une personnalité centrale capable d’unifier les rangs africains et d’ériger des ponts de coopération entre l’Afrique et l’Amérique latine, a affirmé le député argentin Mario Domingo Barletta.

Dans une déclaration à la MAP, M. Barletta a relevé que SM le Roi est "une personnalité centrale capable d’unifier les rangs africains et d’ériger des ponts de coopération entre l’Afrique et l’Amérique latine", en soulignant l’importance de la présence effective du Souverain lors des travaux du 28ème Sommet de l’Union Africaine, ainsi que des liens entre le Royaume et plusieurs pays africains.

De l’avis du député argentin, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine est un événement important qui est de nature à ouvrir des horizons prometteurs pour l’approfondissement de la coopération Sud-Sud, surtout que le Maroc a choisi, depuis des années, de mener une politique d’ouverture sur le monde.

Le continent africain et l’Amérique latine sont confrontés aux mêmes défis dans le contexte d'une conjoncture mondiale difficile et compliquée, a-t-il encore dit.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Le retour du Maroc au sein de l'UA renforcera les efforts consentis dans le domaine de la migration (Chef de mission de l'OIM)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) renforcera les efforts consentis dans le domaine de la migration, a indiqué Mme Ana Fonseca, Chef de Mission de l'Organisation internationale de la migration (OIM) au Maroc, saluant les importantes réalisations du Royaume dans ce domaine.

Un communiqué de la Chambre des conseillers indique que lors d'une rencontre, tenue mardi à Rabat, avec Ahmed Touizi, membre du bureau de la Chambre, Mme Fonseca a réitéré la disposition de l'OIM à œuvrer de concert avec l'institution législative pour la consolidation et la protection des droits des migrants.

De son côté, M. Touizi a rappelé l'ouverture de la Chambre des conseillers sur toutes les initiatives visant à promouvoir les droits des migrants et des réfugiés au Maroc et en Afrique, affirmant que SM le Roi Mohammed VI accorde un intérêt tout particulier au dossier de l'immigration.

Le Maroc a été précurseur dans la mise en place d'une politique nationale de migration en exécution des Hautes Orientations Royales, a-t-il souligné, affirmant que la Chambre des conseillers place cette question parmi ses priorités.

Le retour à l’UA, un succès politique et diplomatique majeur pour le Royaume (Centre d'études portugais)

Le retour du Maroc à la famille africaine est un succès politique et diplomatique majeur pour le Royaume, a affirmé le directeur du Centre des études luso-marocaines et africaines à Lisbonne, Mostafa Zekri.

C’est l'aboutissement logique et espéré d'une politique visionnaire mise en oeuvre depuis quelques années par le Royaume qui n'a jamais tourné le dos à ses racines civilisationnelles dont il s'est inspiré pour son entreprise de modernisation politique, économique et culturelle, a souligné M. Zekri dans une déclaration à la MAP.

Les réformes politiques, économiques et sociales entreprises par le Maroc depuis des années, ne peuvent que bénéficier à toute la famille africaine, a-t-il poursuivi, soulignant dans ce sens que les enjeux géopolitiques actuels montrent le réalisme et le pragmatisme de la vision marocaine au sujet de sa politique africaine.

M. Zekri, qui est également professeur de sciences sociales à l’université Lusofona à Lisbonne, a fait observer que la conjoncture internationale est très favorable à la position marocaine, rappelant qu’au niveau continental, la majorité écrasante des États membres ont soutenu vivement la volonté du Royaume.

Le Maroc réintègre l'UA avec l'idée de partage et l'ambition de participer activement à la consolidation de l'union des africains, un objectif fondamental de la restructuration de l'organisation panafricaine tant désirée par tous les États membres, a-t-il relevé.

Pour cet universitaire luso-marocain, le Royaume peut ainsi apporter son expérience pour aider dans cette réforme, renforcer cette union et sa crédibilité sur la scène internationale, contribuer à réduire les dysfonctionnements au sein de l'organisation et la rendre plus proche des préoccupations et des intérêts des citoyens africains.

Aussi, avec son action directe, sa politique participative et intégrée, le Royaume défendra-t-il son intégrité territoriale, a-t-il conclu.

Le vice-Premier ministre des Affaires étrangères satisfait de la participation de la RDC au Sommet de l’UA

Le vice Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okutundu s’est dit satisfait de la participation de la RDC au Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernements à Addis Abeba, siège de cette institution en Ethiopie, à sa descente d’avion mercredi à l’aéroport international de N’djili. 

Ce sommet axé sur les réformes institutionnelles, le renouvellement de la commission et l’adhésion du Maroc, a permis aux Chefs d’Etat et de gouvernements d’évaluer l’institution, a laissé entendre le chef de la diplomatie congolaise. 

Selon lui, un constat a été fait sur le fonctionnement de l’UA caractérisé par une lourdeur dans l’exécution des décisions des Chefs d’Etat qui ont exigé la culture des résultats et une rigueur dans le choix du président et du vice-président. Il a en outre évoqué la déficience dans le fonctionnement des institutions de l’UA qui sont financées à 60% par les partenaires, notamment l’UE. 

A cet effet, les dirigeants africains ont décidé de l’autofinancement de l’institution par l’instauration d’une taxe de 0,2 % des produits à l’importation et la contribution des Etats membres pour garantir l’indépendance dans le fonctionnement de l’UA. 

M. Okitundu a rappelé également le succès de l’élection du président, du vice-président de la commission de l’UA ainsi que celle de la commission paix et sécurité de cette institution pour laquelle la RDC a été trop sollicitée avant d’adhérer à l’opinion de la majorité ayant porté le choix sur le Tchadien en faveur du Président Idriss Deby qui s’est beaucoup impliqué pour la paix en RDC. 

C’était également une occasion pour les dirigeants africains d’appeler les trois membres permanents africains au Conseil de sécurité de parler au nom de l’Afrique et non individuellement, a dit le vice-Premier ministre. 

Ils ont également, selon lui, déploré l’absence de l’Afrique parmi les cinq membres du Conseil de sécurité. Le continent a revendiqué cette présence à l’occasion du Sommet de l’UA au risque de boycotter la prochaine Assemblée générale, a indiqué le chef de la diplomatie congolaise. 

Tête-à-tête She Okitundu Antonio Guterres Le vice-Premier ministre a dit avoir eu un tête-à-tête avec le nouveau Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Cette institution entretient un dialogue stratégique avec la RDC dans le cadre de la MONUSCO (Mission des nations unies pour la stabilisation au Congo) qui compte quelque 20. 000 hommes en RDC. 

Il était opportun de le rencontrer dès l’entame de son nouveau mandat et réfléchir autour de l’évaluation de l’efficacité de cette mission, en vue de la restauration de la paix en RDC, a affirmé M. Okitundu. 

Ce dernier a dit avoir parlé également avec le nouveau SG des Nations Unies du fonctionnement du bureau du Haut-commissariat des NU pour les droits de l’homme en RDC. « J’ai tenu à rappeler avec fermeté » au SG des NU que le bureau du Haut- commissariat aux droits de l’homme établi à Kinshasa a pour mission première de protection et de promotion des droits de l’homme «et non pour faire des tapages médiatiques basés sur des dénonciations », a-t-il affirmé, avant d’appeler à un dialogue permanent avec le gouvernement. 

A cette occasion, il a évoqué les rapports avec l’UE tels que définis par la charte de Cotonou. Il existe un dialogue permanent entre la RDC et l’UE, a indiqué le vice-Premier ministre, reconnaissant un partenariat stratégique avec la RDC, mais voulu dans un respect mutuel, car la RDC n’est pas prête « à recevoir des instructions de l’UE », a-t-il dit, avant de renchérir que «l’UE donne l’impression de se comporter comme une autorité supranationale qui donnerait des instructions à la RDC » qui, a-t-il fait remarquer, souhaite un partenariat franc, respectueux de la souveraineté de la RDC.

Une délégation parlementaire nigérienne salue le retour du Maroc à l'UA 

Une délégation parlementaire nigérienne a salué le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA), lors du 28ème Sommet de l'UA à Addis-Abeba, affirmant que le Royaume joue un rôle important dans le développement et le renforcement de la paix et de la stabilité du continent.

La délégation nigérienne, qui s'est entretenue, mercredi à Rabat, avec Mme Neila Tazi, 5-ème vice-président de la Chambre des conseillers, s'est félicitée des relations historiques solides unissant le Royaume du Maroc et la République du Niger, et de la contribution considérable du Maroc au développement du continent, à travers notamment le renforcement des échanges d'expertise et d'expériences, indique un communiqué de la deuxième Chambre.

Dans ce cadre, les membres de la délégation parlementaire nigérienne ont émis le souhait de voir leur pays bénéficier de l'expérience marocaine pionnière en matière de promotion des droits de l'Homme et de l'égalité homme-femme. 

De son côté, Mme Neila Tazi a mis l'accent sur l'importance de ce genre de visite dans le renforcement de la coopération entre les parlements des deux pays, ainsi que l'échange d'expertise et d'expériences sur les questions d'intérêt commun.

La rencontre a été aussi l'occasion de mettre en avant les acquis enregistrés au Maroc dans le domaine de la promotion des droits de la femme et de l'égalité des genres favorisant la participation des femmes à la vie politique et économique ainsi qu'au processus de démocratisation, soulignant l'importance de l'arsenal juridique adopté dans ce domaine et l'évolution de la représentativité de la femme au sein de l'institution législative.

Mme Tazi a également donné un aperçu sur la nouvelle composition de la Chambre des conseilles, sa représentativité des différentes composantes de la société et son rôle dans la promotion de l'approche genre.

Le retour du Maroc à l'UA de nature à consolider le partenariat et la cohésion entre les pays africains

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) est de nature à consolider les liens de coopération et la cohésion entre les pays africains, dans le cadre d'un partenariat gagnant-gagnant, a souligné l’enseignant-chercheur à la faculté des lettres et des sciences humaines de Meknès, Rachid Benomar.

M. Benomar a mis en avant, dans une déclaration à la MAP, le dynamisme du Maroc en matière de coopération avec les pays africains, tel que souligné par le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l’UA à Addis-Abeba.

Ainsi, le Souverain a mis en exergue les initiatives marocaines en faveur du renforcement des relations bilatérales avec les pays africains, illustrant, chiffres à l'appui, la multiplication du nombre de conventions de coopération et de partenariat conclus dans ce cadre de 2000 à nos jours, en nette progression par rapport à la période 1956-1999, relève l'universitaire, affirmant qu'il s'agit là de données très significatives. 

Ces chiffres, a-t-il expliqué, reflètent de manière concrète le sérieux dont fait preuve le Maroc pour booster le développement socio-économique de l’Afrique et immuniser le continent contre les dissensions et les divisions.

Dans le même sens, le discours royal a aussi mis en avant les projets structurants lancés par le Maroc en Afrique, notamment le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Royaume, à travers plusieurs pays d’Afrique de l’ouest, a souligné M. Benomar, précisant que ce projet tend à valoriser la richesse africaine et à accélérer les projets d’électrification au profit des populations du continent.

Le domaine agricole, déterminant pour la sécurité alimentaire de l'Afrique, a également occupé une place importante dans le discours de SM le Roi, a noté M. Benoamr, ajoutant que le Souverain a mis en avant les recommandations de la COP22, initiée du 7 au 18 novembre dernier à Marrakech, relatives à la rationalisation des ressources hydriques et leur impact positif sur le secteur agricole des pays africains, assurant que le Maroc veille à transférer son expérience en la matière aux pays africains afin de contrecarrer la pauvreté et la précarité dont souffrent certains pays.

Les contributions du Maroc en faveur du continent touchent également les efforts pour la paix et la sécurité, ainsi que la question de l'immigration. Dans ce sens, affirme M. Benomar, le discours royal n'a pas manqué de souligner les initiatives marocaines en matière de maintien de la paix dans certains pays africains, à travers la participation des contingents des Forces armées royales à plusieurs missions de paix onusiennes, notamment en République centrafricaine en RD Congo, tout en rappelant l’importance du lancement par le Maroc de la deuxième phase de régularisation de la situation des ressortissants africains.

Le retour victorieux du Maroc dans l'UA illustre clairement l'engagement de SM le Roi en faveur d'une Afrique prospère et unie (presse ivoirienne)

Le retour victorieux du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) illustre clairement l'engagement de SM le Roi Mohammed VI en faveur d'une Afrique prospère et unie, rapporte la presse ivoirienne dans sa livraison de ce mercredi.

Ce retour triomphal du Maroc dans sa famille naturelle, illustre clairement la vision éclairée et sage du Souverain et Son engagement personnel en faveur d’une Afrique prospère, développée et unie, souligne-t-on, notant que le Royaume a été hautement accueilli au sein de l’institution panafricaine.

Ainsi, sous le titre : '’SM le Roi Mohammed VI, hier à Addis-Abeba : Le Maroc rentre dans l’Union Africaine par la Grande Porte’’, le journal +Nord Sud Quotidien+ écrit que le 28è Sommet de l’UA s’est achevé hier dans la capitale éthiopienne, avec un discours de SM le Roi Mohammed VI, dont le pays, le Maroc fait son retour dans l’organisation Continentale africaine.

Dans ce sillage, le journal réserve un large espace de sa livraison à la publication de l’intégral du discours Royal prononcé par le Souverain devant les Chefs d’Etat et de gouvernement présents à Addis-Abeba dans le cadre de ce 28è Sommet de l’UA.

Dans ce discours, SM le Roi Mohammed VI a souligné que ‘’le Maroc rentre dans l'Union Africaine (UA) par la "grande porte", comme en témoigne l'accueil chaleureux réservé par les frères africains au retour du Royaume à cette institution panafricaine. 

"Le Maroc ne rentre pas dans l’UA par la petite, mais par la grande porte. L’accueil chaleureux que nos frères africains nous réservent aujourd’hui en témoigne", a affirmé le Souverain, invitant, avec enthousiasme, les nations africaines à s’associer au dynamisme du Maroc et à donner un élan nouveau au Continent africain tout entier.

Et le Souverain d’expliquer que le Maroc a pour ambition d'apporter sa contribution à l’agenda des activités de l'Union Africaine (UA), d'agir pour fédérer et à aller de l’avant et "C’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership".

Par ailleurs, le quotidien +Le Patriote+ publie une interview avec l’ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, M. Abdelmalek El Kittani dans laquelle, le diplomate marocain rappelle que bien que le Royaume avait quitté l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) en 1984, le Maroc n’a jamais tourné le dos à l’Afrique et qu’il demeure un pays africain foncièrement attaché à ses racines africaines.

M. El Kettani a mis en avant également les multiples déplacements effectués par SM le Roi Mohammed VI dans plusieurs pays africains, lesquels ont été couronnés par la signature et la mise en oeuvre de centaines d’accords de coopération et de partenariat, dont les grands bénéficiaires sont les jeunes.

Et de poursuivre que ces accords ont permis l’éclosion de projets structurants, de projets d’infrastructures concernant les secteurs de la santé, de l’éducation, et de la formation, entre autres. ‘’Tout cela est un investissement à long terme. Ces projets permettent d’enraciner le Maroc davantage dans son Continent. Aujourd’hui, le retour du Maroc au sein de l’UA est la résultante logique de toute cette démarche mais aussi, un aboutissement sur le plan diplomatique’’, a fait remarquer M. El Kettani.

Il s’agit également, selon les dires du diplomate marocain, d’un nouveau point de départ pour aller encore plus loin dans la collaboration avec l’Afrique, réitérant l’engagement sans faille du Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, et grâce à sa diplomatie ‘’dynamique et active’’ et ‘’diplomatique’’, dans tout le continent, en vue de faire profiter les populations africaines de son expertise et son savoir-faire dans divers domaines.

‘’Le Maroc prône la stabilité, l’union et le développement et c’est dans ce sens que s’inscrit le retour du Maroc à l’Union Africaine, pour prôner ce discours volontariste, serein et humaniste pour le bien-être des populations’’, a dit M. El Kettani, notant que le Royaume intègre ainsi l’UA pour une ère nouvelle, faite de progrès et de prospérité pour tous les peuples du continent.

Le diplomate marocain a, en outre, mis en exergue le grand développement que connait le Royaume en général et les provinces du sud du Maroc en particulier, dans tous les domaines, grâce aux investissements engagés par le Royaume, dans l’optique de garantir le confort et le bien-être des populations autochtones.

Il a aussi mis l’accent sur la régionalisation avancée lancée par le Maroc, avec un focus sur les avantages du projet d’autonomie des provinces du sud sous souveraineté du Maroc en tant que solution ‘’juste’’, ‘’crédible’’ et ‘’sage’’ au conflit artificiel autour du Sahara marocain. 

Le retour du Maroc à l’UA est le fruit d’un long processus historique 

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) est le fruit d’un long processus historique surtout après l’année 2000 avec la signature d’un grand nombre d’accords de coopération entre le Royaume et plusieurs pays africains, a affirmé El Mahjoub Darbali, enseignant du Droit public à la Faculté polydisciplinaire d’Errachidia. L’intérêt qu’accord le Maroc à l’Afrique ne date pas d’aujourd’hui mais il vient couronner les efforts indéniables du Royaume au service du développement du continent, a indiqué M. Darbali dans une déclaration la MAP, mettant en évidence l’importance du discours historique prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28è sommet de l’UA à Addis-Abeba, et dans lequel le Souverain a affirmé "c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership".

SM le Roi a également souligné, à cette occasion, que le Maroc a choisi la voie de la solidarité, de la paix et de l’union, réaffirmant l’engagement du Royaume en faveur du développement et de la prospérité des citoyens africains, a rappelé l’enseignant universitaire.

Selon lui, le retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine est très bénéfique pour le continent en ce sens que le Royaume accueille un grand nombre d’émigrés africains ainsi que des étudiants qui poursuivent leurs études universitaires dans des filières de formations pointues et bénéficient de l’expertise avérée du Maroc dans les domaines du développement.

La réintégration du Maroc au sein de la famille africaine vise, en outre, à permettre aux pays du continent de réaliser le développement humain durable escompté, a-t-il enchainé.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale qu’abrite la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Trente-neuf pays se sont exprimés, lundi, en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Le retour du Maroc au sein de l’UA renforcera son rôle de trait d’union entre l’Afrique et l’Amérique Latine (ancien ministre des AE du Pérou)

Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) renforcera le rôle du Royaume en tant que trait d’union essentiel entre l’Afrique et l’Amérique Latine, a affirmé l’ancien ministre des Affaires étrangères du Pérou, Luis Gonzales Posada.

"Le Maroc constitue la passerelle naturelle de l’Afrique vers l’Amérique Latine et son retour aujourd’hui au sein de l’Union Africaine est un moment historique qui permettra au Royaume de jouer son rôle historique et culturel de passerelle reliant le continent africain à l’Amérique Latine", a-t-il déclaré à la MAP.

M. Posada, qui a occupé le poste de président du parlement péruvien, a salué les importantes réformes constitutionnelles menées au Maroc, sous la conduite de SM le Roi, en soulignant l’intérêt qu’accorde le Souverain au renforcement des liens de coopération entre l’Afrique et cette région du monde, d'autant plus, dit-il, que le temps est venu pour une union entre l’Amérique Latine et l’Afrique.

Le Maroc est parvenu à réaliser des progrès économiques et sociaux considérables bien qu’il ne possède ni gaz ni pétrole, a poursuivi M.Posada, notant que le Royaume a été en mesure de réaliser d’importantes avancées dans divers domaines et a établi un modèle démocratique très respecté en Amérique Latine.

L’ancien titulaire du portefeuille de la justice a, en outre, relevé que la place qu’occupe le Maroc dans son espace régional, sa stabilité politique et l'action de SM le Roi Mohammed VI constitueront un important apport à l’UA.

 

Rachida Dati : le Maroc a retrouvé sa ‘’place naturelle’’ au sein de l’Union africaine 

Le Maroc, qui est membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine, a retrouvé sa ‘’place naturelle’’ au sein de l’Union africaine, a affirmé l’eurodéputée Rachida Dati. ‘’Membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine, le Maroc a retrouvé sa place naturelle au sein de l’institution, porté par un discours historique pour l'Afrique de SM le Roi Mohammed VI’’, a souligné Mme Dati, dans un communiqué, relevant que c’est par des ‘’mots forts, qui résonnent dans le cœur de chaque Marocain et de tous les Africains, que SM le Roi marque la refondation de l’Union Africaine’’.

Elle a fait remarquer que ‘’le soutien massif des pays africains pour le retour du Maroc au sein de l’UA prouve à quel point l’UA avait besoin du Royaume, de sa vision et de son leadership’’.

‘’Le Maroc a toujours eu des relations privilégiées avec ses pays frères africains’’, a-t-elle ajouté, notant que comme l’a si justement souligné le Souverain, près d’un millier d’accords ont été conclus depuis 2000, au cours de 46 visites royales. A ses yeux, cet ‘’évènement historique a certes une portée marocaine, mais la portée est historiquement africaine’’. ‘’L’Afrique se montre aujourd’hui au monde entier telle qu’elle est : unie, ambitieuse et courageuse. Ce signal est fort. Il était attendu depuis longtemps par les Africains et redouté par tant d’Occidentaux, qui ont longtemps cru qu’ils pouvaient écrire l’histoire de l’Afrique à la place des Africains’’, a-t-elle poursuivi. ‘’D’Europe, nous nous réjouissons de cette décision, convaincus comme SM le Roi Mohammed VI que les +peuples d’Afrique ont les moyens et le génie+, ensembles, de porter une Afrique prospère. À nous Européens de considérer ce moment historique à sa vraie valeur, en renforçant notre coopération avec ce continent qui porte le sceau de l'espoir pour le 21-ème Siècle, pour les Africains et les Européens’’, a conclu Mme Dati.

Le Maroc a réintégré l'Union africaine lundi, soutenu par une majorité écrasante de pays frères et amis du continent.

Le Bahreïn se félicite du retour du Maroc à l'UA

Le Royaume du Bahreïn s’est félicité, mercredi, du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) lors du 28ème sommet de l’organisation panafricaine, tenu les 30 et 31 janvier dans la capitale éthiopienne.

Dans un communiqué, le ministère bahreïni des Affaires étrangères a indiqué que ce pas réfléchi qui est le fuit d’une politique sage et consciente, va dans l’intérêt du continent africain et est susceptible de contribuer à la promotion de la coopération entre le Royaume du Maroc et les Etats membres de l’organisation panafricaine et au renforcement de l’action africaine commune.

Après avoir salué le rôle important que joue le Maroc sur les plans régional et international, le ministère a souligné que ce retour à l’UA permettra au Royaume de "poursuivre les efforts qu’il déploie pour le soutien du processus de consécration de la sécurité et de la paix, contribuant ainsi à consolider la capacité de l’Union africaine en vue de faire face aux différents défis et réaliser les aspirations de ses peuples à davantage de progrès et de prospérité".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc à l'UA, une grande réalisation et une étape historique dans le processus des relations extérieures du Royaume (Fassi Fihri)

Le retour victorieux du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) constitue "une grande réalisation, une très importante percée et une étape historique dans les relations extérieures marocaines", a souligné le conseiller de SM le Roi, Taib Fassi Fihri.

M. Fassi Fihri, qui était mardi l'invité du journal du soir de la première chaîne de télévision "Al Oula", a indiqué que cette réalisation intervient "grâce à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, à toutes Ses initiatives, Ses visites dans les pays africains, et au suivi personnel effectué au quotidien par le Souverain, concernant les développements de ce dossier ainsi qu'aux contacts directs menés avec plusieurs dirigeants africains, ces dernières années".

M. Fassi Fihri a précisé, dans ce cadre, que "plusieurs dirigeants africains auxquels SM le Roi a rendu visite, ces derniers mois, en particulier ceux d’Ethiopie, du Nigeria, du Rwanda et de la Tanzanie ont joint leurs voix à celles des pays amis traditionnels du Maroc, parmi les pays d’Afrique de l’ouest et d’Afrique centrale, ce qui a permis de réaliser cette percée et parvenir à cette majorité écrasante".

Les réactions internationales, à tous les niveaux, que ce soit celles exprimées par des dirigeants politiques, au niveau continental, ou celles des observateurs et des analystes, ont souligné que cette décision est "historique", a-t-il relevé, ajoutant que l’accès à cette nouvelle étape intervient "grâce aux efforts de SM le Roi, et au fait que la majorité écrasante des pays africains ont soutenu, défendu et encouragé le retour du Royaume du Maroc à sa famille africaine".

Il a ajouté que "la présence du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine aux côtés de ses frères nous offre aujourd'hui, l'occasion de faire tout notre possible afin de parvenir aux objectifs fixés par SM le Roi".

Dans ce contexte, M. Fassi Fihri a souligné que SM le Roi va poursuivre sa stratégie globale vis-à-vis de l'Afrique sur le plan bilatéral et régional au niveau des ensembles économiques africains, et aujourd'hui au niveau continental et "ce dans le cadre d'un processus complémentaire ayant un effet positif sur la position du Maroc et la préservation de ses intérêts supérieurs".

Le conseiller de SM le Roi a rappelé à cet égard que "depuis 2000, le Souverain avait arrêté une vision globale et claire des relations extérieures du Maroc", fondée sur 3 piliers : "- le renforcement et la consolidation des relations avec les partenaires traditionnels (pays du Golfe arabe frères, l’UE et les Etats-Unis d’Amérique), - la diversification du partenariat sur la base du respect mutuel, le bénéfice commun et l’égalité" précisant "qu’il n’y a plus de grands pays qui s’imposent aux autres" et le 3ème pilier concerne "la coopération Sud-Sud".

S’agissant de cette dimension, M. Fassi Fassi a cité les propos tenus à maintes reprises par SM le Roi dans lesquels le Souverain assure qu’en dépit des inconvénients du colonialisme, 50 ou 60 ans après le recouvrement par les pays africains de leur indépendance, "l’Afrique doit aujourd’hui avoir confiance en elle, assumer ses responsabilités, et les pays africains doivent coopérer entre eux et construire eux-même le processus de développement africain".

M. Fassi Fihri a dans ce cadre rappelé le discours prononcé par SM le Roi à Abidjan, en Côte d'Ivoire, dans lequel le Souverain a souligné que l'"Afrique dispose d'énormes potentialités qui, malheureusement, n'ont pas été exploitées jusqu'à présent, et que l'intégration africaine tant au niveau régional que continental est devenue une nécessité".

Il s’agit là de l'essence du partenariat Sud-Sud qui signifie que "chaque pays doit partager avec l’autre ses expertises, toutes ses potentialités et son expérience afin de construire ensemble quelque chose de nouveau, à laquelle on ne peut parvenir sans cette action de partenariat", relève M. Fassi Fassi.

Le conseiller de SM a précisé que la coopération Sud-Sud avec les pays africains n’est pas couteuse pour le budget de l’Etat et "qu’elle ne consistait nullement à enlever quelque chose au citoyen marocain pour l’offrir aux frères d’Afrique subsaharienne", bien au contraire, cette action "offre de nouvelles opportunités, est bénéfique pour le tissu économique marocain, dans toutes ses composantes, et aura par conséquent un impact positif sur le citoyen marocain, aux niveaux économique, social et dans le domaine de l’emploi », a-t-il précisé.

Il a ajouté qu'" avant de coopérer avec un partenaire en dehors du continent, il est nécessaire pour les pays africains de coopérer d'abord entre eux afin de réaliser certains projets gigantesques et structurants".

Il a indiqué à ce sujet que SM le Roi a évoqué, dans Son discours devant le 28è sommet de l'UA, le projet du gazoduc reliant le Nigeria et le Maroc, via plusieurs pays de l'Afrique de l'ouest, l'initiative "Triple A", lancée par le Royaume lors du Sommet mondial sur le climat (COP22) à Marrakech pour renforcer l'adaptation de l'agriculture aux changements climatiques, tout en soulignant que le continent africain "dispose d'énormes potentialités et de vastes superficies aptes à l'agriculture qu'il faut exploiter et financer, outre l'échange des expériences dans ce domaine".

Par ailleurs, lors de son passage télévisé, M. Fassi Fihri a déclaré qu’" en dépit des interprétations et des lectures erronées que certains pourraient donner à sa réponse en tant que conseiller de SM le Roi sur les déclarations faites dernièrement par M. Hamid Chabat concernant la Mauritanie", il tenait, "dans un souci de transparence et d’information utile sur les questions fondamentales suivies par tous les marocains et auxquels ces derniers accordent une grande importance", à indiquer que ces déclarations ont "effectivement créé des problèmes à la diplomatie marocaine" lors du Sommet d’Addis Abeba. Et M. Fassi Fihri de poursuivre que "les délégations africaines présentes au sommet ont informé la délégation marocaine que nos adversaires, une poignée de pays, a utilisé ces déclarations pour combattre le retour du Maroc". Ces "propos irresponsables ont été exploités" pour tenter de ternir l’image du Maroc qui, selon eux, "adopterait une politique hégémoniste, ne respecterait pas la légalité internationale et les frontières internationales avec la Mauritanie".

Il a rappelé que "SM le Roi avait eu, sur le champ, un entretien téléphonique avec le président mauritanien et avait dépêché auprès de lui une importante délégation présidée par le Chef du gouvernement". Il a ajouté qu’heureusement "tout le monde est convaincu de la crédibilité dont jouit SM le Roi et de Son attachement au droit international et Son respect du voisinage et des relations distinguées entre le Maroc et la Mauritanie".

Enfin, le conseiller de SM le Roi a rappelé que "les Chefs d'Etat et de gouvernement de 28 pays africains avaient signé, en juillet dernier lors du Sommet de l'UA à Kigali, au Rwanda, une motion saluant le retour du Royaume au sein de la famille africaine, soulignant en même temps leur forte détermination de suspendre la présence de la république fantomatique de l'UA".

Le retour du Maroc à l'UA reflète le leadership du Royaume (Association polonaise)

Le retour triomphal du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) a une charge historique et reflète la vision du Royaume sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI et son leadership dans l'arène régionale et continentale, a mis en évidence, mercredi, l’Association des Amis du Royaume du Maroc en Pologne.

Ce retour au sein de sa famille institutionnelle africaine est "le triomphe de la vérité, de la logique et de la réalité", a souligné l’association, affirmant que le Royaume, fort de ses positions constantes, de sa politique sage et de sa croissance économique, constitue un lien essentiel dans la réalité et l'avenir du continent africain.

Cette réintégration, chaleureusement accueillie aux niveaux international et continental, témoigne de la volonté du Maroc à renforcer la présence africaine sur la scène internationale et à faire entendre la voix du continent tout comme elle reflète la forte mobilisation et l’engagement de SM le Roi en faveur de la paix, de la sécurité et du développement en Afrique.

Le discours adressé par le Souverain devant le 28e sommet de l’UA est porteur d'idées courageuses en faveur de l’ensemble du continent africain pour assurer son développement socio-économique et garantir la paix, la sécurité et la stabilité ainsi que la défense des causes africaines justes, a ajouté l’association.

Le soutien fort et massif au retour du Maroc à l’UA confirme, si besoin est, la crédibilité internationale et continentale du Royaume et sa détermination inébranlable à consolider la coopération africaine commune et à donner un nouveau concept aux relations entre les pays du Sud.

La présence du Maroc au sein de l’Union mettra à nue les mensonges et les fausses allégations de discours obsolètes véhiculés par les ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc qui entravaient la marche du continent vers davantage de progrès, de développement et de prospérité, a relevé l’association.

Le Discours royal d'Addis-Abeba, un message d'amour sincère pour l'Afrique 

Le discours prononcé mardi par SM le Roi Mohammed VI devant le 28è sommet de l'Union Africaine (UA), est un message d'amour sincère envers le continent africain.

"Le discours de Sa majesté le Roi est un message d'amour sincère et d'action sérieuse pour bâtir un avenir solidaire et sécurisé dans le continent africain", a déclaré M. Ahmed Moufid, professeur du droit constitutionnel et des sciences politiques à la faculté de droit à Fès.

Il a précisé que ce "discours historique" augure une nouvelle ère dans le continent africain et constitue un "véritable tournant" pour l'avenir de ses peuples et pays. 

Le chercheur a souligné la clarté, la sincérité et la force de ce discours empreint de beaucoup d'émotions et de réalisme et qui constitue, en même temps, une feuille de route pour l'avenir du continent africain.

Aux yeux de M. Moufid, le discours a mis l'accent sur les liens forts existant entre l'Afrique et le Royaume, qui a été toujours un acteur agissant dans le développement et la préservation de la paix et la sécurité dans le continent.

Dans ce sens, il a rappelé le nombre important de visites effectuées par le Souverain dans plusieurs pays et les conventions signées notamment dans les domaines de l'énergie, de l'agriculture et la formation.

Le chercheur a expliqué que ce discours est porteur d'un grand nombre de messages concernant l'avenir des groupements régionaux, notamment l'Union Maghreb Arabe, dont la flamme s'est éteinte parce que la foi dans un intérêt commun a disparu et l'élan mobilisateur de l’idéal maghrébin se trouve "trahi".

La Suisse salue le retour du Maroc au sein de l'Union africaine

La Suisse a salué mercredi le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) lors de son 28ème sommet à Addis-Abeba, affirmant que cette décision consolide les rangs de l'organisation continentale. "La région a besoin d’organisations régionales inclusives et fortes", a souligné le porte-parole du département fédéral suisse des Affaires étrangères, George Farago, dans une déclaration à la MAP.

Le Maroc a réintégré l'Union africaine lundi, soutenu par une majorité écrasante de pays frères et amis du continent.

L’Union européenne s'est de son côté déclarée "impatiente" de travailler avec Rabat en vue de consolider le partenariat croissant avec l'Afrique, après le retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle.

Un porte-parole de l'UE a affirmé mardi que le Maroc et l'UA sont des "partenaires clés" pour Bruxelles, relevant que "la coopération et l'intégration régionales sont cruciales pour la prospérité, la stabilité et la paix".

Le retour du Maroc à l'UA, prélude d'une nouvelle étape prometteuse pour confirmer davantage son ancrage à ses racines africaines (Benchamach)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) constitue le prélude d’une nouvelle étape prometteuse qui confirme davantage l'ancrage du Maroc à ses racines africaines et consacre les relations de partenariat tissées sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, a souligné, mercredi, le Président de la Chambre des conseillers, M. Hakim Benchamach.

Le plus important défi pour les différentes institutions, gouvernement, Parlement et toutes les instances concernées, après le retour du Maroc à l’UA, consiste à poursuivre l’action dynamique et forte, en s’inspirant des actions diplomatiques entreprises par SM le Roi, dans le respect des engagements du Maroc vis-à-vis de ses frères africains et en donnant un contenu humain et solidaire aux relations du Royaume avec les pays africains, a-t-il déclaré à la MAP.

En dépit de la sortie du Maroc de l’OUA au début des années 80 pour des raisons judicieuses, le Royaume a été tout au long de cette période présent avec force en Afrique, a-t-il relevé, rappelant que lors de la dernière décennie, se sont multipliées les initiatives et les actions diplomatiques menées et conduites par le Souverain et qui ont préparé les conditions du retour mérité et victorieux du Royaume au sein de l’UA.

Le discours de SM le Roi devant le 28è sommet de l'UA à Addis-Abeba, augure d’une étape historique forte et prometteuse, aussi bien pour le Maroc que pour l’Afrique, a-t-il souligné, assurant qu’une nouvelle page s’est ouverte pour le Maroc et le continent africain en vue de faire entendre sa voix. Il a à cet égard assuré que le continent a réuni aujourd'hui tous les fondements qui lui permettent d’avoir une voix entendue "dans un monde très dur aux multiples défis".

Le retour du Maroc à l'UA, une victoire de la diplomatie marocaine (journal égyptien)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) constitue une victoire de la diplomatie marocaine, écrit le quotidien égyptien +Al Yaoum Assabie+, notant que ce retour du Royaume à sa famille institutionnelle vise en premier lieu le renforcement de la coopération économique avec l'Afrique.

Il s'agit d'une victoire pour la diplomatie marocaine qui a consenti des efforts colossaux auprès des voisins africains afin de mobiliser soutien et appui à ce retour, rapporte le journal dans sa livraison du mercredi, ajoutant que le Maroc constitue une puissance économique influente en Afrique.

En prélude à ce retour triomphal du Royaume à l'UA, poursuit le journal, SM le Roi Mohammed VI avait effectué plusieurs tournées dans le continent, afin de renforcer la position du Maroc, notamment au Nigeria, en Ethiopie, au Kenya, à Madagascar, en Tanzanie et au Rwanda.

La publication fait observer, dans ce sens, que le Maroc a misé, dans ce dossier, sur son poids économique à travers le renforcement des investissements marocains dans les capitales visitées par le Souverain, en particulier en Afrique de l'Ouest, ajoutant que le Maroc est l'un des principaux partenaires commerciaux du Sénégal, du Mali, de la Guinée du Gabon, de la Côte d'Ivoire et du Nigeria.

Il est le premier investisseur dans l'Afrique de l'Ouest, selon les estimations officielles qui relèvent que les investissements marocains dans les pays de la région représentent la moitié des investissements étrangers, ajoute la même source.

Le Maroc, dont l'Afrique constitue sa profondeur stratégique, vise en retournant au sein de l'UA à renforcer la coopération économique, fait remarquer le journal, faisant remarquer que la recrudescence du phénomène du terrorisme dans le continent requiert davantage de coordination entre le Maroc et les pays de la région, sous l'égide de l'UA, afin de renforcer les efforts visant à mettre un terme à ce fléau et consolider la paix.

Visite Royale au Soudan du Sud : Une consécration des principes de solidarité et de coopération Sud/Sud prônés par SM le Roi

La visite officielle entamée mercredi par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en République du Soudan du Sud est une nouvelle consécration des principes de co-développement, de solidarité et de coopération Sud/Sud, prônés par le Souverain depuis Son accession au Trône de Ses Glorieux Ancêtres. 

Cette visite, la première de SM le Roi à ce pays d’Afrique orientale, illustre le choix opéré par le Royaume, sous la conduite éclairée du Souverain, de diversifier ses partenariats et de conférer à sa politique africaine une portée continentale et globale, sur la base des principes de solidarité, de coopération et du respect mutuel.

Qualifiée d’historique par de nombreux observateurs, cette visite, qui ouvrira une nouvelle page dans les relations entre Rabat et Djouba, vient conforter la vision royale d’une Afrique capable d’assurer son propre développement et de changer par elle-même son destin, grâce à la forte détermination de ses peuples, à leurs potentialités humaines et à leurs ressources naturelles.

Le déplacement royal en terre sud-soudanaise qui intervient au lendemain du retour triomphal du Royaume au sein de sa famille institutionnelle africaine, permettra au Maroc de faire bénéficier la jeune République du Soudan du Sud de son expertise et de son savoir-faire accumulés au fil des années dans divers domaines. C’est le cas, tout particulièrement, des questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme. L’expérience marocaine, largement reconnue sur le plan international et sollicitée par de nombreux pays, serait mise au service de la sécurité et de la stabilité du Soudan du Sud.

Comme à l’accoutumée, le volet social et humanitaire ne manquera pas d’imprégner et de marquer cette visite par de nouvelles actions en faveur de la population locale.

En ce sens, force est de souligner que le déploiement, sur Hautes Instructions de SM le Roi, d'un Hôpital de campagne multi-spécialités à Juba, au profit des populations de ce pays, s’inscrit dans la tradition humanitaire panafricaine du Royaume, et constitue l’axe central de la solidarité active du Maroc avec le peuple frère de la République du Soudan du Sud.

La visite du Souverain au Soudan du Sud ne manquera également pas de donner une forte impulsion aux relations politiques et économiques, encore embryonnaires, entre les deux pays, comme elle permettra aux deux parties de convenir d’actions concrètes devant participer à la promotion d’une coopération bilatérale renforcée, diversifiée et mutuellement avantageuse.

Cette visite sera également l’occasion pour les deux pays de mettre en place un cadre juridique étoffé et opérationnel, à même de structurer une collaboration fructueuse et une coopération Sud-Sud pour l’avenir, pragmatique et solidaire, construite autour de l’échange d’expériences et le partage d’expertise.

Elle permettra aux deux pays de joindre leurs efforts pour apporter des réponses appropriées et audacieuses aux multiples défis auxquels ils sont confrontés, notamment aux questions de paix et de sécurité, de démocratie et de bonne gouvernance, de développement économique et d'autres questions d'intérêt commun et à caractère sensible et prioritaire.

Le retour du Maroc UA ouvre des perspectives économiques prometteuses au continent (médias polonais)

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA) contribuera à la réunification du continent et lui ouvrira des perspectives économiques prometteuses, ont souligné mercredi des médias polonais.

Les retrouvailles sont complétées avec le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle africaine, un retour qui ne sera que bénéfique pour l'ensemble du continent et lui permettra de tirer profit des acquis économiques importants du Royaume, affirme "Radio Polo" sur son édition en ligne.

Ce retour triomphal sera à même de soutenir la promotion de l'unité africaine et des efforts conjoints pour relever les défis posés au continent afin de répondre aux aspirations de leurs sociétés, a-t-elle relevé.

Et d’estimer que le continent africain est dans le besoin pressant d’initiatives unifiées pour faire face aux problèmes actuels dans divers aspects, politique, économique, social et sécuritaire et d’aspirer à construire un avenir prometteur face aux transformations profondes que connait le monde.

Et sous le titre "le Maroc complète l'Union africaine", le site d’informations "Wiadomosci" souligne que cette réintégration à l’UA met fin à une absence de plus de trente ans, qui a "impacté unité Afrique", et permettra au continent de parler d’une même voix et d’agir avec une action unifiée pour prendre une nouvelle voie dont le continent avait le plus grand besoin et faire face à tous les défis dans le présent et à l'avenir.

La détermination du Maroc et de la majorité des pays africains à soutenir l'unité a été atteint avec le retour du Royaume à l'Union africaine, écrit, pour sa part, l’édition en ligne de la chaine polonaise "TVP", affirmant que ce come-back est historique surtout que le Maroc est l'un des pays fondateurs de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA).

M. Mezouar : la réintégration du Maroc à l'UA, un moment plein d'espoir pour le continent

La réintégration du Maroc à l'Union Africaine (UA) est un jour d'histoire et un moment plein d’espoir pour le continent, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Salaheddine Mezouar. 

"C’est un grand jour. Je crois que le discours de Sa Majesté a montré toute l’émotion qui est celle du Souverain et de l’ensemble du peuple marocain", a souligné M. Mezouar dans un entretien publié mercredi sur le site de la radio française RFI, ajoutant que "réintégrer sa famille institutionnelle est un moment fort et un moment intense". 

"C'est un moment plein d’espoir pour un continent auquel nous appartenons, auquel nous croyons", a-t-il relevé, soulignant que le discours de SM le Roi devant le sommet de l'UA témoigne du profond attachement du Souverain à l’Afrique. 

Il a en outre affirmé que le Maroc avait effectivement besoin de quitter l’OUA, expliquant qu'aujourd’hui l’Afrique a changé. "L’Afrique a évolué : nouvelles générations, nouveaux leaderships beaucoup plus pragmatiques. C’est aussi un appel fort de nombreux pays frères et amis parce que la place du Maroc ne peut pas être ailleurs qu’au sein de son organisation institutionnelle", a précisé le ministre, notant que "le moment était mûr" pour que le Royaume recouvre sa place au sein de l'organisation panafricaine. 

"La démonstration a été faite lundi à travers le soutien massif et la décision prise même par les pays qui avaient quelques réticences ou quelques remarques", a-t-il poursuivi. 

Evoquant la question du Sahara marocain, M. Mezouar a indiqué que chaque chose à son contexte, notant que le Maroc porte sa cause, et il la défend. "C’est un différend qui est en train d’être géré au niveau des Nations unies. Laissons cette organisation le gérer", a-t-il insisté. 

"On n’est pas venu ici pour faire le petit jeu. Il y a un différend, il est géré au niveau des Nations unies. L’espace africain et l’Union africaine doivent soutenir l’initiative d’une solution politique sous l’égide de l'organisation onusienne", a conclu M. Mezouar.

Le retour du Maroc à l’UA, fruit d’une vision proactive et engagée de SM le Roi Mohammed VI (Youssef Amrani)

Le retour du Maroc à l'Union Africaine, fruit d’une vision proactive et engagée de SM le Roi Mohammed VI, apportera une valeur ajoutée indéniable pour la construction d’une Afrique solidaire, forte et unie, a affirmé M. Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet Royal. 

"En retrouvant sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle africaine, le Royaume confirme son africanité, en franchissant un nouveau seuil dans son engagement en faveur de l’unité de son continent", a noté M. Amrani, qui intervenait aux côtés de l’ancien ministre des Affaires étrangères thaïlandais, lors du Forum organisé par l’Institut thaïlandais de Sécurité et d’Etudes Internationales (ISIS) organisé lundi à Bangkok. 

Cette nouvelle page de l’histoire diplomatique du Maroc qui s’ouvre aujourd’hui, offre des perspectives vertueuses et prometteuses non seulement pour le Maroc mais également à toute l’Afrique, à travers son organisation continentale qu’est l’Union Africaine, a relevé M. Amrani. 

Aujourd’hui, le Maroc qui a su développer des relations de confiance avec l’ensemble de ses partenaires africains contribuera, de toute évidence, de manière claire et constructive, à l’agenda et aux activités de l’UA, a indiqué M. Amrani, ajoutant que "le Royaume qui est une référence sur le continent, contribuera également à renforcer la place et le positionnement de cette organisation panafricaine sur la scène internationale". 

C’est la raison pour laquelle, a-t-il estimé, qu’"au-delà de l’engagement royal en faveur de son ancrage africain, le Maroc poursuit son engagement irréversible au service de la paix, de la stabilité et de la prospérité partagée, tout en capitalisant sur des solidarités durables, qui constituent les fondements mêmes de sa politique africaine multidimensionnelle". 

M. Amrani a expliqué que "SM le Roi Mohammed VI a une vision déterminée et pragmatique pour une Afrique confiante en elle-même, émergente et décomplexée, qui peut compter sur ses propres ressources humaines et naturelles, qu’il convient de valoriser, afin de formuler de nouveaux modèles de croissance et de développement, au bénéfice du développement humain durable". 

A ce titre, "la nouvelle dynamique de partenariat Maroc-Afrique constitue justement l’expression d’un modèle unique et novateur de la coopération sud-sud du Maroc, inclusive et tournée vers l’avenir" qui "outre les multiples déplacements du Souverain dans les différentes régions du continent, se traduit également par des projets stratégiques mutuellement bénéfiques, à l’image du projet de Gazoduc Africain Atlantique qui générera de nombreuses opportunités en termes de compétitivité économique, de croissance et de développement social". 

En effet, "indépendamment des multiples actions structurantes hautement portées par le Souverain en faveur du continent, d’autres projets parallèles visant à assurer la sécurité alimentaire et le développement rural ont été initiés, à la faveur de la récente mise en place d’unités de production de fertilisants d’engrais en Ethiopie et au Nigéria", a souligné M. Amrani, notant que "ces unités permettront de créer un environnement favorable à la prospérité et à l’inclusion, au bénéfice des agriculteurs africains, voire au-delà, à l’ensemble du continent". 

Pour M. Amrani, "le Maroc offre certes de nouvelles opportunités de progrès en faveur de l’essor de l’Afrique et de ses populations dans le cadre de sa coopération sud-sud claire et constante" mais agit également "de manière humaniste et constructive en faveur des migrants, qui ont fait le choix du Maroc pour leur destination, comme le démontre la récente décision Royale pour la régularisation des subsahariens en situation illégale au Maroc". 

Au-delà des efforts visant la consolidation de la coopération avec ses partenaires subsahariens, M. Amrani a souligné que "le Maroc, grâce à sa politique étrangère multidirectionnelle, a pu développer et diversifier des partenariats stratégiques, comme en témoignent les multiples visites de notre Souverain en Inde, en Russie et en Chine, ainsi que la signature par le Maroc du Traité d’amitié et de coopération de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). 

Selon lui, cette adhésion "démontre la volonté d’ouverture et de rapprochement du Maroc à de nouveaux espaces géographiques, notamment des pays d’Asie du sud-est et ce, tant sur les plans politique, économique, culturel et technique, mais aussi dans l’objectif de consolider ses partenariats stratégiques, vecteurs de dynamiques multidimensionnelles au profit de tous". 

Et d’ajouter que "la promotion des mécanismes de coopération à même de promouvoir le dialogue et la paix dans le traitement des problématiques internationales et régionales qui se posent aujourd’hui, constituent les fondamentaux de la politique étrangère du Maroc, qui font de notre pays un partenaire crédible et écouté sur la scène internationale". 

Dans le même sillage, M. Kasit Piromya, ancien ministre des affaires étrangères de Thaïlande, qui a présenté la perspective de la Thaïlande sur la coopération Sud-Sud, lors de cet important Forum, n’a pas manqué de souligner "la pertinence du retour historique du Maroc au sein de l’Union Africaine et de rappeler avec véhémence que "le Maroc est un modèle de compromis à suivre dans le nord de l’Afrique car, il a su concilier libertés démocratiques et transformations économiques". 

Il a particulièrement invité les Nations Unies à promouvoir cette expérience réussie du Maroc en matière de gestion des flux migratoire et de promotion des valeurs de tolérance, d'ouverture et de coexistence pacifique. 

Il a également rappelé que "seuls le développement d’une démocratie voulue par le peuple, ainsi qu’un rôle constructif et positif des leaders religieux pour la déconstruction des discours djihadistes, sont à même de permettre une lutte efficace contre le terrorisme internationale" Ont pris part également part à ce Forum, Mr Abdelilah El Housni, ambassadeur de SM le Roi en Thaïlande, Dr. Thitinan Pongsudhirak, président de l’Institut de Sécurité et d’Etudes Internationales (ISIS), ainsi que plusieurs ambassadeurs, professeurs et journalistes. 

Le retour du Maroc à l'UA, un grand exploit consacrant l’unité et la communion entre les peuples du continent africain (représentants des populations de Dakhla)

Les représentants des populations de Dakhla-Oued Eddahab, dont des élus, des chioukhs et des notables de tribus sahraouis, ont souligné que le retour du Maroc à sa famille institutionnelle au sein de l’Union africaine (UA), constitue un grand exploit consacrant l’unité et la communion entre les peuples du continent pour relever les défis auxquels ils sont confrontés. 

Dans un communiqué conjoint rendu public à l’occasion de la réintégration du Maroc dans l’UA, ces élus, notables et Chioukhs sahraouis relèvent que '’ce retour glorieux vise à remédier aux divergences et aux divisions pour se focaliser sur le développement du continent aux énormes ressources, ainsi que la promotion de la paix et de la stabilité au service des peuples du continent’’.

Ils ont, à ce propos, salué avec une immense fierté, les initiatives royales bénies et la vision clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI ayant abouti au retour du Maroc dans le giron de l’Union africaine, mettant en avant l’attachement fort du Royaume à son prolongement africain et les actions entreprises par le Souverain dans les pays du continent, outre la régularisation de la situation des immigrés africains établis au Maroc. 

Ils ont indiqué que le retour du Maroc au sein de l’Union africaine est l’aboutissement de grands efforts qui ont été couronnés par le succès de la diplomatie royale à travers les visites effectuées par SM le Roi dans plusieurs pays africains.

La réintégration dans l’Union africaine est également une plus-value qui renforcera le développement de l’action commune au service des intérêts mutuels selon une approche équilibrée et ambitieuse, comme l'a souligné le Souverain devant les leaders africains lors du sommet d’Addis-Abeba, ont-ils noté.

Et d’ajouter que les efforts entrepris par le Maroc pour recouvrer sa place au sein de l’Union africaine est le fruit d’un processus mûrement réfléchi et d’une planification qui procède de la bonne foi, l’objectif étant de favoriser l’action commune et la promotion du développement du continent pour un avenir meilleur.

Le retour du Maroc à l'UA, une grande victoire de la diplomatie marocaine sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI (Conseil provincial de Smara)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) est une grande victoire de la diplomatie marocaine sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a souligné le président du conseil provincial de Smara, Mohamed Salem Labihi.

"Le retour du Maroc, tant souhaité par les peuples du continent, à sa place naturelle au sein de la famille africaine, ouvre de nouvelles perspectives de coopération et de consolidation du développement sur différents plans, notamment économique, politique et social à l’échelle continentale’’, a affirmé M. Labihi dans une déclaration à la MAP.

"Fort de son modèle de développement et de la stabilité dont il jouit, le Maroc contribuera, aux côtés des autres pays africains frères, à la réalisation du développement global du continent et à la promotion des conditions de vie des peuples africains’’, a-t-il relevé. 

Lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu dans la capitale éthiopienne, une écrasante majorité de pays africains ont apporté leur soutien au retour du Maroc au sein de l’UA. 

Le Maroc a repris "sa place naturelle" avec son retour au sein de l'UA

Le Maroc a repris "sa place naturelle" avec son retour au sein de l’Union africaine (UA), a souligné M. Khalid Ben Jeddi, expert marocain en droit international.

Le retour du Royaume à l’UA constitue ainsi une "grande victoire" pour la diplomatie marocaine, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a déclaré à la MAP, M. Ben Jeddi, professeur à la Faculté de droit de Tétouan et expert en sciences politiques et relations internationales.

Dans le même sens, l’expert marocain a mis l’accent sur la percée diplomatique réalisée par le Royaume dans le continent africain grâce à la politique solidaire initiée par le Souverain en Afrique. 

Par ailleurs, M. Ben Jeddi a fait observer que la réintégration du Maroc au sein de l’UA devra contribuer au renforcement de l’unité de l’Afrique et à son développement dans différents domaines. Dans ce sens, il a rappelé que le Maroc compte parmi les pays fondateurs de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA). Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc à l’Union Africaine reflète la conviction des autres pays membres quant au poids du Maroc à l’échelle africaine 

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) reflète clairement la conviction des autres pays membres quant au poids du Maroc à l’échelle africaine, a indiqué Driss Tahiri, enseignant-chercheur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès. 

La capitale éthiopienne Addis-Abeba a connu le 30 janvier 2017 un événement exceptionnel consistant en le retour du Maroc à l'UA au sein de sa famille naturelle et légitime, en dépit des manœuvres des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume, a-t-il déclaré à la MAP. 

Le chercheur universitaire a également souligné que le Maroc a entamé depuis plusieurs années l’application d’une stratégie à multiples dimensions basée le renforcement de la coopération avec les pays africains dans plusieurs domaines, tout en mettant en valeur les relations solides liant le Royaume du Maroc aux pays africains à travers une stratégie de partenariat fondée sur le principe de gagnant-gagnant. 

Il a également rappelé les visites royales effectuées dans de nombreux pays africains et le discours prononcé récemment depuis Dakar par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 41ème anniversaire de la Marche Verte, notant que les projets lancés par le Maroc dans nombre de pays africains visent à créer une nouvelle dynamique dans les secteurs de développement tels l’agriculture, l’industrie, les énergies et les mines, les télécommunications et la finance afin de renforcer le développement durable dans le continent africain. 

Mettant l'accent sur les politiques claires adoptées par le Maroc particulièrement l’intégration des étrangers en situation irrégulière, la lutte contre l’extrémisme et l’envoi de contingents pour instaurer la sécurité et la stabilité dans des zones en conflit, le chercheur universitaire a fait savoir que le retour du Maroc à l’UA renforcera sans nul doute le rôle de leadership que joue le Maroc au niveau africain. 

La réintégration du Maroc au sein de l’UA représente également une occasion pour le Maroc de réussir les activités de l’organisation panafricaine pour garantir la stabilité des pays membres et lutter contre toutes les formes d’extrémisme et de terrorisme, a-t-il ajouté. 

Le discours royal à Addis-Abeba traduit la détermination permanente du Souverain en faveur du développement du continent (académicien)

Le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, traduit la détermination permanente du Souverain à lever les défis du développement au sein du continent africain, a indiqué le président du Centre marocain pour l'éducation civique (CMEC), Larbi Imad. Dans une déclaration à la MAP, M. Imad a estimé que ce discours historique est riche en messages clairs qui traduisent l’attachement du Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi, à ses racines africaines et son adhésion inconditionnelle au développement du continent, précisant que cette orientation a été concrétisée par les multiples visites du Souverain en Afrique qui ont permis d’instaurer des partenariats stratégiques et de booster le développement dans ce continent.

Pour le président du CMEC, le retour victorieux du Maroc au sein de l’UA est un "coup dur" pour les détracteurs de l’intégrité territoriale du Royaume et une grande réussite pour la diplomatie marocaine, sous la sage conduite du Souverain.

SM le Roi quitte Addis-Abeba au terme d'une visite en République démocratique fédérale d'Ethiopie

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, a quitté, mercredi après-midi Addis-Abeba, au terme d'une visite en République démocratique fédérale d’Ethiopie. 

A Son départ de l’aéroport international Bole d’Addis-Abeba, le Souverain a été salué par la ministre éthiopienne de la culture et du tourisme, Mme Hirut Woldemariam, l'ambassadeur du Maroc en Ethiopie, Mme Nezha Alaoui M'Hamdi, ainsi que par les membres de l’ambassade. 

SM le Roi a, à cette occasion, passé en revue une haie d’honneur avant de saluer le drapeau du Royaume du Maroc et celui de l’Union Africaine (UA). 

Couronnée par le retour du Royaume du Maroc à l’Union Africaine, la visite de SM le Roi en Ethiopie a été marquée par le discours historique prononcé mardi par le Souverain devant le 28ème Sommet de l’UA à Addis-Abeba, dans lequel SM le Roi a affirmé qu’ «il est beau, le jour où l’on rentre chez soi, après une trop longue absence ! Il est beau, le jour où l’on porte son cœur vers le foyer aimé ! L’Afrique est Mon Continent, et Ma maison». 

«Le Maroc ne rentre pas dans l’Union Africaine par la petite, mais par la grande porte», a souligné le Souverain dans Son discours, invitant les nations africaines à s’associer au dynamisme que connait le Royaume pour donner un élan nouveau au Continent tout entier. 

SM le Roi a fait observer, à cette occasion, que "c’est la voie de la solidarité, de la paix et de l’union que le Maroc a choisie", réitérant l’engagement du Royaume en faveur du développement et de la prospérité du citoyen africain. 

Au cours de Sa visite à Addis-Abeba, le Souverain avait eu des entretiens avec plusieurs chefs d’Etat africains et offert une réception en l’honneur de Chefs d’Etat et de gouvernements participant au 28ème sommet de l’Union Africaine.

Le retour du Maroc à l'UA, une "grande victoire diplomatique" pour le Royaume (journaliste MCD)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) "est une grande victoire diplomatique" et l'aboutissement d'une performance qui a duré plusieurs années, a affirmé le rédacteur en chef de la radio Monte Carlo Doualiya (MCD), Mustapha Tossa.

"Cette victoire est d'autant plus grande que les oppositions étaient terribles", a souligné M. Tossa, mardi, lors d'un débat sur les plateaux de la chaîne d'information en continue France24, notant qu'il y avait "des forces africaines qui voulaient absolument empêcher ce retour et cette marche inexorable du Maroc vers la famille africaine".

Le retour du Maroc au sein de l'UA, grâce à une "majorité écrasante de pays africains", est le constat de "l'échec de ses adversaires" a-t-il indiqué. Evoquant le discours que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a prononcé à Addis-Abeba devant les participants au 28è sommet de l'UA, M. Tossa l'a qualifié de "très émouvant", ajoutant que "dans la bouche du Roi, ces mots ont sonné juste", car le Souverain est "sincère quand Il dit que les Marocains sont heureux de retrouver leur place en Afrique". En ce sens, le journaliste a fait observer que SM le Roi Mohammed VI "marche sur les traces de Son grand-père, feu SM Mohammed V, parce qu’Il veut absolument incarner cette personnalité dynamisante de l’action africaine et ce rêve africain".

A cet égard, il a relevé que "la présence du Maroc dans l’UA va apporter une dynamique de leadership", indiquant qu'il s'agit d'un retour politique qui vient en complément à une forte présence économique sur le continent africain. "Quand les Marocains parlent de la coopération Sud-Sud, quand le Maroc parle de faire profiter les africains de leur richesse, ce n’est pas de la parole en l’air, car cela se fait à travers des projets concrets", a-t-il souligné, citant à ce propos le projet de gazoduc Nigeria-Maroc. Abordant la question de l'intégrité territoriale du Royaume, M. Tossa a rappelé que dans tous les forums internationaux, que ce soit les Nations-Unies, l’Union européenne, le Conseil de coopération du Golfe, la Ligue Arabe, les forums asiatiques...aucun forum ne reconnaît cette pseudo république sahraouie, sauf l’UA, d'où la nécessité, a-t-il expliqué "d’investir cette Union". 

"Tout le travail de la diplomatie marocaine maintenant consistera à convaincre les pays, largement minoritaires au sein de l'UA, qui reconnaissent cette soi-disant république, de supprimer cette reconnaissance, et éventuellement de rendre illégale l’appartenance d’un état fantoche et fantasmé par les Algériens au sein de l’UA", a-t-il dit.

Le retour "historique" du Maroc au sein de l'UA est très important pour l'avenir de l'Afrique (député français)

Le retour "historique" du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA) est très important pour l'avenir de l'Afrique, a affirmé le député français Luc Chatel. 

Dans une déclaration à la MAP, le député français a relevé que ce retour place le Maroc au cœur des enjeux diplomatiques et géopolitiques africains, mettant en avant la stratégie voulue par SM le Roi Mohammed VI en faveur du continent. 

Il a en outre indiqué qu'il est très important pour la France d'apprendre que l'un de ses alliés historiques est de retour au sein de la famille africaine, rappelant le soutien de son pays au Royaume concernant plusieurs questions. 

Sur un autre registre, M. Chatel a mis en avant les perspectives de coopération qui s'ouvrent pour le Maroc et la France en Afrique notamment avec la volonté du Souverain de renforcer les liens avec les pays d'Afrique subsaharienne. 

Cette dynamique et la complémentarité entre la France et le Maroc permettront de promouvoir davantage la coopération bilatérale, a-t-il dit. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc au sein de l’UA est le résultat de la politique clairvoyante de SM le Roi 

Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) est le résultat de la politique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, a indiqué Moha Ennaji, président de l’Institut International des Langues et Cultures. 

"La réintégration du Maroc au sein de l’Union Africaine est le résultat d’efforts extraordinaires et de la politique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, matérialisée particulièrement dès les années 2000 par l’annulation par le Maroc de la dette des pays africains les moins avancés", a déclaré à la MAP M. Ennaji, qui est également enseignant à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. 

L’universitaire a souligné dans ce cadre l’importance des visites royales fréquentes effectuées dans plusieurs pays africains, rappelant également les déplacements récents du Souverain au Rwanda, Madagascar et en Tanzanie. 

Le "retour historique" du Maroc au sein de sa famille institutionnelle est "une excellente démarche aux niveaux économique et politique", a-t-il estimé, ajoutant que cette réintégration de la famille africaine favorisera des échanges économiques plus fructueux entre les pays du continent. 

Le retour du Maroc à l'UA consolidera également les liens de fraternité et d’amitié et renforcera le dialogue et la coopération avec les pays africains dans divers domaines d’intérêt communs, a poursuivi M. Ennaji L’universitaire a, de même, mis en valeur le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’UA à Addis-Abeba tout en mettant l’accent sur les multiples projets lancés par le Maroc dans de nombreux pays africains dans le cadre la coopération sud-sud. 

Après plus de 32 ans d’absence de l’organisation panafricaine, le Maroc est bien décidé à rattraper le temps perdu 

Après plus de 32 ans d’absence de l’organisation panafricaine, le Maroc est bien décidé à rattraper le temps perdu, a estimé <a href="http://www.lalettremed.com/author/alain-cohen-krawczyk">Alain Cohen-Krawczyk</a>, spécialiste de la zone MENA dans une analyse consacrée à la réintégration du Royaume dans l’Union africaine (UA). 

«Le Roi Mohammed VI du Maroc a prononcé mardi à Addis-Abeba, un discours devant le 28ème sommet africain, un speech historique dans lequel il a pointé du doigt les nombreux défis auxquels devra faire face la Continent, en affirmant que l’Afrique, aujourd’hui dirigée par une nouvelle génération de leaders décomplexés, doit faire confiance en ses propres capacités», a affirmé cet expert dans une analyse publiée sur le site « La lettre méditerranée et Afrique ». 

Il a relevé que «le large soutien obtenu par le Maroc pour son retour au sein de la communauté africaine et l’écho suscité par le discours du Roi dans la capitale éthiopienne », vont dans le sens de l’engagement du Maroc aux côtés de l’Afrique. 

Citant de larges extraits du discours royal, <a href="http://www.lalettremed.com/author/alain-cohen-krawczyk">Alain Cohen-Krawczyk</a>, a affirmé que SM le Roi Mohammed VI a appelé les pays africains à prendre conscience de leur force et fait part de Sa volonté de voir éclore un nouveau modèle de développement établi par et pour l’Afrique. 

Dans le discours royal à l’occasion de la réintégration du Maroc au sein de l’UA, le Souverain, rappelle-t-on, a mis l’accent sur les différents engagements africains du Royaume qui étayent cette réintégration, profitable à l'Afrique. SM le Roi a rappelé la conclusion, dans différents domaines de coopération, de près d’un millier d’accords avec les pays africains qui sont basés sur le partage et le transfert du savoir-faire marocain, mettant en exergue le pari du Royaume sur des projets stratégiquement et multilatéralement avantageux. 

Le Souverain a également évoqué l’intégration de la dimension humaniste dans la stratégie africaine du Royaume et le le rôle leader du Maroc en matière de paix et de stabilité.

Le discours royal a également constitué un véritable plaidoyer pour une Afrique confiante en elle-même. 

Le retour du Maroc à l’Union Africaine reflète la conviction des autres pays membres quant au poids du Maroc à l’échelle africaine 

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) reflète clairement la conviction des autres pays membres quant au poids du Maroc à l’échelle africaine, a indiqué Driss Tahiri, enseignant-chercheur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès.

La capitale éthiopienne Addis-Abeba a connu le 30 janvier 2017 un événement exceptionnel consistant en le retour du Maroc à l'UA au sein de sa famille naturelle et légitime, en dépit des manœuvres des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume, a-t-il déclaré à la MAP.

Le chercheur universitaire a également souligné que le Maroc a entamé depuis plusieurs années l’application d’une stratégie à multiples dimensions basée le renforcement de la coopération avec les pays africains dans plusieurs domaines, tout en mettant en valeur les relations solides liant le Royaume du Maroc aux pays africains à travers une stratégie de partenariat fondée sur le principe de gagnant-gagnant.

Il a également rappelé les visites royales effectuées dans de nombreux pays africains et le discours prononcé récemment depuis Dakar par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 41ème anniversaire de la Marche Verte, notant que les projets lancés par le Maroc dans nombre de pays africains visent à créer une nouvelle dynamique dans les secteurs de développement tels l’agriculture, l’industrie, les énergies et les mines, les télécommunications et la finance afin de renforcer le développement durable dans le continent africain.

Mettant l'accent sur les politiques claires adoptées par le Maroc particulièrement l’intégration des étrangers en situation irrégulière, la lutte contre l’extrémisme et l’envoi de contingents pour instaurer la sécurité et la stabilité dans des zones en conflit, le chercheur universitaire a fait savoir que le retour du Maroc à l’UA renforcera sans nul doute le rôle de leadership que joue le Maroc au niveau africain.

La réintégration du Maroc au sein de l’UA représente également une occasion pour le Maroc de réussir les activités de l’organisation panafricaine pour garantir la stabilité des pays membres et lutter contre toutes les formes d’extrémisme et de terrorisme, a-t-il ajouté.

L’UC salue hautement le discours de SM le Roi et la grandeur de l’esprit qui en résulte

Le parti de l’Union Constitutionnelle (UC) a hautement salué le contenu du discours de SM le Roi Mohammed VI prononcé devant le 28ème sommet de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba. 

Dans un communiqué parvenu à la MAP, l’UC salue également la grandeur de l’esprit qui émane du discours royal, incitant l’Afrique à prendre son destin commun en main, pour une exploitation optimale de ses ressources naturelles et humaines, dans le cadre du partage au service d'une Afrique pionnière. 

Le parti s’est également dit fier du grand succès réalisé par le Maroc, à travers son retour triomphal au sein de sa famille africaine. 

Dans ce contexte, l'UC a salué les efforts du Souverain ayant permis cette victoire historique qui ne pouvait se concrétiser sans la clairvoyance de SM le Roi dans la gestion de ce dossier, selon une vision claire et une stratégie bien ficelée fondées sur la dynamisation des relations bilatérales avec les pays africains, le renforcement de la paix et de la stabilité de ces pays, la consécration de la stabilité spirituelle, la conclusion d’accords de partenariat pour le développement économique solidaire, outre le traitement de nombre de questions communes, à leur tête la situation des immigrés africains vivant au Maroc. 

Après avoir rappelé le rôle positif joué par les Etats africains amis dans la réalisation de cet exploit, l’UC a salué "la maturité politique dont ont fait preuve les leaders politiques africains dans le traitement des questions communes ayant un caractère crucial pour l’avenir des peuples du continent". 

Face à cet événement historique, l’UC appelle l'ensemble des citoyens marocains à la mobilisation pour une exploitation optimale de cette victoire, au service de l’intérêt suprême du pays.

Le soutien de 39 pays au retour du Maroc à l'UA confirme l’importance de la présence du Maroc parmi ses frères africains

Le soutien apporté par 39 pays africains au retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) est une confirmation de l’importance de sa présence parmi ses frères africains, a souligné le chercheur et écrivain-journaliste égyptien spécialisé dans les affaires du continent africain, Attiya Issaoui.

Ce soutien confirme aussi que la famille africaine est fière du retour du Maroc et qu’elle a besoin de sa présence dans l’Union africaine afin de renforcer sa coopération avec lui d’un côté, et pour tirer profit de la contribution du Royaume, d’un autre côté, à accroitre le budget de l’Union qui souffre d’un déficit compensé par l’aide étrangère, a déclaré M. Issaoui à la MAP.

Et d’ajouter que les pays qui étaient opposés à l’admission du Maroc ont subi une nouvelle défaite et leurs avis ont été ignorés, puisque une grande majorité de chefs d’Etat africains ont approuvé le retour du Maroc.

Ce come-back à l’Union africaine est mutuellement bénéfique, a estimé M. Issaoui, expliquant que le Maroc pourra ainsi travailler au sein de l’Union pour réaffirmer sa position et son point de vue concernant la question du Sahara marocain et confirmer qu’il est une partie intégrante du territoire marocain.

De même, a-t-il poursuivi, l’Afrique va bénéficier du soutien du Maroc et de ses investissements dans les pays africains, comme c’était le cas lors des tournées de SM le Roi Mohammed VI et de Ses multiples visites dans plusieurs pays du continent qui ont bénéficié de l’aide du Royaume.

Revenant sur le discours prononcé à l’occasion par SM le Roi sur la coopération sud-sud, l’expert égyptien a relevé qu’il est incontestable que le renforcement de la coopération entre les pays d’Afrique aussi bien pour les questions de développement que pour les questions intéressant le continent va consolider la position de l’Afrique dans les instances internationales, notamment en ce qui concerne les questions de l'économie, du climat, du commerce international et des barrières douanières, et bien d'autres questions qui touchent les pays dits du tiers monde, y compris les Etats africains.

M. Issaoui a aussi qualifié de nécessaire, comme l’a souligné SM le Roi, la coordination entre les pays du sud, y compris les pays du continent africain, afin d’avoir une position forte au sein des organisations internationales et pour que leurs voix et leurs points de vue soient respectés, et partant, obtenir les droits et l'aide nécessaires, même concernant la réparation des dommages subis par le continent africain en raison des changements climatiques causés par le réchauffement de la planète résultant principalement des activités industrielles des pays développés.

SM le Roi a proposé à Addis-Abeba une "nouvelle feuille de route" pour l'Afrique

Le président de l'Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès (USMBA), Omar Assobhei a qualifié le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28è sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba de "nouvelle feuille route" pour l'Afrique.

"A Addis-Abeba, Sa Majesté le Roi a proposé une nouvelle feuille de route pour l’action future et le leadership africain, qui cible la prospérité collective du continent", a déclaré le chercheur à la MAP.

Il s'agit d'un "discours historique" porteur de plusieurs messages tendant la confirmation des liens historiques, économiques et humains entre le Maroc et l’Afrique, a-t-il précisé.

Le président de l'USMBA a souligné que "ces liens sont structurels et permanents" comme en témoigne le bilan positif des réalisations accomplies par le Maroc en faveur de l'Afrique.

Tout en soulignant l'engagement permanent du Maroc pour l’Afrique, il a rappelé que 46 visites dans 25 pays africains ont été effectuées par Sa Majesté le Roi, 949 accords de coopération signées, des actions concrètes d’investissement et de soutien réalisées, des milliers de bourses accordées aux étudiants africains, et des projets stratégiques d’envergure lancés, outre la participation du Royaume à six opérations de maintien de la paix des Nations-Unies en Afrique et l'accueil et la régularisation des émigrés Subsahariens.

Dans ce sens, il a relevé que la fédération des efforts pour aller de l’avant sera privilégiée pour consolider la construction panafricaine, sur des bases de partage et de l’avenir solidaire. 

Sa Majesté le Roi a par ailleurs rappelé les facteurs prometteurs du succès, qui caractérisent le nouveau contexte, comme l’engagement des élites et l’importance des ressources, a-t-il poursuivi.

La Ligue arabe se félicite du retour du Maroc au sein de l'UA

La Ligue arabe s’est félicitée, mercredi, du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) lors du 28ème sommet de l’organisation panafricaine, tenu les 30 et 31 janvier dans la capitale éthiopienne. 

A cette occasion, le secrétaire général de l’Organisation panarabe, Ahmed Abou El Ghait a présenté ses sincères félicitations à SM le Roi Mohammed VI ainsi qu’au gouvernement et peuple marocains pour cet important pas. 

Dans un communiqué, M. Abou El Ghait a également fait part de sa conviction que le retour du Royaume au sein de sa famille africaine sera une importante et positive valeur ajoutée à l’action de l’UA au cours de la prochaine étape, à la lumière du poids et du capital politique et civilisationnel dont jouit le Maroc ainsi que l’expertise diplomatique et les ressources humaines distinguées dont dispose le Royaume. 

Le SG de la Ligue arabe a en outre exprimé le vœu de voir ce retour du Maroc à l’UA contribuer à consolider les passerelles de communication entre l’organisation panarabe et l’Union africaine dans les différents domaines et ce, compte tenu des priorités et des défis communs auxquels font face les deux parties. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, tenu dans la capitale éthiopienne. 

Le retour du Maroc à l'UA, un tournant décisif dans la vie de l’organisation panafricaine (Expert burkinabè)

Le retour du Royaume du Maroc à l’Union africaine, entériné lundi à Addis-Abeba en Ethiopie, constitue à ne point douter un tournant décisif dans la vie de l’organisation panafricaine dans le nouveau contexte politique, économique, géopolitique et stratégique de l’Afrique et du monde, affirme l’expert burkinabè, Koalaga Oumarou Paul. 

L’Afrique fait face aujourd’hui à de nouveaux défis et le Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, s’est toujours montré solidaire avec ses frères africains pour y apporter des solutions, a souligné M. Oumarou Paul, consultant en relations internationales, géopolitique et stratégie, dans une déclaration à la MAP. 

Ce diplomate de formation a relevé à cet égard que le Maroc ne ménage aucun effort dans les différents domaines, qu’il s’agisse de la pauvreté et de la sous-alimentation généralisée, de la crise financière et économique, des effets des changements climatiques, de l’insécurité humaine, du crime organisé ou du trafic des drogues et du terrorisme, pour n’en citer que ces quelques exemples. 

La réintégration ou le retour du Royaume au sein de l’Union africaine, "sa maison" est plus que légitime car son leadership sur le continent est incontestable au regard de son implication dans toutes les problématiques du développement, de la sécurité, de la stabilité et du maintien de la paix en Afrique, a encore fait remarquer l’expert burkinabè, qui est également directeur exécutif de l’Ong Diplomatie et Paix Internationales (ONG-DPI). 

'’Principal acteur économique sur le continent par ses nombreux investissements dans tous les domaines d’activité, le royaume du Maroc, par ailleurs grand promoteur de la coopération sud-sud, aidera l’Union africaine et le continent dans ses relations avec les autres partenaires de l’Afrique dans des négociations décomplexées’’, a renchéri M. Oumarou Paul. 

Une majorité écrasante des pays africains a appuyé lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, à l’occasion du 28è sommet de l’institution panafricaine tenu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc au sein de l’UA est le résultat de la politique clairvoyante de SM le Roi

Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) est le résultat de la politique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, a indiqué Moha Ennaji, président de l’Institut International des Langues et Cultures.

"La réintégration du Maroc au sein de l’Union Africaine est le résultat d’efforts extraordinaires et de la politique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, matérialisée particulièrement dès les années 2000 par l’annulation par le Maroc de la dette des pays africains les moins avancés", a déclaré à la MAP M. Ennaji, qui est également enseignant à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès.

L’universitaire a souligné dans ce cadre l’importance des visites royales fréquentes effectuées dans plusieurs pays africains, rappelant également les déplacements récents du Souverain au Rwanda, Madagascar et en Tanzanie.

Le "retour historique" du Maroc au sein de sa famille institutionnelle est "une excellente démarche aux niveaux économique et politique", a-t-il estimé, ajoutant que cette réintégration de la famille africaine favorisera des échanges économiques plus fructueux entre les pays du continent.

Le retour du Maroc à l'UA consolidera également les liens de fraternité et d’amitié et renforcera le dialogue et la coopération avec les pays africains dans divers domaines d’intérêt communs, a poursuivi M. Ennaji

L’universitaire a, de même, mis en valeur le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’UA à Addis-Abeba tout en mettant l’accent sur les multiples projets lancés par le Maroc dans de nombreux pays africains dans le cadre la coopération sud-sud.

Le retour du Maroc au sein de l'UA augure d'une nouvelle ère de coopération entre l’Afrique et le Royaume (sénateurs français)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) augure d’une nouvelle ère de coopération entre l’Afrique et le Royaume et au-delà entre l’Afrique, le Maghreb et l’Union européenne, a souligné le groupe d'amitié France-Maroc au Sénat. 

Dans un communiqué parvenu mercredi à la MAP, le président Christian Cambon et les membres du groupe d’amitié se félicitent de ce retour, rappelant que la majorité des pays africains présents au 28ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba a soutenu cette réintégration du Royaume, après plus de 32 ans d’absence. 

Déterminé à accroître la coopération entre Son pays et l’Afrique, SM le Roi Mohammed VI l’avait annoncé dès Son message au 27ème sommet de l’Union africaine à Kigali, relèvent les sénateurs, rappelant que le Souverain avait souligné que "par ce retour, le Maroc entend poursuivre son engagement au service de l’Afrique et renforcer son implication dans toutes les questions qui lui tiennent à cœur. Il s’engage, ainsi, à contribuer, de manière constructive à l'agenda et aux activités de l’UA". 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc au sein de l’UA, une plus-value importante qui renforcera la famille africaine 

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) est une plus-value importante qui renforcera la famille africaine dans son ensemble, a souligné Abdelilah Suisse, professeur de langues et cultures à l’université d’Aveiro au Portugal. 

La réintégration du Royaume au sein de l’institution panafricaine vient également confirmer la réussite de la politique africaine du Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a relevé l’universitaire luso-marocain dans une déclaration à la MAP. 

Sa Majesté le Roi a affirmé, dans son discours prononcé à l’occasion du 28e sommet de l’UA, que l’Afrique et le Maroc sont indispensables, l’un pour l’autre, a-t-il indiqué. Effectivement, poursuit-il, et malgré l’absence formelle du Royaume de l’UA, son rôle de leadership en Afrique était toujours remarquable dans la promotion de la paix, de la stabilité et du développement. 

Le Maroc, a-t-il dit, est resté toujours fidèle à ses principes, en consolidant de plus en plus sa collaboration avec les pays africains à plusieurs niveaux qu’il soit politique, économique, de développement humain et social, religieux, sécuritaire, de formation des cadres africains et d’immigration. 

En ce qui concerne cette dernière question, le Maroc, est reconnu par les institutions internationales, parmi les premiers pays du Sud qui ont adopté une politique solidaire authentique pour accueillir les migrants subsahariens, en protégeant leurs droits et préservant leurs dignités, a rappelé M. Suisse. 

Outre les milliers de bourses offertes aux étudiants africains au Maroc, le Royaume a participé à plusieurs opérations de maintien de la paix, sous l’égide des Nations unies déployant des milliers d’hommes, a-t-il ajouté. 

Le Discours Royal a aussi mis l’accent sur le fait que le retour du Maroc s’est fait de manière légale, dans le respect des procédures en vigueur à l’Union Africaine. Ainsi, le Royaume ne cherche nullement à diviser l’Union Africaine, au contraire, il veut aller de l’avant. D’ailleurs, le projet du gazoduc Maroco-nigérian sera créateur de richesses pour les pays riverains. 

En outre, le Souverain a indiqué que le défi pour l’Afrique est d’assurer sa sécurité alimentaire, d’où l’initiative pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques promue lors de la COP22. Ainsi, des unités de production de fertilisants ont été mises en place avec l’Ethiopie et le Nigéria, dont les bénéfices profiteront à l’ensemble du continent africain. 

Sa Majesté le Roi a souligné en outre que l’Afrique est aujourd’hui dirigée par une nouvelle génération de dirigeants qui œuvrent en faveur de la stabilité, de l’ouverture politique, du développement économique et du progrès social de leurs populations. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans la capitale éthiopienne. 

Mouvement populaire : le retour du Maroc à l’Union Africaine, une preuve du succès de la politique clairvoyante de SM le Roi envers l’Afrique

Le parti du Mouvement populaire (MP) a souligné que le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) constitue une preuve du succès de la politique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI à l’égard du continent africain et Sa lutte indéfectible pour faire de la dimension humaine le centre de toute action. 

Le MP s’est félicité de ce retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle africaine, faisant part, dans un communiqué, de sa "fierté" des initiatives et de la détermination de SM le Roi pour développer le Maroc, préserver la dignité de ses citoyens et consolider sa stabilité et sa sécurité. 

Le parti a, à cette occasion, tenu à féliciter le Souverain pour ce "succès", saluant les chefs d’Etat ayant soutenu le Maroc dans sa "cause légitime". 

Le retour du Maroc à l’UA contribuera à trouver une solution définitive à la cause nationale, a fait noter le MP, assurant que ce retour constitue une "victoire pour la légalité et pour tous les Marocains".

Le retour à l'UA consolidera le leadership régional du Maroc (Universitaire espagnol)

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) consolidera le leadership régional du Royaume en tant que modèle pour les pays africains dans plusieurs domaines, a estimé l’expert et professeur universitaire espagnol Manuel José Terol Becerra. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Becerra, directeur du Centre des études constitutionnelles et du Centre des études administratives à l’Université Pablo de Olavide de Séville, a souligné que le Maroc, grâce à sa Constitution pionnière et sa régionalisation avancée, offre un modèle pouvant contribuer au renforcement de la démocratie et de la décentralisation dans d’autres pays du continent. 

"La Constitution marocaine de 2011 comporte des avancées significatives que ce soit en matière de lutte contre la corruption, de participation citoyenne ou de respect des droits humains et de l’environnement", a-t-il expliqué, notant que le retrait du Maroc de l’ancienne Organisation de l’Union Africaine (OUA) en 1984 avait privé cette organisation d’un acteur principal. 

Le retour du Maroc, un pays stable et un moteur économique pour l’Afrique du Nord, constitue un fait important qui aidera à améliorer la situation dans plusieurs pays africains qui connaissent des problèmes politiques, sociaux et économique nécessitant un traitement urgent, a ajouté l’expert espagnol. 

Il a relevé, en outre, que le Maroc "jouit d’une position géostratégique importante et entretient des relations privilégiées avec l’Europe, les Etats-Unis et l’Amérique Latine, ce qui fait de la diplomatie marocaine un acteur clé pour le continent africain". 

M. Becerra a aussi mis l’accent sur le rôle de premier plan que joue le Maroc à l’échelle du continent dans des domaines comme les énergies renouvelables, le secteur logistique et portuaire, l’urbanisation et l’enseignement supérieur, estimant que le Maroc peut servir de référence et de modèle de développement économique pour l’Afrique. 

Un important axe de coopération régionale peut être lancé dans le secteur des énergies renouvelables, dans lequel le Maroc a une longueur d’avance, a-t-il fait remarquer, indiquant, par ailleurs, que le Royaume peut apporter son expertise pour améliorer la gestion urbaine dans des villes africaines densément peuplées et dotées de peu de ressources. 

Le retour du Maroc au sein de l'UA augure d'une nouvelle ère de coopération entre l’Afrique et le Royaume (sénateurs français)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) augure d’une nouvelle ère de coopération entre l’Afrique et le Royaume et au-delà entre l’Afrique, le Maghreb et l’Union européenne, a souligné le groupe d'amitié France-Maroc au Sénat. 

Dans un communiqué parvenu mercredi à la MAP, le président Christian Cambon et les membres du groupe d’amitié se félicitent de ce retour, rappelant que la majorité des pays africains présents au 28ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba a soutenu cette réintégration du Royaume, après plus de 32 ans d’absence.

Déterminé à accroître la coopération entre Son pays et l’Afrique, SM le Roi Mohammed VI l’avait annoncé dès Son message au 27ème sommet de l’Union africaine à Kigali, relèvent les sénateurs, rappelant que le Souverain avait souligné que "par ce retour, le Maroc entend poursuivre son engagement au service de l’Afrique et renforcer son implication dans toutes les questions qui lui tiennent à cœur. Il s’engage, ainsi, à contribuer, de manière constructive à l'agenda et aux activités de l’UA". 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine tenu dans la capitale éthiopienne. 

Le Maroc, fort de son expérience et de son approche intégrée, a façonné une réponse inclusive contre le terrorisme 

Adossé à sa longue expérience et à son approche intégrée en matière de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme, le Maroc a su façonner, grâce à ses intervenants institutionnels, à sa société civile et à ses acteurs locaux, une réponse inclusive contre "la menace planétaire qu’est le terrorisme", a affirmé l’ambassadrice du Maroc en Suède, Mme Amina Bouayach. 

"Nous faisons face à des défis majeurs, dont le terrorisme et la domination des acteurs non-étatiques menés par des groupes djihadistes qui, dans bien de circonstances, disposent de plus de ressources que les Etats eux-mêmes", a prévenu Mme Bouayach, lors d’un séminaire organisé, lundi à l’Université Uppsal, par l’Institut Nordic Africa autour du thème "L’Afrique du Nord et les pays Subsahariens". 

La diplomate a relevé que "le Maroc, considérant que les approches individuelles et séparées des pays n’ont pas d’impact réel, appelle à une approche globale et collective". 

Et c’est précisément pourquoi le Maroc a été élu, au même titre que les Pays-Bas, à l’unanimité en mai 2015 à la co-présidence du Forum mondial de lutte contre le terrorisme. 

Elle a relevé que le Maroc, fort d’une démarche inclusive ayant démontré à bien des égards ses aspects préventifs, s’est attelé très tôt à rectifier les carences socioéconomiques qui font le lit du terrorisme, quoique le changement climatique soit "une des grandes menaces qui planent sur la sécurité de l’Afrique". 

En pays hôte de la COP 22 à Marrakech, le Maroc n’a pas lésiné sur le partage de ses expertises et expériences avec ses pairs du Sud, notamment africains, comme en témoigne la tenue, pour la première fois, d’un Sommet Africain de l’Action en présence de 34 Chefs d’Etat et de gouvernements en marge de la COP 22, a-t-elle dit. 

Aussi, a-t-elle rappelé, nombre de projets où le Maroc est engagé aux côtés de ses pairs africains, notamment à travers l’initiative “AAA”, le Plan Maroc Vert (PMV), sans parler des engagements multiples du Royaume sur de nombreux fronts au service du développement durable et de la paix. 

"Le Maroc a constamment joué un grand rôle pour promouvoir la paix et le développement durable, comme des moyens pour contrer l’instabilité et la fragilité des Etats au niveau du Continent. Il joue un rôle prééminent en termes de résolution de conflits et de stabilisation post-conflits", a-t-elle souligné. 

Pour elle, le Maroc, pays ayant activement participé depuis son indépendance aux efforts multilatéraux au service de la paix et de la sécurité en Afrique et dans le monde, n’a pas besoin de montrer son ranking : 18ème au niveau mondial, 11ème au plan africain, 2ème dans la région arabe, et un effectif de 1469 soldats au service de trois missions onusiennes : Côte d'Ivoire, République démocratique du Congo et République centrafricaine. 

Le Royaume, ayant focalisé ses efforts sur sa "sécurité spirituelle", dira-t-elle, considère que la conjugaison des efforts et le renforcement du dialogue trouveront des réponses adéquates aux multiples et complexités des temps qui courent.

Pour Mme Bouayach, la vision est simple : "Le Maroc s’emploie à faire valoir les idéaux d’un Islam tolérant et de vivre-ensemble". 

Et de conclure que "la vision marocaine est simple dans son essence, il s’agit d’un engagement à partager, une longue expérience, pour apprendre des autres et agir avec l’Afrique". 

Le Maroc à l’UA, un pas significatif vers l’accélération de l’intégration africaine 

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), lors du 28e sommet d’Addis-Abeba, constitue un pas significatif vers l’accélération du processus d’intégration dans le continent, écrit mardi le journal indien The Times of India. 

"La réadmission du Maroc dans sa famille institutionnelle africaine va donner une nouvelle impulsion aux efforts de complémentarité et d’intégration entre les pays du continent", souligne un article d’opinion publié sur le site électronique du quotidien. 

L’auteur de l'article estime que "le Royaume se positionne comme un modèle de développement singulier dont peuvent s’inspirer d’autres pays africains", dans le cadre d’une vision fondée sur la coopération Sud-Sud tendant à apporter des solutions africaines aux problèmes du continent. 

Ce retour est, selon lui, le fruit d’une multitude d’initiatives et de visites royales dans différents Etats du continent, lesquelles ont permis de renforcer les liens politiques et économiques entre le Maroc et ses frères africains et les hisser au rang de partenariat stratégique. 

D’après la publication, l’UA bénéficiera des progrès réalisés par le Royaume ces dernières années dans des domaines aussi variés que l’agriculture, la sécurité alimentaire, le développement durable et les énergies renouvelables. 

"Aujourd’hui, personne ne peut nier le fait que le Maroc apporte de grandes contributions au profit des Etats du continent en termes de savoir-faire, d’expertise et de ressources humaines qualifiées", fait observer l’auteur de l’article. 

Par ailleurs, il note que le Royaume se dote d’une approche multidimensionnelle dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux qui représente un défi pour plusieurs Etats africains. 

Le journal met en avant dans ce contexte la dynamique de coopération sécuritaire réunissant le Maroc et plusieurs pays africains et européens en vue de contrer la menace terroriste, ajoutant que Rabat se trouve en première ligne dans le combat international contre le terrorisme transfrontalier.

Le gouvernement britannique félicite le Maroc pour son retour à l'Union africaine

Le gouvernement britannique a félicité le Maroc pour son retour au sein de sa famille africaine lors du 28ème sommet de l’Union Africaine tenu les 30 et 31 janvier dans la capitale éthiopienne.

"Je présente mes félicitations au Royaume du Maroc pour son retour à l'Union Africaine lors du 28ème sommet de cette organisation panafricaine tenu à Addis-Abeba", indique le ministre britannique chargé de l'Afrique et Moyen-Orient Tobias Ellwood. La réintégration du Royaume dans l'Union Africaine donnera une "forte impulsion à la coopération régionale, une coopération renforcée qui sera bénéfique pour tous", a précisé le Haut responsable du Foreign Office. 

Le PPS exprime sa "grande fierté" du retour du Maroc au sein de l'Union Africaine

Le parti du progrès et du socialisme (PPS) a exprimé sa "grande fierté" du retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) lors du 28ème Sommet de l'union, y voyant une "victoire éclatante" pour le Royaume "à un moment important dans le processus de son combat légitime et continu pour la consécration de ses droits et le renforcement de son unité territoriale".

Dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion ordinaire, le bureau politique du PPS a salué les efforts colossaux et les initiatives audacieuses de SM le Roi Mohammed VI envers les pays du continent africain, lesquels sont appréciés de manière inégalée, en raison de "l’engagement sincère de notre pays à maintenir des partenariats solides dans tous les domaines avec toutes les composants de son cœur africain".

Le Maroc consolide sa réputation et sa position sur la scène africaine à travers l’incarnation pratique d’un modèle sérieux visant à construire une forteresse continentale commune, bénéficiant de possibilités de développement total et dominé par la dignité humaine, l'unité et la fraternité, la solidarité et la coopération, l'intégration et la complémentarité, tout en étant capable de faire face aux défis présents et d’avenir, poursuit le communiqué.

Le bureau politique du parti a souligné, dans ce contexte, l'importance pour le Maroc "de continuer d’œuvrer au renforcement de son front interne sur les plans politique, économique, social et culturel, de poursuivre la mobilisation nationale et de faire preuve de vigilance permanente pour remporter une victoire définitive et décisive dans la bataille pour notre intégrité territoriale".

Le bureau politique du PPS a, par ailleurs, saisi cette occasion pour féliciter les services de sécurité nationaux pour le succès incontesté de leur lutte proactive et efficace contre tous les plans ourdis par les organisations terroristes en vue d’ébranler la sécurité et la tranquillité des citoyens ainsi que la sécurité de la patrie.

Il a, à cet égard, appelé à poursuivre les efforts pour assiéger le terrorisme et d’en éradiquer les racines grâce à la mobilisation de toutes les énergies et à promouvoir la coopération internationale et la coordination entre les différentes approches sécuritaire, éducative, culturelle, sociale, juridique et politique.

Le Maroc à l’UA, un pas significatif vers l’accélération de l’intégration africaine 

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), lors du 28e sommet d’Addis-Abeba, constitue un pas significatif vers l’accélération du processus d’intégration dans le continent, écrit mardi le journal indien The Times of India. 

"La réadmission du Maroc dans sa famille institutionnelle africaine va donner une nouvelle impulsion aux efforts de complémentarité et d’intégration entre les pays du continent", souligne un article d’opinion publié sur le site électronique du quotidien. 

L’auteur de l'article estime que "le Royaume se positionne comme un modèle de développement singulier dont peuvent s’inspirer d’autres pays africains", dans le cadre d’une vision fondée sur la coopération Sud-Sud tendant à apporter des solutions africaines aux problèmes du continent. 

Ce retour est, selon lui, le fruit d’une multitude d’initiatives et de visites royales dans différents Etats du continent, lesquelles ont permis de renforcer les liens politiques et économiques entre le Maroc et ses frères africains et les hisser au rang de partenariat stratégique.

D’après la publication, l’UA bénéficiera des progrès réalisés par le Royaume ces dernières années dans des domaines aussi variés que l’agriculture, la sécurité alimentaire, le développement durable et les énergies renouvelables.

"Aujourd’hui, personne ne peut nier le fait que le Maroc apporte de grandes contributions au profit des Etats du continent en termes de savoir-faire, d’expertise et de ressources humaines qualifiées", fait observer l’auteur de l’article. 

Par ailleurs, il note que le Royaume se dote d’une approche multidimensionnelle dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux qui représente un défi pour plusieurs Etats africains.

Le journal met en avant dans ce contexte la dynamique de coopération sécuritaire réunissant le Maroc et plusieurs pays africains et européens en vue de contrer la menace terroriste, ajoutant que Rabat se trouve en première ligne dans le combat international contre le terrorisme transfrontalier. 

Le discours royal d’Addis-Abeba augure la naissance d’une nouvelle conscience en Afrique 

Le discours historique, prononcé mardi à Addis-Abeba par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l’Union Africaine (UA), augure "la naissance d'une nouvelle conscience" du continent africain, a souligné le chercheur et anthropologue marocain, Faouzi Skalli.

"Ce discours augure la naissance d'une nouvelle conscience du continent africain, qui n'accepte plus de leçons de pays qui ont longuement participé à en piller les richesses et qui pensent qu'ils ont toujours une certaine tutelle à son endroit", a expliqué M. Skalli dans une déclaration à la MAP.

Il a précisé, dans ce contexte, que la politique africaine connait de toute évidence un tournant décisif qui s'exprime d'une façon éloquente par la teneur et le message direct du discours de Sa Majesté le Roi. 

M. Skalli a affirmé que la force des discours royaux réside dans le fait qu’ils mettent d'une façon directe les mots sur les choses d'autant plus qu'il s'agit de réalités concrètes dont le Souverain fait le bilan d'une manière précise et quantifiable, ajoutant que les actions et les projets menés par le Souverain en Afrique parlent d'eux-mêmes.

Dans ce sens, le chercheur a relevé qu’il s'agit de la naissance d'une conscience autonome et décomplexée, qui réalise l'énorme potentiel de ce Continent et tout le travail qui lui reste à accomplir sur le plan politique, économique, social et culturel, mettant l'accent sur l'engagement du Maroc en faveur de l'Afrique qui a donné des résultats spectaculaires, depuis le début de ce XXIème siècle.

Cette politique "pragmatique et réaliste", basée sur la nécessité d'entreprendre des chantiers audacieux - qu'ils se situent à grande ou à petite échelle - pour une prospérité commune a fait défaut dans les tentatives de construction du Grand Maghreb, a-t-il poursuivi, faisant observer que le Maroc ne s'engage pas dans le chemin factice d'une recherche de leadership pour lui-même.

Et d'insister que devant des solutions et des tentatives éculées, le Royaume invente des chemins nouveaux qu'il souhaite suggérer et partager, ajoutant que c'est l'Afrique et son nouveau modèle de développement qui offre désormais toutes les promesses d'avenir.

Le discours royal reflète une conviction ferme pour relever le pari de la coopération et des partenariats en Afrique 

Le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba reflète la conviction ferme dans le pari africain consistant en le soutien de la communication, de la coopération et des partenariats dans le cadre de la coopération Sud-Sud, a indiqué Driss Lagrini, professeur de droit et des relations internationales à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech.

Le discours royal montre que le retour du Maroc à l'UA vise à réussir un double pari, à savoir, permettre au Royaume de renforcer ses relations et ses partenariats, qui n’ont jamais été interrompus avec les pays de ce continent et en même temps consolider davantage la communication, la coopération et les partenariats dans le cadre de la coopération sud-sud, a affirmé M. Lagrini dans une déclaration à la MAP.

"Il s'agit d'une coopération gagnant-gagnant fondée sur des intérêts mutuels et loin de toute exploitation à l’égard de cette institution, censée soutenir ces choix stratégiques en faveur du continent africain dans son ensemble", a précisé le professeur. 

Il a, également, fait savoir que ce discours a attiré l’attention sur la réalité internationale qui exige le recours au regroupement, réitérant les appels du Maroc relatifs à la nécessité de la réactivation de l'Union maghrébine pour "donner inévitablement à l’Afrique une nouvelle dynamique".

"Le discours royal reflète la profondeur des liens historiques, culturels, civilisationnels et humains unissant le Maroc et les pays africains et confirme la volonté et la détermination du Maroc de soutenir cette coopération et de donner un sens à son adhésion à l'Union africaine", a-t-il souligné.

L’universitaire a, de même, relevé que le Royaume est prêt à partager ses expériences en tant que pays émergent qui a accumulé les expériences et les expertises dans plusieurs domaines, notamment l’économie sociale, le développement durable, la protection de l'environnement et la gestion des crises dans le continent.

Le conseil provincial d'Assa Zag se félicite du retour triomphal du Maroc à l’Union africaine

Le Conseil provincial d’Assa Zag s’est félicité du "retour victorieux du Royaume du Maroc à sa famille naturelle au sein de l’Union africaine".

Dans un communiqué, le Conseil souligne que le retour glorieux du Maroc à l’Union africaine est le couronnement des efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI, notant que ce retour, salué à travers le monde, est porteur d’espoirs pour les pays africains qui souhaitent renforcer leur développement en tirant profit du modèle de développement marocain. 

"Fiers de cette victoire et forts de leur droit légitime à l’unité et à la stabilité, les Marocains sont constamment mobilisés derrière SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, qui n’a eu de cesse d’œuvrer pour que le Royaume retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle à l’Union africaine", conclut le communiqué.

Le discours de SM le Roi Mohammed VI à Addis-Abeba est ''rationnel et va droit au cœur des Africains" 

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI à Addis-Abeba devant les participants au 28è sommet de l’Union africaine (UA) est "un discours rationnel qui va droit au cœur des Africains", a souligné le professeur des relations internationales à l’université Hassan II de Casablanca, Abderrahman Mekkaoui. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Mekkaoui, également expert des questions stratégiques et militaires, a relevé que le discours royal a "provoqué un saut qualitatif dans les relations inter-africaines qui devraient être mises à profit par le Maroc en vue de réaliser de nouvelles victoires diplomatiques et juridiques". 

Il a fait constater, dans ce sens, que la portée du discours a été mise en évidence par les journaux électroniques africains, y compris la presse électronique sud-africaine, qui a mis en avant "un discours africain par excellence, allant droit au cœur des Africains et apportant une nouvelle vision des aspirations du continent". 

L’expert des questions stratégiques a indiqué, par ailleurs, que le Maroc a réalisé une grande victoire à Addis-Abeba avec son retour au sein de l’Union africaine et le soutien apporté par l’écrasante majorité des pays africains à la demande de réintégration marocaine.

M. Mekkaoui a mis l’accent, à cet égard, sur l’importance de la mobilisation pour renforcer davantage l’adhésion du Maroc à l’action africaine car, a-t-il noté, "l’Afrique a besoin du Maroc comme le Maroc a besoin de l’Afrique".

Le RNI salue la clairvoyance de la politique royale qui a donné une importance extrême au retour du Maroc à sa place légitime au sein de l'UA

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) a salué la clairvoyance de la politique royale qui a donné une importance extrême au retour du Maroc à sa place légitime à l'Union africaine (UA), dont il a participé à la création, et sa conviction face au rôle de leadership qu'il devra jouer au sein de cette instance eu égard à la position distinguée qu'il occupe et aux acquis et partenariats que le Royaume a concrétisé à l'intérieur et à l'extérieur du Continent africain.

Le parti a exprimé son entière satisfaction suite au "Discours royal historique riche en significations dans lequel le Souverain a annoncé la vision marocaine ambitieuse de la coopération africaine à même de relever les défis", indique un communiqué du RNI faisant suite au retour du Maroc à l'UA, soutenu par l'écrasante majorité des États membres de cette organisation, lors du 28e sommet d'Addis-Abeba (Éthiopie).

Le RNI fait part également de sa complète adhésion aux Orientations Royales appelant à s'intégrer dans une coopération bilatérale avec les Etats du Continent, saluant les relations et liens que le Maroc ne cesse de préserver avec les pays africains dans des domaines stratégiques et vitaux, dont le maintien de la paix, la sécurité alimentaire, la formation des ressources humaines et leur mise à niveau.

Le Parti réitère, à cette occasion, son soutien total et entière adhésion aux orientations de SM le Roi, dont la politique diplomatique distinguée a jeté les bases d'une nouvelle dynamique intra-africaine plaçant comme priorité la création d'un modèle de développement africain répondant aux ambitions de ses leaders qui ont opté pour la stabilité et le développement comme unique voie de développement pour le Continent.

(MAP-01/02/2017)

Le discours royal, une annonce du retour du Maroc au sein de sa famille africaine

Le discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, lors du 28ème sommet de l'Union africaine (UA), a annoncé le retour du Maroc au sein de sa famille africaine et le regain de sa place au sein de l'organisation institutionnelle continentale, a relevé Sabri El Hou, expert en Droit international. 

Le discours royal est "le discours du couronnement et de la célébration", dans lequel SM le Roi a annoncé le recouvrement par le Royaume de sa place naturelle au sein du continent africain, qui représente "l'appartenance, les racines et le foyer", a indiqué M. El Hou dans une déclaration à la MAP. Sa Majesté le Roi, depuis son accession au trône, a œuvré à consolider l'appartenance africaine du Maroc et la solidarité avec le continent, a-t-il noté.

A cet égard, il a relevé que dès Sa première visite en Afrique, le Souverain a annulé les dettes dues par plusieurs pays africains au Maroc, et a réfléchi au développement des relations du Royaume et des formes de sa solidarité avec l'Afrique, à travers une batterie de grands projets stratégiques à même de donner une forte impulsion à la coopération bénéfique aux citoyens comme aux pays africains. Les nouvelles politiques et stratégies adoptées par le Maroc reposent sur le soutien et le renforcement de l’aspect économique, à travers la réalisation de projets stratégiques en parallèle avec ceux du développement humain, et via le renforcement du champ religieux et spirituel.

À cet égard, Sabri El Hou a salué le plan stratégique adopté par le Maroc dans le domaine de l'immigration, consistant à harmoniser les lois nationales en la matière avec les engagements internationaux et plaçant le Royaume en tant que leader parmi tous les pays africains. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Le discours prononcé par SM le Roi résume la stratégie que le continent africain doit adopter

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l'Union africaine (UA), mardi à Addis-Abeba, "résume la stratégie que le continent africain doit adopter", a estimé le professeur de sciences politiques à l'Université Mohammed V-Agdal de Rabat, Abdelaziz Karraki.

Le discours du Souverain "est riche en symboliques et s'est fondé sur des donnés essentielles et importantes pour l'avenir du continent africain, notamment le projet énergétique qui sera le moteur du développement socio-économique et industriel", a indiqué M. Karraki dans une déclaration à la MAP.

Le Discours Royal a mis l'accent sur le fait que "le futur de l'Afrique n'est pas lié à un seul projet, mais dépend de la sécurité alimentaire en tant qu'une des options stratégiques que le Maroc et l'Afrique devront mettre en œuvre", a souligné le professeur Karraki.

Le développement proposé par le Maroc au profit de l'Afrique est un développement durable à portée socio-humaniste, qui prend en considération le futur de ses générations dans un total respect des normes internationales de préservation de l'environnement, a fait savoir M. Karraki.

Le discours Royal a braqué les projecteurs sur le modèle économique présenté par le Maroc à l'Afrique, basé essentiellement sur une approche gagnant-gagnant pour tous ses États et la préservation de leurs richesses et ressources, a conclu l'universitaire.

Le retour du Maroc à l'UA, l’amorce d'une nouvelle ère de coopération Sud-Sud

Le retour du Maroc au sein de l’Union africain (UA) est le couronnement d’un processus diplomatique cumulatif et l’amorce d’une nouvelle ère de coopération Sud-Sud, a affirmé Mohamed El Hachimi, professeur des sciences politiques à l’université Ibn Zohr d’Agadir.

Dans une déclaration à la MAP, M. El Hachimi a relevé que la réintégration du Maroc au sein de l’UA est "le couronnement d’une stratégie amorcée depuis l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI et qui a permis de faire échouer toutes les tentatives d’isolement qu’a voulu imposer l’Algérie et ses alliés au Maroc dans ses rapports avec l’Afrique". 

Après avoir rappelé les relations bilatérales liant le Maroc aux pays africains à travers les multiples visites de SM le Roi Mohammed VI et les conventions signées avec ces pays, il a souligné que ce retour au sein de l’UA permettra au Royaume de créer de nouvelles perspectives de coopération économique dans le cadre d’une stratégie Sud-Sud, devenue un axe majeur de la diplomatie marocaine.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

M. Saaf : le retour du Maroc à l'UA, un grand succès et une des principales réalisations de la nouvelle ère

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA) constitue un grand succès et une des réalisations les plus importantes de la nouvelle ère, a estimé Abdallah Saaf, directeur du Centre d'études et de recherches en sciences sociales (CERSS). Cette réalisation est la résultante de l'effort personnel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et d’un travail patient et de longue haleine maintenu au fil des ans, a relevé M. Saaf dans une déclaration à la MAP. 

L'intelligence de SM le Roi dans le traitement de ce dossier a permis au Royaume d’effectuer un retour fort et important à l’organisation africaine, a-t-il ajouté. 

Pour l'expert, cette réalisation est également le fruit d’un effort structuré et planifié qui reflète la vision de SM le Roi, basée sur l’ouverture sur le continent et le développement des relations avec ses États dans divers domaines, en particulier via les traités et les visites que le Souverain a effectuées récemment.

Il a souligné que le retour "fort" du Maroc à l’UA "ne signifie pas qu’il a renoncé à ses droits ou a fait marche arrière par rapport à sa position sur son intégrité territoriale, contrairement aux allégations promues par certaines parties hostiles", notant que "l'existence de pays en conflit dans la même organisation n’est point incompatible avec leurs positions et principes".

M. Saaf relève que "ce qui est arrivé hier confirme que la scène africaine a radicalement changé depuis les années 1980 et le début des années 1990", et que "l'Afrique d'hier n'a rien à voir avec l’Afrique d'aujourd'hui", ajoutant que "la croissance du nombre des États appuyant la position marocaine reflète ce changement".

Le retour du Maroc à l'UA, une illustration de la "grande" victoire de la diplomatie marocaine 

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est l’illustration de la "grande" victoire de la diplomatie marocaine, conduite avec sagesse et clairvoyance par SM le Roi Mohammed VI, a estimé le directeur exécutif du Centre chilien des études maghrébines, Juan Carlos Moraga.

Depuis Son accession au Trône, SM le Roi Mohammed VI n’a cessé de fournir des efforts impressionnants, qui ne consistent pas uniquement à jeter les bases d’une société marocaine démocratique à travers une série de réformes dans divers domaines, mais vont bien au delà pour inclure l’unification de la position de l’Afrique, a souligné cet expert en relations internationales dans une déclaration à la MAP.

M. Moraga, qui préside l’ONG "Rehabilitacion y esperanza", basée à Santiago, a estimé que le soutien dont a bénéficié la demande de réintégration du Maroc au sein de l’instance africaine est dû au "rôle fondamental" du Souverain et au respect et à l’admiration que vouent les leaders et peuples africains à la personne de Sa Majesté qui a pu transformer le Maroc en un pays de modernité et de réformes.

De l’avis de l’expert, SM le Roi a été clair dans Son discours devant le 28è Sommet de l’UA, tenu pendant deux jours dans la capitale éthiopienne, lorsque le Souverain a assuré que "c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership".

Avec le retour du Maroc à l’UA, ce groupement pourra réaliser "des pas de géant sur la voie du développement et de la prospérité", a-t-il ajouté, en relevant que le Maroc, bien qu’il ait quitté l’Organisation de l’unité africaine (OUA) dans un contexte historique spécifique, il "n’a jamais quitté l’Afrique et a gardé des relations de coopération solides avec plusieurs pays dans divers domaines".

Le retour du Maroc au sein de l’UA est censé donner un nouvel élan aux relations du continent avec d’autres groupements régionaux, notamment avec l’Amérique Latine dans le cadre de la coopération Sud-Sud, a conclu l’expert chilien.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è Sommet de l’organisation continentale.

L’agence EFE qualifie d’"historique" le discours de SM le Roi devant le 28ème Sommet de l’UA

SM le Roi Mohammed VI a prononcé, mardi à Addis-Abeba, un "discours historique" devant le 28ème Sommet de l’Union Africaine (UA) dans lequel le Souverain a affirmé que le retour du Royaume à l’organisation panafricaine n’a pas pour objet de "diviser" le continent, souligne l’agence de presse EFE.

L’agence de presse espagnole précise que SM le Roi a souligné, dans Son discours, que la volonté du Maroc n’est pas de "susciter un débat stérile" ou de "diviser, comme certains voudraient l’insinuer".

Le discours de SM le Roi Mohammed VI, poursuit EFE, a été modéré et centré sur des questions rassemblant tous les Africains, notamment le développement, la création des richesses, la solidarité entre les Etats ou les processus démocratiques dans le continent. 

L’agence de presse espagnole a relevé, en outre, que le Souverain s’est félicité du "soutien franc et massif que le Maroc a recueilli" pour son retour à l’Union Africaine, ajoutant que SM le Roi a souligné que les liens du Royaume avec le continent n’ont jamais été rompus malgré les 33 années d’absence de l’organisation continentale. 

EFE relève que le Souverain a cité, à cet égard, les 46 visites qu’il a effectuées dans 25 pays africains, la participation de soldats marocains à des missions de paix en Afrique, les médiations menées par le Royaume dans plusieurs conflits dans le continent et la régularisation de milliers de migrants subsahariens en situation irrégulière.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation panafricaine qui se tient dans la capitale éthiopienne.

L'effort diplomatique couronné par le retour du Maroc au sein de l'UA mérite d'être enseigné en tant que méthode diplomatique distinguée 

L'effort diplomatique couronné par le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) mérite d'être enseigné en tant que méthode diplomatique distinguée, basée sur une communication efficiente et une action sérieuse, a souligné Khalid Chiat, professeur de relations internationales à l'Université Mohammed Premier d'Oujda, Les efforts menés par le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, devraient constituer une source d'inspiration pour toute future politique en Afrique sur les plans bilatéral et multilatéral, a indiqué M. Chiat dans une déclaration à la MAP.

Le Royaume a présenté sa demande de réintégrer sa place naturelle au sein de l'organisation en tant que pays souverain membre de plusieurs organisations internationales et régionales, a-t-il précisé, estimant que la plupart des pays ont soutenu le Maroc dans le respect de ses frontières et de son intégrité territoriale conformément aux fondements juridiques et constitutionnels marocains. Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è Sommet de l’organisation continentale.

Le retour du Royaume à l'UA, une "prouesse fantastique" réalisée avec l’implication personnelle du Souverain 

Le retour du Royaume au sein de l'Union africaine (UA) constitue une "prouesse fantastique que le Maroc a réalisée avec l’implication personnelle de SM le Roi Mohammed VI", a souligné mardi le professeur Fouad Ammor, membre du Groupement d'études et de recherches sur la Méditerranée (GERM).

Ce retour ouvre au Maroc "des perspectives prometteuses dans la mesure où le continent africain est un espace géographique prometteur et ce, en termes de marchés en expansion et de disponibilité de matières premières minérales et agricoles", a indiqué M. Ammor dans une déclaration à la MAP, suite au retour du Maroc à l'UA.

M. Ammor, également enseignant-chercheur spécialisé dans les questions économiques africaines, a salué, dans ce cadre, le "discours historique" du Souverain devant le Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays membres de l’UA. Ce discours "a fait fonctionner plusieurs niveaux argumentaires et discursifs" marqués par un "langage du cœur", annonçant "le lancement de plusieurs projets" et "des actions à entreprendre pour se débarrasser des séquelles du néo-colonialisme", a-t-il estimé.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Le retour du Maroc à l'UA renforcera la place du continent africain au niveau mondial 

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) contribuera au renforcement de la place du continent africain au niveau mondial, a souligné mardi Hamid El Amouri, professeur des sciences politiques à l’Université Mohammed V de Rabat. Ce retour constitue une "stratégie basée sur le principe de gagnant-gagnant, puisqu’en accueillant de nouveau le Royaume au sein de son Union, l’Afrique tirera profit de l’expérience marocaine dans plusieurs domaines à savoir le développement, la culture, et l’agriculture", a dit M. El Amouri dans une déclaration à la MAP. Ce retour a été attendu, étant donné qu’il est l’aboutissement d’un travail acharné du côté du Maroc et de la diplomatie marocaine, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a fait savoir l'académicien, indiquant qu'à travers cette réintégration le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de l’Afrique et "tourne une page de plus de 30 ans d’absence au sein de l’organisation africaine".

Dans son discours, le Souverain a incité les Africains à revaloriser leur culture, leurs richesses et leur potentiel humain, pour occuper la place qu’ils méritent dans le monde, a souligné M. El Amouri.

Par ailleurs, cette réintégration permettra au Maroc de plaidoyer en faveur de son intégrité territoriale de l'intérieur de cette organisation continentale. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

SM le Roi, promoteur de la politique africaine du Maroc

En multipliant ces dernières années les tournées dans le continent africain, SM le Roi Mohammed VI devient le promoteur de la politique africaine du Maroc, écrit mardi le journal espagnol El Periodico dans un article consacré au retour du Royaume à l’Union Africaine (UA).

Avec le retour du Maroc à l’UA, la stratégie diplomatique de Rabat entre dans une nouvelle phase privilégiant l’action directe, souligne la publication.

El Periodico fait observer que le poids économique croissant du Maroc sur le plan africain a été accompagné ces dernières années par des percées diplomatiques dans plusieurs pays du continent.

Le journal revient, dans le même contexte, sur les multiples jalons de l’action diplomatique et économique du Maroc en Afrique qui ont fait du Royaume le deuxième investisseur dans le continent.

Le quotidien rappelle, à cet égard, la décision qui avait été prise par le Maroc de maintenir ses liaisons aériennes avec les pays africains touchés par l'épidémie d'Ebola et qui s'inscrit en droite ligne avec la politique d’engagement constant du Royaume aux côtés de l’Afrique.

Le retour du Maroc à l'UA, une victoire pour le Royaume après plusieurs années d'offensives diplomatiques

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) représente une victoire pour le Royaume après plusieurs années d'offensives diplomatiques, a souligné, mardi à Rabat, Mme Khadija Boutkhili, enseignante-chercheure à l'Institut des études africaines relevant de l'Université Mohammed V de Rabat.

"Le Maroc a réintégré l'UA après de longs débats intenses et ce retour représente une victoire pour le Maroc après plusieurs années d'offensives diplomatiques", a affirmé Mme Boutkhili dans une déclaration à la MAP.

Elle a également mis l'accent sur l'apport qu'aura ce retour sur les plans politique et économique. "Que le Royaume retrouve sa place au sein du cénacle panafricain lui permettra de participer à la prise de décision, de prendre part au règlement des dossiers qui concernent l'Afrique et qui seront au cœur de sa politique étrangère, ainsi que de plaidoyer en faveur de l'affaire du Sahara marocain au sein de l'Union", a estimé cette académicienne.

Au niveau économique, la réintégration du Maroc à l'UA va renforcer la fluidité des investissements directs et indirects et permettra au Royaume de bénéficier automatiquement du cadre juridique régional au sein de l'Union, a-t-elle poursuivi.

S'agissant des autres pays africains, Mme Boutkhili a noté qu'ils vont, pour leur part, profiter du savoir-faire et de l'expertise marocaine en matière de stratégie du développement durable, de l'agriculture et de lutte contre la pauvreté, entre autres.

Elle a de même estimé que l'expérience nationale de l'Initiative nationale de développement humain (INDH) pourrait se transformer en "Initiative africaine de développement".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

M. Boukantar : le retour du Maroc à l'UA, une victoire décisive pour la diplomatie royale dans la défense de l'intégrité territoriale du Royaume

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA), lors du 28ème sommet africain tenu à Addis-Abeba, constitue une victoire décisive de la diplomatie royale, qui permettra de défendre directement l'intégrité territoriale du Royaume, a indiqué, mardi à Rabat, El Hassan Boukantar, professeur des relations internationales à l'université Mohammed V de Rabat.

Depuis l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au trône, la diplomatie royale a érigé l'Afrique au rang de chantier stratégique, déployant des efforts inlassables en vue de contribuer au règlement des problèmes de stabilité, de sécurité et de développement durable dans le continent, et de mettre l'expérience accumulée par le Royaume au service des causes africaines, a souligné M. Boukantar dans une déclaration à la MAP.

Ce retour initiera un nouveau départ dans les relations du Maroc avec l'UA, fondé sur la consolidation de la contribution marocaine dans les questions africaines à travers les organes de l'UA, en particulier les questions intéressant la sécurité, la stabilité, la lutte contre le terrorisme, le soutien au développement durable et la participation au maintien de la paix, a précisé l’académicien. 

Cette initiative, a-t-il poursuivi, est le cadre approprié permettant de dépasser la situation de séparatisme et de menaces à l'intégrité territoriale des États, ainsi que de relever les défis auxquels fait face le continent africain, en particulier la réforme du système de l'UA et la réalisation de la stabilité et de la sécurité, en tirant bénéfice de l'expertise marocaine en matière de lutte contre le terrorisme et de maintien de la paix.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Retour du Maroc à l’Union Africaine : Washington salue le "fort leadership" de Sa Majesté le Roi

Les Etats Unis d’Amérique félicitent le Maroc pour son retour au sein de l’Union africaine (UA) et saluent, à ce propos, le "fort leadership" de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a souligné mardi le Département d’Etat dans une réaction à MAP-Washington. 

Les Etats Unis "félicitent" le Maroc pour son retour au sein de l’Union africaine, indique la diplomatie américaine, en soulignant que "le fort leadership du Roi Mohammed VI et le gouvernement du Maroc ont permis au Royaume de retrouver la place qui lui revient de plein droit au sein de la famille institutionnelle du continent africain". 

Et d’affirmer : "Nous pensons que le retour du Maroc à l’Union africaine contribuera positivement à davantage d’intégration économique, politique et sociale en Afrique, ainsi qu’à la stabilité et la sécurité du continent". 

Le discours royal reflète le leadership et la perspicacité de la diplomatie royale 

Le discours prononcé, ce mardi à Addis-Abeba par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l’Union africaine (UA), reflète la perspicacité et le leadership de la diplomatie royale, a affirmé le président de l'Université Mohammed Premier à Oujda, Mohammed Benkaddour.

Le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, regorge de talents et d'un important potentiel humain mis au service de l'Afrique, a souligné M. Bekkadour dans une déclaration à la MAP, ajoutant que SM le Roi a relevé que les peuples d'Afrique ont "les moyens et le génie, et nous pouvons ensemble, réaliser les aspirations de nos peuples".

SM le Roi a appelé, dans son discours, les pays africains à adhérer à la dynamique lancée par le Royaume pour donner un nouvel élan au continent africain tout entier, a-t-il rappelé.

Le Souverain a noté que malgré les années où le Maroc s'est absenté des instances de l’Union Africaine, "nos liens, jamais rompus, sont restés puissants", notamment à travers les nombreuses visites royales effectuées dans plusieurs régions du Continent et qui ont été marquées par le lancement de plusieurs projets stratégiques, a poursuivi M. Benkaddour.

Le retour du Maroc à l'UA, un couronnement des réussites majeures du Royaume durant les dernières années 

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA) vient couronner les réussites stratégiques majeures que le Maroc a accomplies au cours des dernières années, a affirmé le professeur de Droit public à l'Université Mohammed V de Rabat, Ali Sedjari.

En effet, cette décision est le fruit des efforts déployés par la diplomatie marocaine et de la proximité aux Etats africains, outre la mobilisation de l'ensemble des institutions et acteurs, a souligné M. Sedjari dans une déclaration à la MAP.

"Nous devons tirer des leçons de cette expérience et de ce triomphe, résultat de la vision Royale, qui prône essentiellement l'ouverture sur les pays africains, quelle que soit leur identité ou leur appartenance linguistique et idéologique", a indiqué l'universitaire.

Ce retour intervient dans une conjoncture marquée par la consolidation du rôle du Royaume en Afrique, a-t-il poursuivi, estimant qu'à travers cette "grande porte", le Maroc serait un élément vital à l'échelle mondiale, ce qui nécessite des "réformes radicales au niveau de l'administration et des structures politiques, diplomatiques et économiques".

S'agissant de la question de l'intégrité territoriale du Royaume, M. Sedjari a relevé que la position du Maroc serait plus forte depuis l'UA, partant du fait que "la défense des questions relatives à la patrie et aux droits politiques et économiques se font à l'enceinte des institutions".

Ce retour se veut une nouvelle étape de la relation Maroc-Afrique et un nouvel épisode diplomatique qui revêtira de nouvelles dimensions, a-t-il insisté, notant que le Royaume est appelé à mobiliser toutes ses forces, politiques, experts, intellectuels et société civile, pour se lancer dans un plaidoyer en faveur de ses causes.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu lundi le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

PSU : le Maroc retrouve sa place au sein de l’UA

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA) constitue un pas "très important" qui permettra au Maroc de retrouver sa place et de défendre davantage l’intégrité territoriale du Royaume, a affirmé lundi Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU).

Ce retour permettra au Royaume de contrer certaines positions africaines hostiles au Maroc et de corriger les erreurs du passé, a souligné Mme Mounib dans une déclaration à la MAP.

L’Afrique fait face à de multiples défis, particulièrement une conjoncture économique internationale morose qui se répercute de manière négative sur le continent, a-t-elle estimé.

Dans ce cadre, elle a précisé que ce retour s’inscrit en droite ligne avec la dynamisation de la coopération Sud-Sud et le lancement de projets prometteurs dans les pays africains pour créer un pôle économique, garantir la sécurité alimentaire et spirituelle et faire face à la montée de l’extrémisme qui menace la stabilité dans la région.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba.

Trente-neuf pays se sont exprimés lundi en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Le retour du Maroc à l'UA consacre le grand succès de la diplomatie Royale 

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) consacre, d'un point de vue stratégique, le grand succès de la diplomatie Royale sur l'échiquier continental, à la faveur du développement positif des relations bilatérales et multilatérales, a estimé le Président du Centre marocain des études et des recherches stratégiques, Tarik Atlati.

SM le Roi Mohammed VI a gagné le pari de ce retour en misant sur la maturité des peuples et gouvernements africains, auprès desquels le Souverain a consacré les dimensions humanitaires, stratégiques et sécuritaires, a souligné M. Atlalti dans une déclaration à la MAP.

Les efforts du Souverain illustrent la force du Royaume dans la consécration de ses positions solides visant à appuyer la crédibilité du Royaume dans l'ensemble des décisions prises envers le continent africain, a ajouté l'universitaire.

En réintégrant la famille institutionnelle africaine, le Royaume continuera à servir le continent depuis l'enceinte de l'UA, de manière officielle et par la force de la loi, a-t-il relevé.

Union Africaine : Le Maroc retrouve ''sa place logique''

Par son retour à l'Union africaine (UA), le Maroc a retrouvé ''sa place logique'' au sein de cette institution panafricaine, a affirmé Khalid Chegraoui, professeur-chercheur à l'Institut des Etudes Africaines.

"Le travail effectué par SM le Roi Mohammed VI lors de l’ensemble de ses visites aux pays africains a participé énormément à cet acte de réussite de la diplomatie marocaine", a déclaré à la MAP M. Chegraoui.

Revenant sur le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l’Union africaine (UA), mardi à Addis-Abeba, M. Chegraoui a noté que ce discours a été "édifiant'' à plus d'un titre car ''il a mis l’accent sur les principaux problèmes dont souffre le continent africain et sur le challenge qui nous attend".

Ce discours a également dissipé tout malentendu de la part d'acteurs opposés à la présence marocaine au sein de cette Union, a souligné le professeur-chercheur, relevant que le discours royal n'a pas manqué de mettre l’accent sur les défis prépondérants du continent africain.

Le discours royal a également focalisé sur le modèle que propose le Maroc en terme de coopération win-win du moment que le Maroc place l’Afrique au sommet de ses intérêts, un intérêt beaucoup plus continental que personnel ou chauviniste", a-t-il indiqué.

Selon lui, la présence marocaine a été une réponse à tous ces discours dépassés qui ne viennent, d’ailleurs, que d’Etats qui ont plus ou moins failli sur le plan économique et politique. ''Ces Etats ne sont nullement un exemple à prendre en considération en Afrique, au moment où le Maroc est l’exemple typique, voulu et recherché par ses amis en Afrique de l’Est et de l’Ouest'', a-t-il dit.

''Le Maroc est un agent de stabilité, d’association et un modèle de coopération intégrée au sein du continent africain", a-t-il encore affirmé.

Dans son discours devant le 28ème Sommet de l’Union africaine, le Souverain a également envoyé un message aux pays d’Afrique du Nord, a souligné M. Chegraoui, pour qui toutes les contradictions (au sein de ce groupement régional) ne sont ni porteuses de fruits, ni capables de pouvoir générer un espace d’entente au Nord de l’Afrique.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Le retour du Maroc à l'UA après plus de 30 ans d'absence, un événement politique majeur 

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA), après plus de 30 ans d'absence, constitue un événement politique et décisif majeur, a souligné, mardi à Rabat, le premier secrétaire de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar.

"Le 28ème Sommet de l'UA, tenu à Addis-Abeba restera, sans nul doute, un sommet historique par excellence", a précisé M. Lachgar dans une déclaration à la MAP, notant que "le retour du Maroc à sa place naturelle revêt une forte signification et constitue un événement politique et décisif majeur".

A cet égard, il s'est félicité de la présence de SM le Roi Mohammed VI au Sommet de l'UA et de sa bonne gestion de cet événement d'envergure, observant que "sans la présence personnelle du Souverain, cet événement n'aurait pas connu un si grand succès".

M. Lachghar a également expliqué que ce retour constitue une nouvelle étape pour la consolidation de la souveraineté marocaine sur ses provinces du sud depuis l'UA.

Il a aussi relevé que l'élection d'un nouvel organe exécutif de l'UA signifie que le "pouvoir politique de l'axe Algérie-Afrique du Sud commence à s'effondrer", ajoutant que "l'incapacité de cet axe à mobiliser les pays africains pour voter contre le retour du Maroc à l'Union présage la fin du leadership continental de l'Afrique du Sud".

Le premier secrétaire de l'USFP a conclu que le retour du Maroc à sa famille institutionnelle africaine signifie "un retour des grands fondateurs de l'unité africaine, sous l'ère d'une véritable lutte pour la libération du joug du colonialisme".

Le retour du Maroc à l’UA dans la presse internationale

Le retour du Maroc à l’Union africaine (UA), lors du 28ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de cette organisation continentale, a été largement commenté par les médias internationaux.

Ainsi, la très officieuse Agence France Presse (AFP) a indiqué que la réadmission du Maroc au sein de l’UA s'est faite malgré une "âpre résistance de la délégation algérienne".

Peine perdue puisque sous la houlette du nouveau président en exercice de l'UA, le président guinéen Alpha Condé, "le principe de la majorité l'a finalement emporté" et le Maroc a été admis au sein de l'UA, a écrit AFP notant que, dans un discours, Sa Majesté le Roi Mohammed VI "s'est exprimé à la tribune pour saluer ce retour "par la grande porte".

De son côté l’Agence Reuters a relevé que l’UA a formellement réadmis le Maroc en tant que membre, plus de trente ans après son départ de l'organisation panafricaine.

Le retour du Maroc vient "couronner" des années d'efforts de la part du royaume, qui s'est engagé sous la houlette de SM le Roi Mohammed VI dans une politique d'ouverture économique, politique et diplomatique en direction des pays africains, a signalé l’Agence.

Pour sa part, le quotidien des milieux d’affaires américains Wall Street journal a affirmé que la réintégration du Maroc au sein de l’UA, sa famille institutionnelle, représente le retour d’une "puissante économie" dans ce groupement régional.

Sous le titre "victoire pour le Royaume", le journal Le Monde-Afrique a souligné que la décision a finalement été prise par consensus, sans vote. "Il y a eu une vraie volonté d’Alpha Condé (le président guinéen nouvellement élu à la tête de l’UA) d’arriver à un consensus".

Citant un fonctionnaire de la commission de l’UA, le quotidien a noté que le président guinéen aurait mis l’Afrique du Sud et l’Algérie "au pied du mur" en leur demandant de "se positionner formellement pour ou contre l’adhésion".

Cette issue est une victoire pour le Maroc. Elle intervient après plus d’une décennie d’offensive diplomatique tournée vers le continent africain et portée en grande partie par SM le Roi Mohammed VI, au fil de longues tournées sur le continent, d’importants investissements et d’accords de coopération, a rappelé la publication.

Quant au quotidien français Le Figaro, il a signalé que le Roi du Maroc Mohammed VI assistait aujourd'hui à Addis-Abeba à la cérémonie de clôture du Sommet de l'Union africaine, au lendemain de la réintégration du Royaume au sein du bloc continental après 33 ans d'absence. Hier, 39 pays s'étaient prononcés en faveur du retour au sein de l'UA du Maroc, qui avait quitté l'organisation en 1984, a rappelé la publication.

Radio France Internationale (RFI) a affirmé que le retour du Maroc dans la grande maison africaine, soutenu par l'écrasante majorité des Etats membres de l'UA, lors du 28ème Sommet d'Addis-Abeba, est "un jour historique", notant que le débat à huis-clos entre les chefs d’Etat africains a très vite tourné en faveur du Royaume. 

"C’est une victoire personnelle pour le Roi Mohammed VI, qui a mobilisé tous les amis du Maroc en faveur du retour de son pays au sein de l'organisation panafricaine", souligne la Radio, ajoutant que de nombreux chefs d’Etat se sont exprimés en faveur de la réintégration du Royaume au sein de l'UA. 

Le retour du Maroc à l’UA constitue une "claire victoire" pour Rabat, a souligné, de son côté, le quotidien espagnol El Pais, mettant en exergue les relations économiques et diplomatiques ainsi que les liens religieux et spirituels unissant le Royaume avec le reste des pays du continent africain.

Le journal espagnol a, dans ce sens, mis en exergue l’importance accordée par le Maroc au renforcement de ses relations avec les pays africains dans tous les domaines, en particulier sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, rappelant que le Royaume "est devenu le premier investisseur en Afrique de l’ouest et le deuxième à l’échelle du continent après l’Afrique du Sud".

De leur part, les médias sud-africains ont commenté le retour du Maroc au sein de l’UA, soulignant que le 28ème sommet africain a été "un franc succès" pour le Maroc.

Citant des chefs d’Etat présents à Addis-Abeba, News24, le plus important site sud-africain d’informations, a indiqué que le Royaume redevient désormais un membre à part entière de l’UA après 33 ans d’absence. 

De son côté, la chaîne d’informations en continu CNBC-Africa, qui émet à partir de Johannesburg, s’est félicitée du retour du Maroc, soulignant que cette réintégration "intervient au moment opportun" pour l’Afrique qui a besoin de membres du calibre du Maroc pour relever les défis qui lui sont posés.

Le retour du Maroc au sein de l'UA est "historique" et porteur de "plein d'espoirs"

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est "historique" et porteur de "plein d'espoirs" pour le continent, a estimé le président de l'ONG "Horizons sans frontières" (HSF), Boubacar Seye.

"HSF se félicite du recouvrement par le Maroc de sa place naturelle et légitime au sein de l'organisation continentale. Ce retour s’inscrit dans une trajectoire historique qui sonne la fin des idéologies et le besoin des peuples africains d'écrire dans leurs tablettes des actions concrètes et tangibles pour sortir des affres de la pauvreté, de l’ignorance et de la marginalisation du continent", estime M. Seye dans un communiqué transmis à MAP-Dakar.

"C’est la raison pour laquelle, a-t-il poursuivi, Horizons Sans Frontières salue ce tournant décisif de la diplomatie marocaine et espère que le Maroc va construire un leadership actif autour du triptyque Immigration-Paix-Sécurité », ajoutant que le Maroc a incontestablement à son actif des progrès déterminants dans le respect des droits de l’homme qui reste une condition essentielle à l’instauration de la paix dans le continent et à son essor.

L’ONG a exhorté, par ailleurs, les Etats africains à faire taire les intérêts irrationnels et leur instrumentalisation politique et oeuvrer pour un continent uni face aux défis de la mondialisation, à la préservation des richesses de l'Afrique et à la résilience de ses économies, selon le document. 

Le retour du Maroc à l'UA, une victoire pour le Royaume et l’Afrique 

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) "constitue non seulement une victoire pour le Royaume, mais aussi pour l’Afrique et pour la coopération sud-sud", a souligné, mardi, le Directeur du Centre africain des études asiatiques, Mustapha Rezrazi.

"Le Maroc retrouve son Afrique et l’Afrique retrouve son Maroc pour l’édification et la consolidation de cette coopération sud-sud dans laquelle SM le Roi Mohammed VI joue un rôle efficient en vue de faire face aux défis posés au continent africain", a indiqué M. Rezrazi, dans une déclaration à la MAP, suite au retour du Maroc à l'UA, soutenu par l'écrasante majorité des Etats membres de cette organisation, lors du 28e sommet d'Addis-Abeba (Ethiopie).

A ses yeux, la réintégration du Maroc au sein de l’UA constitue une "victoire" pour la cause nationale et pour l’intégrité territoriale du Royaume, et aura des "retombées bénéfiques" sur les intérêts de l’ensemble du continent.

Commentant le discours prononcé par SM le Roi devant le 28ème sommet de l’UA à Addis-Abeba, cet expert international en gestion de crises a affirmé que ce discours reflète parfaitement la stratégie de coopération sud-sud que prône le Souverain.

Il a, par ailleurs, rappelé l’important apport du Royaume au niveau bilatéral en matière de coopération avec les pays africains dans les domaines sécuritaire, économique, culturel, éducatif et religieux, relevant que le Maroc a retrouvé sa "place naturelle" au sein de sa famille africaine.

Ce retour qui va consolider davantage la coopération et l’interaction du Maroc avec ses partenaires africains sur les plans bilatéral et multilatéral, marque le début d’une nouvelle phase dans l’action diplomatique efficiente du Maroc en vue de permettre au Royaume de retrouver sa place au sein des institutions parallèles relevant de l’UA, a-t-il encore estimé.

Habib El Malki : la Chambre des représentants accueille avec grande satisfaction le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine

Le président de la Chambre des représentants, M. Habib El Malki, a affirmé que la Chambre a accueilli avec grande satisfaction la décision du Sommet de l’Union africaine (UA), lundi à Addis Abeba, en faveur du retour du Maroc au sein de l'organisation panafricaine. Le retour du Maroc au sein de la famille institutionnelle africaine est une victoire pour la légitimité, ainsi que le couronnement d’un long processus de travail sincère et acharné, d’initiatives et de politiques volontaristes, initiés par SM le Roi Mohammed VI en Afrique, a-t-il déclaré à la presse.

Ces initiatives et ces politiques se sont traduites par de grands projets de développement et structurants, lancés par le Maroc, sous la conduite de SM le Roi, avec plusieurs pays africains, en vue de faciliter le décollage économique et social du continent et réaliser la paix et la stabilité.

Le retour du Maroc au sein de l’UA, apportera, sans aucun doute, une grande valeur ajoutée aux ambitions des pays et des peuples du continent de voir se réaliser davantage de développement, de démocratie et de stabilité, et de se positionner en tant que groupement continental agissant sur la scène internationale, à la faveur de la place qu’occupe le Royaume au niveau continental et international, a ajouté M.El Malki.

Ce retour, a-t-il poursuivi, est de nature à renforcer la politique africaine du Maroc, menée par SM le Roi Mohammed VI, et qui a produit des modèles de réussite économique, de complémentarité et de développement humain et social, à la faveur des relations bilatérales avec plusieurs pays africains.

M.El Malki a, en outre, relevé que la Chambre des représentants, qui a adopté à l’unanimité l’acte constitutif de l’Union africaine lors d’une séance tenue le 18 janvier 2017, continuera à œuvrer dans le sens du renforcement de la présence du Maroc au sein de l’Union et accompagnera cette présence au niveau parlementaire.

Ce suivi se fera à travers la valorisation des réalisations en matière des relations avec les parlements nationaux africains et dans le cadre de l’Union Parlementaire Africaine (UPA), présidée par la Chambre des représentants au titre de la période 2014-2016, l'intensification et la diversification des actions dans les cadres parlementaires africains bilatéraux et multilatéraux, ainsi que par une contribution qualitative aux travaux de l’UPA et à l’action des parlements africains en leur qualité de représentants des peuples africains.

Le retour du Maroc à l'UA, une victoire "remarquable et historique" pour le Royaume 

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), soutenu par l'écrasante majorité des Etats membres de cette organisation, lors du 28e sommet d'Addis-Abeba (Ethiopie), constitue une victoire "remarquable et historique" pour le Royaume, s'est félicité, mardi, le Mouvement démocratique et social (MDS).

Ce retour est le "fruit d'une action vigoureuse et de longue haleine" conduite par SM le Roi Mohammed VI depuis des années auprès des chefs d'Etat africains, ajoute le MDS dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion de son bureau politique. En multipliant les contacts et en se rendant dans plusieurs pays d'Afrique avec lesquels SM le Roi a engagé un processus d'échanges économiques et politiques d'envergure, le Souverain, "porté par une adhésion indéfectible et sans faille de toute la Nation, a réussi à déjouer toutes les manœuvres des adversaires du Royaume et à faire échouer toutes les tentatives destinées à retarder le retour du Maroc au sein de l'institution africaine", indique le parti.

Grâce à la clairvoyance du Souverain et à Ses sages initiatives, le Maroc "retrouve le rôle d'avant-garde qu'il a toujours joué au niveau du continent africain", précise le MDS, ajoutant, que le Royaume, précurseur des luttes pour les indépendances africaines et pionnier en matière d'aide aux mouvements de libération de l'Afrique, "a toujours respecté ses engagements africains, ce qui fait de lui un maillon important pour la construction de l'avenir de l'Afrique et l'un des garants de sa stabilité, de sa sécurité et de son épanouissement économique et social".

Tout en réitérant son engagement constant et son adhésion totale à la politique clairvoyante de Sa Majesté le Roi dans tous les domaines de la vie nationale, le MDS appelle toutes les forces vives de la Nation à la vigilance et à l'unité des rangs pour faire face aux ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, conclut le communiqué.

Le Maroc à l’UA : l’Afrique a plus que jamais besoin du modèle du Royaume

Une coalition d’ONG africaines actives auprès des Nations unies à Genève s’est déclarée réjouie par le retour officiel du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), affirmant que le continent a plus que jamais besoin du modèle que représente le Royaume. "Rabat se positionne aujourd'hui comme un modèle intéressant.

Il joue un rôle connu et reconnu en faveur de la paix et la stabilité régionale et pour le développement des pays du continent", a déclaré Martin Mavula Maluza à la MAP, au nom de la Coalition panafricaine pour la paix, l'unité et la sécurité. M. Maluza a exprimé son "admiration pour la diplomatie exemplaire menée par SM le Roi Mohammed VI en direction de l’Afrique subsaharienne et Ses efforts incessants en faveur de la coopération Sud-Sud".

"Cette action agissante ne tarde pas à porter ses fruits au regard des liens solides tissés avec les pays du continent", a fait observer le militant associatif rd-congolais, également président du Comité international pour le respect de la Charte des droits de l’Homme et des peuples (CIRAC) qui fait partie de la coalition. Il a en outre considéré que la politique marocaine de la main tendue, de coopération et de solidarité "demeure hautement appréciée par la société civile et les États d'Afrique".

"La société civile que je représente, a-t-il poursuivi, est disposée à apporter son soutien total" aux démarches adoptées par le Royaume en vue de stimuler le codéveloppement du continent dans l’intérêt bien compris de ses peuples. Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Le retour du Maroc à l'UA, une victoire pour le Royaume 

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, soutenu par une écrasante majorité de pays membres de l’organisation continentale, est une victoire pour le Royaume, et intervient après plus d’une décennie d’offensive diplomatique tournée vers le continent africain, écrit mardi le site français "Le Monde Afrique".

Dans un article intitulé "A Addis-Abeba, le Maroc gagne son retour dans l’Union africaine", l'auteur de l'article souligne que cette offensive diplomatique est portée en grande partie par SM le Roi Mohammed VI, au fil de longues tournées sur le continent, d’importants investissements et d’accords de coopération. 

L’annonce de la décision des présidents africains réunis pour le 28e sommet de l’Union africaine, "vient couronner une intense politique africaine du Royaume", relève le journal, rappelant que le Maroc avait annoncé en juillet dernier son intention de réintégrer l’organisation panafricaine qu’il avait quittée en 1984.

Cité par le site, un fonctionnaire de la commission de l’UA révèle que malgré leurs réserves à la réintégration du Maroc au sein de l’UA, l’Afrique du Sud et l’Algérie ont été mises "au pied du mur" par le président guinéen nouvellement élu à la tête de l’UA, qui leur a demandé de "se positionner formellement pour ou contre l’adhésion".

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Le Maroc représente un acteur «indiscutablement important » pour le continent africain 

Avec la réintégration du Maroc, l'Union Africaine peut maintenant compter sur tous les pays du continent africain, dont le Maroc représente « un acteur indiscutablement important », a souligné mardi le député européen Victor Bostinaru.

« La réintégration du Maroc au sein de l'Union Africaine est un évènement très significatif », a affirmé l’eurodéputé roumain, également vice-président du Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen.

Rappelant que cette décision est « fondamentale » afin d’aider l'Union Africaine dans son intégralité à faire face aux défis auxquels elle est confrontée, M. Bostinaru a félicité le Maroc et l'Union Africaine, exprimant sa conviction que cette décision «aura des répercussions positives sur les relations entre l'Union européenne, le Maroc et l'Union Africaine».

Le Maroc a réintégré, lundi, l'organisation panafricaine soutenu par une majorité écrasante de pays frères et amis du continent, rappelle-t-on. 

Le Discours Royal devant le Sommet de l'UA souligne l'engagement du Maroc à oeuvrer pour fédérer et aller de l’avant avec l’Afrique

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet de l’Union africaine (UA), mardi à Addis-Abeba, souligne l'engagement du Maroc s'inscrire dans l’action collective et commune, toujours animé par la volonté de fédérer et d’aller de l’avant avec l’Afrique, a relevé M. Mohamed Benhamou, président du Centre marocain pour les études stratégiques.

Le chercheur a salué, dans une déclaration à la MAP, la portée du Discours Royal affirmant que le Maroc ne cherche pas le leadership en Afrique, mais plutôt à donner le leadership à l’Afrique.

"C’est un message très fort qui démontre que le Maroc est engagé dans l’action collective et commune et que son action cherche à fédérer et aller de l’avant avec l’Afrique", a souligné M. Benhamou, notant que par son retour au sein de l’UA, le Maroc insuffle à l’Afrique une culture, une approche, une dynamique et une vision nouvelles, d'autant plus que le Royaume "a fait un choix de cœur dans la volonté d’emprunter la voie de la solidarité, de l’union et de la paix et de contribuer à mener l’Afrique vers son intégration et son développement".

Dans ce sens, M. Benhamou a relevé que "SM le Roi, avec un message fort sur les richesses de l’Afrique, qui doivent revenir aux Africains, exprime cette confiance en l’Afrique et cette nécessité que les Africains doivent être tournés aujourd’hui vers leur continent, en se basant sur leurs valeurs et principes et sur leurs propres moyens et ressources".

Il a noté qu'en la matière, le Maroc, de par son expérience acquise dans différents domaines, peut apporter beaucoup à l’Afrique. "Le Maroc revient, ainsi, dans sa famille, en étant un grand acteur de développement, un pays émergent, avec la volonté de partager avec les pays frères africains son expertise et ce qu’il a acquis comme outils, moyens et expérience dans différents domaines", a-t-il affirmé.

D’ailleurs, le Maroc a toujours été présent en Afrique, comme le souligne le discours historique de SM le Roi, qui a affirmé que l’Afrique était indispensable pour le Maroc et que le Royaume l’était également pour l’Afrique, a relevé M. Benhamou.

"Le Royaume n’a jamais quitté l’Afrique, et le discours royal a d’ailleurs illustré par les chiffres cette forte présence du Maroc dans le continent, soulignant à titre d’exemple qu’entre 1956 et 1999, le nombre d’accords signés a été un peu plus de 500, alors qu’il a presque doublé depuis 2000, en plus de 46 visites effectuées par le Souverain dans 25 pays africains", a-t-il ajouté. 

A ce propos, le discours royal a mis l’accent sur plusieurs aspects de cette présence, comme la formation dont bénéficient les étudiants africains au Maroc et son apport en termes de développement humain en Afrique, les projets initiés lors des visites royales et qui sont à même d’offrir un environnement propice à la croissance et assurer la sécurité alimentaire dans le continent, ou encore la participation du Maroc dans les opérations de maintien de la paix et sa médiation pour résoudre certains crises et conflits.

Il en est de même pour la régularisation de la situation des citoyens subsahariens qui souffraient de la clandestinité, a souligné M. Benhamou, ajoutant que la politique adoptée par le Maroc et mise en exergue par le Discours Royal, renforce davantage les liens humains et fraternels avec les pays africains.

L’OCI salue le retour du Maroc au sein de l’Union africaine

L’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) a salué, mardi, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA).

Dans un communiqué, le secrétaire général de l’OCI, Youssef Bin Ahmed Al-Othaimeen, s’est félicité de cette ‘’sage décision qui permettra au Maroc de jouer pleinement son rôle à l’intérieur d’un continent africain uni’’. 

Il a également formulé le vœu de voir le retour du Maroc dans sa grande famille africaine ‘’renforcer davantage la voix et le poids de l’Afrique au niveau international et faciliter la résolution des problèmes critiques auxquels fait face le continent’’.

Une majorité écrasante des pays africains a appuyé lundi le retour du Maroc au sein de l’UA, à l’occasion du 28è sommet de l’institution panafricaine qui se tient à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Selon la présidence de l'UA, 39 pays ont exprimé leur soutien pour la réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine. 

Le retour du Maroc à l'UA insufflera une nouvelle dynamique à la paix et au développement dans le continent 

Le retour du Maroc à l'Union Africaine insufflera une nouvelle dynamique à la paix et au développement dans le continent, affirme, mardi, l'Organisation "Rwanda Youth Clubs for Peace Organization" (RYCLUPO).

''Le retour officiel du Maroc à l'Union Africaine insufflera inéluctablement une nouvelle dynamique à la paix et au développement dans le continent africain, souligne RYCLUPO dans un communiqué, pour qui ce retour ouvrira de nouvelles perspectives à toute l'Afrique.

Faisant part de sa volonté à se joindre à toutes les initiatives qui visent à garantir la paix, l'union et la prospérité pour les deux peuples rwandais et marocain, l'Organisation s'est par ailleurs félicitée de l'initiative marocaine visant à renforcer la coopération sud-sud avec les pays africains.

A cet égard, elle a fait savoir qu'elle a organisé, en coopération avec l'Institut africain de la construction de paix et de la transformation des conflits (AIPECT), dans le district de Nyabihu au Rwanda, un atelier sur la médiation et la transformation des conflits.

Cette rencontre, inscrite dans le cadre de la coopération bilatérale renforcée par la visite de SM le Roi Mohammed VI à Kigali, a été une occasion d'acquérir des connaissances sur les mécanismes de paix et de la transformation des conflits, relève l'Organisation, notant que "c'est la première fois qu’un atelier du genre est parrainé par un pays africain, le Maroc.

Le retour du Maroc au sein de l’UA, un grand apport pour la défense des causes africaines (académicien russe)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) consolidera le rôle de premier plan du Royaume dans la défense des causes justes de l’Afrique, a affirmé mardi le chercheur russe Said Kyamilev.

Dans une déclaration à la MAP au lendemain du retour triomphal du Maroc au sein de l’organisation panafricaine, il a ajouté que le leadership du Royaume sur le plan international lui offre la possibilité de plaider en faveur des causes africaines, notamment sur les plans de la sécurité alimentaire et la promotion de la paix.

Et de noter que les multiples actions sur les plans local, régional et international, initiées par SM le Roi Mohammed VI, ont permis au Maroc de se positionner comme un acteur incontournable et crédible agissant en faveur de la coopération sud-sud et pour le règlement des conflits dans le continent.

Cet académicien a également mis en avant les contributions du Maroc sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed dans la promotion d’un Islam tolérant et modéré dans le continent africain, relevant que le Royaume accueille les sièges de plusieurs organisations dédiées à la cause islamique, entre autres, l’Agence '’Bayt Mal Al Qods Acharif’’ et l’organisation islamique pour l’éduction, les sciences et la culture (ISESCO).

Pour conclure, M. Kyamilev n’a pas manqué de saluer le rôle déterminant de SM le Roi Mohammed VI en tant président du comité Al Qods dans la défense de la cause palestinienne et la préservation de la ville sainte d’Al Qods Acharif contre toutes les tentatives de judaïsation.

M. Paul Kagamé : le retour du Maroc à l’UA resserrera les rangs africains 

Le Président du Rwanda, M. Paul Kagamé, a salué, mardi à Addis-Abeba, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que ce retour resserrera les rangs africains.

Dans une déclaration à la presse, M. Kagamé s’est félicité de la teneur du discours prononcé, mardi, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant le 28è sommet de l’UA, tenu dans la capitale éthiopienne, notant que le discours Royal démontre le rôle du Maroc en tant que fédérateur.

«Avec le retour du Maroc, l’Afrique devient plus grande et plus forte», a-t-il dit, soulignant que le retour du Royaume «est un atout majeur» que les pays africains doivent exploiter pour renforcer leur unité et leur solidarité.

Le retour du Maroc au sein de l'UA, un acquis historique qui aura des effets vertueux sur le tissu économique africain 

Le retour du Maroc au sein de l’UA est un acquis historique qui aura des effets vertueux sur le tissu économique africain, a souligné Mustapha Maghriti, docteur en relations économiques internationales.

Dans une tribune publiée mardi sur le site du quotidien français "Les Echos", l’expert relève qu’on ne peut que congratuler la diplomatie économique et politique marocaine, sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, pour cet acquis historique, ajoutant qu’outre ses effets vertueux sur le plan économique, ce retour au sein de l’UA aura des retombées politiques qui rattraperont le volet économique, et permettra ainsi au Royaume de jouer pleinement son rôle au sein de cette instance africaine. Il a également relevé que le retour du Maroc à l'instance africaine permettra au Royaume d'élargir ses relations économiques avec d'autres pays africains, et ce en durcissant sa présence, cette fois-ci, tant sur le plan institutionnel que sur le plan des instances africaines.

Ce retour s'inscrit dans le cadre de la présence du Maroc dans la trajectoire africaine à travers les multiples visites du Souverain dans nombre de pays africains, poursuit-il, notant que ces tournées se sont concrétisées, sur le plan économique, par des investissements marocains d'envergure dans les différentes sphères économiques africaines ce qui atteste que le Maroc, malgré son retrait de l'OUA depuis 33 ans, a perpétué sa stratégie d'ouverture sur le continent africain en devenant le deuxième investisseur africain après l'Afrique du Sud et en jouant un rôle crucial dans les enjeux climatiques, migratoires et sécuritaires.

Avec un tel retour au sein de la famille africaine, le temps économique rattrapera le temps politique à travers le raffermissement de la présence politique au sein de l'Union africaine, selon l’expert, précisant que la réactivation des relations entre Rabat et l'Union Africaine va permettre au Maroc d'exporter les compétences marocaines en apportant assistance technique et managériale aux pays africains dans plusieurs domaines notamment dans les infrastructures, les télécommunications et les énergies renouvelables.

L'omniprésence du Maroc dans les marchés africains aura aussi des répercussions sur le plan des recettes d'exportation et de devises et contribuera au renforcement de la coopération Sud/Sud, soutient-il.

Un discours royal de raison qui scelle des retrouvailles sincères entre le Maroc et sa famille institutionnelle africaine

Par sa portée historique et sa forte charge symbolique, le discours de SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba scelle des retrouvailles sincères entre le Maroc et sa famille institutionnelle africaine avec laquelle il entend agir côte à côte pour un avenir solidaire.

Sous une salve d'applaudissements par les chefs d’État et de gouvernement africains au siège de l’UA, le Souverain a insisté sur les contributions que peut apporter le Royaume à l’organisation continentale afin que l'Afrique parle d'une seule voix dans le concert des nations. Cet engagement inébranlable en direction de la famille de référence du Royaume témoigne de la détermination du Souverain à voir éclore un nouveau modèle de développement élaboré par et pour l’Afrique.

"Dès que le Royaume siègera de manière effective et qu’il pourra apporter sa contribution à l’agenda des activités, son action concourra au contraire à fédérer et à aller de l’avant", a promis le Souverain, en affirmant que le Maroc est devenu un pays émergent à l’expertise reconnue. Sur le registre de l’action solidaire interafricaine, le discours royal cite les opérations de régularisation des migrants subsahariens au Maroc, dont la première a permis de régulariser et d’intégrer quelque 25.000 migrants. Le discours d'Addis Abeba n’a pas manqué de pointer du doigt les nombreux défis auxquels devra faire face la continent, relevant que l’Afrique, aujourd’hui dirigée par une nouvelle génération de "leaders décomplexés", doit faire confiance en ses propres capacités et prendre conscience de sa force.

"Nous peuples d’Afrique, avons les moyens et le génie; et nous pouvons ensemble réaliser les aspirations et de nos peuples", a lancé le Souverain à l’adresse des dirigeants des pays du continent. Preuve de son implication forte au service du développement socio-économique de ses frères africains, Rabat a conclu depuis l’an 2000 près d’un millier d’accords avec les nations du continent au cours de 46 visites royales effectuées dans 25 Etats. Parallèlement, des ressortissants africains ont pu poursuivre leur formation supérieure dans le Royaume grâce aux milliers de bourses qui leur sont accordées chaque année. Cette interaction dense et continue avec les pays africains s’étend à d’autres domaines, dont celui de la paix et la sécurité. Le Maroc a en effet participé à six opérations de maintien de la paix des Nations unies en Afrique en déployant des milliers d’hommes . 

Les projets d’envergure pourvoyeurs d’emplois et générateurs de richesses ne sont pas en reste dans le partenariat stratégique unissant le Royaume aux Etats du continent. A ce sujet, le Souverain a évoqué le mégaprojet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc qui permettra l’acheminement du gaz vers l’Europe, mais bénéficiera aussi à toute l’Afrique de l’Ouest. Ce projet contribuera à structurer un marché régional de l’électricité et constituera une source substantielle d’énergie au service du développement industriel, de l’amélioration de la compétitivité économique et de l’accélération du développement social.

De plus, le Maroc ne cesse de multiplier les initiatives pour améliorer la productivité agricole et le développement rural, comme en témoignent les unités de production de fertilisants mises en place en coopération avec l’Éthiopie et le Nigeria et dont les bénéfices s’étendront à l’ensemble du continent. C’est le sens même de "l’Initiative Triple A" destinée à renforcer l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques, promue par Rabat lors de la Conférence mondiale sur le climat (COP22) à Marrakech. Dans Son discours, SM le Roi regrette le fait que l’Union maghrébine demeure la région du monde la moins intégrée de l’Afrique, soulignant que l'élan mobilisateur de l’idéal maghrébin, promu par les générations pionnières des années 50, se trouve "trahi".

Ce constat regrettable conforte le Royaume dans son choix de l’Afrique. C’est la raison pour laquelle, conclut le Souverain, le Maroc opte pour le partage de son expertise et son savoir-faire avec les pays du continent pour lequel il propose de bâtir concrètement un avenir solidaire et sûr. 

Le retour du Maroc à l'UA, une "claire victoire" pour Rabat (El Pais)

Le retour du Maroc à l’Union Africaine (UA) constitue une "claire victoire" pour Rabat, souligne mardi le quotidien espagnol El Pais, mettant en exergue les relations économiques et diplomatiques ainsi que les liens religieux et spirituels unissant le Royaume avec le reste des pays du continent africain.

Dans un article dédié à cet événement, le journal espagnol relève que "l'offensive diplomatique du Maroc" pour retrouver sa place au sein de l'UA a pris forme avec le message royal remis au président tchadien Idriss Deby Itno, qui était président en exercice de l’UA, en juillet dernier lors du 27-ème sommet de l’organisation.

En réalité, précise El Pais, cet élan a commencé bien avant avec l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI, ajoutant que le Souverain a effectué, depuis lors, 41 visites à travers le continent, accompagné le plus souvent par des délégations d'acteurs économiques.

Le journal ibérique a mis en exergue, dans le mêmes sens, l’importance accordée par le Maroc au renforcement de ses relations avec les pays africains dans tous les domaines, en particulier sous le règne de SM le Roi Mohammed VI.

"Le Maroc est devenu le premier investisseur en Afrique de l’ouest et le deuxième à l’échelle du continent après l’Afrique du Sud", relève le quotidien, faisant observer, en outre, que le transporteur aérien national, Royal Air Maroc (RAM), assure des liaisons aériennes vers 22 destinations d’Afrique subsaharienne.

Outre le volet économique, El Pais met l’accent sur les liens spirituels et religieux entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne, qui ont été renforcés à travers la création de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains et l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams, morchidines et morchidates.

Le Maroc à l’UA : L’Union européenne ‘’impatiente’’ de travailler avec le Maroc pour consolider le partenariat croissant avec l'Afrique

L’Union européenne a exprimé, mardi, son ‘’impatience’’ de travailler avec le Maroc pour consolider le partenariat croissant de l'UE avec l'Afrique, après le retour du Royaume au sein de l’Union africaine.

‘’Nous sommes impatients de travailler avec l'Union africaine et le Maroc pour consolider le partenariat croissant de l'Union européenne avec l'Afrique’’, a déclaré le porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

L'Union africaine et le Maroc sont des ‘’partenaires clés’’ pour l'Union européenne, a-t-il assuré, relevant que ‘’la coopération et l'intégration régionales sont cruciales pour la prospérité, la stabilité et la paix’’. Pour l’UE, le retour du Maroc au sein de l’UA ‘’réunit tout le continent africain au sein de son organisation régionale’’, ajoute le porte-parole.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Le retour du Maroc au sein de sa grande famille africaine est ‘’bénéfique pour tout le continent’’ (Pdt ROSEVAC)

Le retour du Maroc dans le giron de l’Union africaine, acté lundi à Addis-Abeba à l’occasion du 28è Sommet de cette institution, ‘’ne peut être que bénéfique pour tout le continent’’, a affirmé le président du Réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale (Roscevac), Nicaise Moulombi. 

‘’Le retour du Maroc au sein de sa grande famille africaine est une très bonne chose. C’est tout à fait normal que le Royaume retrouve sa place sur la table afin de faire bénéficier les autres pays de son expertise. Ce retour ne peut donc être que bénéfique pour tout le continent’’, a-t-il indiqué dans une déclaration à la MAP.

La réintégration du Royaume au sein de l’UA va ‘’donner une impulsion à ce que nous pensons être urgent en termes de réformes, notamment au niveau du Conseil de paix et de sécurité’’, a-t-il poursuivi.

M. Moulombi, également président de l’Observatoire du développement durable des produits et des services des industries du Gabon (ODDIG), a relevé que le Maroc a aussi ce leadership pour encourager des réformes au niveau de la Commission économique et sociale de l’Union africaine, afin que la question de l’immigration soit définitivement réglée.

‘’Autant que les Africains vont continuer à mourir à la recherche d’un lendemain meilleur dans un environnement européen certain, se serait la preuve que nos pays souffriront d’insuffisances en termes de gouvernance économique, sociale et démocratique’’, a-t-il met en garde, notant que le Royaume, qui a donné un signal fort en ce sens à travers la régularisation massive des immigrés sur son territoire, peut encourager les autres pays à améliorer leurs politiques dans ce domaine.

Par ailleurs, M. Moulombi, évoquant la consolidation de l’unité africaine, a insisté qu’une unité réelle dépendra de la vision que va imprimer le nouveau président de la Commission africaine, lequel ‘’a devant lui de grands défis à relever’’.

Il a cité à cet égard, en particulier, la mise en oeuvre de l’Agenda-2063 de l’Union africaine, ‘’d’où l’intérêt, a-t-il dit, de revoir le Maroc revenir autour de la table car sur le plan de l’industrialisation et de la transformation structurelle de l’économique, le Royaume, bénéficiant de sa position géostratégique entre l’Europe, les Etats-Unis et les pays de l’Afrique au sud du Sahara, peut effectivement impulser ce nouveau mode économique’’.

Les réformes économiques, démocratiques, de gouvernance, des droits de l’Homme et au sein de l’institution panafricaine elle-même, sont aussi autant d’exigence sur lesquelles il va falloir travailler, a-t-il ajouté.

Au sujet des contradicteurs de ce retour triomphal du Maroc au sein de l’UA, M. Moulombi a fait observer que l’Afrique du sud et l’Algérie, qui sont ‘’restés sur les anciens prismes et n’ont pas suivi l’évolution, ne sont pas favorables à ce retour pour des motivations de leadership économique, mais aussi à cause de la rivalité historique de l’ANC et de la question du Sahara’’.

‘’Le monde est en train de se redéfinir et les enjeux se bousculent. Il faut avoir une vision globale et éviter les positionnements et calculs politiciens (...) qui ne mèneront pas à une Afrique prospère’’, a-t-il conclu.

SM le Roi devant le Sommet de l’UA: un discours empreint d'émotion et de réalisme (journal électronique)

Le discours prononcé, mardi, par SM le Roi Mohammed VI devant le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine (UA), réunis à Addis-Abeba, était empreint de ''beaucoup d'émotion et de beaucoup de réalisme'', affirme Naïm Kamal sur ''Quid.ma''.

''Beaucoup d'émotion et beaucoup de réalisme. Je n’ai pas trouvé mieux, et tant mieux, comme générique pour le discours du Roi Mohammed VI devant le 28èmè sommet de l’Union Africaine. Ce «vous m’avez tous manqué » du souverain lancé à ses pairs africains partait du fond et du cœur et explique l’émotion qui s’est emparée du Roi juste après son discours'', écrit Naïm Kamal, dans un billet sous le titre "Le couronnement".

Et de souligner qu'Addis-Abeba a été, ce mardi, ''l’aboutissement d’un marathon diplomatique que le Souverain a entamé dès son accession au trône et n’a eu de cesse, depuis, de travailler au rétablissement des liens historiques du Maroc avec sa profondeur africaine''.

Le couronnement du Maroc signe aussi l'échec des manoeuvres algériennes. ''En portant à bout de bras depuis plusieurs décennies un Etat chimérique pour le placer entre le Maroc et la Mauritanie, Alger courrait derrière un triple objectif, assurer son hégémonie sur la région, s’ouvrir un accès sur l’Atlantique et couper le royaume de sa continuité africaine. Sur tous les tableaux c’est échec et mat'', affirme Naïm Kamal.

Selon l'auteur du billet, ''Ce Roi, d’une génération de dirigeants africains décomplexée (...), a pourtant tendu la main à Alger en consacrant un long paragraphe de son discours à l’Union du Maghreb Arabe et à ce que ne devrait pas être sa situation. Alger la saisira-t-elle ? Rien n’est moins sûr''.

Le retour du Maroc à l'UA, un acte historique illustrant l’engagement du Royaume à contribuer davantage aux efforts de développement du Continent

Le retour triomphal du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) est un acte historique illustrant l’engagement, sans faille, du Royaume à contribuer davantage aux efforts de développement et d’unité du Continent africain, a révélé le professeur Moctar Ben Haïdara, président de la Fédération Mondiale des Amis du Sahara Marocain (FEDMASAMA).

Le retour du Maroc dans sa famille institutionnelle, l’Union Africaine, permettra au Maroc de continuer, avec plus d’ardeur et de conviction, à assumer les responsabilités qui sont les siennes à tous les niveaux et dans tous les compartiments, a expliqué M. Ben Haïdara dans un article publié mardi par le quotidien ivoirien à grand tirage +Fraternité Matin+.

Cet académicien ivoirien n’a pas manqué de louer l’implication historique et continue du Maroc dans l’intégration africaine depuis ses origines, rappelant, à ce stade, la conférence historique de Casablanca de 1961 annonçant '’une Afrique émancipée, et fondatrice de l’intégration africaine’’.

‘’Cet engagement du Royaume en faveur de l’unité de l’Afrique commence donc avant l’indépendance de la grande majorité des Etats Africains’’, a-t-il relevé, notant que SM le Roi Mohammed VI ne cesse d’expliquer ‘’le positionnement du Royaume dans le concert des Nations africaines en démontrant l’engagement du Maroc en faveur des justes causes et sa foi toujours inébranlable en une Afrique forte de ses richesses et potentialités économiques, fière de son patrimoine culturel et cultuel et confiante en son avenir’’.

M. Ben Haïdara s’est attardé aussi sur les circonstances ayant poussé le Maroc à se retirer le 12 novembre 1984 de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), notant que le Royaume a toujours privilégié le choix du développement humain et durable, la lutte contre la pauvreté et la malnutrition, et la promotion de la santé, l’éducation et du bien-être des populations africaines.

‘’S’investissant dans un modèle unique de coopération Sud-Sud, avec de nombreux déplacement du Souverain à travers le Continent, et des investissements lourds dans tous les secteurs de développement, le Maroc est devenu le premier investisseur en Afrique de l’Ouest et le 2è au niveau de toute l’Afrique’’, s’est félicité cet académicien ivoirien.

Dans la foulée, le professeur met à l’évidence le rôle, éminemment, ‘’avant-gardiste’’ de SM le Roi Mohammed VI dans le développement de l’Afrique, à travers une coopération sud-sud exemplaire et mutuellement avantageuse.

‘’SM le Roi Mohammed VI fait de la coopération sud-sud, un sacerdoce, développant des partenariats gagnant-gagnant, entrainant dans son sillage les plus grands opérateurs économiques marocains, combien décidés à développer des relations mutuellement bénéfiques, avec plusieurs dizaines de conventions signées’’, a-t-il noté.

Et de poursuivre qu’avec le programme annuel de formation de centaines d’imams de chaque pays en Afrique de l’Ouest, le Maroc intervient dans le domaine religieux prônant ainsi, un Islam modéré face aux mouvements djihadistes qui sèment terreur et désolation, estimant que l’Afrique qui en pleure chaque jour, a un grand besoin de son unité, de sa solidarité, de sa cohésion et de son émergence.

Et M. Ben Haïdara de faire observer que la démarche du Royaume en faveur de l’intégrité territoriale, la recherche permanente de l’unité nationale et de la cohésion sociale (….), devrait inspirer les dirigeants africains. 

‘’Grâce à une politique de régionalisation avancée fondée sur le besoin d’implication des populations dans les prises d’initiatives et dans la conduite d’actions visant leur propre épanouissement sociopolitique, culturel et économique, les habitants des provinces du sud du Maroc comprennent qu’ils ont les leviers du pouvoir pour prendre en main leur destinée’’, a expliqué le professeur Ben Haïdara.

‘’Toutes ces actions menées par le Maroc, nous confortent dans la mobilisation au niveau de la FEDMASAMA pour soutenir les initiatives de SM le Roi Mohammed VI pour le retour du Maroc dans sa famille institutionnelle et booster l’intégration africaine’’, a conclu M. Ben Haïdara.

Sommet de l’UA: Le discours de SM le Roi, «un message positif» pour l’Afrique (Président Burkinabé)

Le Président du Burkina Faso, M. Roch Marc Christian Kaboré, a salué le contenu du discours prononcé, mardi, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI lors du 28è sommet de l’Union africaine (UA), tenu à Addis-Abeba, le qualifiant de «message positif» pour l’Afrique.

Dans une déclaration à la presse, M. Kaboré s’est félicité du retour du Maroc au sein de l’UA, soulignant que ce retour consolidera le leadership du continent africain. 

«Le Maroc est venu pour consolider, renforcer et améliorer le leadership de l’Afrique».

La presse burkinabè se fait l'écho du retour triomphal du Maroc au sein de l’UA

La presse burkinabè s’est fait l’écho, mardi, du retour triomphal du Maroc au sein de sa grande famille africaine, mettant en avant une opération de come-back réussie.

Ainsi, le quotidien +Aujourd’hui au Faso+ écrit que 33 ans après avoir quitté l’OUA devenue le 9 juillet 2002, l’UA, le Maroc revient dans le giron unioniste comme le 55e pays.

Ce retour est le fruit d’une diplomatie percutante, mais surtout, grâce à SM le Roi Mohammed VI, '’pétri d’entregent, de tact et qui, dit-on, est très balaize dans la prospective’’.

Dans un article intitulé : ‘’Retour du Maroc et l’élection de Faki à l’UA’’, la publication souligne que ni les réserves de Papy Bob du Zimbabwe ni celles du Sud-Africain, Jacob Zuma n’ont eu d’effet sur ce come-back.

Et d’ajouter que même l’Algérie dont la position prend toujours le contre pied du Maroc n’a rien trouvé à redire.

De son côté, +L’Observateur+ met l’accent sur une opération de come-back réussie hier lundi pour le Royaume qui devient ainsi le 55e Etat membre de l’Union africaine.

Le journal souligne à cet égard l’offensive diplomatique menée par le Maroc depuis juillet 2016.

Pour sa part, +Sidwaya+ écrit qu’après plusieurs années d’absence, ‘’les tractations pour une adhésion du Maroc dans l’instance continentale se sont soldées par une note positive pour les défenseurs de la cause marocaine.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale qu’abrite la capitale éthiopienne Addis-Abeba. 

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine sera très utile pour l’Afrique (chercheur polonais)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) sera très utile pour l’Afrique et ce, grâce au potentiel du Royaume et son positionnement stratégique, a affirmé Mme Malgorzata Bonikowska, directrice du centre polonais des relations internationales, un Think-Tank de renommée européenne basé à Varsovie.

"Les grandes avancées du Maroc sur le chemin du développement durable et sa stabilité politique et sécuritaire sont autant d’atouts qui permettront à l’Afrique et l’organisation panafricaine de faire face aux multiples défis qui se posent, notamment sur les registres de l’immigration, la sécurité, la lutte contre la radicalisation et le développement socio-économique", a-t-elle souligné dans une déclaration à la MAP au lendemain du retour du Royaume à l’UA à une majorité écrasante.

Et d’ajouter que ce retour triomphal est à même de "consolider l’unité africaine et la coopération bilatérale, offrant au continent les moyens nécessaires de résoudre les problématiques posées tant à l’échelle régional qu’international et qui exigent des solutions pratiques".

Tout en relevant l’immense contribution de ce retour dans le renforcement du positionnement de l’Afrique sur la scène internationale ainsi que le raffermissement de ses relations avec l’Union européenne, deux continents si proches et liés par des intérêts communs, Mme Bonikowska a mis en avant le rôle stratégique de premier plan joué par SM le Roi Mohammed VI dans la réalisation de cet objectif.

Elle a salué, à ce propos, "les efforts déployés par le souverain dans le resserrement de la coopération sud-sud et la défense des intérêts de l’Afrique et de son patrimoine séculaire", notant que "la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI est une source d’espoir pour l’Afrique, un continent plus que jamais appelé à mobiliser tout son potentiel pour faire face aux défis actuels et à venir".

Et de conclure que le retour du Maroc pour assumer son rôle d’acteur régional et mondial incontournable après plus de trois décennies d’absence pour des raisons objectives, offre au Royaume l’opportunité de faire entendre sa voix au sein de l’organisation panafricaine et aussi et surtout de consolider le positionnement de l’UA sur le plan international en tant que partenaire incontournable face aux défis planétaires.

Le retour du Maroc à l'Union africaine, "un jour historique" 

Le retour du Maroc dans la grande maison africaine, soutenu par l'écrasante majorité des Etats membres de l'Union africaine (UA), lors du 28e sommet d'Addis-Abeba en Ethiopie, est "un jour historique", indique mardi Radio France Internationale (RFI), notant que le débat à huis clos entre les chefs d’Etat africains a très vite tourné en faveur du Royaume. 

"C’est une victoire personnelle pour le Roi Mohammed VI, qui a mobilisé tous les amis du Maroc en faveur du retour de son pays au sein de l'organisation panafricaine", souligne la radio, ajoutant que de nombreux chefs d’Etat se sont exprimés en faveur de la réintégration du Royaume au sein de l'UA, dont les présidents sénégalais Macky Sall, gabonais Ali Bongo, équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema ou encore congolais Denis Sassou Nguesso. 

Cité par RFI, le ministre des Affaires étrangères du Congo-Brazzaville Jean-Claude Gakosso indique que le retour du Maroc au sein de l’UA, une décision qui relève de la maturité, est un événement très attendu. 

"Voilà une grande nation qui compte parmi les fondateurs de notre Union, qui s'est retrouvée pendant de trop longues années en-dehors de l'Union africaine, alors qu'elle est présente sur le terrain, dans la plupart des pays, par ses investissements, par des interventions diverses. Il était temps que le Maroc revienne dans sa famille naturelle. Les chefs d'Etat lui ont fait comprendre que même s'il y a des problèmes, il vaut mieux les résoudre en famille", a-t-il fait valoir.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a fait une brillante intervention, en rappelant l'histoire et le rôle que le Maroc a joué aux premières heures de ce qui est devenue l'Union africaine et en affirmant que l'opinion la plus partagée à Addis Abeba, était "d'accueillir le Maroc à bras ouverts. C'est un événement qu'il faut saluer", conclut la radio. Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Le Maroc à l'UA: Le retour d'une "puissance économique" (Wall Street Journal)

La réintégration du Maroc au sein de l'Union africaine (UA), sa famille institutionnelle, représente le retour d'une "puissante économie" au sein de ce groupement régional, écrit le quotidien des milieux des affaires américains +Wall Street journal+.

Alors que l'Union africaine cherche à "s'éloigner" du financement international et à devenir plus autonome face aux "tendances isolationnistes" aux Etats Unis et en Europe, l'organisation panafricaine gagne un membre "bien connecté" à l'international, souligne le journal dans un article signé Martina Stevis et Gabrielle Steinhauser.

La publication réagissait au retour triomphal du Maroc au sein de l'UA, acté lundi par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Addis-Abeba, à l'occasion du 28è sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union.

Mettant en avant la coopération du Royaume avec les Etats Unis dans la "guerre contre la terreur", les auteurs de l'article font observer que le Maroc a marqué son émergence en tant que "puissance économique et politique significative" sur le continent, jouissant d'une stature internationale particulière.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28ème sommet de l'organisation continentale qu’abrite la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Trente-neuf pays se sont exprimés, lundi, en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Un discours royalement africain 

Le discours prononcé, ce mardi à Addis-Abeba, par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) engage l’Afrique dans une nouvelle voie, a affirmé Mohamed Mael-Ainin, ex-ambassadeur du Maroc en Argentine, en Jordanie et en Australie.

"Il s’agit d’un ton nouveau. Fort, percutant, tranchant et engageant, le discours royal coupe court avec la langue de bois", a souligné M. Mael-Ainin, également ancien ambassadeur non-résident dans quatorze autres pays, dans un entretien à la MAP.

Avec ce discours royal prononcé avec passion, ''la voix de l’Afrique a sonné fort, en faveur des Africains et de l’Afrique, aux oreilles des non-Africains, et ce à partir de l’enceinte même de l’Organisation que l’on peut nommer aujourd’hui "panafricaine"'', a-t-il indiqué.

Le discours Royal remet l’Afrique au diapason de la Conférence de Casablanca de 1961, qui avait réuni ceux que les peuples africains se font toujours le plaisir de nommer "Les pères fondateurs: SM Mohammed V et le Prince Héritier Moulay Hassan, Jamal Abdenasser, Kwame Nkrumah, Modibo Keïta, Ahmed Sekou Touré, Farhat Abbès…, et qui avaient exprimé leur rêve de voir l’Afrique unie, solidaire, clairvoyante, militante, jalouse de son indépendance et prête à affronter son avenir, a rappelé l’ancien diplomate marocain.

A ces Leaders de l’indépendance, SM le Roi Mohammed VI dit: "dormez confiants. Vous n’êtes pas morts. Vous avez un digne héritier qui reprend le flambeau laissé en déchéance pendant plusieurs décennies. Nul n’est mort s’il a laissé un digne héritier", a, en outre fait savoir M. Mael-Ainin.

Il a, d’autre part, relevé que "l’Histoire avec un grand +H+, a enregistré avec la plus indélébile des encres ce discours royalement africain de SM le Roi Mohammed VI", précisant que ce discours a eu, avec certitude, un fort effet positif sur les chefs d’Etats africains et constitue un appel au réveil de l’Afrique rêvée par les pères fondateurs.

Le retour du Maroc à l'UA, un couronnement d'une action soutenue de la diplomatie marocaine durant la dernière décennie 

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) est le couronnement d’une action soutenue de la diplomatie marocaine durant la dernière décennie, a indiqué, mardi, Saïd Seddiki, professeur des relations internationales à l'Université émiratie Al Aïn des sciences et de technologies.

''Le Maroc est un pays africain influent qui est parvenu ces dernières années à développer des relations de confiance et de partenariat avec la plupart des pays africains, à travers l’adoption d’une diplomatie efficiente axée sur la coopération dans les domaines économique, politique, culturel et religieux'', a ajouté M. Seddiki dans une déclaration à la MAP, suite au soutien de la majorité écrasante des pays africains au retour du Maroc à l’UA, lors du 28ème sommet de l'Organisation panafricaine, qui se tient à Addis-Abeba, en Éthiopie.

''L'ouverture du Maroc, ces dernières années, sur son entourage africain ne s'est pas limitée uniquement à ses alliés traditionnels à l’ouest du continent, mais elle s'est étendue aux pays de l'Afrique de l’Est, comme cela a été illustré par la récente tournée royale durant laquelle des partenariats stratégiques ont été établis et d’importantes conventions dans plusieurs secteurs vitaux ont été signés'', a-t-il dit.

Dans le même sens, M. Seddiki a également fait observer que le retour du Royaume à l’UA constitue ''la fin d’une étape et le début d’une autre, où le Maroc sera un acteur essentiel dans le continent africain’’.

La récupération par le Maroc de son siège au sein de l’UA, avec le soutien d’une majorité écrasante des pays africains, va renforcer davantage les efforts de développement dans le continent africain, en raison de l’expérience et l’expertise accumulées par le Royaume dans différents secteurs, a encore estimé l'académicien. 

Le discours de SM le Roi «est porteur d’espoir» pour l’Afrique (M. Denis Sassou Nguesso)

Le Président de la République du Congo, M. Denis Sassou Nguesso, a salué, mardi à Addis-Abeba, la teneur du discours historique prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI lors du 28è sommet de l’Union africaine (UA), le qualifiant de «porteur d’espoir» pour l’Afrique.

«Le discours de Sa Majesté le Roi est porteur d’espoir», a déclaré à la presse M. Sassou Nguesso, qui a saisi l’occasion pour saluer le retour du Royaume au sein de l’organisation panafricaine.

«Nous allons travailler ensemble pour l’avenir de l’Afrique», a-t-il dit, relevant qu’en recouvrant son siège au sein de l’UA le Maroc «revient chez lui parmi sa famille africaine».

«C’était notre souhait et c’est aujourd’hui notre satisfaction», a dit le Chef d’Etat congolais.

Le Président de l’UA salue la teneur du discours de SM le Roi devant le sommet africain

Le Président guinéen et Président en exercice de l'Union africaine (UA), M. Alpha Condé, a rendu, mardi à Addis-Abeba, un vibrant hommage à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, saluant la teneur du discours prononcé par le Souverain devant le sommet africain.

M. Condé, qui intervenait lors de la cérémonie de clôture du 28ème sommet de l’UA, a affirmé que Sa Majesté le Roi «a parlé avec son cœur» au moment où «l'Afrique doit prendre son destin en main».

Le Président guinéen, qui assurera la présidence de l’UA pendant les douze prochains mois, a noté que l’organisation panafricaine «doit compter sur ses propres forces» pour relever les multiples défis posés.

Le retour du Maroc à l'UA, une grande victoire pour la diplomatie marocaine (expert britannique)

Le retour du Maroc au sein de sa famille africaine constitue une grande victoire pour la diplomatie marocaine, a affirmé M. Olivier Guitta, expert britannique en matière de sécurité et de risque géopolitique, basé à Londres. 

L’Union Africaine va bénéficier de la réintégration en son sein du Royaume, l’un des pères fondateurs de l’OUA, qui ne cesse d’œuvrer pour le développement socioéconomique du continent dans le cadre d’une coopération Sud-Sud solidaire et agissante, a souligné le Directeur général de "Globalstrat". 

Et d’ajouter que le retour du Maroc à l'organisation panafricaine, soutenu par une écrasante majorité de pays membres de l'UA, témoigne du grand respect et de l'estime considérable dont jouit le Royaume sur la scène africaine. 

D’après le patron de ce cabinet britannique spécialisé dans l’analyse des risques géostratégiques, ce retour permettra au Maroc de mieux défendre ses intérêts stratégiques, accélérer le développement socioéconomique du continent et conforter sa stabilité. 

Le député conservateur James Duddridge avait mis en avant, la semaine dernière au Parlement britannique, la percée diplomatique et économique réalisée par le Maroc en Afrique grâce à la politique africaine solidaire initiée par SM le Roi Mohammed VI. 

Le retour du Maroc au sein de l’UA va combler un grand vide et mettra fin à "une anomalie qui n'a que trop duré", avait relevé M. Duddridge, ancien ministre chargé de l'Afrique.

M. Mezouar : le Maroc apporte «une fraicheur» à l’Union africaine

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) apporte «une fraicheur» à l’organisation continentale, a déclaré, mardi, à la MAP le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar. 

Le 28è sommet de l’UA, tenu à Addis-Abeba, a marqué des moments forts dans l’histoire contemporaine du Royaume, qui vient de signer son grand retour dans sa famille institutionnelle africaine, a dit M. Mezouar.

Le discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI lors de ce sommet a été le moment fort du rendez-vous africain, qui a scellé le retour du Maroc, a dit M. Mezouar, tout en se félicitant de ce qu’il a qualifié de «raz-de-marée de soutien» à la demande du Maroc de recouvrer la place qui lui revient au sein de l’organisation africaine. 

Mettant en avant l’accueil chaleureux réservé à Sa Majesté le Roi à son arrivée au siège de l’UA où le Souverain a prononcé un discours historique, M. Mezouar a souligné que le discours Royal a décliné la vision de Sa Majesté le Roi pour l’Afrique, construite à travers des partenariats gagnant-gagnant avec les pays du continent.

Le millier d’accords conclus par le Maroc avec les pays africains depuis l’an 2000 représente «une belle démonstration» de l’engagement du Royaume en faveur d’un partenariat mutuellement avantageux, a-t-il dit.

Faisant observer que l’Afrique est en train de changer à grands pas, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a salué l’émergence d’une nouvelle génération de leaders africains disposant d’une vision claire et pragmatique pour le développement du continent.

L’Afrique a rompu avec les idéologies et se tourne résolument vers un développement capable de générer des richesses et des emplois pour les générations montantes, a poursuivi M. Mezouar. Cette nouvelle réalité africaine interpelle les leaders du continent qui doivent fonder leurs relations sur la confiance mutuelle afin de renforcer le positionnement du continent sur la scène internationale, qui est en train de se configurer. 

Le retour du Maroc à l'UA, une "oeuvre de salubrité publique" pour le développement économique et social de l'Afrique (DG du Centre d'études diplomatiques et stratégiques de Dakar)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine constitue une "oeuvre de salubrité publique" pour le développement économique et social de l'Afrique et la cohérence des politiques du continent, a indiqué le Directeur général du Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS) de Dakar, Babacar Diallo.

"Nous avons salué la décision de SM le Roi Mohammed VI annonçant le retour du Maroc au sein de l'Union africaine. Nous sommes très heureux du dénouement de ce dossier. Il s'agit d'une oeuvre de salubrité publique pour le développement économique et social de l'Afrique et la cohérence des politiques africaines", a relevé M. Diallo dans une déclaration à la MAP.

"Il n'y avait aucun argument qui pouvait empêcher le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle, car le Maroc n'a pas été exclu de l'Organisation de l'Unité africaine, mais l'avait quittée pour protester contre une décision qui portait gravement atteinte à ses intérêts nationaux", a expliqué M. Diallo, également président de l'Institut africain de géopolitique.

"Si le Maroc décide de revenir au sein de l'UA pour y faire prévaloir davantage la légitimité de cette décision et éclairer les autres pays du continent par rapport à la réalité concernant sa souveraineté nationale, cette décision ne peut être que salutaire", a-t-il affirmé, soulignant que "le Maroc n'a jamais cessé d'être africain".

"Maintenant que le Maroc a retrouvé sa place légitime au sein de l'UA, nous estimons qu'on doit arrêter les atermoiements. Il faut que justice soit faite, que la vérité soit dite et qu'il soit procédé, sans délai, à la suspension systématique des activités de cette entité du polisario au sein de l'Union africaine", a-t-il dit.

"Au niveau de l'organisation panafricaine, il faut comprendre qu'il y a une contradiction flagrante, fondamentale, inadmissible et incompréhensible que l'UA reconnaisse le +polisario+ là où, aux Nations unies, le dossier est pendant à la 4è commission", a-t-il relevé.

Et de noter que l'UA n'a aucune légitimité à outrepasser les décisions des Nations unies, première instance à qui incombe la mission de gérer la sécurité collective dans le monde.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Royaume du Maroc au sein de l'Union Africaine, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba, rappelle-t-on. 

Le retour du Maroc à l’Union africaine est "un retour normal" 

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) constitue "un retour normal" à même d'apporter une valeur ajoutée qualitative à l'organisation panafricaine, a souligné Mohamed Nachtaoui, professeur à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Marrakech.

Dans une déclaration à la MAP, M. Nachtaoui a affirmé qu'avec ce retour, le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de la famille institutionnelle africaine, d'où il pourra contribuer et peser de tout son poids pour le règlement de toutes les questions traitées au sein de l'Union.

"Le Maroc a de bonnes relations avec plusieurs pays et il s’ouvre maintenant aux pays anglophones", a relevé l’universitaire qui met en avant le lancement de plusieurs projets évalués à des milliards de dollars, fruit de la tournée royale dans certains pays de l'Afrique de l’Est. De l'avis de M. Nachtaoui, la place principale du Maroc se situe au sein de l'Union africaine et peut être renforcée par un plus grande ouverture du Royaume sur les pays africains.

De même, a-t-il ajouté, le Royaume est doté de compétences économiques et religieuses, ce qui lui permet d’être locomotive de développement en Afrique et de conclure des partenariats dans plusieurs domaines, notant que l'expérience marocaine est fortement présente dans plusieurs secteurs, à l'instar de l’industrie de l’automobile, du secteur des pièces de rechange, du tourisme et des énergies renouvelables. 

La vision dynamique et futuriste de SM le Roi, une plus-value considérable pour une nouvelle organisation régionale

La vision dynamique et futuriste de SM le Roi Mohammed VI, pionnier de la coopération Sud-Sud, constitue une plus-value considérable pour une nouvelle organisation régionale qui, animée par une nouvelle équipe dirigeante, devra se lancer rapidement dans un vaste programme de réformes, a souligné le directeur général de l'Observatoire d’études géopolitiques (Paris) Charles Saint-Prot. 

Dans une déclaration, mardi, à la MAP, l’expert français a indiqué que le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, est véritablement un atout pour une organisation panafricaine, qui a besoin de réformes profondes et d’une vision d’avenir concrète et dynamique, affirmant que la présence active du Royaume au sein de l'organisation va permettre de relancer un projet commun pour bâtir un destin communautaire en phase avec les réalités d’aujourd’hui. 

"Le Maroc rentre dans l’Union africaine par la grande porte et c’est une chance nouvelle pour le développement et la prospérité de toute l’Afrique", a-t-il dit, faisant remarquer qu’il doit être clair que le Royaume renoue simplement avec l’organisation régionale, qui s’inscrit dans la continuité de l’OUA, dont il est membre fondateur, et non avec l’Afrique dont il ne s’est jamais éloigné. 

Dans Son discours au 28ème sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, SM le Roi Mohammed VI a rappelé que le Maroc ne s’est jamais éloigné des autres pays africains et "des relations bilatérales fortes ont ainsi été développées de manière significative", relève M. Saint-Prot, affirmant que le Souverain n’a cessé de donner une impulsion concrète à ces relations, en multipliant les visites dans les différentes régions du Continent. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

D’après la présidence de la Commission de l’Union Africaine, trente-neuf pays se seraient exprimés en faveur du retour du Maroc à l’organisation panafricaine. 

28è Sommet de l’Union africaine : Le Maroc en vedette (journal gabonais)

Le Maroc était en vedette lundi à Addis-Abeba, en Ethiopie, à l'occasion du 28è Sommet de l’Union africaine (UA), les chefs d’Etat des pays membres de l’organisation panafricaine ayant décidé de réintégrer le Royaume au sein de l’UA qu’il avait quittée en 1984 pour marquer son désaccord sur le dossier de son Sahara, écrit mardi le quotidien gabonais +l’Union+.

‘’Le dossier de réintégration du Maroc au sein de l’Union africaine a fini par prospérer au bout d’âpres discussions. Le Royaume fait désormais partie de la grande famille africaine et ce, malgré l’unité du bloc continental qui a de nouveau été mise à rude épreuve’’, souligne le journal dans un article placé sous le titre ‘’Retour du Maroc au sein de l’UA’’.

Le Royaume, fait-il observer, a pu compter sur le ‘’soutien inconditionnel’’ de 42 Etats membres (sur 54), notant que les opposant à ce retour du Maroc n’en restaient pas moins actifs et ont notamment engagé une bataille juridique.

Le retour du Maroc au sein de la grande famille panafricaine, relève l’auteur de l’article, est ainsi l’un des faits marquants des travaux de la première journée de ce 28è sommet de l’Union africaine, au côté de l’élection du ministre tchadien des affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat, à la présidence de la Commission de l’UA, en remplacement de la Sud-africaine Dlamini Zuma.

Le journal évoque également l’adoubement du président de la République de Guinée Conakry, Alpha Condé, à la tête de l’Union africaine, en présence de plusieurs personnalités, dont le nouveau secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, le Portugais Antonio Guterres. 

Le Maroc à l'UA: le Royaume confirme son leadership à l'échelle continentale

L’anthropologue et écrivain marocain, Faouzi Skalli a souligné qu'en réintégrant l'Union africaine (UA) lors du 28ème Sommet de cette organisation, le Maroc confirme son leadership à l'échelle continentale.

La victoire diplomatique que vient de remporter le Royaume en réalisant un succès mémorable a fait office de célébration de sa réintégration au sein de l'UA, a-t-il affirmé, dans un entretien à la MAP, qualifiant de "riche" en enseignements ce retour triomphale.

Cette réintégration, appuyée par la plupart des pays africains, est le résultat d'une vision des relations internationales inscrite, dans la durée, conformément à une action stratégique soutenue, a poursuivi le chercheur, ajoutant qu'elle cadre parfaitement bien avec la logique de la politique africaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui est loin de discours et d'effets d'annonce, mais plutôt basée sur des actions concrètes.

Aux yeux de ce membre de la HACA (Haute autorité de la communication audiovisuelle) et auteur de plusieurs ouvrages, cette politique africaine émane d'une vision stratégique, efficiente et globale prenant en compte les nouvelles réalités géopolitiques et la conjoncture actuelle au niveau mondial. 

"L'Afrique se prend désormais en charge elle-même. Si elle récuse les tutelles, elle devra opter pour des alliances, tout en étant consciente de ses intérêts et de son avenir", a-t-il poursuivi, qualifiant de "révolue" l'époque où des décisions fondamentales étaient prises pour des considérations idéologiques.

M. Skalli a, en outre, fait état de la crédibilité dont jouit aujourd'hui le Maroc, pays qui a su concilier entre vision stratégique et engagement politique au plus haut-niveau de l'Etat avec une conformité et respect du droit international et des règles démocratiques. 

Le processus grâce auquel a été entérinée la réintégration du Maroc à l'UA est également le résultat de la prévalence d'une culture du droit et de démocratie au sein de l'organisation panafricaine, a-t-il signalé, ajoutant que c'est sur cette base que le Maroc se trouve actuellement dans une position confortable parmi les siens et dans sa famille africaine.

Peter Pham sur VOA: Le retour du Maroc à l’UA "consolide la famille africaine dans son ensemble"

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA), sa famille institutionnelle, "consolide la famille africaine dans son ensemble", a affirmé mardi Peter Pham, Vice-Président du prestigieux think tank US, Atlantic Council, et Directeur de l’Africa Center relevant de cette même institution.

"Il faut se rendre à l’évidence, l’UA a une envergure toute autre avec le Maroc en son sein, ce dernier étant le deuxième plus grand investisseur sur le continent, ainsi qu’un contributeur majeur aux différentes missions de maintien de la paix sur le continent", a souligné l’éminent expert US, qui était l’invité de l’émission Daybreak Africa sur les ondes de Voice of America.

Le Maroc, a-t-il dit, apporte également à ce groupement régional son modèle distinctif de stabilité et sa stature en tant que havre de paix et de rayonnement d’un Islam tolérant et ouvert.

Le retour du Royaume au sein de l’UA, a-t-il poursuivi, "a pour vertu de rectifier une injustice historique qui a été perpétrée à l’encontre du Royaume et de rendre, par conséquent, l’Afrique plus forte avec le Maroc en son sein".

L’UE soutient une nouvelle série de projets innovants

La Commission européenne a débloqué, mardi, une nouvelle aide de 33,5 millions d’euros à 17 projets innovants en vue de leur permettre d'intégrer le marché plus rapidement.

Les projets bénéficiaires, impliquant 80 partenaires dans 19 pays, recevront environ 2 millions d’euros chacun. Ce sont les derniers résultats de l'instrument ‘’ Fast Track to Innovation ’’ (FTI), lancé comme projet pilote dans le cadre du programme européen pour la recherche et l'innovation Horizon 2020 .

‘’Soutenir l'innovation créatrice de marché au bénéfice de la croissance et de la création d'emplois est au cœur d'Horizon 2020’’, a commenté Carlos Moedas, commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation, relevant que l’outil ‘’Fast Track to Innovation’’ a attiré des entreprises particulièrement innovantes en leur accordant un avantage dans la course au marché.

D’après la CE, l’éventail de projets inclut, entre autres, un revêtement autonettoyant pour panneaux solaires, une application pour combattre la mortalité des colonies d'abeilles en utilisant des capteurs et la connectivité au réseau pour échanger des informations ou encore des chaussées silencieuses et écologiques en caoutchouc.

D'ores et déjà, 94 projets impliquant 426 participants issus de 27 pays ont été sélectionnés pour bénéficier d'un total de 200 millions d’euros de subvention depuis que l'instrument FTI a été lancé en janvier 2015 . Horizon 2020 est le plus grand programme de recherche et d'innovation jamais réalisé par l'Union européenne. Outre l'intérêt que lui portent les investisseurs des secteurs public et privé, il bénéficie d'un financement de près de 80 milliards d'euros sur 7 ans (2014-2020). 

Le retour du Maroc à l'UA est un "retour à la légitimité" (expert sénégalais)

Le retour victorieux du Maroc au sein de l'Union africaine (UA) est un "retour à la légitimité", a assuré, M. Latif Aidara, enseignant chercheur au Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS) de Dakar.

"La réintégration du Maroc au sein de l'Union africaine n'est qu'un retour à la légitimité, car le Maroc est un membre fondateur de l'Organisation de l'Unité africaine (OUA)", a-t-il déclaré à la MAP, en réaction au retour triomphal du Maroc au sein de sa famille institutionnelle, acté lundi à Addis-Abeba, à l'occasion du 28è sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA.

"Le remplacement de l'OUA par l'UA n'efface pas les actifs et passifs de l'OUA. Par conséquent, la notion de membre fondateur est revenue de manière beaucoup plus lointaine au Maroc", a estimé M. Aidara, également directeur de l'Observatoire des menaces terroristes, des radicalismes, des risques criminels et cindyniques, relevant du CEDS.

"La bataille est, certes, gagnée mais la guerre doit continuer. Ce n'est pas seulement la guerre du Maroc, mais elle est celle de toute l'Afrique", a-t-il affirmé.

"Cette offensive doit être menée également par les intellectuels qui doivent tout faire pour être en phase avec leurs propres consciences", a-t-il souligné, appelant l'Union africaine à se conformer à la légalité internationale.

"L'UA ne peut pas être la seule organisation au monde à reconnaitre la pseudo +RASD+", s'est-il indigné, notant qu'"aucune autre organisation internationale ne reconnait cette entité, que l'on ne peut en aucun cas qualifier d'Etat au vrai sens du terme, car un Etat obéit à des règles définies par le droit international".

"La +RASD+ ne respecte aucune règle du droit international. Même ses soi-disant représentants ne résident pas dans le territoire revendiqué. Ils sont dans un pays voisin depuis lequel ils prétendent maitriser un territoire, ce qui est inédit au niveau mondial", a-t-il affirmé.

A ce titre, a-t-il poursuivi, nous demandons à l'Union africaine de corriger cette aberration car il est inadmissible que des Etats souverains et indépendants puissent siéger à côté d'un pseudo "Etat", qui n'est, en réalité, qu'un instrument entre les mains d'un Etat tiers pour nuire à un autre Etat.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l'UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale qu’abrite la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Trente-neuf pays se sont exprimés, lundi, en faveur du retour du Maroc à l’UA. 

Le retour du Maroc à l'UA, un triomphe de la légitimité et une consécration de la place et du rôle majeurs du Royaume à l’échelle continentale (Pdt du conseil régional de Laâyoune)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) est un triomphe de la légitimité et une consécration de la place et du rôle majeurs du Royaume à l’échelle continentale, a souligné le président du conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ouled Errachid.

Dans une déclaration à la MAP, M. Ouled Errachid a affirmé que ce retour du Royaume dans le giron africain à la faveur d’une vision royale perspicace, est la juste expression du leadership de SM le Roi Mohammed VI et de l’aura dont jouit le Souverain sur le plan continental.

Le président du conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra a rappelé, à ce propos, que "ce chantier de réintégration de l’Union africaine avait été annoncé par le Souverain dans le discours adressé à la nation à l’occasion du 40è anniversaire de la Marche Verte’’, mettant l’accent sur l’importance de la mobilisation pour l’aboutissement de tous les chantiers initiés sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI. 

Il a tenu, dans ce sens, à exprimer toute la fierté et la joie des élus et de l’ensemble des populations des provinces du sud de cette victoire et de ce retour triomphal du Maroc dans la grande famille africaine pour œuvrer au service du développement de tout le continent.

Retour du Maroc à l’UA: Le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi, apporte la "robustesse" de sa stature régionale et internationale (National Interest)

Avec le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA), sa famille institutionnelle, le Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, apporte "la robustesse" de son modèle et de sa stature internationale au bénéfice de ce groupement régional qui fait face aujourd’hui à des défis majeurs liés au terrorisme, à l’exacerbation de la crise des réfugiés et à la démocratisation, autant de problèmes qui engagent les intérêts et la sécurité nationale des pays occidentaux, écrit mardi l’influent magazine américain National Interest.

“Il suffit de jeter un regard scrutateur et prospectif sur le monde pour se rendre compte qu’il n’existe pas de défis plus immédiats pour le monde occidental que l’avenir de l’Afrique”, note le magasine US, dans une analyse intitulée: “L'Union africaine mérite un regard nouveau”, signée Ahmed Charai, éditeur et membre de plusieurs think tanks US.

C’est pour ces raisons et bien d’autres liées notamment à la question du développement durable et la coopération Sud-Sud que le retour du Maroc au sein de l’UA est porté par la robustesse de son modèle et de sa stature régionale et internationale, estime la publication US, en faisant remarquer que le retour du Royaume au sein de l’organisation panafricaine intervient après une absence de 32 ans, consécutive à une injustice commise à l’égard du Maroc.

Et de rappeler, à ce propos, que “durant la guerre froide, le régime algérien servait comme poste d’avant-garde de l’Union soviétique dans le continent africain et a, de ce fait, oeuvré à isoler le Maroc, un allié de longue date des Etats-Unis d’Amérique, de ses frères africains”.

Pis encore, poursuit le National Interest, “les séparatistes du polisario, soutenus par le régime algérien, ont été instrumentalisés pour servir de symbole révolutionnaire de gauche au sein de l’UA”. Toutefois, note l’analyse, le verdict de l’histoire a été sans appel, dans la mesure où une génération plus tard, “ces problèmes ont commencé à disparaître avec la banqueroute du régime algérien, liée notamment à la dégringolade des cours du pétrole et avec elle l’influence d’Alger dans son environnement régional immédiat”.

Dans le même temps, “le Maroc, grâce à la Monarchie constitutionnelle, a consolidé ses structures de gouvernance pluraliste et diversifié son économie, dans un contexte de prospérité ayant permis entre autres la mise en valeur et à contribution des différents acteurs de la société civile”, fait observer le National Interest.

“Sa Majesté le Roi a consacré ses ressources considérables en faveur de l’intégration régionale et des investissements en Afrique visant à induire un développement durable dans le continent et à y asseoir la sécurité et la stabilité”, indique l’auteur de l’analyse, en rappelant que le Souverain a effectué, à cet effet, plusieurs dizaines de visites en Afrique.

Le Souverain, souligne le National Interest, “croit fermement en l’impérieuse nécessité de consolider et de sécuriser le continent africain que Sa Majesté le Roi perçoit commet étant partie essentielle de la sécurité nationale du Royaume et de celle de la communauté internationale dans son son ensemble”.

“Sa Majesté veut que le Maroc serve de passerelle entre les alliés occidentaux du Royaume et les nations africaines en plein développement”, note la publication américaine, en affirmant que cette vision géostratégique “mérite toute l’attention de l’Administration Trump, car les menaces sécuritaires et les crises humanitaires, tout comme la mise en valeur des opportunités économiques sont de nature à impacter substantiellement la communauté internationale”.

La France salue le retour "historique" du Maroc au sein de l'Union africaine

La France a salué, mardi, le retour "historique" du Royaume du Maroc au sein de l’Union africaine, "où il a toute sa place". 

"Il s'agit d’une étape majeure dans la voie de l’unité, de la stabilité et du développement du continent africain", a souligné le Quai d'Orsay dans une déclaration rendue publique par son porte-parole, Romain Nadal. 

"La France est à la disposition de tous les pays africains pour travailler ensemble à la réalisation de ces objectifs", a ajouté la même source.

"Nous nous réjouissons de poursuivre notre coopération étroite avec l’Union africaine en faveur de la stabilité et de la paix sur l’ensemble du continent africain, ainsi qu’en faveur de son développement durable", a en outre affirmé le ministère français des Affaires étrangères.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Royaume du Maroc au sein de l’Union Africaine, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba.

M. Tayeb Boutbouqalt : le retour du Maroc à l'UA, un "retour naturel et légitime" 

Le retour du Maroc à l'Union Africaine (UA) est un "retour naturel et légitime", a souligné lundi Tayeb Boutbouqalt, professeur à l'Université Abdelmalek Essaâdi de Tanger.

"Le retour naturel et légitime du Maroc au sein de sa famille africaine contribuera davantage au renforcement de la position et du rôle de l’Union Africaine", a indiqué M. Boutbouqalt dans une déclaration à la MAP.

L'Afrique "va gagner beaucoup" grâce au retour du Maroc au sein de l’UA, a-t-il dit, rappelant que le Royaume figure parmi les pays fondateurs de l’Organisation de l'Union Africaine (OUA).

Dans le même sens, il a également fait observer que le retour du Royaume à l’UA constitue une victoire de la diplomatie marocaine, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

D’après la présidence de la Commission de l’Union Africaine, trente-neuf pays se seraient exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

L’Espagne félicite le Maroc pour son retour à l’UA

Le gouvernement espagnol félicite le Maroc pour son retour à l’Union africaine (UA), ainsi que cette organisation pour la décision adoptée dans ce sens lors de son 28ème sommet tenu à Addis-Abeba, indique le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération. 

"Le gouvernement espagnol exprime sa grande satisfaction face à cette décision, vu les relations excellentes de l’Espagne avec le Maroc, pays voisin et partenaire stratégique, ainsi qu’avec l’Union africaine, interlocuteur indispensable dans le continent africain", ajoute la même source dans un communiqué parvenu mardi à la MAP.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Royaume du Maroc au sein de l’Union Africaine, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba.

L’UA accueille désormais un pays porteur d’une vision novatrice pour l’Afrique

Soutenu par une majorité écrasante de pays frères et amis africains pour être porteur d’une vision novatrice pour le continent, le Royaume du Maroc a signé, lundi soir, un retour triomphal au sein de l’Union africaine (UA). 

Ce retour a été largement salué par les chefs d’État et de gouvernements de l’Union qui, désormais, ne verront plus leur organisation de la même manière, car elle accueille aujourd’hui un membre de marque, un partenaire influent qui a son mot à dire et qui veut consolider l’action de la famille institutionnelle africaine en s'attaquant aux problèmes de développement et à ceux liés à la sécurité et la stabilité de l'Afrique.

Cette grande ambition est soutenue aujourd’hui par SM le Roi Mohammed VI à la faveur d’une vision porteuse de grands desseins pour le continent, désormais inscrite dans la nouvelle orientation diplomatique du Royaume.

«Ma vision de la coopération Sud– Sud est claire et constante : Mon pays partage ce qu’il a, sans ostentation», a souligné mardi SM le Roi Mohammed VI dans Son premier discours devant le 28ème sommet de l'Union africaine à Addis Abeba.

Formulé dans la franchise et la sincérité, le discours du Souverain est venu rassurer sur les intentions du Maroc en réintégrant sa famille institutionnelle après une absence de plus de trente ans.

«Loin de nous, l’idée de susciter un débat stérile ! Nous ne voulons nullement diviser, comme certains voudraient l’insinuer !», a assuré le Souverain, notant que l’action du Maroc «concourra, au contraire, à fédérer et à aller de l’avant».

Le Maroc nourrit également une ambition de grandeur pour ce continent tant meurtri par les guerres et les divisions, otage des pesanteurs mutilantes d'une vision réductrice de son potentiel pluriel et diversifié.

Dans ce contexte, il aspire, en toute humilité, à apporter sa pierre à l’édifice en mettant à la disposition des frères et amis africains son expérience, son savoir faire et son potentiel car il est conscient qu’il s’agit d’une œuvre commune qui appelle la conjugaison des efforts de tous. 

«Certains avancent que, par cet engagement, le Maroc viserait à acquérir le leadership en Afrique. Je leur réponds que c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership», a tranché le Souverain.

SM le Roi s’est également voulu rassurant quant à l’action que le Maroc souhaite développer au sein de l’Union africaine, fort de son dynamisme dans le continent et de l’expertise qu’il a développée dans le cadre de sa politique étrangère orientée vers l’Afrique. 

«Dans le cadre d’une collaboration éclairée, le Maroc, acteur économique de premier plan en Afrique, deviendra un moteur de l’expansion commune», a précisé SM le Roi.

En effet, l’action diplomatique déployée en direction de l’Afrique, confortée par les visites du Souverain dans plusieurs pays frères et amis du continent, est basée à la fois sur l’ancrage historique du Maroc et sur une stratégie rénovée, en phase avec les perspectives de croissance prometteuses que recèlent nombreux pays africains et l'esprit d'une nouvelle génération de leaders africains qui aspirent à un avenir meilleur pour leurs concitoyens et qui sont complètement affranchis des complexes hérités du passé colonial.

Le retour du Maroc à l’Union africaine permettra donc de consolider l’attachement du Royaume à son prolongement naturel vital et stratégique. Le Royaume n’a-t-il pas ses racines nourricières en Afrique ? Quant à l’Union Africaine, en actant la réintégration du Maroc, elle renoue avec un partenaire de taille et un pays devenu aujourd'hui leader en matière de coopération solidaire et qui milite en faveur d’une Afrique qui compte sur elle-même. SM le Roi n’a d’ailleurs pas manqué de réitérer à l’adresse du sommet sa doctrine africaine qui consiste à faire confiance à l’Afrique, à ses richesses et ses hommes.

«Nous, peuples d’Afrique, avons les moyens et le génie ; et nous pouvons ensemble, réaliser les aspirations de nos peuples », a affirmé le Souverain.

Le retour du Maroc à la famille institutionnelle africaine doit en définitive être perçu comme un moyen de consolider l’action de l’organisation panafricaine pour qu’elle puisse relever les défis du développement et de la sécurité, des domaines où le Royaume peut jouer un rôle majeur pour faire du continent un havre de paix et un espace de prospérité partagée. 

M. Mohamed Amrani Boukhoubza : le retour du Royaume à l’UA, "une victoire de la diplomatie marocaine"

Le retour du Royaume du Maroc à l'Union Africaine (UA) est "une victoire de la diplomatie marocaine", sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a souligné Mohamed Amrani Boukhoubza, professeur du droit public à l'Université Abdelmalek Essaâdi de Tanger.

Dans une déclaration à la MAP, M. Boukhoubza a relevé que "ce retour couronne les efforts diplomatiques du Royaume et reflète le succès de la diplomatie marocaine, malgré les obstacles dressés par les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume".

Dans le même sens, il a rappelé que "le chemin du retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, qui a beaucoup tardé, était semé d’embûches".

Par ailleurs, M. Boukhoubza a fait observer que le retour du Maroc à l’UA devra contribuer au renforcement de l’unité du continent africain et à son développement dans différents domaines.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

D’après la présidence de la Commission de l’Union Africaine, trente-neuf pays se seraient exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

M. Sehimi : le retour du Maroc à l’UA, une grande victoire diplomatique du Royaume

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA) est la traduction d'une grande victoire diplomatique du Royaume, a estimé le professeur de droit et politologue, Mustapha Sehimi.

"Ce retour a trait à la réparation d’une injustice perpétrée en novembre 1984 lorsque l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), dans des conditions d’illégalité établies, avait accordé un siège à la pseudo RASD", a souligné M.Sehimi, dans une déclaration à la MAP.

L’Afrique, aujourd’hui, redonne ainsi tout son sens aux principes de légalité qui sont l’un des socles de la Charte continentale adoptée lors du Sommet de Lomé, en juillet 2000, a affirmé le politologue.

Pour M.Sehimi, ce retour est favorisé par le projet démocratique du Maroc, ses chantiers et ses réformes ainsi que sa vision à l’international.

"La doctrine a été mise en relief dans le discours historique de SM le Roi du 24 février 2014 appelant l’Afrique à faire confiance aux africains et à assumer son destin", a-t-il ajouté.

Si le Maroc n’était pas dans le cadre institutionnel de l’UA, il n’a jamais cessé de promouvoir et d’élargir le champ de ses relations avec les pays africains, fait remarquer M.Sehimi.

Aujourd’hui, au sein de cette même UA, le Royaume entend apporter et partager avec les pays africains, son expérience, son expertise dans de nouveaux domaines, notamment l’environnement, le développement durable, la formation, le micro-crédit aux agriculteurs et les énergies renouvelables, a indiqué le politologue.

Il faut y ajouter ce que l’on appelle la vision marocaine d’un Islam tolérant et modéré et une contribution particulière à la lutte anti-terroriste.

Pour M.Sehimi, le tissu de relations diplomatiques conforté depuis des décennies et redéployé en direction de diverses latitudes ne peut être qu’une valeur ajoutée à la diplomatie africaine.

Le continent ne peut que bénéficier de cette voix marocaine et du leadership moral et politique de SM le Roi, a-t-il relevé. 

"Avec l’admission du Royaume, c’est l’Afrique qui assume aussi ses responsabilités, elle contrecarre les manœuvres de certains qui ont tant pesé sur les divisions au sein de ce continent au lieu de s’atteler à œuvrer au bien-être de leurs peuples, à leur progrès social et à leur développement", a souligné M.Sehimi.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

SM le Roi regrette que la flamme de l'UMA se soit éteinte, parce que la foi dans un intérêt commun a disparu

SM le Roi Mohammed VI a regretté, mardi à Addis-Abeba, que la flamme de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) se soit éteinte, parce que la foi dans un intérêt commun a disparu. 

L'élan mobilisateur de l’idéal maghrébin, promu par les générations pionnières des années 50 se trouve "trahi", a ajouté SM le Roi dans un discours prononcé devant le 28ème sommet de l'Union Africaine (UA). 

Le Souverain a également regretté de voir l’UMA comme "la région la moins intégrée du continent africain, sinon de toute la planète". 

Alors que le commerce intra-régional s’élève à 10% entre les pays de la CEDEAO, et à 19% entre les pays de la SADEC, il stagne à moins de 3% entre les pays du Maghreb, a constaté SM le Roi. 

Le Souverain déplore que les pays du Maghreb sont à un niveau de coopération économique "très faible", au moment où la Communauté Economique d’Afrique de l’Est avance dans des projets d’intégration ambitieux, et que la CEDEAO offre un espace fiable de libre circulation des personnes, des biens et des capitaux. 

Le Souverain a averti, dans ce cadre, que si les membres de l'UMA n'agissent pas et prennent exemple sur les sous-régions africaines voisines, "l’UMA se dissoudra dans son incapacité chronique, à rencontrer les ambitions du Traité de Marrakech, qui lui a donné naissance il y a 28 ans". 

Ce constat, assure SM le Roi, conforte le Maroc dans son choix de l’Afrique. "Ainsi faisant, Mon pays opte pour le partage et le transfert de son savoir-faire ; il propose de bâtir concrètement un avenir solidaire et sûr. Nous enregistrons, avec fierté, que l’histoire nous donne raison", s'est réjoui le Souverain.

M. Hamza Boulahcen : le retour du Maroc à l’UA, résultat d’une dynamique diplomatique menée sous le leadership de SM le Roi

Le retour du Maroc à l'Union africaine (UA) est le résultat d’une dynamique diplomatique menée sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, a affirmé, lundi, Hamza Boulahcen, enseignant des Relations internationales à la Faculté polydisciplinaire d’Errachidia.

Le retour du Maroc au sein de l’institution africaine est lié aux visites effectuées par SM le Roi dans de nombreux pays africains depuis l’accession du Souverain au Trône notamment la visite des pays qui comptaient parmi les Etats hostiles à l’intégrité territoriale du Royaume, a déclaré à la MAP cet expert des questions africaines, relevant que les visites du Souverain dans les pays du continent ont préparé le retour du Maroc à l’organisation panafricaine.

Le message adressé par SM le Roi au 27è sommet de l’UA relatif à la réintégration du Maroc à l’UA a été salué par la majorité des pays du continent, a-t-il rappelé, soulignant que 28 Etats du continent ont pris l’initiative de s’adresser à la présidence de l’UA pour exprimer leur souhait de voir le Maroc reprendre sa place au sein de l’institution africaine et demander aussi le gel de la candidature de la pseudo + rasd +. La volonté du Maroc de réintégrer l’UA avait été annoncée par le Souverain dans Son message au 27-ème sommet de l’UA tenu à Kigali au Rwanda, et dans lequel SM le Roi avait affirmé que le moment est arrivé pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale qu’abrite la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

Trente-neuf pays se sont exprimés, lundi, en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Mme Dlamini-Zuma se félicite du retour du Maroc au sein de l'Union africaine

L’ancienne présidente de la commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, s’est félicitée, mardi, du retour du Maroc au sein de l’UA.

«Je tiens de souhaiter la bienvenue au Royaume du Maroc» au sein de l’UA, a dit Mme Zuma sur son compte Twitter, soulignant que le retour du Maroc devra renforcer l’action de l’organisation continentale.

Le 28è sommet de l’UA, tenu dans la capitale éthiopienne, a pris «une décision historique de renforcer l’unité de la communauté des Etats africains en appuyant par consensus le retour du Maroc».

Retour du Maroc à l’UA: La promesse d’un déploiement consolidé du partenariat Maroc-Etats Unis en Afrique (The Huffington Post)

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA), sa famille institutionnelle, élève le continent africain au rang d’espace d’expression prometteur et consolidé du partenariat séculaire entre le Maroc et les Etats-Unis, le Royaume constituant pour l’administration Trump "la clé pour assurer l’envol du potentiel africain", écrit mardi The Huffington Post.

"Le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, constitue un passage incontournable pour l’Administration Trump dans le but d’assurer l’envol du potentiel africain, le Royaume étant le plus ancien allié des Etats-Unis, tout en se démarquant par sa stabilité et par sa marche résolue vers le progrès à la faveur de réformes démocratiques abouties, initiées depuis l’accession du Souverain au Trône", souligne l’influente publication US, dans une analyse signée Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d’administration de plusieurs think tanks US.

The Huffington Post rappelle, dans ce contexte, que les réformes mises en œuvre sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi ont permis, entre autres, de consolider les pouvoirs de l’institution législative, élue dans la liberté et la transparence, ajoutant que le leadership Royal a donné lieu à la conclusion d’une série d’accords de libre-échange avec des nations africaines, européennes ainsi qu’avec les Etats-Unis.

"Ce Souverain réformateur a également lancé une stratégie de réforme du champ religieux ayant donné lieu à la formation d’imams aux préceptes de l’Islam authentique porté sur les valeurs de paix, d’ouverture et de respect de l’autre", rappelle l’auteur de l’analyse, en soulignant que cette approche multidimensionnelle a pour vertu cardinale de barrer la route à l’extrémisme violent.

Au moment où le continent africain fait face à divers défis liés notamment à la menace terroriste, au commerce, au développement durable, à la migration et aux réformes démocratiques, le timing est on ne peut plus opportun pour le déploiement du partenariat maroco-américain en Afrique, au bénéfice des pays de cette partie du monde, estime le journal, en soulignant que le retour du Maroc au sein de l’UA constitue, à ce propos, "un événement politique de la première importance".

"Le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle est de nature, en effet, à insuffler une nouvelle dynamique à l’Union africaine, qui doit s’inspirer du modèle de développement du Royaume en matière économique et en matière de réformes politiques", poursuit la publication américaine.

Et de noter que le retour du Maroc à l’UA permettra un meilleur échange de renseignements pour ce qui est de la lutte anti-terroriste, le Royaume disposant d’une expérience et d’un savoir-faire qui le distinguent aux plans régional et international.

The Huffington Post conclut que "l’Administration Trump dispose ici d’une opportunité de déployer un partenariat agissant avec le Maroc et l’Union africaine dans le but de promouvoir la paix, la prospérité et le développement durable sur le continent, tout en apportant des solutions concrètes aux problèmes de la migration et de la violence".

SM le Roi : C'est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership

Le Maroc a pour ambition d'apporter sa contribution à l’agenda des activités de l'Union Africaine (UA), d'agir pour fédérer et à aller de l’avant et "C’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership". 

C'est dans ces termes que SM le Roi Mohammed VI a résumé les objectifs du retour du Maroc à son siège au sein de l'UA dans un discours prononcé mardi devant le 28e sommet de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba en Éthiopie. 

"Certains avancent que, par cet engagement, le Maroc viserait à acquérir le leadership en Afrique. Je leur réponds que c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership", a rétorqué SM le Roi. 

"Nous n’ignorons pas que nous ne faisons pas l’unanimité au sein de cette noble assemblée. Loin de nous, l’idée de susciter un débat stérile ! Nous ne voulons nullement diviser, comme certains voudraient l’insinuer !", a dit le Souverain. 

"Vous le constaterez : dès que le Royaume siègera de manière effective, et qu’il pourra apporter sa contribution à l’agenda des activités, son action concourra, au contraire, à fédérer et à aller de l’avant", a promis Sa Majesté le Roi. 

"Nous avons participé à l’avènement de cette belle construction panafricaine, et nous souhaitons tout naturellement y retrouver la place qui est la nôtre", a affirmé SM le Roi, ajoutant que "pendant toutes ces années, et sans ressources naturelles, le Maroc est devenu un pays émergent, à l’expertise reconnue ; il est aujourd’hui l’une des nations les plus prospères d’Afrique". 

SM le Roi: Le Maroc rentre dans l'UA par la grande porte

SM le Roi Mohammed VI a assuré, mardi à Addis-Abeba, que le Maroc rentre dans l'Union Africaine (UA) par la "grande porte", comme en témoigne l'accueil chaleureux réservé par les frères africains au retour du Royaume à cette institution panafricaine. 

"Le Maroc ne rentre pas dans l’UA par la petite, mais par la grande porte. L’accueil chaleureux que nos frères africains nous réservent aujourd’hui en témoigne", a affirmé le Souverain, dans un discours prononcé devant le 28 sommet de l'UA qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

SM le Roi a ainsi saisi cette occasion pour inviter, avec enthousiasme, les nations africaines à s’associer au dynamisme du Maroc et à donner un élan nouveau au Continent africain tout entier.

"Il est temps que les richesses de l’Afrique profitent à l’Afrique. Nous devons œuvrer afin que notre terre, après avoir subi des décennies de pillages, entre dans une ère de prospérité", a dit le Souverain.

SM le Roi a noté que pendant longtemps, les pays africains ont tourné leur regard ailleurs, "pour prendre une décision, un engagement". "N’est-il pas l’heure de faire cesser ce tropisme ? N’est-il pas l’heure de nous tourner vers notre continent ? De considérer ses richesses culturelles, son potentiel humain ?, s'interroge le Souverain.

Pour SM le Roi, l’Afrique peut être fière de ses ressources, de son patrimoine culturel, de ses valeurs spirituelles et l’avenir doit porter haut et fort cette fierté naturelle !

L’Afrique, qui dispose des outils de régulation et des institutions judiciaires, telles que les Conseils constitutionnels et les Cours Suprêmes, à même de trancher les contentieux et les recours électoraux, "peut et doit valider elle-même ses processus électoraux, et cautionner ainsi le choix libre de ses citoyens", a affirmé le Souverain, avant de noter que ces organismes pourraient, le cas échéant, être renforcés. 

SM le Roi a constaté, dans ce sens, que "l’Afrique est aujourd’hui dirigée par une nouvelle génération de Leaders décomplexés, qui œuvrent en faveur de la stabilité, de l’ouverture politique, du développement économique et du progrès social de leurs populations".

"Ils agissent avec détermination, fermeté et conviction, sans se soucier d’être 'notés' ou évalués par l’occident", a indiqué le Souverain.

Depuis plusieurs années, a noté SM le Roi, le taux de croissance de certains pays du Nord ne dépasse pas celui de certains pays africains; la faillite de leurs sondages révèle combien ils ont perdu toute capacité de comprendre les aspirations de leurs peuples !

Et pourtant, a ajouté le Souverain, ces pays à la situation sociale et économique défaillante, au leadership faiblissant "s’arrogent le droit de nous dicter leur modèle de croissance !"

SM le Roi a tenu à réitérer que la notion de tiers-mondisme est "dépassée".

"Je le répète ! La notion de tiers-mondisme me paraît dépassée !", a martelé le Souverain, ajoutant que ces agissements relèvent plutôt de l’opportunisme économique : la considération et la bienveillance accordées à un pays ne doivent plus dépendre de ses ressources naturelles et du profit qu’on en espère !

SM le Roi a, par ailleurs, souligné que le Royaume du Maroc a choisi la voie de la solidarité, de la paix et de l’union, réaffirmant Son engagement en faveur du développement et de la prospérité du citoyen africain.

"Nous, peuples d’Afrique, avons les moyens et le génie ; et nous pouvons ensemble, réaliser les aspirations de nos peuples", a lancé le Souverain à la Tribune du sommet de l'UA.

SM le Roi met en avant la contribution du Maroc aux efforts de maintien de la sécurité et de la paix en Afrique

SM le Roi Mohammed VI a mis en avant la contribution du Maroc aux efforts de maintien de la sécurité et de la paix en Afrique, ainsi que la portée de la politique migratoire adoptée par le Royaume, qui s'inscrit dans un esprit de solidarité et d’humanisme. 

Les liens du Maroc avec l'Afrique "sont restés puissants en termes de sécurité et de paix. Faut-il rappeler que nous avons toujours été présents, lorsqu’il s’est agi de défendre la stabilité du Continent ?", a affirmé le Souverain dans un discours prononcé devant le 28è sommet de l’Union africaine (UA), mardi à Addis-Abeba. 

"Ainsi, depuis son indépendance, le Maroc a participé à six opérations de maintien de la paix des Nations-Unies en Afrique, déployant des milliers d’hommes dans les différents théâtres d’opération. Les troupes marocaines sont, aujourd’hui encore, déployées en RCA et RDC", a rappelé SM le Roi. 

"De même, le Maroc a mené des médiations qui ont permis de faire avancer substantiellement la cause de la paix, notamment en Libye et dans la région du Fleuve Mano", a ajouté le Souverain. 

Par ailleurs, SM le Roi a mis en avant la politique migratoire adoptée par le Royaume, qui s’inscrit dans un esprit de solidarité et d’humanisme. 

"Ma vision de la coopération Sud-Sud est claire et constante : Mon pays partage ce qu’il a, sans ostentation", a affirmé à ce propos le Souverain, ajoutant qu'à "l’intérieur de Mon pays, les Subsahariens sont accueillis dans les termes que nous avions annoncés : plusieurs opérations de régularisation ont été lancées ; la première phase avait déjà bénéficié à plus de vingt-cinq mille personnes. (...) la deuxième vient d’être lancée avec succès, il y a quelques semaines, selon le même esprit de solidarité et d’humanisme". 

"Nous sommes fiers de ces actions. Elles étaient nécessaires, vitales pour ces hommes et ces femmes qui ont trop longtemps souffert de la clandestinité. Et nous agissons pour que ces personnes ne vivent plus en marge, sans emploi, sans soin, sans logement, sans accès à l’éducation", a fait valoir SM le Roi. 

"Nous agissons pour que les couples, en particulier les couples mixtes, composés de marocains et de conjoints subsahariens, ne soient pas séparés", a encore souligné SM le Roi, affirmant que "toutes ces actions constructives, en faveur des immigrés, ont ainsi justement conforté l’image du Maroc, et renforcé les liens que nous avions d’ores et déjà constitués". 

Le Président Alpha Condé rend un vibrant hommage à Feu SM Mohammed V, un des pères fondateurs de l'OUA

Le Président guinéen et Président de l’Union africaine (UA), M. Alpha Condé, a rendu, mardi à Addis-Abeba, un vibrant hommage à Feu SM Mohammed V, un des pères fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), prédécesseur de l’UA. 

Le Président Condé a, ainsi, tenu à saluer, à l’issue du discours historique prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant le 28è sommet des Chefs d’Etat africains, l’apport précieux de Feu SM Mohammed V dans le cadre du Groupe de Casablanca, qui était à l’origine de la création de l’OUA. 

Avec le retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle africaine, l’esprit du panafricanisme renaît de nouveau dans toute sa splendeur, a affirmé le Président Condé. 

M. Condé a été élu Président du sommet de l’UA à l’occasion de ce 28è sommet de l’organisation tenu dans la capitale éthiopienne, en remplacement du Président tchadien, M. Driss Deby Itno. 

SM le Roi met en avant les relations bilatérales fortes qui se sont développées de "manière significative" avec les pays africains

Des relations bilatérales fortes ont été développées de "manière significative" entre le Maroc et l'Afrique au cours des dernières années, a affirmé SM le Roi Mohammed VI dans un discours prononcé mardi devant le 28e sommet de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba. 

Depuis l’an 2000, le Maroc a conclu, dans différents domaines de coopération, près d’un millier d’accords avec les pays africains, a précisé le Souverain, soulignant qu'à titre de comparaison, "entre 1956 et 1999, 515 accords avaient été signés, alors que depuis 2000, il y en a eu 949, c’est-à-dire près du double !". 

SM le Roi a rappelé que "pendant ces années, J’ai Moi-même souhaité donner une impulsion concrète à ces actions, en multipliant les visites dans les différentes sous-régions" du continent, précisant qu’"au cours de chacune des 46 Visites, que J’ai effectuées dans 25 pays africains, de nombreux accords dans les secteurs public et privé ont été signés". 

"Notre action s’est particulièrement attachée à la question de la formation qui est au cœur de notre coopération avec les pays frères", a affirmé Sa Majesté le Roi. 

Le Souverain a, à cet égard, indiqué que des ressortissants africains ont pu poursuivre leur formation supérieure au Maroc, grâce aux milliers de bourses qui leur ont été accordées. 

SM le Roi met en exergue les projets stratégiques d'envergure mis en place lors des visites royales dans plusieurs pays africains

M le Roi Mohammed VI a mis en exergue les projets stratégiques d’envergure qui ont été mis en place lors de Ses visites dans plusieurs pays africains, notamment dans les domaines de l’énergie et de la sécurité alimentaire.

"Des projets stratégiques d’envergure ont été mis en place lors de Mes visites dans ces pays: En premier lieu, J’ai eu le plaisir d’initier le projet de Gazoduc Africain Atlantique, avec Mon frère Son Excellence Monsieur Muhammadu Buhari, Président de la République Fédérale du Nigéria", a rappelé le Souverain dans un discours prononcé, mardi, devant le 28è sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba.

"Ce projet permettra naturellement l’acheminement du gaz des pays producteurs vers l’Europe. Mais, au-delà, il bénéficiera à toute l’Afrique de l’Ouest", a affirmé SM le Roi, ajoutant que ce projet contribuera à "structurer un marché régional de l’électricité, et constituera une source substantielle d’énergie au service du développement industriel, de l’amélioration de la compétitivité économique et de l’accélération du développement social".

"Ce projet sera donc créateur de richesses, pour les pays et les populations riveraines, créant un mouvement décisif d’impulsion et entraînant l’émergence et le développement de projets parallèles", s'est réjoui le Souverain.

"De plus, il permettra d’établir des relations bilatérales et multilatérales, plus apaisées, et fera ainsi naître un environnement propice au développement et à la croissance", a poursuivi SM le Roi.

"En second lieu, dans le cadre de projets visant à améliorer la productivité agricole et à favoriser la sécurité alimentaire et le développement rural, des Unités de production de fertilisants ont été mises en place avec l’Ethiopie et le Nigeria", a rappelé SM le Roi, faisant valoir que "les bénéfices de ce projet s’étendront à l’ensemble du continent".

"Nous le savons : ce ne sont ni le gaz, ni le pétrole qui satisferont les besoins alimentaires de base ! Or, le grand défi de l’Afrique n’est-il pas sa sécurité alimentaire ?", s’est interrogé le Souverain, expliquant que "c’est le sens de l’Initiative pour l'Adaptation de l’Agriculture Africaine au changement climatique, dite +Initiative Triple A+, que nous avons promue lors de la COP 22".

Selon SM le Roi, cette initiative "constitue une réponse innovante et extrêmement concrète aux défis communs posés par les changements climatiques. "Dès son lancement, a relevé le Souverain, elle a d’ailleurs aussitôt été adoubée par une trentaine de pays africains".

Dans ce sens, SM le Roi rappelle que "L’initiative triple A" vise à "lever un financement plus important au profit de l'Adaptation de la petite Agriculture Africaine, elle accompagnera également la structuration et l'accélération de projets agricoles en Afrique, en s'appuyant sur quatre programmes".

Il s’agit, précise le Souverain, de "la gestion rationalisée des sols, la maîtrise durable de l’eau agricole, la gestion des risques climatiques et le financement solidaire des petits porteurs de projets".

"Cette initiative a d’ailleurs été l’un des axes forts du Sommet Africain de l’Action, que J’ai eu le privilège de présider à Marrakech, en novembre dernier", souligne SM le Roi.

SM le Roi: Le soutien franc et massif que le Maroc a recueilli au sein de l'UA témoigne de la vigueur des liens qui nous unissent

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a affirmé, mardi, que "le soutien franc et massif que le Maroc a recueilli au sein de l'Union Africaine (UA) "témoigne de la vigueur des liens qui nous unissent". 

"Il est l'heure de rentrer à la maison", a lancé le Souverain dans un discours prononcé devant le 28ème sommet de l'UA qui se tient à Addis-Abeba. 

"Il est beau, le jour où l’on rentre chez soi, après une trop longue absence ! Il est beau, le jour où l’on porte son cœur vers le foyer aimé ! L’Afrique est Mon Continent, et Ma maison", s'est réjoui le Souverain sous les applaudissements nourris des Chefs d'Etat et de délégations africains. 

"Je rentre enfin chez Moi, et vous retrouve avec Bonheur. Vous M’avez tous manqué", a ajouté SM le Roi, expliquant que "c’est pourquoi, Mes Chers Frères Chefs d’Etat, sans attendre la finalisation des formalités juridiques et protocolaires, au terme desquelles le Royaume siègera de nouveau au sein de l’Organisation, J’ai tenu à faire d’ores et déjà, ce déplacement et à M’exprimer devant vous". 

"Au moment où le Royaume compte parmi les nations africaines les plus développées, et où une majorité de pays-membres aspirent à notre retour, nous avons choisi de retrouver la famille", a ajouté SM le Roi, notant que l'UA est "une famille que nous n’avions pas véritablement quittée !". 

Le Souverain a, par ailleurs, rappelé que "le retrait de l'OUA était nécessaire: il a permis de recentrer l’action du Maroc dans le continent, de mettre aussi en évidence combien l’Afrique est indispensable au Maroc, combien le Maroc est indispensable à l’Afrique". 

SM le Roi a de même affirmé que "malgré les années où nous étions absents des instances de l’UA, nos liens, jamais rompus, sont restés puissants, et les pays africains frères ont toujours pu compter sur nous".

Arrivée de SM le Roi au siège de l'UA

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, est arrivé, mardi en début d’après midi, au siège de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba.

A cette occasion, le Souverain a assisté à la cérémonie de prestation de serment du président de la commission de l’UA, M. Moussa Faki Mahamat et des différents commissaires de l’Union.

Le retour du Maroc à l’UA ‘’n’est pas une surprise’’ en raison des soutiens dont le Royaume dispose dans le continent (journal belge)

Le quotidien belge La Libre Belgique a relevé, mardi, que le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) ‘’n’est pas une surprise’’, en raison des nombreux soutiens dont le Royaume dispose en Afrique.

‘’Le Maroc a mis le pied dans la porte. Lundi 30 janvier 2017, lors du 28e sommet de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba en Éthiopie, la Conférence des Etats membres de l’UA a accepté de réintégrer le Maroc 33 ans après qu’il l’eut quittée. Cette adhésion n’est pas une surprise’’, écrit la publication, dans un article intitulé ‘’Le Maroc rejoint l’Union africaine’’.

Le journal met en avant, à cet égard, les ‘’soutiens’’ que le Maroc recueille au sein du continent africain grâce aux ‘’relations bilatérales qu’il a développées avec les pays d’Afrique de l’Ouest d’abord et d’Afrique de l’Est plus récemment’’.

Concernant les raisons qui sous-tendent la demande de retour du Royaume à l’UA, La Libre cite des extraits du message adressé par SM le Roi Mohammed VI, en juillet dernier, au 27-ème sommet de l’Union Africaine, qui s’est tenu à Kigali, dans lesquels le Souverain avait affirmé qu’’’après réflexion, il nous est apparu évident que quand un corps est malade, il est mieux soigné de l’intérieur que de l’extérieur’’.

‘’Pour le Maroc, c’est une question de fierté’’, écrit la publication, tout en rappelant les entretiens que SM le Roi Mohammed VI a eus à Addis-Abeba avec des représentants de pays africains et la réception que le Souverain a offerte, dimanche soir, en l’honneur de Chefs d’Etat et de gouvernement, en marge du 28ème sommet de l’Union africaine.

Commentant l’échec des maœuvres des pays opposés à la réintégration par le Maroc de sa famille institutionnelle, le journal note que ‘’l’objection de l’Algérie et de l’Afrique du Sud (…) n’a pas eu raison du soutien accordé au Maroc par une majorité d’Etats membres’’.

Le Président tchadien se félicite du retour du Maroc au sein de l’Union africaine

Le Président tchadien, M. Driss Deby Itno, s’est félicité, mardi à Addis-Abeba, du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA). 

«C’est avec une très grande joie qui vient du fond du cœur que nous avons accueilli la décision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI de revenir» dans la famille institutionnelle africaine, a déclaré le Président tchadien à la presse, en marge du deuxième jour du 28è sommet des Chefs d’Etat africain, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Le Maroc a respecté l’ensemble des procédures prévues dans les textes de l’UA, a noté M. Deby Itno, ajoutant: «aujourd’hui, le Maroc marque son retour dans la grande famille africaine». 

Et de souligner que «le Maroc est un très grand pays africain qui nous a manqué pendant 33 ans». 

«Le retour du Maroc est un plus pour notre union et pour notre continent», a dit le Président tchadien, soulignant: «je ne suis pas le seul Chef d’Etat africain à apprécier la démarche qui a été faite et à exprimer sa joie par rapport au retour du Maroc au sein de l’UA». 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA.

Le 28è sommet de l’UA: Une grande victoire pour le Maroc (médias sud-africains)

Les médias sud-africains ont commenté mardi le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que le 28è sommet africain, qui se tient à Addis-Abeba, a été «un franc succès» pour le Maroc. 

Citant des Chefs d’Etat présents à Addis-Abeba, News24, le plus important site sud-africain d’informations, a indiqué que le Royaume redevient désormais un membre à part entière de l’UA après 33 ans d’absence. 

Citée par News24, la Présidente du Libéria, Mme Ellen Johnson Sirleaf, a souligné que l’écrasante majorité des pays membres de l’UA ont appuyé la demande du Maroc de rejoindre l’organisation panafricaine. 

«L’Afrique veut parler d’une seule voix», a dit Mme Sirleaf. 

Les débats au sujet du retour du Maroc ont été marqués par «une forte charge émotionnelle», a souligné la publication indépendante sud-africaine, rappelant que le Royaume est un pays fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA, prédécesseur de l’UA), en 1963. 

Pour sa part, la chaine d’informations en continu CNBC-Africa, qui émet à partir de Johannesburg, s’est félicitée du retour du Maroc, soulignant que ce retour «intervient au moment opportun» pour l’Afrique qui a besoin de membres du calibre du Maroc pour relever les défis qui lui sont posés. 

Ce retour sera bénéfique à tous les niveaux pour l’organisation, qui semble avoir entamé une nouvelle phase de son existence avec la réintégration du Maroc, a dit la chaine, rappelant les fortes relations d’amitié et de coopération que le Maroc entretient avec de nombreux pays, notamment en Afrique de l’Ouest et de l’Est.

Le 28è sommet de l’UA: Une grande victoire pour le Maroc (médias sud-africains)

Les médias sud-africains ont commenté mardi le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que le 28è sommet africain, qui se tient à Addis-Abeba, a été «un franc succès» pour le Maroc.

Citant des Chefs d’Etat présents à Addis-Abeba, News24, le plus important site sud-africain d’informations, a indiqué que le Royaume redevient désormais un membre à part entière de l’UA après 33 ans d’absence. 

Citée par News24, la Présidente du Libéria, Mme Ellen Johnson Sirleaf, a souligné que l’écrasante majorité des pays membres de l’UA ont appuyé la demande du Maroc de rejoindre l’organisation panafricaine.

«L’Afrique veut parler d’une seule voix», a dit Mme Sirleaf. 

Les débats au sujet du retour du Maroc ont été marqués par «une forte charge émotionnelle», a souligné la publication indépendante sud-africaine, rappelant que le Royaume est un pays fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA, prédécesseur de l’UA), en 1963.

Pour sa part, la chaine d’informations en continu CNBC-Africa, qui émet à partir de Johannesburg, s’est félicitée du retour du Maroc, soulignant que ce retour «intervient au moment opportun» pour l’Afrique qui a besoin de membres du calibre du Maroc pour relever les défis qui lui sont posés.

Ce retour sera bénéfique à tous les niveaux pour l’organisation, qui semble avoir entamé une nouvelle phase de son existence avec la réintégration du Maroc, a dit la chaine, rappelant les fortes relations d’amitié et de coopération que le Maroc entretient avec de nombreux pays, notamment en Afrique de l’Ouest et de l’Est.

(MAP-31/01/2017)

Union africaine: Le Maroc est désormais parmi les siens dans sa place naturelle (ministre soudanais des AE)

Le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ibrahim Ghandour, a salué le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que le Royaume recouvre «sa place naturelle».

«Nos frères marocains sont les bienvenus au sein de leur famille africaine», a dit M. Ghandour dans une déclaration à la presse, notant que «le retour du Royaume a beaucoup tardé».

Ce retour du Maroc devra contribuer au renforcement de l’unité du continent africain, a conclu M. Ghandour.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

D’après la présidence de la Commission de l’Union Africaine, trente-neuf pays se seraient exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Sommet de l’UA: Le Nigeria se félicite du retour du Maroc, un acteur clef pour la stabilité en Afrique

Le Nigeria s’est félicité du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), qualifiant le Royaume d’«acteur clef» pour la stabilité en Afrique. 

«Le Maroc est le bienvenu au sein de sa famille africaine», a déclaré à la presse le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, soulignant que la place du Maroc est au sein de l’UA. 

M. Onyeama s’est dit convaincu que le retour du Maroc vient renforcer les rangs de l’Afrique et sa capacité de gérer les grands dossiers notamment ceux se rapportant au développent et au renforcement de la paix et la sécurité. 

Le retour du Maroc devra aussi promouvoir la solidarité parmi les membres de la famille africaine, a dit le chef de la diplomatie nigériane, soulignant que la question de la solidarité est d’une grande importance dans le cadre des efforts visant à renforcer la place de l’Afrique dans le concert des nations. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

D’après la présidence de la Commission de l’Union Africaine, trente-neuf pays se seraient exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA. 

Le retour du Maroc au sein de l’UA, une opportunité de partager la vision de SM le Roi au sein de l’organisation (ministre tanzanien des AE)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) offre l’opportunité de partager la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au sein de l’organisation continentale, a indiqué le ministre tanzanien des Affaires étrangères, M. Augustine Mahiga. 

«La majorité des pays africains souhaitaient ce retour du Maroc à l’UA», a déclaré M. Mahiga à la presse, se disant convaincu que l’Afrique dispose désormais d’«une grande opportunité» avec le retour du Maroc. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA. 

Le retour du Maroc à l’UA donne un nouvel élan à l’intégration africaine (ministre béninois des AE)

Le Bénin s’est félicité, lundi, du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que le Royaume demeure un acteur important sur la scène continentale. 

«On ne peut pas imaginer une famille (africaine) sans un membre aussi important» que le Maroc, a déclaré à la presse le ministre béninois des Affaires étrangères et de la coopération, M. Aurélien Agbénonci. 

Le chef de la diplomatie béninoise s’est dit «très heureux» de voir le Maroc retourner au sein de l’organisation panafricaine, soulignant que ce retour permet d’imprimer un nouvel élan au processus d’intégration en Afrique. 

«Le Maroc est très attentif à l'évolution de plusieurs questions sur le continent et que ce n’est que justice rendue de voir ce retour du Royaume au sein de la famille africaine», a affirmé M. Agbénonci. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA. 

La République centrafricaine se félicite du retour du Maroc au sein de l’UA

La République centrafricaine s’est félicitée, lundi, du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que le Maroc «est un grand pays qui apportera un grand apport aux efforts de développement dans le continent ». 

«Nous sommes heureux d’accueillir le Royaume du Maroc au sein de sa grande famille africaine», a déclaré à la presse le ministre centrafricain des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des Centrafricains de l’étranger, Charles Armel Doubane. 

«Avec le Maroc, l’Afrique travaillera pour offrir de nouvelles opportunités de développement et de progrès à notre continent», a-t-il dit. 

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne. 

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA. 

Le retour du Maroc à l'UA constitue une "victoire éclatante" pour le Royaume (IMRI)

Le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA) constitue une "victoire éclatante" pour le Royaume, a souligné lundi le président de l'Institut marocain des relations internationales (IMRI), Jawad Kerdoudi.

Cette nouvelle donne permettra au Maroc de défendre ses intérêts à l’intérieur même des instances de l’Union africaine, notamment la question de l’intégrité territoriale du Royaume, a indiqué M. Kerdoudi dans une déclaration à la MAP.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba.

Trente-neuf pays se sont exprimés lundi en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Le retour du Maroc à l’UA, un moment qui marquera l'histoire contemporaine du continent africain (Institut portugais)

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine est un événement qui marquera l'histoire contemporaine du continent africain, a souligné le président de l’Institut luso-arabe pour la coopération (ILAC), Manuel Pechirra.

"La réintégration du Maroc au sein de sa famille institutionnelle, la principale organisation multilatérale africaine, qu’est l'Union africaine va renforcer le rôle central que joue le Maroc entre l'Afrique et l'Europe grâce à l'utilisation et la mobilisation d'un ensemble de fonds internationaux ", a-t-il dit dans une déclaration à la MAP.

M. Pechirra, a tenu à souligner qu’au cours des quinze dernières années, SM le Roi Mohammed VI a érigé l’Afrique en une priorité stratégique pour le Maroc, citant à cet égard les multiples visites officielles du Souverain et de délégations de haut niveau composées d'hommes d'affaires et couronnées par la conclusion d'accords bilatéraux dans le domaine du commerce et des investissements avec les pays africains en vue de mettre en place des mécanismes pour faciliter l'échange et la création de joint-ventures.

Le Royaume a tenu aussi à renforcer sa présence et ses relations avec plusieurs organisations régionales telles que l'UEMOA, COMESSA, CEMAC et la CEDEAO ainsi que le NEPAD, a-t-il ajouté.

Il s’agit aussi de l’élargissement de son influence dans d’autres régions en particulier l'Afrique anglophone et lusophone à travers le renforcement de ses représentations diplomatiques et l’échange de visites officielles.

Selon le président de l’ILAC, le Maroc joue également un rôle plus actif dans les opérations humanitaires et de maintien de la paix sur le continent, faisant montre de l'engagement du royaume en faveur du continent africain.

Le retour du Maroc à l'Union africaine, qu’il a quittée depuis trois décennies, est donc le résultat de facteurs objectifs et permanents, mais aussi le fruit de l'interdépendance croissante entre le Maroc et la plupart des Etats africains, a insisté M. Pechirra.

M. Perchirra a dans ce sens formé le souhait que ce retour du Maroc à l’UA, puisse contribuer, sous l'angle de l'excellence des relations luso-marocaines, à renforcer le dialogue entre la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et l'Union africaine et une plus grande intégration sous-régionale dans le Maghreb, notamment à travers l'Union du Maghreb arabe. 

Le Président sénégalais se réjouit du retour du Maroc au sein de l’UA

Le Président sénégalais, M. Macky Sall, s’est réjouit du retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant que le Royaume «est dans sa place en Afrique». 

«Nous sommes très heureux de pouvoir accueillir le Maroc aujourd’hui au sein de l’Union africaine (UA)», a déclaré M. Sall à la presse. «C’est la famille (africaine) qui s’élargie, il faut s’en réjouir», a-t-il ajouté, soulignant que le Royaume est «un pays africain majeur qui a su développer des relations de confiance avec la plupart des pays».

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Le retour du Maroc au sein de l’UA, un nouveau départ pour une Afrique forte et unie (SG de la CEN-SAD)

Le Secrétaire général de la Communauté des pays sahélo-sahariens (CEN-SAD), Ibrahim Sani Abani, a salué, lundi, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), estimant que ce retour représente un nouveau départ pour une Afrique forte et unie.

Le retour du Maroc au sein de sa famille africaine «est une très bonne nouvelle», a déclaré à la presse M. Abani.

«Ce retour va nous encourager à aller plus loin pour renforcer l’unité dans le continent», a dit le responsable, soulignant que les Chefs d’Etat africains ont tranché en faveur d’un retour qui contribuera à consolider la place de l’Afrique sur la scène internationale.

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu, lundi, le retour du Maroc au sein de l’UA, lors du 28è sommet de l’organisation continentale, qui se tient dans la capitale éthiopienne.

Trente-neuf pays se sont exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Retour victorieux du Maroc à l'UA

Une écrasante majorité de pays africains a soutenu le retour du Royaume du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA), lors du 28ème sommet de l’organisation continentale tenu à Addis-Abeba.

D’après la présidence de la Commission de l’Union Africaine, trente-neuf pays se seraient ainsi exprimés en faveur du retour du Maroc à l’UA.

Ce retour est le fruit d’une politique proactive et soutenue de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et d’une vision royale en faveur du développement d’une Coopération Sud-Sud et d’un partenariat gagnant – gagnant, dans l’objectif de défendre la première cause nationale.

En communion avec l’ensemble des forces vives de la Nation, l’engagement royal en faveur de l’ancrage Africain du Royaume s’est illustré notamment à travers les visites que le Souverain a effectuées dans de nombreux pays du continent, visites qui consacrent les principes de solidarité et de coopération, au service du Continent africain.

La volonté du Royaume du Maroc de réintégrer l’UA avait été annoncée par le Souverain dans Son message au 27-ème sommet de l’Union tenu à Kigali, et dans lequel SM le Roi avait affirmé que le moment est arrivé pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle.

«Par ce retour, le Maroc entend poursuivre son engagement au service de l’Afrique et renforcer son implication dans toutes les questions qui lui tiennent à cœur. Il s’engage, ainsi, à contribuer, de manière constructive, à l’agenda et aux activités de l’UA», avait affirmé le Souverain.

SM le Roi s’était rendu, vendredi dernier, en République démocratique fédérale d’Ethiopie, une visite qui s’inscrit dans le cadre des actions entreprises par le Souverain pour le retour du Royaume du Maroc à l’Union Africaine.

Au cours de cette visite, SM le Roi avait eu des entretiens avec plusieurs chefs d’Etat africains et offert une réception en l’honneur de Chefs d’Etat et de gouvernements.

Le retour du Maroc au sein de l'Union africaine commentée par la presse sénégalaise

La presse sénégalaise paraissant lundi est largement revenue sur le retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), à l'occasion du 28è sommet des chefs d'Etat de cette instance, qui se tient lundi et mardi à Addis Abeba.

"Pour le 28è sommet des chefs d'Etat de l'UA, prévu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, siège de l'institution, le dossier du retour du Maroc sera l'un des premiers points de l'ordre du jour", écrit le journal à grand tirage +Le Soleil+.

"Ce retour du Maroc sur la scène de l'UA s'est joué en plusieurs actes. A Kigali d'abord, en juillet dernier, pour le 27è sommet, le Maroc a fait part de sa volonté de revenir dans l'organisation panafricaine pour retrouver sa place de membre, une qualité qu'il avait quittée en 1984 suite à l'admission de la RASD à l'Organisation de l'Union africaine (OUA)", note le journal.

La demande qui doit être avalisée par les chefs d'Etat bénéficie du soutien d'un grand nombre de dirigeants africains, qui sont pour le retour du Royaume au sein de l'organisation panafricaine, souligne la publication, rappelant que 28 pays avaient signé une pétition demandant l'exclusion de la pseudo +RASD+ de l'instance continentale suite à l'éventuelle réintégration du Maroc.

Son confrère +WalfQuotidien+ estime, de son côté, que l'action diplomatique du Maroc en Ethiopie montre la place importante qu'accordent les présidents africains et autres diplomates au Maroc, ajoutant que pour beaucoup de chefs d'Etat africains, la question de la réintégration du Maroc "ne peut faire l'objet d'aucun débat".

"Déjà, poursuit la même source, le président malgache Hery Rajaonarimampianina, semble avoir donné le ton. Le Maroc a un rôle important à jouer au sein de l'organisation continentale".

Et de conclure que si le Maroc est réadmis au sein de l'Union africaine, ce sera un retour historique, après avoir quitté cette instance il y a 32 ans. 

Le Maroc a un grand rôle à jouer au sein de l’UA (Président du Cap Vert)

Le Maroc a un grand rôle à jouer au sein de l’Union africaine (UA), a déclaré, lundi à Addis-Abeba, le président du Cap Vert, M. Jorge Carlos Fonseca.

Le retour du Maroc au sein de l’UA ne peut être que bénéfique pour le continent africain, a dit M. Fonseca dans une déclaration à la presse, en marge du 28è sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement africains, qui s’est ouvert dans la capitale éthiopienne. 

Le Président cap-verdien a, par la même occasion, réitéré le soutien de son pays au retour du Maroc au sein de l'Organisation panafricaine, notant que le Royaume a toujours soutenu l’intégration africaine.

Le Président guinéen élu Président de l’Union africaine (UA)

Le Président guinéen, M. Alpha Condé, a été élu président de l’Union africaine (UA) pour l’exercice 2017, en remplacement du Président tchadien, M. Driss Deby Itno. 

Dans une allocution suite à l’annonce de son élection à l’ouverture du 28è sommet de l’UA, qui se tient à Addis-Abeba, le Président guinéen a mis l’accent sur la nécessité de renforcer l’unité du continent et renforcer l’intégration de ses peuples. 

M. Kondé s’est engagé à œuvrer, avec le soutien des pays membres de l’UA, pour faire de l’organisation continentale une institution crédible. 

Le nouveau Président de l’UA, dont le mandat est de 12 mois, s’est réjoui des progrès réalisés sur la voie de la réforme de l’organisation, une tache qui a été confiée au Président rwandais, M. Paul Kagame, lors du sommet africain, qui s’est tenu en juillet 2016 à Kigali (Rwanda). 

Sur le plan économique et social, le Président guinéen a souligné qu’en dépit des efforts consentis par les pays africains, beaucoup reste à faire pour améliorer les conditions de vie des populations. 

L’Afrique demeure certes l’un des continents les plus dynamiques avec un taux de croissance annuel de l’ordre de 5 pc du Produit Intérieur Brut, a-t-il dit, concédant que cette croissance ne s’est pas traduite par une amélioration des conditions de vie. 

Revenant sur les moyens d’améliorer ces conditions de vie, le nouveau Président de l’UA a cité l’industrialisation. Cependant, a-t-il dit, cette industrialisation ne peut se faire sans l’élargissement de l’accès à l’énergie. 

Promettant de faire de cette question une priorité lors de son mandat à la tête de l’organisation continentale, le Président guinéen a souligné que le thème choisi pour l’actuel sommet africain, à savoir «Tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans le jeunesse», doit interpeller les dirigeants du continent. 

L’Afrique doit mobiliser les investissements nécessaires pour renforcer l’intégration des jeunes, a-t-il dit. 

Début à Addis-Abeba des travaux du 28è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains

Le 28è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est ouvert lundi à Addis-Abeba. 

Au menu de ce Sommet figurent plusieurs axes qui seront soumis aux débats deux jours durant par les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’organisation continentale. 

Parmi ces axes figurent des questions d’une grande portée stratégique dont la consolidation de la paix et la sécurité en Afrique, le financement de l’UA, la mise en place d’une zone de libre-échange continentale et l’élection d'un nouvel exécutif de l’Union. 

Cinq candidats sont en lice pour ce poste. Il s’agit des ministres des affaires étrangères du Tchad, du Kenya, de la Guinée Equatoriale et du Botswana, ainsi qu’un diplomate sénégalais. 

Se tenant cette année sous le thème «Tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans le jeunesse», le Sommet s’est ouvert le 22 janvier avec la 33ème session ordinaire du Comité des représentants permanents (COREP) des Etats membres de l’UA, en prélude à la 30è session ordinaire du conseil exécutif de l’Union (25-27 janvier) qui a examiné les différentes questions stratégiques inscrites à l’ordre du jour de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union. 

L'Indonésie salue la décision du Maroc de réintégrer l'Union africaine

L'Indonésie salue la décision du Maroc de réintégrer l'Union africaine (UA), a affirmé, lundi à Jakarta, la ministre indonésienne des Affaires étrangères, Mme Retno Marsudi.

Le retour du Maroc à l'UA permettra au Royaume de "retrouver sa place naturelle", a souligné Mme Retno Marsudi lors d'un entretien avec l'ambassadeur du Maroc en Indonésie, M. Ouadie Benabdellah.

Dans une déclaration à la MAP à l'issue de cette entrevue, le diplomate marocain a indiqué que la ministre indonésienne des Affaires étrangères a affirmé que l'on ne peut concevoir l'Union africaine sans le Royaume du Maroc. S'agissant des relations bilatérales, M. Benabdellah a relevé que la chef de la diplomatie indonésienne a souligné, lors de cette rencontre, que l'Indonésie partage avec le Maroc sa conviction de la nécessité d'oeuvrer pour le renforcement de leurs relations économiques, comme étant un levier important de la consolidation de la coopération bilatérale. 

Saluant le rôle pionnier du Royaume sur les scènes islamique et africaine, la ministre indonésienne des Affaires étrangères a mis l'accent sur l'impératif de renforcer la coordination entre les deux pays sur les questions ayant trait aux derniers développements dans le monde islamique, en particulier la question palestinienne.

Elle a loué à cet égard les efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, en soutien de la cause palestinienne.

La ministre indonésienne des AE a tenu à rappeler par la même que le Maroc et l'Indonésie en tant que deux pays musulmans, se sont distingués, depuis toujours, par la promotion des valeurs d'ouverture et le respect du pluralisme, tout en soulignant, dans ce cadre, l'impératif de faire prévaloir les valeurs réelles de l'Islam prônant la tolérance.

Le retour du Maroc à l’ordre du jour du 28è sommet de l’UA

Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) figure parmi les points majeurs à l’ordre du 28è sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement africain, qui s’est ouvert lundi à Addis-Abeba. 

La demande du Maroc de réintégrer l’UA fera ainsi l’objet d’un examen lors d’une séance à huis-clos, lundi après-midi. 

Cette demande jouit déjà d’un large soutien des pays membres qui voient dans le retour du Royaume une valeur ajoutée qui devra contribuer à la consolidation de l’action de l’Union, appelée à relever de nombreux défis d’une grande importance stratégique pour l’avenir du continent. 

Depuis le début de ce sommet, avec les réunions du conseil exécutif de l’UA (25-27 janvier), les déclarations des hauts responsables africains réitérant le soutien au retour du Maroc, se sont multipliées. 

Ces marques de soutien reflètent le rôle majeur que joue le Royaume dans le continent à la faveur d’une diplomatie proactive et agissante conduite par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, avec des partenariats gagnant-gagnant conclus avec de nombreux pays. 

Il s’agit de déclarations qui traduisent aussi l’espoir qu’attachent les pays du continent au retour du Royaume, un modèle de développement et une voix de pondération capable de défendre les intérêts de l’Afrique dans les forums internationaux. 

(MAP-30/01/2017)

Le Maroc a un rôle important à jouer au sein de l’UA 

La République de Madagascar a réitéré, dimanche soir à Addis-Abeba, son appui au retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), soulignant par la voix de son Président, M. Hery Rajaonarimampianina, que le Maroc a un rôle important à jouer au sein de l’organisation continentale. 

«Le Maroc a un grand rôle à jouer comme il l’a toujours fait au niveau africain», a déclaré à la presse M. Rajaonarimampianina, en marge d’une réception offerte par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en l’honneur de Chefs d’Etat et de Gouvernement participant au 28è sommet de l’UA. 

«Le Maroc occupe une belle place en Afrique», a poursuivi le Président malgache, soulignant que le Royaume est un grand pays dépositaire d’une histoire et d’une civilisation millénaires. 

«Il est donc tout à fait normal que le Maroc recouvre sa place au sein de l’UA», a-t-il ajouté, notant que le dynamisme reconnu au Maroc apportera à coup sûr un nouveau souffle à l’UA. 

Présidence commission de l'UA : la CEDEAO réitère son soutien à Abdoulaye Bathily 

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a réitéré son soutien à la candidature du professeur Abdoulaye Bathily au poste de président de la Commission de l'Union africaine (UA) a déclaré, dimanche soir à Addis-Abeba (Ethiopie), le président de sa Commission, Marcel Alain De Souza. 

"La CEDEAO a retenu de soutenir la candidature du professeur Abdoulaye Bathily" a dit le président de la Commission de la CEDEAO. 

Marcel Alain De Souza a tenu ses propos à la fin d'une concertation des chefs d'Etat et gouvernements de la CEDEAO sur la crise post-électorale en Gambie et l'évolution de la situation politique en Guinée Bissau. 

La candidature d'Abdoulaye Bathily pour la présidence de la Commission de l'UA a été aussi évoquée par les dirigeants de la CEDEAO. 

"Les chefs d'Etat et gouvernements de la CEDEAO ont réitéré que l'organisation sous régionale doit parler d'une une seule et même voix. Nous l'avons démontré à Kigali (Rwanda) en faisant reporter l'élection. Nous espérons que tout va passer bien", a soutenu M. De Souza. 

En outre, M. De Souza a informé que "les chefs d'Etat de la CEDEAO ont décidé d'appuyer à l'unanimité" la candidature du président Alpha Condé pour le poste de président en exercice de la Conférence des chefs d'Etat de l'UA. 

La 28-e édition du Sommet de l'UA s'ouvre lundi sur le thème : "tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans la jeunesse". 

Les dirigeants africains vont voter un texte portant sur la réintégration du Maroc au sein de l'UA et élire le successeur de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la présidence de la Commission de l'organisation régionale. 

Cinq candidats sont en lice : l'Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy, la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi, le Sénégalais Abdoulaye Bathily, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, et la Kényane Amina Mohamed Jibril. 

Arrivé samedi très tôt à Addis-Abeba, le président Sall a assisté le même jour à la présentation du rapport sur le Sénégal du Mécanisme africain de revue par les pairs (MAEP). 

Macky Sall a eu des entretiens bilatéraux avec certains de ses homologues. 

Entretiens en tête-à-tête à Addis-Abeba entre SM le Roi et le président de la République de Guinée

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a eu, dimanche à Addis-Abeba, des entretiens en tête-à-tête avec le président de la République de Guinée, SEM. Alpha Condé.

SM le Roi reçoit à Addis-Abeba l'ambassadeur du Swaziland en Éthiopie, porteur d'un message verbal du Roi du Swaziland

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a reçu, dimanche à Addis-Abeba, l'ambassadeur du Royaume du Swaziland en Éthiopie, M. Promise Msibi, porteur d'un message verbal du Roi du Swaziland, Mswati III, au Souverain.

SM le Roi offre à Addis-Abeba une réception en l'honneur de Chefs d’Etat et de gouvernement en marge du 28ème sommet de l’UA

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a offert dimanche soir à Addis-Abeba, une réception en l’honneur de Chefs d’Etat et de gouvernement, en marge du 28ème sommet de l’Union africaine (UA). 

Cette réception a été marquée par la présence du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Antonio Guterres, et du Président palestinien, M. Mahmoud Abbas.

Entretiens en tête-à-tête à Addis-Abeba entre SM le Roi du Maroc et le président de la République du Rwanda

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a eu, dimanche à Addis-Abeba, des entretiens en tête-à-tête avec le président de la République du Rwanda, SEM. Paul Kagame. 

Entretiens en tête-à-tête à Addis-Abeba entre SM le Roi et le président de la République de Guinée Équatoriale

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a eu, dimanche à Addis-Abeba, des entretiens en tête-à-tête avec le président de la République de Guinée Équatoriale, SEM. Theodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Entretiens en tête-à-tête à Addis-Abeba entre SM le Roi et le président de la République du Congo

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a eu, dimanche à Addis-Abeba, des entretiens en tête-à-tête avec le président de la République du Congo, SEM. Denis Sassou Nguesso.

L'Union africaine prend rendez-vous avec l'histoire avec le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle 

L'Union africaine (UA) aura rendez-vous avec l'histoire à l'occasion du retour du Maroc, qui joue un rôle d'avant-garde à l'échelon continental, au sein de sa famille institutionnelle qui constitue son espace naturel, écrit l'Agence Bahreïnie de Presse (BNA). 

Dans une dépêche diffusée, samedi, à l'occasion de la visite qu'effectue SM le Roi Mohammed VI en Ethiopie dans le cadre des initiatives royales initiées en prélude au retour du Royaume au sein de l'UA, l'Agence bahreïnie de presse a mis en avant la place historique et géographique qu'occupe le Maroc sur l'échelle continentale et sa capacité à apporter une valeur ajoutée à cette institution, dans une conjoncture marquée par des défis internationaux liés à la stabilité en Afrique. 

Le retour du Maroc au sein de cette institution lui permettra de retrouver son poids au sein des organisations internationales, notamment l'ONU, dans le sillage des efforts déployés par l'UA dans le règlement des conflits qui surgissent dans différentes parties du continent, observe BNA, soulignant la place économique du Royaume au niveau continental et son rôle dans la consolidation de la coopération Sud-Sud via ses investissements dans le continent, qui touchent plusieurs domaines, notamment, la pharmaceutique, l'aviation, les finances, le mobilier, les assurances et les télécommunications. 

Le secteur privé marocain est actif dans plusieurs pays africains en particulier en Côte d'Ivoire, Mali, Sénégal, Gabon et au Cameroun, poursuit la même source, ajoutant que ces investissements ciblent désormais l'Afrique de l'Est, notamment l'Ethiopie, l'Angola et le Burundi. 

L'Agence Bahreïnie de presse a, dans ce sens, salué l'action diplomatique de SM le Roi sur le plan continental et Ses nombreuses visites en Afrique depuis son intronisation, ce qui a permis le lancement de projets de coopération concrets dans différents domaines, tels la formation, le soutien, l'appui technique, la sécurité alimentaire et le développement des infrastructures. 

Notant que le Maroc est le deuxième investisseur africain dans le continent puisqu'il consacre 63 pc de ses investissements étrangers vers l'Afrique, l'Agence Bahreïnie de presse a mis en relief les efforts consentis par le Royaume sur les plans économique et diplomatique afin de recouvrer sa place légitime au sein de l'Union africaine. 

(MAP-29/01/2017)

Le retour du Maroc apporte de la valeur à l’action de l’Union africaine

Le Président du parlement panafricain, M. Roger Nkodo Dang, a exprimé, samedi à Addis-Abeba, son soutien au retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), estimant que ce retour est de nature à apporter de la valeur à l'action de l’organisation continentale. 

«Le Maroc est un pays africain. Son retour au sein de l’organisation qu’il a créée apporte de la valeur pour que nous puissions débattre en commun des questions africaines », a indiqué M. Nkodo Dang dans une déclaration à la presse en marge du 28è Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l'UA, qui devra s’ouvrir lundi dans la capitale éthiopienne. 

Le président du parlement panafricain a souligné que le retour du Maroc devra renforcer les efforts consentis dans le cadre de la nouvelle approche visant à trouver des solutions africaines aux problèmes africains. 

L'Afrique avec le Maroc est un continent plus fort, plus audible et plus influent

L'Afrique avec le Maroc est un continent plus fort, plus audible et plus influent et le Maroc avec l'Afrique est une puissance régionale au leadership consolidé et au pouvoir d'action décuplé, a souligné le politologue MustaphaTossa dans un article publié samedi par le site d'information français "Atlasinfo". 

Cette logique a été clairement comprise par les pays africains dont l'écrasante majorité (une quarantaine sur 54) a accueilli avec enthousiasme le retour du Royaume au bercail africain et milite pour que sa réintégration se passe dans les meilleures conditions, relève l’auteur de l’article intitulé "Mohammed VI et le retour institutionnel à la famille africaine", notant que la présence du Souverain en Ethiopie, au moment où se tient le sommet de l'Union africaine, qui devrait entériner le retour institutionnel à la famille africaine, est un événement inédit. 

"La présence royale couronne un long processus lancé par la diplomatie marocaine pour retrouver la place du Maroc au coeur de l'architecture politique africaine", souligne M. Tossa, notant que grâce au Maroc, le sommet africain d’Addis Abeba prend une dimension historique et attire toutes les lumières. 

M. Tossa a fait remarquer, d’autre part, qu’outre sa précieuse position stratégique qui lui permet d'ouvrir le continent africain sur les différents marchés mondialisés, le Maroc apporte aussi à l'Afrique une manière de traiter avec le fait religieux dont la commanderie des croyants portée par SM le Roi Mohammed VI a montré l'efficacité et le rayonnement. 

"Ce nouveau souffle et cette nouvelle dynamique que le Maroc entend insuffler à cette organisation africaine rencontre des enthousiasmes solides et quelques oppositions agressives menées par le duo Algérie/Afrique du Sud", relève-t-il, expliquant que l’enjeu de cette équation est la présence au sein de cette organisation africaine de l'entité séparatiste du Polisario non reconnue par l'écrasante majorité des forums internationaux et dont le Maroc n'a cessé de dénoncer la présence illégale au sein de l'Union africaine. 

Faisant état de l'opposition au retour du Maroc à l'Union Africaine incarnée par l'axe Alger/Pretoria, "qui fera appel à toutes les arguties administratives pour nourrir les blocages et tenter de s'opposer ou du moins ralentir cette marche de l'histoire", M. Tossa affirme qu’il reste à savoir ce que feront les nombreux amis du Maroc au sein de cette Union pour paver le chemin à un retour gagnant et triomphal du Maroc à l'Union Africaine.

Le Mali accueille favorablement la demande du retour du Maroc au sein de l'UA

Le ministre malien des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Coopération internationale, M. Abdoulaye Diop, a réitéré, samedi à Addis-Abeba, le soutien de son pays au retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), soulignant que Bamako a accueilli favorablement la demande faite par le Royaume dans ce sens. 

«Au niveau de l’UA, la République du Mali a accueilli favorablement la demande du Royaume du Maroc», un pays frère et ami, a déclaré M. Diop à la presse à l’occasion d’une réunion du mécanisme d’évaluation de l’UA, tenue en marge du 28è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains, qui devra s’ouvrir lundi dans la capitale éthiopienne. 

Rappelant que le Maroc a déjà ratifié l’acte constitutif de l’Union, le chef de la diplomatie malienne a souligné que le Royaume est une nation africaine qui a toujours entretenu de bonnes relations avec les pays du Continent. 

Le retour du Maroc au sein de l’UA pourra contribuer au renforcement des relations fraternelles et d’amitié entre les pays membres de l’Union, a-t-il dit, formant le souhait de voir ce retour consolider «la cohésion et la maturité" du continent afin de lui permettre de trouver des réponses africaines aux défis qui se posent. 

L'Afrique avec le Maroc est un continent plus fort, plus audible et plus influent

L'Afrique avec le Maroc est un continent plus fort, plus audible et plus influent et le Maroc avec l'Afrique est une puissance régionale au leadership consolidé et au pouvoir d'action décuplé, a souligné le politologue MustaphaTossa dans un article publié samedi par le site d'information français "Atlasinfo".

Cette logique a été clairement comprise par les pays africains dont l'écrasante majorité (une quarantaine sur 54) a accueilli avec enthousiasme le retour du Royaume au bercail africain et milite pour que sa réintégration se passe dans les meilleures conditions, relève l’auteur de l’article intitulé "Mohammed VI et le retour institutionnel à la famille africaine", notant que la présence du Souverain en Ethiopie, au moment où se tient le sommet de l'Union africaine, qui devrait entériner le retour institutionnel à la famille africaine, est un événement inédit. 

"La présence royale couronne un long processus lancé par la diplomatie marocaine pour retrouver la place du Maroc au coeur de l'architecture politique africaine", souligne M. Tossa, notant que grâce au Maroc, le sommet africain d’Addis Abeba prend une dimension historique et attire toutes les lumières.

M. Tossa a fait remarquer, d’autre part, qu’outre sa précieuse position stratégique qui lui permet d'ouvrir le continent africain sur les différents marchés mondialisés, le Maroc apporte aussi à l'Afrique une manière de traiter avec le fait religieux dont la commanderie des croyants portée par SM le Roi Mohammed VI a montré l'efficacité et le rayonnement. 

"Ce nouveau souffle et cette nouvelle dynamique que le Maroc entend insuffler à cette organisation africaine rencontre des enthousiasmes solides et quelques oppositions agressives menées par le duo Algérie/Afrique du Sud", relève-t-il, expliquant que l’enjeu de cette équation est la présence au sein de cette organisation africaine de l'entité séparatiste du Polisario non reconnue par l'écrasante majorité des forums internationaux et dont le Maroc n'a cessé de dénoncer la présence illégale au sein de l'Union africaine. 

Faisant état de l'opposition au retour du Maroc à l'Union Africaine incarnée par l'axe Alger/Pretoria, "qui fera appel à toutes les arguties administratives pour nourrir les blocages et tenter de s'opposer ou du moins ralentir cette marche de l'histoire", M. Tossa affirme qu’il reste à savoir ce que feront les nombreux amis du Maroc au sein de cette Union pour paver le chemin à un retour gagnant et triomphal du Maroc à l'Union Africaine.

Le retour du Maroc apporte de la valeur à l’action de l’Union africaine

Le Président du parlement panafricain, M. Roger Nkodo Dang, a exprimé, samedi à Addis-Abeba, son soutien au retour du Maroc au sein de l'Union Africaine (UA), estimant que ce retour est de nature à apporter de la valeur à l'action de l’organisation continentale.

«Le Maroc est un pays africain. Son retour au sein de l’organisation qu’il a créée apporte de la valeur pour que nous puissions débattre en commun des questions africaines », a indiqué M. Nkodo Dang dans une déclaration à la presse en marge du 28è Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l'UA, qui devra s’ouvrir lundi dans la capitale éthiopienne.

Le président du parlement panafricain a souligné que le retour du Maroc devra renforcer les efforts consentis dans le cadre de la nouvelle approche visant à trouver des solutions africaines aux problèmes africains.

L'adhésion du Maroc à l’Union africaine n'est qu'une question de formalité 

L'adhésion du Maroc à l’Union africaine (UA) n'est qu'une question de formalité dans la mesure où le Royaume aurait déjà obtenu le soutien écrit définitif d'une quarantaine d'États membres de l’organisation panafricaine, écrit samedi le journal français Le Figaro. 

Dans un article intitulé "Le grand retour du Maroc dans l'Union africaine", la publication souligne que ces retrouvailles interviennent 33 ans après le retrait volontaire du Royaume de cette instance internationale, rappelant que feu SM Hassan II entendait à l'époque protester contre l'admission au sein de l'institution de la fantomatique République arabe sahraouie démocratique, autoproclamée par le Front Polisario. 

33 ans après avoir quitté l'organisation panafricaine, le Maroc devrait réintégrer cette institution lundi à l'issue d'un vote des chefs d'Etat africains, à l'occasion du 28e sommet annuel de l'Union africaine, qui se tiendra le 30 et 31 janvier à Addis Abeba, indique le journal. 

Ces derniers mois, SM le Roi Mohammed VI a effectué une tournée diplomatique en Afrique de l'Est notamment au Rwanda puis en Tanzanie pour renouer ou conforter les liens politiques avec cette partie du continent alors que la zone d'influence du Royaume se situait plutôt au Sahel et en Afrique de l'Ouest, relève Le Figaro, notant que le Maroc a déployé les grands moyens pour convaincre de sa vocation subsaharienne. 

Ce retour remet au premier plan la question épineuse du Sahara, qui dure depuis trois décennies, fait observer l’auteur de l’article, soulignant que depuis le début du conflit, l'Algérie apporte son soutien au Front Polisario.

SM le Roi joint l'acte à la parole dans le cadre de la politique solidaire du Maroc avec l’Afrique 

SM le Roi Mohammed VI joint l’acte à la parole dans le cadre de la politique de solidarité du Maroc envers plusieurs pays africains, a estimé l’académicien argentin, Adalberto Carlos Agozino. 

"SM le Roi Mohamed VI n’a cessé de fournir les preuves de sa préoccupation de l'Afrique à travers des mesures concrètes allant au-delà des paroles", écrit ce spécialiste en sciences politiques dans un article publié par l’agence de presse argentine indépendante "Total News". 

L’expert argentin a en outre relevé que "la contribution croissante du Maroc à la résolution des conflits africains que ce soit à travers la participation aux missions de maintien de la paix de l'ONU, la mise à disposition de ses bons offices et son expérience diplomatique, le déblocage des aides humanitaires ou des bourses d’études, la formation des imams ou encore le déploiement des hôpitaux de campagne, sont autant de preuves du fait que SM le Roi Mohammed VI joint toujours la paroles à des actions concrètes". 

L’auteur de l’article souligne également que la politique du Maroc à l’endroit de l’Afrique est basée sur trois axes fondamentaux, à savoir la promotion de la paix et de la sécurité, l’engagent résolu en faveur du développement économique et social de l’Afrique outre le devoir de solidarité. 

De l’avis du professeur à l’Université John F. Kennedy, l’initiative de SM le Roi Mohammed VI de déployer un hôpital de campagne multi-spécialités à Juba, en vue d’alléger la crise humanitaire que connait le Sud-Soudan, reflète "le rôle pionnier et naturel" du Maroc dans sa solidarité avec le continent noir. 

Cet hôpital de campagne ultramoderne d’une capacité de 30 lits extensibles à 60, qui comprend 20 médecins spécialistes et 18 infirmiers, réalisera des prestations médicales dans différentes spécialités dont la pédiatrie, la médecine interne, la chirurgie, la cardiologie, la traumatologie, la médecine dentaire, l’ophtalmologie et la médecine ORL, a-t-il ajouté, en relevant que l’hôpital disposera aussi d’un laboratoire d’analyses médicales et d’une pharmacie dotée de lots de médicaments variés. 

Et Agozino d’ajouter que toutes ces actions sont complétées par des visites fréquentes de SM le Roi Mohammed VI à plusieurs pays africains dans le but d'échanger des vues avec les chefs d'Etat, les dirigeants politiques et les forces vives des pays visités. 

En même temps, a-t-il poursuivi, ces visites constituent une occasion exceptionnelle pour voir de première main la réalité et les besoins des peuples africains. 

De l’avis de l’expert argentin, la présence du Maroc en Afrique prendra une nouvelle dimension lors du retour attendu du Royaume au sein de l’Union Africaine lors du sommet de l’UA prévu vers la fin du mois à Addis-Abeba, en Ethiopie. 

Le dynamisme de la diplomatie marocaine et sa forte présence en Afrique ne sont pas passés inaperçus même en dehors du continent, à l’image d’une récente étude dans laquelle Peter Pham, le vice-président du prestigieux think tank US "Atlantic Council" et directeur de "l’Africa Center", n’hésite pas à souligner qu’"au cours des dernières années, le Maroc a déployé d'énormes efforts, sous la direction clairvoyante de SM le Roi, pour donner de la vigueur et de la matière aux relations de coopération substantielles avec les pays africains", a-t-il ajouté. 

L’expert en relations internationales a d'ailleurs affirmé que le Maroc enchaine les succès, en ce sens que le Royaume figure parmi les pays africains les plus sûrs bénéficiant de la meilleure gouvernance, en mettant en relief les progrès significatifs réalisés par le Royaume en matière de protection des droits de l'homme, en général, et de promotion de la condition des femmes, en particulier. 

Le Maroc, qui a su préserver sa stabilité face à une vague de troubles ayant frappé la région, a prouvé sa capacité de contenir avec succès les activités terroristes et d'être un allié stratégique pour les pays africains ou européens dans la lutte contre le fléau du terrorisme, a-t-il conclu. 

(MAP-28/01/2017)

"Le Maroc qui a quitté l'OUA à cause des irrégularités est victime aujourd’hui des pratiques similaires pour empêcher son retour" 

"Le Maroc qui a quitté l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) en 1984 à cause des irrégularités flagrantes constatées, voire la transgression pure et simple de la charte (de l'Organisation), est victime aujourd’hui de pratiques similaires pour empêcher son retour", écrit vendredi le journal malien +L’indépendant+. 

"En dépit du soutien des deux-tiers des Etats membres de l’Union, le traitement tendancieux réservé à cette question montre à suffisance que quelques Etats, aidés en cela par la commission, sont en train de s’ingénier à utiliser tous les subterfuges possibles et imaginables pour bloquer, sinon retarder le retour du Maroc", souligne le quotidien dans un article intitulé "réadmission du Maroc à l’Union africaine : la décision renvoyée au Sommet des chefs d’Etat". 

Et de poursuivre que "le quorum requis pour l’admission du Maroc au sein de l’Union Africaine est de 28 Etats membres, selon les termes de l’article 29 de la charte de l’organisation continentale qui stipule que l’admission est décidée à la majorité simple des Etats membres". 

"Malgré le nombre de soutien acquis (plus de deux tiers au lieu de 50%+1), la Commission de l’Union Africaine a renvoyé la question au sommet des Chefs d’Etats. Cette pratique inédite ne correspond en rien aux textes fondamentaux de l’Union", note le quotidien. 

"A titre d’illustration, pour le Soudan du Sud, la procédure n’a duré que 3 semaines entre le dépôt de la demande et la notification de la décision d’admission à l’Etat intéressé et bien sûr sans passer par le Sommet", rappelle +L’indépendant+. 

"Que fera alors la majorité écrasante des deux tiers face à la minorité dont deux membres qui s’efforcent de bloquer la marche de l’histoire pour des raisons idéologiques et géopolitiques et de conflit de rôle et d’influence", s’interroge la publication.

SM le Roi en Ethiopie: L'Union Africaine prend rendez-vous avec l’histoire

La visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Ethiopie se veut un "moment historique, pour un retour tant attendu du Maroc au sein de sa famille institutionnelle, l’Union africaine, qui veut ainsi prendre à bras le corps sa propre destinée et s’affranchir des pesanteurs mutilantes du passé", a déclaré, vendredi, à la MAP Peter Pham, Vice-président du prestigieux think tank US, Atlantic Council, et Directeur de l’Africa Center.

"La visite Royale est un évènement historique pour un retour tant attendu par l’écrasante majorité des pays membres de l’UA du Maroc en son sein", a souligné l’expert US des questions géostratégiques africaines, en saluant, à ce propos, "la perspicacité de la stratégie africaine du Souverain".

Le Maroc, a tenu à rappeler M. Pham, "n’a jamais quitté l’Afrique et le retour du Royaume aujourd’hui au sein de l’UA est d’autant plus nécessaire et essentiel que le continent fait face à des défis géopolitiques majeurs dans les domaines économique et de sécurité", en faisant observer que "le Maroc se trouve être un bastion de stabilité politique et une source dynamique dédiée à la coopération Sud-Sud, au co-développement et aux investissements sur l’ensemble du continent africain".

Le Royaume, a-t-il en outre indiqué, est "une plaque tournante dans la lutte contre l’extrémisme violent et contre toutes les idéologies qui pervertissent les préceptes de l’Islam authentique, et dans la maintien de la paix sur le continent africain tout en étant une passerelle entre l’Europe, l’Amérique et l’Afrique".

Sa Majesté le Roi en Ethiopie : Une opportunité historique d'insuffler une nouvelle dynamique à l’Union africaine

La visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Ethiopie s’inscrit dans le cadre des actions entreprises par le Souverain pour le retour du Royaume à l’Union africaine, un juste retour des choses, qui porte en lui l’opportunité historique d’insuffler une nouvelle dynamique à ce groupement régional, notamment dans les domaines stratégiques de la bonne gouvernance, du développement durable et de la démocratisation. 

Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, sa famille institutionnelle, est soutenu au demeurant par une écrasante majorité de l’UA, tant et si bien que les pays du continent sont en droit aujourd’hui de scruter des perspectives d’avenir mutuellement avantageuses, dans un cadre solidaire fortement inscrit dans une logique de co-développement et de co-émergence. 

Par la même occasion, l’UA se voit aujourd’hui offrir "le potentiel d’insuffler une nouvelle dynamique à ces capacités de projection, le Royaume étant une puissance régionale, qui se prévaut d’un leadership sur le continent qui n’est plus à démontrer", souligne à ce propos le journal américain à grand tirage, Huffington Post, dans une analyse signée Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d’administration de plusieurs think tanks US. 

Le retour du Maroc, poursuit l’analyse, est d’autant plus nécessaire et attendu que "l’UA a un rôle important à jouer dans le continent, en tant que porte-voix pour la résolution des conflits et une force de bonne gouvernance et de soutien aux processus démocratiques", en faisant observer que cette Union "peine à influer positivement sur ces deux aspects vitaux de sa mission". 

En retrouvant la place qui lui revient historiquement de plein droit, "le Maroc, croit fermement qu’il a les moyens pour faire la différence, dans une conjoncture où les enjeux en matière de stabilité en Afrique prennent une dimension internationale". 

"Avec le retour du Royaume en son sein, l’UA verra son poids considérablement décupler dans le concert des Nations Unies, notamment pour ce qui est de la résolution des conflits dans cette partie du monde", estime l’analyse. 

Et de souligner que l’Union africaine bénéficiera aussi de "la capacité de déploiement multiforme du Maroc, un point d’ancrage continental, en matière de coopération Sud-Sud et d’investissements dans les pays du sous-continent, entre autres, dans les secteurs pharmaceutique, de transport aérien, des finances, de l’immobilier, de l’assurance, et des télécommunications". 

Le secteur privé marocain est aujourd’hui implanté dans un ensemble géographique couvrant notamment la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, ainsi que le Gabon et le Cameroun, sans oublier la partie sud et de l’est du continent avec, entre autres, l’Ethiopie, l’Angola et le Burundi. 

Cette dynamique vertueuse se traduit également par le rôle que joue le Royaume en tant que catalyseur des investissements étrangers vers les pays du continent, rappelle le Huffington Post, dans ce contexte. 

Fort donc d’une double légitimité géographique et historique séculaire, le Maroc se prévaut d’un patrimoine unique qui conjugue des liens humains, économiques et religieux, le tout porté par l’aura spirituelle et la force de conviction de Sa Majesté le Roi, qui a effectué une quarantaine de visites dans plus de vingt pays africains depuis Son intronisation. Chacune de ces visites a permis le lancement de projets de coopération concrets dans des domaines aussi variés que la formation, l’assistance technique, la sécurité alimentaire et le développement des infrastructures. 

Le Maroc est ainsi le 2è investisseur africain dans le continent avec 63 pc des investissements orientés vers l’Afrique, où les entreprises marocaines sont actives dans pas moins de 25 pays. 

Le Royaume du Maroc s'affirme en tant que "force économique majeure" en Afrique, souligne à ce propos la revue trimestrielle de l’ONU, Afrique Renouveau, dans son dernier numéro, en mettant en exergue l’offensive que mène le Maroc tant au niveau économique que diplomatique pour réintégrer l’UA, dont le sommet est prévu les 30 et 31 janvier à Addis Abeba, en Ethiopie. 

"Lentement, progressivement, le Maroc s’affirme comme une force économique majeure en Afrique subsaharienne", écrit la revue dans une analyse intitulée: “Union Africaine : l’offensive marocaine”. 

A cet égard, Afrique Renouveau cite Sa Majesté le Roi, qui avait souligné dans Son message au 27ème sommet de l’Union Africaine, tenu à Kigali au Rwanda, que “l’importante implication des opérateurs marocains et leur forte présence dans le domaine de la banque, des assurances, du transport aérien, des télécommunications et du logement, font que le Royaume est à l’heure actuelle le premier investisseur africain en Afrique de l’Ouest”. 

Avec le retour du Maroc tant souhaité en son sein, l’Union africaine a rendez-vous avec l’histoire, une opportunité qu’il convient de fructifier car il y va des attentes légitimes de l’homme africain au progrès et à la prospérité.

(MAP-27/01/2017)