13 °C Rain showers Rabat

Actualités
Mardi 10 Mai 2016

Visite officielle de SM le Roi en République populaire de Chine

Synthèse vocale
Visite officielle de SM le Roi en République populaire de Chine

Maroc-Chine, un partenariat stratégique global et de belles perspectives d'avenir

La visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en République populaire de Chine a permis aux relations entre les deux pays de passer à la vitesse supérieure dans le cadre d’un partenariat stratégique global.

Cette visite, qui a été l’occasion de la conclusion de trente conventions de partenariat public-public et public-privé entre les deux pays, a été marquée par la signature, mercredi par SM le Roi et le Président chinois Xi Jinping de la déclaration conjointe concernant l’établissement d’un partenariat stratégique entre les deux pays, un partenariat qui ouvre de nouvelles perspectives d’avenir aux relations politiques entre Pékin et Rabat et permet de renforcer la coopération bilatérale dans des secteurs à fort potentiel de création d’emplois et de valeur ajoutée. 

Un des moments forts de cette visite historique est la décision de SM le Roi de supprimer les visas pour les ressortissants chinois à partir du mois de juin prochain.

Cette décision, qui vient confirmer la vision du Souverain et Sa volonté d’approfondir et de diversifier les relations sino-marocaines, traduit la volonté d’ouverture de la part du Royaume et de développement des échanges humaines, culturels, économiques et politiques entre les deux pays amis.

La visite royale en République populaire de Chine, qualifiée de réussie par de nombreux observateurs, consacre ainsi le choix stratégique opéré par le Maroc de diversifier ses partenariats, en droite ligne du discours prononcé par SM le Roi, le 20 avril dernier à Ryad, devant le sommet Maroc-Pays du Golfe, dans lequel le Souverain avait souligné que "tout en restant attaché à la préservation de ses relations stratégiques, le Maroc n’en cherche pas moins, ces derniers mois, à diversifier ses partenariats, tant au niveau géopolitique qu’au plan économique".

En effet, cette visite, qui intervient quelques mois seulement après celle effectuée par le Souverain en Russie, a permis de raffermir les relations politiques entre le Maroc et la Chine, fondées sur les principes d’amitié, de compréhension et de solidarité, ainsi que sur une volonté partagée de diversifier les champs de coopération bilatérale, dans une perspective porteuse de synergie et mutuellement bénéfique.

Ainsi, outre le renforcement de la coopération dans le domaine judiciaire, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaires, cette visite a permis de booster le partenariat économique entre les deux pays, notamment dans les secteurs des finances, des infrastructures, de l’automobile, du textile, de l’aéronautique, de la logistique et des énergies renouvelables. 

Elle a également balisé le terrain aux entreprises chinoises afin qu'elles s'implantent davantage au Maroc et qu’elles fassent du Royaume une plateforme de développement de leurs activités en Afrique et en Europe.

Message de remerciements et de gratitude de SM le Roi au président chinois à l’issue de la visite officielle du Souverain en Chine

SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de remerciements et de gratitude au président chinois, SEM. Xi Jinping, au terme de la visite officielle effectuée par le Souverain en République populaire de Chine.

"Il M'est agréable, au terme de la visite officielle que J’ai eu l’honneur d’effectuer dans votre pays ami, de renouveler à votre Excellence mes sincères remerciements et ma haute gratitude pour l'accueil chaleureux et la généreuse hospitalité qui M'ont été réservés, ainsi qu'à la délégation M'accompagnant", souligne le Souverain dans ce message.

SM le Roi saisit cette occasion pour exprimer au président chinois Sa profonde satisfaction pour la convergence de vues qui s’est dégagée des entretiens entre les deux chefs d’Etat sur les différentes questions d’intérêt commun et qui ont débouché sur d’importantes conventions concernant les projets de développement prometteurs dans différents domaines, devant permettre d’imprimer une dynamique renouvelée aux relations bilatérales distinguées et de renforcer les liens d’amitié solide et de considération mutuelle existant entre les deux pays.

Le Souverain S’est dit "persuadé que les acquis réalisés lors de cette visite bénie constitueront un maillon fort du partenariat stratégique que nous avons lancé entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine, en concrétisation de notre volonté commune de bâtir un modèle de coopération Sud-Sud, efficace, solidaire et multidimensionnel, bénéfique à nos deux pays amis et contribuant au rayonnement de la sécurité, de la paix et de la stabilité dans le monde".

SM le Roi renouvelle à cette occasion les sincères sentiments de remerciements et de gratitude, ainsi que les meilleurs vœux de santé, de bonheur et de succès au président chinois dans la conduite du peuple chinois authentique.

Le président de l'organisation de solidarité des peuples afro-asiatiques loue la visite de SM le Roi en Chine

Le président de l’organisation de solidarité des peuples afro-asiatiques, Hilmi Lhadidi, a loué hautement la visite de SM le Roi Mohammed VI en Chine.

Dans une déclaration à MAP-Le Caire, M. Lhadidi, politicien égyptien, a mis en avant la réussite de cette visite à tous les niveaux.

Il a relevé, dans ce contexte, la nécessité pour les arabes de s’orienter vers l’Orient pour diversifier leurs relations, notamment avec des Etats qui ont un poids au niveau international comme la Chine, le Japon et la Russie, et de ne pas se limiter à des relations avec les pays occidentaux.

L’organisation de solidarité a été créée en 1957 et dont le siège se trouve au Caire après l’apparition du mouvement des non-alignés. Elle est une organisation populaire non gouvernementale, et regroupe des comités nationaux de solidarité représentant plus de 90 pays, en Asie et en Afrique.

M. Hilmi Al-Hadidi avait salué, dans son intervention lors de la réunion des commissions arabes de solidarité au Caire, le contenu du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI, le 20 avril dernier à Ryad en Arabie Saoudite, lors du sommet Maroc-pays du golfe, tout en se disant '’très ravi de la position de SM le Roi’’.

Il avait également évoqué la décision du Maroc de ne pas accueillir le Sommet arabe, notant que cette position était le commencement puisque c’est la première fois qu’un dirigeant arabe dit :‘’il faut cesser les réunions, nous voulons quelque chose de nouveau’’. 

Pour M. Al-Hadidi, cette position de SM le Roi est fort louable.

La Chine plus consciente que jamais du positionnement stratégique du Maroc en Afrique 

La Chine est plus consciente que jamais du positionnement stratégique du Maroc en Afrique et des avantages qu’elle peut tirer d’un partenariat bilatéral plus dense en direction du continent, a souligné l’expert suisse du monde arabe, Jean-Marc Maillard.

Réagissant à la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en Chine, l’économiste lausannois a estimé que le Royaume "se positionne rapidement comme un interlocuteur et un partenaire économique sérieux dans la région, fort de sa stabilité politique et sociale". L’Empire du milieu, a-t-il déclaré à la MAP, mise sur les avantages considérables que représentent les liens économiques solides développés par Rabat au fil des ans et ses ancrages en terre africaine, une zone de croissance élevée. L’expert relève que le Royaume, par ses multiples accords conclus avec la Chine, "tirera un immense bénéfice au profit de son économie et de sa population en accélérant son positionnement sur l’échiquier mondial". 

SM le Roi, a-t-il poursuivi, "fait preuve d’une grande clairvoyance en œuvrant pour un partenariat stratégique avec la puissance chinoise, dans un environnement mondial particulièrement difficile et de plus en plus compliqué". Il a rappelé à cet égard que le Maroc est considéré comme le pays le plus globalisé en Afrique dans le classement tout récent réalisé par le prestigieux centre suisse de recherche conjoncturelle KOF.

SM le Roi Mohammed VI et le président chinois Xi Jinping ont procédé, mercredi à Pékin, à la signature de la Déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays. Les deux chefs d'Etat ont présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et des affaires consulaires.

La coopération maroco-chinoise puise sa force dans le volet économique et un héritage riche de deux civilisations 

La visite de SM le Roi Mohammed VI en Chine reflète la détermination de Rabat d'ériger sa coopération avec Pékin en partenariat stratégique puisant sa force dans le volet économique et un héritage riche des civilisations musulmane et chinoise, a souligné l'anthropologue et écrivain marocain, Faouzi Skali.

"Comme la Chine, le Maroc est conscient d'être l'héritier d'un patrimoine traditionnel et d'une civilisation très ancienne qu'il considère comme une richesse et un atout considérable pour gérer un développement serein vers l'avenir", a-t-il déclaré à la MAP.

Dans ce sens, M. Skali a indiqué que la visite de SM le Roi, accompagné d'une forte délégation, et les programmes de partenariat aussi importants en ce moment précis et dans le contexte géostratégique que l'on connaît au niveau international révèlent cette coïncidence de l'économique et du culturel par plusieurs aspects.

Le chercheur a souligné que la conclusion par le Royaume d'un partenariat stratégique avec la Chine est l'une des expressions les plus significatives de ce monde multipolaire avec un rapprochement donnant un nouvel élan à la coopération entre les civilisations musulmane et chinoise.

"On a souvent dit que la politique est l'art du possible, on peut rajouter qu'elle est aussi et surtout l'art du timing", a-t-t-il ajouté.

Il a fait savoir que la politique de SM le Roi, qui se déploie comme toujours avec un génie et un sens exceptionnels du "timing" par l'ambition nouvelle que le Souverain souhaite donner à la coopération sino-marocaine et la suppression des visas pour les ressortissants chinois traduisent l'importance que revêt cette visite. 

Le Souverain a aussi donné un "signal fort" en montrant que la collaboration avec des pays comme "la Chine se situe désormais à un niveau stratégique, qui correspond à la réalité du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui et plus encore et d'une façon de plus en plus explicite, celui qui sera le notre dans un proche avenir", a relevé M. Skali. 

"Nous sommes dans un monde de plus en plus multipolaire où des puissances qui semblaient confinées à un rôle second s'affirment d'une manière incontournable sur la scène géopolitique", a expliqué l'anthropologue.

Parmi ces puissances figure la Chine qui a un profil et un rôle tout à fait particulier dans le sens qu'elle exprime la force tranquille de ceux qui savent que l'avenir leur appartient, a-t-il poursuivi.

Il a affirmé que l'émergence de la Chine, comme un pôle majeur de la politique internationale, est certes préparée par une vitalité économique remarquable mais ne peut réellement s'accomplir sans atteindre, par-delà une puissance économique, une dimension culturelle. 

Institut portugais : SM le Roi adopte un agenda de politique étrangère "novateur" et "créatif" 

La visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en République Populaire de Chine reflète l’agenda de politique étrangère "novateur" et créatif" adopté par le Maroc sous l'impulsion du Souverain, a souligné le président de l’Institut luso-arabe pour la coopération (ILAC), Manuel Pechirra. 

"La volonté du Maroc de diversifier ses partenariats économiques et stratégiques reflète l’agenda de politique étrangère novateur et créatif qu’adopte SM le Roi Mohammed VI", a affirmé M. Pechirra dans une déclaration à la MAP. 

"Dans un monde globalisé, la mise en place de partenariats entre le Maroc, un pays arabe et africain, et la Chine est dans l'intérêt commun des deux pays et une contribution pour le développement régional et le maintien de la paix", a-t-il fait observer. 

SM le Roi Mohammed VI et le président chinois Xi Jinping ont procédé, mercredi à Pékin, à la signature de la Déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays. 

Les deux chefs d'Etat ont présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et des affaires consulaires. 

Partenariats économiques: Signature à Pékin de deux mémorandums d'entente entre BMCE Bank of Africa et des entreprises chinoises

Dans le cadre du partenariat stratégique liant le Royaume du Maroc à la République Populaire de Chine, le président du Groupe BMCE Bank of Africa, Othman Benjelloun a signé devant SM le Roi Mohammed VI deux mémorandums d'entente de partenariats économiques, commerciaux et financiers.

Le premier mémorandum d'entente, signé entre BMCE Bank of Africa et China Africa Development Fund "CAD Fund", porte sur le renforcement de la coopération dans les domaines de l’infrastructure, l’automobile, les énergies renouvelables, l’agriculture, l’électronique, les mines et parcs industriels pour le financement de projets de développement en Afrique, indique un communiqué de BMCE BANK parvenu jeudi à la MAP.

Cet accord concerne également l’investissement dans les marchés de la dette publique et privée en Afrique, précise le communiqué.

Le deuxième mémorandum d'entente a été signé entre BMCE Bank Of Africa, Haite Group et Morocco-China International (Société d’investissement de la Chambre de Commerce sino-marocaine) en vue de la concrétisation de multiples projets tels la création au Maroc d’un parc industriel sino-marocain.

Il porte également sur la création d’un fonds d’investissement sino-marocain d’une taille cible de 1 milliard de dollars (USD), ciblant les secteurs de l’aéronautique, financier, des parcs industriels et de l’infrastructure, le lancement d’une société de gestion de fonds, un partenariat dans le domaine de l’assurance vie en Chine, un partenariat technique dans le domaine du leasing d’avions et enfin un partenariat technique en vue du lancement d’une banque dédiée au secteur des nouvelles technologies en Chine.

BMCE Bank of Africa a également annoncé à Pékin la création du "CLUB 223" en partenariat avec des organismes chinois de référence. S'inscrivant dans le sillage de la COP22, cette initiative du Groupe consiste en la mise en place d’une plateforme d’affaires pour les entreprises chinoises et africaines opérant dans le "Green Business".

La Chine ambitionne de faire du Maroc une plateforme d’investissement tournée vers l’Afrique

Par sa forte présence en Afrique de l’Ouest, le Maroc est perçu en Chine comme une plateforme prometteuse d’investissement à même de promouvoir un partenariat bilatéral win-win, a souligné le spécialiste français de la Méditerranée, Christophe Chassaigne.

"L’Empire du Milieu, déjà engagé dans de grands projets d’infrastructures en Afrique, pourrait mettre à profit la présence de nombreuses entreprises marocaines dans les pays d’Afrique de l’Ouest", a indiqué l’expert en réaction à la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en Chine. Mettant l’accent sur la portée des investissements du Royaume dans des secteurs aussi porteurs que la finance, les assurances, les banques, les télécommunications et le BTP, M. Chassaigne a relevé qu’il s’agit de créneaux où les entreprises marocaines pourraient servir de plateforme au service d’un développement trilatéral gagnant-gagnant. Il a noté qu’outre le renforcement des échanges commerciaux, le Maroc vise à capter une partie de ses énormes investissements dirigés vers l’Afrique, un objectif qui, a-t-il dit, "cadre parfaitement avec la politique prônée par les deux pays en faveur d’une coopération Sud-Sud solidaire".

L’expert a d’autre part affirmé que le Royaume, qui occupant une position stratégique au confluent de l’Europe et de l’Afrique, a su mettre à profit sa stabilité politique et son ouverture économique pour drainer d’importants investissements étrangers, notamment dans l’offshoring, l’automobile et l’assemblage aéronautique. SM le Roi Mohammed VI et le président chinois Xi Jinping ont procédé, mercredi à Pékin, à la signature de la Déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays. Les deux chefs d'Etat ont présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et des affaires consulaires.

Le partenariat scellé entre le Maroc et la Chine, à l’occasion de la visite royale, permettra de revigorer la coopération économique entre les deux pays à travers la mise en place de nombreux projets concrets, porteurs d’investissements, de développement et d’opportunités d’emplois.

La visite royale en Chine reflète la nouvelle orientation de la diplomatie marocaine 

La visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en République Populaire de Chine reflète la nouvelle orientation de la diplomatie marocaine, basée sur la diversification des partenariats stratégiques, écrit jeudi le quotidien indien "The Times Of India".

Dans un article d'opinion publié sur son site internet, le quotidien souligne que le Souverain conduit une politique étrangère efficace à même de doter le Maroc d’une plus grande flexibilité stratégique, dans un climat géopolitique changeant.

Cette visite royale confirme la volonté exprimée par SM le Roi lors de Son discours devant le Sommet Maroc-Pays du Golfe d’instaurer des partenariats stratégiques avec la Chine et l’Inde, indique la publication.

"Dans un monde multipolaire, avec des alliances, des blocs et des partenariats qui se forment de manière accrue, le Maroc a besoin de pouvoir adhérer à différents pôles si nécessaire, afin qu’il ne reste pas otage d'alliances passées, surtout quand celles-ci sont utilisées contre ses intérêts nationaux", souligne le quotidien indien.

La visite royale en Chine a été marquée par la signature par SM le Roi Mohammed VI et le Président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, de la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays, indique le quotidien, ajoutant que les deux chefs d’Etat ont présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux secteurs judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaire.

La République Populaire de Chine est pleinement consciente de l’importance stratégique du Maroc, pays à la croisée des chemins entre l’Afrique, notamment francophone, et le monde arabe, écrit l’auteur de l’article, faisant valoir que Pékin vise à renforcer sa position et tirer davantage profit de la présence marocaine dans lesdites régions.

Et l’auteur de l’article d’émettre le vœu de voir un partenariat stratégique se concrétiser entre l’Inde et le Royaume du Maroc, au regard de leurs intérêts communs, dont la garantie de la stabilité régionale, la lutte contre l’extrémisme, l’exploitation des opportunités offertes par les nouvelles technologies, la promotion des énergies renouvelables et la lutte contre les changements climatiques.

La visite royale en Chine témoigne de la détermination du Royaume à diversifier ses partenaires stratégiques

La visite historique qu’effectue SM le Roi Mohammed VI en Chine confirme la détermination du Maroc à diversifier ses alliances stratégiques et ses partenaires commerciaux, politiques et diplomatiques, a affirmé Mme Jane Standing, présidente d’une ONG britannique et experte des questions maghrébines.

Cette visite s’inscrit aussi dans le cadre d’une nouvelle vision royale "dynamique et anticipative" déployée pour défendre et préserver les intérêts suprêmes de la Nation dans un monde devenu multipolaire, a-t-elle ajouté. 

"Les relations maroco-chinoises sont au beau fixe depuis des décennies", a-t-elle fait remarquer, affirmant que les deux pays entretiennent de très bonnes relations basées sur "le respect mutuel, une coopération exemplaire et une entente étroite sur le plan diplomatique et politique". 

Le partenariat maroco-chinois stratégique inauguré par la visite royale est fondé sur des bases solides, la confiance mutuelle et des accords de coopération visant à asseoir un partenariat "gagnant-gagnant" dans plusieurs secteurs porteurs tels que l’énergie, les technologies, l’industrie, les services, la finance…, a tenu à préciser Mme Jane. 

La visite royale à Pékin donnera sans nul doute une nouvelle impulsion à la coopération bilatérale dans tous les domaines car cette coopération est confortée par la déclaration conjointe signée par les chefs d’Etat des deux pays, donnant naissance à un partenariat stratégique mutuellement bénéfique, a-t-elle soutenu.

La visite de SM le Roi en Chine inaugure une nouvelle ère dans l'histoire des relations entre les deux pays

La visite officielle de SM le Roi Mohammed VI à la République populaire de Chine inaugure une nouvelle ère dans l'histoire des relations entre les deux pays, a indiqué, jeudi, le directeur du Centre africain des études asiatiques, El Mostafa Rezrazi. 

La visite officielle que SM le Roi a entamé mercredi en Chine marque le début d'une nouvelle ère dans l'histoire des relations bilatérales, comme en témoignent la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays, signée, la veille à Pékin, par le Souverain et le président Xi Jinping, et le nombre important des accords qui ont été conclus dans l'ensemble des domaines: économique, politique, diplomatique, culturel et humanitaire, a relevé M. Rezrazi dans une déclaration à la MAP. 

L’orientation du Royaume vers le renforcement de ses liens avec la Chine et d'autres pays asiatiques trouve son explication géostratégique dans les acquis économiques et sociaux de qualité réalisés par le Maroc, qualifié, plus que jamais, pour accueillir des projets de partenariat industriel et commercial de deuxième génération, et ce à la lumière des changements politiques que connaît le monde aujourd'hui, notamment en ce qui concerne la gestion des crises régionales.

Outre sa portée globale, diversifiée et incitative, la déclaration de partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine est "rassurante" étant donné qu'elle englobe tous les secteurs vitaux, dépassant ainsi le seuil de la coopération bilatérale classique, a noté M. Rezrazi, qui est également expert des affaires asiatiques.

Ce partenariat stratégique qui englobe l'industrie automobile, l'aviation, l'infrastructure, outre la santé, la sécurité alimentaire et la culture "reflète la volonté commune d'encourager les investissements et faciliter le transfert de capitaux et de l'expertise", et témoigne de "la décision courageuse et humanitaire relative à la facilitation de la circulation des ressortissants chinois à destination du Maroc via la suppression du visa, outre les accords signés dans le domaine judiciaire", a-t-il considéré.

La vision de SM le Roi Mohammed VI relative à la restructuration des relations et des partenariats du Maroc et leur diversification est traduite par les visites que le Souverain a effectué récemment à un certain nombre de pays, et en particulier celle en cours en République populaire de Chine, a fait remarquer M. Rezrazi, notant que le Souverain "a imprimé un nouveau souffle à la gestion de la diplomatie marocaine, en libérant la politique étrangère marocaine du système des relations classiques".

Une lecture attentive du discours de SM le Roi lors du dernier Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine à Johannesburg fait ressortir que le Souverain établit une feuille de route pour les relations entre le Maroc et la Chine, fondée sur les liens de coopération Sud-Sud- et des relations commerciales basées sur le principe gagnant-gagnant, ainsi que l’exploration de nouvelles opportunités pour une coopération tripartite entre le Maroc et ses partenaires africains ainsi que la Chine, tant au niveau des projets de développement, que dans le cadre du nouveau projet chinois de la nouvelle route de la Soie maritime, au sein lequel le Maroc occupe une position centrale, à la fois en ce qu'il constitue un lien intercontinental (Afrique-Moyen-Orient-Europe), ou en sa qualité de passerelle clé donnant accès à la façade afro-atlantique. 

Il ressort également du discours de SM le Roi lors du sommet Maroc-Pays du Golfe à Riyad, que l'approche marocaine relative à la diversification de ses partenaires ne se limite pas à l'aspect économique, mais elle est stratégique et globale et répond au besoin du Maroc de renouveler les mécanismes de traitement des changements globaux économiques, politiques et sécuritaires, a-t-il poursuivi.

L’expert des affaires asiatiques a conclu que la visite Royale en Chine est en soi un acquis pour le Maroc, dans la mesure où elle encadrera la prochaine phase du processus de coopération sino-marocaine, portant sur l’établissement de nouveaux partenariats et l’activation d'autres, ainsi que l’élévation du seuil de la coopération globale tant sur les plans politique, économique que sécuritaire.

Le partenariat entre l'ONMT et le CITS profitera pleinement au tourisme marocain 

Le partenariat conclu entre l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) et l’Association des Tours Opérateurs Chinois (CITS) profitera pleinement au tourisme marocain, a souligné, jeudi à Pékin, M. Abderrafie Zouiten, directeur général de l’ONMT.

Ce partenariat vient accompagner la décision du Maroc de supprimer les visas pour les ressortissants chinois, une décision qui est de nature à donner une très forte dynamique aux flux touristiques au départ de la Chine et à destination du Royaume, a assuré M. Zouiten dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de signature de 15 conventions de partenariat public/privé entre le Maroc et la Chine, présidée jeudi à Pékin par SM le Roi Mohammed VI. 

Cette dynamique devra être renforcée à l’avenir par la création d’une desserte directe entre la Chine et le Maroc, a ajouté M. Zouiten, faisant remarquer que le Maroc est le seul pays arabe et africain à exonérer les ressortissants chinois de visas. 

Visite de Sa Majesté le Roi en Chine: Le Huffington Post met en exergue la convergence des intérêts stratégiques des deux Nations en Afrique

La visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en République Populaire de Chine est l’occasion de mettre en relief la convergence des intérêts stratégiques des deux nations, notamment dans le continent africain, à travers une coopération "tripartite touchant, entre autres, les domaines économique et sécuritaire au nord, comme au sud de la région sahélo-saharienne", écrit jeudi l’influent quotidien américain, le Huffington Post.

"Vue de Pékin, la consolidation des relations maroco-chinoises est perçue à travers le prisme d’un nouvel engagement stratégique pour un plus grand rôle dans les domaines économique et sécuritaire au nord, comme au sud de la région sahélo-saharienne", explique Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d’administration de plusieurs think tank US, dans une analyse intitulée :"Dans un continent africain en pleine émergence, le Maroc et la Chine engagés pour un partenariat consolidé".

Rappelant la signature de la Déclaration de Partenariat Stratégique par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président de la République populaire de Chine, SEM. Xi Jinping, la publication américaine note que le Maroc salue l’engagement de la Chine en Afrique, en faisant observer que "cet engagement s’inscrit en droite ligne des intérêts stratégiques du Royaume dans le continent".

"Le Maroc, explique le Huffington Post dans ce sens, perçoit l’Afrique, notamment l’Afrique subsaharienne, comme étant le prolongement de sa profondeur stratégique et économique dans cette partie du monde", mettant en avant l’engagement du Royaume en faveur de la consolidation des prérequis sécuritaire et de stabilité, ainsi que des transitions démocratiques dans plusieurs pays du sous-continent.

Le Maroc, souligne l’analyse, avait déjà encouragé les grandes puissances mondiales intéressées par l’Afrique à œuvrer avec le Royaume dans le cadre d’un schéma de coopération économique tripartite en mettant à profit la plate-forme unique que représente le Royaume en tant que Hub pour les affaires et l’entreprenariat avec les pays du continent.

La Chine a fait, dans ce sens, montre d’un plus grand enthousiasme en vue de bâtir des partenariats tripartites gagnant-gagnant-gagnant engageant Rabat, Pékin et les pays d’Afrique, note le Huffington Post, qui a posté sur son site électronique une vidéo de la chaîne de télévision chinoise "CCTV News" relatant notamment la cérémonie d’accueil grandiose réservée à Sa Majesté le Roi par le Président chinois.

D’un point de vue politique, relève l’auteur de cette analyse, le partenariat stratégique entre Rabat et Pékin "se trouve consolidé par une tradition consacrée par les deux nations, à savoir la non-ingérence dans les questions internes", soulignant que ce principe fondamental "constitue un bon augure pour les perspectives futures des relations entre les deux nations". Le Huffington Post rappelle, à ce propos, le soutien de la Chine à l’intégrité territoriale du Maroc.

Les conventions de partenariat public/privé signés entre le Maroc et la Chine insuffleront une nouvelle dynamique aux relations financières entre les deux pays

Les conventions de partenariat public/privé signées, jeudi à Pékin entre le Maroc et la Chine, insuffleront une nouvelle dynamique aux relations économiques et financières entre les deux pays, a souligné M. Mohamed El Kettani, Président Directeur Général d'Attijari Wafabank. Ces conventions s’inscrivent dans le cadre du partenariat stratégique scellé entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine, a indiqué M. El Kettani dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de signature des 15 conventions de partenariat public/privé entre le Maroc et la Chine, présidée jeudi par SM le Roi Mohammed VI. La conclusion de ces partenariats participera à l’ouverture du marché marocain aux investisseurs chinois qui en feront une plateforme pour le développement de leurs activités en Afrique et en Europe, a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la visite officielle qu'effectue SM le Roi Mohammed VI en République populaire de Chine, il a également été procédé à la signature d'une déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays, ainsi que de plusieurs conventions de partenariat public/public.

La convention ONEE-SEPCO III traduit l'intérêt que portent les Chinois pour le Maroc et son secteur des énergies renouvelables 

La convention signée jeudi à Pékin sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, entre l’Office national de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE) et la Compagnie chinoise SEPCO III Electric Power Construction, traduit l’intérêt que portent les Chinois pour le Maroc et son secteur des énergies renouvelables, a souligné le directeur général de l’ONEE, M. Ali Fassi Fihri. 

Cette Convention s’inscrit dans le cadre du nouveau partenariat stratégique sino-marocain, a précisé M. Fassi Fihri dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature de 15 conventions de partenariat public/privé entre le Maroc et la Chine.

M. Fassi Fihri a, en outre, fait observer que la société chinoise SEPCO III Electric Power Construction, qui investit dans les projets Noor 2 et 3 à Ouarzazate, avait réalisé la Centrale thermique de Jerada. 

L’ONEE et SEPCO III Electric Power Construction ont signé jeudi un protocole d’entente portant sur la réalisation des études en vue de la conclusion d’un contrat pour l’extension et la maintenance de la centrale thermique de Jerada.

Attijariwafa bank consolide sa position de banque leader dans l'accompagnement des entreprises publiques et privées

Le Groupe Attijariwafa bank consolide sa position de banque leader dans l’accompagnement des entreprises publiques et privées et dans la promotion et le développement des investissements et des échanges transfrontaliers, et ce à travers la signature, jeudi à Pékin, de 6 conventions de portées stratégiques avec plusieurs organismes publics et groupes privés chinois et marocains.

Inscrites dans le cadre du partenariat stratégique liant le Royaume du Maroc à la République Populaire de Chine, ces conventions ont été signées lors d’une cérémonie présidée par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste. 

Le premier accord a été signé avec le fonds chinois dédié à la promotion des investissements et du commerce chinois en Afrique, China Africa Development Fund (CADF), représenté par son Président, M. CHI JIANXIN.

En vertu de cette convention, les deux parties s’engagent à coopérer étroitement dans l’identification, le financement et l’accompagnement des investissements chinois dans les pays de présence en Afrique d’Attijariwafa bank et à encourager les co-investissements sino-marocains en Afrique.

Le deuxième accord, quant à lui, a été signé avec trois sociétés, en l’occurrence le groupe chinois Linuo Paradigma, leader mondial dans la fabrication des chauffe-eaux solaires, le groupe marocain Cap Holding, groupe industriel qui dispose d’une grande expertise dans la distribution et la Société d’Investissement Energétique (SIE), société publique marocaine qui promeut les projets industriels destinés à la production et à l’efficacité énergétique.

En vertu de ce mémorandum, Attijariwafa bank apportera un accompagnement global à la réalisation au Maroc du projet d’une unité industrielle d’une capacité de 50.000 chauffe-eaux solaires par an nécessitant un investissement de 100 millions de dirhams.

Attijariwafa bank mettra aussi son réseau à contribution à travers la mise en place d’un dispositif de financement des usagers au Maroc ainsi que dans les pays de présence de la banque en Afrique.

Le troisième mémorandum d’entente a été signé avec les sociétés Hareo Solar Energy, entreprise chinoise spécialisée dans la production de cellules et de panneaux solaires, la société Jet Contractors, groupe marocain opérant dans le bâtiment, la construction et les énergies renouvelables au Maroc et en Afrique, et la Société d’Investissement Energétique, société publique marocaine qui promeut les projets industriels destinés à la production et à l’efficacité énergétique.

Les trois promoteurs mettront en œuvre un projet industriel intégré destiné à la production au Maroc de 160 MW de modules photovoltaïques et 160 MW de cellules photovoltaïques pour un investissement global de 1.168 millions de dirhams en trois phases. 

A cet effet, Attijariwafa bank apportera un accompagnement global au projet à travers une offre corporate large et intégrée, et mettra son réseau à la disposition du projet à travers un dispositif de financement des usagers au Maroc ainsi que dans les pays de présence de la banque en Afrique.

Quant au quatrième accord, il a été signé avec la société chinoise CHINA HARBOUR ENGINEERING COMPANY LTD, la Société Nationale de Transport et de Logistique SNTL, entreprise publique marocaine spécialisée dans la logistique et le transport, et SOMAGEC, société marocaine qui opère dans les travaux maritimes et le BTP au Maroc et en Afrique.

Le cinquième accord fut signé avec CLEVY CHINA, société chinoise spécialisée dans le conseil et l’ingénierie dans le du transport et de la logistique, et la Société Nationale de Transport et de Logistique SNTL, entreprise publique marocaine spécialisée dans la logistique et le transport.

En vertu de ces deux accords, Attijariwafa bank apportera son soutien à la promotion et au développement de zones logistiques nouvelles, créatrices de valeurs et génératrices d’activités au Maroc et à l’export pour les opérateurs économiques chinois et marocains. 

Le sixième et dernier accord a été paraphé avec le groupe SICHUAN HUATIE HI-TECH CONSTRUCTION ENGINEERING CO., LTD société chinoise spécialisée dans la fabrication et la maintenance de composants dans les domaines ferroviaire, automobile et de l’aéronautique, et la Société Nationale de Transport et de Logistique (SNTL), entreprise publique marocaine spécialisée dans la logistique et le transport.

A travers cet accord, Attijariwafa bank apportera son assistance à la réalisation au Maroc d’une unité industrielle spécialisée dans la fabrication de composants ferroviaires, automobiles et aéronautique destinés au marché marocain et à l’export. 

En concluant ces 6 accords, Attijariwafa bank conforte ainsi sa position de banque leader dans l’accompagnement des entreprises publiques et privées et dans la promotion et le développement des investissements et des échanges transfrontaliers.

Partenariat stratégique Maroc/Chine: SM le Roi préside à Pékin la cérémonie de signature de plusieurs conventions de partenariat public

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé, jeudi à Pékin, la cérémonie de signature de plusieurs conventions de partenariat public/privé, inscrites dans le cadre du partenariat stratégique liant le Royaume du Maroc à la République Populaire de Chine.

La première convention est un mémorandum d'entente pour la création d’un parc Industriel et Résidentiel au Maroc entre le Royaume du Maroc et le groupe chinois HAITE. Ce mémorandum, qui porte sur la réalisation de zones logistiques et résidentielles dans la région de Tanger, a été signé, du côté marocain, par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie Numérique et M. Iliyas El Omari, Président de la Région Tanger –Tetouan – Al Hoceima, et du côté chinois, par M. Li Biao, président du Groupe HAITE.

La deuxième convention est un accord de Coopération dans le domaine de l’investissement et des Finances entre le Gouvernement du Royaume du Maroc et la banque chinoise “Industrial and Commercial Bank of China Limited”. Elle a été signée, côté marocain, par Moulay Hafid Elalamy, et, du côté chinois, par M. Liu Jian Chang, vice-président de "industrial and Commercial Bank of China Limited".

La troisième convention est un mémorandum d'entente relatif au transfert des Eaux Nord-Sud entre le Gouvernement du Royaume du Maroc et China Harbour Engineering Company ltd, signée, côté marocain, par M. Mohamed Boussaid, ministre de l'Economie et des Finances, M. Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime, M. Abdelkader Amara, ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, et, du côté chinois, par M. Li Yi, Vice-Président de China Harbour Engineering Company ltd.

La quatrième convention est un protocole d’entente entre l’Office national de l’Electricité et de l'Eau Potable (ONEE) et SEPCO III Electric Power Construction, portant sur la réalisation des études en vue de la conclusion d’un contrat pour l’extension et la maintenance de la centrale thermique de Jerada. Ce protocole a été signé, côté marocain, par M. Ali Fassi Fihri, Directeur Général de l’ONEE et du côté chinois par M. Wang Lujun, Président of SEPCO III.

La cinquième convention est un accord de Partenariat entre l’Office Nationale Marocain du Tourisme et l’Association des Tours Opérateurs Chinois (CITS). Cet accord a été signé, côté marocain, par M. Abderrafie Zouiten, directeur général de l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), et, du côté chinois par M. Yu Lei, président de l’Association des Tours Opérateurs Chinois.

Le sixième document est une convention de partenariat entre YANGTSE, la Société d’Investissement Energétique (SIE), Marita Group et la Banque Centrale Populaire pour l’achat et la construction d’une unité de fabrication de bus électrique au Maroc. Cette convention qui porte sur la construction d’une unité industrielle de fabrication de bus électriques dernière génération (Ultra-Light) «Made in Morocco» (Montant de l’investissement estimé à 1,2 Milliard DH), a été signée, côté marocain, par M. Ahmed Baroudi, Directeur Général de la SIE, M. Laarbi Bencheikh, directeur Général de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail, M. Rachid Smidi, directeur Délégué de Marita Group, et M. Mohamed Benchaaboun, Président-Directeur Général de la Banque Centrale populaire, et du côté chinois par M. Huang Xiu Rui, directeur Général de Yangtse Ltd.

La septième convention porte sur un partenariat entre Linuo Ritter, la Société d’Investissement Energétique (SIE), Cap Holding et Attijariwafa Bank pour la création d’une unité de production Industrielle de Chauffe-Eaux Solaires au Maroc (Montant d’investissement estimé à 96 Millions DH). Elle a été signée, côté marocain, par M. Ahmed Baroudi, M. Chakib Alj, Président Directeur Général de CAP HOLDING, et M. Mohamed El Kettani, Président Directeur Général d’Attijariwafa Bank, et du côté chinois par M. Su Ming, Directeur Général de Linuo Paradigma.

Le huitième document est une Convention de partenariat entre Hareon Solar, Société d’Investissement Energétique (SIE), Jet Contractor et Attijariwafa Bank pour le développement d’une unité de production de cellules photovoltaïques au Maroc (Montant de l’investissement estimé à 1,1 Milliard MAD / Investissement sur quatre phases).

Il a été signée, côté marocain, par M. Ahmed Baroudi, M. Adil Rtabi de la société JET CONTRACTOR, et Mohamed El Kettani, et du côté chinois par M. Zang Jie, Vice-Président de HAREON SOLAR.

La neuvième convention, un mémorandum d’Entente entre China Africa Development Fund (CAD Fund) et Attijariwafa Bank, vise l’accompagnement des entreprises africaines en complétant l’offre existante de crédit par un apport en capitaux et une gouvernance plus efficace, ainsi que l’ouverture de nouvelles perspectives pour une exploration des opportunités d’investissement maroco-chinoises en Afrique. Ce mémorandum a été signé, côté marocain, par Mohamed El Kettani et, côté chinois, par M. Chi Jianxin, président de “the Board of China Africa Development Fund”.

La dixième convention est un mémorandum d’entente entre Haite Group, Morocco-China International et BMCE Bank of Africa. Elle porte sur la création au Maroc d’un parc industriel sino-marocain, d’un fonds d’investissement sino-marocain d’une taille cible de USD 1 milliard, ciblant les secteurs de l’aéronautique, financier, des parcs industriels et de l’infrastructure, le lancement d’une société de gestion de fonds et le renforcement du partenariat dans les domaines de l’assurance Vie en Chine, du leasing d’avions, ainsi que d’un partenariat technique pour le lancement d’une banque dédiée au secteur des nouvelles technologies en Chine.

Ce mémorandum a été signé, côté marocain, par M. Othman Benjelloun, Président-Directeur Général de BMCE Bank of Africa, et du côté chinois, par MM. Li Biao et Xie Kang, Président of Morocco-China International Co.

La onzième convention est un mémorandum d’entente entre BMCE Bank of Africa et China Africa Development Fund (CAD Fund), portant sur le financement de projets de développement en Afrique dans les secteurs-cibles du Fonds, l’investissement sur les marchés de la dette publique et privée en Afrique, le partenariat dans le cadre du Club «223», initiative créée par le Groupe BMCE Bank of Africa dans le sillage de la COP22 qui sera organisée à Marrakech cette année.

Ce mémorandum a été signé, côté marocain, par M. Othman Benjelloun, et, du côté chinois par, M. Chi Jianxin président de “The Board of China Africa Development Fund).

La douzième convention, un accord relatif au financement pour la construction d’une cimenterie au Maroc, a été signée, côté marocain, par M. El Hachmi Boutgueray, Président Directeur Général de ANOUAR INVEST et M. Othman Benjelloun, et, du côté chinois, par Liu Jian Chang, Deputy General Manager (vice-président) de Industrial and Commercial Bank of China Limited.

La treizième convention est un mémorandum d’Entente pour le développement d’un hub industriel et logistique pour la fabrication de pièces de rechange des industries ferroviaires, automobiles et aéronautiques entre Sichuan Huatie hi-tech Construction Engineering co. ltd et la Société Nationale de Transport et de la Logistique (SNTL) avec ATTIJARIWAFA BANK.

Elle a été signée, côté marocain, par M. Mohamed Benouda, Directeur Général de Société Nationale de Transport et de la Logistique (SNTL) et Mohamed El Kettani, et, du côté chinois, par M. Xie Xue, CEO of Sichuan Huatie Hi-Tech Construction Engineering CO., LTD.

La quatorzième convention est un mémorandum d’entente pour le développement des zones logistiques en Afrique entre China Harbour engineering company LTD, la Société Nationale de Transport et de la Logistique (SNTL) et Attijariwafa Bank.

Ce mémorandum d’entente ambitionne le développement de zones logistiques clé en main en Afrique, en combinant le savoir-faire marocain et chinois dans l’ingénierie et les infrastructures et en profitant de l’expérience marocaine dans l’aménagement des plateformes logistiques. Il a été signé, côté marocain, par MM. Mohamed Benouda et Mohamed El Kettani, et, du côté chinois, par M Li Yi, Vice-President de China Harbour Enginnering Company LTD.

La quinzième convention est un mémorandum d’entente pour le E-commerce transfrontalier Chine-Afrique entre CLEVY CHINA, Société Nationale de Transport et de la Logistique (SNTL) et Attijariwafa Bank.

Visant le développement d’une plateforme de marché électronique pour les produits chinois à destination de l’Afrique, en utilisant le Maroc comme hub de distribution et porte d’entrée vers l’Afrique, ce mémorandum a été signé, côté marocain, par MM. Mohamed Benouda et Mohamed El Kettani, et, du côté chinois, par Mme Xiao Dong Chen, CEO de CLEVY CHINA.

Cette cérémonie de signature s’est déroulée en présence de la délégation officielle accompagnant SM le Roi lors de Sa visite officielle en République populaire de Chine, de directeurs d'établissements publics et semi publics, et de plusieurs opérateurs économiques chinois et marocains.

SM le Roi reçoit à Pékin le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale de Chine

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, en visite officielle en Chine, a reçu, jeudi à Pékin, le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine, M. Zhang Dejiang.

Ont assisté à cette audience, du côté marocain, les Conseillers du Souverain, MM. Taieb Fassi Fihri, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui.

Etaient également présents, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy et le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'Administration de la Défense nationale, M. Abdellatif Loudiyi.

Du côté chinois, étaient présents notamment le vice-président de l’Assemblée populaire nationale de Chine et Secrétaire général du Comité permanent, M. Wang Chen, de l’ambassadeur de Chine au Maroc, M. Sun Shuzhong, du Secrétaire général adjoint du Comité permanent, Xin Chun Ying, du président de la commission des finances du comité permanent, Liao Xiao Jun, du secrétaire général adjoint, Shen Chunyao, de la vice-présidente de la commission des Relations extérieures, Mme Zhao Baige, et du vice-ministre des Affaires étrangères, Qian Hongshan.

Bank Al-Maghrib/People’s Bank of China : l’accord de swap de devises permettra de faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays

L'accord de swap de devises signé entre Bank Al-Maghrib et People’s Bank of China, lors d'une cérémonie présidée, mercredi à Pékin, par SM le Roi Mohammed VI et le président de la République Populaire de Chine, SEM. Xi Jinping, devrait permettre de faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays.

Signé par le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, et le Vice-Gouverneur de People’s Bank of China, Chen Yulu, cet accord vise également à promouvoir les investissements et le développement de la coopération économique et financière et à participer à l’émergence de Casa Finance City en tant que hub financier, en fournissant aux banques les liquidités en yuan pour les comptes de leur clientèle, indique un communiqué de la Banque centrale.

Universitaire français : La visite de SM le Roi en Chine traduit la volonté du Maroc de diversifier ses partenariats économiques et stratégiques

La visite qu'effectue actuellement SM le Roi Mohammed VI en Chine traduit bien la volonté du Maroc de diversifier ses partenariats économiques et stratégiques, a souligné l'universitaire français, Christophe Boutin. 

"Dans la ligne du discours prononcé à Ryad lors du sommet Maroc-Conseil de Coopération du Golfe, la visite du Souverain marocain en Chine traduit bien la volonté du Maroc de diversifier ses partenariats économiques et stratégiques", a relevé l'expert français dans une déclaration jeudi à la MAP, notant que la diplomatie marocaine "évolue sans rien renier" et veille à maintenir un "nécessaire équilibre". 

Par cette diversification de ses partenaires, SM le Roi souhaite que son pays puisse faire ses choix en toute indépendance et souveraineté", a-t-il fait valoir. 

"Pour ce voyage, il ne faut pas oublier enfin que la Chine, tout comme le Maroc, a des ambitions africaines", a encore dit M. Boutin. 

SM le Roi Mohammed VI et le président chinois Xi Jinping ont procédé, mercredi à Pékin, à la signature de la Déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays. 

Les deux chefs d'Etat ont présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et des affaires consulaires. 

Institut des études chinoises en Afrique du sud : La visite de Sa Majesté le Roi en Chine: le déclic d’un partenariat mutuellement avantageux

L’Institut des études chinoises en Afrique du sud a salué, jeudi, la visite qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Chine, la qualifiant de déclic d’un partenariat mutuellement avantageux entre Rabat et Pékin. 

La visite du Souverain en Chine représente le déclic d’un partenariat mutuellement avantageux entre le Maroc et la Chine, a confié à la MAP Mme Tichafa Chidzonga, experte à l’Institut basé à Stellenbosch, ville située dans la province du Cap occidental (sud-ouest de l’Afrique du sud). 

Jointe au téléphone par la MAP, la chercheuse a souligné que le Maroc s’impose comme un partenaire fiable au vu des progrès qu'il a réalisés dans plusieurs domaines économiques. 

Le partenariat qui est en train de naître entre le Maroc et la Chine s’inscrit dans le cadre des efforts consentis par les deux pays en faveur du renforcement de la coopération sud-sud, a-t-elle souligné, notant que les deux pays ont beaucoup à gagner de ce partenariat. 

Mme Chidzonga n’a pas manqué de souligner que la position géographique hautement stratégique du Maroc offre une plateforme idéale pour la Chine en particulier vers l’Europe et l’Afrique de l’ouest. 

Les relations privilégiées tissées par le Maroc avec les pays de ces régions, en particulier la présence marocaine de plus en plus remarquée en Afrique francophone, offre un avantage précieux pour les compagnies chinoises, a-t-elle dit. 

La chercheuse a également souligné le rôle que la Chine peut jouer pour faciliter l’entrée du Maroc dans les marchés d’Afrique australe. 

La forte présence de la Chine dans cette région du continent africaine peut être mise à profit par les compagnies marocaines désirant élargir leur champ d’intervention dans la partie anglophone du continent, a-t-elle dit, soulignant le rôle clef que le secteur privé sera appelé à jouer dans ce partenariat nouveau entre le Maroc et l’Empire du milieu. 

SM le Roi reçoit à Pékin le Premier ministre chinois

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, en visite officielle en Chine, a reçu, jeudi à Pékin, le Premier ministre de la République populaire de Chine, M. Li Keqiang. 

Ont assisté à cette audience, du côté marocain, les Conseillers du Souverain, MM. Taieb Fassi Fihri, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui.

Etaient également présents, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy et le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'Administration de la Défense nationale, M. Abdellatif Loudiyi.

Du côté chinois, étaient présents notamment, M. Xu Shaoshi, ministre chargé de la commission nationale de développement et de la réforme, M. Gao Hucheng, ministre du commerce, M. Zhang Yesui, Vice-ministre des Affaires étrangères et M. Sun Shuzhong, ambassadeur de Chine au Maroc.

SM le Roi dépose une gerbe de fleurs devant le monument aux héros du peuple à Pékin

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, en visite officielle en République populaire de Chine, a déposé, jeudi à la Place Tian’anmen à Pékin, une gerbe de fleurs devant le monument aux Héros du Peuple.

Après exécution des hymnes nationaux des deux pays, SM le Roi a déposé la gerbe de fleurs au pied du monument, alors que la fanfare exécutait les airs "Fleurs pour les Héros" et “Hommage aux Héros”.

Situé à proximité du centre de la célèbre Place Tian'anmen, au nord du Mausolée de Mao Zedong, le monument dédié aux Héros du peuple est un obélisque érigé à la mémoire des martyrs qui ont donné leur vie pour la défense de la nation, au cours des XIXème et XXème siècles.

La visite de Sa Majesté le Roi en Chine: le déclic d’un partenariat mutuellement avantageux

 L’Institut des études chinoises en Afrique du sud a salué, jeudi, la visite qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Chine, la qualifiant de déclic d’un partenariat mutuellement avantageux entre Rabat et Pékin. 

La visite du Souverain en Chine représente le déclic d’un partenariat mutuellement avantageux entre le Maroc et la Chine, a confié à la MAP Mme Tichafa Chidzonga, experte à l’Institut basé à Stellenbosch, ville située dans la province du Cap occidental (sud-ouest de l’Afrique du sud).

Jointe au téléphone par la MAP, la chercheuse a souligné que le Maroc s’impose comme un partenaire fiable au vu des progrès qu'il a réalisés dans plusieurs domaines économiques.

Le partenariat qui est en train de naître entre le Maroc et la Chine s’inscrit dans le cadre des efforts consentis par les deux pays en faveur du renforcement de la coopération sud-sud, a-t-elle souligné, notant que les deux pays ont beaucoup à gagner de ce partenariat.

Mme Chidzonga n’a pas manqué de souligner que la position géographique hautement stratégique du Maroc offre une plateforme idéale pour la Chine en particulier vers l’Europe et l’Afrique de l’ouest.

Les relations privilégiées tissées par le Maroc avec les pays de ces régions, en particulier la présence marocaine de plus en plus remarquée en Afrique francophone, offre un avantage précieux pour les compagnies chinoises, a-t-elle dit.

La chercheuse a également souligné le rôle que la Chine peut jouer pour faciliter l’entrée du Maroc dans les marchés d’Afrique australe. 

La forte présence de la Chine dans cette région du continent africaine peut être mise à profit par les compagnies marocaines désirant élargir leur champ d’intervention dans la partie anglophone du continent, a-t-elle dit, soulignant le rôle clef que le secteur privé sera appelé à jouer dans ce partenariat nouveau entre le Maroc et l’Empire du milieu.

Tajeddine El Husseini : La signature de la convention de partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine ouvre des perspectives prometteuses

La signature de la convention de partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine ouvre des perspectives prometteuses et augure d'une évolution qualitative des relations bilatérales sur les plans politique, stratégique, économique et technologique, a indiqué Tajeddine El Husseini, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V-Agdal de Rabat. 

"Cette visite est un véritable tournant dans les politiques étrangères du Royaume et les rapports de force en Afrique du nord", a déclaré M. El Husseini à la MAP, à l'occasion de la signature mercredi par SM le Roi Mohammed VI et le Président Xi Jinping de la déclaration conjointe concernant l’établissement du partenariat stratégique entre les deux pays. 

Cette déclaration constitue un véritable soutien à la position constante du Maroc quant à la défense de son intégrité territoriale, a souligné l'universitaire, faisant savoir que la Chine fait aussi face à des problèmes liés à des conflits séparatistes, ainsi "elle jouera un rôle agissant dans la question du Sahara marocain. 

Au niveau stratégique, ce partenariat est d'une importance capitale dans la mesure où la Chine est un pays fort sur les plans économique, politique et militaire et membre permanent du Conseil de sécurité disposant du droit de veto", ajoute M. El Hussein. 

"Il est dans l'intérêt du Royaume de nouer des liens solide avec la Chine dans différents secteurs, notamment l'automobile, le textile, et l'exportation en particulier du phosphate, ainsi de collaborer dans le domaine des recherches sur le pétrole, le gaz et les énergies renouvelables, étant donné que les produits chinois sont réputés de bonne qualité et à bas prix", a-t-il poursuivi. 

"Cette approche est très importante dans la coopération économique", a indiqué M.El Hussein, soulignant que le Maroc pourrait servir de plateforme stratégique et un trait d'union entre la Chine et de nombreux pays arabes, ainsi que de l'Afrique subsaharienne et de l'ouest. 

Et d'ajouter que le commerce sino-africain a atteint 11 milliards de dollars et que malheureusement, la part du Maroc dans cet investissement ne dépasse pas les 200 millions de dollars, en dépit de son emplacement stratégique et ses ambitions économiques, ainsi de sa forte présence en Afrique de l'Ouest et l'Afrique subsaharienne. 

M. El Husseini a, à cet égard, affirmé que la Chine peut tirer profit de la présence marocaine en Afrique notamment les banques, les sociétés et les entreprises opérant dans plusieurs domaines, y compris celui des communications audio-visuelles et de l'aviation. 

Et de conclure que ce partenariat permet à l'économie marocaine de s’ouvrir sur de nouveaux capitaux, rappelant que 250 conventions ont été conclues jusqu'à présent et que ces nouveaux accords "contribueront à la pérennité des relations sino-marocaines et constituent un gage d'avenir meilleur. 

La visite de SM le Roi en Chine reflète la volonté du Maroc à assurer l’équilibre dans sa politique étrangère et à bénéficier des expériences réussies

La visite de SM le Roi Mohammed VI en Chine reflète la volonté inébranlable du Maroc à assurer l’équilibre dans sa politique étrangère et à bénéficier des expériences réussies d’autres pays, a affirmé le président du Centre marocain des études et recherches stratégiques en médias et moyens de communication, Abdeslam Andaloussi. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Andaloussi a assuré que cette visite consacre la philosophie de SM le Roi fondée sur l’ouverture sur tous les horizons politiques et économiques prometteurs, avec qui le Maroc partage les mêmes principes, convictions humanitaires nobles et la volonté de réaliser une coopération équilibrée et de consolider des relations stratégiques, à même de promouvoir le développement durable. 

Il a ainsi souligné que le Maroc et la Chine partagent la même volonté de miser sur le capital humain, valoriser les connaissances et de développer les ressources propres, et leur attachement à l’authenticité, aux potentiels civilisationnels et traditionnels et à l’identité nationale, malgré leur éloignement géographique et divergence linguistique. 

Le Maroc et la Chine partagent également leur attachement à l’unité territoriale de leurs nations et à une édification économique solide, qui place le capital humain au centre des stratégies socio-économiques, et ce afin de promouvoir le développement et la stabilité des deux pays et la prospérité des peuples, a-t-il poursuivi. 

La visite réussie de SM le Roi Mohammed VI en Chine a consacré les positions partagées entre le Souverain et le Président de la République populaire de Chine autour de plusieurs questions internationales décisives, comme en témoigne la signature de la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays, et de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaires, a précisé M. Andaloussi. 

Il a, dans ce contexte, assuré, que sous la conduite éclairée et clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a affirmé, que ses choix politiques et économiques internationales et ses alliances stratégiques sont "judicieux" et "sages", notant que la sagesse du Souverain et la politique étrangère marocaine claire, ouverte, équilibrée et modérée font que le Royaume occupe aujourd’hui une place importante auprès des grandes puissances mondiales, dont la Chine. 

M. Andaloussi s'est dit convaincu que la visite réussie du Souverain en Chine peut constituer un modèle pour de nombreux pays, en raison de ses portées en matière de renforcement du rapprochement humanitaire, économique et politique entre le Maroc et la Chine et de développement de leurs relations bilatérales stratégiques.

La visite de Sa Majesté le Roi en Chine "porteuse de synergies considérables en Afrique" 

La visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en République Populaire de Chine est "porteuse de synergies considérables en Afrique" entre le Royaume et cette puissance mondiale, deux nations qui se démarquent par leurs forces de projection économique et politique dans le continent africain, a déclaré, mercredi à la MAP, Peter Pham, Directeur de l’Africa Center, relevant de l’influent think tank US, Atlantic Council. 

"Il existe clairement des synergies considérables entre le Maroc et la Chine en Afrique. Sans doute des opportunités gagnant-gagnant-gagnant", a souligné cet éminent expert US des questions géostratégiques africaines. 

Il a, dans ce contexte, rappelé que "le Maroc est le deuxième plus important investisseur africain dans le continent et le premier du genre en Afrique de l’ouest, alors que la Chine a été durant ces dernières années le plus grand partenaire commercial du continent", en faisant observer qu’il s’agit là d’avantages comparatifs dont disposent Rabat et Pékin en vue de bâtir une coopération tripartite efficiente et pragmatique. 

La force de projection du Maroc en Afrique s’exprime aussi par le fait que "pas moins de 10 pc de l’ensemble des transactions financières dans le continent sont à l’actif de compagnies marocaines actives dans cette partie du monde". 

D’un point de vue stratégique, a-t-il poursuivi, la signature de la Déclaration de Partenariat Stratégique par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président de la République populaire de Chine, SEM. Xi Jinping, dénote "la sagesse et la clairvoyance du leadership de Sa Majesté le Roi, qui s’évertue à diversifier les partenariats avec les Nations influentes du monde". 

La crédibilité dont jouit le Maroc dans le concert des Nations "le qualifie sans aucun doute à ce genre d’alliance stratégique", a conclu l’expert américain. 

Rappelons que seuls une trentaine de pays dans le monde ont signé ce genre de partenariat stratégique avec la Chine. Par cet acte, la Chine dit au monde qu’elle sait que le Maroc figure parmi les pays clefs sur lesquels Pékin peut compter pour faire de ce partenariat une initiative durable et mutuellement avantageuse, ce qui met bien en valeur la nature toute particulière de ce document. 

Par sa portée inédite et multidimensionnelle, le document trace les contours et les perspectives futures de coopération entre les deux pays, exprime la volonté d’inscrire la relation dans un cadre stratégique, définit clairement les principes qui guident ce partenariat basé essentiellement sur l’amitié, la solidarité et la coopération et identifie les axes de coopération futurs (politique, militaire, économique, culturel..).

Visite de Sa Majesté le Roi en Chine: Edward Gabriel met en avant la "concordance" des intérêts stratégiques des deux Nations 

La visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en République Populaire de Chine est l’occasion de mettre en avant la "concordance" des intérêts stratégiques des deux Nations, comme en témoigne la signature de la "Déclaration de Partenariat Stratégique" entre les deux pays, a déclaré, mercredi à la MAP, l’ancien ambassadeur américain, Edward Gabriel. 

"C’est, en effet, un partenariat stratégique de la plus haute importance, qui est à même de prendre son plein essor notamment dans le continent africain", a souligné l’ancien diplomate US, en rappelant la place de choix qu’occupe le Royaume dans le concert des nations, grâce à la force de projection et au leadership visionnaire de Sa Majesté le Roi. 

Rabat et Pékin ont, entre autres, des intérêts communs stratégiques en Afrique, a-t-il dit, en faisant observer que la Chine voit en le Maroc "une plate-forme incontournable vers le continent africain, un avantage comparatif certain consolidé par les partenariats privilégiés dont dispose le Royaume avec l’Europe et l’Amérique du nord". 

Il s’agit là d’un "partenariat éminemment bénéfique pour le Maroc et la Chine, qui voit en le Royaume une destination attrayante pour les investissements grâce à son climat des affaires favorable et à sa stabilité politique", a poursuivi M. Gabriel. 

Edward Gabriel a, d’autre part, relevé que la signature de la Déclaration de Partenariat Stratégique par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président de la République populaire de Chine, SEM. Xi Jinping, "s’inscrit en droite ligne d’une tradition séculaire consacrée par les Souverains de la Dynastie Alaouite, qui avaient scellé des pactes similaires avec d’autres nations du monde". 

Rappelons que seuls une trentaine de pays dans le monde ont signé ce genre de partenariat stratégique avec la Chine. Par cet acte, la Chine dit au monde qu’elle sait que le Maroc figure parmi les pays clefs sur lesquels Pékin peut compter pour faire de ce partenariat une initiative durable et mutuellement avantageuse, ce qui met bien en valeur la nature toute particulière de ce document. 

Par sa portée inédite et multidimensionnelle, le document trace les contours et les perspectives futures de coopération entre les deux pays, exprime la volonté d’inscrire la relation dans un cadre stratégique, définit clairement les principes qui guident ce partenariat basé essentiellement sur l’amitié, la solidarité et la coopération et identifie les axes de coopération futurs (politique, militaire, économique, culturel..). 

"Aujourd’hui, grâce à la vision perspicace de Sa Majesté le Roi, le Maroc se tourne vers l’Asie, un marché économique en pleine croissance, ainsi que vers l’Afrique et l’Amérique du sud entre autres", a conclu l’ancien diplomate américain.

Le partenariat stratégique Maroc-Chine confirme le rôle stratégique grandissant des deux pays dans le monde 

La conclusion mercredi à Pékin du "Partenariat Stratégique" entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine reflète le rôle stratégique et économique grandissant des deux pays sur la scène mondiale, a affirmé l'universitaire Hicham Hafid. 

Ce nouveau statut du Maroc s'explique par sa position géographique entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique, ses ressources humaines compétentes et les accords de libre-échange signés avec plusieurs pays, ayant contribué à attirer d’importants investissements étrangers, a-t-il déclaré à la MAP, à l’occasion de la signature par SM le Roi Mohammed VI et le président chinois, Xi Jinping, de la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays. 

S’agissant de la Chine, son rôle stratégique émane de sa puissance économique régionale et internationale qui l’a poussée à chercher des partenaires stratégiques et économiques de la stature du Maroc, a-t-il ajouté, notant que la visite du Souverain à Pékin est une concrétisation de la stratégie de diversification des partenaires du Maroc et de la coopération sud-sud basée sur les principes du gain réciproque et de l’exploitation rationnelle des potentialités et des ressources naturelles, économiques et humaines des deux pays. 

Le chercheur a relevé que le Maroc aspire à asseoir ses relations avec la Chine sur une logique de gagnant-gagnant et à devenir une porte pour les investissements chinois en Afrique, en tirant profit des relations solides qu’entretient le Royaume avec les pays de l’Afrique de l’Ouest. 

De son côté, la Chine représente un marché gigantesque pour les produits marocains et ouvre de vastes perspectives de croissance à l’économique nationale, a ajouté M. Hafid. 

Le partenariat stratégique Maroc-Chine n'a pas d’égal dans les relations liant la Chine à plusieurs pays africains et du sud 

Le partenariat stratégique conclu entre le Maroc et la Chine à la faveur d'une déclaration conjointe signée, mercredi à Pékin, par SM le Roi Mohammed VI et le président chinois Xi Jinping, n’a pas d’égal dans les relations liant la Chine à plusieurs pays africains et du sud, a affirmé Mohammed Benhammou, professeur à l'Université Mohammed V de Rabat. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Benhammou a indiqué que le partenariat stratégique que le Maroc et la Chine établissent aujourd’hui n’a pas d’égal dans les relations qui lient la Chine à plusieurs pays africains et du sud. 

"Nous sommes dans une nouvelle phase dans les relations entre le Maroc et la Chine", a estimé l’universitaire, ajoutant que les deux chefs d’État ont tenu à donner à cette étape une nouvelle dimension pour qu’elle soit à la hauteur de la coopération bilatérale à laquelle les deux pays aspirent. 

Il s’agit d’un partenariat qui prend en considération "le rôle, la place et la dimension" du Maroc sur le plan régional et continental, ainsi que le dynamisme économique et le poids politique du Maroc tant au niveau régional qu’international, a-t-il fait observer. 

Selon M. Benhammou, cette coopération, qui se situe au niveau des attentes des deux pays, constitue l’expression d’une volonté de construire un avenir commun. 

Ce partenariat, qui couvre les domaines économique, financier et industriel tout en portant sur un échange d’expertises et d’expérience ainsi que le transfert de technologie, s’oriente vers le développement des espaces d’intérêt commun entre les deux pays dans le domaine économique et industriel, la génération d’une valeur ajoutée et la création de l’emploi, a-t-il noté, citant, à titre d’exemple, les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique et de la logistique. 

Il est attendu que ce partenariat renforce la coopération entre les entreprises marocaines et chinoises, et initie une ouverture sur les entreprises chinoises dans des domaines spécifiques et selon des objectifs clairs, a-t-il précisé. 

Et de poursuivre que cette coopération rehausse le niveau des relations sino-marocaines et consacre une volonté de créer une zone économique et industrielle à même de favoriser un échange d’expertises et d’expériences, tout en apportant une valeur ajoutée. 

Par ailleurs, et en établissant un accord de coopération économique et technique relatif aux sciences, technologies et à l’industrie de défense, ce partenariat revêt un caractère de défense et porte, à cet effet, sur une industrie très pointue et développée, a-t-il fait remarquer, ajoutant qu’il établit aussi une coopération dans le secteur de construction, d’infrastructure et de transport essentiellement ferroviaire. 

En outre, ce partenariat vise des secteurs "clés, sensibles et stratégiques", comme les hydrocarbures et l’énergie, la sécurité des produits alimentaires, et la coopération entre les banques centrales des deux pays, a souligné M. Benhammou. 

La dimension judiciaire n’est pas en reste, à l’image de la convention d’extradition des individus poursuivis ou condamnés par les autorités judiciaires des deux pays, ou l’entraide judiciaire en matière pénale, a indiqué l’universitaire. 

Selon lui, ce partenariat vise à créer, par tous les moyens, une relation bilatérale stratégique et rénovée, et, surtout, renforcer les liens entre deux pays qui jouent aujourd’hui "un grand rôle sur le continent africain". 

Selon lui, il s’agit d’une "véritable architecture d’un partenariat stratégique" qui ambitionne de développer une relation qui va permettre aux deux pays de tirer profit de leurs potentiels respectifs, mais surtout de s’inscrire dans une logique de partenariat "éclairé, sud-sud et gagnant-gagnant". 

"Nous sommes dans une logique de développement d’espaces d’intérêt commun et de plusieurs activités dans des secteurs stratégiques, ce qui va permettre à la Chine de profiter des atouts du Maroc, et au Maroc de bénéficier, dans le cadre de la complémentarité, de l’expérience acquise par les Chinois dans des secteurs clés", a-t-il conclu. 

Les contours de la stratégie de diversification des partenaires se concrétisent

Les contours de la stratégie de diversification des partenaires internationaux du Maroc, prônée par SM le Roi Mohammed VI dans le discours de Riyad, se précisent avec chaque déplacement du Souverain à l'étranger. 

La visite royale entamée mercredi en République populaire de Chine donne plus de relief à cette stratégie et définit davantage les dimensions de la nouvelle politique étrangère du Royaume. 

Multidimensionnelle, pragmatique, tout en restant fidèle aux engagements du Maroc avec les partenaires historiques, cette démarche tranche décidément avec la diplomatie que certains partenaires traditionnels chérissent le plus : le double langage et les tentatives de coups de poignard dans le dos. 

SM le Roi l'avait dit clairement. Dans un monde multipolaire, ballotté entre les crises, les conflits mais aussi les complots, le Maroc n’est la chasse gardée d’aucun pays. Il est libre dans ses décisions et ses choix, dont celui de diversifier ses partenaires. 

Mais cette ouverture sur de nouveaux partenaires n’est pas une orientation conjoncturelle ou un acte lié à des circonstances particulières. C’est un choix profondément réfléchi et pleinement assumé.

En effet, depuis plus de trois ans, et dans plusieurs Discours, le Souverain avait annoncé l’ouverture sur de nouveaux espaces et le renforcement des relations avec certains pays. Cela s’est traduit dans les visites officielles du Souverain. 

Après la Visite Royale en Inde en octobre 2015, celle en Russie en mars 2016, marquée par le développement des relations bilatérales hissées au niveau de partenariat stratégique, le Sommet avec les pays du Conseil de la Coopération du Golfe en avril, la visite aujourd’hui en République populaire de Chine a été l’occasion pour lancer un partenariat stratégique multidimensionnel entre le Royaume et l’Empire du Milieu. 

Désormais, ni la géographie, ni le passé idéologique des pays sont des contraintes au développement de relations d'égal à égal et mutuellement bénéfiques. 

Cette nouvelle génération de partenariats stratégiques est ainsi développée avec des pays éloignés géographiquement du Maroc et qui étaient considérés comme appartenant à des aires idéologiques ou géopolitiques différentes. 

Ce n’est pas pour autant un changement de paradigme dans la tradition diplomatique du Maroc. La diversification prônée par SM le Roi s’accompagne par la consolidation, le renouvellement et l’enrichissement des partenariats historiques, notamment avec la France, l’Espagne et les pays de l’Afrique de l’Ouest. 

Dans la foulée, d’autres partenaires, en l’occurrence l’Union européenne et les Etats-Unis ont été interpellés pour asseoir les fondements de la relation bilatérale, clarifier sa portée, renouveler ses mécanismes et la sortir de la logique du double langage. 

La visite royale en Chine est une nouvelle démonstration d’une diplomatie que SM le Roi sait faire le plus, celle de joindre l’acte aux paroles. En effet, le Souverain appartient à une trempe de leaders qui souhaitent voir les choses se faire, les engagements se concrétiser et les conventions se réaliser. 

Dans Ses différentes visites et tournées à l‘étranger, SM le Roi veille à assurer un suivi personnel des accords de coopération, de quoi donner plus de crédibilité aux actions entreprises et confirmer que la diplomatie royale est celle de la construction et non de l’obstruction, du développement et non de la destruction. 

Et à travers cette politique de diversification des partenaires, Sa Majesté le Roi met en place la trajectoire internationale et le déploiement stratégique du Maroc pour les décennies à venir. 

Enfin, il faut noter que ce foisonnement de partenariats n’est pas uniquement le résultat d’une action unilatérale du Maroc, mais confirme que le Royaume, grâce à son modèle politique, économique et sociétal est un partenaire recherché, sollicité et convoité. 

Partenariat stratégique Maroc-Chine, un nouveau modèle de coopération sud-sud 

 Le Partenariat stratégique Maroc-Chine se veut un nouveau modèle de coopération sud-sud et une occasion pour le Royaume de renforcer ses relations avec les puissances émergentes, a affirmé Mohamed Echkoundi, enseignant chercheur à l'Institut des études africaines de Rabat. 

Ce partenariat stratégique, scellé mercredi à Pékin par SM le Roi Mohammed VI et le président chinois, Xi Jinping, intervient dans un contexte mondial particulier, marqué par l’émergence d’un nouvel ordre mondial et la montée des nouvelles puissances, a indiqué M. Echkoundi dans une déclaration à la MAP. 

"Ce partenariat, qui tombe à point nommé, est "hautement stratégique", vu qu'il permettra non seulement de diversifier l’économie marocaine, mais également les partenaires stratégiques du Royaume", s’est-il félicité, soulignant que la Chine, grande puissance émergente, offre une nouvelle alternative de coopération sud-sud pour les pays en voie de développement. 

Il a ajouté que ce partenariat ne manquera pas de favoriser la modernisation de l’économie marocaine et l’investissement dans les plans sectoriels, notamment les nouveaux métiers mondiaux du Maroc, tels l’offshoring, l’automobile et l’aéronautique, de même qu'il mettra à la disposition des investisseurs des plateformes industrielles intégrées. 

La Chine, qui compte une classe moyenne avide de consommation, offrira un marché économique très important pour le Maroc, a dit M. Echkoundi, précisant que le Royaume qui, à son tour, offre un climat d’investissement très attractif vu son emplacement stratégique entre les marchés européens et africains, servira de plateforme d’investissements commune. 

La visite de SM le Roi Mohammed VI en Chine, qui permettra de s’inspirer du modèle de développement chinois, pourrait contribuer à réduire le déficit commercial entre la Chine et le Maroc, en ouvrant le marché chinois aux entreprises et aux exportations marocaines. a-t-il conclu. 

Le Maroc et la Chine décident de passer à la vitesse supérieure pour booster leur coopération économique

Le partenariat stratégique, scellé entre le Maroc et la Chine en vertu de la déclaration conjointe signée mercredi à Pékin par SM le Roi Mohammed VI et le président chinois, Xi Jinping, met un accent particulier sur le renforcement de la coopération économique entre les deux pays à travers la mise en place de nombreux projets concrets, porteurs d’investissements, de développement et d’opportunités d’emplois. 

Si les relations économiques entre le Maroc et la Chine ont connu une évolution constante durant les dernières années, les officiels et les opérateurs économiques ne sont pas satisfaits du volume actuel des échanges commerciaux entre les deux pays. 

Ainsi, le Maroc et la Chine ont décidé de passer à la vitesse supérieure pour booster leur coopération économique à travers notamment la mise en place de grands projets structurants gagnant-gagnant dans le domaine, notamment, des infrastructures portuaires et aéroportuaires où l'Empire du milieu dispose d’un savoir-faire mondialement reconnu. 

Le Maroc se construit chaque jour et réalise de grands projets dans tous les domaines du développement, en collaboration et avec le soutien de plusieurs de ses partenaires historiques et nouveaux, en particulier la Chine qui, grâce à son capital humain, son expertise et ses financements novateurs, peut aider le Royaume à concrétiser ses ambitieux projets. 

Il s’agit en particulier des secteurs des chemins de fer pour la réalisation des lignes à grande vitesse et lignes conventionnelles, des parcs industriels dédiés, et des projets prometteurs dans le secteur des énergies renouvelables pour accompagner le programme ambitieux du Royaume à l’horizon 2030 ainsi que le partage des expériences pour l’adaptation et la remise à niveau des industries, pour les rendre moins polluantes, tout en préservant leur performance. 

La visite de SM le Roi en Chine a également permis à la coopération entre les deux pays de s’ouvrir sur de nouveaux secteurs de coopération tels que les technologies spatiales, l’industrie militaire, les télécommunications et l’aéronautique. 

Les échanges culturels et humains connaîtront assurément, au cours des prochaines années, un développement remarquable, grâce notamment à la prochaine ouverture d’un centre culturel chinois au Maroc et surtout à la décision de SM le Roi Mohammed VI de supprimer le visa pour les ressortissants chinois à partir de Juin 2016. 

Cette décision, similaire à ce que le Maroc avait fait avec ses partenaires clés (Europe, Russie, certains pays africains ou du Golfe….), confirme la nouvelle orientation stratégique des relations bilatérales et facilitera le voyage des hommes d’affaires et des investisseurs chinois au Maroc ainsi que le développement du tourisme entre les deux pays. 

En prenant cette décision courageuse et importante d'exonérer les ressortissants chinois du visa, le Maroc, comme l’a affirmé mercredi le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, marque une réelle volonté d’ouverture et d’amplification de ses échanges humains, culturels, économiques et politiques avec la Chine, un pays émetteur de 130 millions de touristes dans le monde. 

Les nombreux accords et conventions de coopération, signés dans le cadre de la visite officielle du Souverain à Pékin, ne manqueront pas en effet de donner une forte impulsion à la coopération entre le Maroc et la Chine et de l’ouvrir sur de nouveaux horizons prometteurs à même de satisfaire les aspirations des deux pays à bâtir un partenariat équilibré et mutuellement avantageux. 

Ces accords à caractère économique et technique en particulier, visent à renforcer la coopération entre les deux pays dans des secteurs à fort potentiel de créations d’emplois et de valeur ajoutée, en aidant les entreprises chinoises à s’implanter au Maroc et en encourageant le partenariat entre les entreprises chinoises et marocaines.

La Déclaration de Partenariat stratégique, un tournant important dans les relations entre le Maroc et la Chine

La visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, en République Populaire de Chine a été marquée par la signature de la "Déclaration de Partenariat Stratégique" entre les deux pays qui constitue un tournant important dans les relations bilatérales, déjà fondées sur les principes d'amitié, de compréhension et de solidarité. 

S’articulant autour de trois volets, à savoir, le dialogue politique, le partenariat économique, commercial et financier, et les échanges humains et la coopération culturelle, scientifique et technique, cette Déclaration marque une étape importante dans les relations entre les deux pays, de par son niveau, sa nature, sa portée, son timing et son contenu.

Par son niveau, la "Déclaration de Partenariat Stratégique" est un document qui a été signé par les deux chefs d'État, acte peu fréquent, voire inédit dans les deux pays, ce qui confère une force politique et symbolique particulière à ce texte fondateur à plus d'un titre. 

Seuls une trentaine de pays dans le monde ont signé ce genre de partenariat stratégique avec la Chine. Par cet acte, la Chine dit au monde qu'elle sait que le Maroc figure parmi les pays clefs sur lesquels Pékin peut compter pour faire de ce partenariat une initiative durable et mutuellement avantageuse, ce qui met bien en valeur la nature toute particulière de ce document. 

Le succès incontestable réalisé par le Maroc au niveau du renforcement de ses fondements économiques internes représente un socle solide ayant permis au Royaume de renforcer sa position comme étant un interlocuteur sérieux et de confiance des puissances économiques mondiales, dont la Chine. 

Par sa portée inédite et multidimensionnelle, le document trace les contours et les perspectives futures de coopération entre les deux pays, exprime la volonté d'inscrire la relation dans un cadre stratégique, définit clairement les principes qui guident ce partenariat basé essentiellement sur l’amitié, la solidarité et la coopération et identifie les axes de coopération futurs (politique, militaire, économique, culturel..). 

Tous ces facteurs prédisposent, en effet, le Royaume à jouer un rôle agissant dans le cadre de ce partenariat bilatéral et ce, grâce à sa position stratégique à la croisée des chemins entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient et grâce aussi à ses progrès politiques qui lui ont valu le statut de partenaire écouté sur la scène internationale. 

Plusieurs accords "nouvelle génération" ayant une portée stratégique constituent l’ossature des mécanismes et outils juridiques adéquats pour accompagner le saut qualitatif atteint ces dernières années dans leurs relations entre le Maroc et la Chine. 

La signature, dans le cadre de la visite Royale à Pékin, de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaires est l’illustration la plus forte de cette volonté bilatérale de booster la coopération entre les deux pays dans l’objectif d’édifier un partenariat stratégique sur des bases solides et durables et des fondements structurants. 

Le contenu riche, concret et global de la Déclaration augure, en plus, d'une nouvelle ère dans les relations de coopération entre les deux pays, qui entretiennent des liens excellents de coopération et d'amitié depuis l’établissement de leurs relations diplomatiques en 1958, et permettra indubitablement de consolider le partenariat solide que Rabat et Pékin veulent stratégique, approfondi et exemplaire. 

En signant cette Déclaration de Partenariat Stratégique de haute portée, le Maroc et la Chine, liés par des relations historiques et ancestrales, ont décidé fermement de raccourcir les distances et d’asseoir une coopération diversifiée, mutuellement bénéfique et porteuse de synergies vertueuse. 

Le partenariat stratégique Maroc-Chine offre des opportunités aux différents acteurs 

Le partenariat stratégique, scellé entre le Maroc et la Chine en vertu d'une déclaration conjointe signée mercredi à Pékin par SM le Roi Mohammed VI et le président chinois, Xi Jinping, porte plusieurs significations et offre des opportunités aux différents acteurs notamment Marocains pour tirer profit de ses avantages, a affirmé El Hassan Boukantar, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V-Agdal à Rabat. 

Dans une déclaration à la MAP, M. Boukantar a indiqué que ce partenariat conclu avec la Chine, un pays fort au niveau économique, politique et géostratégique, vient s’ajouter aux différents partenariats scellés grâce à la diplomatie royale. 

Il a, par la même occasion, mis l'accent sur l’importance de la Chine, membre permanent du conseil de sécurité, pour les questions intéressant le Maroc notamment le dossier de l’intégrité territoriale du Royaume. 

Ce partenariat est stratégique pour le Maroc qui veut diversifier ses partenaires et ses alliances, a-t-il noté, rappelant à cet égard le discours de SM le Roi devant le Sommet Maroc-Pays du Golfe, dans lequel le Souverain a insisté sur le droit du Royaume à diversifier ses relations au service de ses intérêts stratégiques notamment la question de l’intégrité territoriale. 

Ce partenariat ouvre devant les acteurs économiques un marché important, a-t-il souligné, appelant les opérateurs marocains à tirer profit de la diplomatie royale pour valoriser le produit marocain et s’ouvrir davantage sur le marché chinois en mutation permanente. 

Et de conclure que ce partenariat permet à l’économie marocaine de s’ouvrir sur de nouveaux capitaux, notant que le Royaume, grâce à sa politique tournée vers le continent africain, pourrait constituer une plateforme pour les investisseurs chinois dans l’espace africain. 

La visite de SM le Roi en Chine, une volonté de diversifier les partenaires stratégiques du Maroc 

La visite de SM le Roi Mohammed VI en Chine constitue une occasion importante pour diversifier les partenaires stratégiques du Maroc sur tous les plans, notamment politique et économique, a indiqué, mercredi, M. Mehdi Bensaid, président de la Commission des affaires étrangères, des affaires islamiques et des marocains résidant à l'étranger à la Chambre des Représentants. 

"Nous avons nos alliés traditionnels que nous respectons (…), mais cela n’empêche pas que le Maroc cherche à diversifier ses partenaires", a dit M. Bensaid dans une déclaration à la MAP, ajoutant que le Maroc parie sur la prospection de nouvelles opportunités et l’ouverture de nouveaux marchés. 

L’économie marocaine a aujourd’hui besoin de partenaires diversifiés et d’investisseurs étrangers pour s’installer au Maroc, pays qui offre plusieurs facilités et d'avantages à travers les différents accords de libre-échange qui le lient à plusieurs pays comme les Etats-Unis, l’Union Européenne et la Turquie, a-t-il expliqué. 

Ainsi, a martelé M. Bensaid, le rapprochement avec Pékin s’inscrit parfaitement dans cette logique et le Maroc est déterminé à instaurer un partenariat stratégique avec la Chine, une puissance économique avérée, qui d’autant plus s’intéresse beaucoup à l’Afrique, tout comme le Maroc, a-t-il fait noter. 

Le parlementaire a mis l’accent sur l’importance de développer une coopération sino-marocaine dans le domaine du tourisme, rappelant que le nombre des touristes chinois dans le monde ne cesse d’augmenter. 

M. Bensaid a appelé dans ce cadre à la promotion de la destination Maroc en Chine pour tirer profit de ce marché prometteur, soulignant l’importance de lancer une ligne aérienne directe entre les deux pays. 

Evoquant les documents de coopération bilatérale signés mercredi à Pékin entre le Maroc et la Chine, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du président chinois, Xi Jinping, le parlementaire a indiqué qu’ils ne peuvent qu’encourager les investisseurs chinois à s’intéresser davantage au Maroc comme terre d’accueil des investissements et tremplin pour conquérir le continent africain. 

Partenariat stratégique Maroc-Chine : "Une feuille de route, un cap, une vision", selon Mustapha Sehimi

Le partenariat stratégique, scellé entre le Maroc et la Chine en vertu d’une déclaration conjointe signée mercredi à Pékin par SM le Roi Mohammed VI et le président chinois, Xi Jinping, constitue une "feuille de route", mais aussi un "cap" et une "vision", soutient le politologue et professeur universitaire, Mustapha Sehimi. 

"Cette deuxième visite royale en Chine, après celle de 2002, est un acte diplomatique fort. Elle intervient après celles effectuées en Russie et dans les monarchies du Golfe. Voilà un agenda qui traduit l’inflexion donnée à la politique étrangère du Royaume", affirme M. Sehimi dans une déclaration à la MAP ajoutant qu’avec la Chine, le bilan de cette visite officielle de SM le Roi est "important". 

Pas moins de quinze conventions et d’accords-cadres ont été signés à l’occasion de cette visite et embrassent de nombreux domaines, a-t-il rappelé soulignant que ces textes donneront "assurément" une "forte" impulsion à une coopération multidimensionnelle, dont le périmètre s’est élargi et qui "ouvre un champ immense à des opportunités en même temps qu’il identifie les potentialités à valoriser". 

Mettant en relief le partenariat stratégique scellé entre les deux pays lors de la visite royale à Pékin, le politologue relève qu’il s’agit là "beaucoup plus qu’une coopération". "C’est un bond en avant dans les rapports entre les deux pays", a-t-il dit précisant que "cet acte n’a pu être finalisé que parce que les deux pays partagent des convergences, notamment leur souci constant de la paix, de la stabilité, de la sécurité ainsi que la préservation de l’unité nationale, de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale". 

"Le Maroc et la Chine sont plus que millénaires et à ce titre, ils ont en charge, malgré les vicissitudes de l’histoire, la promotion d’une communauté internationale organisée sur un référent moins inégalitaire, équitable", a-t-i ajouté faisant observer que c’est dans cette perspective que le Maroc, pionnier de la coopération Sud-Sud, notamment dans l’Afrique subsaharienne, "ne pouvait que trouver à Pékin la même disposition d’esprit, à savoir une feuille de route, un cap et une vision commune". 

La visite royale en Chine, un jalon important dans les relations sino-marocaines 

 La visite de SM le Roi Mohammed VI en République populaire de Chine est un jalon important dans les relations sino-marocaines, a souligné, mercredi à Pékin, M. Zhang Ming, Vice-ministre Chinois des Affaires étrangères. 

Cette visite, dont le point d‘orgue est la signature par SM le Roi Mohammed VI et le Président Xi Jinping de la déclaration conjointe concernant l’établissement du partenariat stratégique entre les deux pays, donnera sans nul doute une forte impulsion à la coopération entre Pékin et Rabat, a ajouté M. Ming dans une déclaration à la presse. 

Au sujet de l’entretien qu’à eu SM le Roi Mohammed VI avec le président chinois, M. Ming a affirmé que les deux chefs d’Etat sont très attachés aux échanges humains entre la Chine et le Maroc, au renforcement de la connaissance mutuelle entre les deux peuples et de la confiance entre les deux pays. 

Les deux chefs d'Etat ont affiché leur forte volonté commune de développer davantage la coopération sino-marocaine en matière d'infrastructure, d'économie, de commerce et d'industrie, a poursuivi M. Ming, notant que les entretiens ont également été l'occasion pour les deux parties d'échanger sur le développement et les réformes en Chine et au Maroc, la situation au Moyen-Orient et sur d'autres sujets d'actualité internationale. 

SM le Roi Mohammed VI, en visite officielle en République populaire de Chine, a eu mercredi des entretiens avec le président XI Jinping, suivis de la signature de la déclaration conjointe concernant l’établissement d’un partenariat stratégique entre les deux pays, ainsi que de 15 conventions bilatérales ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaires. 

La visite de SM le Roi en Chine, un nouveau témoignage de l’orientation rationnelle et réaliste de la politique étrangère marocaine 

La visite de SM le Roi Mohammed VI en Chine constitue un nouveau témoignage de l’orientation rationnelle et réaliste de la politique étrangère du Maroc, sous la conduite éclairée du Souverain, a affirmé le professeur des relations internationales à l’Université Abdelmalek Essaâdi, Mohamed El Gharbi. 

Dans une déclaration à la MAP, l’universitaire a indiqué que cette visite, qui intervient après d’autres visites réussies à de nombreux pays du Golfe, en Russie et en Inde, reflète l’engagement du Maroc à diversifier ses partenaires stratégiques dans les différents domaines politiques et économiques vitaux, à promouvoir son ouverture sur des pays qui ont un grand poids sur l’échiquier international, ainsi qu'à bénéficier des expériences internationales pour soutenir son processus de développement. 

M. El Gharbi, spécialiste dans les affaires asiatiques, a fait savoir que cette visite vise également à unifier les visions autour des questions sécuritaires, politiques et économiques internationales, et à promouvoir le réseautage des efforts maroco-chinois pour favoriser la complémentarité économique entre les deux pays, tout en capitalisant à la fois sur le saut qualitatif que connait l’économie chinoise en tant que puissance économique distinguée au niveau mondial, que sur le positionnement stratégique du Maroc comme une porte d'accès sur l’Afrique. 

Il a noté que le Maroc, sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI, tout en continuant à consolider ses relations traditionnelles solides avec les pays de l’Union européenne, les Etats-Unis et les pays arabes et africains, œuvre ses dernières années avec détermination en vue de s’ouvrir sur d’autres horizons, notamment la Russie et les pays asiatiques, et ce afin de diversifier ses marchés et de renforcer ses alliances stratégiques avec d'autres partenaires. 

Cette nouvelle orientation devrait permettre au Maroc d’acquérir de nouvelles expériences et de développer des relations stratégiques avec des grandes puissances économiques et industrielles, notamment dans les métiers d’avenir auxquels le Royaume accorde un intérêt particulier, à savoir les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les industries électroniques et spatiales et les infrastructures de services, outre la promotion du capital immatériel et des compétences des ressources humaines du Royaume à même de répondre à ses aspirations actuelles et futures, a-t-il poursuivi. 

La Chine, en tant que puissance économique régionale et mondiale distinguée, un modèle de développement exemplaire et un membre actif au Conseil de sécurité des Nations unies, peut soutenir le Maroc dans la défense de sa souveraineté nationale et de son unité territoriale, a encore souligné l’universitaire, notant que le Royaume peut, quant à lui, mettre à la disposition de la Chine son expérience dans le domaine sécuritaire, à même de promouvoir la paix et la sécurité dans la région et de favoriser l’ouverture sur des économies émergentes, notamment en Afrique. 

Ainsi, avec la signature de la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine, le Royaume confirme, derechef, son choix judicieux de conforter ses liens stratégiques avec de grandes puissances mondiales, dont la Chine, mettre en relief ses efforts diplomatiques louables, visant à promouvoir la paix et la stabilité dans le monde, et d’affirmer ses positions constantes par rapport au respect des souverainetés des pays et à l’édification d’un système régional ou règnent les valeurs de coexistence, de paix et de stabilité.

Le Maroc et la Chine ouvrent de nouveaux horizons de coopération dans le domaine du tourisme

Le Maroc et la Chine ont scellé un nouveau partenariat dans le secteur du tourisme à travers la signature ce mercredi d’un mémorandum d’entente visant le soutien des flux touristiques de part et d’autre, ouvrant ainsi de nouveaux horizons devant leur coopération dans ce domaine. 

Signé sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du président de la République populaire de Chine, SEM. Xi Jinping, ce mémorandum d’entente porte sur le renforcement de la coopération bilatérale touristique en matière d’investissement, de promotion et de développement des flux touristiques notamment par l’échange d’expériences dans les domaines de gestion, de coordination de la promotion et de formation, indique un communiqué du ministère du Tourisme. 

Le mémorandum prévoit ainsi la promotion touristique par le soutien du tourisme récepteur dans les destinations touristiques des deux pays, et la participation aux foires et salons professionnels organisés de part et d’autre, en incitant les agences de voyages, les offices nationaux du tourisme et les compagnies nationales de transports des deux pays à collaborer en vue de promouvoir leurs destinations touristiques respectives. 

Il ambitionne également le renforcement des partenariats en matière de formation en encourageant la mise en place de programmes de formation dédiés aux nouveaux métiers de tourisme et aux spécificités des deux marchés, notamment par l’organisation de séminaires destiné aux professionnels marocains du tourisme et animés par des experts chinois sur les caractéristiques du touriste chinois. 

La promotion des investissements par l’échange d’expertise pour l’identification des opportunités d’investissement touristique et l’incitation de potentiels investissements chinois (organisation des missions de prospection et de road show, au profit des investisseurs dans le domaine du tourisme) figurent aussi parmi les objectifs de ce mémorandum, qui vise, par ailleurs, l’assouplissement des procédures d’octroi de visas pour faciliter le flux du tourisme individuel chinois à destination du Maroc. 

Le Maroc se distingue par la diversification de son produit touristique et son aptitude à répondre à plusieurs segments de touristes que ce soit le segment de la classe moyenne chinoise avec une élite orientée vers les expériences authentiques et la découverte du patrimoine historique et culturel ; ou le segment luxe dont la clientèle est fortement motivés par le shopping ; ainsi que d’autres segments à haute valeur ajoutée tel que le Golf ou le tourisme de MICE (meeting, incentive, conférences et exhibition), rappelle le ministère. 

Compte tenu du potentiel important de la Chine, 1-er pays émetteur de touristes (98,2 millions en 2013) et 1er générateur de dépenses touristiques dans le monde (102 milliards de dollars en 2012), le ministère du Tourisme accorde une place importante à ce marché dans sa politique de prospection dans le cadre de la Vision 2020 et a pour objectif d’attirer 100.000 touristes Chinois à Horizon 2020. 

Les flux touristiques en provenance de ce marché d’Asie ont atteint 10.515 touristes à fin 2015, en hausse de 12 pc par rapport à 2014. 

SM le Roi et le Président chinois signent à Pékin la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays 

 Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et le Président de la République populaire de Chine, SEM. Xi Jinping, ont procédé, mercredi au Palais du Peuple à Pékin, à la signature de la déclaration conjointe concernant l'établissement d'un partenariat stratégique entre les deux pays. 

Les deux chefs d’Etat ont présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature de plusieurs documents de coopération bilatérale, ayant trait notamment aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaires. 

Le premier document est un mémorandum de partenariat économique et industriel visant à renforcer la coopération entre les deux pays dans des secteurs à fort potentiel de création d’emplois et de valeur ajoutée, notamment l’automobile, le textile/habillement, l’électroménager, l’aéronautique et la logistique, ainsi que d’autres secteurs d’intérêt commun. 

Ayant pour objectif d’aider les entreprises chinoises à s’implanter au Maroc et d’encourager la coopération entre les entreprises chinoises et marocaines, cette convention a été signée par le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie Numérique, Moulay Hafid Elalamy, et le ministre chinois du Commerce, M. Gao Hucheng. 

Le deuxième document est un mémorandum d’entente sur la création de la Zone de coopération économique et industrielle, signé par Moulay Hafid Elalamy et M. Gao Hucheng 

Le troisième document est une convention d’extradition en vertu de laquelle les parties s'engagent à se livrer réciproquement, les individus qui, se trouvant sur le territoire de l'un des deux Etats, sont poursuivis ou condamnés par les autorités judiciaires de l'autre Etat. Cette convention, signée par le ministre de la Justice et des Libertés, M. Mustapha Ramid, et le vice-ministre des Affaires Etrangères, M. Zhang Yesui, prévoit également que les parties n'extraderont pas leurs ressortissants respectifs. 

Le quatrième document est une convention d’entraide judiciaire en matière pénale, signée par MM. Mustapha Ramid et Zhang Yesui. 

Le cinquième document est un accord de coopération économique et technique (don de 100.000.000 Yuans), a été signée par le ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, et le ministre chinois du Commerce, M. Gao Hucheng. 

Le sixième document est un mémorandum d’entente relatif à l’exemption de certaines catégories de visas et à la simplification réciproque des procédures de délivrance de certaines catégories de visas. 

Ce mémorandum d’entente vise l’exemption de visa pour les titulaires de «Passeport pour affaires publiques» chinois et de «Passeport spécial» marocain délivré par le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération du Maroc, et la facilitation des procédures de délivrance de visas pour les ressortissants chinois désireux de se rendre au Maroc à des fins de tourisme, ainsi que les hommes d’affaires marocains et chinois détenteurs de passeports ordinaires. 

Il a été signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar, et le Vice-ministre chinois des Affaires Etrangères, M. Zhang Yesui. 

Le septième document est un mémorandum d’entente sur la coopération ferroviaire entre la Société Nationale des Chemins de Fer Chinois «China Railways», et l’Office Nationale des Chemins de Fer (ONCF) du Royaume du Maroc. Elle a été signé, côté marocain, par le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, M. Aziz Rabbah, et le Directeur Général de l’ONCF, M. Rabie Khlie, et du côté chinois, par le ministre en charge de la Commission Nationale de Développement et de la réforme, M. Xu Shaoshi, et le Président du Directoire de China Railways, Sheng Guangzu.

Le huitième document est un mémorandum d’entente pour le renforcement de la coopération dans le secteur de la construction de l’infrastructure. 

Signé par MM. Aziz Rabbah et Gao Hucheng, ce mémorandum a pour objectif de fournir un soutien aux entreprises de chacune des deux Parties dans le secteur des infrastructures, y compris la conception, la construction, l’installation, la mise en service et le fonctionnement ainsi que la production, la transformation et la fourniture de matériaux de construction et la fabrication d’équipements, entre autres activités. 

Le neuvième document est un programme d’application de l’accord de coopération culturelle (2016-2020), signé par le ministre de la Culture, M. Mohamed Amine Sbihi, et le ministre chinois de la culture, M. Luo Shugang 

Le dixième document est un accord de coopération dans les secteurs de la géologie et des mines, signé par le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, M. Abdelkader Amara, et le ministre du territoire et des ressources naturelles, M. Jiang Daming 

Le onzième document est un accord de SWAP de devises entre les Banques Centrales des deux pays, à savoir Bank Al Maghrib et la banque populaire de Chine. Cette Convention a été signée par le gouverneur de Bank Al Maghrib, M. Abdellatif Jouahri, et le vice-président de la Banque Centrale de Chine, M. Chen Yuyu. 

Le douzième document est un mémorandum d’entente pour le renforcement de la coopération touristique, à travers notamment l’encouragement des activités promotionnelles en fournissant les facilités nécessaires sur la base de réciprocité, la formation des professionnels dans le domaine du tourisme, l’organisation des stages et échange des experts, et la collaboration entre les agences de voyage et les bureaux nationaux de tourisme. 

Elle a été signée par le ministre du Tourisme, M. Lahcen Haddad, et le président de l’Administration nationale de tourisme, M. Li Jinzao. 

Le treizième document est un accord de coopération dans les secteurs des hydrocarbures et de l’énergie. 

Ce mémorandum, qui porte sur les secteurs des hydrocarbures (Exploration pétrolière; Exploration gazière; Hydrocarbures non conventionnels) et de l’énergie (Electricité, Energies renouvelables, Efficacité énergétique), a été signé par M. Abdelkader Amara, et le président de la Commission Nationale de l’Energie en Chine, M. Nur Bekri. 

Le quatorzième document est un mémorandum d’entente sur la coopération dans le domaine de la sécurité des produits alimentaires importés et exportés. Il a été signé par le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, et le ministre chinois en charge de la supervision de la qualité, de l’inspection et de la quarantaine, M. Zhi Shuping 

Le quinzième document est un accord de Coopération dans les domaines de la Science, de la Technologie et de l’Industrie de Défense, signé par le ministre délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé de l’Administration de la Défense nationale, M. Abdeltif Loudiyi, et le directeur de l'autorité chinoise de l'énergie atomique, Xu Dazhe. 

La cérémonie de signature des conventions s’est déroulée en présence de la délégation officielle accompagnant SM le Roi. 

A l’issue de cette cérémonie, le président de la République populaire de Chine a offert un diner officiel en l’honneur de Sa Majesté le Roi et la délégation l’accompagnant.

Hautes instructions Royales pour la suppression des visas pour les ressortissants chinois à partir de Juin 2016

 Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a donné Ses Hautes instructions pour la suppression des visas pour les ressortissants chinois à partir de Juin 2016. 

Lors de l’entretien qu’a eu SM le Roi Mohammed VI avec le Président Xi Jinping, mercredi au palais du peuple à Pékin, Le Souverain a annoncé au chef de l’Etat chinois la décision de supprimer, à compter du 1er juin 2016, les visas pour les ressortissants chinois, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar dans une déclaration à la MAP. 

Cette décision, qui vient confirmer la vision de SM le Roi et Sa volonté d’approfondir et de diversifier les relations sino-marocaines, marque une volonté d’ouverture de la part du Royaume et d’amplification des échanges humaines, culturels, économiques et politiques entre les deux pays amis, a ajouté le ministre. 

Les entretiens entre SM le Roi Mohammed VI et le Président Xi Jinping ont été empreints d’amitié, d’engagement et de sincérité, a poursuivi M. Mezouar, soulignant la détermination des deux chefs d’Etat de faire concrétiser le partenariat stratégique entre Pékin et Rabat signé ce jour entre Sa Majesté le Roi et le Président chinois. 

SM le Roi Mohammed VI, en visite officielle en République populaire de Chine, a eu mercredi des entretiens avec le président XI Jinping, suivis de la signature de la déclaration conjointe concernant l’établissement d’un partenariat stratégique entre les deux pays, ainsi que de plusieurs conventions bilatérales. 

La visite de SM le Roi en Chine devrait ouvrir la voie à une coopération plus poussée dans le domaine de la préservation du patrimoine immatériel 

La visite officielle que SM le Roi Mohammed VI effectue à Pékin à partir de ce mercredi ne manquera pas d'ouvrir la voie à une coopération plus poussée plus particulièrement dans le domaine de la préservation du patrimoine immatériel, a souligné Mohammed Abdelilah Belghazi, Fondateur et conservateur des Musées Belghazi. 

M. Belghazi, un ethnologue de formation, n’a pas caché, dans une déclaration à la MAP, son souhait de voir le Maroc tirer pleinement profit de "l’expertise chinoise avérée dans ce domaine" en mettant à contribution, à cet effet, les relations d’amitié et de coopération ancestrales qui lient le Maroc et la Chine. 

L'intérêt du conservateur des Musées Belghazi pour la Chine est tel qu’il n’a pas hésité à s’y rendre pour un stage dans un domaine très pointu portant essentiellement sur la restauration du papier, de la céramique et de la porcelaine à l’Université de Pékin. 

"Il y a de cela 5 ou 6 ans, j’avais effectué un stage de restauration du papier, de la céramique et de la porcelaine en Chine. Lors de mon séjour à l’Université de Pékin, j’ai été agréablement surpris par la minutie et l’extrême intérêt porté pour les trésors vivants et leur conservation et restauration", a-t-il souligné. 

En Chine, les artisans sont la source du savoir qu’ils transmettent aux jeunes générations, a fait noter ce féru de l’empire du milieu, qui a encouragé son fils à aller poursuivre ses études supérieures à l’Université de Shanghai. 

Le séjour de M. Belghazi en Chine était à l’origine de son idée de réaliser un documentaire sur les trésors vivants au Maroc consacré essentiellement au tissage, comme il l’a confirmé à la MAP. 

Il a relevé par ailleurs que des documents historiques datant du XVème siècle montrent que la Route de la soie servait à acheminer diverses marchandises, dont le thé et l’encre de Chine, vers le Maroc, avant de les écouler partout en Afrique. 

Cet échange constitue l’embryon d’une coopération triangulaire (Maroc-Chine-Afrique) que les deux pays cherchent à présent à renforcer dans le cadre d’une coopération sud-sud efficiente et équitable, en phase avec les changements et les défis notoires que connait le monde actuellement.

Entretiens à Pékin entre SM le Roi et le Président chinois

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a eu, mercredi au Palais du Peuple à Pékin, des entretiens élargis avec le Président de la République Populaire de Chine, SEM. Xi Jinping.

Ces entretiens se sont déroulés en présence, du côté marocain, de MM. Taieb Fassi Fihri, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui, conseillers de SM le Roi, Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des Finances, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime et Aziz Rabbah, ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique.

Etaient également présents le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, le ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l'Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Nasser Bourita, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'Environnement, Hakima El Haite, et l'ambassadeur du Royaume à Pékin, Jaafar Alj Hakim.

Ces entretiens se sont déroulés en présence, côté chinois, de Yang Jiechi, conseiller d'Etat (Affaires étrangères), Xu Shaoshi, ministre chargé de la commission nationale de développement et de la réforme, Gao Hucheng, ministre du commerce, Ding Xuexiang, directeur du cabinet du Président, Zhang Yesui, Vice-ministre des Affaires étrangères, Zhang Ming, Vice-ministre des Affaires étrangères, Sun Shuzhong, ambassadeur de chine au Maroc, ainsi que de plusieurs hautes personnalités.

MAP 11/05/2016

Le Président chinois réserve une cérémonie d’accueil officielle à SM le Roi Mohammed VI à Pékin

Le président de la République Populaire de Chine, SEM. Xi Jinping a réservé, mercredi à l’esplanade est du Grand Palais du Peuple à Pékin, un accueil officiel en l'honneur de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste. 

A Son arrivée sur l’esplanade, Le Souverain a été accueilli par le Président Xi Jinping avant d’être salué notamment par M. Yang Jiechi, conseiller d'Etat (Affaires étrangères), M. Xu Shaoshi, ministre chargé de la commission nationale de développement et de la réforme, M. Gao Hucheng, ministre du commerce, M. Ding Xuexiang, directeur du cabinet du Président, M. Zhang Yesui, Vice-ministre des Affaires étrangères, M. Zhang Ming, Vice-ministre des Affaires étrangères, et M. Sun Shuzhong, ambassadeur de Chine au Maroc. 

Le président de la République populaire de Chine a, pour sa part, été salué par les membres de la délégation officielle accompagnant SM le Roi.

Le Souverain et le Président Chinois ont, par la suite, gagné la tribune d'honneur pour saluer les couleurs nationales au son des hymnes nationaux des deux pays, alors qu'une salve de 21 coups de canon retentissait en signe de bienvenue à SM le Roi Mohammed VI. 

SM le Roi et le Président Xi Jinping ont ensuite passé en revue un détachement des trois armées (terre, mer, air) qui rendait les honneurs, ainsi qu’une formation d’élèves. Une centaine d'élèves de la capitale s’écriait en choeur "Bienvenue en Chine !", tout en agitant des fleurs et les drapeaux nationaux, chinois et marocains. 

Les dirigeants des deux pays ont ensuite regagné la tribune d’honneur pour assister à un défilé de parade des trois armées, qui clôture cet imposant cérémonial d'accueil. 

SM le Roi est accompagné lors de cette visite officielle d'une importante délégation composée notamment de MM. Taieb Fassi Fihri, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui, conseillers de SM le Roi, Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des Finances, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, et Aziz Rabbah, ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique. 

Cette délégation comprend également le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, le ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l'Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Nasser Bourita, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'Environnement, Hakima El Haite, et l'ambassadeur du Royaume à Pékin, Jaafar Alj Hakim. 

Le centre commercial chinois au cœur de Casablanca: une pérégrination éperdue en quête d’opportunités au Maroc

Au fil des ans, les commerçants chinois se sont forgés le statut d’acteurs principaux sur la scène économique et commerciale que connaît Casablanca, en relevant le défi d’une implantation réussie dans divers centres commerciaux de la métropole avec le souci ubiquiste de s’ouvrir sur la société et la culture d’un pays géographiquement trop éloigné. 

Si le dicton "Recherchez le savoir, même en Chine" demeure, de temps à autre, le précurseur pour de nombreux Marocains de s’emparer de leur bâton de pèlerin en quête de la science, de la connaissance et de l’expérience loin de leur terroir, en bravant les moult contraintes inhérentes aux longues croisières exploratrices, les Chinois ont, bel et bien, dérogé à la règle et se sont "déployés" aux quatre coins de la planète jusqu’au fameux espace commercial casablancais "Derb Omar", l’un des centres névralgiques de négoce du pays. 

Certes, il aura suffi d’une tournée dans les méandres de ce mastodonte du commerce de gros, pour s’apercevoir du rejaillissement et de la présence de commerçants peu-ordinaires de par leur "look" asiatique et leurs attitudes et comportements empreints de modestie, de respect et de pragmatisme, outre leurs étalages bien garnis de produits "made in China", dont la présentation méticuleusement rangée, sont éparpillés sur la quasi-totalité des commerce de "Derb Omar". 

Mais, l’aspect qui frappe le plus le visiteur dans cet univers de brouhaha assourdissant n’est autre que la manière avec laquelle se comportent les commerçants chinois à l’égard de leur clientèle locale: leur tentative, tant bien que mal, de communiquer et de marchander avec les Marocains… même avec leur dialecte "Darija", dont certains d’entre eux maitrisent, d’ores et déjà, parfaitement bien. 

Pour d’autres "néophytes", dont les pieds foulent pour la première fois le sol marocain ou contraints à adopter un mode de communication méditerranéen, dont le gestuel prime sur la parole, ils optent pour le dialogue des signes en guise d’un modus operandi qui s’avère toutefois, la plupart du temps, concluant et salvateur pour ne pas laisser filer entre les mains une transaction… tant convoitée. 

Quant à d’autres, ils ne lésinent point sur les moyens et ne ménagent le moindre effort en faisant appel aux services d’un compatriote "initié" ou d’un "assistant linguistique" marocain dans le dessein de persuader l’acheteur du bien-fondé "qualité-prix" de la marchandise et partant l’acquérir… 

Décidément, les produits et marchandises en provenance du pays du Milieu sont aussi nombreux que diversifiés avec des prix abordables et parfois défiant toute concurrence: tissus, prêt-à-porter, vêtements, articles de décoration, électroménager, motos et bicyclettes…etc. 

Les commerçants chinois ayant opté pour élire domicile à "Derb Omar" pour faire du business et contribuer à booster, autant soit peu, les échanges commerciaux entre Rabat et Pékin, constituent de véritables ambassadeurs de leur pays à l’étranger, a déclaré à la MAP, Xin Yang Tsu, un commerçant installé dans cet espace. 

Les relations qu’entretiennent commerçants chinois et leurs vis-à-vis marocains sont imbues de confiance et de respect mutuel, a souligné M. Xin, dont le séjour dans le Royaume remonte à plusieurs années, relevant que le souci majeur de ses concitoyens est de mettre à la disposition de leur clientèle des produits à la mesure de son pouvoir d’achat. 

Dans ce sens, il a estimé que cette tendance est corroborée par le fait que les ventes des produits chinois sont émaillées par une certaine fluidité, dans la mesure où leur prix "moins cher" les rend à la portée des revenus limités et des bourses les plus modestes. 

Un autre jeune commerçant chinois, approché par la MAP, a exprimé sa satisfaction d’avoir réussi, à plus d’un titre, son établissement, voire son "enracinement" dans le Royaume. L’illustration, on ne peut plus éloquente, est son mariage avec une Marocaine après s’être converti à l’Islam. Mohamed, son nouveau prénom, force l’admiration, la considération et le respect de ses voisins commerçants qui sont unanimes à louer ses qualités humaines de tolérance et de modestie. 

Le jeune homme ne mâche pas ses mots: "Je suis heureux de m’installer au Maroc et de m’ouvrir sur une culture qui est totalement différente de la mienne", a-t-il affirmé, ajoutant qu’il a entamé son intégration en s’imprégnant chaque jour de la vie quotidienne des Casablancais grâce, notamment à son alliance avec une fille autochtone. 

A vrai dire, l’implantation réussie des commerçants chinois à "Derb Omar" n’est que le prélude d’une expansion escomptée de leurs activités mercantiles à d’autres espaces commerciaux de la capitale économique du Royaume, en particulier "Derb Soltane" qui vit au rythme d’une dynamique effervescente, a confié à la MAP, Hassan Hatote, un "assistant linguiste" de l’un des commerçants chinois. 

La langue chinoise ou le mandarin séduit de plus en plus de Marocains

 La langue chinoise ou le mandarin, réputé pour sa complexité à l'oral comme à l’écrit, séduit de plus en plus de Marocains adeptes de l’apprentissage des langues étrangères, a affirmé le Directeur marocain de l'Institut Confucius de Rabat, Mohamed Salhi. 

"La Chine est désormais une puissance mondiale et la maitrise de la langue chinoise qui se caractérise par un système de sons, de structures grammaticales et de signes complètement différent des langues latines, est un atout qui ouvre aux jeunes d’énormes perspectives", a expliqué M. Salhi dans un entretien à la MAP, ajoutant que l'Institut Confucius à l’université Mohammed V-Agdal reçoit chaque année plusieurs demandes d’inscriptions qui dépassent sa capacité d’accueil. 

Fruit d’un partenariat entre l’Université Mohammed V-Agdal et l’université de Pékin pour les études internationales, l’Institut Confucius, inauguré le 5 décembre 2009, s’assigne pour objectif la promotion de la langue et de la culture chinoises au Maroc, a poursuivi M. Salhi, notant qu’en plus de sa mission principale, à savoir l’enseignement du mandarin, l’institut organise chaque samedi des activités parallèles portant sur la culture chinoise tels les chants, la danse, la poésie, le théâtre, les arts martiaux (tai-chi-chuan wushu) et l’art culinaire. 

L'institut compte à l'heure actuelle 220 inscrits (étudiants, élèves, hommes d'affaires, fonctionnaires et employés) qui suivent des cours à hauteur de 4 heures par semaine, outre 60 étudiants de la filière Etudes chinoises de la faculté des Lettres et des Sciences humaines-Agdal, a-t-il expliqué. 

L’année 2015 a été marquée par la sortie de la première promotion de la filière Etudes chinoises qui comprend 12 lauréats dont la plupart suivent actuellement leurs études de Master en Chine, a-t-il ajouté, notant que 1200 personnes ont étudié à l’Institut Confucius de Rabat depuis sa création en 2009. 

A la faveur de l’enseignement de qualité assuré par l’Institut Confucius, les étudiants passent avec brio le Hanyu Shuiping Kaoshi (HSK), un test de compétences conçu par le ministère chinois de l’Education, équivalent du TOEFL (anglais) ou de la Selectividad (espagnol), a-t-il précisé, relevant que les étudiants de Confucius occupent les premières places lors de ce test qui se déroule au niveau international sous la supervision de la Commission nationale pour la promotion de la langue chinoise (Hanban), laquelle se charge des questions et de la correction. 

A l’issue des résultats du HSK, les meilleurs étudiants marocains (entre 20 et 30 ) bénéficient d’un séjour linguistique à l’université de Pékin pour les études internationales, a ajouté le directeur de l'Institut Confucius de Rabat. 

L’Institut organise aussi les épreuves de présélection des étudiants qui vont représenter le Maroc au concours "Pont vers le chinois" "HANYU QIAO", initié par le Hanban pour encourager les étudiants qui apprennent le chinois, a-t-il fait savoir, notant que le concours comprend la compréhension écrite, l’expression orale et une représentation artistique liée à la culture chinoise. 

"Les étudiants présélectionnés aux épreuves sont invités à se rendre en Chine pour participer aux épreuves finales et internationales", a expliqué M. Salhi. 

Dans le cadre de la coopération entre l’ambassade de Chine et l’Institut, plusieurs étudiants marocains bénéficient de bourses allant de 6 mois à au-delà de 3 ans, a-t-il indiqué, faisant remarquer que dans le cadre de l’ouverture de l'Institut Confucius de Rabat sur son environnement, des cours de chinois sont dispensés aux étudiants du Centre de formation dans les métiers de l’hôtellerie et du tourisme de Témara et du Centre Africain des Etudes Asiatiques (CAEA-Maroc), outre le lancement d’une classe d’apprentissage de langue chinoise à l'Université Ibn Zohr d'Agadir. 

Le directeur de l'Institut Confucius encourage les jeunes marocains à s’ouvrir davantage sur la langue et la culture chinoises étant donné que le 21e siècle est asiatique par excellence avec la montée en puissance de l’Empire du milieu. 

Les jeunes marocains sont appelés à prendre à bras-le-corps les opportunités offertes par la Chine, a-t-il estimé, notant que la coopération solide entre le Maroc et la Chine, qui se renforcera davantage à la faveur de la visite officielle que SM le Roi Mohammed VI effectuera à partir de mercredi en Chine, offre l’occasion aux Marocains de tirer profit de la croissance de l’économie chinoise. 

Entre ambition d’élargir les perspectives professionnelles et la fascination pour la culture asiatiques, l’engouement des jeunes marocains pour l’apprentissage de la langue chinoise va crescendo. 

La maitrise de la langue chinoise permet aux étudiants de renforcer leur chance d’insertion dans le monde de l’emploi d’autant plus que les investisseurs chinois s’intéressent de plus en plus au Maroc en tant que plateforme pour concourir les marchés africains et chinois, a confié à la MAP Bouchra Rajoui, étudiante en 3ème année de la filière d’études chinoises. 

Il y a un grand manque au niveau de traducteurs maitrisant le mandarin, a estimé pour sa part, khadija Bahi étudiante de la 3ème année de la filière d’études chinoise en pleine préparation aux examens de fin d’année, relevant que les investisseurs chinois prospectant le marché marocain maitrisent rarement l’arabe ou le français d’où le besoin d’un accompagnant parlant le mandarin pour faciliter la communication. 

Pour Jamal Kacimi, étudiant en première année, il a indiqué que sa fascination pour la culture asiatique et chinoise en particulier a motivé son choix de l’étude de mandarin, précisant que la complexité de cette langue à l’oral comme à l’écrit l’on encouragé davantage à relever ce défi. 

L'Institut Confucius, organisme dédié à l'enseignement de la langue chinoise et à la diffusion de la culture chinoise, vise à développer l'amitié entre la Chine et les autres pays du monde. 

Le Maroc, un pilier sûr d’un partenariat sino-africain nouveau

Fort de son modèle de développement singulier et de son engagement sans faille en faveur du développement économique de l'Afrique, le Maroc s’impose comme un pilier sûr et incontournable du nouveau partenariat sino-africain dont les contours son en train de se dessiner.

La Chine, qui a donné un nouvel élan à son partenariat avec l’Afrique avec l’annonce lors du sommet Afrique-Chine (3-5 décembre 2015 à Johannesburg) d’un engagement financier de l’ordre de 60 milliards de dollars pour le développement socio-économique du continent, sait que le Maroc figure parmi les pays clefs sur lesquels Pékin peut compter pour faire de ce partenariat une initiative durable et mutuellement avantageuse.

Tous les facteurs prédisposent, en effet, le Royaume à jouer ce rôle agissant dans le cadre de ce partenariat.

Outre sa position stratégique à la croisée des chemins entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient et ses progrès politiques qui lui ont valu le statut de partenaire écouté sur la scène internationale, le Maroc a réussi à cimenter ses liens avec le continent africain, son prolongement naturel.

Le brillant succès réalisé par le Maroc au niveau du renforcement de ses fondements économiques internes représente un socle solide ayant permis au Royaume de se lancer à la conquête de nouvelles opportunités dans plusieurs contrées africaines, partant d’un principe de base à savoir la mise en place d’un partenariat gagnant-gagnant pour un avenir meilleur d’une Afrique capable de se prendre en charge.

De nombreux accords de libre-échange ont ainsi été conclus avec les pays du continent. Les chiffres illustrant cette success story marocaine en Afrique abondent.

En 2014, le Maroc s’est classé deuxième (derrière l’Afrique du sud) en Afrique en termes de projets d’investissement reçus, avec une remarquable progression de l’ordre de 59 pc par rapport à 2013.

Le Royaume est également le premier investisseur en Afrique francophone et deuxième dans tout le continent.

Les compagnies marocaines sont à présent implantées dans de nombreux pays d’Afrique centrale et de l’ouest, dans des secteurs à forte valeur ajoutée comme les finances, les télécommunications, les assurances, l’énergie, l’agroalimentaire et l’immobilier.

Cette présence du Maroc, qui fait d’ailleurs du Royaume un moteur clef de toute dynamique continentale, est le fruit de la voie voulue et tracée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Les déplacements Royaux en Afrique ont permis de consolider le rôle du Maroc en tant que locomotive de développement dans le continent. La démarche volontariste et stratégique, portée par le Souverain, s’assigne comme objectif de consacrer la coopération sud-sud, plaçant l’élément humain au centre de tout effort de développement.

Pour concrétiser son ambition largement légitime de jouer le rôle de dynamo d’un partenariat sino-africain nouveau, le Maroc se prévale d’autres facteurs propres à lui, notamment sa position géographique privilégiée et les relations profondes et fructueuses avec des partenaires mondiaux incontournables, en l’occurrence l’Union européenne et les pays du Golfe.

Ces partenaires reconnaissent d’ailleurs cette capacité du Maroc de jouer le rôle de plateforme entre la Chine et le Maroc.

Le Maroc a su, en effet, mettre à profit ses partenariats et sa position géographique pour mettre en place des infrastructures logistiques (port Tanger-Med) et financières (Casablanca Finance City), reconnus désormais comme des fondements structurants permettant au Royaume de jouer pleinement son rôle de porte d’entrée d’excellence vers le continent africain.

La construction prévue du grand port Dakhla Atlantique devra renforcer cette vocation du Royaume en tant qu’axe d’échanges commerciaux et d’interactions humaines entre l’Afrique et le reste du monde.

Les centres de recherche et les médias spécialisés comme FDI Intelligence, relevant du quotidien britannique des milieux d’affaires Financial Times, ne sont pas restés indifférents à cette vocation du Maroc, soulignant qu’au Royaume, les investisseurs internationaux trouvent des infrastructures ultra-modernes à même de leur permettre d’optimiser la rentabilité de leurs investissements dans des projets en Afrique.

Sur le plan des relations sino-marocaines, le bilan est largement positif et témoigne de la volonté de Rabat et de Pékin d’asseoir les bases d’un partenariat stratégique.

Les deux pays, liés par de fortes relations politiques et diplomatiques ancrées dans l’histoire, sont conscients de la nécessité de rehausser leurs relations au niveau d’un partenariat stratégique à la hauteur de leurs attentes et ambitions.

La base d’un tel partenariat est déjà disponible, confortée par des échanges commerciaux en nette progression durant les dernières années. En 2013, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a enregistré une hausse de 4,8 pc par rapport à 2012.

Le partenariat tripartite Maroc-Chine-Afrique commence déjà à trouver sa voie vers la concrétisation avec l’inauguration en mars dernier d’une représentation de la Bank of China au sein de Casablanca Finance City (CFC).

La création de ce bureau à vocation africaine, qui opèrera sous le statut CFC, vise notamment à accompagner et à soutenir la stratégie de développement des entreprises chinoises en Afrique.

Elle a, également, pour objectif d’offrir aux entreprises marocaines et africaines souhaitant intensifier leurs relations commerciales avec la Chine son réseau sur place, son savoir-faire et sa connaissance du marché chinois.

Cette nouvelle structure participera, en outre, au financement des échanges commerciaux Afrique-Chine dans le but de devenir un acteur financier important au sein du continent.

«Le Maroc jouit d’une position géostratégique incontestable, d’une stabilité politique et d’un environnement des affaires attractif permettant d’être une plateforme idéale pour les investisseurs», note Kang Xiaolong, représentant-en-chef de la Bank of China au Maroc.

Tout semble ainsi mis en place pour réussir un partenariat sino-marocain à la hauteur de leurs liens politiques et diplomatiques privilégiés.

La visite officielle en Chine annoncée à partir de mercredi de Sa Majesté le Roi sera à coup sûr l’occasion de mettre en avant la place qu’occupe le Maroc dans la dynamique actuelle des relations entre l’Afrique et l’Empire du Milieu et d’identifier des pistes concrètes pour une reconfiguration de ces relations partant de la démarche royale visant à consacrer la coopération sud-sud comme base du co-développement et de la co-émergence et à libérer le potentiel du partenariat Maroc-Chine-Afrique tant au niveau bilatéral que trilatéral. 

La coopération Sud-Sud et le partenariat gagnant-gagnant, leitmotivs des politiques africaines de deux pays engagés pour le développement de l'Afrique 

Le Maroc et la Chine, liés par des relations historiques qui ne cessent de se renforcer au fil des années, sont pleinement engagés dans le renforcement de la coopération Sud-Sud et des partenariats gagnant-gagnant, leitmotivs des politiques africaines des deux pays, qui oeuvrent inlassablement pour le développement de l'Afrique. Pleinement attachés et engagés pour le développement de l'Afrique et le renforcement de relations bilatérales et multilatérales basées sur l’égalité de traitement et les principes d’avantages réciproques et de développement commun, les deux pays ne peuvent qu’être fiers des étapes parcourues sur la voie du renforcement de la coopération Sud-Sud, des résultats tangibles obtenus et des objectifs atteints.

Le Maroc et la Chine sont conscients que l’Afrique mérite, aujourd’hui, des partenariats de coopération équitables, plus qu’elle n’a pas besoin de relations déséquilibrées assorties d’un soutien conditionnel.

Cette réalité trouve son illustration dans l’évolution et la diversification des partenariats qui unissent le Maroc à plusieurs pays africains et qui portent sur le développement humain et divers domaines sociaux, économiques et religieux ...etc. 

Depuis son intronisation, SM le Roi Mohammed VI accorde une attention particulière à l'Afrique, continent qui constitue le prolongement naturel et géostratégique du Maroc du point de vue politique, économique et spirituel.

A la faveur de cet engagement infaillible du Souverain et l’intérêt qu’Il accorde à l’Afrique, le Maroc a établi un grand nombre de partenariats avec plusieurs pays africains rendant ainsi plus crédible le concept de coopération Sud-Sud.

C’est ainsi que le Royaume est devenu le premier investisseur africain en Afrique de l’Ouest et le deuxième à l’échelle de tout le Continent.

Pour ce qui est du niveau de la coopération entre la Chine et l'Afrique, il a connu une amélioration continue depuis l’établissement, il y a une quinzaine d’années, d’un cadre de coopération devenu aujourd'hui un outil efficace pour les deux parties. 

En 2015, les échanges commerciaux entre les deux parties ont atteint 300 milliards de dollars contre 220 milliards dollars us en 2014.

Les convergences entre la politique africaine du Maroc et celle de la Chine se reflètent aussi dans les discours de SM le Roi Mohammed VI et du Président chinois Xi Jinping aux participants au Sommet du Forum de Coopération sino-africain (FOCAC), tenu les 4 et 5 décembre 2015 à Johannesburg en Afrique du sud.

SM le Roi avait réaffirmé dans son discours que le Maroc prend soin d’accorder une importance particulière à la mise en place de projets de coopération concrets et structurants avec les pays africains frères, dans le cadre d’une politique de proximité mettant l’Homme au cœur de ses priorités.

"Preuve en est le nombre croissant des partenariats de développement humain qui nous lient, en particulier dans les domaines de la santé, de l’habitat social, de l’accès à l’eau potable et à l’électricité ou encore celui de la sécurité alimentaire", avait dit le Souverain, ajoutant que "les projets de coopération concernent également les secteurs productifs, générateurs de croissance et d’emplois dans l’agriculture, l’industrie et l’infrastructure. Ils couvrent aussi les services, notamment la banque, les assurances et les télécommunications".

SM le Roi avait également précisé qu’au-delà de ces partenariats bilatéraux, le Maroc continuera à partager son expérience accumulée et son savoir-faire consolidé, afin d’asseoir une coopération triangulaire riche et diversifiée, fondée sur un véritable partenariat ''gagnant-gagnant'' avec la Chine.

Le Souverain avait noté, par ailleurs, que le FOCAC possède à son actif quinze années de coopération fructueuse et de partenariat stratégique réussi et qu’il est suffisamment mature pour passer à une étape plus avancée et plus approfondie, en phase avec les changements et les défis notoires que connait le monde actuellement.

De son côté, le Chef d’Etat chinois avait indiqué que le renforcement continu et la vitalité sans cesse renouvelée de l'amitié sino-africaine tiennent au fond à l'attachement constant des deux parties aux principes de l'égalité, de la sincérité, de l'amitié, de la coopération gagnant-gagnant et du développement partagé.

Le Président Xi Jinping avait affirmé la volonté de la Chine de rester fidèle au principe dit de "sincérité, pragmatisme, amitié et franchise" à l'égard de l'Afrique et à la juste conception de la justice et des intérêts et de travailler la main dans la main avec les amis africains pour ouvrir une nouvelle ère de la coopération gagnant-gagnant et du développement commun.

Il avait proposé, à cette occasion, d'élever le partenariat stratégique sino-africain de type nouveau au niveau de partenariat de coopération stratégique global et de renforcer et consolider les "cinq piliers" qui sont : l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique, les échanges et l'inspiration mutuelle sur le plan culturel, la solidarité et l'assistance mutuelle sur le plan sécuritaire, et la coopération et la coordination dans les affaires internationales.

Il convient de rappeler dans ce contexte la tenue en avril dernier à Rabat du Premier Forum d'amitié Maroc-Chine qui a plaidé en faveur du renforcement du partenariat stratégique et de la consolidation de la coopération Sud-Sud.

Selon le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, ce forum, le premier du genre, reflète la volonté de la société civile de traduire les orientations de SM le Roi Mohammed VI contenues dans le discours adressé au 15ème Forum sur la coopération sino-africaine à Johannesburg qui a permis d’illustrer l'orientation de la Chine à bâtir un partenariat solide dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

Les relations entre le Maroc et la Chine ont connu une dynamique qualitative lors des dernières années à la faveur d'un partenariat d'exception et global couvrant tous les domaines ou encore les relations de fraternité et d'amitié distinguée unissant les deux Chefs d'Etat, SM le Roi Mohammed VI et le président chinois Xi Jinping.

Maroc/Chine : De la coopération bilatérale au partenariat stratégique

Le Maroc et la Chine ont dépassé le simple cadre de la coopération bilatérale pour s'engager dans un partenariat stratégique, qui est de nature, dans son volet économique, à donner une forte impulsion à leurs échanges économiques et commerciaux et à favoriser des investissements de part et d’autre. 

Ainsi, le Maroc cherche à travers le renforcement de ses relations avec la Chine, à diversifier ses partenaires économiques, en jouant la carte de sa situation géographique stratégique, aux portes de l’Europe et de l’Afrique subsaharienne francophone, mais aussi d’autres grandes zones économiques, à travers les multiples accords de libre-échange signés par le Royaume. 

Ce partenariat stratégique qui sera lancé lors de la visite officielle qu'entamera, à partir de mercredi, SM le Roi Mohammed VI en République populaire de Chine, ne manquera pas de contribuer à réduire le déficit commercial qui marque les échanges entre le Maroc et la Chine, une puissance économique très agressive sur le plan commercial.

Selon des chiffres de l’Office des Changes, la balance commerciale entre le Maroc et la Chine s'est affichée déficitaire à fin septembre 2015 au détriment du Royaume du Maroc, avec un solde commercial estimé à 20,88 milliards de dirhams (MMDH).

Les exportations du Maroc vers la Chine sont estimées à 1,71 MMDH, alors que ses importations de géant asiatique se sont chiffrées à 22,59 MMDH à fin septembre 2015.

Les appareils d’émission et de transmission viennent en tête des importations marocaines en provenance de la Chine avec plus de 2,10 MMDH, suivis du thé et assimilés (1,41 MMDH) et des tissus (1,32 MMDH).

En revanche, le Maroc exporte vers l'Empire du milieu principalement des minerais de plomb, de zinc et de cuivre (1,24 MMDH), des produits azotés et engrais (348,09 MDH) et des poissons congelés et surgelés (166,62 MDH). 

Ainsi, les relations commerciales maroco-chinoises ont connu, durant les cinq dernières années, une dynamique accélérée, permettant à la Chine de devenir le 3-ème partenaire commercial du Royaume, après l’Union européenne et les Etats-Unis. 

Les banques ont été les premières à se rapprocher du géant asiatique, principalement pour accompagner les exportations de l’Office chérifien des phosphates (OCP) et mieux faire connaître l’économie du Royaume. Cependant, les entreprises chinoises sont encore peu nombreuses au Maroc. 

Dans le secteur de l’automobile, Dongfeng, deuxième constructeur chinois, a annoncé son implantation au Maroc, dans le cadre d’un partenariat avec le français PSA, sur son site de Kenitra (Nord).

Riad Motors Holding, entreprise marocaine spécialisée dans l’assemblage de camions importés de Chine, travaille déjà pour des marques chinoises telles que BAW, Sinotruk et Zhongtong Bus.

Dans les télécoms, Huawei, implanté dans le Royaume depuis 2006, a ouvert en juin un deuxième bureau à Casablanca, où Lenovo a également une représentation régionale. 

Les Chinois ont, par ailleurs, réalisé d’importants investissements dans de grands projets d’infrastructures, comme celui de la future centrale à charbon de Jerada (Nord-Est, 300 MW), dont le financement de 360 millions de dollars est en partie assuré par China Exim Bank.

De son côté, China Overseas Engineering Group (Covec) a construit le pont à haubans sur le Bouregreg, à Rabat, qui permet d’assurer la liaison avec l’autoroute de contournement de la Capitale. 

A défaut de combler le trou dans les échanges commerciaux avec la Chine, le Maroc peut se positionner en tant que plateforme de destination des investissements directs chinois en Afrique. 

Le développement de Casablanca Finance City et le positionnement des entreprises marocaines sur le continent peuvent jouer un rôle important dans ce cadre. 

Si le partenariat stratégique est conçu autour d’un pilier économique, la dimension politique et diplomatique n’est pas pour autant oubliée.

Il s’agira ici d’apprécier dans quelle mesure la coopération sino-marocaine peut évoluer dans le sens d’un intérêt mutuel entre les deux parties, tout en portant un regard critique sur leurs forces et faiblesses respectives.

Le Maroc a un important rôle à jouer en tant que passerelle entre la Chine et l'Europe d'un côté et l'Afrique de l'autre 

Le Maroc a un important rôle à jouer en tant que passerelle entre la Chine et l'Europe d'un côté et l'Afrique de l'autre, a affirmé le président de l'association d’amitié et d’échange maroco-chinoise (AAEMC), Mohamed Khalil.

Dans un entretien à la MAP, M. Khalil a souligné que le Royaume est appelé à tirer parti des atouts stratégiques dont il dispose, à savoir sa proximité avec l’Europe, ses relations "exceptionnelles" avec les pays de l’Afrique et la stabilité dont il jouit à l’échelle régionale, afin de renforcer davantage ses relations avec la Chine dans les différents domaines.

Mettant en avant les perspectives de la coopération bilatérale, le président de l’AAEMC a jeté la lumière sur les opportunités prometteuses qu’offre le marché touristique chinois (1,3 milliard d’habitants dont 109 millions ont voyagé à l’étranger en 2015), soulignant la nécessité de promouvoir la destination Maroc et de faire connaître ses atouts et ses potentialités auprès des Chinois.

M. Khalil a, par ailleurs, appelé à créer des conditions favorables aux investissements chinois au Maroc et à déployer davantage d’efforts pour développer la coopération entre les deux pays, laquelle n’a pas encore atteint, selon lui, un degré de "maturité".

Il a, de même, déploré que les échanges commerciaux entre les deux pays demeurent "fortement déséquilibrés" en faveur de l’Empire du milieu.

Concernant le rôle de la diplomatie parallèle dans le développement des relations maroco-chinoises, M. Khalil a souligné qu’elle vient en complément des efforts fournis par la diplomatie officielle.

Dans ce sens, l’association d’amitié et d’échange maroco-chinoise œuvre pour le renforcement de la coopération entre les deux pays et le rapprochement des deux peuples dans différents domaines et secteurs, et ce en étroite collaboration avec l'Association du peuple chinois pour l'amitié avec les pays étrangers (CPAFFC), a-t-il indiqué.

"C’est à ce titre que n’avons reçu, en février dernier au Caire, des mains du Président chinois Xi Jinping, le Grand Prix de contribution à l’amitié Sino-Arabe", a-t-il fait savoir.

L’association s’assigne également pour missions d’attirer les investisseurs et touristes Chinois et contribuer au développement des exportations marocaines vers le marché chinois, a-t-il ajouté.

S’agissant des différentes initiatives mises en place récemment par l’AAEMC, M. Khalil a cité le premier Forum d’Amitié maroco-chinoise organisé les 22 et 23 avril derniers, relevant qu’il a été l’occasion de promouvoir l’attractivité du Maroc auprès des décideurs et investisseurs chinois.

Ce forum, qui a connu la participation d’une importante délégation chinoise composée essentiellement de responsables de régions, de maires de villes et d'hommes d'affaires chinois, a été marqué, par le lancement de la filière "langue et littérature chinoises" à la Faculté des lettres d'Ain Chock, l'annonce de la création de l'observatoire de la route de la soie des études maroco-chinoises, ainsi que par la signature d'une convention de partenariat entre l'association d'amitié et d'échange maroco-chinoise, l'Institut Confucius de Casablanca et la faculté des lettres et des sciences humaines d'Ain Chock.

Pour ce qui est des activités de l’association en 2015, M. Khalil a évoqué un voyage d’affaire au profit d’une trentaine d’hommes d’affaires et responsables politiques chinois au Maroc, en vue de promouvoir les relations commerciales et de booster les investissements dans un esprit d’entente mutuelle, ainsi que la participation du Maroc, au congrès annuel de l’association d’amitié du peuple de Ningxia et au premier salon des produits Halal à Shanghai.

Il a, par ailleurs, rappelé la signature d’un protocole d’accord avec la zone Offshore de la ville de Linyi (Chine), abritant environ 101 régions des différents produits chinois, relevant que cet accord permettra aux investisseurs marocains d’exposer et de commercialiser leurs produits à travers toute la Chine.

Créée en 2012 à l'initiative de plusieurs compétences et cadres marocains dont des lauréats d'universités chinoises, l’association d’amitié et d’échange maroco-chinoise aspire à contribuer à poser de nouveaux jalons dans les relations entre les deux pays qui datent de 1958 et qui n'ont eu cesse de se renforcer et de se consolider dans divers domaines.

(MAP-10/05/2016)

La visite de SM le Roi en Chine augure d'une nouvelle ère de coopération entre Rabat et Pékin

La visite officielle que SM le Roi Mohammed VI effectuera à partir de mercredi en Chine augure d'une nouvelle ère dans les relations de coopération entre Rabat et Pékin et permettra indubitablement de consolider le partenariat que les deux pays veulent stratégique, approfondi et exemplaire, a affirmé l’ambassadeur de Chine au Maroc, Sun Shuzhong. 

"Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Maroc en 1958, les deux pays ont toujours entretenu de bonnes relations de coopération et d'amitié", a souligné le diplomate, chinois dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion de la visite royale en Chine. 

"Nous allons inaugurer une nouvelle ère de coopération plus concrète et pragmatique, non seulement dans le domaine politique, mais couvrant également les volets économique et de développement", a-t-il assuré, ajoutant que la confiance mutuelle qui marque les relations entre Pékin et Rabat constitue "la pierre angulaire de l'amitié entre nos deux peuples et nos deux pays" qui se considèrent "amis, frères et partenaires". 

L’ambassadeur chinois a, dans ce sens, appelé au renforcement de la coopération entre les deux pays qui, a-t-il rappelé, "partagent une longue histoire d'amitié", et à l'appréhension, de part et d'autre, de leurs spécificités.

"La compréhension mutuelle est un préalable indispensable pour mobiliser tous les facteurs de coopération: investissements, échanges ou encore transfert de technologie…", a-t-il fait savoir.

En outre, M. Sun a plaidé pour la promotion des échanges culturels entre les deux pays qui "partagent une histoire millénaire bien ancrée", notamment parmi les jeunes, précisant, à cet effet, que le gouvernement de son pays a créé deux Instituts "Confucius" au Maroc, alors qu’un Centre chinois est en cours de réalisation dans le Royaume. La Chine avait également envoyé sa première mission médicale au Maroc en 1975 et plus de 1.500 volontaires médicaux ont travaillé dans le Royaume, a-t-il ajouté. 

Le diplomate chinois a, de même, relevé que son pays a déjà entrepris des mesures pour la promotion de l’échange universitaire et culturel avec le Maroc, notamment à travers l'octroi annuellement de bourses à des dizaines d'étudiants marocains, notant que la Chine "cherche toujours à renforcer davantage ces échanges". 

Évoquant les relations économiques, M. Sun a rappelé qu’en 2015, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint 3,43 milliards de dollars US, soit une légère baisse de 1,7 pc par rapport à l’année précédente. 

La Chine a, ainsi, exporté des marchandises d’une valeur de 2,9 milliards de dollars vers le Maroc et en a importé 530 millions de dollars. Les exportations chinoises vers le Royaume consistent essentiellement en des produits de textile, des appareils électroménagers, des équipements industriels, du thé et des articles d’usage courant, tandis que les engrais phosphatés et les produits de mer s’accaparent la part du lion des exportations marocaines vers l’Empire du milieu.

Concernant le solde commercial largement en faveur de la Chine, il a estimé qu’"on ne peut rester otage d’une mentalité classique focalisée sur la balance commerciale, mais l'on doit également se concentrer sur la balance de paiement, tout en y incorporant trois facteurs clés, à savoir les services, le tourisme et les investissements". 

Dans ce sens, il a appelé les professionnels du tourisme au Maroc à tirer profit des opportunités offertes par le marché touristique chinois, ainsi que par le potentiel de ce marché gigantesque, sachant que les Chinois sont parmi les touristes qui dépensent le plus lors de leurs séjours à l’étranger. 

A propos des investissements chinois au Maroc, il a relevé qu’ils couvrent, entre autres, la pêche, la transformation plastique, l’assemblage de motos et les minéraux, expliquant que 28 entreprises chinoises sont implantées dans le Royaume et emploient une main-d’œuvre constituée de près de 1.100 ressortissants chinois et de 3.000 Marocains. 

Il a également fait état le secteur de l’énergie, notamment renouvelable, parmi les grands projets de coopération entre le Maroc et la Chine.

D'autre part, M. Sun a affirmé que le Maroc occupe une position géographique importante et stratégique qui le place en tant que passerelle entre l’Afrique, l’Europe et les pays arabes, ce qui lui confère un statut très spécial. 

Dans cette perspective, "nous pouvons travailler ensemble pour conquérir le marché africain, mais également s’imposer économiquement en Europe", a-t-il signalé, appelant à développer une relation de coopération "ouverte à l'ensemble des partenaires".

L’Empire du Milieu à portée de main

Cette distance est parcourue en 14 heures de vol. Mais les deux capitales ont décidé de la raccourcir en scellant un partenariat stratégique de haute portée, à la faveur d’une diplomatie royale proactive et de la vision que se fait la Chine du monde, devenue aujourd’hui une puissance économique mondiale.

La Chine voit grand. Le Maroc aussi. Conscient de la nécessité de multiplier les partenaires et de diversifier ses marchés, le Royaume, en passe de devenir lui aussi une puissance en Afrique, n’entend plus compter que sur ses alliés dits «traditionnels». Après la Russie et les pays du Golfe, il décide aujourd’hui de frapper à la grande porte. Celle d’un pays prospère, déjà partenaire du Royaume dans plusieurs domaines, dépositaire d’une civilisation multimillénaire avec un peuple généreux qui force l’estime et l’admiration.

La visite qu’effectuera SM le Roi Mohammed VI à Pékin à partir de mercredi 11 mai, procède ainsi d’une nouvelle vision stratégique qui sous-tend désormais la politique internationale du Maroc, conçue, réfléchie et mise en œuvre par le Souverain et dont les contours ont été affirmés dans le discours royal devant les dirigeants des pays du Golfe à l’occasion du premier Sommet Maroc-CCG.

''Tout en restant attaché à la préservation de ses relations stratégiques, le Maroc n’en cherche pas moins, ces derniers mois, à diversifier ses partenariats, tant au niveau géopolitique qu’au plan économique. Et c’est dans ce cadre que s’inscrit Notre visite réussie en Russie, le mois dernier, visite marquée par le développement de nos relations hissées au niveau de partenariat stratégique approfondi et par la signature d’accords structurants dans de nombreux domaines vitaux'', avait souligné le Souverain.

SM le Roi avait également annoncé, dans ce discours historique, le lancement de nouvelles alliances stratégiques avec la Chine et l’Inde. Deux géants du continent asiatique.

''Nous nous acheminons également vers le lancement de partenariats stratégiques avec l’Inde et la République Populaire de Chine, où Nous nous rendrons en visite officielle bientôt, si Dieu le veut'', avait affirmé SM le Roi, notant que ''le Maroc est libre dans ses décisions et ses choix et n’est la chasse gardée d’aucun pays''.

Pour le géopolitologue français Charles Saint-Prot, Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris, le choix du partenaire chinois procède de la nouvelle politique internationale du Royaume sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI.

''SM le Roi a pris la mesure des évolutions géopolitiques du monde actuel qui est désormais plus multipolaire. Dès lors, il veille à ce que le Maroc s’adapte pour préserver ses intérêts nationaux. C’est ainsi que le Maroc développe une diplomatie tous azimuts'', a fait remarquer le professeur Saint Prot.

Tenant compte des changements internationaux et aussi des ambiguïtés de certains partenaires anciens, explique-t-il, le Maroc développe une subtile diplomatie plus diversifiée et plus équilibrée.

La visite annoncée du Souverain en Chine témoigne du ''dynamisme d’un jeu marocain qui sait s’adapter, veille à avoir plusieurs fers au feu et sait conserver un coup d’avance pour ne dépendre de personne. Cela s’appelle une politique d’indépendance nationale dans une ligne digne et hardie'', a estimé l’expert français.

La Chine est en effet une puissance responsable dont le jeu est plutôt clair. Sur le plan diplomatique, faut-il le rappeler, Pékin a adopté une position positive à l’égard du Maroc lors du vote de la résolution du 29 avril dernier à l’ONU. Ce pays refusant l’aventurisme et tout ce qui a trait à la déstabilisation, comme par exemple le polisario que les Chinois n’ont pas hésité à écarter des travaux du 2ème Sommet Afrique-Chine en décembre 2015 en Afrique du Sud. Cette mise à l’écart du mouvement séparatiste d’une aussi importante rencontre internationale était intervenue quelques semaines après une précédente éviction, au grand dam d’Alger, de la liste des participants au 3ème Sommet Inde-Afrique, tenu en octobre à New Delhi.

L’Afrique est le nouvel Eldorado des Chinois. Ils proposent pour ce continent une coopération win-win sans arrières pensées, ni passif colonialiste. Pour les dirigeants de Pékin, l’Afrique est plutôt un continent à développer et non pas à conquérir ou à exploiter. Ils y implantent d’ailleurs des investissements colossaux et d'ici à 2020, Pékin va porter ses échanges commerciaux avec l'Afrique à 400 milliards de dollars et les investissements directs dans ce continent à 100 milliards de dollars.

Sur le plan économique, la Chine propose un accord de libre-échange au Maroc. Elle considère le Royaume comme une porte d’entrée vers l’Afrique et le pays du sud le plus proche de l’Europe. D’ailleurs, l'équipementier chinois en télécommunications Huawei installera son nouveau siège pour la région Afrique francophone à Casablanca.

Le Maroc se place donc comme un acteur incontournable d’une coopération triangulaire entre la Chine et ses partenaires africains.

La stabilité du Royaume et le modèle de développement singulier bâti sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI et qui s’appuie sur la promotion des grands chantiers comme celui de la station solaire Noor, le complexe portuaire Tanger-Med, le port de Nador-West Med et celui du grand port Dakhla Atlantique, ainsi que le train à grande vitesse et la liaison ferroviaire s’étendant de Tanger à Lagouira en vue de relier le Maroc au reste des pays africains, sont des atouts qui confortent la position du Royaume en tant que hub de développement de ce modèle de coopération. La Chine constitue aussi un grand marché à explorer pour l’exportation des produits marocains.

Les phosphates, les agrumes, les tomates et le poisson sont des produits à haute valeur ajoutée qui permettraient au Maroc d’avoir un positionnement privilégié sur le marché chinois.

Aussi, le Maroc tentera-t-il un benchmark fructueux avec le modèle chinois dans les domaines des technologies, de l’industrie, des infrastructures et de la recherche scientifique.

Outre son poids économique dans le monde, la Chine pèse par sa puissance militaire, la solidité de ses institutions et la force de ses convictions politiques. Elle est membre permanent du Conseil de sécurité et un négociateur redoutable sur la scène internationale. Là encore, le Maroc peut compter sur elle pour l’épauler dans ses défis de développement et le soutenir dans la défense de ses intérêts nationaux stratégiques.

Maroc-Chine : Vers un partenariat renforcé au service des peuples africains

Les relations économiques entre le Royaume du Maroc et la République Populaire de Chine sont promises à un bel avenir et peuvent se développer davantage grâce à la complémentarité de leurs ressources et potentialités et à la volonté des dirigeants des deux pays de mettre la coopération sino-marocaine au service des peuples africains.

Puissance économique mondiale, la Chine, où SM le Roi Mohammed VI se rendra à partir de mercredi prochain en visite officielle, continue sur sa lancée de développement et d’innovation, réussissant l’exploit de maintenir, année après année, un taux de croissance à deux chiffres. Seulement pour maintenir sa supériorité économique, la Chine, qui a de plus en plus besoin de matières premières, se trouve dans l’obligation de diversifier ses partenariats, de s’ouvrir sur de nouveaux marchés (Afrique francophone), et de ne plus limiter sa présence aux marchés dits "traditionnels" (Afrique anglophone). Les dirigeants chinois assurent, dans ce sens, que la Chine et l'Afrique partagent le même destin et que l'Empire du milieu vient en Afrique non pas comme "une puissance conquérante", mais plutôt comme un partenaire de développement et de progrès.

La Chine s’engage, ainsi, sur la base d’une coopération gagnant-gagnant et sans condition, à accompagner les pays partenaires d’Afrique dans leurs efforts de développement en leur fournissant la technologie, les compétences et l’expertise nécessaires dans des domaines aussi variés que les infrastructures, l’électricité, les télécommunications, et les technologies de l’information. La Chine, numéro 1 mondial sur sept des 22 secteurs industriels, exprime également sa volonté d’accompagner ces pays dans la réalisation de leurs stratégies d’industrialisation. Dans ce contexte, le Maroc, qui entretient des relations privilégiées avec la République populaire de Chine et qui partage avec ce pays une même vision envers l’Afrique fondée sur les valeurs d’amitié sincère, de solidarité agissante, de coopération mutuellement bénéfique, de développement partagé, et de partenariat équilibré, est en mesure de constituer un acteur clé du partenariat triangulaire Chine-Maroc-Afrique.

La stabilité politique du Royaume, son système juridique attrayant, ses ressources humaines qualifiées, sa position géographique stratégique entre l’Afrique, l’Europe, les Amériques et le Proche-Orient, ses solides relations politiques et économiques avec nombre de pays africains, le partenariat Sud-Sud prôné par le Souverain, ainsi que la présence dans le continent d'un important réseau d'institutions financières et bancaires marocaines, sont autant d'éléments qui concourent également au succès de cette coopération trilatérale.

De même, le développement de cette coopération est tributaire du raffermissement des relations économiques bilatérales et du rééquilibrage de la balance commerciale entre les deux pays. Ainsi, les échanges commerciaux entre le Maroc et le géant asiatique ont atteint en 2012 un niveau record de 3,69 milliards de dollars US, soit une hausse de 4,8 pc par rapport à 2011. La Chine a exporté 3,13 milliards de dollars de biens vers le Maroc durant cette période, marquant une augmentation de 29 pc, en glissement annuel, alors que les importations chinoises du Maroc ont atteint 558 millions de dollars (+17 pc). Les exportations chinoises vers le Maroc portent notamment sur des produits de textile, des appareils électro-ménagers, des équipements industriels et du thé, tandis que les engrais phosphatés et les produits de mer sont les principaux produits marocains exportés vers la Chine.

Le volume des investissements chinois au Maroc augmente sans cesse. La croissance de l'économie chinoise et le renforcement du potentiel de ses entreprises créent des conditions favorables aux investissements à l'étranger. Encouragés par le gouvernement chinois, ces investissements au Maroc couvrent entre autres la pêche, l'industrie de transformation, les télécommunications.

L'Empire du milieu constitue également un gigantesque marché à explorer. Le Maroc a tout intérêt à investir ce grand marché aux perspectives fortement prometteuses, notamment dans les domaines du tourisme et de l’agroalimentaire.

Le développement du transport entre les deux pays constitue l'autre élément clé dans la promotion non seulement des flux touristiques à destination du Royaume, mais également des échanges économiques et commerciaux. Le marché chinois, toujours en quête de nouveaux produits, est ouvert aux hommes d'affaires marocains qui sont appelés, plus que jamais, à accélérer le rythme de leurs exportations, à diversifier leur production et à participer activement à la réussite du partenariat triangulaire Chine-Maroc-Afrique, érigé désormais en choix stratégique.

Maroc-Chine : Un choix stratégique qui se confirme

Le choix stratégique, opéré par le Maroc pour diversifier ses partenariats, se confirme une nouvelle fois à travers la visite officielle qu’effectuera Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, à partir de mercredi en République Populaire de Chine, et qui donnera, sans nul doute, une nouvelle dimension aux relations historiques et d’exception qui lient Rabat et Pékin. En effet, cette visite permettra de raffermir les relations politiques entre les deux pays fondées sur les principes d’amitié, de compréhension et de solidarité, ainsi que sur une volonté partagée de diversifier les champs de coopération bilatérale, dans une perspective porteuse de synergie et mutuellement bénéfique.

Cette coopération sino-marocaine n’a eu de cesse de gagner en vigueur et en profondeur au fil des années, notamment après la visite historique de SM le Roi Mohammed VI en Chine, en février 2002, et celle du Président Chinois, SEM Hu Jintao au Maroc, en avril 2006.

Ces visites ont ouvert la voie à un intense échange de visites de délégations appartenant aux organes exécutif et législatif, aux secteurs privé et académique, à l’administration locale et à la société civile, et permis ainsi de consolider le cadre juridique régissant les relations entre le Maroc et la Chine qui couvrent des secteurs divers et variés tels que les finances, la santé, l’agriculture, le tourisme, le sport, la pêche, le transport, les travaux publics, et les mines. De même, l’institutionnalisation des consultations politiques de haut niveau a favorisé les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays, sur la base du respect mutuel, des principes de non-ingérence dans les affaires intérieures et de règlement pacifique des différends, de la coordination et du soutien réciproque au niveau des différents fora (forum de coopération sino-arabe, Forum sur la coopération sino-africaine) et organisations internationales.

Parallèlement à la coopération politique, Rabat et Pékin ont développé une forte coopération scientifique et décentralisée. Ainsi, sur le plan de la coopération scientifique, technique et culturelle, les gouvernements ont mis en place des programmes d'échange et de bourses au profit des étudiants chinois et marocains.

La Chine organise également un programme annuel de formation au profit des cadres marocains, l’objectif étant de faire bénéficier les compétences marocaines de l’expertise acquise par les Chinois dans divers secteurs.

A noter qu’afin d’encourager le développement de l’enseignement de la langue et de la culture chinoises au Maroc, deux antennes de l’Institut Confucius ont vu le jour dans deux universités marocaines : la première à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines à l’université Mohammed V à Rabat, le 4 décembre 2009, et la deuxième à l’université Hassan II de Casablanca, le 1er octobre 2012.

La coopération bilatérale décentralisée connaît aussi un essor sans précédent ces dernières années, suite à la conclusion d’importants accords de jumelage entre des villes marocaines et chinoises, notamment Casablanca-Shanghai, Tanger-Qingdao, Mohammedia-Jiangyin, Fès-Wuxi, Chefchaouen-Qongming et Agadir-Hangzhou.

Dans le domaine de la santé, huit équipes médicales chinoises, composées de 79 cadres, opèrent au Maroc.

La visite officielle qu’entreprendra SM le Roi Mohammed VI en République populaire de Chine devra également participer à la promotion de la coopération triangulaire Chine-Maroc-Afrique, d'autant plus que le Royaume dispose désormais d'une expérience avant-gardiste en Afrique, traduite par les projets de développement et les conventions conclues lors des récentes visites du Souverain dans plusieurs pays africains amis.

Cette visite offrira ainsi au Maroc l’occasion de diversifier ses partenariats, de consolider son positionnement sur l’échiquier régional et international, et de créer un modèle de coopération Sud-Sud efficace, solidaire et multidimensionnel, fondé sur un partenariat gagnant-gagnant et une exploitation judicieuse et optimale des potentialités et des richesses.

(MAP-09/05/2016)