19 °C Partly cloudy Rabat

Actualités
Vendredi 30 Mai 2014

Visite officielle de SM le Roi en Tunisie

Synthèse vocale
Visite officielle de SM le Roi en Tunisie

Président du parti "Nidae Tounes" : la visite Royale en Tunisie, une initiative que le peuple tunisien apprécie à sa juste valeur

La visite officielle qu'effectue Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie représente une initiative sans précédent que le peuple tunisien apprécie à sa juste valeur , a affirmé dimanche M. Beji caid Sebssi, président du parti "Nidae Tounes".

Dans une déclaration à la presse, M. Sebssi s'est dit "honoré" de l'audience que lui avait accordée le Souverain dans la journée au siège de Sa résidence à Tunis.

Il a souligné avoir perçu chez le Souverain une grande estime pour la Tunisie et pour le peuple tunisien, tout en exprimant sa fierté du soutien constant qu'accorde Sa Majesté le Roi à son pays.

Ce soutien nous rassure et nous encourage à aller de l'avant , a poursuivi M. Sebbsi.

Le Maroc dément catégoriquement l'information relayée par une certaine presse malintentionnée sur un prétendu différend entre SM le Roi et le Président tunisien

Le Royaume du Maroc dément catégoriquement l'information relayée par une certaine presse malintentionnée sur un prétendu différend entre SM le Roi et le Président tunisien, indique un communiqué du cabinet royal.

En voici le texte intégral :

L'information absurde et dénuée de tout fondement, relayée par une certaine presse malintentionnée, sur un prétendu différend entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, et le Président tunisien Son Excellence Monsieur Moncef Marzouki, est catégoriquement démentie par le Royaume du Maroc.

Les auteurs de cette aberration ont volontairement ignoré que le protocole de la République tunisienne, à l'image de nombre de pays, ne prévoit pas la présence du président de la République au sein de l'Assemblée en pareille occasion, aberration qui a d'ailleurs été formellement démentie par la Présidence tunisienne.

Tout en saisissant pleinement le fait que les ennemis du rapprochement entre les peuples et adversaires de l'édification maghrébine soient particulièrement affectés par la réussite de la présente visite et l'excellence des relations maroco-tunisiennes, le Royaume du Maroc ne peut que déplorer que ces parties en arrivent à de telles bassesses .

SM le Roi reçoit à Tunis Mme Oum Al Kheir Hached et son fils Noureddine Hached, président de la Fondation Farhat Hached

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a reçu, dimanche au siège de Sa résidence à Tunis, Mme Oum Al Kheir Hached, veuve de Farhat Hached et son fils M. Noureddine Hached, président de la Fondation Farhat Hached, qui s'intéresse aux études et recherches historiques.

Cette audience a été l'occasion de se remémorer les liens fraternels qui existaient entre feu Farhat Hached et le Maroc ainsi que les figures du Mouvement national marocain, à leur tête feu SM le Roi Mohammed V, que Dieu l'entoure de sa sainte miséricorde, précise le communiqué.

L'assassinat de cette grande figure de la résistance maghrébine en 1952 avait provoqué une vague de protestations et d'événements sanglants à Casablanca.

SM le Roi reçoit à Tunis M. Beji caid Sebssi, président du parti "Nidae Tounes"

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a reçu, dimanche au siège de Sa résidence à Tunis, M. Beji caid Sebssi, président du parti "Nidae Tounes", annonce un communiqué du Cabinet royal.

L'audience a été l'occasion d'aborder les mutations que connait la Tunisie sur la voie de la consolidation de l'Etat de droit et des institutions, particulièrement l'adhésion de toutes les composantes du peuple tunisien au parachèvement de la transition démocratique dans le cadre de l'unité nationale, du développement et de la stabilité, précise le communiqué.

L'audience a été aussi l'occasion de saluer la dynamique que connaissent les relations de fraternité, de solidarité et de coopération liant les deux pays, ainsi que leur souci de les ériger en un partenariat fructueux dans différents domaines au service des intérêts suprêmes des deux peuples frères et de l'ensemble des peuples maghrébins, ajoute la même source.

M. Beji caid Sebssi a assumé, au cours de son parcours politiques, plusieurs hautes fonctions: Premier ministre, président de la Chambre des représentants, en plus d'autres missions gouvernementales et diplomatiques.

Presse tunisienne : le Maroc servira de "tête de pont en Afrique pour les investissements tunisiens

Le Maroc servira de "tête de pont" en Afrique pour les investissements tunisiens, a estimé dimanche la presse tunisienne, qui voit en la visite officielle qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans ce pays un engagement royal pour le renforcement des relations entre les deux pays et la promotion de l'intégration dans la région maghrébine.

"Le Maroc servira de tete de pont en Afrique pour les investissements tunisiens", relève le journal indépendant "Le Temps", qui commentait le discours royal prononcé samedi par Sa Majesté le Roi devant l'Assemblée nationale constituante de Tunisie.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a tenu, hier, à le rappeler: de tous les pays du Maghreb, c'est la Tunisie qu'il a visitée le plus. Sans doute, cette visite se solde par pas moins de 23 accords de coopération entre les deux pays , estime le quotidien.

Sous le titre plaidoyer pour une coopération stratégique exemplaire , le journal "La Presse de Tunisie" a souligné que le discours de Sa Majesté le Roi a été favorablement accueilli par les responsables tunisiens.

Cité par la publication, l'ex-Premier ministre Ali Laarayedh a salué la teneur du discours royal qui donnera un élan aux relations bilatérales et à l'avenir de l'Union du Maghreb Arabe.

Selon lui, la visite royale sera certainement suivie de pas concrets dans les relations entre les deux pays.

Pour sa part, le ministre chargé de la coordination et des affaires économiques, Nidhal Ouerfelli, a indiqué que le discours royal représente un message positif, car nous avons besoin de pays amis .

De larges opportunités de coopération s'offrent pour le Maroc et la Tunisie, avance le responsable, toujours cité par "La Presse de Tunisie". 

Expert de la BAD : la visite Royale en Tunisie assoit les bases solides d'un partenariat politique et économique de choix entre Rabat et Tunis

La visite officielle qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie assoit les bases solides d'un partenariat politique et économique de choix entre les deux pays, a indiqué Mohamed H'Midouche, président du comité chargé de la revue de la mise en œuvre de la décentralisation au sein de la Banque Africaine de Développement (BAD).

La visite de Sa Majesté vient à point nommé pour réitérer le soutien du Maroc à la transition démocratique en Tunisie et asseoir les bases d'un partenariat politique et économique privilégié entre les deux pays , a déclaré M. H'Midouche.

Outre le renouvellement des liens séculaires de fraternité qui existent entre les deux peuples, le déplacement royal en Tunisie vient ainsi donner une forte impulsion aux relations de coopération économique entre les deux pays, a-t-il dit, ajoutant qu'à la faveur de cette visite royale, les échanges économiques et commerciaux bilatéraux vont connaitre une nouvelle dynamique.

Une fois le cadre juridique mis en place avec la conclusion de plus de 20 accords de coopération touchant à des domaines très diversifiés, il appartient désormais aux opérateurs économiques marocains et tunisiens de créer les synergies nécessaires, le but étant de hisser les relations économiques au niveau des liens politiques exemplaires entre les deux pays frères, ajouté l'expert, qui a également émis le souhait de voir le partenariat maroco-tunisien influencer d'une manière positive le processus d'intégration dans la région maghrébine.

Le responsable de la BAD a, d'autre part, salué la priorité accordée par le Maroc, sous la conduite de Sa Majesté le Roi, à la promotion de la coopération sud-sud, rappelant, dans ce sens, les déplacements du Souverain dans les pays d'Afrique subsaharienne avec lesquels le Royaume est désormais liés par des relations de partenariat privilégié.

M. Mezouar met en avant le caractère historique du discours de SM le Roi devant l'assemblée nationale constituante tunisienne

Le discours prononcé samedi par Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant l'assemblée nationale constituante tunisienne revêt un caractère historique d'autant plus qu'il traduit la vision profonde du Souverain quant aux moyens de promouvoir les relations de coopération entre les deux pays et jeter les bases pour l'intégration maghrébine, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar.

Cette vision Royale est fondée sur la nécessité d'asseoir l'édifice maghrébin sur des bases saines et de mettre en place un partenariat avancé prenant en compte les changements intervenus dans la région et l'impératif de bâtir des groupements régionaux en tant que condition fondamentale pour relever les défis posés, a indiqué M. Mezouar à la presse.

Le discours prononcé par Sa Majesté le Roi devant l'assemblée tunisienne porte de forts signaux pour les peuples et les pays maghrébins, a-t-il ajouté, relevant que l'approche Royale est axée sur la promotion des facteurs qui unissent les pays de la région pour dépasser toute logique révolue et en déphasage avec la réalité de la région, ses défis et ses attentes.

Et M. Mezouar de souligner que la visite qu'effectue Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie vient réaffirmer l'attachement aux relations entre les deux pays et traduit la volonté de hisser ces relations au niveau d'un partenariat avancé.

Le responsable a, d'autre part, mis en valeur le soutien sans équivoque apporté par le Souverain au processus de transition démocratique en Tunisie dans le cadre de l'intégrité territoriale et l'harmonie entre les forces vives tunisiennes afin de construire des institutions démocratiques fondées sur les valeurs de liberté, de justice et de dignité.

Lahcen Haddad : il est temps pour le Maroc et la Tunisie de renforcer leur complémentarité économique

Il est temps pour le Maroc et la Tunisie de renforcer leur complémentarité économique et de mettre en place les jalons de l'intégration économique en Afrique du nord, a indiqué samedi le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad.

"Le moment est venu de voir le Maroc et la Tunisie comme des pays ayant des économies complémentaires" a confié M. Lahcen Haddad, soulignant les deux pays sont déterminés à mettre en place les jalons de l'intégration économique.

Et d'ajouter que le secteur du tourisme peut jouer un rôle important dans ce sens, le Maroc et la Tunisie étant deux destinations fortes, avec une expertise et des infrastructures importantes ainsi que des produits différenciés et distingués.

"Tous les deux, nous pouvons jeter les bases d'une intégration économique fondée sur la complémentarité et s'imposer comme les meneurs pour l'émergence d'un espace ouest méditerranéen dans le cadre du groupe 5+5", a dit le responsable, plaidant en faveur de l'émergence d'un espace de valeur et de création de richesse avec une ouverture des frontières et des espaces favorisant la mobilité d'idées et des personnes.

Les pays de la région sont appelés à travailler ensemble pour la création d'un cercle vertueux de développement économique en Afrique du nord bénéficiant à tous les peuples de la région, a-t-il dit.

Rappelant le partenariat politique de longue date liant le Maroc et la Tunisie, M. Haddad a mis en avant la volonté partagée de Rabat et de Tunis d'asseoir un développement économique important en mettant à contribution le sens d'entreprenariat qui est le leur. 

Expert luxembourgeois : visite royale en Tunisie: le Maroc facteur de stabilité pour toute la région

La visite officielle qu'entreprend SM le Roi Mohammed VI en Tunisie révèle par son timing le positionnement du Maroc comme facteur de stabilité pour toute la région, a estimé samedi le spécialiste luxembourgeois de la zone MENA, Alain Cohen-Krawczyk.

"Le Royaume du Maroc se positionne clairement en facteur de stabilité, après être sorti renforcé du Printemps arabe qui a bouleversé plusieurs pays durant les trois dernières années", a souligné cet expert en analyse géopolitique et fondateur du think tank ACK Consulting.

Le Souverain tient à cœur de donner une nouvelle impulsion à l'axe Rabat-Tunis au moment où la Tunisie tente de sortir de la crise politique et économique consécutive à la révolution de 2011 "dont les répercussions, a-t-il dit, continuent de rejaillir parfois violemment".

En invitant SM le Roi à effectuer sa première visite depuis le départ de l'ancien président Zine El-Abidine Benali, le chef de l'Etat tunisien, fin connaisseur du Maroc, "compte sur le soutien du Royaume pour préserver à la Tunisie un équilibre délicat dans la région", a-t-il expliqué.

L'expert luxembourgeois rappelle que ce déplacement royal plein de symboles a été précédé d'une visite, en février dernier au Maroc, du chef du gouvernement tunisien Mehdi Jomâa, quelques semaines seulement après son investiture à la primature. 

"En plus des impératifs sécuritaires, le rapprochement maroco-tunisien revêt aussi un volet économique de grande importance", relève M. Krawczyk.

Cette dimension éminemment économique, a-t-il affirmé, s'illustre à travers le forum des hommes d'affaires organisé, jeudi à Tunis, à l'initiative des organisations patronales des deux pays, lesquelles ont placé très haut la barre des ambitions exprimées de part et d'autre pour la période à venir.

"Les projets bilatéraux, a précisé l'expert, vont de la suppression des barrières non tarifaires à l'intervention conjointe sur certains marchés d'Afrique du Nord et de l'Afrique de l'ouest, en passant par l'élimination des quotas sectoriels".

(MAP-01/06/2014)

Ministre tunisien des AE : la visite Royale en Tunisie marque un saut qualitatif dans la mise à jour des relations bilatérales

La visite officielle qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie marque un saut qualitatif dans la mise à jour des relations de coopération entre le Maroc et la Tunisie, a déclaré le ministre tunisien des Affaires étrangères, El Mongi Hamdi.

La visite Royale balise le chemin pour hisser les relations maroco-tunisiennes au niveau d'un partenariat stratégique, a dit M. Hamdi suite au discours prononcé samedi par Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant l'Assemblée nationale constituante tunisienne.

Selon le chef de la diplomatie tunisienne, l'accueil chaleureux réservé à SM le Roi Mohammed VI depuis son arrivée en Tunisie témoigne du respect et de l'estime que porte le peuple tunisien pour le Souverain, qui a conduit un processus de réforme courageux ayant permis au Maroc de marquer un bond qualitatif sur la voie du progrès dans tous les domaines politiques et économiques. 

Rached Ghannouchi : la visite Royale en Tunisie, témoin de l'appui du Maroc à la transition tunisienne

La visite officielle qu'effectue actuellement SM le Roi Mohammed VI en Tunisie vient témoigner de l'appui du Maroc à la transition démocratique en cours en Tunisie, a indiqué le chef du parti d'Ennahdha, Rached Ghannouchi.

La visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie intervient au moment où la Tunisie parachève son processus de transition, a déclaré M. Ghannouchi.

"En décidant de se rendre en visite officielle en Tunisie, Sa Majesté le Roi Mohammed VI vient féliciter le peuple tunisien pour les pas franchis et pour réitérer l'appui du Maroc à ce processus", a-t-il dit.

Cette visite vient également redonner confiance quant au projet d'intégration dans la région maghrébine, a-t-il ajouté, soulignant que le séjour Royal en Tunisie vient également donner une nouvelle impulsion aux relations de coopération entre le Maroc et la Tunisie à travers la mise en place d'un cadre juridique actualisé et en phase avec les défis des temps modernes.

Baji Kayed Sabsi : la visite Royale en Tunisie, "un événement exceptionnel à forte charge historique"

La visite officielle qu'effectue actuellement en Tunisie Sa Majesté le Roi Mohammed VI est "un événement exceptionnel à forte charge historique", a déclaré l'ancien Premier ministre tunisien, Baji Kayed Sabsi.

La visite Royale envoie "un message de solidarité, de fraternité et d'estime" à l'adresse du peuple tunisien, a indiqué le leader politique tunisien, qui s'exprimait suite au discours prononcé samedi par Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant l'Assemblée Nationale Constituante tunisienne.

M. Sabsi s'est, d'autre part, dit convaincu que les relations maroco-tunisiennes continueront d'évoluer dans le bon sens dans un cadre marqué du sceau de l'unité et de la solidarité. 

Pt de l'Assemblée constituante tunisienne : la Tunisie veut bénéficier de l'expérience marocaine en matière de justice transitionnelle

Le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC) tunisienne, M. Mustapha Ben Jaafar, a affirmé, samedi, que la Tunisie est déterminée à bénéficier de l'expérience marocaine en matière de justice transitionnelle et de gestion de la chose religieuse.

Dans un mot de bienvenue à l'occasion du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant cette Assemblée, M. Ben Jaafar a souligné les liens de fraternité et de coopération séculaire entre le Maroc et la Tunisie.

Le président de l'Assemblée a ajouté que son pays demeure reconnaissant au Maroc pour son appui et son soutien constants au processus de transition en Tunisie, mettant en avant les valeurs que les deux pays ont en partage, notamment leurs liens de fraternité, leur histoire commune et leur aspiration à construite un avenir meilleur et une Union maghrébine réelle et forte.

La Tunisie observe avec un grand intérêt le processus de réformes engagées par le Royaume du Maroc dans tous les domaines et demeure déterminée à bénéficier de son "expérience riche et avant-gardiste dans le monde arabe, en matière de construction démocratique", a insisté le président de l'ANC

"Le Maroc et la Tunisie ont tissé des rapports solides à travers l'histoire", a dit le président de l'Assemblée, rappelant notamment leur lutte commune contre le colonialisme, et la position solidaire de feu SM Mohammed V avec la Tunisie, ainsi que les manifestations de Casablanca (7 et 8 décembre 1952) pour dénoncer l'assassinat du leader tunisien Farhat Hachad et qui ont été réprimées dans le sang par les forces de la colonisation.

Le président de l'ANC a réitéré la forte détermination de la Tunisie à mettre à profit les relations entre les deux peuples et à traduire dans les faits leurs liens remarquables et ce, à travers la promotion du partenariat économique, afin qu'il soit au diapason des relations historiques entre les deux pays. 

Le président de l'Assemblée a en outre émis l'espoir de voir une mise en oeuvre rapide des accords signés entre les deux pays et que la 18ème session de la haute commission mixte maroco-tunisienne, prévue au deuxième semestre de l'année en cours, puisse enclencher une nouvelle dynamique.

M. Ben jaafar a, par ailleurs, réitéré l'appel de la Tunisie pour la tenue du 7ème sommet de l'UMA à Tunis en Octobre prochain.

Le Président tunisien offre un dîner officiel en l'honneur de Sa Majesté le Roi

Le Président de la République tunisienne, M. Moncef Marzouki, a offert, samedi au palais présidentiel de Carthage à Tunis, un dîner officiel en l'honneur de SM le Roi Mohammed VI, qui était accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid.

A Son arrivée au palais de Carthage, le Souverain a été accueilli par le Chef de l'Etat tunisien.

A cette occasion, Sa Majesté le Roi a décoré le Président tunisien du Wissam Al Mohammadi.

Le chef de l'Etat tunisien a, de son côté, décoré le Souverain du Grand Cordon spécial de la république.

Le président Marzouki a, ensuite, décoré SAR le Prince héritier Moulay El Hassan du Grand Cordon de l'ordre de la République.

Le chef de l'Etat tunisien a également décoré SAR le Prince Moulay Rachid du Grand Cordon de l'ordre de la République.

SM le Roi a ensuite été salué par des représentants de l'association des étudiants marocains à Mounastir et des hommes d'affaires marocains à Sousse.

Ont été conviés à ce dîner les membres de la délégation officielle accompagnant Sa Majesté le Roi, le président de l'Assemblée nationale constituante, le Chef et les membres du gouvernement tunisien et les chefs des missions diplomatiques accréditées à Tunis, ainsi que d'autres personnalités civiles et militaires. 

Le discours de SM le Roi devant l'Assemblée nationale constituante, un soutien fort au processus de transition démocratique dans ce pays

Le discours prononcé samedi par SM le Roi Mohammed VI devant l'Assemblée nationale constituante tunisienne (ANC) constitue un soutien fort au processus de transition démocratique dans ce pays, a affirmé El Hassan Boukantar, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V-Agdal à Rabat.

Le chercheur a souligné, dans une déclaration, que la consécration de l'édifice démocratique est une oeuvre qui doit englober tous les pays maghrébins et non seulement le Maroc qui a réussi à opérer une transition démocratique souple, conduite par SM el Roi à travers l'adoption d'une nouvelle Loi fondamentale et l'organisation d'élections législatives.

Tout en rappelant que la Constitution marocaine a érigé le Maghreb en tant que choix stratégique de la politique extérieure du royaume, il a relevé que le discours royal a souligné la corrélation entre toute édification maghrébine et la question de réforme et de démocratisation, devenue un "choix stratégique irréversible". 

Il a noté que l'Assemblée nationale constituante tunisienne a reconnu l'importance de l'expérience marocaine que les Tunisiens aspirent mettre à profit.

L'expert marocain en relations internationales a indiqué que l'appel royal pour un nouvel ordre maghrébin, sur la base de la lettre et de l'esprit du traité de Marrakech, émane d'un "constat évident et triste à la fois" du fait du blocage de la construction de l'Union maghrébine, qui n'a pas avancé et ne répond pas aux aspirations des peuples de la région pour un ordre maghrébin immunisé, qui soit à même d'exploiter en commun ses potentialités.

SM le Roi a souligné la nécessité de construire un nouveau Maghreb sur la base des développements politiques, économiques et sociaux enregistrés par les peuples maghrébins, tout en prenant en compte les impératifs de démocratie et de justice sociale, a poursuivi M. Boukantar, relevant la volonté du Maroc et de son souverain pour aller de l'avant dans cette voie.

Manar Slimi : l'appel royale pour un nouvel ordre maghrébin avertit sur les défis à affronter par les pays de l'UMA

L'appel lancé par SM le Roi Mohammed VI depuis Tunis pour l'instauration d'un nouvel ordre maghrébin, constitue un avertissement quant à certaines positions unilatérales étriquées qui ignorent le destin commun et les défis que doivent affronter les pays du Maghreb, a estimé Abderrahim Manar Slimi, président du centre maghrébin pour les études sur la sécurité et l'analyse des politiques.

Manar Slimi a souligné, dans une déclaration, que l'appel royal devant les membres de l'Assemblée nationale constituante tunisienne montre une nouvelle fois que le Maroc a fait une relecture de l'Union maghrébine sur de nouvelles bases stratégiques, qui prennent en considération les nouveaux défis, inexistants au moment de la naissance de l'UMA.

Manar Slimi, qui est également professeur des sciences politiques à l'Université Mohammed V de Rabat, a relevé que le discours royal revêt une portée symbolique en direction des institutions de la nouvelle Tunisie et constitue un soutien à l'expérience tunisienne sur la voie de consolidation de son processus de construction institutionnelle, après l'adoption de la nouvelle constitution.

La visite de SM le Roi en Tunisie est un message géostratégique pour tous les pays du Maghreb et représente "une sorte d'appui psychologique et politique" à l'Etat tunisien dans ces circonstances difficiles, suite aux attaques terroristes et aux menaces à ses frontières avec l'Algérie et la Libye, soulignant que le "timing" de la visite royale est un appui clair à la Tunisie.

De même, a souligné Manar Slimi, le nombre d'accords signés par les deux pays à l'occasion de la visite royale est une preuve que le Royaume reconstruit ses relations historiques avec la Tunisie à travers de nouveaux liens ayant trait aux défis actuels auxquels fait face ce pays.

Tajeddine El Husseini: Le discours royal devant l'assemblée constituante tunisienne confère un forte impulsion politique à la visite de SM le Roi

Le discours prononcé samedi par SM le Roi Mohammed VI devant l'Assemblée nationale constituante tunisienne confère une forte impulsion politique à la visite royale en Tunisie et confirme la solidité des relations qui lient les deux pays frères dans différents domaines, a affirmé Tajeddine El Husseini, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V - Rabat. 

M. El Husseini a estimé que le discours royal devant les membres de l'Assemblée nationale constituante tunisienne "constitue un réel soutien aux structures de la transition démocratique que vit la Tunisie à l'issue d'une longue période de gestation consécutive à la révolution contre l'ancien régime, d'autant que cette assemblée est représentative de l'ensemble des courants tunisiens, et qu'en son sein naîtront, à l'avenir, d'autres organes de décision". 

Concernant l'appel lancé par SM le Roi dans son discours, pour "un nouvel ordre maghrébin" fondé sur l'esprit de la Déclaration de Marrakech instituant l'UMA, l'universitaire a relevé qu'un accent particumier y a été mis sur la question de l'union maghrébine qui, a-t-il noté, commémore son 25ème anniversaire sous le signe de l'immobilisme.

Aucune des institutions de l'UMA n'a pu voir le jour ni contribuer effectivement à la promotion du rôle de l'espace maghrébin dans son environnement régional et international, a déploré M. El Husseini.

Le Discours royal tire la sonnette d'alarme quant aux positions de blocage allant à l'encontre des aspirations des peuples maghrébins, en particulier des jeunes, à l'unité et à l'intégration, mettant en garde contre la persistance de la fermeture des frontières maroco-algériennes qui constitue une véritable entrave devant l'intégration maghrébine.

La question de l'intégration et de l'unité maghrébines n'est plus un choix facultatif, mais plutôt une revendication populaire pressante et une exigence régionale stratégique nécessaire pour consolider la paix et la stabilité et relever les défis du terrorisme, a-t-il conclu.

Le discours de SM le Roi devant l'Assemblée nationale constituante tunisienne confirme le pragmatisme de l'approche royale

Le discours de SM le Roi devant l'Assemblée nationale constituante tunisienne (ANC) confirme la conviction du choix de l'unité et le pragmatisme de l'approche royale répondant aux aspirations du citoyen maghrébin, a affirmé samedi le directeur du Centre marocain des études stratégiques, Mohammed Benhammou. 

"Il s'agit d'un message clair et fort que SM le Roi a lancé depuis Tunis et qui confirme la conviction du choix de l'unité, la volonté de vaincre les défis et le pragmatisme et le réalisme d'une approche royale répondant aux aspirations du citoyen maghrébin", a dit Benhamou dans une déclaration.

Le chercheur a ajouté qu'à travers ce discours, le Maroc offre encore cette "bouée de sauvetage" et cette "opportunité pour dessiner et construire ensemble un destin commun".

Ce discours confirme aussi le "choix prioritaire et stratégique" que le Maroc a fait de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), a-t-il commenté en soulignant que ce "message fort" réitéré l'engagement du Royaume dans la voie de l'intégration maghrébine et confirme la volonté sans faille que Rabat donne à "cet idéal" au service de l'ensemble des peuples de la région

"Une fois de plus, SM le Roi Mohammed VI montre la détermination avec laquelle le Maroc oeuvre pour aller de l'avant sur la voie de la consolidation de l'édifice maghrébin", a-t-il insisté 

M. Benhammou a rappelé que la région a connu des bouleversements au cours des trois dernières années qui ont crée un contexte géopolitique agité et un contexte géostratégique fracturé, ce qui interpelle sur la naissance d'un nouvel ordre maghrébin.

Il a précisé que SM le Roi a mis en avant de "nouvelles approches", soulignant que l'unité reste la seule issue pour faire sortir les pays de la région de ces turbulences.

"Beaucoup de défis se dressent et beaucoup de menaces guettent les Etats du Maghreb, a-t-il mis en garde, relevant que les réponses doivent être collectives parce que les défis sont collectifs et se posent sur les plans sécuritaire, de la stabilité et du développement.

Sur le volet bilatéral, M. Benhammou a fait savoir que SM le Roi a réitéré sa solidarité et son appui envers le peuple tunisien frère pour l'aider à aller de l'avant dans la voie de la transition, d'une manière paisible et sereine, préserver sa stabilité et jouer le rôle qui lui échoit au sein de l'UMA.

"C'est un appui politique, diplomatique et économique fort que le Souverain apporte à la Tunisie pour l'aider à retrouver la confiance de la communauté internationale", a conclu le chercheur marocain.

Sa Majesté le Roi se recueille au cimetière des martyrs de Sijoumi

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, s'est recueilli samedi après-midi au cimetière des martyrs de Sijoumi, près de Tunis.

A Son arrivée, le Souverain a été salué par le wali de Tunis, Hamid Ebid, et le président de la municipalité de Tunis, Saif Allah Al Asram.

Par la suite, le Souverain, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid et du ministre tunisien de la défense, a salué les couleurs nationales au son des hymnes nationaux des deux pays, avant de passer en revue un détachement des Forces armées tunisiennes qui rendait les honneurs.

Après lecture de la Fatiha pour le repos de l'âme des martyrs, Sa Majesté a déposé une gerbe de fleurs au cimetière des martyrs.

Entretiens entre SM le Roi et le président de l'assemblée nationale constituante tunisienne

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, s'est entretenu samedi au siège de l'Assemblée nationale constituante tunisienne, avec M. Mustapha Ben Jaafar, Président de l'Assemblée. 

A son arrivée, SM le Roi a passé en revue un détachement d'honneur de la garde présidentielle avant d'être salué par les membres du bureau de l'Assemblée. 

Sa Majesté le Roi reçoit le Chef du gouvernement tunisien

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu samedi à la résidence Royale à Tunis, le Chef du gouvernement tunisien, M. Mehdi Jomaa.

Visite de SM le Roi en Tunisie, l'occasion d'asseoir un modèle de coopération régional solidaire, adossé à une vision pragmatique et vertueuse

La visite officielle qu'entreprend Sa Majesté le Roi Mohammed VI en République tunisienne, à l'invitation du Président Mohamed Moncef Marzouki, est l'occasion d'asseoir un modèle de coopération régionale solidaire, adossé à une vision pragmatique et vertueuse, dans le cadre d'une démarche Royale qui place au coeur de ses préoccupations les aspirations des peuples de la région au progrès, au bien-être et à l'unité.

Lors de cette visite officielle, le Souverain est accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, ce qui confère une forte charge symbolique et un surcroit de coeur à cette visite qui s'inscrit dans le prolongement des liens historiques unissant les deux nations, et se veut le témoignage d'une volonté sincère de fructifier les perspectives d'un avenir prometteur, scellé par une amitié solide, les dirigeants des deux pays étant convaincus et confiants que le Maroc et la Tunisie disposent des ressources nécessaires pour fructifier leur partenariat dans tous les domaines d'activités.

La signature, vendredi au palais présidentiel de Carthage à Tunis, de pas moins de 23 accords de coopération entre les deux pays, lors d'une cérémonie présidée par Sa Majesté le Roi, qui était accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, et le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki, atteste de la volonté sincère et authentique des deux Chefs d'Etat d'aller de l'avant dans le processus de consolidation d'un partenariat stratégique entre Rabat et Tunis et de mettre en place un modèle de coopération dont la région a tant besoin.

L'état actuel du non-Maghreb produit des répercussions négatives sur les dynamiques de croissance économique des cinq pays maghrébins et se traduit par un manque à gagner d'environ 2 pc par an du PIB de chaque pays de la région. Le temps n'est donc plus aux calculs étriqués et visions passéistes, cyniques et indifférentes aux aspirations des peuples qui veulent que se soient libérées les énergies dans le cadre d'un groupement régional qui fait la part belle aux synergies positives et fédère les bonnes volontés, dans un contexte où secteurs public et privé déploient leurs capacités pour le bien commun. 

Les observateurs à Washington estiment à juste titre que la visite Royale s'inscrit dans le cadre de la vision de Sa Majesté le Roi qui ambitionne d'asseoir un modèle de coopération régionale solidaire et pragmatique, soucieux des aspirations des peuples de la région au progrès économique et à l'unité.

"Cette visite se veut aussi le prolongement de la vision perspicace et proactive de Sa Majesté le Roi, comme en témoignent les nombreuses tournées effectuées par le Souverain, depuis Son accession au Trône, en Afrique, en Europe, aux Etats-Unis et dans d'autres pays", souligne, à ce propos, l'ancien ambassadeur américain, Edouard M. Gabriel.

L'ancien diplomate américain a, dans ce cadre, mis en avant l'approche dynamique et vertueuse du Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi, en matière des réformes mises en oeuvre depuis l'accession du Souverain au Trône, des réformes qui consacrent désormais le Maroc en tant que "leader" dans la région d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Evoquant l'Union du Maghreb Arabe, M. Gabriel a rappelé que Sa Majesté le Roi n'a eu de cesse de prôner une intégration maghrébine solide et sincère et d'appeler l'Algérie à revoir ses positions et à ouvrir ses frontières en vue de mettre en place un véritable groupement régional dans cette partie stratégique du continent africain.

Toutefois, toute aspiration des peuples de la région au progrès et à la prospérité ne sera possible en l'absence des prérequis en matière de sécurité, sachant que la région est sous une menace constante des groupes terroristes se réclamant de l'idéologie funeste d'Al-Qaïda, qui ont profité des désordres créés dans le sillage des soubresauts du "printemps arabe" pour tenter de s'insinuer dans les tissus sociaux pour déstabiliser la région.

Najib Ayachi, Président fondateur du Maghreb Center, un centre de recherche basé à Washington, note dans ce contexte que l'Islam de tolérance et d'ouverture prôné par le Maroc constitue l'un des axes majeurs de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dans la région du Maghreb et au-delà.

A l'occasion de la visite officielle entamée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie, M. Ayachi a tenu à souligner, dans une déclaration, que le Maroc a pris les devants en matière de lutte anti-terroriste, ajoutant que l'expérience du Royaume peut s'avérer très utile pour la Tunisie en cette période très délicate et très volatile que traverse la région.

Evoquant le volet économique, M. Ayachi s'est félicité de la série d'accords signés à l'occasion de la Visite Royale, précisant que ces accords, qui embrassent divers domaines de coopération, permettront de renforcer les liens existant entre les deux pays et les deux peuples frères.

"On ne peut que s'en réjouir des différents accords conclus lors de la Visite Royale", a-t-il indiqué, soutenant qu'il est devenu impératif de renforcer les liens entre les pays d'Afrique du Nord, notamment les pays du Maghreb, et d'unir leurs efforts pour relever ensemble les défis auxquels fait face la région aussi bien sur les plans socio-économique que sécuritaire.

Le Groupe BMCE Bank déterminé à développer avec la BNA et la Banque de Tunisie les métiers de marchés de capitaux

Le Groupe de la Banque Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE Bank) a exprimé sa détermination à développer, conjointement avec la Banque Nationale Agricole tunisienne (BNA) et la Banque de Tunisie, les métiers de marchés de capitaux et de conseil financier, dont l'intermédiation boursière, la gestion d'actifs et le Trading en valeurs du Trésor. 

Lors du Forum économique Maroc-Tunisie, tenu les 27 et 29 mai à Tunis, le Groupe BMCE Bank a assuré qu'"il compte élargir significativement sa présence en Tunisie, au-delà de l'activité qu'il exerce présentement au sein de sa filiale de Banque d'Affaires, Axis Capital", selon un communiqué du Groupe.

Dans ce sens, un accord de partenariat a été signé, vendredi à Tunis, portant sur la coopération tripartite, par le Président directeur général de la BMCE, Othmane Benjelloun, le Président directeur général de la Banque de Tunisie, Habib Ben Saad, et le Président directeur général de la BNA, Jaafar Khattech.

"Nous avons l'ambition de développer en partenariat avec ces banques les métiers de bancassurance, capitalisant ainsi sur l'expertise et l'expérience du Groupe BMCE, ainsi qu'un ensemble d'autres activités para-bancaires comme le leasing, le factoring et le crédit à la consommation", explique le communiqué.

"Nous entendons bien la volonté des Pouvoirs publics tunisiens d'encourager les entreprises de leur pays à considérer ces nouveaux marchés", a fait savoir le Groupe BMCE Bank, notant que ce partenariat tripartite s'inscrit dans "cette orientation stratégique qui coïncide avec celle mise en œuvre déjà par le Maroc". 

"Notre volonté commune d'étendre notre présence en Afrique du Nord aussi bien qu'en Afrique subsaharienne requiert que nous, Tunisiens et Marocains, mobilisions nos efforts, conjuguions nos talents et développions ensemble les mêmes activités qui nous ont réussi ici en Tunisie, au Maroc et ailleurs en Afrique", a insisté le Groupe, précisant que les opportunités peuvent être explorées sous forme d'implantations de filiales communes, de prises de participation capitalistiques et d'accord de partenariat stratégique et commercial.

Le Groupe a estimé que "l'histoire devrait être constamment gardée à l'esprit pour s'imprégner de la permanence multiséculaire d'une fraternité et d'une solidarité agissante tuniso-marocaine, quelles que soient les difficultés que l'on peut, dans l'entre temps, traverser".

Il a rappelé l'établissement de la zone de libre-échange entre le Maroc et la Tunisie, depuis sept ans, aux termes de la Convention d'Agadir, qui a été renforcée par des partenariats bancaires et financiers exemplaires que conduisent chacune, dans son périmètre d'intervention, deux grandes institutions majeures du système bancaire marocain, à savoir AttijariWafabank et BMCE Bank. 

Ces institutions ont, à en croire le Groupe BMCE Bank, contribué, de manière efficiente, au financement de l'économie, à la bancarisation de la population et à l'élargissement de l'offre des produits et services au profit de la population Tunisienne.

"Nous partageons la conviction que l'Afrique et, notamment l'Afrique subsaharienne, représente la nouvelle frontière de croissance et de développement pour l'économie mondiale", a estimé la même source, relevant que la construction maghrébine est tributaire d'une interpénétration plus importante entre les économies de la région. 

"C'est par l'économie que seront dépassés les obstacles politiques qui, jusqu'à lors, ont ralenti l'édification de cet idéal des peuples qu'est l'Union Maghrébine", a poursuivi la même source. 

Ce forum, organisé par les Organisations patronales de l'Union tunisienne de l'Industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), a connu la participation de plusieurs chefs d'entreprises de Tunisie et du Maroc.

La visite Royale en Tunisie, l'éclosion d'un partenariat pragmatique gagnant-gagnant

La visite officielle entamée vendredi en Tunisie par Sa Majesté le Roi Mohammed VI vient marquer la naissance d'un partenariat pragmatique gagnant-gagnant entre deux pays liés par des relations séculaires de fraternité, d'amitié et de coopération.

Les accords de coopération, signés au premier jour du séjour royal en terre tunisienne, témoignent, tant au niveau quantitatif que qualitatif, de cette volonté partagée de hisser le niveau des relations entre Rabat et Tunis au niveau des relations politiques d'excellence qui ont toujours existé entre les deux pays.

A la faveur d'une vision Royale perspicace, les relations maroco-tunisiennes sont désormais inscrites dans une logique favorisant l'entente et la complémentarité.

Du tourisme aux finances, en passant par la santé, les droits de l'homme, la sécurité, l'environnement et l'énergie, les accords signés, lors de la cérémonie présidée vendredi par Sa Majesté le Roi et le Président tunisien M. Moncef Marzouki, viennent donner aux relations bilatérales toute leur ampleur, balisant le chemin à la consolidation de l'axe Rabat-Tunis fondé sur le souci mutuel constant de garantir toutes les conditions à l'épanouissement des peuples des deux pays et au-delà ceux de toute la région du Maghreb.

Ces accords, de par leur diversité, placent ainsi les relations bilatérales dans un contexte de complémentarité, permettant aux deux partenaires de mettre à profit leurs avantages compétitifs en vue de conquérir de nouveaux marchés, le but ultime étant de favoriser la croissance économique et encourager l'intégration régionale, tant souhaitée par les peuples de la région et érigée en choix stratégique par le Maroc.

La dimension maghrébine de ce partenariat rénové puise sa force de ce nouveau processus bilatéral depuis son enclenchement avec l'émergence d'une Tunisie en transition démocratique.

Le forum économique maroco-tunisien, tenu dans la capitale tunisienne à la veille de la visite Royale, a été l'occasion pour plus de 200 opérateurs économiques venus des deux pays pour mettre en valeur le rôle vital que le Maroc et la Tunisie peuvent jouer pour relancer le processus d'intégration dans la région.

Nous pouvons aller au-delà du doing business national et mettre rapidement en place une véritable plateforme de doing business régional , avait souligné le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy, lors de ce forum.

Les responsables tunisiens ont été, d'ailleurs, unanimes à mettre en exergue la portée stratégique de la visite royale dans leur pays, confiants que le Maroc, force de stabilité et facilitateur du progrès dans la région, a beaucoup à donner pour mieux servir les aspirations des populations maghrébines à un lendemain meilleur.

Par ailleurs, l'approche adoptée par les responsables des deux pays pour l'amélioration de leurs relations de coopération témoigne d'un degré élevé de maturité, qui ne manquera pas, selon les observateurs dans la capitale tunisienne, de faire de Rabat et de Tunis les locomotives de développement d'une Afrique du nord plus stable et résolument tournée vers l'avenir.

Les observateurs internationaux ne sont pas restés indifférents à l'initiative Royale d'autant plus qu'elle porte sur une région qui suscite un intérêt de plus en plus accru sur le plan international.

Edward Gabriel, ancien ambassadeur américain et observateur averti de la scène nord-africaine et moyen-orientale, estime, dans ce contexte, que le déplacement de Sa Majesté le Roi en Tunisie s'inscrit dans le cadre de la vision Royale qui ambitionne d'asseoir un modèle de coopération régionale solidaire et pragmatique, soucieux des aspirations des peuples de la région au progrès économique et à l'unité.

L'observateur n'a pas manqué de mettre en avant, dans ce contexte, les nombreuses initiatives, lancées par le Souverain à l'échelle continentale.

D'autres analystes estiment que le Maroc, qui a franchi des pas importants vers l'ancrage de la culture démocratique, la consolidation de l'Etat de droit et la promotion de la justice sociale, s'impose désormais comme modèle à suivre dans son voisinage immédiat et ailleurs.

Le Maroc et la Tunisie déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations de coopération bilatérale

Le Maroc et la Tunisie sont bien déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations de coopération bilatérale, notamment sur le plan de l'économie et des échanges commerciaux qui restent en-deçà des potentialités, souligne le directeur de l'observatoire d'études géopolitiques de Paris Charles Saint-Prot.

Dans un article publié samedi sur le site des questions de défense et de sécurité "Theatrum Belli", sous le titre "Visite du Roi du Maroc à Tunis, un enjeu stratégique", M. Saint-Prot, indique que la vision du développement de la coopération sud-sud, chère à SM le Roi Mohammed VI, en particulier entre pays maghrébins et africains, pourrait être le socle d'un mouvement nouveau. 

"Si les dirigeants de Tunis et de Rabat sont également attachés à l'indispensable intégration maghrébine, ils sont conscients des facteurs de blocage dus au soutien de l'Algérie au séparatisme au Sahara marocain", analyse l'expert français, faisant observer qu'il s'agit, dans ces conditions, de contourner l'obstacle en vue de parvenir à un partenariat stratégique tourné vers l'espace africain.

Et de souligner que dans cette perspective ambitieuse, le dynamisme bien connu des hommes d'affaires tunisiens et marocains devrait constituer un atout de taille pour venir en renfort d'un incontestable volontarisme politique.

Sur le plan politique et sécuritaire, M. Saint-Prot relève que la convergence des vues entre le Maroc et la Tunisie sur la plupart des questions concernant l'espace maghrébin, l'Afrique et la région de la Méditerranée, "traduit une même approche empreinte de sagesse, de modération et d'ouverture". 

"Confrontée à l'agitation de pêcheurs en eau trouble et proche des foyers de tension libyen et sud-algérien, la Tunisie, a tout intérêt à bénéficier de l'expérience du Maroc en matière sécuritaire et de lutte contre toutes les formes d'intégrisme et d'extrémisme", estime le directeur de l'observatoire d'études géopolitiques de Paris pour qui, les autorités de Tunis devraient pouvoir tirer profit de l'expérience marocaine dans le domaine de la gestion de l'islam du juste milieu, pour la promotion des valeurs de la modération et la promotion des principes de la religion musulmane tolérante.

Soulignant en outre que la coopération entre le Maroc et la Tunisie revêt une dimension stratégique de première importance, M. Saint Prot, relève que le renforcement des synergies sud-sud est un outil essentiel pour construire les futurs grands axes d'intégration régionale, et un facteur indispensable de la stabilité et la sécurité au sud de la Méditerranée.

M. Saint-Prot note que l'actuelle visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en Tunisie, à l'invitation du président tunisien Moncef Marzouki "se déroule dans le contexte particulier des efforts déployés par les Tunisiens pour mettre fin au chaos et aux tensions qui ont suivi les événements révolutionnaires de janvier 2011, avec la chute du président Ben Ali". 

Il souligne, à cet égard, que le Maroc, seul pays de la région à avoir su anticiper les évolutions en introduisant progressivement les réformes nécessaires pour préserver son équilibre interne et son modèle de développement global, n'a cessé d'affirmer que la stabilité de la Tunisie constitue un facteur essentiel et primordial de la stabilité et de la paix régionale, en particulier dans le Maghreb arabe. 

"Le Royaume a d'ailleurs apporté son soutien lors de l'étape de la transition démocratique en Tunisie, couronnée par l'adoption d'un nouveau texte constitutionnel par l'Assemblée nationale constituante", rappelle l'auteur de l'article, notant que les Constitutions adoptées au Maroc, dès 2011, et en Tunisie en 2014, témoignent de la volonté de consolider un Etat de droit garant des libertés fondamentales. 

Pour M. Saint-Prot, ces constitutions ouvrent une nouvelle étape dans l'émergence d'un constitutionnalisme arabe renouvelé. 

Et de conclure que la centralité du droit constitutionnel a été ré-initiée en 2011 par le Maroc qui a fait du parachèvement de l'Etat de droit l'un des piliers de son développement et, que la Tunisie, en reconstruction, pourrait trouver dans l'exception marocaine quelques utiles sources d'inspiration ou de réflexion.

(MAP-31/05/2014)

Ministre tunisien de l'Industrie et de l'Energie : le Maroc et la Tunisie jettent les bases d'un partenariat privilégié

En procédant à la signature de plus de 20 accords touchant à des domaines très diversifiés, le Maroc et la Tunisie ont jeté les bases d'un partenariat privilégié, a indiqué le ministre tunisien de l'Industrie et de l'Energie, Kamal Bennaceur.

"Le Maroc et la Tunisie disposent d'importants atouts économiques qui doivent être exploitées pour mieux servir la coopération bilatérale", a déclaré M. Bennaceur en marge de la cérémonie de signature de plusieurs accords de coopération entre le Maroc et la Tunisie, présidée au palais présidentiel de Carthage par SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, et le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki.

Le responsable tunisien a, d'autre part, mis en valeur la portée stratégique de la visite officielle qu'effectue actuellement Sa Majesté le Roi en Tunisie, relevant que le déplacement royal permet au Maroc et à la Tunisie de franchir un pas important vers un partenariat pour l'avenir.

Ministre tunisien de l'Economie et des Finances : les accords signés entre le Maroc et la Tunisie vont asseoir les bases d'un partenariat économique solide

Les accords signés vendredi entre le Maroc et la Tunisie ouvrent des perspectives prometteuses pour asseoir les bases d'un partenariat économique solide entre les deux pays, a indiqué le ministre tunisien de l'Economie et des Finances, M. Hakim Benhammouda.

Ces accords vont faire avancer la coopération bilatérale de façon à mieux servir les intérêts communs des deux pays, a déclaré M. Benhammouda, en marge de la cérémonie de signature de plusieurs accords de coopération entre le Maroc et la Tunisie, présidée au palais présidentiel de Carthage par SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, et le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki.

La conclusion de ces accords vient à point nommé pour rehausser le niveau des échanges économiques et commerciaux qui demeurent en deçà des relations politiques privilégiées entre les deux pays frères, a poursuivi le ministre, qui n'a pas manqué de souligner le caractère stratégique de la visite royale en Tunisie.

Ministre tunisien des Affaires étrangères : la visite de Sa Majesté le Roi en Tunisie donnera une véritable dynamique à la coopération maroco-tunisienne

La visite officielle entamée vendredi en Tunisie par Sa Majesté le Roi Mohammed VI donnera "une véritable dynamique" aux relations de coopération entre le Maroc et la Tunisie, a affirmé le ministre tunisien des Affaires étrangères, M. El Mounji El Hamidi.

Le déplacement royal en Tunisie vient marquer "une étape importante sur la voie du renforcement des relations de coopération entre les deux pays dans les domaines politiques et économiques de manière à répondre aux attentes des peuples des deux pays frères", a déclaré le chef de la diplomatie tunisienne en marge de la cérémonie de signature de plusieurs accords de coopération entre le Maroc et la Tunisie, présidée au palais présidentiel de Carthage par SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, et le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki.

Les accords signés devront imprimer une nouvelle cadence aux relations bilatérales et hisser le niveau de ces liens déjà privilégiés à un niveau supérieur, a dit le ministre, se disant confiant que ces accords auront "un impact extrêmement positif" sur l'avenir des relations entre Rabat et Tunis.

Ministre tunisienne du Tourisme : le Maroc et la Tunisie donnent un coup d'accélérateur à leur coopération dans le domaine du tourisme

Le Maroc et la Tunisie viennent de donner un coup d'accélérateur à leur coopération dans le domaine touristique, un secteur stratégique pour les économies des deux pays, a indiqué vendredi la ministre tunisienne du Tourisme, Mme Amal Karboul.

"Nous sommes fiers des deux accords que nous avons signés aujourd'hui avec le Maroc", a déclaré Mme Karboul, en marge de la cérémonie de signature de plusieurs accords de coopération entre le Maroc et la Tunisie, présidée au palais présidentiel de Carthage par SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, et le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki.

Elle a précisé que ces accords visent à promouvoir conjointement les potentialités touristiques des deux pays dans des marchés lointains.

Il s'agit d'une nouveauté d'une grande importance qui va permettre aux deux pays de mettre à profit leurs ressources financières et humaines pour drainer davantage de touristes, a-t-elle dit, mettant l'accent sur la nécessité de renforcer davantage la coopération entre le Maroc et la Tunisie dans ce domaine vital.

La ministre n'a pas manqué de souligner également l'accord signé entre les deux pays et visant à renforcer la coopération entre l'Institut supérieur du tourisme de Tanger et l'Institut supérieur tunisien des étudies touristiques de Sidi Drif.

Pour elle, cet accord entre ces deux institutions de renommée internationale reflète l'esprit pragmatique des relations de coopération entre Rabat et Tunis.

La ministre tunisienne a, par ailleurs, souligné l'importance stratégique de la visite officielle entamée vendredi par SM le Roi Mohammed VI en Tunisie.

Le déplacement royal montre que le Maroc et la Tunisie entretiennent un véritable partenariat, a-t-elle dit.

La visite de SM le Roi en Tunisie, l'occasion d'asseoir un modèle de coopération régionale solidaire et pragmatique

La visite officielle entamée, vendredi, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie, à l'invitation du Président Mohamed Moncef Marzouki, s'inscrit dans le cadre de la vision Royale qui ambitionne d'asseoir un modèle de coopération régionale solidaire et pragmatique, soucieux des aspirations des peuples de la région au progrès économique et à l'unité, a déclaré l'ancien ambassadeur américain, Edouard M. Gabriel.

"Cette visite s'inscrit dans le prolongement de la vision perspicace et proactive de Sa Majesté le Roi, comme en témoignent les nombreuses tournées effectuées par le Souverain, depuis Son accession au Trône, en Afrique, en Europe, aux Etats-Unis et dans d'autres pays", a souligné M. Gabriel.

L'ancien diplomate américain a, en outre, mis en avant l'approche dynamique et vertueuse du Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi, en matière des réformes mises en oeuvre depuis l'accession du Souverain au Trône, des réformes qui consacrent désormais le Maroc en tant que "leader" dans la région d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Evoquant l'Union du Maghreb Arabe, M. Gabriel a rappelé que Sa Majesté le Roi n'a eu de cesse de prôner une intégration maghrébine solide et sincère et d'appeler l'Algérie à revoir ses positions et à ouvrir ses frontières en vue de mettre en place un véritable groupement régional dans cette partie stratégique du continent africain.

Il a déploré, à ce propos, que l'état actuel du non-Maghreb produit des répercussions négatives sur les dynamiques de croissance économique des cinq pays maghrébins et se traduit par un manque à gagner d'environ 2 pc par an du PIB de chaque pays de la région.

Pour M. Gabriel, la visite Royale en Tunisie, qui "revêt une importance toute particulière", est à même d'encourager les autres pays de la région à s'unir en droite ligne des aspirations de leurs peuples.

SM le Roi et le président tunisien président la cérémonie de signature de plusieurs accords bilatéraux

Sa Majesté le Roi Mohammed VI , accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, et le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki, ont présidé, vendredi au palais présidentiel de Carthage à Tunis, la cérémonie de signature de 23 accords de coopération entre les deux pays.

Ces accords revêtent un caractère hautement stratégique d'autant plus qu'ils se distinguent par la diversité des domaines couverts, notamment économique, social et de sécurité, ainsi que par les larges perspectives de coopération qu'ils ouvrent pour l'intégration maghrébine.

Ils se caractérisent également par une ouverture notable sur de nouveaux domaines de coopération dont les énergies renouvelables, l'environnement, les marchés financiers et la promotion des droits de l'Homme et marquent une importante implication du secteur privé représenté par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et l'Union tunisienne de l'Industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA).

La signature de ces accords reflètent, en outre, le souci d'accompagner la transition que vit la Tunisie et d'enrichir d'une manière qualitative le cadre juridique régissant la coopération bilatérale.

Le premier accord porte sur un mémorandum d'entente entre l'Académie marocaine des études diplomatiques et l'institut diplomatique tunisien de formation et des études, signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar et son homologue tunisien, El Mounji El Hamidi.

Le deuxième accord porte sur un programme exécutif de coopération culturelle pour la période 2015-2017, signé par Mezouar et El Hamidi.

Le troisième accord portant sur la coopération dans le domaine sécuritaire a été signé par le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad et son homologue tunisien, Lotfi Benjeddou.

Quant au quatrième document signé par le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, et son homologue tunisien, Hakim Benhammouda, il concerne un accord-cadre sur l'intégration régionale et le co-développement. 

Le cinquième accord, signé par le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy, et le ministre tunisien de l'Industrie, de l'énergie et des mines, Kamal Ben Naceur, porte sur la coopération dans le domaine industriel et technologique.

Le sixième accord est relatif à un protocole de coopération dans le domaine de la protection de la propriété industrielle entre l'Office marocain de la propriété intellectuelle et industrielle et l'Institut tunisien de la normalisation et de la propriété industrielle, signée par Moulay Hafid El Alamy et Kamal Ben Naceur.

Le septième accord, qui porte sur un programme exécutif de coopération dans le domaine de la recherche scientifique et la technologie, a été signé par le ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, et le ministre tunisien de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l'information et de la Communication, Taoufik Jelassi.

Le huitième accord portant sur un projet de convention de partenariat et de coopération entre les ministères de l'éducation des deux pays et le Conseil national des droits de l'Homme et l'Institut arabe des droits de l'Homme, a été signé par le ministre de l'éducation nationale et de la formation professionnelle, Rachid Belmokhtar et son homologue tunisien, Fethi El Jerray.

Le neuvième accord, qui porte sur un protocole de coopération dans le secteur de la santé, a été signé par le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi et son homologue tunisien, Mohammed Essaleh Benammar.

Le dixième accord-cadre relatif à la coopération dans le domaine de la logistique, a été signé par le ministre de l'équipement, du transport et de la logistique, M. Aziz Rebbah et le ministre tunisien du transport, M. Chihab Ben Ahmed.

Le 11ème accord est un protocole d'accord de coopération entre l'institut supérieur des études maritimes de Casablanca et l'Institut méditerranéen pour la formation aux métiers de la mer de Tunisie, signé par Aziz Rebbah et Chihab Ben Ahmed.

Le 12ème accord portant sur la coopération dans le domaine des affaires religieuses et des waqfs, a été signé par le ministre des Habous et des Affaires Islamiques, M. Ahmed Toufiq et son homologue tunisien Mounir Tlili.

Le 13ème accord est relatif à un programme exécutif de coopération dans le domaine religieux et du waqf pour la période 2014/2017, signé par Ahmed Toufiq et Mounir Tlili.

Le 14ème accord porte sur un programme exécutif de coopération dans le domaine touristique (2014-2017), signé par le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, et son homologue tunisienne, Amal Karboul.

Le 15ème accord est un protocole de coopération entre l'Institut supérieur du tourisme de Tanger et l'Institut supérieur tunisien des étudies touristiques de Sidi Drif, signé par Lahcen Haddad et Mme Amal Karboul.

Le 16ème accord porte sur la coopération dans les domaines de la fonction publique, la modernisation de l'administration et la gouvernance. Il a été signé par le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de la fonction publique et la modernisation de l'administration, Mohamed Moubdii, et le Secrétaire d'Etat tunisien chargé de la gouvernance et de Fonction publique, Anouar Benkhalifa.

Le 17ème accord, qui porte sur la coopération dans le domaine de l'Environnement, a été signé par la ministre déléguée auprès du ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, chargée de l'Environnement, Hakima Al Haiti, et le Secrétaire d'Etat tunisien chargé du développement durable, Mounir El Mejdoub.

Le 18ème accord portant sur la coopération entre la CGEM et l'UTICA, a été signé par Meriem Bensaleh Chaqroun, Présidente de la CGEM, et Widad Bouchmaoui, Présidente de l'UTICA.

Le 19ème accord porte sur la coopération entre l'Office National des Chemins de Fer (ONCF) et la compagnie nationale tunisienne des chemins de fer. Il a été signé par le directeur général de l'ONCF, Mohamed Rabii Lakhlii,et le Président directeur général de la compagnie tunisienne, Mokhtar Sadek.

Le 20ème accord ayant trait à la coopération entre l'Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) et L'Entreprise tunisienne d'activités pétrolières (ETAP), a été signé par Amina Benkhadra, directrice-générale de l'ONHYM et Mohamed Al Akroute, Président directeur général de l'ETAP.

Le 21ème accord porte sur un projet de protocole de coopération entre la bourse de Casablanca et la bourse de Tunis. Il a été signé par Karim Haji, directeur général de la bourse de Casablanca, et Mohamed Bichou, directeur-général de la bourse de Tunis.

Le 22ème accord portant sur un partenariat dans le domaine du développement de l'énergie solaire, a été signé par Mustapha Bakkoury, Président du directoire de l'Agence marocaine pour l'énergie solaire (Masen), et Hamdi Harrouch, directeur général de l'Agence Nationale pour la Maîtrise de l'Energie.

Le 23ème accord porte sur la coopération tripartite entre la Banque Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE), la Banque Nationale Agricole tunisienne (BNA) et la Banque de Tunisie. Il a été signé par le Président directeur général de la BMCE, Othmane Benjelloun, le Président directeur général de la Banque de Tunisie, Habib Ben Saad, et le Président directeur général de la BNA, Jaafar Khattech.

Entretiens à Tunis entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président Moncef Marzouki

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, s'est entretenu, vendredi au palais présidentiel de Carthage, avec le Président tunisien, M. Mohamed Moncef Marzouki. 

Président du Maghreb Center à Washington : l'Islam de tolérance et d'ouverture prôné par le Maroc, un axe majeur de lutte contre le terrorisme dans la région

L'Islam de tolérance et d'ouverture prôné par le Maroc constitue l'un des axes majeurs de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dans la région du Maghreb et au-delà, a affirmé, vendredi à Washington, Najib Ayachi, Président fondateur du Maghreb Center, un centre de recherche basé à Washington.

Dans une déclaration à l'occasion de la visite officielle entamée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Tunisie, à l'invitation du Président Mohamed Moncef Marzouki, M. Ayachi a souligné que le Maroc a pris les devants en matière de lutte anti-terroriste, ajoutant que l'expérience du Royaume peut s'avérer très utile pour la Tunisie en cette période très délicate et très volatile que traverse la région.

Evoquant le volet économique, M. Ayachi s'est félicité de la série d'accords qui seront signés à l'occasion de la Visite Royale, précisant que ces accords, qui embrassent divers domaines de coopération, permettront de renforcer les liens existant entre les deux pays et les deux peuples frères.

"On ne peut que s'en réjouir des différents accords qui seront conclus lors de la Visite Royale", a-t-il indiqué, soutenant qu'il est devenu impératif de renforcer les liens entre les pays d'Afrique du Nord, notamment les pays du Maghreb et d'unir leurs efforts pour relever ensemble les défis auxquels fait face la région aussi bien sur les plans socio-économique que sécuritaire. 

S'agissant de la construction maghrébine, le Président du Maghreb Center a tenu à réaffirmer que les dirigeants maghrébins doivent avancer sur la voie de l'édification d'un grand Maghreb arabe uni, dans l'intérêt des populations maghrébines qui aspirent ardemment à voir cet objectif concrétisé.

Arrivée de SM le Roi à Tunis

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, est arrivé vendredi après-midi à Tunis, pour une visite officielle en République tunisienne, à l'invitation du Président Mohamed Moncef Marzouki.

A Sa descente d'avion à l’aéroport Tunis-Carthage, Sa Majesté le Roi a été accueilli par le Président Marzouki.

Par la suite, le Souverain et le président tunisien ont gagné la tribune d'honneur pour saluer les couleurs nationales au son des hymnes nationaux des deux pays, avant de passer en revue un détachement des Forces armées tunisiennes qui rendait les honneurs, alors qu’une salve de 21 coups de canon retentissait saluant l'arrivée de Sa Majesté le Roi.

Sa Majesté le Roi a été salué par les membres du gouvernement tunisien, les conseillers du président Marzouki et les membres du corps diplomatique arabe et africain accrédités à Tunis, ainsi que par le mufti de la république, l'ambassadeur du Maroc à Tunis, Mohamed Faraj Doukkali, les membres de la mission diplomatique marocaine, ainsi que par les représentants de la communauté marocaine établie en Tunisie et par d'autres personnalités.

Par la suite, le Président tunisien a été salué par les membres de la délégation officielle accompagnant Sa Majesté le Roi.

Après une brève pause au pavillon présidentiel de l'aéroport, Sa Majesté le Roi s’est approché de la foule massée à la sortie de l'aéroport et a tenu à saluer de Ses mains les membres de la communauté marocaine établie en Tunisie, venus nombreux accueillir Sa Majesté le Roi, brandissant des portraits du Souverain et scandant des vivats et des acclamations à l'adresse du Souverain.

Départ de SM le Roi à destination de la Tunisie

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, a quitté vendredi en début d’après-midi le Maroc à destination de Tunis pour une visite officielle en République tunisienne, à l’invitation du Président Mohamed Moncef Marzouki.

A Son départ de l’aéroport de Rabat-Salé, SM le Roi a passé en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs, avant d’être salué par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, le président de la Chambre des Représentants, Rachid Talbi El Alami, le président de la Chambre des Conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah et le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Charki Drais.

SM le Roi a également été salué par le Général de Corps d’armée Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la Zone Sud, le Général de Corps d’armée Hosni Benslimane, Commandant la Gendarmerie Royale, le Général de division Ahmed Boutaleb, Inspecteur des Forces Royales Air, le Vice-amiral Mohamed Laghmari, Inspecteur de la Marine Royale et le Général de Brigade Hassan Taik, Inspecteur des Forces auxiliaires (Zone Nord).

Le Souverain a aussi été salué par le Directeur général de la sûreté nationale, Bouchaib Rmail, le Directeur général de la surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, le chargé d’Affaires de l’Ambassade de Tunisie à Rabat, Hachimi Agili, le wali de la région de Rabat Salé Zemmour Zaer, gouverneur de la préfecture de Rabat, Abdelouafi Laftit, le président du Conseil de la région, Abdelkébir Berkia, le gouverneur de la préfecture de Salé, Mustapha El Kheidri, ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires.

SM le Roi est accompagné, lors de cette visite, d’une importante délégation comprenant notamment les conseillers du Souverain, MM. Taib Fassi Fihri, Fouad Ali El Himma, Yassir Znagui et Abdeltif Menouni.

La délégation comprend également le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, le ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle, Rachid Belmokhtar, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, le ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique, Aziz Rebbah, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de la Santé, El Houceine El Ouardi, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’Administration, Mohamed Moubdie, et la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Environnement, Hakima El Haite.

SM le Roi est accompagné d’une délégation de responsables et d’opérateurs économiques représentant les secteurs public et privé et d’autres personnalités civiles et militaires.

(MAP-30/05/2014)

Sceller un partenariat stratégique gagnant-gagnant, une orientation partagée par le Maroc et la Tunisie

Le Maroc et la Tunisie sont parfaitement conscients du fait que le renforcement et le développement de leurs relations passent par la mise en place d'un partenariat stratégique gagnant-gagnant loin de toute "concurrence et désunion", a souligné l'ambassadeur du Royaume à Tunis, Mohamed Frej Doukkali.

La multiplication des visites entre les responsables deux pays depuis la révolution tunisienne est la plus grande preuve de cette orientation partagée vers la complémentarité et le partenariat stratégique, a-t-il ajouté dans un entretien, soulignant que ces déplacements ont contribué au renforcement des liens de fraternité entre les deux pays et à la consolidation de la coopération bilatérale à tous les niveaux.

Ces visites, a poursuivi M. Doukkali, ont été couronnées par la signature de plusieurs accords et programmes de coopération, notamment ceux ayant été conclus à l'occasion de la 17ème session de la Commission mixte maroco-tunisienne, tenue le 15 juin 2012 à Rabat. 

Il a rappelé, à ce propos, que la dernière session de la Commission mixte a abouti à la conclusion de huit accords de coopération et programmes exécutifs concernant les domaines de l'enseignement supérieur, la recherche scientifique, l'éducation, les ressources hydrauliques, l'énergie renouvelable, la culture, l'artisanat, les affaires sociales, la jeunesse et les sports.

M. Doukkali a relevé qu'en dépit de la situation vécue en Tunisie après la révolution, les échanges commerciaux entre les deux pays sont restés relativement au même niveau, ajoutant que ces échanges demeurent, toutefois, "en deçà des aspirations des deux parties". 

Il a souhaité que le forum économique maroco-tunisien, qui sera organisé au cours de cette semaine à Tunis par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA) sous le thème "Maroc-Tunisie, une croissance partagée au service de l'emploi", puisse permettre de déterminer les opportunités économiques offertes, de manière à favoriser le développement des relations de partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays.

Evoquant l'importance de la visite de SM le Roi Mohammed VI en Tunisie, M. Doukkali a relevé que ce pays maghrébin frère est comblé par ce déplacement royal qui intervient après les changements survenus sur la scène tunisienne salués officiellement par le Royaume à travers la présence de SAR le Prince Moulay Rachid à la cérémonie d'adoption de la nouvelle Constitution tunisienne durant laquelle il avait représenté le Souverain. 

L'ambassadeur du Maroc à Tunis a ajouté que cette visite royale revêt une grande importance dans la mesure où elle constitue une occasion de réaffirmer les liens solides unissant les peuples marocain et tunisien avec leur histoire séculaire, leur lutte commune pour l'indépendance et leurs aspirations conjointes vers le progrès et la prospérité.

Et d'ajouter que la visite de SM le Roi en Tunisie dans cette conjoncture assez complexe sur le plan régional est de nature à déboucher sur une action commune qui sera matérialisée à travers le nombre important d'accords qui seront signés à cette occasion et une approche commune concernant la situation exceptionnelle vécue dans la région. 

Il a affirmé que les accords dont la signature est prévue lors de cette visite royale "seront sans nul doute à la hauteur des espoirs des peuples marocain et tunisien et contribueront au renforcement de leurs liens de fraternité et au développement des économies des deux pays". 

M. Doukkali a estimé que les entretiens officiels entre SM le Roi Mohammed VI et le président de la République tunisienne, Mohamed Moncef Marzouki, seront axés, en premier lieu, "sur la situation actuelle de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) et sur la scène arabe et islamique", faisant observer que l'espace maghrébin est vital pour l'ensemble des pays de cette région. 

Les potentialités économiques et les ressources naturelles et humaines des pays maghrébins demeurent inexploitées "en raison du gel des structures de l'UMA", a-t-il déploré, ajoutant que le bilan de l'Union "est resté, par conséquence, en deçà des aspirations des peuples maghrébins en matière de développement, d'intégration et de complémentarité économique et institutionnelle tant poursuivies depuis plus d'une décennie". 

L'ambassadeur marocain a rappelé que le Royaume n'a pas cessé de multiplier les appels pour dynamiser l'UMA, citant à titre d'exemple les propos tenus par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, à l'occasion de la 32ème session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA (9 mai à Rabat).

M. Mezouar avait plaidé pour une nouvelle approche dans le traitement des questions communes pour faire face aux défis du 21ème siècle et mettre un terme à la logique ayant marqué par le passé le traitement des différentes crises vécues par l'Union, surtout que cet ensemble traverse une conjoncture délicate marquée par de nombreux défis sécuritaires et économiques qui requièrent l'intensification des consultations et des efforts pour la mise en place d'une approche globale à même de faire face à ces dangers. 

M. Doukkali a relevé, dans le même contexte, que malgré les défis politiques et sécuritaires apparus suite aux changements profonds survenus dans la région, ces mutations ont eu pour conséquence aussi de faire revivre l'espoir de dynamiser l'édifice maghrébin, rappelant à cet égard l'appel du président Marzouki, dès son accession au pouvoir, à dépasser la situation de stagnation de l'Union en instaurant les cinq libertés (déplacement, résidence, travail, investissement, élections municipales) au profit des peuples de ses Etats, dans le cadre d'une approche visant à donner un nouvel élan à ce groupement régional, une initiative qui avait été immédiatement soutenue par le Maroc.

Le diplomate marocain a rappelé que le Maroc avait salué également l'initiative du président Marzouki en 2012 de régulariser la situation d'un grand nombre de ressortissants marocains en Tunisie.

(MAP-29/05/2014)

La Tunisie et le Maroc accordent un intérêt tout particulier à la promotion de leurs relations stratégiques distinguées

L'ambassadeur de Tunisie à Rabat, M. Chafik Hajji a mis en exergue l'intérêt tout particulier que la Tunisie et le Maroc ne cessent d'accorder à la promotion et au renforcement de leurs relations stratégiques "distinguées" dans divers domaines.

Dans un entretien à l'occasion de la visite officielle qu'effectuera SM le Roi Mohammed VI en République de Tunisie, le diplomate tunisien, a relevé que les relations avec le Maroc sont très distinguées et que son pays veille en permanence, à renforcer ses liens de partenariat stratégique avec le Royaume tant sur le plan politique qu'économique. 

Les relations unissant la Tunisie et le Maroc sont "historiques" et "séculaires". Il s'agit de liens "singuliers" qui ne datent pas d'aujourd'hui et qui ont le mérite de se raffermir au fil du temps, a dit M. Hajji.

Il a, en outre, qualifié d'"historique", la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en Tunisie dans la mesure où elle revêt une importance cruciale, mettant l'accent sur l'importance des résultats tant attendus et des espoirs que cette visite royale nourrisse de par, ses dimensions, à la fois, politiques et économiques profondes.

Dans le même sillage, le diplomate tunisien a loué l'appui du Maroc à son pays, notant que le Royaume a, si tôt, fait part de son soutien à la Tunisie. "Nous avons bénéficié de tout l'appui du Maroc, pays frère. Et pour preuve SM le Roi Mohammed VI avait ordonné le déploiement en 2011 d'un hôpital de campagne multidisciplinaire dans la région de Rass Jdir, sur la zone située entre les frontières tuniso-libyennes, afin de soutenir la Tunisie et consolider ses efforts en matière d'accueil et d'hébergement des blessés en provenance de la Libye", a-t-il noté.

Et de poursuivre que le Maroc a toujours veillé à maintenir et préserver les canaux de communication et de concertation avec la Tunisie, après la révolution notamment sur les plans politique et économique, rappelant dans ce cadre, la tenue en 2012 de la haute Commission mixte, outre les échanges de visites de hauts responsables dans les deux pays.

M. Hajji a mis en avant également la visite en Tunisie, le 7 février dernier, de SAR le Prince Moulay Rachid pour représenter SM le Roi Mohammed VI, à la cérémonie officielle d'adoption par les Tunisiens de la nouvelle loi fondamentale.

S'agissant des relations économiques entre les deux pays, le diplomate tunisien s'est félicité de leur caractère "singulier", bien qu'elles demeurent en deçà du niveau escompté, eu égard aux potentialités prometteuses, dont disposent les deux pays et des opportunités énormes de partenariat qui s'offrent devant eux, ajoutant que les deux pays ne cessent de manifester une volonté commune de développer davantage leurs relations économiques et commerciales et de tirer vers le haut le volume de leurs échanges, à travers la promotion d'investissements conjoints.

M. Hajji a tenu à préciser également qu'il existe au Maroc plus d'une cinquantaine d'entreprises tunisiennes, d'un investissement allant de 100 à 150 millions d'euros, au moment où, le nombre des entreprises marocaines installées en Tunisie se chiffre à une vingtaine actives dans divers domaines, en l'occurrence le secteur bancaire. 

Et le diplomate tunisien de relever que la visite officielle de SM le Roi en Tunisie servira d'occasion pour booster les échanges commerciaux et promouvoir les investissements entre les deux pays, faisant savoir qu'il sera procédé, dans ce sens, à la conclusion de plus d'une vingtaine de conventions de coopération et de partenariat touchant à l'ensemble des domaines et intéressant aussi bien le secteur public que privé.

Il a fait observer également qu'en marge de cette visite, il sera procédé à la tenue d'un forum des hommes d'affaires tunisiens et marocains, dont les travaux seront ponctués par la signature de plusieurs conventions et le lancement de projets conjoints.

Evoquant les efforts déployés par les deux pays visant à dynamiser l'Union Maghrébine, le diplomate tunisien a réitéré l'attachement de la Tunisie et du Maroc à l'édification de l'Union du Maghreb Arabe en tant que bloc régional politique et économique, rappelant que le point de départ a été au Maroc avec la tenue de la conférence de Tanger en 1958 et la signature de la convention de Marrakech en 1989 annonçant la naissance de l'UMA.

M. Hajji n'a pas manqué également de rappeler la visite effectuée par le président tunisien Mohamed Moncef El Marzouki en 2012 au Maroc et dans d'autres pays maghrébins, estimant que ce déplacement avait permis le lancement d'une initiative pour la dynamisation du processus maghrébin, connue sous l'appellation de l'initiative des cinq libertés (liberté de circulation, de résidence, de travail, d'investissement et de vote aux élections municipales).

Le diplomate tunisien a, en outre, émis le vœu de voir la rencontre maghrébine prévue en octobre prochain à Tunis, telle qu'elle a été décidée lors de la 32è session des ministres des affaires étrangères des pays de l'Union, servir d'occasion pour insuffler une nouvelle dynamique au processus maghrébin.

Il a, à ce propos, mis en avant l'appui exprimé par le Maroc et son soutien pour la tenue de cette rencontre.

S'agissant des soulèvements qu'a connus le monde arabe dans le cadre du "printemps arabe", M. Hajji a noté que le Maroc avait anticipé ces bouleversements et ce, grâce à la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI qui, depuis l'accession au Trône, a procédé au lancement de plusieurs initiatives inédites, dont l'Instance Equité et Réconciliation (IER) et la consolidation de l'édifice démocratique.

Et de faire observer que l'approche Royale a constitué "un pas très important", évoquant dans ce sens l'engagement du Royaume sur la voie d'un développement global et d'un progrès ayant touché les différents aspects sociaux et économiques.

Sur un autre registre, l'ambassadeur a qualifié la révolution tunisienne de "réussie" à tous les niveaux et ce, comparativement à d'autres pays arabes secoués par des révolutions similaires, notant que le processus en Tunisie a connu un succès, grâce au consentement et la jonction des efforts des différentes parties concernées.

Il a mis en avant, dans ce cadre, l'adoption d'une Constitution consensuelle et son approbation par 97 pc des voix, l'adoption d'un code électoral, et l'installation d'un gouvernement technocrate, ce qui a permis à l'expérience tunisienne d'acquérir ses lettres de noblesse et de servir de modèle pour les autres pays arabes, notamment en ce qui concerne le lancement d'un véritable dialogue national.

(MAP-28/05/2014)

Maroc-Tunisie : Un avenir prometteur se dessine pour les relations économiques bilatérales

Des perspectives prometteuses se dessinent pour l'avenir des relations économiques entre le Maroc et la Tunisie, grâce aux potentialités que recèlent les deux pays et à leur volonté à développer davantage leurs échanges commerciaux au sein de l'Union du Maghreb arabe (UMA).

Le Maroc et la Tunisie, dont les relations de coopération sont régies par un cadre juridique riche et varié comptant plus d'une cinquantaine d'accords et de conventions, sont animés par la volonté de capitaliser sur leur complémentarité économique, afin de réussir leur intégration commerciale et financière dans l'espace stratégique de l'UMA durant les années à venir.

Le partenariat stratégique maroco-tunisien est conforté par une amitié forte et fidèle entre les deux pays et des relations économiques bilatérales qui poursuivent leur évolution dans un contexte marqué par plusieurs réalisations et de nouveaux défis.

Depuis 1956, le Royaume du Maroc accorde une importance stratégique à la République tunisienne en tant qu'allié politique et partenaire économique de premier plan. Ainsi, les relations économiques se sont renforcées par la signature d'un accord portant création d'une zone de libre échange (mars 1999) qui a contribué à élargir et à enrichir les domaines de coopération.

Les relations maroco-tunisiennes ont connu une mutation qualitative grâce à la volonté qui anime les dirigeants des deux pays de hisser ces liens aux plus hauts niveaux et de faire en sorte qu'ils répondent aux aspirations des deux peuples frères à la prospérité et au progrès.

Dans ce cadre, les échanges économiques bilatéraux ont su connaitre un saut qualitatif en 2013 au profit de la Tunisie, où les importations marocaines en provenance de ce pays d'Afrique du nord ont atteint environ 1,87 milliards de dirhams à fin décembre 2013, alors que les exportations du Maroc vers la Tunisie se sont établies à plus de 730,33 millions de dirhams, selon les statistiques de l'Office des changes. Ainsi, le taux de couverture de ces importations par les exportations s'est établi à près de 40 pc en 2013. Les exportations du Maroc vers la Tunisie portent notamment sur les biens d'équipements, les produits semi confectionnés et les produits pharmaceutiques et alimentaires.

Pour ce qui est des produits importées de ce pays, ils concernent en particulier les dattes, les produits végétaux bruts, les produits chimiques et les ouvrages en papiers, outre les matières plastiques et ouvrages en ces matières.

Certains produits marocains sont exportés faiblement en Tunisie, selon le département du commerce extérieur. Il s'agit notamment des produits céramiques, le caoutchouc et ouvrages en caoutchouc, les Vêtements et accessoires du vêtement en bonneterie, le coton, les instruments et appareils d'optique et de photographie, ainsi que les produits chimiques inorganiques.

Cependant, bien que les échanges commerciaux entre les deux pays aient connu une croissance significative durant ces dernières années, ils restent encore en-deçà des aspirations, comparés au niveau de leurs échanges avec l'Union Européenne.

Rabat et Tunis restent animés d'une forte volonté de développer davantage leurs relations et œuvrent à les densifier et à les élargir au service des deux peuples.

La prochaine visite royale, prévue du 30 mai au 1er juin, en tunisie est de nature à donner une forte impulsion aux relations entre les deux pays voisins. 

Maroc-Tunisie: Des relations stratégiques et exemplaires

Les relations entre le Maroc et la Tunisie ont été, de tout temps, empreintes d'une exemplarité infaillible dans plusieurs domaines, et leurs liens millénaires ne cessent de se consolider au fil des temps, grâce au souci et à la volonté commune de les hisser et les fructifier pour le bien des deux peuples frères.

Les relations officielles entre Rabat et Tunis ne datent pas d'hier, mais elles remontent aux années cinquante du siècle dernier, date de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, sous l'impulsion des fondateurs des Etats indépendants, Feu SM Mohammed V, que le Tout-Puissant ait Son âme, et le "Grand combattant", l'ancien président Habib Bourguiba. Ces relations se sont concrétisées par l'ouverture, en 1956, de la représentation diplomatique de Tunisie au Maroc et la signature, le 30 mars 1957, d'un accord de fraternité et de solidarité. 

Elles se sont vues renforcées et consolidées après la date du 11 juin 1980, lorsque les deux pays ont convenu d'instituer la Grande Commission mixte de coopération bilatérale qui avait permis d'asseoir et de diversifier les mécanismes régissant la coopération maroco-tunisienne (Commission de concertation politique, Commission de suivi et de coordination, mécanisme conjoint hauts-cadres, Commissions sectorielles ), outre l'intensification des visites et de la coordination entre les responsables des deux pays. De même, les relations économiques bilatérales ont également été boostées à travers la signature d'un accord instituant une zone de libre-échange (mars 1999) et ayant permis d'élargir le champ et les domaines de la coopération entre Rabat et Tunis.

Les relations de coopération entre les deux pays ont, en outre, connu un essor notoire et exponentiel après le 11 juin 1980, date à laquelle a été mise en place la Grande Commission et de nombreux autres mécanismes d'action commune, d'accords, de protocoles et de mémorandums d'entente dans plusieurs domaines de coopération, dont le nombre dépasse les 160.

Aussi, les derniers développements de la situation politique en Tunisie à l'issue de "la révolution de Jasmin", le 14 janvier 2011 a hautement contribué au resserrement des relations entre les deux pays, dans le mesure où le Royaume a été le premier pays à avoir exprimé sa solidarité "forte et sincère" avec l'ensemble des composantes du peuple tunisien, affirmant que la stabilité de la Tunisie "constitue un facteur essentiel et primordial de la stabilité et de la paix régionale, en particulier dans le Maghreb arabe".

Dans ce sens, SM Le Roi Mohammed VI avait donné Ses Hautes instructions pour la mise en place d'un hôpital de campagne dans la région de "Ras Jdir", dans le sud de la Tunisie, destiné à appuyer les efforts de ce pays en vue d'accueillir et d'assister les réfugiés libyens et d'autres ressortissants étrangers aux frontières tuniso-libyennes.

Le Maroc avait également affiché sa disposition à mettre à la disposition de la Tunisie son expérience dans le domaine de la justice transitionnelle et à fournir le soutien nécessaire en ce qui concerne, notamment l'Instance Equité et Réconciliation et le Conseil nationale des droits de l'Homme, dont il faut s'inspirer en matière de réconciliation et de justice transitionnelle.

A cet égard, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Hamdi Mounji n'a pas manqué de souligner le soutien du Maroc lors de l'étape de la transition démocratique, couronnée dernièrement par le consensus au sein de l'Assemblée nationale constituante, au sujet de la Constitution tunisienne poste-révolution.

Cet élan de solidarité exprimé par le Maroc a eu un écho très favorable auprès du peuple et de la nouvelle direction politique tunisiens et constitué un encouragement fort pour aller de l'avant et rehausser les relations entre les deux pays au niveau du partenariat, à travers le renforcement des relations bilatérales dans tous les domaines et des actions concrètes de nature à transcender les obstacles qui, jusqu'ici, hypothèquent la concrétisation de l'intégration maghrébine à laquelle aspirent les peuples de la région.

Le soutien inconditionnel du Maroc à la Tunisie a été traduit de manière, on ne peut plus claire, par la participation de SAR le Prince Moulay Rachid, qui représentait SM le Roi Mohammed VI, aux festivités de la proclamation de la nouvelle Constitution tunisienne.

A cet effet, le Premier ministre tunisien, Mehdi Jomôa a affirmé que la présence de Son Altesse Royale "dénote d'une preuve sur la place dont bénéficie la Tunisie au Maroc".

D'autre part, la volonté politique exprimée par les deux pays a été étayée et corroborée, au cours de la visite au Maroc du président tunisien, Moncef Marzouki, et a eu un impact positif sur les résultats des travaux de la Haute Commission mixte de coopération bilatérale, lors de sa 17ème session, qui s'était déroulée en juin 2012 à Rabat.

En effet, dans un communiqué commun, les deux pays ont affiché leur détermination sans faille à conférer une forte impulsion à leurs relations de coopération bilatérale, en réponse aux attentes et aspirations des deux peuples à davantage de complémentarité et dans l'intérêt des deux pays.

La volonté politique exprimée par Rabat et Tunis, lors de la visite au Maroc du président Marzouki, a eu également des répercussions positives, dans la mesure où les deux pays ont affiché le consensus qui caractérise la solidité de leurs relations. A cette occasion, les chefs d'Etat des deux pays ont réitéré leur volonté d'aller de l'avant et conférer à ces relations un développement qualitatif sur tous les plans, les élargir et les diversifier dans le but de parvenir à la complémentarité escomptée.

La convergence des vues entre le Maroc et la Tunisie sur plusieurs questions concernant l'espace maghrébin et la région de la Méditerranée, ainsi que les développements sur la scène internationale émane d'une conscience commune que le progrès et la prospérité, ainsi que les défis de la mondialisation, passent inéluctablement par l'unification des rangs et des positions.

En outre, lors de l'audience, accordée par SM le Roi Mohammed VI au Premier ministre tunisien, Mehdi Jomôa, le Souverain avait fait état de la disposition totale du Royaume à approfondir la coopération entre les deux pays dans tous les domaines et à renforcer la concertation en vue de contribuer à l'émergence d'un nouveau Maghreb basé sur les valeurs du respect mutuel, de la solidarité, de l'ouverture démocratique et de l'émancipation des forces au service des peuples des cinq pays maghrébins.

Si les relations maroco-tunisiennes sont distinguées à plus d'un titre et de manière constante sur le plan politique, le volet de coopération économique et des échanges commerciaux demeure, toutefois, en-deçà des attentes et des potentialités que recèlent les deux pays et des contraintes conjoncturels.

Dans ce sens, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, a fait part du souci du Maroc de ne ménager aucun effort en vue de parvenir à un partenariat stratégique multidimensionnel entre les deux pays, au sein de l'espace maghrébin, arabe et africain à travers la diversification des domaines de la coopération économique et l'augmentation des échanges économiques entre Rabat et Tunis.

Il a aussi appelé à un partenariat entre les hommes d'affaires marocains et tunisiens dans les domaines prioritaires, afin que les relations économiques soient rehaussées au niveau de celles politiques stratégiques.

Dans le cadre du soutien accordé par le Maroc à ses partenaires et pays amis en ce qui concerne la lutte contre toutes les formes d'intégrisme et en raison de leur confiance placée en le Royaume et son approche distinguée en matière de gestion de la chose religieuse, la Tunisie et plusieurs autres pays frères et amis ont sollicité la formation de prédicateurs, d'Imams et de prêcheurs au Maroc dans le but de tirer profit de l'expérience marocaine dans ce domaine, pour la promotion des valeurs de la modération et la consécration des préceptes de la religion musulmane tolérante.

A vrai dire, la visite officielle qu'effectuera SM le Roi Mohammed VI en Tunisie (30 mai-1er juin 2014), la troisième du genre depuis l'intronisation du Souverain, constituera une nouvelle étape dans le processus des relations entre les deux pays et une opportunité idoine pour explorer de nouvelles perspectives de coopération bilatérale, à travers l'examen des moyens efficients de nature à élargir, à diversifier et à promouvoir son champ d'action.

Les différentes étapes franchies par les deux pays sur la voie du progrès et de la prospérité et le développement qu'ils connaissent dans plusieurs domaines constituent des créneaux à même de promouvoir leur coopération et contribuer de manière concrète à édifier l'Union du Maghreb arabe qui demeure parmi les priorités des chefs d'Etat des deux pays, entant que choix stratégique pour les Etats de la région leur permettant d'entrer de plain-pied dans la dynamique des regroupements régionaux et relever les défis actuels et d'avenir.

(MAP-27/05/2014)