18 °C Cloudy Rabat

15ème anniversaire de la Fête du Trône

Président de la Fondation d'amitié Polono-marocaine : le discours Royal, une véritable feuille de route de développement et de lutte contre les disparités sociales

Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la Nation en commémoration du 15ème anniversaire de la fête du trône, constitue une véritable feuille de route pour le développement, la consolidation des acquis démocratiques et la lutte contre les disparités sociales, a affirmé le président de la Fondation d'amitié Pologne-Maroc, Mohamed Jabiry.

Tout en saluant le contenu discours Royal, M. Jabiry, a souligné, dans une déclaration, le souci du Souverain de doter le Royaume d'un développement économique et social harmonieux qui se répercute sur le quotidien du citoyen marocain dans toutes les régions du pays. 

SM le Roi a fait montre d'une ferme volonté de pallier aux insuffisances et dysfonctionnements enregistrés dans le domaine de la lutte contre la pauvreté avec pour objectif une répartition égale des richesses du pays, a-t-il dit.

Dès les premiers mois de son règne en 1999, SM le Roi a multiplié les gestes forts envers les pauvres et les couches défavorisées, a affirmé M. Jabiry, citant, à ce propos, l'Initiative nationale de développement humain (INDH), donnée en exemple par les institutions internationales, et dont l'enjeu est d'ériger la composante sociale dans un projet de société pour un développement national durable. 

Il a également salué les efforts du Souverain visant l'édification d'un Grand Maghreb des cinq Etats de la région en dépit des tergiversations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume. 

Dans le même ordre d'idées, il s'est félicité de la volonté Royale de poursuivre le renforcement du partenariat avec les pays africains dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

(MAP-06/08/2014)

Journal soudanais : le discours de SM le Roi à l'occasion de la fête du Trône est "historique"

Le journal soudanais "Al Ouifak" s'est fait l'écho du discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion de la fête du Trône en le qualifiant d'"historique".

Dans un article du journaliste Abou Oubaida El Baqari, la publication souligne que le discours du Souverain a été empreint d'objectivité dans l'évaluation et de franchise et de pertinence dans la proposition des solutions.

Dans Son discours, SM le Roi a réitéré l'engagement du Maroc à adopter à l'égard des pays africains frères une politique harmonieuse et cohérente, fondée sur l'exploitation commune des richesses, la promotion du développement humain et le renforcement de la coopération économique, relève le journal, ajoutant que cette orientation s'illustre à travers les visites que le Souverain effectue dans un certain nombre de pays africains et la portée et la qualité des conventions qui ont été signées à cette occasion, et qui constituent le fondement d'un modèle privilégié de partenariat Sud-Sud.

SM le Roi a réitéré son appel pour une riposte collective aux organisations terroristes et ce, face à la multiplication des menaces sécuritaires, notamment dans la région du Sahel et du Sahara, a souligné l'auteur de l'article.

Le Souverain a appelé à une riposte collective aux organisations terroristes, qui trouvent un allié dans les bandes séparatistes et les hordes pratiquant la traite des humains et le trafic d'armes et de narcotiques, en raison de l'imbrication de leurs intérêts respectifs, soulignant que ces organisations terroristes constituent assurément la plus grande menace pour la sécurité régionale et internationale, note la publication. 

Le journal a noté que SM le Roi a réitéré à l'occasion l'attachement du Royaume à la construction d'une Union maghrébine forte, appelant à dépasser la logique de la rupture et du désaccord entre ses différentes composantes. Le Souverain, souligne le journal, a affirmé à cet égard que toutes les initiatives marocaines responsables visant la réouverture des frontières avec l'Algérie se heurtent à "une intransigeance et un refus systématique, qui vont à contre-courant de la logique de l'Histoire et de la légalité, et qui contreviennent aux droits de nos peuples en matière d'échange et d'interaction humaine et d'ouverture économique".

Par ailleurs, le quotidien a signalé que le discours de SM le Roi a mis en exergue le modèle marocain dans la gestion de la chose religieuse fruit des profondes réformes engagées par le Souverain depuis les dernières 15 années pour assurer la mise à niveau et l'encadrement du champ religieux dans le but de prémunir le citoyen et la société contre les démons de l'extrémisme, du repli sur soi et de l'ignorance et dispenser une formation scientifique et religieuse éclairée qui "doit être imprégnée des valeurs prônant la modération, le juste milieu et la préservation des constantes islamiques". 

En ce sens, le journal a mis l'accent sur la volonté de SM le Roi de mettre l'expérience marocaine dans le domaine de la gestion de la chose religieuse, qui est appréciée à sa juste valeur et fait l'objet d'un intérêt soutenu aux niveaux continental et international, à la disposition des pays frères qui "partagent avec le Maroc l'attachement aux mêmes principes et valeurs spirituels".

Le discours royal, écrit le journal, a consacré une large place aux politiques publiques, ne se bornant pas seulement à exposer ses différentes composantes mais plutôt en procédant à une appréciation de leurs aspects positifs et négatifs, le but étant, souligne "Al Ouifak", de surmonter toutes les défaillances et l'amélioration des conditions de vie des citoyens et faire du Maroc un point d'attrait économique.

Concernant la question de l'intégrité territoriale du Royaume, SM le Roi a réitéré l'attachement du Maroc à l'initiative d'autonomie, ajoute le quotidien, faisant observer que le Souverain a fait part également de sa détermination de mettre en place la régionalisation avancée dans les différentes régions du Royaume, avec, en tête, les provinces du Sud.

Par ailleurs, le discours royal a renouvelé la condamnation énergique du Maroc de l'agression israélienne inique dans la bande de Gaza.

(MAP-05/08/2014)

Expert arabe : le discours du Trône porteur de messages forts au niveau national, régional et international

Le discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du quinzième anniversaire de l'intronisation du Souverain, est porteur de messages forts au niveau national, régional et international, a indiqué Taha Hossein, expert égyptien en questions arabes et analyste politique au journal qatari "Achark " .

M. Hossein a souligné, dans un entretien, que le discours du Souverain est "empreint de franchise dans le traitement de la chose publique marocaine, particulièrement lorsque SM le Roi a affirmé que la célébration du 15éme anniversaire de la fête du Trône est "une opportunité pour marquer une pause, procéder à un examen de conscience, et nous interroger en toute franchise, avec sincérité et objectivité, sur ce qu'il y a lieu d'inscrire à l'actif ou au passif de la marche dans laquelle nous nous sommes engagés, afin d'aborder l'avenir avec sérénité, résolution et optimisme". Ce discours, a ajouté M. Hossein, constitue une "feuille de route" pour la poursuite des réformes visant à promouvoir le développement durable, relever les défis de l'ouverture et de la compétitivité, consacrer la bonne gouvernance et renforcer les politiques publiques en faveur des classes moyennes.

Dans sa lecture de la position exprimée par SM le Roi concernant l'agression israélienne contre la bande de Gaza, M. Hossein a relevé que dans Son discours, le Souverain a fermement condamné cette agression, traduisant ainsi la solidarité constante de SM le Roi avec le peuple palestinien.

M. Hossein a rappelé que le Royaume a été parmi les premiers pays à apporter un soutien matériel aux victimes de cette agression et ouvert les hôpitaux marocains aux blessés et aux malades pour aider à soulager leurs souffrances dans une conjoncture aussi délicate.

SM le Roi, Président du Comité Al Qods a souligné que l'Agence poursuit ses actions sur le terrain, en apportant un soutien direct et concret aux maqdessi, a noté l'analyste politique, rappelant les importantes recommandations adoptées à l'occasion de la tenue à Marrakech de la vingtième session du Comité Al Qods, visant à soutenir les négociations de paix et à préserver l'identité spirituelle et civilisationnelle d'Al-Qods contre les violations israéliennes illégitimes. 

Cette session a été marquée par l'adoption du Plan d'action stratégique quinquennal de l'Agence Bait Mal Al-Qods pour soutenir les secteurs vitaux à travers des projets rigoureux dans leur programmation et leurs moyens de financement.

Sur le plan arabe, SM le Roi a souligné le plus grand besoin, aujourd'hui, d'un système arabe cohérent, économiquement intégré, politiquement unifié et harmonieux, un système qui puisse transformer le monde arabe en pôle géopolitique pesant de son poids réel sur les relations internationales et apte à défendre les Causes arabes cruciales, a relevé M. Hossein, ajoutant que l'appel du Souverain à la mise en place de ce système traduit l'attachement de SM le Roi au renforcement des liens de fraternité et d'entente qui unissent les pays arabes et notamment le Maroc les Etats du Conseil de Coopération du Golf.

Sur le plan maghrébin, l'expert égyptien a souligné que SM le Roi a réaffirmé dans son discours la détermination du Maroc à construire une Union forte prenant appui sur des relations bilatérales solides et des projets économiques inclusifs.

SM le Roi Mohammed VI reçoit un message de félicitations du président du Yémen à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de vœux et de félicitations du président de la République du Yémen, M. Abd Rabu Mansour Hadi, à l'occasion de la fête du Trône.

Dans ce message, le président Yéménite exprime ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs vœux à SM le Roi, en implorant le Très Haut dôaccorder santé et bonheur au Souverain et de renouveler pareille occasion pour le peuple Marocain frère dans davantage de progrès et de prospérité. 

Le président grec félicite SM le Roi Mohammed VI à l'occasion de la fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du Président de la Grèce, Karolos Papoulias, à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession du Souverain au trône de Ses glorieux ancêtres.

Dans ce message, le chef d'Etat grec exprime, en son nom propre et au nom du peuple grec, ses chaleureuses félicitations et ses vœux de bonheur les plus sincères à SM le Roi Mohammed VI et de progrès et de prospérité au peuple marocain ami.  

Journal indien se fait l'écho du processus de réformes mené sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI

Le journal indien (The Indian Express) a accordé une large place dans son édition de mercredi aux réalisations économiques et sociales ainsi qu'aux initiatives et réformes politiques qu'a connu le Maroc sous le règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et ce, à l'occasion de la célébration du 15e anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de ses glorieux ancêtres. 

Ainsi, le journal de grand tirage en Inde, qui a consacré un dossier de deux pages sous le titre "Le Royaume du Maroc commémore le 15ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohamed VI au trône", a mis en exergue le climat de pluralisme politique et de libération économique qui caractérise le Maroc moderne, saluant l'évolution du royaume dans le cadre de la continuité, comme un principe de réformes politiques et économiques. 

Le Maroc n'a pas attendu le "printemps arabe" pour adopter un régime démocratique, mais il en a profité pour élargir et consolider ses fondements démocratiques et accélérer le rythme de sa réforme politique, a affirmé le quotidien, rappelant à cet égard la profonde révision constitutionnelle annoncée par SM le Roi en Mars 2011, et largement acceptée par les citoyens marocains, par référendum.

Concernant la consolidation et la protection des droits de l'Homme et de la diversité culturelle, la publication indienne a salué les importants efforts du Feu Hassan II et de SM le Roi Mohammed VI qui ont lancé un processus politique, économique et social global, visant à établir une société moderne, démocratique et unifiée. 

Par ailleurs, The Indian Express a conclu que le nouveau gouvernement indien, dirigé par le premier ministre Narendra Modi, est convaincu que le Maroc et l'Inde ne ménageront aucun effort afin de donner un nouvel élan au renforcement de ses relations bilatérales, en mettant l'accent sur la poursuite de la coordination des positions entre les deux pays dans divers forums internationaux.

Journaliste Libanais : le discours royal de la fête du trône a accordé un intérêt particulier au citoyen marocain

Le discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession du Souverain au trône de ses glorieux ancêtres a accordé un intérêt particulier au citoyen marocain, a estimé le journaliste-écrivain et analyste politique libanais, Khairallah Khairallah, auteur de nombreux écrits et recherches d'ordre politique et d'articles parus dans la presse arabe et internationale.

Les chiffres attestent du grand nombre des réalisations du Maroc au cours des dernières années, un fait d'ailleurs étayé par toutes les organisations internationales portées sur l'économie et le développement, a-t-il affirmé dans un entretien.

Dans Son discours, le Souverain s'est posé des questions "d'un genre différent" notamment, "qu'avons-nous fait des progrès que nous avons réalisés ? Ont-ils contribué uniquement à rehausser le niveau de consommation, ou ont-ils été mis au service de la prospérité commune de tous les Marocains ? Ou encore : dans quelle mesure ces avancées se sont-elles traduites par l'amélioration du niveau de vie de nos compatriotes ?", a relevé M. Khairallah, auteur d'un livre intitulé "Le Maroc sous le règne de Mohammed VI : qu'y a-t-il de changé ?".

Selon lui, "le citoyen" demeure au centre des préoccupations du Souverain.

M. Khairallah s'est dit impressionné par la confiance de SM le Roi "en Lui-même et en les Marocains", y voyant l'illustration d'"un Roi en paix avec Lui-même et avec ses citoyens".

S'agissant de la question de l'unité territoriale du Royaume, M. Khairallah a relevé que le Souverain a nommé les choses par leurs noms, en réitérant, dans Son discours, que "le Sahara est la cause de tous les Marocains et une responsabilité qui nous engage tous" et en appelant à faire preuve encore et toujours de vigilance et de mobilisation pour anticiper les manœuvres des adversaires.

Le Maroc est suffisamment fort pour jouer le rôle positif qui lui incombe en Afrique et qui va au-delà de l'Afrique du nord pour englober l'ensemble du continent, a poursuivi le journaliste, en estimant que ce rôle va éventuellement dans le sens de l'immunisation du Maroc pour s'atteler à la lutte contre la pauvreté, qui est une guerre quotidienne inévitable pour assurer un avenir meilleur pour le Royaume.

Dans son ouvrage sur le Maroc, publié aux éditions "Dar Essaki" de Beyrouth, l'auteur relève que le Royaume est devenu "plus humain" et que le citoyen marocain lui-même a changé avec la nouvelle expérience que traverse le pays, une expérience fondée sur "l'aspiration à l'avenir à partir d'un nouvel angle où le traitement des soucis du commun des mortels l'emporte sur celui des préoccupations du pays".

Des personnalités italiennes saluent les ''efforts remarquables'' déployés par le Maroc dans divers domaines au cours des dernières années

Plusieurs personnalités italiennes ont salué ''les efforts remarquables'' déployés ces dernières années par le Maroc dans divers domaines notamment économique et des droits de l'Homme, estimant que cela doit inciter les partenaires européens à renforcer leurs relations avec le Royaume qui constitue ''un havre de paix dans une région en pleine turbulence''.

Le président de la Commission des Affaires étrangères et Communautaires à la Chambre des députés italiens a mis en avant l'"excellence" des relations entre Rabat et Rome, soulignant que les deux pays sont ''liés par l'histoire et la géographie'', en rappelant la présence d'une forte communauté marocaine en Italie et le nombre croissant des touristes et d'Hommes d'affaires italiens qui se rendent ou s'installent au Maroc. 

''Le Maroc est l'un des rares pays en Méditerranée qui jouit d'une réelle stabilité dans la rive sud de la Méditerranée'', a-t-il souligné, mercredi soir, lors de la cérémonie organisée par l'ambassade du Maroc à Rome à l'occasion du 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI, observant que ''Peu de pays dans cette région ont réussi à éviter la zone de turbulence et la spirale de violence''.

La perspicacité du Souverain marocain et les réformes multiples qu'il a entreprises au cours des dernières années ont fait que le Maroc est en train d'opérer un véritable changement à tous les niveaux et dans divers domaines allant du politique à l'économique passant par le social, a-t-il fait observer.

Dans une déclaration similaire, le député Andrea Causini a indiqué que 'le Maroc, à la différence de plusieurs pays du sud de la méditerranée, était l'unique à aborder le thème des réformes de manière efficace aussi bien dans le domaine économique que constitutionnel''.

'J'ai visité le Maroc à plusieurs reprises dans le cadre de différentes missions et j'avoue qu'il y a un changement irréversible qui s'opère dans ce pays surtout dans les domaines économiques et des droits de l'Homme'', a-t-il dit, faisant observer que 'parmi les questions qui ont attiré le plus mon attention se trouvent les tournées effectuées par SM le Roi dans différentes régions du Maroc pour impulser leur développement ainsi que l'évolution rapide du taux de scolarisation''.

'Pays modéré, stable et engagé sur la voie d'un développement durable qui portera à coup sûr ses fruits, le Maroc doit servir de modèle pour plusieurs pays de la rive sud de la Méditerranée'', a ajouté M. Causini, relevant qu'un renforcement des relations entre l'Italie et le Maroc ne peut qu'être bénéfique pour la stabilité dans le bassin méditerranéen.

Son collègue, le député Sorial Giorgio, a affirmé que 'nous oeuvrons au sein de la Commission des Affaires étrangères à la Chambre des députés afin de renforcer les liens avec le Maroc et à travers lui favoriser la stabilité et la paix dans le pourtour méditerranéen dont les pays sont confrontés à de nombreux défis aussi bien de développement que de sécurité'' .

'Le Maroc possède actuellement d'énormes opportunités pour évoluer davantage, lui permettant d'atteindre un niveau de développement similaire à celui de nombre de pays européens'', a-t-il poursuivi faisant remarquer que 'Ce qui suscite l'admiration, c'est que les Marocains eux-mêmes sont conscients de cette nouvelle réalité qui s'est instaurée ces dernières années et oeuvrent pour améliorer leur vie quotidienne et hisser leur pays parmi les grandes nations démocratiques''.

Le député italien s'est dit 'convaincu'' que 'le Maroc, devenu un modèle de développement dans la région MENA, jouera au cours des prochaines années un rôle croissant en matière de stabilité, de sécurité et de développement dans le bassin méditerranéen, d'où l'intérêt des européens à favoriser son développement à travers des actions concrètes notamment en matière d'échanges commerciaux et d'enseignement''.

Le Président de la communauté musulmane italienne, M. Abdelouahed Pallavicini, s'est dit impressionné par 'le climat de tolérance'' qui règne au Maroc, rappelant qu'il a saisi l'occasion de sa présence lors des dernières causeries religieuses pour 'présenter ses hommages à SM le Roi Mohammed qui prône un Islam modéré et tolérant donnant la véritable image de cette religion''.

Le Royaume 'doit servir de modèle pour beaucoup de pays dans le monde arabo-islamique en matière de gestion de la chose religieuse'', a-t-il dit.

Evoquant les causeries religieuses présidées par SM Le Roi au cours du mois de Ramadan Pallavicini, a fait observer que 'cette tradition louable initiée par le défunt Roi SM Hassan II et perpétuée par SM le Roi Mohammed VI, offrent aux musulmans, même au-delà des frontières du Maroc, des moments de spiritualité exceptionnels'', a-t-il dit se disant 'impressionné par le nombre d'érudits, de scientifiques et de religieux qui débattent des thèmes purement religieux sans pour autant négliger des questions de la vie quotidienne''.

Commentant le contenu du discours du Trône, M. Pallavicini a relevé que SM le Roi a, depuis son accession au Trône, fait de 'la question du développement, dans le sens large du terme, le fondement même de son règne'', estimant que 'ce discours s'inscrit dans le cadre d'une série de discours qui attirent souvent l'attention sur des éléments nouveaux qui, en cas de mise en pratique n'auront qu'un impact positif sur la société marocaine''.

Pour sa part, le vice-président du Conseil provincial de Cosenza, Luciano Manfrinato, a appelé les Italiens à 's'ouvrir davantage sur le Maroc qui constitue une exception dans la rive sud de la Méditerranée''. 'Nous espérons contribuer de manière concrète à l'essor économique du Royaume de sorte que nos deux pays soient les pivots de la stabilité et de la sécurité dans le bassin méditerranéen'', a-t-il ajouté.

'Dans une région déstabilisée par des conflits armés, le dialogue comme le prône le Maroc constitue la voie de salut pour sortir de la spirale de la violence'', a-t-il dit, soulignant 'la ferme volonté'' des responsables de la province de Cosenza pour renforcer les liens avec le Maroc notamment dans le domaine économique et commercial.

'Le Maroc, de l'avis des spécialistes de la politique internationale, constitue une réalité diverse dans la rive sud de la Méditerranée et où l'évolution de la situation économique et politique est notable'', a-t-il relevé, estimant que c'est dans 'l'intérêt de l'Italie de miser sur ce pays qui constitue une véritable voie d'accès à des millions de consommateurs africains''. 

Commentant le discours du Trône, M. Manfrinato a fait observer que le Souverain s'attèle toujours à attirer l'attention sur des questions de développement souvent négligées et étroitement liées à la vie quotidienne des citoyens.

'Je suis depuis des années la situation politique au Maroc et mon principal constat c'est que les questions du développement sont souvent au centre des discours de SM le Roi, ce qui constitue, si besoin en est, une preuve du haut sens de responsabilité d'un grand chef d'Etat soucieux de porter son pays parmi le concert des pays développés''.

Selon M. Manfrinato, le Maroc et l'Italie sont appelés à jouer un rôle de premier plan pour 'porter plus de sérénité'' dans la région méditerranéenne qui 'malheureusement ne figure pas dans les priorités de la politique étrangères de l'Europe, très occupée par d'autres problèmes'' 

De son côté, le secrétaire national de l'ONG italienne 'Ambientevivo'', Gianni Lattanazio, a estimé que l'apport du Maroc est 'déterminant pour le maintien de la stabilité et de la paix en Méditerranée et dès lors il favorise un développement durable dans cette région secouée à présent par des conflits armés ne portant que désolation''.

'Nous avons beaucoup apprécié les différentes réformes adoptées par le Maroc grâce à la clairvoyance du Roi Mohammed VI. Je crois que contrairement à ce qui se passe dans d'autres pays de la région, le Maroc se trouve sur la bonne voie''. a-t-il dit.

'Ce qui suscite l'admiration envers ce pays c'est qu'il tient jalousement à ses traditions tout en se tournant vers l'avenir, autrement dit, il y a un dosage équilibré entre modernité et authenticité, ce qui est rare dans beaucoup de pays'', a-t-il poursuivi. 

'C'est un pays qui se distingue par sa stabilité à la faveur d'un processus de réformes enclenché ces dernières années visant à améliorer la vie économique, politique et sociale'', a-t-il ajouté relevant que le Maroc est 'en train de relever, à cet égard, le défi, ce qui en fait un modèle dans la région".

Auparavant, l'ambassadeur du Maroc en Italie, M. Hassan Abouyoub, a rappelé, dans une allocution de bienvenue, la symbiose existant entre le peuple marocain et le Trône alaouite, soulignant que la monarchie est garante de la stabilité et du progrès au Maroc qui a accompli au cours de ces 15 dernières années d'importantes réalisations dans divers domaines. 

L'ambassadeur, qui a notamment rappelé l'excellence des relations entre l'Italie et le Maroc, a annoncé la prochaine visite de la ministre italienne des Affaires étrangères au Maroc, Mme Federica Mogherini.

Outre des membres du corps diplomatique accrédités à Rome, ont également pris part à cette cérémonie plus de 500 personnes, parmi lesquelles plusieurs de hauts dignitaires, de nombreux sénateurs et députés, des responsables régionaux, des représentants du monde des affaires, de la culture et des arts et de la société civile ainsi que d'autres personnalités civiles et militaires.. 

Plusieurs représentants de la communauté marocaine résidant en Italie ont effectué le déplacement à Rome pour témoigner de leur attachement au glorieux Trône Alaouite et à l'auguste personne de SM le Roi Mohammed VI, se félicitant notamment du contenu du discours du Trône, qui, ont-ils souligné, 'marque un nouveau tournant dans la marche de développement entamé depuis plusieurs années sous la conduite éclairée du Souverain''.

Par ailleurs, le Chargé d'Affaires du Royaume du Maroc près le Saint-Siège et près l'Ordre souverain militaire de Malte, Khaled Bencheikh, a offert, mercredi soir, dans un grand palace de Rome, une brillante réception à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône.

Cette cérémonie a été marquée par la présence de nombreuses personnalités dont de hauts dignitaires du Saint-Siège, des représentants de la curie romaine, des ambassadeurs accrédités auprès du Vatican ainsi que des amis du Maroc.

Les convives ont saisi l'occasion pour demander à l'ambassadeur d'être leur interprète pour transmettre leurs voeux les plus chaleureux à SM le Roi.

Ils ont également exprimé leurs souhaits sincères de santé et de bonheur au Souverain et de progrès et prospérité pour le peuple marocain.

L'assistance a affirmé aussi toute sa joie de partager la liesse que vit le Royaume en cette heureuse occasion.

Fête du Trône: le président du Panama félicite SM le Roi

Le président de la république du Panama, M. Juan Carlos Varela, a adressé un message de félicitations à SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion de la fête du Trône.

Dans ce message, le président Varela a exprimé, en son nom et en celui du peuple panaméen, ses sincères félicitations et ses chaleureuses salutations à SM le Roi Mohammed VI, à SAR le Prince héritier Moulay El Hassan et à l'ensemble de la famille royale. 

Le président panaméen a également souhaité au Souverain plein succès dans Ses hautes responsabilités, lui faisant part de ses meilleurs vœux de bonheur, et de paix et de progrès pour le peuple marocain, qui partage avec le peuple panaméen des liens d'amitié et de coopération.

M. Juan Carlos Varela a également félicité SM le Roi pour ses efforts visant à renforcer la démocratie au Maroc et à consolider la relation transatlantique entre le Maroc et le Panama.

SAR le Prince Moulay Rachid préside au Cercle Mess des officiers à Rabat un déjeuner offert par SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône

SAR le Prince Moulay Rachid a présidé, jeudi au Cercle Mess des officiers à Rabat, un déjeuner offert par SM le Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d'état-major général des Forces Armées Royales à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession du Souverain au Trône de Ses glorieux ancêtres.

A son arrivée au Cercle Mess des officiers, SAR le Prince Moulay Rachid a été salué par le Général de Corps d'Armée, Bouchaïb Arroub, Inspecteur Général des FAR et Commandant la Zone Sud, avant de passer en revue un détachement du bataillon de Quartier général qui rendait les honneurs.

Son Altesse Royale a été salué ensuite par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de l'administration de la Défense nationale, Abdeltif Loudyi, le général de division, Ahmed Boutaleb, Inspecteur des Forces Royales Air, le vice-amiral Mohamed Laghmari, inspecteur de la Marine royale, et le colonel-major Mohamed Brid, chef du troisième bureau. 

Ont pris part à ce déjeuner, en plus du Chef du gouvernement, les présidents des deux Chambres du Parlement, les conseillers de SM le Roi, les membres du gouvernement, les hauts- commissaires, les présidents des institutions constitutionnelles, les officiers supérieurs de l'Etat-Major général des FAR, les attachés militaires étrangers accrédités à Rabat et d'autres personnalités civiles et militaires .

Sénateur polonais : le Maroc a réalisé d'importants efforts pour le renforcement de la démocratie

Le Maroc a réalisé d'importants efforts pour le renforcement de la démocratie et des droits de l'Homme sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, a affirmé le Sénateur polonais, Bogdan Klich.

Dans une déclaration en marge de la célébration mercredi soir à Varsovie, du 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi, M. Bogdan, qui est le rapporteur de la commission des affaires politiques et de la démocratie de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), a noté que le Royaume représente aujourd'hui un modèle, au niveau de la Méditerranée méridionale, en matière de partenariat avec l'Union européenne (UE).

"J'ai pu constater lors ma visite au Maroc, au début de juillet, les efforts réalisés par le Royaume dans le domaine de la démocratie et des droits de l'Homme, notamment par l'adoption d'une nouvelle Constitution", a-t-il dit, ajoutant que c'est pour cette raison que le Conseil de l'Europe a fait part de sa disposition à apporter davantage de soutien au Maroc dans les différents domaines en rapport avec la mise en oeuvre des dispositions de la constitution, la démocratie, la suprématie de la loi, la parité et la liberté de la presse. 

"Ma dernière visite dans le Royaume m'a permis de m'informer en profondeur des avancées accomplies au niveau des institutions démocratiques et d'examiner les perspectives des programmes à venir dans le domaine de la promotion de la démocratie", a-t-il encore souligné.

Dans une déclaration similaire, le sénateur polonais Kadeusz Kopec, a salué, pour sa part, les réformes politiques et économiques initiées par SM le Roi Mohammed VI faisant du Royaume un exemple dans la région. Il a noté, à ce propos, que le statut du Maroc en tant que partenaire pour la démocratie auprès de l'APCE, constitue une occasion précieuse de promouvoir la coopération bilatérale.

Il a, en outre, plaidé en faveur du renforcement du partenariat entre la Pologne et le Maroc, deux pays émergeants, au nord de l'Afrique et à l'est de l'Europe, en vue de donner un nouvel élan à la coopération économique pour la hisser au même niveau que les liens politiques entre Rabat et Varsovie.

Le Conseil de Gouvernement salue hautement la teneur du discours historique de SM le Roi à l'occasion de la fête du Trône

Le Conseil de Gouvernement a hautement salué la teneur du discours "historique" de SM le Roi à l'occasion de la fête du Trône.

Réuni jeudi sous la présidence du chef du Gouvernement, Abdelilah Benkirane, le Conseil s'est arrêté sur le discours royal qu'il a qualifié d'"historique", saluant avec "grande fierté" sa teneur, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, dans un communiqué lu lors d'un point de presse, à l'issue de cette réunion.

Pour le Conseil de Gouvernement, ce discours "consacre la réconciliation avec soi, interpelle, définit les orientations et reconnait les réalisations et les acquis", de manière à consolider la position du Maroc comme "pays stable qui progresse tout en affrontant les problématiques du développement et de l'équité, un pays qui poursuit son rayonnement au sein de son environnement".

Le Conseil de Gouvernement, a ajouté M. Khalfi, a tout particulièrement cité les réalisations du modèle de développement mis en place, depuis plusieurs années déjà, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, un modèle qui a permis au Maroc de se positionner en leadership dans son environnement et de peser de son poids dans nombre de questions intéressant cet environnement.

Le Conseil de Gouvernement a également noté avec fierté l'"objectivité du discours courageux" du Souverain qui a évoqué nombre de questions intéressant la Nation telles que la répartition équitable des richesses et l'évaluation objective pour pouvoir poursuivre les efforts du progrès sur la base d'une vision globalisée du développement.

Le Conseil de Gouvernement n'a pas manqué, a poursuivi M. Khalfi, de souligner la vision volontariste et proactive du Maroc, sous la conduite de son Souverain, pour accompagner les mutations que connait le monde et œuvrer à élargir les partenariats et faire face aux défis qui se posent.

Diplomate marocain : la fête du Trône, la consécration de la symbiose existant depuis des siècles entre le Trône et le peuple

La célébration par le peuple marocain de la fête du Trône consacre la symbiose existant depuis des siècles entre le glorieux Trône alaouite et le peuple marocain, qui trouve son fondement dans la Baiaa et la confiance réciproque entre la Nation et le Trône, a affirmé l'ambassadeur du Maroc à Doha, Mekki Gouane.

''Le Trône a consenti d'énormes sacrifices pour libérer le Royaume, défendre sa dignité, sa religion et son unité et assurer son progrès et sa prospérité'', a-t-il ajouté dans un entretien publié par le quotidien ''Al Sharq''.

Le diplomate marocain a fait observer que la célébration de cette fête constitue une occasion pour relier le passé et le présent tout en se tournant vers l'avenir, soulignant qu'il s'agit d'un événement annuel célébré avec fierté et qui nous permet de nous remémorer des réalisations accomplies sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, notamment les grands chantiers ouverts par le Souverain visant à édifier un Maroc démocratique, respectueux des droits de l'Homme et qui consacre un nouveau concept de l'autorité.

Après avoir passé en revue les grands chantiers réalisés depuis l'accession de SM le Roi au Trône dans divers domaines politique, économique et social, notamment l'adoption d'une nouvelle constitution, et la mise en place des institutions Equité et Réconciliation (IER) et du Médiateur (Al Wassit), ainsi que le lancement de l'Initiative nationale de développement humaine (INDH), M. Gouane a mis l'accent sur la politique étrangère du Royaume qui se fixe comme priorités la consolidation de la paix et la sécurité dans le monde, la consécration de la coopération internationale et la promotion des droits de l'Homme.

Le Maroc œuvre inlassablement en vue de relancer l'Union du Maghreb, promouvoir l'action arabe commune, défendre les questions vitales de la nation arabe et islamique, dont la cause palestinienne, a-t-il poursuivi, rappelant les positions louables de SM le Roi, Président du Comité Al Qods, qui ne cesse de dénoncer les agressions israéliennes contre le peuple palestinien.

Le diplomate marocain a également mis en relief les excellentes relations qu'entretiennent le Maroc et les pays du Golfe, exprimant notamment sa fierté pour le haut niveau atteint dans les relations entre le Royaume et Qatar.

Il a rappelé, à cet égard, la visite effectué par SM le Roi à Doha, en octobre 2012, ainsi que l'échange de visites entre les hauts responsables des deux pays dans le but de promouvoir les rapports bilatéraux, qui ont connu un saut qualitatif depuis la moitié de l'année en cours suite à la réunion de la haute Commission mixte qui avait tenu ses travaux en mars dernier à Rabat.

Vice PM portugais : le Maroc et le Portugal, de vieux amis et des chantiers d'avenir en matière de coopération

Le Maroc et le Portugal sont de vieux amis ayant des chantiers d'avenir en matière de coopération dans plusieurs domaines, a souligné le vice premier ministre portugais, Paulo Portas.

"Nous avons de très bonnes relations avec le Maroc, notamment sur les plans politique et sécuritaire", a affirmé M. Portas dans une déclaration en marge d'une réception offerte mercredi soir par l'ambassadeur du Maroc à Lisbonne, Karima Benyaich, à l'occasion du 15è anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres.

M. Portas a aussi fait savoir que la coopération économique va être encore renforcée entre les deux pays, mettant l'accent sur les efforts déployés en matière de coopération dans le domaine culturel.

Dans une allocution à l'occasion de la fête du trône, Mme Benyaich a souligné que les relations exceptionnelles liant le Maroc et le Portugal et le legs historique peu commun sont autant d'atouts qui "nous incitent à renforcer davantage nos relations et notre coopération tant au niveau bilatéral que multilatéral".

Dépassant le cadre d'un partenariat ordinaire, les relations maroco-portugaises s'inscrivent dans une véritable communauté de destin qui "nous impose d'œuvrer ensemble pour apporter les meilleures réponses aux défis actuels", a affirmé Mme Benyaich.

Elle a également rappelé que sous la conduite éclairée et volontariste de SM le Roi Mohammed VI et face à de nombreux défis du monde moderne et dans le contexte des crises régionales, le Royaume s'est engagé dans un projet global ayant pour objectif un plus grand développement politique, social, économique et une diplomatie de plus en plus dynamique.

De hauts responsables civils et militaires portugais, de nombreuses personnalités de marque, des représentants du corps diplomatique arabe et islamique accrédité à Lisbonne et des ambassadeurs de plusieurs pays amis du Royaume ont assisté à la célébration de ce glorieux événement.

Ont pris part également à cette cérémonie des personnalités du monde des affaires, de la finance, des médias, de l'art et de la culture, ainsi que plusieurs membres de la communauté marocaine établie au Portugal. 

Les 15 années de règne de SM le Roi très importantes pour la marche du Maroc vers le développement et le bien-être

Les quinze années de règne de SM le Roi Mohammed VI ont été très importantes dans la vie du peuple marocain et pour la marche du Maroc vers le développement et le bien-être, a affirmé, mercredi soir, l'ambassadeur du Maroc en Bulgarie, Mme Latifa Akharbach.

"Ces 15 années ont été denses en évènements, riches en réalisations, fertiles en débats publics, fructueuses en réformes, exceptionnelles en décisions audacieuses", a-t-elle ajouté devant un parterre de 350 personnalités représentant les milieux politique, diplomatique et du monde économique, de la culture et des arts, ayant pris part à la réception organisée à Sofia en commémoration du 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi.

L'ambassadeur a expliqué, dans ce contexte, la démarche spécifique du Maroc qui lui a permis d'être dans une dynamique de "changement dans la stabilité" grâce au leadership de SM le Roi et à la participation de l'ensemble des acteurs de la société.

"Grâce au leadership de SM le Roi, à la mobilisation des différents acteurs politiques, (gouvernements successifs, partis politiques, syndicats, etc.) et grâce aussi à la participation citoyenne par le biais des ONG, le Maroc a su aborder le tournant du Printemps arabe dans la stabilité mais avec la ferme volonté d'aller plus loin dans les réformes et la consolidation démocratique", s'est-elle félicitée.

La diplomate a ensuite évoqué les choix de politique étrangère du Royaume au niveau du continent africain et de l'Union Européenne, soulignant que "ces 15 années ont été, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, marquées par un exceptionnel investissement dans la coopération sud-sud au bénéfice de notre continent, l'Afrique, et par une dynamique de rapprochement de plus en plus ambitieux avec l'UE". 

Dans le même ordre d'idées, elle a fait remarquer que "si Aujourd'hui, le Maroc est dans sa région, l'allié le plus proche de l'UE, c'est que le pays a été à la fois crédible dans sa démarche réformatrice et prévisible aussi bien dans ses alliances stratégiques que dans ses choix sociétaux, économiques et politiques internes".

S'agissant de l'apport de la Bulgarie à l'UE, Mme Akharbach a noté que "le Maroc n'oublie jamais que la Bulgarie est un membre à part entière de l'UE et que son adhésion à l'UE a été une valeur ajoutée pour la maison commune européenne et un grand acquis pour le peuple bulgare". 

Elle a, à ce propos, cité les bons résultats de la Bulgarie au dernier scrutin européen du 25 mai dernier et la sagesse du peuple bulgare qui n'a pas élu d'eurosceptiques et d'europhobes. 

L'ambassadeur a également fait part de la solidarité du Maroc avec la Bulgarie qui a connu une année politique difficile et la confiance en la capacité des acteurs politiques et du peuple bulgares à dépasser les difficultés de cette étape importante de la transition démocratique. 

Parmi les personnalités présentes figuraient plusieurs ministres et députés dont notamment le ministre des affaires étrangères M. Kristian Viguenin, le ministre du tourisme M. Branimir Botev et le vice-ministre des affaires étrangères M. Angel Velichkov.

Mme Akhrabach a accordé une série d'interviews à la presse écrite, électronique et audiovisuelle bulgare dans lesquelles elle a retracé les principales réalisations accomplies par le Royaume sous la conduite de SM le Roi au cours des quinze dernières années.

Fête du Trône: Les réformes politiques et économiques initiées par SM le Roi ont assuré la stabilité du Maroc

Les réformes politiques et économiques initiées par SM le Roi Mohammed VI depuis son accession au trône ont assuré la stabilité du Royaume, a affirmé mercredi soir à Varsovie l'ambassadeur du Maroc en Pologne, M. Younès Tijani.

Intervenant devant plus de 300 convives représentant le monde politique, économique, de la culture et des arts en Pologne venus prendre part à la cérémonie organisée à l'occasion du 15ème anniversaire de la fête du trône, l'ambassadeur a ajouté que ces réformes, qui ont été rendues possibles grâce au leadership de SM le Roi et à la participation des différents acteurs politiques et de la société civile, ont permis au Royaume de jeter les bases d'une société démocratique, moderne, tolérante et attachée à l'islam. 

Le diplomate a ensuite loué la coopération entre le Maroc et la Pologne, deux pays occupant une place de choix respectivement en Afrique du Nord et en Europe orientale. Il s'est félicité des échanges de visites à haut niveau entre Rabat et Varsovie tant au niveau ministériel qu'au plan législatif, ce qui a permis de booster les échanges commerciaux entre les deux pays. Le tourisme est devenu un secteur clé dans ces échanges, a dit le diplomate, précisant que 50.000 touristes polonais ont visité le Royaume en 2013 et que ce chiffre passerait à 150.000 dans les années à venir. 

M. Tijani a, en outre, insisté sur le fait que la Pologne a opté pour les mêmes choix politiques et économiques que le Royaume, à savoir le multipartisme, la promotion des droits de l'Homme et les réformes économiques, basées sur la liberté d'entreprendre et la libre concurrence, ce qui constitue un point commun à même de donner une nouvelle impulsion au partenariat entre Rabat et Varsovie.

Outre des membres du corps diplomatique accrédités à Varsovie, de Hauts dignitaires polonais, dont Jan Chianowski, ministre, Chef d'Office des anciens combattants représentant du gouvernement polonais ainsi que de nombreux sénateurs et députés du Parlement, plusieurs maires de villes polonaises et des représentants de la communauté marocaine en Pologne ont été invités à cette cérémonie. Celle-ci a été agrémentée de musique Gnaouie avant que les convives ne dégustent les nombreux mets et spécialités marocaines préparées pour la circonstance.

Economiste suisse : Le Souverain a choisi la voie de l'intelligence pour un avenir plus juste

Le Discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion de la Fête du Trône témoigne, à bien des égards, de "la voie de l'intelligence dans laquelle s'engage le Maroc sous le leadership de son Souverain pour un avenir plus juste", a affirmé jeudi l'économiste suisse Jean-Marc Maillard.

"Il s'agit d'un message particulièrement éloquent et empreint de détermination adressé à toute la population mais aussi à tous ceux qui tentent de freiner la voie choisie par le Maroc pour un avenir plus sûr, plus juste et porteur de lumière", a déclaré M. Maillard.

L'expert lausannois du monde arabe réagissait à l'appel lancé par le Souverain pour la réalisation d'une étude de mesure de la valeur globale du Maroc entre 1999 et 2013.

"Alors que des conflits d'une gravité exceptionnelle sont source de désespoir et entraînent des pays dans le chaos par la poursuite de chimères aveuglantes, portant en elles les germes de leur effondrement, le Maroc a choisi, sous l'égide de son Souverain éclairé, la voie de l'intelligence et du dialogue avec la fixation d'objectifs clairs", a-t-il fait observer.

Pour M. Maillard, "cette voie, la voie royale, fait preuve d'une constance exceptionnelle qui a fait ses preuves durant quinze années de règne".

Loin des luttes idéologiques, a-t-il relevé, l'approche de SM le Roi "incarne la modernité respectueuse de la tradition dans laquelle le Souverain puise sa force et sa détermination en totale opposition aux régimes autoritaires de tout bord qui foisonnent sur tous les continents". 

"Sa Majesté est l'adepte d'un développement harmonieux dont la dynamique entraîne progressivement les citoyens vers une amélioration du niveau de vie en évitant, autant que faire se peut, l'éclosion d'un matérialisme libéral contraire à une authentique tradition musulmane", a expliqué l'économiste.

Tout cela dans un équilibre délicat fondé sur la communication et les échanges, générateurs de développement, une dynamique que SM le Roi "ambitionne d'inscrire dans le temps et cela est un constat réjouissant", a-t-il conclu.

Dans son discours à la Nation mercredi, le Souverain a invité le Conseil économique, social et environnemental, en collaboration avec Bank Al Maghrib, les institutions nationales concernées et les institutions internationales spécialisées, à entreprendre une étude permettant de mesurer la valeur globale du Maroc entre 1999 et fin 2013.

SM le Roi a précisé que l'objet de cette étude n'est pas seulement de faire ressortir la valeur du capital immatériel du Maroc, mais également et surtout de souligner la nécessité de retenir ce capital comme critère fondamental dans l'élaboration des politiques publiques, afin que tous les Marocains puissent bénéficier des richesses du pays.

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président Irlandais à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du président irlandais, M. Michael D. Higgins, à l'occasion de la Fête du Trône.

Dans ce message, le président de l'Irlande exprime, en son nom propre et en celui du peuple irlandais, ses sincères félicitations et ses chaleureuses salutations au Souverain. 

Le président irlandais exprime également ses félicitations et ses vœux les meilleurs de bien-être et de bonheur à SM le Roi, et de paix et de progrès au peuple marocain. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président des Maldives à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du président de la République des Maldives, M. Abdulla Yameen Abdul Gayoom, à l'occasion de la fête du Trône.

Dans ce message, M. Abdul Gayoom exprime, en son nom et en celui du peuple et du gouvernement des Maldives, ses chaleureses félicitations et ses meilleurs vœux à SM le Roi, au gouvernement et au peuple marocain, formant le vœu de voir les relations cordiales existant entre les deux pays se renforcer davantage dans les années à venir.

Le président des Maldives exprime également ses meilleurs vœux de santé et de bonheur à SM le Roi, et de paix et de progrès au peuple marocain. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président sénégalais à l'occasion de la Fête du Trône  

 SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du président de la République du Sénégal, M. Macky Sall, à l'occasion de la Fête du Trône.

Dans ce message, M. Sall adresse ses plus chaleureuses félicitations à SM le Roi, ainsi qu'au peuple marocain ami et frère, saisissant cette heureuse occasion pour réaffirmer au Souverain combien il se réjouissait de "la qualité exceptionnelle des relations anciennes et multiformes qui unissent nos deux pays".

"Il Me plaît une fois de plus de magnifier la qualité exceptionnelle de la coopération sénégalo-marocaine et Vous assure de Ma détermination constante à poursuivre avec Vous Notre œuvre commune pour le raffermissement de nos liens bilatéraux et la défense des intérêts de la Oumma islamique", souligne le président sénégalais. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du SG de l'ONU à l'occasion de la Fête du Trône  

 SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l'occasion de la Fête du Trône.

Dans ce message, M. Ban Ki-moon adresse ses très chaleureuses félicitations au Souverain ainsi qu'au gouvernement et au peuple marocains à l'occasion de cette heureuse fête, notant qu'"il importe que chaque pays célèbre sa culture, son histoire et ses avancées, car c'est l'essence même de la diversité qui fait que notre monde est si riche, si apte à rebondir et si dynamique".

"Il est tout aussi essentiel de prendre conscience que nous sommes liés les uns aux autres dans un monde de plus en plus interdépendant. Tous les Etats membres, quelle que soit leur taille ou leur richesse, ont un rôle à jouer pour ce qui est de réaliser la promesse contenue dans la Charte des Nations Unies", ajoute le SG de l'ONU.

M. Ban Ki-moon qui dit continuer de compter sur l'engagement et le rôle actifs du Maroc, affirme que "ce n'est qu'en oeuvrant de concert à cette cause commune que nous réussirons à progresser dans la réalisation des objectifs que nous partageons: la paix, le développement et les droits de l'Homme pour tous".

SM le Roi reçoit un message de félicitations du gouverneur de l'émirat d'Al-Fujeirah à l'occasion de la Fête du Trône  

 SM le Roi Mohammed VI a reçu, à l'occasion de la fête du Trône, un message de félicitations de SA Cheikh Hamad Ben Mohammed Asharki, membre du conseil suprême et gouverneur de l'émirat d'Al-Fujeirah.

Dans ce message, le gouverneur d'Al-Fujeirah exprime à SM le Roi ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs voeux, en implorant le Tout-Puissant de renouveler pareille heureuse occasion pour le Souverain dans la santé et le bonheur et pour l'auguste Famille Royale, le gouvernement et le peuple marocain frère dans davantage de progrès et de prospérité. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du vice-président de l'Etat des Emirats arabes unis à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations de SA Cheikh Mohamed Ben Rached Al Maktoum, Vice-président de l'Etat des Emirats Arabes Unis (EEAU), Président du Conseil des ministres, Gouverneur de Dubaï, à l'occasion de la fête du Trône.

Dans ce message, SA Cheikh Mohamed Ben Rached Al Maktoum exprime ses chaleureuses félicitations fraternelles à SM le Roi et au peuple marocain, affirmant que le peuple émirati partage avec le peuple marocain les joies en cette heureuse occasion.

Le Vice-président de l'Etat des Emirats Arabes Unis a également exprimé ses sincères vœux de santé, de bonheur et de succès à SM le Roi, et de progrès et de prospérité au peuple marocain. 

Washington se félicite de l'amitié "durable" et du partenariat "historique" et "fier" liant le Maroc et les Etats-Unis  

Washington se félicite du caractère "fort" et "durable" de l'amitié séculaire, ainsi que du partenariat "historique" et "fier" qui lient le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d'Amérique, à l'occasion de la célébration par le peuple marocain de la Fête du Trône, souligne le Secrétaire d'Etat US, John Kerry, dans un communiqué rendu public mercredi par le Département d'Etat.

"Au nom du Président Barack Obama et du peuple américain, j'offre mes voeux les meilleurs à SM le Roi Mohammed VI et au peuple marocain à l'occasion de la célébration de la Fête du Trône", a indiqué le chef de la diplomatie américaine.

Et M. Kerry de souligner : "l'amitié forte et durable entre nos deux pays continue de se consolider de jour en jour, au moment nous nous évertuons à élargir notre coopération économique, à augmenter nos échanges commerciaux, culturels et dans le domaine de l'éducation, et à promouvoir la sécurité et la stabilité dans la région".

"Nous sommes animés de la volonté de poursuivre l'édification de notre partenariat historique et fier et d'oeuvrer ensemble pour faire avancer nos objectifs communs", réaffirme-t-il.

SM le Roi reçoit un message de félicitations du Prince héritier de Bahreïn à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de vœux et de félicitations, à l'occasion de la Fête du Trône, de SAR le Prince Salman Ben Hamad Al Khalifa, Prince héritier de Bahreïn, Commandant suprême adjoint des forces de défense et premier vice-président du conseil des ministres du royaume de Bahreïn. 

Dans ce message, le Prince Salman Ben Hamad Al Khalifa exprime au Souverain ses sincères félicitations fraternelles et ses voeux les meilleurs, en implorant le Très-Haut de renouveler pareille occasion pour le Souverain dans la santé et le bonheur et pour le peuple marocain dans davantage de progrès et de prospérité. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du Prince héritier d'Arabie Saoudite à l'occasion de la Fête du Trône  

 SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de voeux et de félicitations à l'occasion de la Fête du Trône, de SAR le Prince Salmane Ibn Abdelaziz Al Saoud, Prince héritier d'Arabie Saoudite, vice-président du Conseil des ministres et ministre de la Défense.

Dans ce message, SAR le Prince Salmane Ibn Abdelaziz exprime ses vives félicitations et ses voeux les meilleurs de santé et de bonheur au Souverain, et de davantage de progrès et de prospérité au peuple marocain frère. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président de la Confédération suisse à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de voeux et de félicitations du président de la Confédération suisse, M. Didier Burkhalter, à l'occasion de la Fête du Trône.

"Au moment où le Royaume du Maroc célèbre sa Fête du Trône, il m'est particulièrement agréable de présenter à Votre Majesté, au nom du Conseil fédéral et en mon nom personnel, mes plus chaleureuses félicitations ainsi que mes meilleurs souhaits de bien-être et de bonheur pour Vous-même, pour la Famille Royale et pour le peuple marocain", écrit-il dans ce message. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président fédéral d'Autriche à l'occasion de la Fête du Trône  

   SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de voeux et de félicitations du président fédéral de la République d'Autriche, M. Heinz Fischer, à l'occasion de la Fête du Trône.

"A l'occasion de la Fête du Trône du Royaume du Maroc, j'ai le grand plaisir de Vous présenter mes chaleureuses félicitations. En même temps je forme mes voeux les meilleurs pour Votre bonheur personnel ainsi que pour l'heureux avenir du peuple marocain", écrit-il dans ce message. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président portugais à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations et de voeux du président de la République portugaise, M. Anibal Cavaco Silva, à l'occasion de la Fête du Trône.

A l'occasion de la Fête du Trône "je présente à Votre Majesté mes sincères félicitations ainsi que mes voeux pour Votre bonheur personnel et pour le progrès et prospérité du peuple marocain", écrit M. Cavaco Silva dans ce message. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président tunisien à l'occasion de la Fête du Trône  

 SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du président tunisien, Mohamed Moncef Marzouki, à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession du Souverain au Trône.

Dans ce message, le président tunisien exprime à SM le Roi ses chaleureuses félicitations et ses voeux fraternels de santé et de bonheur, et au peuple marocain de davantage de progrès et de prospérité sous la sage conduite du Souverain, et réitère, par la même, sa satisfaction quant au niveau des relations de fraternité unissant les deux pays.

Le président tunisien réaffirme, à cette occasion, sa détermination à continuer d'oeuvrer, de concert avec le Royaume du Maroc, en vue de hisser la coopération bilatérale vers de nouveaux sommets, resserrer les liens de fraternité entre les peuples marocain et tunisien et donner corps à l'intégration et au partenariat auxquels ils aspirent en vue de consolider le processus de construction maghrébine. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations de SM la Reine Elizabeth II à l'occasion de la Fête du Trône  

 SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations et de vœux de SM la Reine Elizabeth II du Royaume-Uni, à l'occasion de la Fête du Trône.

"A l'occasion de la Fête du Trône, c'est avec grand plaisir que je présente à Votre Majesté mes salutations les plus chaleureuses ainsi que tous mes voeux de succès au peuple du Maroc", écrit SM la Reine Elizabeth II dans ce message. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président gabonais à l'occasion de la Fête du Trône  

  SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du président de la République gabonaise, M. Ali Bongo Ondimba, à l'occasion de la Fête du Trône.

"En cette heureuse circonstance, il m'est tout particulièrement agréable d'adresser à Votre Majesté, mes très vives et chaleureuses félicitations, auxquelles je joins les souhaits de réussite éclatante du Peuple gabonais à toutes les festivités y relatives", écrit le président Gabonais.

M. Ali Bongo Ondimba a tenu à saluer, en cette heureuse occasion, les efforts accomplis par le Souverain pour œuvrer au développement du Royaume dans divers domaines d'activités multiformes, notamment sur les plans économique, culturel et social, tout en se félicitant des "liens fraternels qui lient si heureusement la République Gabonaise et le Royaume du Maroc, pays frères qui n'ont de cesse de toujours hisser à un niveau supérieur leur partenariat exemplaire". 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président fédéral d'Autriche à l'occasion de la Fête du Trône  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de voeux et de félicitations du président fédéral de la République d'Autriche, M. Heinz Fischer, à l'occasion de la Fête du Trône.

"A l'occasion de la Fête du Trône du Royaume du Maroc, j'ai le grand plaisir de Vous présenter mes chaleureuses félicitations. En même temps je forme mes voeux les meilleurs pour Votre bonheur personnel ainsi que pour l'heureux avenir du peuple marocain", écrit-il dans ce message. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du président chinois à l'occasion de la Fête du Trône  

  

SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations et de vœux du Président de la République Populaire de Chine, M. XI Jinping à l'occasion de la Fête du Trône.

Dans ce message, le président XI Jinping exprime, au nom du peuple chinois et en son nom personnel, ses chaleureuses félicitations et ses sincères vœux à SM le Roi et à travers le Souverain, au gouvernement et au peuple marocain ami, en se réjouissant de constater que, "sous la conduite de Votre Majesté, le Maroc relève activement des défis, maintient la stabilité politique et la promotion du développement économique, et joue un rôle de plus en plus important dans les affaires tant régionales qu'internationales".

Le président chinois a tenu à souligner à cette occasion que la Chine et le Maroc "sont liés par une amitié traditionnelle profonde, et leur coopération a porté des fruits abondants dans divers domaines".

"En attachant une haute importance au développement des relations sino-marocaines, je suis disposé à travailler, de concert avec Votre Majesté, pour consolider davantage la confiance mutuelle politique et approfondir la coopération pragmatique, pour porter les relations d'amitié et de coopération sino-marocaines à de nouveaux paliers, et ce dans l'intérêt de nos deux pays et de nos deux peuples", a-t-il affirmé. 

SM le Roi reçoit un message de félicitations du gouverneur général d'Australie à l'occasion de la Fête du Trône  

   SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de félicitations du gouverneur-général d'Australie Sir Peter Cosgrove à l'occasion de la Fête du Trône.

Dans ce message, M.Peter Gosgrove exprime, en son nom et en celui du peuple et du gouvernement d'Australie, ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs vœux à SM le Roi, au gouvernement et au peuple du Royaume du Maroc.

Il s'est également félicité du développement soutenu des relations bilatérales, confortées par l'essor que connaissent les échanges commerciaux entre les deux pays dans plusieurs secteurs.

Le gouverneur-général d'Australie a, en outre, exprimé la disposition de son pays à coopérer avec le Maroc au sein de l'ONU sur les questions d'intérêt commun à la faveur de la paix et la stabilité dans le monde, formant le vœu de voir les relations cordiales existant entre les deux pays se renforcer davantage dans les années à venir.

Le Maroc et le Portugal, de vieux amis et des chantiers d'avenir en matière de coopération  

Le Maroc et le Portugal sont de vieux amis ayant des chantiers d'avenir en matière de coopération dans plusieurs domaines, a souligné le vice premier ministre portugais, Paulo Portas.

"Nous avons de très bonnes relations avec le Maroc, notamment sur les plans politique et sécuritaire", a affirmé M. Portas dans une déclaration à la MAP en marge d'une réception offerte mercredi soir par l'ambassadeur du Maroc à Lisbonne, Karima Benyaich, à l'occasion du 15è anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres.

M. Portas a aussi fait savoir que la coopération économique va être encore renforcée entre les deux pays, mettant l'accent sur les efforts déployés en matière de coopération dans le domaine culturel.

Dans une allocution à l'occasion de la fête du trône, Mme Benyaich a souligné que les relations exceptionnelles liant le Maroc et le Portugal et le legs historique peu commun sont autant d'atouts qui "nous incitent à renforcer davantage nos relations et notre coopération tant au niveau bilatéral que multilatéral".

Dépassant le cadre d'un partenariat ordinaire, les relations maroco-portugaises s'inscrivent dans une véritable communauté de destin qui "nous impose d'œuvrer ensemble pour apporter les meilleures réponses aux défis actuels", a affirmé Mme Benyaich.

Elle a également rappelé que sous la conduite éclairée et volontariste de SM le Roi Mohammed VI et face à de nombreux défis du monde moderne et dans le contexte des crises régionales, le Royaume s'est engagé dans un projet global ayant pour objectif un plus grand développement politique, social, économique et une diplomatie de plus en plus dynamique.

De hauts responsables civils et militaires portugais, de nombreuses personnalités de marque, des représentants du corps diplomatique arabe et islamique accrédité à Lisbonne et des ambassadeurs de plusieurs pays amis du Royaume ont assisté à la célébration de ce glorieux événement.

Ont pris part également à cette cérémonie des personnalités du monde des affaires, de la finance, des médias, de l'art et de la culture, ainsi que plusieurs membres de la communauté marocaine établie au Portugal. 

-MAP-31/07/14

 

La vision prospective de SM le Roi Mohammed VI a fait du Maroc un véritable havre de paix et de stabilité  

  

La vision prospective de SM le Roi Mohammed VI a fait du Maroc un véritable havre de paix et de stabilité, notamment dans un environnement régional mouvementé, marqué par le "printemps arabe" et la montée de revendications sociales de plus en plus pressantes, a souligné, Me Assane Dioma Ndiaye, président de la ligue sénégalaise des droits humains.

Grâce à Sa clairvoyance et à Sa sagesse, le Souverain a anticipé la crise arabe en engageant les réformes nécessaires à même de permettre d'asseoir les bases d'une bonne gouvernance et de hisser le Maroc au rang des grandes démocraties de par le monde'', a-t-il confié à la MAP.

Par la même occasion, Il s'est félicité de cette démarche novatrice et inédite du Maroc sur la voie du progrès et de la prospérité. 

Avec son ouverture démocratique, on a assisté ces dernières années au Maroc, à des progrès très notables en matière de consécration de l'Etat de droit et surtout de promotion des libertés individuelles et collectives, a estimé M. Ndiaye, mettant en avant également "la créativité" et "l'inventivité" du peuple marocain et sa mobilisation derrière SM le Roi pour le développement et la prospérité du Royaume.

Et de poursuivre que les grandes avancées réalisées par le Maroc en termes de paix et de stabilité et le renforcement de son édifice démocratique lui ont valu de réaliser un saut qualitatif sur le plan économique et de jouir ainsi d'une véritable confiance et un grand respect de la part de la communauté économique internationale.

Cela s'est traduit par le fait que le Royaume est devenu actuellement une plateforme idoine pour les investissements étrangers, a-t-il rappelé, faisant observer que le Maroc dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique extérieure, ne ménage aucun effort en vue de la promotion d'un partenariat gagnant- gagnant avec les pays africains subsahariens, selon une démarche de solidarité agissante.

‘'Le Royaume, fier de son appartenance au continent africain, s'est lancé dans une véritable politique d'ouverture vis-à-vis des pays africains subsahariens. Une initiative salutaire à travers laquelle, le Maroc ne cesse de montrer sa volonté de mettre à la disposition de ses pairs africains, son savoir- faire et son expertise dans moult domaines'', a-t-il dit.

 Le Maroc a donc toujours su qu'il ne pourra pas vivre en vase clos et qu'il doit s'ouvrir sur le monde et surtout, développer cette coopération Sud-sud combien importante pour la relance du Continent, a-t-il poursuivi, citant l'exemple du partenariat ‘'exemplaire'' unissant le Maroc et le Sénégal dans divers domaines ainsi que la synergie et la symbiose qui marquent les liens séculaires entre les deux pays frères et amis.  

‘'Le Maroc est un pays très en avance sur les plans régional et continental dans plusieurs domaines et si le Royaume a eu à réaliser ces performances économiques et sociales, c'est surtout grâce à la sagesse et à la politique volontariste du Souverain de faire de ce pays un modèle à suivre dans le domaine de la démocratie et de la bonne gouvernance'', a-t-il dit. 

Et d'ajouter que le Maroc doit actuellement son attractivité à plusieurs facteurs, dont sa position géographique en tant que trait d'union entre l'Europe et l'Afrique et entre l'Orient et l'Occident mais aussi, aux pas franchis en matière de respect et de promotion des valeurs universelles et des droits humains, et à sa politique d'ouverture sur le monde.

 Sur la nouvelle politique migratoire du Royaume, Me Ndiaye a fait savoir que cette initiative inédite émane d'une vision humaniste et de solidarité de SM le Roi Mohammed VI, et illustre parfaitement le fait que "le Royaume n'a jamais eu de reflexe identitaire ou encore de rejet ou de fermeture vis-à-vis de l'Afrique et ses ressortissants''.  

‘'Il s'agit d'une véritable politique d'intégration et de cohésion et une initiative courageuse, qui témoignent encore une fois, de l'attachement du Maroc et son ancrage dans le continent africain et surtout, de sa prise de conscience qu'autrui pourrait servir aussi d'acteur d'enrichissement et d'apport mutuels'', a-t-il dit. 

Le Maroc, un "grand pays" qui "est et sera toujours le meilleur allié de l'Espagne" (ex-ministre espagnole AE)  

L'ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères et de la coopération, Trinidad Jiménez, a affirmé que le Maroc "est et sera toujours le meilleur allié de l'Espagne".

 

Le Maroc est un voisin, un grand pays qui est et sera toujours le meilleur allié de l'Espagne", a souligné Mme Jiménez dans une déclaration à MAP-Madrid en marge de la réception offerte, mercredi soir à Madrid, par l'ambassadeur de SM le Roi en Espagne, M. Mohammed Fadel Benyaich, à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de Ses glorieux ancêtres.

 Pour l'Espagne, il s'avère fondamental d'avoir toujours une bonne relation avec le Royaume du Maroc", a dit l'ancienne chef de la diplomatie espagnole (2010-2011), mettant l'accent sur l'"excellente relation" unissant les deux pays dans tous les domaines politique, social, culturel, économique et commercial.

 Ces liens bilatéraux "excellents" ont été consolidés lors de la dernière visite officielle du Roi Felipe VI au Maroc à l'invitation de SM le Roi Mohammed VI, a-t-elle noté, ajoutant que ce voyage a confirmé le "respect, l'affection, le bon voisinage et la bonne relation" entre les deux pays.

 Mme Jiménez, également ancienne ministre de la Santé et de la politique sociale (2009-2010) au gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero, a mis en exergue les réformes entreprises au Maroc depuis l'accession de SM le Roi au Trône de Ses glorieux ancêtres, assurant que le Souverain a impulsé au Royaume une "grande dynamique de modernisation".  

Le Maroc, un "exemple à suivre" dans le monde arabe en matière de réformes et de modernisation   

  

L'ancien président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a souligné que le Maroc constitue un "exemple à suivre" dans le monde arabe en matière de réformes et de modernisation.

Le Maroc est un exemple à suivre dans le monde arabe en matière de réformes et de modernisation pacifique et tranquille", a affirmé Zapatero dans une déclaration à MAP-Madrid en marge de la réception offerte, mercredi soir à Madrid, par l'ambassadeur du Maroc en Espagne, M. Mohammed Fadel Benyaich, à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de Ses glorieux ancêtres.

 

Lorsqu'on constate ce qui se passe dans la région arabe et les scènes de violence, on peut confirmer que le Royaume du Maroc est un exemple à suivre pour mener à bon port un processus de réformes dans un cadre pacifique", a ajouté l'ex-chef de l'exécutif espagnol (2004 - 2011) et ancien leader du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

 

Par ailleurs, Zapatero s'est félicité des "très bonnes relations" unissant le Maroc et l'Espagne, faisant part de ses "remerciements et reconnaissance au Royaume et à SM le Roi Mohammed VI pour leur aide, compréhension et coopération avec l'Espagne dans des sujets épineux comme la lutte contre l'immigration illégale et le terrorisme".

 Le responsable espagnol a, à cet égard, mis exergue la "grande relation" liant les deux Familles Royales marocaine et espagnole, ajoutant que cette relation "sera consolidée" sous le règne du Roi Felipe VI. 

 

Le Maroc, sous l'impulsion de SM le Roi, engagé de manière "irréversible" dans un processus de démocratisation et d'ouverture  

  Le Maroc, sous l'impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est engagé "dans un processus irréversible de démocratisation, de libéralisation, d'ouverture et de réformes tous azimuts", a déclaré mercredi l'ancien ambassadeur américain, Edward Gabriel qui intervenait sur HuffPost Live.

 

Ces 15 dernières années ont été remarquables à tout point de vue au Maroc, un pays qui se distingue par sa stabilité à la faveur d'un train de réformes substantielles ayant mis sur un même pied d'égalité l'homme et la femme, consolidé les droits civiques et le système judiciaire conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution, et induit une évolution vertueuse dans les sphères économique, politique et sociale, dans le cadre d'une démarche qui fait du Royaume un modèle dans la région", a expliqué M. Gabriel.

 

Mettant en avant l'"excellence" des relations entre Rabat et Washington, l'ancien ambassadeur américain a rappelé la rencontre au sommet entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président Barack Obama, en novembre dernier à la Maison Blanche, ainsi que la visite au Maroc du chef de la diplomatie américaine John Kerry, en rappelant que les deux pays avaient mis en place un Dialogue stratégique et partagent, entre autres, une vision commune sur la sécurité et le développement durable en Afrique.

 

Et d'ajouter que la semaine prochaine se tiendra à Washington le Sommet Etats-Unis/Afrique où le Maroc, seul pays du continent à être lié avec les Etats-Unis par un accord de Libre-échange, jouera un rôle de premier plan lors de ce conclave.

 

Il a dans ce contexte mis l'accent sur l'opportunité pour Rabat et Washington de mettre en place des stratégies communes pour créer de nouveaux partenariats solidaires dans le continent africain touchant notamment la sécurité alimentaire et énergétique, outre le développement humain.

 

Le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi et l'aura spirituelle du Souverain, déploie une force de projection stabilisatrice dans le continent en rappelant que plusieurs pays de la région ont sollicité l'aide du Royaume pour la formation d'imams et afin de bénéficier de l'approche holistique initiée par le Maroc dans ce domaine, a conclu Edward Gabriel. 

Les grandes réformes engagées par SM le Roi ont fait du Maroc "une oasis au milieu d'un monde arabe embrasé" 

  

 Les grandes réformes menées par SM le Roi Mohammed VI depuis son accession au trône de Ses glorieux ancêtres ont fait du Maroc "une oasis au milieu d'un monde arabe embrasé", a affirmé le secrétaire général des affaires étrangères au Parlement, M.Bilal Charara.

 

Depuis le début des prémisses des changements dans le monde arabe, SM le Roi a initié des réformes constitutionnelles visant le développement du système politique au Maroc, a déclaré M. Charara à la MAP à l'occasion du quinzième anniversaire de la Fête du trône, rappelant, dans ce sens, la révision de la constitution en 2011, ainsi que les élections législatives et d'autres réformes politiques, économiques et sociales. 

 

Ces réformes menées au Maroc sous la sage conduite du Souverain, "ont prémuni le Royaume du Maroc qui connait une stabilité et un développement continu de la démocratie", a-t-il poursuivi.

 

Qualifiant de "développées et spéciales" les relations maroco-libanaises, M.Charara n'a pas manqué de souligner les relations "continues" entre les chambres des Représentants et des Conseillers avec le Parlement libanais. 

 

 Un congressman US met en avant les réformes "anticipatives" entreprises par le Maroc bien avant le printemps arabe"  

  

 Le Congressman démocrate Albio Sires a mis en avant, mercredi à Washington, les réformes anticipatives" initiées au Maroc sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, bien avant l'avènement du "printemps arabe", relevant que le Royaume se positionne en "leader" régional dans ce domaine.

 Sous la vision perspicace de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a donné l'exemple aux pays de la région d'Afrique du nord et du Moyen-Orient (Mena) à travers une dynamique vertueuse de réformes profondes et globales qui s'appuie sur une approche participative et inclusive", a tenu à souligner M. Sires dans une déclaration à la MAP, suite au discours prononcé par le Souverain à l'occasion de la Fête du Trône. 

 Le représentant du 8è district de l'Etat de New Jersey a expliqué dans ce contexte que le Maroc est à une "longueur d'avance" sur les pays de la région "Mena" dans la mesure où il a décidé, il y a plus d'une décennie, de lancer un train de réformes qui anticipent les besoins et les attentes des citoyens.

 Evoquant la coopération Sud-Sud à laquelle le Maroc attache une attention particulière, M. Sires a indiqué que l'Afrique est au cœur des préoccupations du Royaume comme en témoignent les multiples visites que le Souverain a effectuées dans plusieurs pays du Continent dans le but de donner une nouvelle impulsion au co-développement, conformément à une approche mutuellement bénéfique.

 

Dans le discours Royal, le Souverain a affirmé, à ce propos, que "Nous sommes profondément convaincu que l'Afrique est apte à réaliser son essor" et que "cet objectif ne pourra être atteint que si le continent compte sur ses enfants et sur ses ressources propres. Ici, Je tiens à réaffirmer ce que J'ai dit à Abidjan: l'Afrique doit faire confiance à l'Afrique", en réitérant l'engagement de Sa Majesté "à adopter à l'égard de nos frères africains, une politique harmonieuse et cohérente, fondée sur l'exploitation commune des richesses, la promotion du développement humain et le renforcement de la coopération économique".

 

Par ailleurs, le congressman américain n'a pas manqué de saluer les relations "excellentes" qui unissent les Etats-Unis et le Maroc dans différents domaines de coopération, ajoutant que ces rapports vont se raffermir davantage, notamment dans le cadre du Dialogue stratégique lancé en 2012.

 

Il a annoncé à cet égard qu'il compte effectuer prochainement une visite de travail dans le Royaume dans la perspective d'explorer de nouvelles voies de coopération qui seront à même de donner une nouvelle dimension aux relations "déjà privilégiées" entre les deux pays.

 Dans une déclaration similaire, le Congressman républicain Mario Diaz-Balart a affirmé que les réformes initiées au Maroc sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le leadership régional du Souverain jouissent d'un "soutien bipartisan" au sein du Congrès des Etats-Unis d'Amérique. 

Au Congrès, Républicains et Démocrates ne sont pas tout le temps d'accord sur nombre de sujets et questions, mais ils sont unanimes à saluer le leadership Sa Majesté le Roi, particulièrement en matière de réformes et des droits de l'Homme et le rayonnement du Souverain dans le continent africain", a tenu à préciser M. Diaz-Balart, représentant républicain du 25è district de l'Etat de Floride.

31/07/14

La voie royale pour un Maroc plus juste et porteur de grands desseins

En quinze ans de règne de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, le Maroc aura développé assez de potentiel pour emprunter la voie vers un avenir plus sûr, plus juste et porteur de grands desseins pour tous les citoyens sans exclusive.

Voilà le message qui donne la mesure de la Grande Ambition Royale pour franchir, dans les années à venir, un nouveau palier dans le développement humain et la redistribution des richesses, qu'elles soient matérielles ou immatérielles.

Sans ambages, le constat dressé par le Souverain dans Son discours à l'occasion de la Fête du Trône ne laisse personne indifférent: En dépit des avancées non négligeables accumulées, la réalité confirme que la richesse ne profite pas à tous les citoyens. 

C'est dire la détermination royale à aller plus loin dans le combat contre la pauvreté et la marginalisation, avec tout ce qui en découle en termes de précarité et de disparités sociales, dont SM le Roi fait une grande priorité de règne depuis Son accession au Trône.

Mais au jour d'aujourd'hui, le Souverain tient à cœur de mobiliser tous les acteurs nationaux, les ressources et les moyens nécessaires autour d'un modèle de développement humain plus équitable et surtout fondé sur des études de terrain et prises en compte dans les politiques publiques. 

Car, à coup sûr, le Royaume a atteint en 15 ans un seuil de maturité l'habilitant "à évaluer la pertinence des politiques publiques et la portée de leur impact effectif sur la vie des citoyens".

D'où l'initiative royale de lancer une étude permettant de mesurer la valeur globale du Maroc, en l'occurrence son capital historique et culturel, son capital humain et social, la confiance, la stabilité, la qualité des institutions, l'innovation et la recherche scientifique, la création culturelle et artistique, la qualité de la vie et de l'environnement.

Cette initiative révèle l'attachement inébranlable du Souverain à un modèle de développement soucieux avant tout du citoyen et ses conditions de vie, un modèle où le capital immatériel sera retenu comme composante phare dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques.

Et pour réunir les conditions d'un impact réel de ce modèle renouvelé de développement humain, le Souverain tient à ce que tout le monde y soit impliqué : gouvernement, parlement, institutions nationales et toutes les forces vives de la nation.

Soucieux de construire un avenir solidaire et porteur d'espoir, SM le Roi place le Maroc dans son environnement régional immédiat, "convaincu que le désaccord n'est pas une fatalité incontournable". 

En réaffirmant l'urgence pour les pays du Maghreb d'aller au-delà des divergences et des intérêts nationaux étriqués, le Souverain appelle à faire prévaloir les besoins du citoyen maghrébin, le premier à pâtir du non-Maghreb et de la persistance des barrières entre les Etats membres.

Il n'empêche que le Maroc demeure résolu à faire des relations bilatérales le pilier de la construction de l'Union maghrébine, comme en témoigne la récente visite royale en Tunisie.

C'est dans ce même esprit que SM le Roi réitère Son engagement en faveur d'une Afrique solidaire dont les pays travaillent ensemble pour l'exploitation des richesses, la promotion du développement humain et de la coopération économique. 

L'action régionale commune est d'autant plus urgente que prolifèrent les menaces sécuritaires, notamment dans la région du Sahel, où les organisations terroristes ont tendance à s'allier aux bandes séparatistes et aux trafiquants d'armes et de drogue. Face à ces défis en tout genre, le Souverain appelle les pays de la région à une riposte collective susceptible de préserver la sécurité régionale et internationale.

Abbas El Fassi : Le règne de SM le Roi est riche en réalisations importantes touchant tous les domaines

L' ancien Chef du gouvernement M. Abbas El Fassi, décoré mercredi par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, du wissam Al Arch (Classe exceptionnelle), a affirmé que le règne du Souverain représente une étape riche en réalisations importantes.

Dans une déclaration à la presse en marge de la réception présidée par SM le Roi à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession du Souverain au trône de Ses glorieux ancêtres, M. El Fassi a souligné que les réalisations accomplies ont touché les domaines politique, constitutionnel, économique social et culturel.

M. El Fassi s'est dit heureux et fier de cette distinction royale qui constitue un couronnement de sa carrière politique au service de la patrie. Dans des déclarations similaires plusieurs personnalités marocaines et étrangères décorées de wissam royaux ont fait part de leur joie du geste de SM le Roi, exprimant leurs félicitations et voeux au Souverain à l'occasion de la fête du trône .

SM le Roi préside une réception à l’occasion de la Fête du Trône

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid a présidé, mercredi 30 juillet 2014 au Palais Royal à Rabat, une réception à l’occasion du 15ème anniversaire de l’accession du Souverain au trône de Ses glorieux ancêtres.

Au début de cette cérémonie, SM le Roi a salué les couleurs nationales au son de l’hymne national, alors que retentissait une salve de 21 coups de canon.

Le Souverain a ensuite été salué par plusieurs personnalités marocaines et étrangères venues présenter leurs vœux à SM le Roi en cette heureuse occasion.

Ainsi, Le Souverain a été salué par MM. Nimaga Ismaila, Ambassadeur de la République Centrafricaine, doyen du corps diplomatique, doyen du corps diplomatique africain et du corps diplomatique islamique, Monseigneur Antonio Sozzo, nonce-ambassadeur du Vatican, doyen du corps diplomatique européen, Tosari Widjaja, Ambassadeur de la République d’Indonésie, doyen du corps diplomatique asiatique, Fransisco A. Caraballo, Ambassadeur de la République dominicaine, doyen du corps diplomatique américain, et Hazim Ahmed Al Youssoufi, ambassadeur de la République d’Irak, doyen du corps diplomatique arabe.

Le Souverain a, par la suite, été salué par Abdelillah Benkirane, Chef du gouvernement, Rachid Talbi Alami, président de la Chambre des Représentants, Mohamed Cheikh Biadillah, président de la Chambre des Conseillers, Mustapha Fares, premier-président de la Cour de Cassation, Mustapha Meddah, Procureur général près cette cour, Mohamed Achergui, Président du Conseil Constitutionnel, Driss Jettou, Président de la Cour des Comptes, Nizar Baraka, président du Conseil économique, social et environnemental.

Sa Majesté le Roi a de même été salué par Mohamed Yssef, secrétaire général du Conseil supérieur des ouléma, Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’Homme et président du conseil de la Communauté marocaine à l’étranger, Abdelaziz Benzakour, médiateur du Royaume, Amina Lamrini Ouehabi, présidente de la haute autorité de la communication audiovisuelle, Abdelali Benamour, président du Conseil de la Concurrence, Abdessalam Abouderar, président de l’instance centrale de prévention de la corruption, et Khalihenna Ould Errachid, président du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes.

Le Souverain a ensuite été salué par le Général de corps d’armée Bouchaib Arroub, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la Zone Sud, le Général de Corps d’Armée Hosni Benslimane, Commandant la Gendarmerie Royale, le Général de Division Ahmed Boutaleb, Inspecteur des Forces Royales Air, le Vice-Amiral Mohamed Laghmari, Inspecteur de la Marine Royale, le Général de Brigade Lahcen Imjane, Inspecteur des Forces Auxiliaires (Zone Sud), le Général de Brigade Hassan Taik, Inspecteur des Forces Auxiliaires (Zone Nord), le Colonel Major Mohamed Berrid, chef du troisième bureau, Mohamed Yassine Mansouri, Directeur général des Etudes et de la Documentation, Bouchaib Rmail, Directeur général de la Sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi, Directeur général de la Surveillance du territoire, ainsi que par Mohamed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France et président d’honneur du Conseil français du culte musulman.

Le Souverain a également été salué par Monseigneur Vincent Lamdel, archevêque de Rabat, le pasteur Samuel Amedro, président de l’Eglise évangélique au Maroc, Maxim Massalitin, président de l’Eglise orthodoxe russe, et Yossef Israël, Grand rabbin de Casablanca.

SM le Roi a aussi été salué par Felipe Gonzalez, ancien chef du gouvernement espagnol.

Le Souverain a, à cette occasion, décoré plusieurs personnalités marocaines et étrangères de Ouissams royaux.

MAP: 30/07/2014

Décoration de plusieurs personnalités de Ouissams royaux à l’occasion de la Fête du Trône

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid a présidé, mercredi 30 juillet 2014 au Palais Royal à Rabat, une réception à l’occasion du 15ème anniversaire de l’accession du Souverain au trône de Ses glorieux ancêtres.

A cette occasion, le Souverain a décoré plusieurs personnalités marocaines et étrangères de Ouissams royaux.

Le Souverain a ainsi décoré du wissam Al Arch (Classe exceptionnelle) MM. Abbas El Fassi el Fihri, ancien Chef du gouvernement, Abdelouahed Radi, ancien président de la Chambre des représentants et l’actuel président de l’Union parlementaire internationale, Mustapha Benabdellah, professeur d’art plastique au collège royal et Mohamed El Mestassi, chargé de mission au ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie.

SM le Roi a également décoré du Wissam Al Arch de deuxième classe(Commandeur), M. Mohamed Bennouna, juge à la Cour internationale de justice de La Haye, et du Wissam Alaoui de deuxième classe (Commandeur), Mme Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, M. Mohamed “Mo” Ibrahim, homme d’affaires et entrepreneur, président de la fondation “Mo Ibrahim pour une meilleure gouvernance en Afrique”, et M. Mamadou Diana N’Daye, Conseiller du président sénégalais en matière des investissements stratégiques et membre de l’union économique internationale à l’université Harvard.

Ont également été décorés du Wissam Al Kafaa Al Fikria, MM. Mohamed Chafik, membre de l’Académie du Royaume du Maroc et ancien recteur de l’institut royal de la culture amazighe, décoration remise à son fils Abdeljaouad Chafik, Edgar Morin, grand penseur, philosophe et humaniste, directeur de recherche au centre national de la recherche scientifique en France, Abderrahim El Alam, écrivain, critique littéraire et président de l’Union des écrivains du Maroc, lauréat du Prix international “Manhai 2013″ en Corée du Sud, Rachid Yazami, Ingénieur, chercheur et inventeur dans le domaine des technologies des batteries “Lithium-Ion”, lauréat du Prix Charles Stark Drapper 2014 de l’Académie nationale de l’ingénierie à Washington (USA), résident à Singapour, et Taha Abderrahmane, écrivain et philosophe marocaine.

De même, le Souverain a décoré du Wissam Al Arch de troisième classe (Officier), M. Michael Zaoui, expert financier auprès de plusieurs groupes bancaires internationaux, qui s’est vu également remettre le même wissam au nom de son frère, Yoel Zaoui, qui n’a pas pu se présenter, et M. Mhamed Ben Abboud, expert et professeur d’histoire à l’université Abdelmalek Essaadi à Tétouan.

Ont aussi été décorés du Wissam Alaoui de troisième classe (officier), MM. Pier Antonio Panzeri, membre du parlement européen et ancien président de la commission des relations avec les pays maghrébins du Parlement européen, Robert Chastel, médecin et auteur du livre “Rabat : le destin d’une ville et des caprices d’un fleuve”.

SM le Roi a ensuite décoré du Wissam Al Moukafaa Al Wathania de 2è classe (Commandeur), MM. Abdelouahed Ismail, médecin-orthopédiste et Mohamed Brini, journaliste, et du Wissam Al Moukafaa Al Wathania de troisième classe (officier), Abderrahim Athmoune, Président de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE, Anas El Arrass, chercheur et concepteur de drones à usage militaire à l’université nationale de Séoul, titulaire de plus de 30 brevets d’invention dans le domaine de l’aviation, Ali Benmakhlouf, professeur de la philosophie arabe aux universités “Paris Est Créteil” et “Sciences-Po Paris” et membre de la commission nationale française de l’éthique médicale, et Mme Amina Seddiq, professeur-médecin, chercheuse en matière de traitement des maladies cancéreuses à l’université “Tourou” au Nevada (USA), Mme Ismahane El Ouafi, directrice générale du Centre international d’agriculture biosaline aux Emirats Arabes Unis, Mme Houria Bennis, Chercheuse en histoire et en philosophie des mathématiques au Centre national de la recherche scientifique en France, Mme Leila El Alami, professeur de création littéraire à l’Université de Californie (USA), Mme Souad El Mkhanat, journaliste marocaine résidente en Allemagne, M. Driss Benbrahim, expert marocain dans le domaine financier, investisseur à Londres, M. Abdelhamid El Jomri, Président de la commission des travailleurs migrants et leurs familles à l’Organisation des Nations Unies et M. Hatim Bettioui, journaliste marocaine, résident à Londres.

Ont été décorés du Wissam Al Arch de quatrième classe (Chevalier) M. Khalid Cheddadi, président de la caisse marocaine des retraites, Mme Nadia Laraki, directrice générale de l’Agence nationale des ports, Mme Amine El Figuigui, directrice générale de l’Office national de la pêche et Mme Habiba Laklalech, directrice générale-adjointe de la Compagnie Royal Air Maroc.

SM le Roi a aussi décoré du Wissam Al Moukafaa Al Wathania de quatrième classe (Chevalier) MM. Fouad Benseddik, expert, membre du Conseil économique social et environnemental, Faiçal Marjani Smires, acteur associatif, expert auprès de plusieurs centres de recherche internationaux, et du Wissam Al Istihkak Al Wathani de première classe, Meryem Bourhil, élève marocaine résidente en France qui a obtenu la moyenne de 21/20 aux examens du baccalauréat 2014. Le Souverain a été salué à cette occasion par les parents de l’élève, M. Mohamed Bourhil et Mme Nadia Talhaoui.

Le Souverain a également décoré du même Wissam Yasmina Berraoui, élève à besoins spécifiques originaire de la ville de Casablanca ayant obtenu le diplôme du Baccalauréat avec la mention Assez-bien. Le Souverain a été salué à cette occasion par la mère de l’élève Mina Moumile.

SM le Roi a aussi décoré Houda Naybi, élève originaire de Sidi Bernoussi (Casablanca) ayant obtenu le diplôme du Baccalauréat avec la moyenne de 19,45. Le Souverain a été salué à cette occasion par la mère de l’élève Amina Bouchikhi.

A été également décorée du même Wissam, Sara Reddad l’élève originaire d’Inzegane Ait Melloul ayant obtenu le diplôme du Baccalauréat avec la moyenne de 19,35. Le Souverain a été salué à cette occasion par le père de l’élève Ibrahim Reddad.

MAP: 30/07/2014

Journal belge : Le Maroc joue un 'rôle essentiel'' face à la menace islamiste en Europe et en Afrique

Le Maroc, de par sa situation géographique, joue sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI un 'rôle essentiel'' face à la menace islamiste en Europe et en Afrique, souligne le journal belge 'La Dernière Heure'' dans son édition de mercredi. 

Dans un article intitulé '15 ans de règne de SM le Roi Mohammed VI'', le quotidien indique que le Maroc joue un 'rôle prépondérant'' pour l'Europe face à la menace de la poussée de l'islamisme radical, mais aussi de l'immigration vers le Nord.

'Le Maroc joue un rôle déterminant dans la lutte contre le radicalisme islamiste, pas seulement à travers la personnalité de SM le Roi, Commandeur des croyants'', relève la publication qui fait observer que ce pouvoir concerne aussi les chrétiens et les juifs. 

Le journal, qui a recueilli les propos du chef de la mission du Maroc auprès de l'UE, l'ambassadeur Menouar Alem, à l'occasion de la fête du trône, met également l'accent sur l'importance de la formation organisée au Maroc au profit des Imams de plusieurs pays africains, notamment du Mali et la République Centrafricaine, notant que 'cela constitue une manière de lutter contre les dérives de certains prêcheurs venus de l'étranger''.

La Dernière Heure met également en avant la stabilité dont jouit le Maroc et la sagesse et la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI qui a interagi positivement avec les revendications exprimées par le peuple marocain dans le contexte du 'Printemps arabe''. 

Si le Maroc n'a pas connu en 2011 des mouvements de contestation violents comme ce fut le cas dans plusieurs pays arabes, c'est grâce à la politique d'ouverture et aux réformes menées par Feu SM Hassan II et qui ont été poursuivies et accélérées dès l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI en 1999, rapporte le journal.

Dans son entretien avec la DH, l'ambassadeur Menouar Alem soutient que le Maroc a opté pour le pluralisme politique dès son indépendance, ce qui a permis le développement d'une vraie classe politique, mais aussi une éducation politique de la population. 

Il met aussi en relief l'importance des toutes premières décisions prises par SM le Roi Mohammed VI après Son accession au Trône, faisant remarquer que le Souverain a demandé un état des lieux du Maroc de 1956 à 1999 et que ce bilan sans précédent a été établi par une commission indépendante et présenté à tous les Marocains.

La mise sur pied en avril 2004 de l'Instance équité et réconciliation qui a permis de clore définitivement le dossier des violations passées des droits de l'Homme, la réforme du Code de la famille qui a changé radicalement le statut de la femme marocaine sont également citées par le journal parmi les multiples grandes réformes qui marquent ces 15 années de règne de SM le Roi Mohammed VI.

Fête du Trône : Washington se félicite de l'amitié "durable" et du partenariat "historique" et "fier" liant le Maroc et les Etats-Unis

Washington se félicite du caractère "fort" et "durable" de l'amitié séculaire, ainsi que du partenariat "historique" et "fier" qui lient le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d'Amérique, à l'occasion de la célébration par le peuple marocain de la Fête du Trône, souligne le Secrétaire d'Etat US, John Kerry, dans un communiqué rendu public mercredi par le Département d'Etat.

"Au nom du Président Barack Obama et du peuple américain, j'offre mes voeux les meilleurs à SM le Roi Mohammed VI et au peuple marocain à l'occasion de la célébration de la Fête du Trône", a indiqué le chef de la diplomatie américaine.

Et M. Kerry de souligner : "l'amitié forte et durable entre nos deux pays continue de se consolider de jour en jour, au moment nous nous évertuons à élargir notre coopération économique, à augmenter nos échanges commerciaux, culturels et dans le domaine de l'éducation, et à promouvoir la sécurité et la stabilité dans la région".

"Nous sommes animés de la volonté de poursuivre l'édification de notre partenariat historique et fier et d'oeuvrer ensemble pour faire avancer nos objectifs communs", réaffirme-t-il.

Ancien ministre gabonais : depuis son accession au Trône, SM le Roi a initié un modèle "très novateur" qui a résolument placé le Maroc sur la marche du progrès

Animé d'une forte volonté et du souci permanent d'assurer le développement et la modernisation de son pays, SM le Roi Mohammed VI a initié depuis son accession au Trône un modèle "très novateur" fondé sur l'engagement et la détermination du Souverain, qui a résolument placé le Royaume sur la marche du progrès, a affirmé le président du Conseil national de la communication (CNC) gabonais, Jean-François Ndongou.

"Le modèle que SM le Roi a insufflé à la dynamique de développement de modernisation du Royaume est très novateur, en ce qu'il unit le renforcement de la démocratie et le développement durable, avec la particularité de réserver une place importante à la participation des collectivités locales dans la gestion des initiatives de développement à leur profit", a souligné l'ex-ministre de l'Intérieur (2009-2013), dans un entretien accordé à la MAP à l'occasion du 15ème anniversaire de l'accession du Souverain au Glorieux Trône.

Du point de vue du renforcement de la démocratie, se félicite l'ancien ministre d'Etat (2006-2008), des faits majeurs viennent marquer le fonctionnement politique du Royaume sous l'ère de SM le Roi et présagent l'avenir serein du Maroc.

Il a cité, en ce sens, l'organisation d'élections crédibles et transparentes, l'adoption d'une nouvelle constitution qui garantit l'égalité hommes-femmes, une gouvernance politique reposant sur des institutions démocratiques et la liberté d'opinion, d'expression et d'association.

"L'objectif pour le Souverain, nous l'avons compris, étant de rechercher le rapprochement des gouvernants des gouvernés, dans une relation de respect mutuel et de complémentarité. En somme, il s'agit là d'une nouvelle conception de l'autorité au service du citoyen, proche de ses préoccupations et de ses besoins", a-t-il fait observer.

Evoquant les réalisations accomplies par le Maroc ces dernières années en termes d'infrastructures, le président du CNC a relevé que le Royaume, sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, a consacré des investissements massifs à la réalisation d'infrastructures d'envergure qui sont incontestablement un véritable coup d'accélérateur à la modernisation et à la croissance de l'économie nationale.

A cet égard, M. Ndongou a exprimé son admiration pour les mégaprojets lancés par le Souverain, dont le Tanger-Med, le complexe aéroportuaire le plus important de la Méditerranée, mais aussi le réseau autoroutier qui relie désormais toutes les grandes villes, la route étant le premier vecteur dynamique du développement économique, a-t-il dit.

Il a, en outre, mis en exergue "l'offensive" économique et commerciale qui a été déployée par le Maroc au moyen de la diplomatie, notant que le Royaume œuvre davantage à la promotion d'une coopération sud-sud novatrice, audacieuse et créative.

Cette diplomatie se place en vecteur de développement entre le Royaume et les autres pays, notamment africains, pour lesquels l'objectif stratégique assigné est de hisser la coopération bilatérale au niveau d'un véritable partenariat agissant et solidaire, a-t-il souligné.

Sur le plan social, M. Ndongou dit apprécier, entre autres, la réforme du code la famille, "un important jalon de la rénovation sociale qui rend justice à la femme marocaine, garantit son émancipation et consacre le principe de l'égalité des sexes".

La fête du Trône, a-t-il noté, est l'occasion idoine offerte pour faire le bilan des réalisations accomplies et des réformes engagées dans le pays, rendant un "profond et vibrant hommage mérité" à SM le Roi à l'occasion de l'avènement de cet heureux événement.

En raison de la qualité des relations privilégiées qui existent si bien entre le Maroc et le Gabon, toutes les actions entreprises par le Souverain sont regardées avec un grand intérêt et une grande admiration par le peuple gabonais, a-t-il souligné.

 

(MAP-30/07/2014)

Grâce Royale au profit de 13.218 personnes condamnées par les différents tribunaux du Royaume

A l'occasion de la Fête du Trône, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'Assiste, a accordé Sa grâce à 13.218 personnes, dont certaines sont en détention et d'autres en liberté, condamnées par les différents tribunaux du Royaume, y compris 119 pour des raisons humanitaires, indique un communiqué du ministère de la Justice et des Libertés.

En voici le texte:.

"A l'occasion de la Fête du Trône de cette année 1435 H - 2014 G., Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu perpétue sa gloire, a bien voulu accorder sa grâce à un ensemble de personnes, dont certaines sont en détention et d'autres en liberté, condamnées par les différents tribunaux du Royaume. Ces personnes sont au nombre de 13.218, y compris 119 personnes pour des raisons humanitaires, se répartissant comme suit: + Les bénéficiaires de la grâce royale qui sont en détention se présentent comme suit :

- Grâce sur le reliquat de la peine d'emprisonnement au profit de 12.226 détenus.

- Remise du reliquat de la peine d'emprisonnement au profit de 681 détenus.

- Commutation de la peine perpétuelle en peine à temps au profit de 5 détenus. + Les bénéficiaires de la grâce royale qui sont en liberté se répartissent comme suit :

- Grâce sur la peine d'emprisonnement au profit de 83 personnes.

- Grâce sur la peine d'emprisonnement avec maintien de l'amende au profit de 28 personnes.

- Grâce sur la peine d'emprisonnement et d'amende au profit de 15 personnes.

- Grâce sur la peine d'amende au profit de 180 personnes.

Puisse Dieu préserver Sa Majesté le Roi, source de clémence et de miséricorde, perpétuer sa gloire, et combler le Souverain en Les personnes de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, SAR la Princesse Lalla Khadija, SAR le Prince Moulay Rachid et l'ensemble des membres de l'illustre Famille Royale".

(MAP-29/07/2014)

Le Maroc, sous la conduite d'un Roi visionnaire, est un modèle à suivre en matière de consécration des droits humains

Le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, un Souverain "visionnaire", est devenu un modèle à suivre en matière de consécration des droits de l'Homme, a affirmé la journaliste et chercheuse vénézuélienne, Lisett Gonzalez. 

Le Maroc a fait montre, tout au long des 15 années du règne de SM le Roi, de sa capacité à promouvoir la culture des droits de l'Homme, notamment en matière des droits de la femme qui souffre de l'inégalité sociale et subit différentes formes de violences, dans plusieurs pays, a indiqué la journaliste dans une déclaration.

Mme Gonzalez n'a pas caché sa grande admiration pour le Maroc qui constitue, selon elle, une exception dans le Monde arabe, se félicitant de voir les femmes marocaines accéder à de hautes fonctions de responsabilité aux côtés des hommes, dont celles de ministre et de parlementaire. 

Depuis l'accession de SM le Roi au Glorieux Trône alaouite en 1999, le Souverain n'a cessé de donner le coup d'envoi à différents projets, ce qui a permis au Maroc d'occuper une place importante parmi les différentes nations, a-t-elle dit, précisant que ces chantiers concernent les domaines économique, social, culturel et politique, sans exception aucune.

Cette experte en communication et en relations internationales a ajouté que le Royaume a accordé une grande importance à la coopération sud-sud, à travers les multiples visites effectuées par SM le Roi à l'étranger, tant dans des pays en Amérique latine en 2004 qu'en Afrique. 

Le Souverain, en sa qualité d'Amir al Mouminine qui prône un Islam de tolérance et de modération, a pu assurer pleinement la sécurité du Maroc, à la différence de plusieurs autres pays voisins, a-t-elle souligné.

La présence d'un Roi, toujours à l'écoute de son peuple, est le secret de la réussite du Modèle marocain, durant ces 15 années de règne du Souverain qui jouit d'une grande crédibilité, à l'échelle mondiale, a conclu Mme Gonzalez.

Pdt du CMC : la Fête du Trône, un moment solennel pour la célébration de l'une des valeurs fondatrices de l'identité marocaine

La Fête du Trône est un moment solennel pour la célébration de l'une des valeurs fondatrices de l'identité marocaine et représente l'illustration parfaite du pacte d'allégeance éternel et authentique ayant toujours lié le Roi et le peuple, a affirmé le Président du Congrès Marocain du Canada (CMC), Mohamed Jaouad.

M. Jaouad a souligné, dans un entretien, que la célébration de la fête du Trône constitue pour l'ensemble du peuple marocain, notamment pour les Marocains établis au Canada, une occasion renouvelée pour réitérer leur indéfectible attachement à la personne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et au glorieux Trône alaouite, leur mobilisation constante derrière le Souverain pour bâtir le Maroc de demain, et leur adhésion aux choix résolus de Sa Majesté le Roi pour traduire dans les faits les aspirations de son peuple au progrès et au développement socio-économique durable.

Cette glorieuse fête, qui marque cette année la 15ème année de règne de Sa Majesté le Roi, représente aussi une nouvelle opportunité pour les Marocains du Canada, toutes confessions religieuses confondues, de réaffirmer leur attachement aux valeurs authentiques et ancestrales ainsi qu'à la riche culture aux divers affluents de leur pays d'origine, a déclaré M. Jaouad.

Depuis l'intronisation du Souverain, le Maroc évolue, progresse et se développe à tous les niveaux aussi bien politique qu'économique et social, a affirmé le président du CMC, ajoutant que le Royaume a, sous l'impulsion, le leadership et la vision perspicace et clairvoyante de Sa Majesté le Roi, accompli de grands exploits et réalisé d'importants acquis et avancées dans tous les domaines tant et si bien qu'il constitue aujourd'hui un modèle à suivre par les pays du voisinage.

Dans ce sens, M. Jaouad, qui s'est dit "ébahi et ravi" à chacune de ses visites au Maroc du changement radical et des mutations profondes qu'a connus le pays durant ces quinze dernières années, a indiqué que les innombrables visites effectuées par Sa Majesté le Roi à travers le Royaume ont permis de donner corps à un développement régional solidaire, équilibré et intégré, qui a placé l'élément humain au coeur de toute initiative royale, réduit les disparités territoriales et créé une véritable synergie entre les différentes régions.

A travers les multiples projets lancés, le Souverain veille à ce que toutes les régions et leurs populations locales aient droit sur le même pied d'égalité au même progrès et au même développement, a-t-il soutenu.

Et d'affirmer que Sa Majesté le Roi Mohammed VI ne ménage aucun effort pour que toutes les potentialités dont jouit le Maroc soient mobilisées et mises à profit pour créer de la valeur ajoutée dans chaque région du pays, et partant ouvrir la voie au Royaume pour se hisser au rang des pays développés et occuper une place de choix parmi les grandes nations de ce monde.

Evoquant les différentes visites royales effectuées par le Souverain à l'étranger, notamment en Afrique subsaharienne, dans le monde arabe ainsi qu'en Europe et en Amérique, M. Jaouad a relevé que ces périples ne sont pas seulement la manifestation d'une nouvelle politique diplomatique royale tous azimuts pour le raffermissement des relations bilatérales, mais également l'affirmation que le Maroc est bien conscient qu'il ne peut se développer à son plein potentiel que dans le cadre de relations de coopération très solides et d'un environnement international apaisé et serein.

"C'est aussi et surtout l'expression d'une démarche de solidarité économique à l'endroit des pays moins nantis que nous, et de coopération fructueuse et de partenariat mutuellement bénéfique avec des pays qui nous sont comparables ou plus avancés", a-t-il expliqué, précisant que cette nouvelle vision royale perspicace a ouvert grandement la porte pour un avenir des plus prometteurs pour le Royaume sous la conduite éclairée du Souverain.

-Propos recueillis par Hassan EL AMRI-

Directeur général de la Maison Arabe : le Maroc s'est distingué dans la région arabe par les réformes politiques initiées par SM le Roi

Le Royaume du Maroc s'est distingué dans la région du monde arabe par les réformes politiques et constitutionnelles initiées par SM le Roi Mohammed VI depuis Son accession au Trône, a affirmé le directeur général de la Fondation Casa Arabe (Maison Arabe), Eduardo Lopez Busquets.

Parmi les importantes réformes engagées par SM le Roi figure la réforme constitutionnelle, qui a été sanctionnée par l'adoption de la nouvelle Constitution, en juillet 2011 qui a été approuvée par la majorité du peuple marocain, a dit M. Busquets dans une déclaration à MAP-Madrid, à l'occasion de la célébration au Maroc de la Fête du trône, qui coïncide cette année avec le 15ème anniversaire de l'intronisation du Souverain.

La nouvelle Constitution a été suivie par la tenue des élections législatives, le 25 novembre de la même année, et qui ont conduit le Parti de la Justice et Développement (PJD), pour la première fois dans l'histoire du Maroc, à conduire un gouvernement de coalition, a ajouté le directeur de Casa Arabe qui relève du ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération, faisant observer que ces réformes ont été entreprises dans le cadre d'un "climat pacifique".

Evoquant, d'autre part, les relations maroco-espagnoles, M. Busquets a souligné que les liens existant entre les deux pays voisins sont excellents et intenses, rappelant la dernière visite officielle effectuée au Maroc par le Roi Felipe VI, à l'invitation de SM le Roi Mohammed VI, soit la première dans un pays hors de l'UE, après sa proclamation le 19 juin dernier. 

Cette visite reflète la grande importance du Maroc dans la politique extérieure de l'Espagne, a-t-il signalé. 

Dans ce cadre, M. Busquets a indiqué que la coopération culturelle occupe une place importante dans l'agenda des responsables des deux pays, soulignant dans ce sens le rôle que jouent des institutions espagnoles comme l'Institut Cervantes, qui dispose de six centres au Maroc et la Maison arabe, aux côtés des initiatives entreprises par les parties marocaine et espagnole, en vue de hisser cette coopération bilatérale à des niveaux supérieurs. 

Il a tenu à rappeler, à cet égard, que le Maroc est fort présent dans les programmes de la Fondation Casa-arabe, tant à travers les activités organisées dans ses deux sièges à Madrid et à Cordoue, ou à travers celles organisées à l'étranger citant la tenue depuis avril dernier de deux expositions de cette institution: "De Qurtuba a Cordoba" et "L'Architecture islamique dans le monde arabe", dans diverses villes du Royaume: Tanger, Tétouan, Rabat, Casablanca, Marrakech et Fès, avec la collaboration de l'Institut Cervantes.

Créée en 2006, la Fondation Casa Arabe vise à promouvoir le dialogue et le débat entre le Monde arabe et l'Espagne, tout en améliorant l'échange culturel et le métissage entre les deux civilisations. Elle a également pour objectif de renforcer les liens dans tous les domaines à travers des activités académiques, politiques, économiques, culturelles et éducatives.

(MAP-28/07/2014)

Jeune Afrique : les quinze ans de règne de SM le Roi marqués par la fibre "verte" du Souverain

Les quinze ans de règne de SM le Roi Mohammed VI ont clairement été marqués par la fibre "verte" du Souverain et Sa volonté de faire du Maroc un Royaume écologique où développement économique et protection de l'environnement feraient bon ménage, écrit l'hebdomadaire "Jeune Afrique" dans sa dernière livraison.

Dans un spécial consacré au 15ème anniversaire de la fête du Trône intitulé "Maroc 1999-2014 : la métamorphose", le magazine rappelle que peu de temps après Son intronisation, SM le Roi a participé en 2002 au Sommet mondial sur le développement durable, avant de ratifier le protocole de Kyoto la même année. 

Cette démarche "green" avait été soulignée par le Souverain lors du discours du Trône de 2009, rappelle la publication, soulignant qu'elle s'est traduite dans les faits par l'adoption d'une charte nationale de l'environnement en 2010 et le lancement de grands projets "amis" de la nature, dont l'exemple le plus édifiant est le projet de ville verte Mohammed VI à Benguérir porté par l'OCP.

L'hebdomadaire souligne en outre que dans le domaine de l'énergie, le Maroc, jusque-là grand consommateur de combustibles fossiles, mise désormais sur l'éolien et le solaire avec un objectif pour le moins ambitieux , faire passer la part d'énergies renouvelables dans le mix énergétique du Royaume à 42 pc à l'horizon 2020.

Par ailleurs, "Jeune Afrique" met en avant les réalisations accomplies au Maroc dans le domaine des infrastructures, soulignant que les sociétés de bâtiment et de travaux publics ne se sont jamais aussi bien portées que sous le règne de SM le Roi, qui a fait du Royaume un chantier à ciel ouvert avec la mise en œuvre de projets structurants dans les domaines portuaire, aéroportuaire, ferroviaire et urbain.

La politique des grands travaux au Maroc a été l'un des principaux moteurs de la croissance économique du pays et a favorisé l'émergence d'une classe moyenne qui s'ouvre sur le monde et se modernise, relève la publication, notant que cette dynamique a le mérite de préparer le Royaume à sa deuxième phase de croissance fondée sur ses capacités à attirer des investissements à forte valeur ajoutée et à s'exporter.

Dans ce spécial de 14 pages, "Jeune Afrique" dresse un tableau exhaustif des réalisations accomplies sous le règne de SM le Roi dans les domaines politique, économique, social et culturel. 

Le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), le politologue Mohamed Tozy et le romancier et essayiste Fouad Laroui ont contribué à la conception de ce spécial, en livrant des témoignages sur le cheminement irréversible du Royaume vers la modernité et la consolidation de l'Etat de droit.

Mme Nadira El Guermaï : l'élément humain au cœur de l'INDH, un chantier royal "ouvert en permanence" et "en constante évolution"

L'élément humain reste au cœur de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), un chantier royal "ouvert en permanence" et "en constante évolution", a affirmé Mme Nadira El Guermaï, gouverneur coordinatrice nationale de l'Initiative.

Dans un entretien à l'occasion du 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Mohammed VI, Mme El Guermaï, désignée personnalité de l'année dans la catégorie de l'action sociale selon un sondage MAP sur les personnalités ayant marqué l'actualité en 2013, revient sur les principales réalisations de l'INDH qui lui ont valu cette nomination qu'elle considère comme une reconnaissance des efforts de "toutes les personnes qui œuvrent pour la concrétisation ce chantier de règne".

"C'est également un encouragement et une responsabilisation considérable pour contribuer davantage à la réussite de ce projet sociétal, en appliquant les Hautes Orientations de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'Assiste", a-t-elle dit, se félicitant que l'impact des projets INDH soit désormais visible pour ce qui est de l'amélioration des conditions de vie des populations vulnérables, et des progrès en termes de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale. 

"Partout où on se déplace dans le Royaume, on voit l'INDH, on voit son impact. On est en train de ressentir les résultats et les effets positifs de cette Initiative", a-t-elle relevé, mettant l'accent sur la dynamique créée grâce à ce chantier que le Souverain a voulu être "une œuvre maroco-marocaine, faite par les Marocains pour les Marocains".

Une dynamique confortée, a-t-elle dit, par une large mobilisation pour le succès des projets INDH, ouverts à toutes les forces vives, en particulier les populations bénéficiaires dont l'implication est "un gage important d'adhésion consciente et confiante et d'appropriation de toute démarche ou politique de développement humain, et par conséquent une garantie de pérennité des actions entreprises".

Pour la gouverneur-coordinatrice de l'INDH, l'Initiative puise sa force de celle des approches poursuivies, ayant pour finalité de réduire de manière significative la pauvreté et l'exclusion par la promotion d'activités génératrices de revenus (AGR) non seulement dans les zones ciblées par l'INDH mais dans tout le Royaume où existe un potentiel humain et matériel susceptible de créer ou d'augmenter la richesse.

L'INDH qui a su ainsi instaurer un nouveau style de gouvernance basé sur la participation, la confiance, le respect de la dignité, la bonne gouvernance et la pérennité, emprunte en effet deux approches parallèles: La première vise le soutien de l'accès aux services et infrastructures de base, en renforçant les services de l'Etat et des collectivités locales, en améliorant ainsi les conditions de vie de la population, alors que la seconde est orientée vers le renforcement de l'aptitude de la femme et de l'homme à la création d'activités adaptées à leur savoir-faire et conformes aux spécificités de leur région, en renforçant leurs capacités.

 

Grâce à cette démarche, le bilan à ce jour des différents programmes de l'INDH, tant qualitatif que quantitatif, ne peut être taxé, aux yeux de Mme El Guermaï, que de performance, au regard de l'importance des réalisations, de la valeur intrinsèque de cette Initiative, de la qualité des femmes et hommes, de tout bord - élus, associatifs et administratifs- mobilisés pour la cause du développement humain et de l'impact généré, comme d'ailleurs attesté par les différentes missions d'audit, de suivi et d'évaluation, réalisées par les partenaires internationaux.

Ainsi, actuellement le nombre de projets et actions programmés et/ou réalisés au titre de l'année 2013 est de 6.227 interventions, pour un investissement global de 3,9 milliards de dirhams dont la part de l'INDH s'élève à 2,2 milliards DH, soit un effet de levier de 43 pc. Le nombre total de bénéficiaires de ces projets est de l'ordre de 1.277.522 personnes.

Dans ce cadre, le secteur de la santé a connu la concrétisation de 348 projets et actions au profit de 76.473 personnes. Par ailleurs, l'INDH a réalisé 942 projets et actions en matière d'éducation, bénéficiant à 215.323 personnes issues des niveaux défavorisés.

Pour ce qui est de l'infrastructure et les services sociaux de base, 278.183 personnes ont bénéficié de plus de 1.076 projets et actions en matière d'assainissement, électrification, adduction en eau potable, et pistes et voiries. En outre, plus de 171.640 personnes, notamment des jeunes, ont bénéficié de 781 projets et actions dans le cadre de l'animation socioculturelle et sportive. De plus, 17.475 personnes, dont 47 pc de femmes et 42 pc de jeunes, ont bénéficié de l'appui de l'INDH pour la création de plus de 1.165 AGR.

Cette année a été également marquée par la montée en puissance de la mise en œuvre du Programme de Mise à Niveau Territoriale, à travers, entre autres, le lancement de plus de 700 km de routes, l'électrification de plus de 1.900 douars, l'adduction en eau potable au profit de 127 douars, la construction de 700 logements d'instituteurs et l'affectation de 38 ambulances médicalisées.

Mais les réalisations de l'INDH sont loin de se résumer à des chiffres, au vu de la dimension humaine de cette Initiative, a fait constater Mme El Guermaï. 

"Au cœur de l'INDH il y a l'humain et l'humain ne se réduit pas aux chiffres", a-t-elle soutenu, notant qu'"il ne faut pas oublier que dans le développement humain, on est d'abord dans un processus d'apprentissage, un processus dans lequel le discours fondateur de Sa Majesté le Roi du 18 mai 2005 a donné la trame, la feuille de route à suivre".

Au ministère de l'Intérieur, il y a une tradition de qualifier la première phase 2005-2010 comme "une phase de création et d'apprentissage, et après c'est celle de qualité", a-t-elle expliqué, assurant que beaucoup de choses ont été apprises jusqu'ici et sur lesquelles il va falloir capitaliser.

"On a une gouvernance qui est bien mise en place, plus de visibilité, plus de confiance en nous même dans ce qu'on fait. Notre territoire est également impliqué avec plus de professionnalisme et non moins de visibilité. Tout cela nous a permis d'être plus dans le qualitatif, plus proches de la population, de ses problèmes, de ses préoccupations", a-t-elle affirmé.

"Sur le terrain, lorsqu'on regarde un enfant avec un sourire, avec un regard plein d'optimisme, avec une vision future, on dit on a gagné", a ajouté, toute émue, Mme El Guermaï qui considère que "peu importe le nombre de projets réalisés du moment que le fait de donner de l'espoir à quelqu'un, de le sauver et de permettre son insertion, n'a pas de prix".

En tant que projet en constante évolution, et en ayant permis de tirer les enseignements de ces 9 ans d'exercice, l'INDH œuvre ainsi, a-t-elle dit, de manière pragmatique et résolue pour continuer une mise en œuvre optimale de sa Deuxième phase 2011-2015.

A cet égard, et conformément aux Hautes orientations royales, la gouverneur-coordinatrice nationale de l'INDH a relevé que certains axes restent à renforcer.

Ils concernent notamment la consolidation du contrôle et de l'évaluation des projets et actions INDH, la convergence et la synergie avec les différents programmes sectoriels de développement, la promotion de microprojets générateurs d'emplois et de revenus stables, la pérennisation des projets et actions INDH, outre le renforcement de la participation des jeunes, des femmes et des personnes à besoins spécifiques dans les organes de gouvernance.

Mme El Guermaï qui considère à cet égard les activités génératrices de revenus comme un outil inédit d'émancipation économique et d'insertion de la population en situation difficile dans le circuit économique, a indiqué que la 2-ème phase de l'INDH se focalise davantage sur le développement de ces activités à travers la mise en place de plusieurs mesures, tant au niveau national que territorial.

Il s'agit, entre autres, de l'incitation à la transformation des associations coopératives, du renforcement de l'approche filière en respectant la chaîne des valeurs, la mise en place d'un système d'information géographique dédié aux AGR, l'accompagnement et le renforcement des capacités des porteurs de ce genre de projets, la sélection de projets qui s'adaptent le mieux aux climats de la région, l'organisation d'expositions périodiques pour les produits de terroir, l'incitation à la créativité et à l'innovation en termes d'idées de projets.

Mais d'ores et déjà, il faut dire que l'INDH, de par sa gouvernance, a eu le mérite d'offrir l'opportunité aux bénéficiaires de s'organiser localement et de se prendre en charge, a relevé Mme El Guermaï, notant que, depuis sa création, l'Initiative a permis un élan inédit de participation civique et de création d'associations locales et communautaires avec la mobilisation effective de près de 13.000 associations et coopératives partenaires.

Au sein de ce processus délibératif et participatif, la gouverneur-coordinatrice nationale de l'INDH estime que le secteur associatif occupe une place importante en interaction avec les élus et les représentants de l'administration, d'autant plus que le rôle dévolu par l'INDH à la société civile va au-delà des fonctions d'animation du développement territorial, d'innovation, d'expertise et de veille. La dynamique des acteurs implique, selon elle, aussi la construction de véritables réseaux et l'exercice réel de partenariats tout au long du processus du développement humain, depuis l'observation et le diagnostic des territoires et la conception de programmes jusqu'à l'évaluation en passant par la prise de décision et le suivi de la mise en œuvre. 

(Propos recueillis par Amal TAZI)

Expert suisse : la monarchie, une chance pour un Maroc ouvert, prospère et stable

En 15 ans de règne de SM le Roi Mohammed VI, l'institution monarchique a insufflé énormément de dynamisme au Maroc nouveau, pour qui elle représente "une chance et un gage d'ouverture, de prospérité et de stabilité", estime l'expert suisse du monde arabe, Jean-Marc Maillard.

"Cette quête permanente de progrès, le Royaume du Maroc la doit avant tout à sa monarchie éclairée", souligne M. Maillard dans un entretien accordé à la MAP.

L'intronisation du Souverain il y a quinze ans, a-t-il dit, a servi d'amorce permettant de faire évoluer l'organisation étatique et de l'adapter à la nouvelle ère et aux circonstances du 21ème siècle. 

"C'est dire à quel point le Trône se positionne en tant qu'assise fondamentale dans l'exercice, la responsabilisation et la moralisation de la vie publique", relève l'économiste lausannois et analyste réputé en géopolitique.

De l'avis de M. Maillard, "ce qui est en train de se faire au Maroc se trouve non seulement en harmonie avec les aspirations d'une population attachée à son Souverain, mais se distingue aussi par l'écoute attentive des milieux économiques".

Abordant les grands chantiers réalisés ou en cours de mise en œuvre, il a cité le gigantesque port de Tanger-Med, l'expansion continue des réseaux ferroviaire et autoroutier, les projets à fort impact en matière sociale, éducative, de santé, de valorisation du patrimoine et de construction des barrages.

Sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, ajoute l'expert, le pays s'est doté de la plus grande centrale solaire au monde et a émergé en tant que leader économique incontournable sur la scène africaine, artisan de la coopération Sud-Sud et destination touristique parmi les plus attrayantes de la planète. 

Il a noté qu'en parallèle à une grande diversité d'infrastructures mises en places, les exigences liées aux stratégies de développement comme les filières de formation ne sont pas négligées.

"L'exercice subtil de la monarchie constitutionnelle citoyenne a permis au Royaume d'entrer de plain-pied dans une ère nouvelle et dans un monde où les progrès technologiques sont confrontés à la fulgurance et la brutalité des crises économiques, sociales ou climatiques", affirme M. Maillard, soulignant que le Maroc "a tenu le cap et su gérer les écueils dans une voie sereine". 

Dans cette dynamique d'ensemble, a-t-il fait observer, le Souverain "apporte les impulsions nécessaires pour que le Royaume ne soit pas enfermé dans un système rigide et obsolète, bien au contraire". 

Moment phare de l'histoire contemporaine du Royaume, l'adoption d'une nouvelle Constitution en 2011 a conforté sa marche confiante vers une séparation et un équilibre optimal des pouvoirs, permettant d'assurer un fonctionnement harmonieux des institutions.

De l'avis de l'économiste suisse, le Maroc nouveau a réussi à se positionner comme un partenaire fiable à l'échelle internationale dans un contexte mondial de pleins bouleversements économiques, de rivalité Est-Ouest et Nord-Sud.

"Les accords de partenariat et de libre-échange signés avec des grandes puissances comme les Etats-Unis et l'Union européenne témoignent de sa place de choix et de la confiance dont il jouit comme ils démontrent combien le pays ne souhaite pas vivre replié sur lui-même", explique cet économiste.

"Grâce à la volonté royale, les démarches diplomatiques tous azimuts et l'ouverture vers les pays d'Afrique subsaharienne, représentent un pas important pour la paix et les échanges économiques et culturels", poursuit-il.

Pour M. Maillard, le Maroc n'est pas uniquement le symbole de la coopération Sud-Sud, mais il en est un moteur depuis des années sur les plans à la fois politique et économique. "Les tournées du Souverain marocain dans les pays africains sont la parfaite illustration de cette vision d'une Afrique solidaire et économiquement intégrée", a-t-il conclu.

(Propos recueillis par Abdellah CHAHBOUN)

La fête du Trône aux yeux de l'une des compétences marocaines en Andalousie: des réalisations qui font la fierté des Marocains

Depuis l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône, le Maroc poursuit sa marche de développement avec le lancement de projets d'envergure qui suscitent l'admiration et qui font la fierté des membres de la communauté marocaine établie à l'étranger, laquelle suit avec intérêt le grand développement dans le Royaume.

Le développement accéléré que connait le Maroc, sous la conduite éclairée de son Souverain constitue en effet une source de fierté pour les compétences marocaines à l'étranger qui considèrent que ce progrès fait rayonner l'image du pays et hisser la place du Maroc sur la scène internationale.

Pour El Hassan Belarbi Haftallaoui, professeur à l'université d'Almeria (UAL), le Maroc a franchi un grand pas, depuis l'accession du Souverain au trône, et a pu, en dépit de la crise économique mondiale, atteindre un taux de croissance important et réalisé un grand développement dans les infrastructures, à travers la mise en place d'autoroutes, l'élargissement du réseau ferroviaire et des installations portuaires et aéroportuaires ainsi que la création de stations balnéaires dans différentes régions.

M. Haftallaoui, chef du département chargé de la coopération internationale de l'UAL, s'est également intéressé, dans une déclaration à la MAP, aux grandes réformes ayant marqué le règne de SM le Roi, citant l'adoption en 2011 d'une nouvelle Constitution considérée par les observateurs comme plus avancée par rapport aux textes précédents. 

Cet expert et chercheur en chimie, qui a remporté l'année dernière le " Prix de la Ligue arabe de l'émigré", a relevé que le nouveau texte adopté par référendum populaire, a consacré dans ces dispositions le principe de corrélation entre responsabilité et reddition des comptes de même qu'il garantit et consacre l'indépendance du pouvoir judiciaire.

La nouvelle Loi Fondamentale, a-t-il encore fait observer, a en outre consacré la primauté des conventions internationales sur le droit interne marocain et le bannissement de toute discrimination à l'encontre de quiconque en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l'origine sociale ou régionale, de la langue et du handicap.

Le professeur universitaire a également fait remarquer que cette constitution a consacré le Conseil de la Concurrence, l'instance nationale de probité et de lutte contre la corruption et les autres institutions autonomes chargées de la protections et de la promotion des droits de l'Homme et de la bonne gouvernance, notamment le Conseil national des droits humains (CNDH ) et l'institution " Al Wassit ", la création du conseil national de sécurité. Elle a de même institutionnalisé la régionalisation avancée et la création du Conseil national des langues et de la culture marocaine, et la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle, outre des textes relatifs aux droits et libertés fondamentales, a ajouté M. Haftallaoui.

Sur le registre des droits de l'Homme, ce professeur qui a participé à une dizaine de projets de recherche scientifique et contribué à l'organisation et à l'animation de plusieurs conférences et rencontres nationales et internationales, a fait savoir que le Maroc a également pu se réconcilier avec son passé , à travers la création de l'Instance Equité et réconciliation " IER ", qualifiée par les observateurs comme un pas important dans le processus visant à tourner définitivement la page du passé, ajoutant que le Royaume, grâce à la sagesse et la clairvoyance de SM le Roi, est devenu un modèle de stabilité politique et sociale dans la région arabe et une destination sûre prisée par les investisseurs étrangers.

Selon le chercheur marocain, la politique de développement engagée au Maroc a porté également sur la gestion des ressources hydrauliques par une augmentation du nombre de grands barrages en vue d'atteindre 135 barrages d'une capacité de près de 17,5 milliards de mètres cubes.

L'auteur de plusieurs recherches scientifiques a ajouté, par ailleurs, que le Maroc a inauguré une nouvelle ère dans le domaine de l'environnement en accordant une place de choix aux énergies renouvelables à travers la mise en place d'un plan stratégique qui aura un effet positif sur le rythme de développement national, précisant que ce plan vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à faire usage des énergies vertes.

M. Haftallaoui a salué, dans ce cadre, le grand intérêt accordé par SM le Roi Mohammed VI au secteur de l'éducation, à la formation et à la recherche scientifique à travers plusieurs initiatives comme l'installation récemment du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Le Conseil s'assigne pour objectifs la résolution de plusieurs problèmes dont souffre le secteur, notamment ceux liés au financement, à la qualité de l'enseignement dans le milieu rural, au manque d'une interconnexion de l'enseignement avec les secteurs productifs, à l'absence d'une culture d'évaluation des recherches scientifiques, ainsi qu'à la révision des modes de gestion des instituts de l'enseignement supérieur, a encore expliqué le chercheur marocain.

Le professeur universitaire a mis l'accent sur l'intégration des académiciens et des compétences marocains établis à l'étranger dans les programmes de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique au Maroc eu égard à leur expérience dans ce domaine.

D'autre part, M. Haftallaoui a indiqué que le rapport intitulé "50 ans de développement humain au Maroc et perspectives pour 2025 " constitue une plateforme pour résoudre les problèmes liés au développement au Maroc et qui accorde une importance privilégiée au capital humain.

Prix de la Ligue arabe de l'émigré 2013, El Hassan Belarbi Haftallaoui est président de la Plateforme nationale des intellectuels et professionnels d'origine marocaine en Espagne et président de la Fédération des associations marocaines d'Almeria.

(Par Rafouk Fatima)

Joseph Verner Reed salue en Sa Majesté le Roi un Souverain "moderne, initiateur de grandes réformes"

L'ancien ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, Joseph Verner Reed, a salué en Sa Majesté le Roi Mohammed VI, un Souverain "moderne", initiateur de grandes réformes" dans le Royaume.

L'ancien ambassadeur (1981-1985) a fait part, dans une déclaration à la MAP, de son admiration à l'endroit de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en lui rendant hommage pour Son leadership, notamment pour avoir veillé "au respect des traditions, tout en initiant de grands chantiers de réformes avec pour objectifs le développement et la modernisation du Royaume".

Ces réformes, a-t-il précisé, ont touché tous les domaines aussi bien politique, économique que culturel et social, en passant par les droits de l'Homme, en plus des droits de la femme et de la promotion des jeunes.

Tout en mettant en avant l'adhésion et la mobilisation du peuple marocain derrière le Souverain, Joseph Verner Reed a souligné que les efforts inlassables de Sa Majesté le Roi ont redynamisé des "régions entières", en les mettant sur la voie du développement et du progrès, à la faveur de réformes économiques attrayantes pour drainer davantage d'investissements en provenance des plus grandes puissances, notamment les Etats-Unis.

A cet égard, il a fait part de son "grand plaisir et de sa fierté de rappeler ici que le Royaume du Maroc a été le premier pays au monde à reconnaître les Etats-Unis", en soulignant que la visite de Sa Majesté le Roi, en novembre dernier à Washington, a été une nouvelle occasion de "se remémorer cet événement historique" et de consolider davantage "l'axe Rabat-Washington".

Il s'est, en outre, dit confiant que "le leadership de Sa Majesté le Roi en Afrique ouvrira sans nul doute de nouvelles voies de coopération entre les deux Nations pour la dynamisation" de ce grand continent.

Le ministre d'Etat bahreïni aux Affaires étrangères se félicite des relations ''solides" entre le Maroc et le Bahreïn

Le ministre d'Etat bahreïni aux Affaires étrangères, Ghanim Bin Fadl Al Bouainain s'est félicité des "relations solides" unissant les Royaumes du Bahreïn et du Maroc.

Dans une déclaration à l'occasion de la célébration du 15-ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône, M. Al Bouainain a exprimé sa fierté de l'excellence des relations bilatérales, mettant en exergue l'importance qu'accordent SM le Roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa et SM le Roi Mohammed VI au développement de ces relations.

Il a dans ce cadre souligné la volonté de son pays de promouvoir et d'élargir les relations de coopération pour englober plusieurs domaines, exprimant à cette occasion ses sincères félicitations et ses voeux de santé et de bonheur à SM le Roi Mohammed VI et davantage de progrès et de prospérité au peuple marocain frère.

Le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères chargé des affaires internationales, Karim Ibrahim Al Chokr a, dans une déclaration similaire, loué la sagesse et le leadership de SM le Roi Mohammed VI qui ont permis d'assurer la stabilité et le développement du Maroc.

Le diplomate bahreïni a tenu aussi à saluer l'ingéniosité et la perspicacité du Souverain qui a su prémunir son pays des troubles qui affectent le monde arabe, affirmant que le monde a besoin de dirigeants d'une telle stature qui veillent à la réalisation du progrès de leur pays et assurer un avenir prometteur pour leurs peuples.

Il a également mis en avant les efforts déployés par le Maroc en vue d'approfondir son partenariat stratégique avec les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) outre l'activation du Maghreb arabe surtout que le Maroc est considéré comme le coeur battant de cette région.

Evoquant la question du Sahara marocain, M. Al Chokr a réaffirmé le soutien du Bahreïn à l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc, espérant que les efforts onusiens pour le règlement de cette question soient couronnés de succès.

Il s'est encore félicité des liens authentiques et distingués unissant les deux royaumes frères, lesquels liens se sont renforcés sous l'impulsion des dirigeants des deux pays, assurant que cette coopération bilatérale a été élargie à plusieurs domaines notamment politique, économique et culturel, au service des intérêts des deux peuples frères. 

M. Al Chokr a, par ailleurs, indiqué que la célébration du 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI constitue ''une fête nationale chère au Bahreïn, exprimant ses sincères voeux au Maroc pour accomplir davantage de réalisations sur la voie du développement et du progrès.

Les Royaumes du Maroc et du Bahreïn sont liés par plus de 40 conventions et accords qui encadrent leur coopération bilatérale, tandis que d'autres mémorandums d'entente et de programmes exécutifs sont en cours d'études.

Une évolution remarquable a caractérisé la coopération maroco-bahreïnie ces dernières années notamment à travers le renforcement de l'échange des expériences et expertises et des visites dans la perspective de la hisser au niveau des relations politiques.

(MAP-27/07/2014)

Ambassadeur du Royaume en Jordanie : SM le Roi place l'être humain au cœur du processus de développement

SM le Roi Mohammed VI œuvre, depuis Son accession au trône de Ses glorieux ancêtres, à placer l'être humain au cœur du processus de développement, ainsi que pour la consécration du processus démocratique au Maroc, a souligné, samedi à Amman, l'ambassadeur du Royaume en Jordanie, Hassan Abdelkhalek.

Le Souverain œuvre aussi pour le consolidation des chantiers de réforme lancés dans les différents domaines, a-t-il ajouté lors d'un point de presse à l'occasion du 15ème anniversaire de la Fête du Trône, ajoutant que ces initiatives royales ont valu au Maroc le respect et l'admiration de la communauté internationale. 

M. Abdelkhalek a rappelé que, parallèlement aux réformes politiques et institutionnelles, SM le Roi a été l'initiateur d'un processus de développement du Maroc fondé sur une initiative audacieuse, une approche participative et une exploitation optimale de toutes les potentialités offertes, en vue de répondre aux aspirations du peuple marocain, relevant que ceci prouve que le Souverain place la dignité du citoyen marocain et sa prospérité au centre de Ses préoccupations.

L'ambassadeur du Royaume à Amman a passé en revue, dans le même contexte, les progrès importants réalisés par le Maroc sur le plan des infrastructures de base et de la mise en œuvre des stratégies sectorielles de développement, citant à titre d'exemple l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) lancée par SM le Roi en 2005 et qui a réalisé des résultats sans précédent en matière de développement.

Evoquant les relations maroco-jordaniennes, M. Abdelkhalek a souligné la convergence des vues entre les deux Royaumes concernant les questions arabes et islamiques, mettant en exergue le développement de ces relations dans plusieurs domaines, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI et Son frère SM le Roi Abdallah II de Jordanie.

Il a fait observer que les relations entre les deux pays se sont caractérisées toujours par la communication et la concertation permanente à tous les niveaux, par le respect mutuel et la compréhension à l'égard des questions nationales de chaque pays et par la convergence des vues au sujet de plusieurs questions d'intérêt commun, notamment la cause palestinienne, relevant, à ce propos, que le Maroc et la Jordanie ne cessent de déployer des efforts pour soutenir le peuple palestinien dans sa lutte légitime pour un Etat palestinien indépendant avec Al Qods comme capitale. 

Le diplomate marocain a souligné, en outre, que le Maroc et la Jordanie ont réussi à préserver leur stabilité dans une conjoncture régionale marquée par des mutations profondes, grâce à la sagesse des chefs d'Etat des deux pays qui ont lancé des réformes politiques fondées sur les spécificités de chaque pays afin de consolider le choix démocratique, le pluralisme et la participation citoyenne.

Il a rappelé que des ministres, des parlementaires et des acteurs de la société civile marocains ont effectué, durant l'année en cours, des visites en Jordanie, dans le cadre des efforts de raffermissement des relations bilatérales sur les plans politique et économique.

Il a rappelé aussi qu'il a été convenu, lors de la visite effectuée par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane en Jordanie en 2014, de se pencher sur les préparatifs pour la 5ème haute commission mixte prévue au Maroc et sur la consolidation de la coopération bilatérale, en exploitant les potentialités prometteuses des deux pays frères, sachant que les relations bilatérales sont encadrées par plus de 60 accords, programmes exécutifs et mémorandums d'entente dans plusieurs domaines.

La fête du trône, une occasion pour passer en revue les réalisations accomplies et les chantiers engagés à Khouribga

La célébration du 15ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres, constitue une occasion de passer en revue les réalisations accomplies et les chantiers engagés sous sa conduite. 

A l'instar des différentes provinces du Maroc, Khouribga a connu sous le règne de Sa Majesté Mohammed VI, le lancement de grands projets de développement.

Ces réalisations ont porté sur le renforcement des infrastructures socio-économiques, la lutte contre l'exclusion sociale, notamment dans le monde rural, ainsi que la réinsertion sociale dans le cadre de l'Initiative Nationale de Développement Humain (INDH).

Les projets de développement, lancés sous la conduite de SM le Roi à Khouribga concernent également le développement agricole dans le cadre du Plan Maroc Vert, et l'amélioration de l'accès des citoyens aux services de santé et aux infrastructures sociales de base.

La laverie des phosphates de Merah-Lahrach, inaugurée par Sa Majesté Mohammed VI, lors de sa dernière visite à Khouribga est l'un des projets d'envergure lancés à Khouribga, au cours de ces dernières années. 

Ce projet devra contribuer à l'augmentation de la capacité de production du site de Khouribga, ainsi qu'à la préservation des ressources en phosphates. 

L'autoroute Khouribga-Béni Mellal d'une longueur de 95 kilomètres qui a été inaugurée dernièrement par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ambitionne de son côté, de donner plus de dynamique au processus de développement dans la région à travers le renforcement de sa liaison avec les autres zones avoisinantes grâce à une infrastructure moderne. 

Ce projet aura des impacts positifs sur la promotion de l'attractivité de la région qui regorge de ressources naturelles.

Dans le cadre de l'animation culturelle et sportive, de nombreux projets ont été lancés sous l'impulsion et la supervision directe du Souverain. 

Il s'agit de la création de terrains sportifs de proximité, de salles omnisports et de maisons de culture et des jeunes. 

Ces différents chantiers lancés sous le règne de SM le Roi Mohammed VI sont menés dans un esprit de consolidation des acquis et d'ouverture de nouvelles perspectives, en vue de placer le Maroc sur la voie du progrès et de la prospérité.

(MAP-26/07/2014)

La marche d'une Nation vertueuse et dynamique

La Fête du Trône de cette année, se passe à l'évidence, dans un environnement régional et international assez exacerbé.

Un monde arabe et musulman pliant sous le joug à la fois d'un Djihadisme nihiliste pratiquant au nom de l'Islam - qu'à Dieu ne plaise- une politique de la terre brulée et sous les effets chaotiques d'une recherche improbable d'une démocratie sans Etat ou du moins avec des Etats très faibles, poreux ou déstructurés. En fait une démocratie sans sécurité, sans institutions, sans égalité de tous face à la loi et sans perspective de vivre-ensemble dans la paix. 

Un sahel travaillé par un terrorisme qui utilise une version criminalisée de la religion musulmane qui brutalise tous les pays de la région sous le regard cynique d'autres Etats qui, quand ils ne tirent pas les ficelles de groupes antagoniques affidés, jouent aux faiseurs de paix improbables.

Par ailleurs, sur le plan économique la situation internationale, non plus, ne favorise ni la croissance, ni l'inclusion, ni la redistribution. Une crise économique et financière profonde et durable qui provoque des dégâts sociaux à dimension planétaire. Une récession quasi globalisée !

C'est dans cette sombre conjoncture internationale que le Maroc fête le 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI, et c'est habituellement pour nous Marocains le moment de faire notre bilan et d'évaluer l'état de la Nation.

Certes, nous ne vivons pas sur une île qui serait isolée du monde et qui serait protégée des turbulences de celui-ci par une insondable magie ou par une baraka opportune. Nous sommes, en fait, affectés au même titre que les autres nations par les mêmes crises, les mêmes convulsions et les mêmes menaces.

La question n'est pas là. Dans le déni de la crise, dans la célébration d'une exception marocaine prodigieuse ou dans une singularité qui nous exonère de nos responsabilités nationales ou internationales. 

La vraie question à se poser en cette période de bilans est comment le Maroc, son Souverain, son peuple ont fait face aux tumultes du monde ? Quel modèle de société, de vivre-ensemble, de progrès, la Nation marocaine a mis en avant ? Quels résultats nous avons obtenus au vu d'un benchmark mondial qui ne verserait ni dans l'autosatisfaction béate ni dans l'autoflagellation maladive.

En clair dans l'échelle de la communauté des nations, dynamiques et vertueuses, qui avancent nous devrions savoir où nous en sommes ?

Au niveau de la démocratisation, de la construction de l'Etat de droit, des Droits de l'Homme, du Droit des femmes, de l'inclusion sociale, de la protection sociale généralisée, des droits culturels, de la liberté de la presse et d'expression, de la réforme de l'Etat etc.

La question se pose également au niveau économique, au niveau des grands chantiers structurants, sur le plan des grands équilibres des comptes de l'Etat, la maitrise du déficit budgétaire, la vérité des prix, la décompensation, la pérennité des caisses des retraites, de l'équité fiscale, de la réforme de la Justice, de l'Enseignement, de la fonction publique etc. Ce ne sont pas les chantiers qui manquent.

C'est sur ces terrains multiples, vitaux et déterminants que le Maroc doit être jugé.

L'engagement déterminant de SM Le Roi, sur tous ces fronts, a fait qu'aujourd'hui le Maroc peut exciper d'un bilan plus que satisfaisant dans un monde perturbé et en crise profonde. Dans une région MENA bousculée par l'effondrement des Etats et de l'intrusion du Djihadisme salafiste armé dans l'espace public. Dans un environnement sahélien mité par le terrorisme, parfois téléguidé, et de l'influence néfaste de certains Etats qui terrorisent leurs homologues en pratiquant sur eux un chantage à la déstabilisation. Dans un désordre économique et financier mondial sans solution immédiate. 

Les grands chantiers continuent à changer la face du pays. La résilience de l'économie marocaine est désormais avérée : la croissance n'a pas cessé, la monnaie a gardé sa valeur, les grands équilibres restaurés autant que faire se peut - en tous cas la dégradation a été stoppée-, la création de l'emploi a perduré même si c'est en nombre insuffisant par rapport aux besoins structurels, L'Etat a diminué sensiblement son train de vie, la préparation des réformes essentielles : Justice, Education, continue malgré le poids des résistances, la versatilité des lobbies et du poids des corporatismes.

Le chef de l'Etat, conformément à ses attributions constitutionnelles, assume ses responsabilités et veille aux intérêts de la Nation. Il veille, également, à ce que le gouvernement s'acquitte de sa tâche constitutionnelle et, finalement, le Souverain joue scrupuleusement le jeu légal de la séparation des pouvoirs. Le gouvernement issu des urnes du 25 novembre 2011 trouve auprès de SM Le Roi le soutien permanent et l'accompagnement bienveillant pour l'accomplissement de sa responsabilité.

Le Maroc fait aujourd'hui face aux défis décisifs du monde avec plus de succès que ses homologues de même profil socio- culturel et de même identité régionale parce qu'il a tranché la question politique, il a réglé la question de la gouvernance et a sanctuarisé la question des droits et fixé légitimement les équilibres entre les pouvoirs avec la Constitution du 1er juillet 2011. L'enjeu n'est plus, à présent, d'imaginer un modus vivendi collectif pour gérer la Nation, il s'agit plus simplement - et c'est le plus complexe- de traduire dans la réalité la nouvelle Constitution avec une démarche consensuelle et participative.

Ceux qui pensent, aujourd'hui, qu'opposer les pouvoirs entre eux est de nature à leur conférer, pour les enjeux à venir, des positions politiques de force se trompent. La compétition politique au Maroc n'est plus entre les pouvoirs -cet enjeu constitutionnel est réglé- mais entre les projets, leur pertinence et leur intérêt pour le pays.

Le gouvernement et sa majorité seront jugés sur leurs bilans. L'opposition sur son efficacité, sur son utilité et sur sa capacité à faire des contre-propositions claires audibles et lisibles. Et le chef de l'Etat, quant à lui, agit, impulse, arbitre, maintient les grands équilibres et veille aux intérêts du pays.

C'est comme cela que le team Maroc marche et c'est comme cela qu'il marque des buts contre ses adversaires au bénéfice de tous et non contre son camp au grand regret de tous !

Sur le plan politique ceux qui participent à la dégradation du débat public doivent assumer leurs responsabilités dans la perte de temps que cela occasionne à la Nation. Et dans la dégradation générale qui touche l'image des institutions de représentation et de médiation.

Le Parlement, les députés, le gouvernement, les ministres, les partis politiques, leurs dirigeants, les médias, tous voient leur image affectée et durablement dégradée auprès de l'opinion publique. Un débat public qui ne tire pas vers le haut offre peu d'opportunités au pays pour être performant, pour s'améliorer et atteindre ses objectifs. Les acteurs n'étant plus dans leur rôle constitutionnel. 

Et là, également, on souligne le rôle de tempérance, de conciliation et d'équilibre que joue SM Le Roi dans un appel permanent, explicite ou suggéré, à se recentrer sur l'essentiel créateur et mettre de côté le superflu et l'accessoire diviseur -souvent des algarades verbales inutiles- qui nuit à la marche des affaires publiques et qui voile l'image de la démocratie marocaine pourtant réelle et concrète.

C'est pour cela que le Souverain veille scrupuleusement à ce que l'Entreprise Maroc reste saine, bien gérée, au management compétent, responsable et évolué et qui optimise ses ressources dans une conjoncture qui ne permet aucun écart ni aucune faute. Il veut l'immuniser contre les dangers qui la guettent et les menaces souvent explicites qui l'assaillent. 

Le Roi du Maroc maintient l'unité de la Nation dans sa diversité. Il offre, aujourd'hui plus que jamais, une possibilité, sérieuse et réelle, à nos provinces du Sud d'intégrer harmonieusement l'ensemble national par le biais d'une large autonomie porteuse de paix et de prospérité pour tous. Il dote la politique du pays d'un point d'équilibre et d'ancrage qui fait que toutes les forces politiques du pays, par la démocratie, sont capables d'accéder légitimement au pouvoir dans le cadre de l'alternance démocratique.

Face à un monde en plein désarroi, le village marocain semble paisible, rassemblé, rasséréné et engagé pour atteindre ses objectifs. SM Le Roi maintient le cap et accélère la cadence. Les Marocains le suivent car le pacte multiséculaire qui les lie à la Monarchie est porteur de stabilité et de prospérité pour tous. Ce modèle perdure car il a démontré, dans la loyauté partagée, sa résilience et son efficience.

(Par Khalil HACHIMI IDRISSI)

27 juil. 2014 (MAP)

Tanger, ou la métamorphose d'une ville devenue un pôle de premier plan grâce à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed

La ville du Détroit est devenue, sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, le symbole de la vision éclairée du Souverain en matière de développement durable impulsé par les grands chantiers structurants, qui ont fait de Tanger un pôle de développement de premier plan sur aux niveaux national et régional.

Depuis l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône de Ses glorieux ancêtres, la ville de Tanger et sa région s'est transformée en véritable chantier visant à capitaliser sur la position stratégique de la ville à la croisée des chemins entre l'Afrique et l'Europe, la Méditerranée et l'Atlantique, en vue d'assoir une plate-forme propice aux investissements et propulser le développement économique et social du Nord.

Grâce à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI, une importance particulière a été accordée au renforcement du réseau des infrastructures industrielles, logistiques et touristiques, afin d'améliorer la connectivité du pôle Tanger et d'attirer les investisseurs et opérateurs économiques nationaux et étrangers à s'installer dans la région.

Le chantier le plus emblématique lancé dans ce cadre est le méga complexe portuaire de Tanger Med, conçu pour être le fer de lance de la stratégie de développement de la région. Situé idéalement sur le détroit de Gibraltar à la croisée de la seconde voie maritime la plus fréquentée au monde et du passage mondial Est-Ouest entre l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique et emprunté par plus de 100.000 navires par an, enregistrant ainsi 20 pc du trafic mondial de conteneurs.

Ce projet titanesque, dont les travaux ont été lancés en 2004 et qui couvre 9 km de côtes pour un investissement global de quelque 7,5 milliards d'euros de fonds publics et privés, se divise en plusieurs structures, notamment les ports à conteneurs Tanger Med I, entré en service en 2007 avec une capacité de traitement de 3 millions de conteneurs EVP (équivalant vingt pieds) par an et Tanger Med II, dont les travaux sont en cours et qui aura une capacité de 5 millions d'EVP.

Le complexe compte aussi le port Tanger Med Passagers, destiné au trafic des particuliers et des camions TIR avec une capacité de traitement de 7 millions de passagers et de 700.000 camions TIR par an, ainsi que le terminal des hydrocarbures d'une capacité de plus de 500 mille m3 de produits pétroliers. 

Un ensemble d'infrastructures routières et ferroviaires a été développé pour relier le port Tanger Med et accroitre son impact. En effet, la région a connu en 2005 le lancement de la première phase du système de transport multimodal avec une autoroute Rabat-Tanger longue de plus de 220 km, complétée, en 2008, par le tronçon reliant le port Tanger Med au réseau autoroutier. 

Dans le même sens, il a été procédé au dédoublement de la route nationale N 2 reliant Tanger à Tétouan, à la mise en service de l'autoroute Tétouan-Fnideq et à la construction de la rocade méditerranéenne reliant Tanger à Saidia.

En parallèle à ces efforts, les infrastructures de chemins de fer ont été renforcées à travers la création d'un nouveau tronçon de 54 km afin de relier Tanger au complexe Tanger Med, en plus de l'électrification de la ligne ferroviaire Tanger-Ksar El Kébir.

Ce système de transport multimodal s'enrichira par l'introduction de la Ligne à grande vitesse (LGV), dont la première tranche reliera Tanger à Casablanca pour porter le nombre de passagers sur cet itinéraire de 2 millions par an actuellement à près de 8 millions par an à partir de 2015, et la réduction de la durée du trajet entre les deux villes de 4 h 45 min actuellement à 2 h 10 min.

Cette politique des chantiers structurants a fait ses preuves en permettant de rendre la région attractive pour de nombreuses grandes firmes internationales, notamment le groupe Renault-Nissan qui a ouvert son usine à Melloussa, près de Tanger, réalisée sur un terrain de 280 hectares pour un investissement global de 1,1 milliard d'euros.

L'importance de cette usine, qui atteindra, à l'horizon 2015, une capacité de 400.000 véhicules/an et générera 6.000 emplois directs et 30.000 indirects, réside dans sa vocation d'encourager l'implantation de tout un tissu d'équipementiers et créer un nouveau circuit économique, en plus de consolider l'orientation du Maroc vers les métiers d'avenir.

Cette dynamique de développement s'est aussi traduite par le lancement de grands projets structurants dans le domaine touristique et urbanistique, notamment la reconversion du port de Tanger ville en un port de loisirs et de croisières, rendue possible grâce à la mise en service du complexe Tanger Med, et la création de la nouvelle ville de Chrafate, à la croisée des chemins entre Tanger, Tétouan et le port Tanger Med, ainsi que de plusieurs centres et noyaux urbains (Ibn Battouta, Gzénaya, Ksar Essghir).

Au-delà des projets structurants, la vision royale pour le développement de la ville du Détroit entend ériger la cité en véritable métropole internationale, un hub attractif et structuré qui offre l'ensemble des services et des commodités et un cadre de vie agréable pour ses habitants, les investisseurs et les visiteurs de la ville.

C'est ainsi que le programme Tanger-Métropole a été lancé en septembre 2013 par SM le Roi Mohammed VI pour le développement intégré, équilibré et inclusif de la ville via le renforcement de ses infrastructures urbaines, culturelles, économiques et sociales.

Ce plan de développement, qui s'étale sur une période de cinq ans (2013/2017), prévoit la mobilisation de 7,66 milliards de dirhams d'investissements et concerne les domaines de l'équipement urbain (routes, infrastructures), de la culture, de l'économie, des services sociaux, de l'environnement en plus du volet religieux, dans une vision prospective visant à structurer le développement de Tanger et pallier aux dysfonctionnements causés par la croissance rapide et parfois incontrôlée de la ville. 

L'année 2017 a été fixée comme date butoir du programme car la plus part des principaux projets structurants de la région (le port Tanger Med 2, la reconversion du port de Tanger ville, la Ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca) entreront en service à cette période, d'où l'importance de les accompagner d'une mise à niveau globale de la ville.

Ce programme reflète le passage à la vitesse supérieure dans le processus de développement tous azimuts de la ville lancé depuis l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI, ayant assuré une véritable renaissance de cette ville ouverte et dynamique.

La Haute sollicitude dont le Souverain entoure la ville de Tanger et sa région a eu pour effet de métamorphoser la ville et de la placer en pôle position sur la voie de devenir l'une des agglomérations urbaines les plus modernes et les plus attractives au niveau régional et international.

-Par Hicham Boumehdi-

Expert français : le Maroc, un pays émergent et une puissance diplomatique

Sous l'impulsion volontariste de SM le Roi Mohammed VI, face aux nombreux défis du monde moderne et dans le contexte des crises régionales, le Maroc a tenu le cap d'un projet global ayant pour objectif un plus grand développement politique, social, économique et une diplomatie dynamique, a souligné le directeur de l'Observatoire d'études géostratégiques (OEG) de Paris Charles Saint-Prot. 

Dans un entretien à l'occasion des festivités marquant la Fête du Trône, l'expert français a indiqué que les quinze premières années du règne de SM le Roi Mohammed VI sont marquées par une modernisation profonde du pays dans le respect de ses traditions et de son identité et par des réalisations essentielles dans les domaines politique, socio-économique et diplomatique.

"Sur le plan politique, ces années ont été placées sous le signe du renforcement d'institutions adaptées au monde en évolution et de la consolidation d'un Etat de droit où se trouvent respectés à la fois le droit interne et international et les droits civils, politiques, humains , sociaux et culturels des citoyens", relève M. Saint-Prot, expliquant qu'il faut comprendre la notion d'Etat de droit dans le sens le plus large et dans le cadre d'une monarchie moderne, responsable et populaire. 

Pour le directeur de l'OEG, la monarchie au Maroc est une monarchie de progrès qui est la garante des grands équilibres, de l'unité nationale de Tanger à la frontière mauritanienne, du bien commun et de l'effort d'adaptation dans le champ religieux.

La monarchie a été le moteur des initiatives concernant l'économie et le développement social, note l'expert français, rappelant que le Maroc a ouvert sur tous les fronts des chantiers qui devraient lui permettre de réussir le pari du développement global et durable auquel SM le Roi est très attaché. 

Il souligne, à cet égard, que le Royaume a franchi des étapes décisives en modernisant ses infrastructures, en attirant des investisseurs et des partenaires internationaux de premier plan (Renault, Bombardier, Lafarge), en promouvant de vastes projets comme Tanger-Med, les énergies renouvelables, l'industrialisation ou les nouvelles technologies. 

Le directeur de l'OEG note, en outre, que SM le Roi a veillé tout spécialement à ce que le développement économique ne soit pas dissocié du progrès social, ce qui a conduit le Souverain à lancer l'Initiative nationale de développement humain (INDH) et à créer de nombreuses Fondations caritatives ou sociales comme la Fondation Mohammed V pour la solidarité. 

"On ne peut pas oublier le rôle essentiel du Souverain pour faire avancer la condition de la femme, que ce soit avec le nouveau Code de la famille, l'action en faveur des plus démunies ou la nomination de nombreuses femmes aux plus hautes fonctions de l'Etat", souligne M. Saint-Prot. 

Concernant le volet de la diplomatie, le directeur de l'OEG affirme que SM le Roi Mohammed VI, qui gère d'une manière pragmatique et réaliste le conflit du Sahara, a su prendre un temps d'avance, rappelant qu'en 2007, alors que la situation était au point mort, le Maroc, fort du consensus national, a repris l'initiative en proposant un plan d'autonomie que toutes les grandes puissances considèrent comme le seul moyen de mettre fin à un conflit artificiel.

"Grâce à la diplomatie de grande envergure du Souverain, la thèse algéro-séparatiste a reculé et le nombre des Etats qui avaient reconnu la structure séparatiste fantoche a considérablement diminué, notamment en Afrique où SM le Roi Mohammed VI a développé une diplomatie très active axée sur une vision ambitieuse de la coopération sud-sud", relève M. Saint-Prot. 

Tout en soulignant que l'Afrique représente la dimension stratégique du Royaume, qui est le seul pays du Maghreb arabe à avoir eu des relations multiséculaires avec les pays du continent, à les conserver et à les faire fructifier, l'expert affirme que SM le Roi du Maroc a fait de l'Afrique une priorité de la diplomatie du Royaume. 

Le Maroc, fait-il observer, s'est également imposé comme un acteur incontournable dans la zone saharo-sahélienne où les événements récents, comme la crise du Mali, ont démontré que la stabilité dans toute cette partie de l'Afrique ne peut être garantie sans une forte implication du Maroc dans les processus de sécurité et de stabilisation dont certains prétendaient l'exclure. 

"Il est possible d'affirmer que le Maroc est un pays émergent et une puissance diplomatique de tout premier ordre en raison de son rôle central pour la stabilité au sud de la Méditerranée. Cela a été rendu possible grâce à la stabilité assurée par une monarchie en constante évolution. C'est cela l'exception marocaine", précise le chercheur français.

-Propos recueillis par Noureddine Ellaouzi-

(MAP-22/07/2014)

L'INDH, une expérience inédite avec des résultats d'exception

La célébration du quinzième anniversaire de l'accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, au trône de Ses Glorieux ancêtres est une occasion privilégiée pour s'arrêter sur les différents chantiers et initiatives lancés par le Souverain au service de Son peuple.

Un des chantiers de règne majeurs reste l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée le 18 mai 2005 par le Souverain, et qui depuis n'a fini de faire des émules, participant à l'élargissement de l'accès aux services sociaux de base, à la promotion des activités génératrices d'emplois et de revenus stables, à l'amélioration des conditions de vie des personnes souffrant d'une grande vulnérabilité ou ayant des besoins spécifiques et à la dynamisation du tissu associatif.

Jugée en interne et à l'international comme une expérience inédite, cette initiative, qui en est à sa deuxième phase (2011-1015) et dont le Souverain assure personnellement le suivi de l'exécution et de l'avancement, conforte le projet sociétal marocain, un modèle bâti sur les principes de solidarité, de démocratie politique, d'efficacité économique, de cohésion sociale et de travail, mais aussi sur la possibilité donnée à tout un chacun de s'épanouir en déployant pleinement ses potentialités et ses aptitudes.

Elle s'adresse principalement aux personnes en grande vulnérabilité, ou à besoins spécifiques, pour leur permettre de s'affranchir des affres de la précarité, de préserver leur dignité et de leur éviter de sombrer soit dans la déviance, soit dans l'isolement et le dénuement extrême.

Cette initiative a favorisé, au niveau de l'ensemble du territoire du Royaume, la mise à niveau tant des capacités que de la qualité des Centres d'accueil existants, la création de nouveaux Centres spécialisés à même d'accueillir et de venir en aide aux personnes en situation de grande précarité, tels les handicapés, les enfants abandonnés, les femmes démunies, sans soutien et sans abri, les vagabonds, les vieillards et les orphelins livrés à eux-mêmes, les personnes atteintes de VIH (Sida) et celles en état de toxicomanie.

Elle a également permis aux personnes en situation précaire d'accéder à des services et prestations de qualité, de bénéficier de l'appui aux projets d'activités génératrices de revenus (AGR), outre l'amélioration de l'accès aux services et infrastructure, l'animation socioculturelle et sportive.

Au titre de l'année 2013, le nombre de projets et d'actions programmés et/ou réalisés dans le cadre de l'INDH, est de 6.227 interventions, pour un investissement global de 3,9 milliards DH, avec une part de l'INDH s'élevant à 2,2 milliards de DH, soit un effet de levier de 43 pc.

L'année dernière a été également marquée par la montée en puissance de la mise en œuvre du Programme de mise à niveau territoriale (PMAT) qui concerne 587 communes rurales relevant de 22 provinces et vise la promotion des conditions de vie des populations de 3.300 douars situés dans des régions montagneuses ou enclavées, la réduction des disparités en matière d'accès aux infrastructures de base, d'équipements et de services de proximité (pistes rurales, santé, éducation, électrification, eau potable) et l'inclusion des populations de ces zones dans la dynamique enclenchée par l'INDH.

Le PMAT a connu, au titre de l'année 2013, le lancement de plus de 700 kilomètres de routes, l'électrification de plus de 1.900 douars, l'adduction en eau potable au profit de 127 douars, la construction de 700 logements d'instituteurs et l'affectation de 38 ambulances médicalisées.

Dotée de moyens renforcés, d'une teneur significative et de domaines d'intervention plus amplifiés, en élargissant l'assiette du ciblage et en intégrant notamment les malades sidatiques et les toxicomanes sans ressources, la deuxième phase de l'INDH se démarque également par la forte impulsion accordée aux AGR (activités génératrices de revenus), qui sont encouragées vu leur rôle important dans l'insertion de la population en situation difficile dans le tissu économique et l'émergence de la culture de l'auto-emploi.

A ce titre, l'INDH a permis, depuis son lancement, de créer plus de 6.525 projets d'AGR, avec un investissement global de 1,94 milliard de dirhams. La part de l'INDH dans ces AGR a atteint 1,22 milliard de DH.

Par secteur, l'Initiative nationale pour le développement humain a réussi à créer plusieurs activités génératrices de revenus, notamment dans l'agriculture avec 3.694 projets réalisés, le commerce, la petite industrie et les services de proximité (1.171 projets) et l'artisanat (912 projets). 

A toutes ces réalisations et ces projets, il faut ajouter que l'INDH a réussi à insuffler une dynamique nouvelle aux relations entre autorités publiques, élus et tissu associatif, outre la promotion d'une culture basée sur la participation, la confiance, le respect de la dignité et la bonne gouvernance.

Cette ambitieuse initiative confirme, d'année en année, qu'il ne s'agit nullement d'un projet ponctuel, ou d'un programme conjoncturel de circonstance, mais d'un chantier de règne, ouvert en permanence.

(MAP-21/07/2014)

Professeur Abdelhak Lamrini : le Trône cristallise les aspirations des Marocains au développement et à la grandeur

Epine dorsale de l'Etat marocain et symbole sublime de son unité, le Trône cristallise les aspirations des Marocains au développement, au progrès et à la grandeur, fédère les énergies et cimente les liens entre les différentes composantes du pays, a affirmé Prof. Abdelhak Lamrini, historiographe du Royaume et porte-parole du Palais royal.

La célébration de la Fête du Trône ranime la flamme de cette marche confiante, déterminée et inexorable des Marocains sur la voie du progrès pour un avenir meilleur qui s'inspire, éternellement, des moments phares ayant émaillé leur Histoire lumineuse, a souligné M. Lamrini dans un entretien à la MAP à la veille du 15ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres.

Dans le contexte des profondes mutations et turbulences qui secouent le monde, l'institution monarchique continue de mener, avec détermination et sérénité, la marche du pays sur la voie du progrès en multipliant les initiatives et les grands projets structurants dans les domaines économiques, industriels, agricoles et énergétiques, a-t-il relevé, soutenant que ces actions prometteuses sont le meilleur gage d'un espoir constamment renouvelé au profit d'un peuple qui, fidèle à ses constantes sacrées, reste mobilisé derrière le glorieux trône alaouite.

Revenant sur les prémices fondatrices de la Fête du Trône, M. Lamrini a rappelé que sa célébration a été officiellement entamée sous le règne de feu Sidi Mohammed Ben Youssef le 18 novembre 1934, soit sept ans après son accession au Trône, le 18 novembre 1927, suite au décès de son père le Sultan feu Moulay Youssef.

A l'époque, une jeunesse nationaliste enthousiaste alternait articles dans la presse nationale, pamphlets et meetings populaires réclamant la fin de l'occupation et la cessation des exactions militaires, a-t-il poursuivi, faisant observer qu'à partir de 1934, le peuple marocain a spontanément commencé la célébration de cette Fête lors de rencontres dans les instituts, les écoles, les souks et les places publiques, agrémentées de discours et de poèmes à la gloire du pays et de son Sultan, ainsi qu'aux efforts déployés par ce dernier en vue de libérer son peuple du joug de l'occupation.

C'est ainsi qu'est apparu le slogan "Le Trône par le peuple et le peuple par le Trône", a-t-il expliqué, notant que ce mot d'ordre, qui condense l'attachement du peuple à son Trône comme expression sublime du recouvrement de la dignité et de l'indépendance du pays, a été à l'origine de bien de miracles et d'une profonde révolution ayant débouché sur la liberté et l'Indépendance. 

Parmi ces miracles, l'interviewé a évoqué le Discours historique de Tanger (9 avril 1947) qui jeta les jalons de la bataille de la libération menée par le peuple marocain, suivi par la Révolution du Roi et du peuple (20 août 1958), la Marche Verte (6 novembre 1975), conçue et planifiée par feu SM Hassan II pour la récupération du Sahara marocain, et l'adoption par le peuple marocain de la Constitution du 1er juillet 2011 que SM le Roi Mohammed VI a soumise au référendum et qui consacre les fondements de l'Etat de droit et l'édifice d'un Maroc moderne sur un socle fort de démocratie, d'équité, d'égalité, de justice sociale et de citoyenneté. 

Autant dire, selon M. Lamrini, que le mérite de la célébration de la Fête du Trône, au-delà de son aspect festif et de commémoration, réside dans le fait qu'il renvoie symboliquement au renouvellement des liens indéfectibles de la beia et de l'allégeance, un acte fondateur à valeur de charte constitutionnelle dans ses dimensions religieuses et politiques fondé sur la devise éternelle "Dieu, la Patrie et le Roi".

Pour lui, le Maroc moderne, celui de la révolution constante que mènent la monarchie et le peuple contre l'ignorance et le sous-développement sous toutes ses formes, est un Maroc à cheval sur son unité territoriale et confessionnelle et sa stabilité légendaire et qui restera une forteresse inexpugnable devant les tempêtes houleuses et les différends mortifères.

Et de conclure qu'avec la grâce de Dieu, le Maroc continue sa marche, sous la conduite sage et éclairée de SM le Roi Mohammed VI, digne successeur de feus SM Mohammed V et SM Hassan II, sur la bonne voie qu'il s'est fixée pour le progrès, la gloire et la grandeur à la faveur des grands projets de développement à l'oeuvre dans le pays depuis l'accession de SM le Roi au trône de ses glorieux ancêtres.

-Propos recueillis par Driss Guedira-

(MAP-20/07/2014)

20è session du Comité Al Qods: une nouvelle illustration de l'attachement royal à la défense d'Al Qods et du peuple palestinien

La tenue de la 20è session du Comité Al Qods, les 17 et 18 janvier dernier à Marrakech sous la présidence effective de SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, a constitué une nouvelle illustration de l'attachement sans faille du Souverain à la défense des droits légitimes du peuple palestinien et de l'identité arabo-islamique de la Ville Sainte.

Marquée par la présence du président palestinien Mahmoud Abbas et la participation d'émissaires de haut niveau représentant les pays membres permanents du Conseil de sécurité, l'Union européenne, le Vatican, les Nations Unies et la Ligue arabe, cette session a confirmé de nouveau la ferme volonté de SM le Roi d'œuvrer en permanence en faveur de la préservation du patrimoine civilisationnel, culturel et humain d'Al Qods et de son statut légal.

Elle traduit également le souci du Souverain de placer la cause d'Al Qods Acharif au centre des préoccupations de la communauté internationale qui est appelée à assumer pleinement ses responsabilités dans ce sens.

La 20è session du Comité Al Qods a été aussi l'occasion de mettre en avant l'efficience de la vision de SM le Roi Mohammed VI pour le renforcement de l'action diplomatique et politique en faveur d'Al Qods Acharif, ainsi que l'action de l'Agence Bayt Mal Al Qods en matière de mise en œuvre de programmes de développement efficaces au profit des Maqdessis.

"La protection de la Ville Sainte contre les plans de judaïsation, et l'appui à apporter aux résistants qui s'y maintiennent, ne peuvent se réduire à des slogans creux, ni se prêter à une instrumentalisation de cette noble cause, dans le cadre de surenchères stériles. Bien au contraire, la question est grave et considérable. Elle exige confiance, crédibilité et une présence qui permette de peser de tout son poids dans la défense des sacralités islamiques", avait souligné le Souverain à l'ouverture de cette session. Dans le discours de clôture de cette 20è session, SM le Roi montre de nouveau la voie à suivre: "Notre attachement à l'identité d'Al Qods ne s'explique pas seulement par le fait qu'il s'agit de la première des Qiblas et du troisième Lieu Saint, mais également par la nécessité que cette cité demeure ce qu'elle a toujours été: un symbole du monothéisme des religions célestes et un espace de coexistence entre ses populations dans un climat de paix et de concorde".

De l'avis de tous, cette session a été à la mesure des enjeux et des dangers qui guettent la Ville Sainte, dans la mesure où elle a placé de nouveau la question d'Al Qods au devant des agendas politiques et diplomatiques dans une conjoncture délicate, tout en adoptant des recommandations qui sont autant d'appels lancés à la communauté internationale pour sauver la ville sainte et stopper les pratiques israéliennes visant à altérer son statut légal.

En effet, le Comité Al Qods, qui a rendu hommage dans le communiqué final de cette 20ème session aux efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI, Président de cette instance, pour protéger les lieux saints musulmans et chrétiens de la ville Sainte, a invité la communauté internationale à prendre conscience de ses responsabilités à l'égard d'Al Qods.

"Le Comité Al Qods invite la communauté internationale à prendre conscience de ses responsabilités à l'égard d'Al Qods, étant donné que tout Etat, institution, organisation, collectivité ou individu qui cherche à préserver l'identité et le caractère symbolique de la ville sainte, contribuera ainsi de manière effective à la construction d'une paix réelle, à créer les conditions de sa mise en place et à faciliter la tâche des artisans de la paix", soulignait le communiqué final. Il a également invité le Conseil de sécurité à accorder davantage d'intérêt aussi bien aux tensions croissantes qu'à la situation critique que connaît Al-Qods Acharif, pour qu'il assume ses responsabilités conformément à la Charte des Nations Unies et aux résolutions pertinentes du Conseil relatives à Al-Qods Acharif. Le Comité a condamné et désapprouvé la politique du fait accompli adoptée par les autorités d'occupation israéliennes dans Al-Qods Acharif, ainsi que tous les actes hostiles et illégaux visant l'altération du statut juridique d'Al-Qods Acharif, de son cachet civilisationnel et de sa structure démographique. 

La 20è session du Comité Al Qods a lancé ainsi un appel clair pour un engagement collectif des pays arabes et islamiques en faveur de la question centrale de la Oumma, un engagement qui puisse aller au-delà de l'instrumentalisation et de la surenchère pour servir les finalités de cette noble cause.

Elle a été aussi une occasion propice de définir une vision unifiée des pays islamiques et d'examiner les moyens et mécanismes susceptibles de faire face aux tentatives israéliennes de judaïsation et de dénaturation du caractère et du cachet authentiques de la ville sainte d'Al Qods et aux violations continues qui affectent la sacralité et la sainteté de la mosquée Al-Aqsa.

Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, un engagement inconditionnel en faveur de l'humanisation de l'institution carcérale

Au titre de l'année 2013-2014, quelque 661 détenus passaient les examens du baccalauréat, parmi les 15.683 inscrits au programme d'enseignement, d'alphabétisation et de formation professionnelle, alors que quelques semaines auparavant, d'anciens pensionnaires recevaient des équipements pour des activités génératrices de revenus. Des initiatives, parmi tant d'autres, qui illustrent l'engagement constant et multidimensionnel de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus en faveur de l'humanisation de l'univers carcéral et de sa transformation en une véritable école d'éducation, de correction et de qualification.

La Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus n'a eu de cesse, depuis sa création en 2002, d'œuvrer à la consécration de la culture d'assistance post-carcérale en vue de permettre aux détenus de redresser leur comportement, d'acquérir des compétences et d'apprendre un métier à même de leur ouvrir des perspectives sur le marché de l'emploi.

En effet, des programmes ambitieux destinés aux pensionnaires des pénitenciers ont été adoptés ces dernières années, lesquels englobent notamment les domaines de l'animation socioculturelle et sportive, la lutte contre l'analphabétisme, la généralisation de l'enseignement fondamental, ainsi que la construction et l'aménagement de plusieurs centres de formation professionnelle au niveau de plusieurs établissements pénitentiaires.

La Fondation a également initié, en partenariat avec l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), un programme de formation au profit de plus de 8.700 détenus, contre 500 bénéficiaires seulement en 2002, alors qu'un prix de la poésie et de l'écriture littéraire a été instauré, le Prix "Mama Assia".

De même, la Fondation s'est engagée de plain-pied dans de multiples projets et initiatives pilotes en faveur des pensionnaires des établissements pénitentiaires et des centres de protection de l'enfance, conjuguant les efforts avec la Délégation générale de l'administration pénitentiaire pour faire de l'institution carcérale un espace de correction, de réhabilitation et de réinsertion, parallèlement au progrès réalisé par le Maroc en matière de consécration des droits de l'Homme, des libertés et de l'Etat de droit.

Hautement salués par l'ensemble de la communauté internationale, ces projets illustrent l'attention toute particulière accordée par SM le Roi Mohammed VI au processus d'humanisation et de qualification du milieu carcéral, comme ils traduisent la Haute sollicitude dont le Souverain entoure les pensionnaires des pénitenciers afin de leur permettre de bénéficier de l'assistance et de l'accompagnement sociaux nécessaires et d'une formation qualifiante et ce, dans le but de faciliter leur réinsertion active dans leur environnement socioéconomique une fois en liberté.

Dans ce sillage, la Fondation Mohammed VI, qualifiée de "modèle" et de "référence" au niveau arabe par la directrice régionale du "Penal Reform International (PRI)" pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient (MENA), s'attelle également à la mise en œuvre de projets porteurs visant à permettre aux pensionnaires des prisons et des centres de détention pour mineurs de purger leurs peines dans le respect de leur dignité et partant, d'accentuer leur sentiment de responsabilité à l'égard d'eux-mêmes et de la société.

Les établissements pénitentiaires, dont 51 disposent de centres de formation professionnelle, d'écoles et d'autres services de réinsertion, en plus de 7 centres d'accompagnement post-carcéral répartis sur plusieurs villes marocaines, sont devenus ainsi des espaces d'accompagnement social et de soutien psychologique et moral qui répondent aux besoins des pensionnaires, dont les femmes détenues accompagnées d'enfants qui peuvent, dans le cadre de cette nouvelle philosophie, bénéficier d'espaces appropriés pour l'éducation de leurs petits en les mettant à l'abri de l'environnement carcéral qui peut avoir un impact négatif sur le moral de ces enfants.

Les résultats de ces efforts commencent à être perceptibles par la société, notamment en matière d'éducation et de formation professionnelle, de santé, ainsi que des activités culturelles et sociales, étant donné que la peine carcérale n'est aucunement synonyme de marginalisation ou d'exclusion.

L'incarcération reste certes un prix à payer pour une infraction commise, mais il n'en demeure pas moins un passage de deuxième chance dédié à une réinsertion effective dans la société, une société voulue partenaire dans cette nouvelle stratégie initiée par la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus.

Les relations Maroc-Etats Unis "très solides" grâce à la volonté commune de Sa Majesté le Roi et du Président Obama

Les relations maroco-américaines sont aujourd'hui "très solides" grâce à la vision et à la volonté commune de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et du Président Barack Obama, a déclaré à la MAP, Edouard Gabriel, ancien ambassadeur américain, en soulignant que l'axe Rabat-Washington a franchi un nouveau palier avec la dernière visite du Souverain aux Etats-Unis.

"Lors de la rencontre au sommet entre Sa Majesté le Roi et le Président Obama, au mois de novembre dernier à la Maison Blanche, les deux leaders ont pu mesurer leur convergence de vues sur nombre de questions stratégiques, allant de la promotion des droits de l'Homme, aux réformes économiques en passant par les priorités de développement durable dans le continent africain et la question du Sahara", a expliqué M. Gabriel.

Concernant le développement en Afrique, l'ancien diplomate américain a mis en exergue le caractère "impressionnant" et la vision "avant-gardiste" de Sa Majesté le Roi pour mettre en place des partenariats gagnant-gagnant durables et solidaires avec les pays africains, faisant observer que le Sommet Etats-Unis-Afrique, qui aura lieu à Washington début août, s'inscrit en droite ligne de cette vision pour le continent africain, notamment dans les domaines agricole et de sécurité alimentaire.

Cette convergence de vues entre Rabat et Washington est adossée à un accord de libre-échange entre le Royaume et les Etats-Unis, entré en vigueur en 2006, l'unique en son genre unissant l'Amérique et un pays africain, a-t-il rappelé, soulignant que "cela confère au Maroc un rôle unique à jouer dans le continent, pas seulement avec les Etats-Unis dans le cadre d'une coopération triangulaire, mais aussi en étant une plaque tournante économique et financière".

Revenant sur le train de réformes initiées par Sa Majesté le Roi depuis Son accession au Trône, M. Gabriel a noté que la vision Royale a, dans ce cadre, insufflé une nouvelle dynamique en matière de croissance économique et de développement humain, à travers un meilleur accès au système de santé, à l'éducation, et l'accès aux services financiers, le tout dans un cadre macro-économique qui s'appuie sur de grands projets structurants.

Un autre domaine où le Maroc a réalisé des progrès substantiels est celui des droits de l'Homme, a affirmé l'ancien ambassadeur US, soulignant dans ce cadre le constat fait par le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, qui avait déclaré lors de sa dernière visite à Rabat que "le Maroc connaît une transition importante et établit des normes élevées grâce à sa Constitution et ses lois".

Mme Pillay avait, rappelle-t-on, souligné aussi que le Royaume avait fait "de grands progrès" vers une meilleure promotion et protection des droits de l'Homme, estimant que l'Instance Equité et Réconciliation, créée en 2004 pour enquêter sur les violations passées des droits de l'Homme, a servi de catalyseur pour les nombreuses réformes de grande ampleur, notamment l'adoption de la Constitution en 2011.

-Propos recueillis par Fouad ARIF-

(MAP-18/07/2014)

La nouvelle politique migratoire renforce les acquis démocratiques du Maroc

Le chantier de réformes mené depuis l'accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône, s'est renforcé par le lancement en septembre dernier d'une nouvelle politique migratoire basée sur approche humanitaire et de respect des droits de l'Homme, fortement appréciée par la communauté internationale qui salue ce nouveau pas du Royaume sur la voie de consolidation de l'Etat de droit.

Cette nouvelle politique s'inspire des Hautes Orientations royales qui venaient constituer une vision nouvelle de la politique migratoire nationale, humaniste dans sa philosophie, globale dans son contenu, responsable dans sa démarche et pionnière au niveau régional, confortant ainsi les acquis démocratiques du Maroc tout en lui permettant de faire preuve d'une "interaction positive" avec les mécanismes onusiens en matière des droits de l'Homme et des migrants en particulier.

Perçue comme un tournant décisif et historique en matière de gestion des flux migratoires, cette vision prend en considération les grandes mutations que connaît le phénomène migratoire aux niveaux régional et international et les nouvelles réalités nationales en rapport avec la question des migrants et des réfugiés.

Le Maroc étant passé du statut d'un pays émetteur ou de transit à un pays d'accueil des immigrants, la nouvelle vision de la politique migratoire vient conforter la nouvelle politique africaine initiée par SM le Roi Mohammed VI, consacrant la vocation du Maroc en tant que terre d'accueil, ses relations séculaires avec l'Afrique et son engagement continu pour le développement humain, notamment la formation des ressources humaines, la consolidation de la paix et de la sécurité et la promotion de l'action humanitaire en Afrique.

La nouvelle politique marocaine d'immigration se décline en un plan d'action opérationnel autour des quatre axes essentiels du rapport du Conseil National des Droits de l'Homme (CNDH), à mettre en œuvre selon "une démarche d'association avec cette institution et de concertation avec l'ensemble des autres acteurs concernés".

Sur le plan d'asile, il a été procédé au lancement immédiat d'un processus de mise à niveau du cadre juridique et institutionnel national et ce, dans le but de doter le Royaume d'un système de gestion conforme aux standards internationaux et respectueux de ses engagements en matière de promotion et de protection des droits de l'Homme.

Concernant les étrangers en situation administrative irrégulière, des instructions ont été données aux autorités compétentes pour continuer de traiter les personnes en situation de séjour irrégulier dans le strict respect de la loi et de veiller à la protection de leurs droits et de leur dignité.

Dans ce cadre, il a été procédé au lancement d'une opération exceptionnelle de régularisation des étrangers. Depuis le lancement de cette opération en septembre, quelque 14.510 demandes de régularisation de la situation des immigrés illégaux ont été étudiées, sur un total de 16.123 dossiers déposés auprès des commissions chargées de cette opération à travers le Royaume.

Près de 3.000 demandes ont déjà reçu un avis favorable (20 pc du nombre total) alors que les autres dossiers sont en cours d'étude au niveau des différentes préfectures et provinces, avait assuré le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Cherki Drais qui présentait en juin le bilan de cette opération à l'occasion de l'installation de la Commission nationale de recours pour la régularisation des migrants en situation administrative irrégulière.

L'installation de cette commission, présidée par le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), s'inscrit en droite ligne des dispositions constitutionnelles, des Hautes Orientations Royales concernant la nouvelle politique migratoire du Royaume et des recommandations du rapport du CNDH sur l'asile et l'immigration.

Elle s'insère aussi dans le cadre des initiatives prises depuis septembre 2013 dans ce domaine, dont l'ouverture du bureau des réfugiés et des apatrides, l'opération exceptionnelle de régularisation des migrants en situation irrégulière et le processus de mise à niveau de l'arsenal juridique relatif au trafic des êtres humains, à l'asile et à l'immigration.

La commission est composée notamment de représentants du ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, du ministère de l'Intérieur, du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, du ministère de l'Emploi et des Affaires sociales, de la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme et d'acteurs associatifs.

Les recommandations du rapport du CNDH relatives aux étrangers en situation régulière font en effet l'objet d'un examen approfondi par les autorités compétentes, pour une mise en oeuvre adéquate dans le cadre d'un mécanisme de concertation avec le CNDH et les autres acteurs concernés.

Parallèlement, les autorités marocaines continueront leur lutte sans relâche contre les réseaux de trafic des migrants et de traite des personnes, avec notamment le renforcement du dispositif juridique et des actions de sensibilisation en la matière.

Au niveau international, les ministres concernés considèrent la Vision Royale comme "un référentiel pour l'action diplomatique en relation avec les questions migratoires, consacrant ainsi le rôle du Maroc en tant que force réelle d'action et de proposition aux niveaux régional et multilatéral".

Ils estiment à ce propos que les partenaires du Maroc, notamment l'Union européenne, sont également concernés au premier plan par la nouvelle donne migratoire et doivent faire preuve d'un engagement plus concret dans leur appui à la mise en oeuvre de cette nouvelle politique marocaine d'immigration.

Le Maroc table aussi sur une attitude responsable de la part des pays voisins, qui sont autant concernés par la problématique migratoire au niveau régional.

Avec l'émergence de la nouvelle politique migratoire, le Maroc se trouve ainsi engagé dans une réflexion approfondie pour une meilleure intégration des immigrés et leur contribution au développement socio-économique notamment à travers la mise en place d'un modèle qui répond aux besoins de cette catégorie tout en prenant en compte les spécificités du pays.

-Par Amal TAZI-

Sa Majesté le Roi, porte-drapeau d'une Afrique débarrassée des pesanteurs mutilantes d'une ère coloniale révolue

Sa Majesté le Roi Mohammed VI n'a eu de cesse, depuis Son accession au Trône, de multiplier les initiatives et consolider les partenariats avec les pays africains, dans le cadre d'une vision stratégique qui fait du Souverain le porte-drapeau d'une Afrique débarrassée des pesanteurs mutilantes d'une ère coloniale à jamais révolue, une Afrique confiante en ses atouts, qui place l'individu au centre d'un développement humain solidaire, marqué du sceau Royal de l'authenticité de l'engagement et de l'efficience de la méthode.

Les différentes tournées du Souverain dans plusieurs pays africains suscitent un grand intérêt dans la presse et auprès des prescripteurs d'opinion américains qui mettent en avant l'"authenticité de l'engagement royal, ancré dans l'histoire millénaire du Maroc, ainsi que l'efficience d'une méthode soucieuse de bâtir des partenariats pour le développement et le progrès solidaires".

La vision Royale, qui projette une force de modération et de pacification dans le continent, participe ainsi d'une démarche stratégique qui s'appuie sur trois composantes essentielles, à savoir le soutien aux processus de démocratisation, le développement humain et le respect des différences et spécificités culturelles.

"Sur la base de ces trois principes cardinaux et complémentaires, le Maroc apporte son expertise et son savoir-faire aux pays frères et amis dans le continent, en mettant à profit sa force de projection économique et des partenariats pour le développement solidaire et mutuellement bénéfique", souligne à ce propos le magazine bimensuel américain National Interest, spécialisé dans les questions stratégiques et de défense.

Cet engagement, qui se démarque par une grande disponibilité au service des causes justes et grandes préoccupations du Continent est porté par "l'aura spirituelle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en Sa qualité de Commandeur des croyants, et de descendant du Prophète, autant de vertus qui confèrent au Souverain une place particulière dans le coeur des populations du sous-continent", relève, de son côté, le journal à grand tirage, le Huffington Post.

"Il s'agit d'une vision d'espoir pour la libre entreprise et le changement pour l'Afrique", souligne pour sa part Richard Miniter, auteur de plusieurs ouvrages à succès sur la liste du New York Times, en expliquant que cette vision royale "tord le cou à un mythe qui persiste à penser que l'Afrique est toujours en proie à son passé colonial et que, du coup, le continent aurait plus besoin d'aide que d'opportunités".

Là où les autres ne voient que le risque, l'approche royale tend la main à l'opportunité, note-t-il, en voulant pour preuve "les investissements directs colossaux du Maroc en Afrique de l'ouest, notamment dans les secteurs bancaire, des télécommunications et des fertilisants".

Richard Miniter rappelle, dans ce contexte, que le discours prononcé par Sa Majesté le Roi au Forum économique maroco-ivoirien à Abidjan, met en avant l'Afrique, "un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités. Elle doit se prendre en charge, ce n'est plus un Continent colonisé. C'est pourquoi l'Afrique doit faire confiance à l'Afrique. Elle a moins besoin d'assistance, et requiert davantage de partenariats mutuellement bénéfiques. Plus qu'une aide humanitaire, c'est de projets de développement humain et social, dont notre Continent a le plus besoin".

Revenant, d'autre part, sur la stratégie mise en place par le Souverain pour endiguer l'extrémisme religieux et barrer la route aux groupes terroristes qui sévissent dans la région du Sahel et du Sahara, M. Miniter qualifie d'"audacieuse" la décision de Sa Majesté le Roi, Commandeur des croyants et descendant du Prophète, qui porte sur la formation d'imams maliens, tunisiens et bien d'autres pays encore, conformément aux préceptes du rite malékite, faisant remarquer, à ce propos, que le Royaume "mène la voie dans ce domaine".

M. Miniter illustre son analyse en rappelant encore la teneur du discours d'Abidjan dans lequel Sa Majesté le Roi avait souligné que "le développement durable du Continent africain exige que la créativité et le dynamisme du secteur privé se concentrent sur des domaines porteurs, comme l'agriculture, l'industrie, la science et la technologie, et le développement des infrastructures".

"Si le siècle dernier a été celui de l'indépendance des Etats africains, le 21ème siècle devrait être celui de la victoire des peuples contre les affres du sous-développement, de la pauvreté et de l'exclusion", avait dit le Souverain.

L'engagement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur du développement en Afrique montre combien "le génie marocain est engagé dans le cadre d'une démarche exemplaire" dans le continent, tient à souligner, pour sa part, Michael A. Battle, Ambassadeur et Conseiller principal pour l'Organisation du Sommet Etats-Unis-Leaders Africains, prévu en août prochain à Washington.

"En vérité, le Maroc c'est l'Afrique et l'Afrique c'est le Maroc", soutient le haut responsable américain.

Le Royaume, sous la conduite de Sa Majesté le Roi, "a déjà réalisé des choses phénoménales en Afrique grâce notamment à ses atouts dans les domaines de l'aéronautique et de l'industrie automobile, entre autres", affirme-t-il.

"C'est ce génie marocain que nous voulons voir se disséminer dans le reste du continent africain afin que puisse émerger une révolution industrielle et dans le secteur manufacturier, à la faveur d'économies diversifiées. Ce modèle marocain devrait être suivi", a conclu le haut responsable américain.

-Par Fouad ARIF-

(MAP-17/07/2014)

Fête du trône: Un moment renouvelé de célébration de la cohésion nationale et de réaffirmation des choix résolus du Royaume

C'est avec cette même légendaire ferveur patriotique, héritée et cultivée par les générations, que le peuple marocain s'apprête à célébrer, le 30 juillet, le 15ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI. Un moment, jamais figé, toujours renouvelé, de commémoration d'une histoire commune, d'une symbiose parfaite entre le peuple et son Roi, d'un socle de valeurs ancré dans l'identité nationale.

Si la célébration de la fête du trône garde toujours vivace cette charge patriotique inébranlable, c'est que la symbolique à laquelle elle tient est immuable, en ce sens qu'elle cristallise l'adhésion du Trône et du peuple aux mêmes valeurs fondatrices dans lesquelles se reconnaît la nation.

En s'inscrivant dans le contexte même de l'institutionnalisation de la fête du Trône, marqué alors par des circonstances historiques cruciales, l'on peut mesurer la capacité restée inaltérée de la nation à rester unie derrière le trône, à déjouer toutes les manœuvres adverses. 

Ce n'est pas par hasard qu'au départ l'idée de célébrer annuellement l'anniversaire de la fête du trône était née en conséquence au sursaut national pour mettre en échec le dahir berbère en 1930, avant qu'elle ne fasse son chemin pour prendre la forme d'un événement symbolique illustrant la cohésion et l'unité de la patrie ainsi que le référentiel de valeurs patriotiques nationales.

Belle marque de cohésion entre le peuple et le trône, l'idée de fêter l'anniversaire de l'intronisation du Roi était ainsi venue des jeunes nationalistes enthousiastes, qui luttaient contre l'occupation française et défendaient l'intégrité territoriale et l'unité religieuse du Maroc, lesquels ont célébré, de manière non officielle, l'anniversaire de l'intronisation du Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef, en date du 18 novembre 1933. Mais, cette fête n'est devenue officielle qu'en 1934, en application d'une décision ministérielle, publiée par Mohamed Al Mokri (Premier ministre du gouvernement marocain), et reproduite au bulletin officiel, en date du 2 novembre 1934, sous l'appellation fête du souvenir.

Des décennies après, la fête du trône continue aujourd'hui d'inspirer la marche du Maroc vers le progrès et le développement, de révéler la profondeur des liens affectifs et de la relation de loyauté réciproque entre le Roi et le peuple.

"Tu célèbres cette fête avec un éclat particulier en raison de la signification profonde que tu as toujours donnée à cet événement qui incarne pour toi la symbiose entre les trois valeurs sacrées du Royaume: l'Islam, la Monarchie et la patrie'', a affirmé SM le Roi Mohammed VI dans Son Discours adressé à la nation, à l'occasion du premier anniversaire de l'Intronisation du Souverain.

Dans ce discours, SM le Roi a souligné que "le Trône a pu, en effet, grâce à l'Islam et la Monarchie, faire converger vers le même creuset les diverses composantes civilisationnelles, culturelles, et géographiques de la nation pour en faire le socle de son unité. Cette symbiose entre toi et le Trône a fait du Maroc un bastion inexpugnable et lui a conféré la force et l'invulnérabilité qui lui ont permis de faire face à de grandes épreuves et aux crises les plus graves, de franchir les obstacles les plus difficiles, de négocier les virages les plus délicats de son histoire et de relever de grands défis". 

C'est ainsi qu'à chaque anniversaire, ces valeurs sont mises en avant. Et les vocables ne manquent d'ailleurs pas pour souligner les nombreuses significations symboliques de ce moment fort de la vie de la nation, synonyme de renouvellement de l'acte d'allégeance entre le Trône et le peuple, de continuité historique de la monarchie et d'interaction entre le sommet et la base. 

Instant solennel de renouvellement des liens profonds entre la Monarchie et le peuple marocain, la fête du trône est aussi un moment de réflexion profonde sur le devenir de la société marocaine, d'engagement de tous envers l'Histoire et envers l'avenir de notre pays, d'impulsion de l'œuvre d'édification du Maroc moderne conduit par SM le Roi.

Et c'est dans ce sens que l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI, le 30 juillet 1999, a fait date depuis, comme augurant une ère radieuse jalonnée d'avancées remarquables dans les différents domaines politique, économique et social.

A la faveur de la vision éclairée du Souverain, le Royaume s'est alors inscrit dans un projet sociétal moderniste, qui fait siennes les valeurs de démocratie, de pluralisme et de consécration des droits économiques et sociaux et autres droits humains. Un projet, que tout en étant tourné vers l'avenir, est mené en parfaite harmonie avec les référents de l'identité marocaine et les valeurs constitutives du socle national. 

Dans Son discours à la nation, à l'occasion du 14ème anniversaire de Son Intronisation, SM le Roi a affirmé que "cette commémoration n'incarne pas uniquement ton loyalisme constant à ton Premier Serviteur auquel est dévolue la mission d'assurer ta direction et de préserver ton unité. Elle symbolise aussi la réaffirmation, constamment renouvelée, du pacte d'allégeance par lequel nous nous engageons mutuellement à faire avancer le Maroc sur la voie du progrès, de la prospérité, du développement et de la stabilité. Elle donne enfin une expression tangible à ton attachement aux constantes immuables et aux valeurs sacrées de la nation".

Peter Pham: le soutien "explicite" du Président Obama au plan d'autonomie au Sahara, une reconnaissance du leadership régional de SM le Roi

Le soutien "explicite" du Président des Etats-Unis Barack Obama, au plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, qui fut un "point saillant" de la rencontre au sommet ayant réuni à la Maison Blanche le Chef de l'exécutif US et Sa Majesté le Roi Mohammed VI, "constitue une reconnaissance par Washington du leadership régional du Souverain en tant que force de projection stabilisatrice dans le continent africain", a déclaré M. Peter Pham, Directeur de l'Africa Center, relevant du prestigieux think- tank Atlantic Council.

"Ce soutien explicite à la justesse du plan marocain d'autonomie par Obama, en droite ligne de la politique suivie par trois administrations US depuis celle dirigée par le Président Bill Clinton à l'actuelle, en passant par l'Exécutif de George W. Bush, se veut une reconnaissance par les Etats-Unis du leadership régional de Sa Majesté le Roi et de Sa force de projection stabilisatrice dans le continent", a affirmé cet expert des affaires africaines, dont l'expertise est souvent sollicitée par le Congrès des Etats-Unis.

Elle se veut aussi une reconnaissance, à sa juste valeur, "du rôle constructif joué par le Maroc dans le but de trouver une solution définitive à ce conflit artificiel", a-t-il souligné, en faisant observer que ce soutien ainsi exprimé par les Etats-Unis va au-delà de cette question "pour embrasser un partenariat affirmé entre Washington et Rabat dans le but d'asseoir une coopération triangulaire en Afrique, notamment en matière de sécurité et de développement".

De Washington, qui accueillera au début du mois d'août le sommet Etats Unis-Leaders Africains, "on ne peut que se féliciter de l'engagement authentique de Sa Majesté le Roi aussi bien dans l'environnement immédiat du Royaume, comme en atteste la visite Royale en Tunisie, que dans le continent africain à travers les nombreuses tournées effectuées par le Souverain depuis Son accession au Trône", a-t-il poursuivi.

Les visites Royales dans le continent, que ce soit au Mali, en Guinée Conakry, en Côte d'Ivoire, au Gabon, entre autres, ont donné lieu à la signature de nombreux accords de coopération, sur fond d'un engagement volontaire du secteur privé marocain, avec l'intention de fructifier des partenariats gagnant-gagnant et solidaire au bénéfice des populations de la région.

"La reconnaissance du leadership du Souverain en Afrique par le Président Obama balise la voie à une coopération triangulaire au profit du continent qui verrait Rabat et Washington mettre à disposition leurs avantages comparatifs respectifs pour lancer les bases d'un développement durable et solidaire dans le continent", a noté M. Pham par ailleurs.

-Propos recueillis par Fouad ARIF-

(MAP-16/07/2014)