18 °C Correct Rabat

40ème Anniversaire de la Marche verte 1975 – 2015

Célébration à Londres de l'anniversaire de la Marche Verte et de la Fête de l'Indépendance

Les Marocains établis en Angleterre ont célébré, dimanche soir, dans une ambiance de joie et de liesse patriotique, l'anniversaire de la glorieuse Marche Verte et la fête de l'indépendance.

Lors d'une soirée organisée par l'Ambassade du Maroc au Royaume-Uni, en présence notamment du Consul général du Maroc à Londres, plusieurs ressortissants marocains, hommes, femmes et enfants, ont saisi cette occasion pour exprimer leur attachement à leur pays d'origine et leur détermination à défendre l'intégrité territoriale du Royaume de Tanger à Lagouira.

Lors de cet événement, les membres de la communauté marocaine ont chanté l'hymne national et la célèbre chanson patriotique "Nidae Al-Hassan" et d'autres chansons célébrant l'attachement des MRE à la patrie.

Cette réception, qui s'est déroulée dans une ambiance festive, a été ponctuée d'un programme d'animation artistique et de la présentation de témoignages de Marocains d'Angleterre qui ont réitéré leur mobilisation constante pour la défense de la cause nationale et leur contribution au développement que connait le pays sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Cette soirée a également été marquée par des exposés sur les réalisations accomplies par le Royaume en matière de développement socioéconomique.

La commémoration de l'anniversaire de la Marche Verte et de la fête de indépendance, deux événements historiques gravés dans la mémoire de tous les Marocains, a permis aux convives étrangers de se joindre aux membres de la diaspora marocaine pour célébrer ces deux épopées.

Dans des déclarations à la MAP, plusieurs membres de la communauté marocaine établis au Royaume Uni, ont exprimé leurs sentiments de fidélité et de loyalisme à SM le Roi Mohammed VI, se disant fiers des avancées réalisées par le Royaume dans tous les domaines.

Ils se sont également dits ravis de célébrer ces deux fêtes qui témoignent des liens profonds qui existent entre SM le Roi et son peuple et reflètent la forte symbiose entre le Trône et le peuple. 

Le drapeau marocain flotte dans le ciel de Toronto à l'occasion des célébrations du 40è anniversaire de la Marche Verte et du 60è anniversaire de la fête de l'indépendance

La communauté marocaine établie à Toronto a célébré dimanche, dans une ambiance de fierté et de patriotisme, le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte et le 60ème anniversaire de la fête de l'Indépendance, deux événements majeurs dans l'histoire contemporaine du Royaume, en présence de centaines de membres de la diaspora marocaine et de personnalités et dignitaires canadiens et étrangers.

Cette journée de célébration, organisée à l'initiative de l'Association Marocaine de Toronto (AMDT) sous le signe "Célébrons le Maroc en Ontario", a été l'occasion pour la communauté marocaine expatriée au Canada en général et de Toronto en particulier, de commémorer, avec une grande ferveur, deux épopées ayant incarné la communion entre le glorieux Trône Alaouite et le peuple marocain qui ont mené une lutte héroïque pour s'affranchir du joug du colonisateur et parachever l'intégrité territoriale du Royaume.

Le point d'orgue de cette journée commémorative a été la grande cérémonie de levée du drapeau marocain sur l'esplanade de l'Hôtel de ville de la "Ville Reine", qui s'est déroulée en présence notamment de l'ambassadeur du Maroc à Ottawa, Mme Nouzha Chekrouni, du Consul honoraire du Royaume du Maroc, Ralph Lean, du Consul général de l'Etat des Emirats Arabes Unis, Sultan Al Harbi, de membres du parlement provincial de l'Ontario et du président de la Communauté Juive Marocaine de Toronto, Simon Keslassy.

Ainsi, le drapeau marocain, qui flottera sur l'Hôtel de Ville de Toronto pendant trois jours, a été hissé au rythme de l'hymne national, chanté en chœur par les membres de la communauté marocaine et leurs familles, sous le regard des convives venus partager avec les Marocains du Canada ce moment historique et très spécial.

Intervenant à cette occasion, Mme Chekrouni a tenu à remercier les membres de l'AMDT pour l'organisation de cette cérémonie afin de permettre aux membres de la communauté marocaine établie à Toronto de partager avec leurs frères dans le Royaume l'immense joie de la célébration du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte et du 60ème anniversaire de la fête de l'indépendance.

Elle a affirmé, dans ce sens, que cette Marche populaire et pacifique, qui a permis au Maroc de parachever son intégrité territoriale et de libérer ses provinces du sud du joug du colonisateur, sera à jamais une grande épopée ayant incarné la sagesse et la clairvoyance du peuple marocain, animé d'une foi inébranlable et mu par une forte conviction en la justesse de sa cause.

Cette célébration, a-t-elle souligné, est aussi l'occasion de réaffirmer haut et fort et à l'unisson la marocanité du Sahara et l'attachement de l'ensemble des Marocains à l'intégrité territoriale irréfragable du Royaume.

Rappelant que le Maroc n'a ménagé aucun effort pour le développement de ses provinces du sud depuis leur retour à la Mère-Patrie, Mme Chekrouni a indiqué que les régions du Sahara ont connu un grand saut qualitatif à la faveur des grands projets d'envergure dans les domaines socio-économiques et d'investissements dans tous les secteurs, à même de métamorphoser les villes du Sahara en des centres urbains et économiques pionniers.

Elle a, par ailleurs, souligné que les Marocains du monde, notamment au Canada, constituent de réels ambassadeurs du Royaume à travers leur modèle d'intégration, de respect de l'autre, de tolérance et d'ouverture, tout en les appelant à ne ménager aucun effort pour défendre les intérêts du Maroc, et à leur tête la première cause nationale, et contrecarrer toute tentative ou manœuvre ourdie visant à porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume.

De son côté, le président de l'AMDT, Faouzi Metouilli a indiqué que malgré l'éloignement, cette journée de commémoration de la Marche Verte et de la fête de l'indépendance du Royaume revêt une importance particulière pour tous les Marocains du Canada et constitue pour eux l'occasion de réitérer leur attachement à leur Patrie et à sa longue histoire pleine de leçons et de pages glorieuses de militantisme.

Cette cérémonie a aussi permis aux Marocains de Toronto d'exprimer leur indéfectible attachement à la marocanité du Sahara et leur mobilisation constante derrière Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il confié à la MAP.

Il a, en outre, précisé que cette célébration est également une belle occasion pour permettre aux générations montantes nées dans le pays d'accueil de consolider leurs liens avec l'histoire du Royaume et d'apprécier les énormes sacrifices et les efforts inlassables consentis par les Marocains pour défendre les constantes de la Nation, recouvrir l'indépendance du Maroc et parachever l'intégrité territoriale nationale.

En célébrant ces deux glorieux anniversaires, riches en symboles et en leçons de patriotisme, les Marocains de Toronto réaffirment leur mobilisation inébranlable derrière SM le Roi et leur pleine adhésion aux grands chantiers de développement tous azimuts lancés à travers le Royaume sous l'impulsion du Souverain pour réaliser les aspirations de Ses fidèles sujets à davantage de progrès et de prospérité, a-t-il soutenu.

Par la suite, l'assistance a pris part à une réception ponctuée par une projection d'un documentaire qui a mis en exergue les grandes significations du combat mené par feu SM Mohammed V et feu SM Hassan II et les sacrifices consentis par les deux regrettés Souverains pour le recouvrement de l'Indépendance du Maroc et le parachèvement de son intégrité territoriale.

Un quotidien bahreïni met en lumière l'ambiance festive ayant marquée la célébration du 40è anniversaire de la Marche verte à Lâayoune

Le quotidien bahreïni +Al Ayam+ dans sa livraison de dimanche, a mis en avant l'ambiance festive et de liesse générale ayant marqué la célébration récemment à Lâayoune, du 40è anniversaire de la Marche verte.

Dans son article, Ali Majid, envoyé spécial du quotidien à Lâayoune, a décrit les scènes de joie et de liesse collectives ayant investi les différents coins de la ville, à l'occasion de cet événement historique, ainsi que l'accueil des plus chaleureux qui a été réservé à SM le Roi Mohammed Vl, notant que le Souverain a prononcé un discours historique annonçant de grands projets dans la région.

Et de poursuivre que les différents boulevards de la ville où les signes de développement et de progrès sont hautement remarquables, plusieurs habitants parmi les filles et fils des provinces du sud du Maroc se sont massés aux abords pour exprimer leur joie, brandissant des drapeaux et des portraits de SM le Roi Mohammed VI et criant tous à haute voix 'Vive le Roi''.

Plusieurs fils et filles du Sahara marocain ont déclaré à cette occasion qu'ils ont choisi de sortir tôt de chez eux pour célébrer majestueusement cette épopée rayonnante de l'histoire du Maroc et attendre l'arrivée de SM le Roi pour Lui souhaiter la bienvenue parmi les siens.

Et l'auteur de l'article d'ajouter que les habitants de la ville de Lâayoune ont été au rendez-vous avec l'annonce par le Souverain de plusieurs projets de développement de grande envergure, visant en premier lieu le développement du secteur productif, l'appui aux PME, la gestion durable des ressources naturelles, la protection de l'environnement et le renforcement des infrastructures.

Le quotidien indique également que le Maroc tout entier a célébré cet événement dans la joie et la fierté, occasion pour l'ensemble du peuple marocain de réitérer, encore une fois, son appartenance au Royaume et son attachement indéfectible à l'intégrité territoriale du Maroc.

'La Marche verte illustre la volonté si forte des Marocains à tout faire pour le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume et à ne jamais renoncer sur leur terre quelques soient les sacrifices à consentir'', rapporte la publication.

Et de poursuivre que les Marocains ont démontré à l'ensemble de la communauté internationale 'les résultats de leur union, ainsi que leur niveau élevé en termes de paix et de civisme'', ce qui leur a permis de récupérer les provinces du sud et donc de célébrer cet événement.

Cette expérience inédite mérite tout l'intérêt de la communauté internationale en ce sens qu'elle peut servir de modèle à suivre, poursuit le quotidien, qui se fait l'écho de la détermination du Maroc, telle que contenue dans le discours prononcé à Lâayoune par SM le Roi Mohammed VI, de lancer une nouvelle étape dans l'intégration totale et absolue de ses provinces du sud, et de faire face à toutes les tentatives désespérées de remettre en cause le statut juridique du Sahara marocain.

Dans la foulée, le quotidien se fait l'écho des déclarations du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi mettant en avant la fierté du Maroc quant à la position du Bahreïn, soutenant l'unité du Maroc et rejetant catégoriquement la division.

Et le ministre de poursuivre que le Royaume du Bahreïn, sous la conduite de SM le Roi Hamad Ben Issa Al- Khalifa, ne cesse d'exprimer ses positions politiques de soutien et d'appui au Maroc, mettant en avant l'intérêt des deux Royaumes frères à consolider davantage leurs liens de coopération dans divers domaines.

Et d'observer qu'il existe des projets prometteurs auxquels peuvent s'associer des hommes d'affaires et des investisseurs bahreïnis, notamment dans les provinces du sud du Maroc qui connaissent une dynamique de développement pionnière ayant permis de drainer d'importants investissements étrangers.

Les médias Bahreïnis ont accordé un intérêt tout particulier à la célébration par le Maroc du 40è anniversaire de la Marche verte, avec un focus sur les principaux axes du discours Royal prononcé par SM le Roi depuis Lâayoune, portant lancement de plusieurs projets de développement.

De son côté, +Akhbar Al Khalij+ a zoomé aussi sur les différentes festivités ayant marqué cet événement historique ainsi que sur le développement et le progrès que connaissant les provinces du sud du Maroc au même titre que les autres régions du Royaume, notant que ces provinces du Sahara marocain connaissaient par le passé un déficit criarde en infrastructures de base au lendemain du départ du colonisateur.

Célébration à Copenhague du 40ème anniversaire de la Marche Verte

Le 40ème anniversaire de la Marche Verte, évènement phare de l'histoire du Maroc, a été célébré dans une ambiance de joie et de liesse patriotique, lors d'une cérémonie organisée, samedi, à Copenhague.

L'évènement auquel ont pris part de nombreux membres de la communauté marocaine résidant dans le pays scandinave, s'est déroulé dans une place adjacente au château de Christiansborg qui abrite le parlement danois, quartier emblématique et très fréquenté de la capitale danoise.

A l'initiative du forum dano-marocain, regroupant acteurs associatifs et membres du Conseil de la Communauté Marocaine à l'Etranger (CCME), une tente, parée des drapeaux marocain et danois, a été dressée au milieu de la place pour servir de cadre présentant les riches facettes notamment de la culture, la gastronomie et la musique du Royaume.

Dans une allocution à cette occasion, le maire en charge de la culture et de l'animation à Copenhague, Carl Christian Ebbesen, s'est dit heureux de prendre part aux célébrations de la communauté marocaine établie au Danemark à travers un évènement culturel reflétant les valeurs d'ouverture, de partage et de tolérance.

Cette manifestation culturelle traduit l'esprit d'échange, de dialogue et de respect mutuel, a-t-il tenu à souligner.

Dans leurs interventions, des membres de la communauté marocaine, dont de nombreux citoyens originaires des provinces du sud du Royaume, ont réaffirmé leur mobilisation et celle de l'ensemble de la communauté marocaine pour faire face aux manœuvres des ennemies de l'intégrité territoriale, en contribuant à faire connaitre davantage la cause nationale.

Ils ont, en outre, souligné leur détermination à continuer, à l'instar de tous les Marocains du monde, à contribuer et à participer activement au processus de développement du Royaume, sous la conduite sage et éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

"La communauté marocaine à l'étranger et le renforcement de la culture de la citoyenneté", thème d'une conférence à Benguerir

"La communauté marocaine établie à l'étranger et le renforcement de la culture de la citoyenneté" a été au centre d'une conférence organisée samedi, à Benguerir, à l'initiative du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) en partenariat avec la Rabita des Sahraouis marocains d'Europe.

Intervenant lors de cette rencontre qui rentre dans le cadre de la célébration du 40-ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, le président de la Rabita des Sahraouis marocains d'Europe, Mahdi Zini Idrissi, a souligné que cette rencontre vise la consolidation de liens entre la génération ayant vécu la Marche Verte et les nouvelles générations à travers des séquences enregistrées relatant cette épopée phare ainsi que des présentations mettant en relief la teneur du dernier discours Royal historique à l'occasion de l'anniversaire de la Marche Verte. 

La Rabita des sahraouis marocains d'Europe exprime sa fidélité et sa loyauté au Trône alaouite et sa mobilisation à défendre l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il ajouté, relevant que la communauté marocaine établie à l'étranger est mobilisée de manière spontanée contre toutes les campagnes de dénigrement visant le Maroc et son intégrité territoriale.

Les autres intervenants ont souligné que le dernier discours Royal prononcé à l'occasion du 40-ème anniversaire de la Marche Verte est historique à tous les égards.

Ils ont de même relevé que le Maroc a accompli de grandes réalisations dans ses provinces du Sud dans tous les domaines. 

Ils ont en outre, mis à nu les manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale et leurs tentatives vaines de porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume, exprimant la mobilisation des Marocains établis à l'étranger pour défendre l'intégrité territoriale du Maroc. 

Cette rencontre a été marquée par l'organisation d'une exposition de photos rares de la Marche Verte ainsi que la projection d'un court métrage retraçant les moments forts de cette épopée. 

Ont pris part à cette rencontre des personnes ayant participé à la Marche Verte ainsi que des représentants de la société civile.

Un magazine mexicain met en avant la haute teneur du discours Royal à l'occasion du 40è anniversaire de la Marche Verte

Le magazine mexicain +La Voz del ?rabe+ a mis en avant la haute teneur du discours que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a prononcé à l'occasion du 40è anniversaire de la Marche Verte, ainsi que les grands chantiers de développement que le Souverain a annoncés dans les provinces du Sud. 

La publication cite des extraits du discours Royal dans lequel le Souverain avait affirmé que "le Maroc refuse toute aventure aux conséquences incertaines, potentiellement dangereuses, ou toute autre proposition creuse ne servant à rien d'autre qu'à torpiller la dynamique positive enclenchée par l'Initiative d'autonomie". 

Sa Majesté le Roi avait souligné que le Maroc a rempli toutes ses obligations en mettant sur la table le projet d'autonomie des provinces du Sud, qui a été qualifié de crédible et de sérieux par la communauté internationale, fait remarquer le magazine dans une analyse publiée vendredi soir sur son site Internet.

"Pourquoi l'Algérie n'a rien fait pour améliorer les conditions de vie des habitants des camps de Tindouf estimés tout au plus à 40 mille individus, ( ) Cela veut dire qu'en quarante ans, elle n'a pas pu ou n'a pas voulu doter ces populations de quelque 6000 logements pour préserver leur dignité", avait dit le Souverain dans Son discours, cité par la publication mexicaine.

Le magazine souligne également que le discours de Sa Majesté le Roi a mis en exergue le modèle de développement des provinces du Sud qui vise à ériger celles-ci en un véritable modèle de développement intégré, à travers plusieurs projets structurants, notamment le renforcement du réseau routier dans la région conformément aux normes et standards internationaux.

Et + La Voz del ?rabe+ de conclure qu'à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, Sa Majesté le Roi a présidé la cérémonie du lancement du nouveau modèle de développement des provinces du Sud qui mobilise des investissements de l'ordre de 77 milliards de dirhams. 

Le président du groupe d'amitié parlementaire maroco-roumain s'entretient avec la secrétaire d'Etat roumaine aux Affaires globales

Le président du groupe d'amitié parlementaire Maroc-Roumanie, Rachid El Kabil s'est entretenu, vendredi à Rabat, avec la secrétaire d'Etat roumaine aux Affaires globales au ministère des Affaires étrangères, Carmen Burlacu.

Ces entretiens, qui se sont déroulés en présence notamment de plusieurs parlementaires marocains membres du groupe d'amitié et de l'ambassadrice de la Roumanie à Rabat, Simona Mariana Ioan, ont porté sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale ainsi que sur plusieurs questions d'intérêt commun, indique un communiqué de la Chambre des Représentants.

Après avoir rappelé la convention de coopération signée entre le Maroc et la Roumanie en 1969, M. El Kabil s'est félicité de l'excellence des relations qui lient les deux pays.

Le président du groupe d'amitié parlementaire maroco-roumain a mis en avant les réalisations accomplies par le Royaume qui enregistre une avancée démocratique importante et jouit de la stabilité et de la sécurité sous la conduite sage et éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Il a, de même, salué la position de la Roumanie à l'égard de la question de l'intégrité territoriale du Maroc et de la proposition d'autonomie pour le règlement du conflit artificiel autour de la marocanité des provinces du sud du Royaume.

M. El Kabil a, par la même, rappelé la teneur du discours adressé par SM le Roi Mohammed VI, le 6 novembre courant à Laâyoune, à l'occasion du 40è anniversaire de la glorieuse Marche verte, dans lequel le Souverain a annoncé des projets d'envergure pour le développement des provinces du sud du Royaume.

Les membres du groupe d'amitié Maroc-Roumanie ont, de leur côté, souligné la nécessité de renforcer la coopération bilatérale, notamment dans le domaine économique, invitant la partie roumaine à contribuer et à adhérer aux grands projets de développement des provinces du sud annoncés par SM le Roi Mohammed VI.

Ils ont, également, appelé à effectuer des visites aux provinces du sud pour constater de visu les progrès et l'évolution tous azimuts enregistrés dans ces provinces.

Par ailleurs, les membres du groupe d'amitié Maroc-Roumanie se sont félicités des efforts déployés par l'ambassadrice du Maroc à Bucarest, le ministère roumain de l'Enseignement et l'ambassadrice de Roumanie à Rabat pour parvenir à une solution à la question de l'inscription des étudiants marocains aux universités roumaines. 

Les participants à la rencontre ont été unanimes à exprimer leur volonté de poursuivre la coopération et la coordination bilatérale. 

Pour sa part, Mme Burlacu a salué l'évolution du Maroc dans plusieurs domaines et la stabilité dont jouit le Royaume, mettant l'accent sur le rôle prépondérant que les parlementaires peuvent jouer dans le renforcement de la coopération entre les deux pays.

Le discours Royal ouvre la voie à une nouvelle stratégie de développement dans les provinces du Sud 

Le discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte a ouvert la voie à une nouvelle stratégie de développement dans les provinces du Sud, a affirmé Nicos Lygeros, professeur de Mathématiques, de Linguistique, d'Epistémologie et de Management Stratégique aux universités d'Athènes, de Thrace et à l'Ecole Polytechnique de Xanthi.

Dans un article publié vendredi sur des sites électroniques et par des centres de recherches de Grèce, Nicos Lygeros, a ajouté que cette nouvelle stratégie repose sur un programme clair basé sur l'autonomie faisant du Sahara le point de départ d'un modèle de développement pour l'ensemble des provinces du Sud, précisant que ce modèle de développement deviendra le point essentiel dans le processus du parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume dont le coup d'envoi a été donné il y a quarante ans avec le lancement de la Marche Verte.

Cette nouvelle stratégie sera mise en œuvre par les sahraouis authentiques qui sont des patriotes sincères, évitant "ceux qui se sont faits bernés" par les thèses des adversaires de l'intégrité territoriale du Maroc, a-t-il dit.

M. Lygeros a ensuite évoqué les principaux projets qui seront réalisés dans les provinces du Sud notamment dans les domaines des transports routier, ferroviaire, aérien et aéroportuaire ainsi que les secteurs de l'éducation et de la santé. 

Cette stratégie mise en avant s'inscrit en droite ligne de la régionalisation avancée basée sur la décentralisation administrative et sur les ressources naturelles qui seront exploitées par les habitants de la région, a encore souligne, M. Lygeros qui est également professeur de Stratégie, Géostratégie et Topo-stratégie à l'académie de police, l'Ecole de sécurité nationale, l'Ecole de l'armée de l'Air, l'Ecole de défense nationale, l'Ecole de stratologie.

Et de noter que l'approche Royale remet les choses à leur place s'agissant de la situation dramatique des séquestrés dans les camps de Tindouf (Sud-Ouest algérien) dont tirent profit ceux qui surestiment le nombre de ces séquestrés, le but étant le détournement des aides humanitaires à des fins personnelles. 

"Nous constatons que pour faire face à l'exploitation des souffrances des séquestrés des camps de Tindouf, la nouvelle stratégie marocaine ouvre la voie à une nouvelle perspective qui n'était pas facile à prévoir il y a encore quelques années", conclut l'universitaire grec.

Le nouveau modèle de développement, un levier de progrès pour les Provinces du Sud du Royaume 

Le nouveau modèle de développement constitue un levier pour le progrès et le développement des Provinces du Sud du Royaume, grâce à la réalisation de grands projets dans différents secteurs socio-économiques, a affirmé le directeur du Centre régional d'investissement (CRI), Mohamed Abdellah Bouhjar.

M. Bouhjar, qui intervenait jeudi soir lors de la présentation d'un exposé au centre culturel de Dakhla sur les projets lancés dans la province de Oued Eddahab, depuis sa récupération en 1979, M. Bouhjar a indiqué que cette province s'est dotée de grandes infrastructures dans plusieurs secteurs de développement, dont l'enseignement, la santé et le logement.

La province de Oued Eddahab a enregistré des avancées remarquables en matière de développement économique et des investissements, grâce à la mise en place de projets structurants dans les secteurs productifs de la région dans les domaines de la pèche maritime, de l'agriculture et du tourisme, a-t-il ajouté.

Dans son exposé, M. Bouhjar a également évoqué les perspectives de développement économique et social dans la région, dans le cadre du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud, lancé par SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune, à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

Dans le cadre de ce nouveau modèle de développement, il a souligné l'importance de la dynamisation de l'économie locale au sein de la région à travers la mise en place d'une série de projets touristiques et agricoles et de nombreux chantiers de développement.

Le Sahara marocain est l'une des régions les plus sécurisées et les plus stables dans la zone sahélo-saharienne

Le Sahara marocain est l'une des régions les plus sécurisées et les plus stables dans la zone sahélo-saharienne, a affirmé l'ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa, notant que le Royaume reste vigilant par rapport aux risques liés au terrorisme, aux groupes mafieux et au trafic des stupéfiants qui menacent cette zone.

Dans une interview publiée sur le site du journal français "Le Figaro", le diplomate marocain a indiqué que le Maroc a clairement fait savoir que l'initiative de large autonomie dans ses provinces du sud, comme base politique négociée dans un cadre d'intégrité territoriale et de souveraineté nationale, est le maximum qu'il puisse offrir, rappelant que toutes les tentatives tendant à organiser un référendum d'autodétermination ont été vouées à l'échec, car considérées comme obsolètes dans le contexte géostratégique actuel. 

M. Benmoussa a rappelé, par ailleurs, que lors de Sa visite à Laâyoune, SM le Roi Mohammed VI a annoncé dans le discours prononcé à l'occasion de la célébration du 40-ème anniversaire de la Marche Verte, une nouvelle inflexion dans le modèle de développement économique, l'objectif étant de faire de cette région une plateforme permettant de faire le lien entre le nord et le sud vers l'Afrique subsaharienne.

Le discours royal a posé les jalons d'une régionalisation avancée, qui s'exprimera de la manière la plus large, et a été l'occasion d'annoncer des projets structurants d'une valeur de plus de 7 milliards d'euros, a-t-il dit, notant les provinces du Sud sont placées à un niveau supérieur à la moyenne national au niveau des indicateurs du développement humain.

Sur un autre registre, M. Benmoussa a estimé que la question migratoire doit être traitée sur le long terme. 

"Si, aujourd'hui, on parle moins de la route de la Méditerranée occidentale, alors qu'il y a quelques années c'était un sujet d'inquiétude, c'est parce que des mesures ont été prises, notamment pour lutter contre les réseaux de passeurs", a-t-il indiqué, faisant observer que l'approche sécuritaire à elle seule n'est pas suffisante, d'où la nécessité de l'accompagner d'une dimension humaine.

Le diplomate marocain a indiqué, à cet effet, que la nouvelle politique migratoire du Maroc a permis de régulariser 20. 000 migrants subsahariens en 2014, relevant que le Royaume, qui avait été longtemps un pays émetteur, est devenu un pays de transit pendant un certain temps, avant de se transformer en pays de réception.

Provinces du Sud: le nouveau modèle de développement fondé sur le renforcement des principes de respect des droits fondamentaux des citoyens et du développement humain inclusif 

Le nouveau modèle de développement des provinces du sud repose sur le respect des droits fondamentaux des citoyens et un développement humain inclusif pour un avenir encore meilleur en faveur ses populations locales désormais impliquées dans ce challenge, a affirmé Abdellah Hanouni, membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (CORCAS).

Dans une déclaration à la MAP, il a ajouté que ce nouveau modèle de développement de nos provinces du sud, lancé par SM le Roi Mohammed VI à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, fait appel à l'implication des élus et des populations dans la définition et la mise en œuvre des projets de développement.

Et de souligner que ce nouveau modèle représente un tournant décisif sur le chemin de la mise à niveau des infrastructures et l'amélioration des services et des prestations sociales ainsi que l'impulsion d'une nouvelle dynamique économique grâce à d'importants chantiers de développement.

Pour M. Hanouni qui assume également des responsabilités en tant qu'élu communal et acteur associatif, ce tournant historique impulsé par le Souverain, marque une rupture avec l'économie de la rente tout en ouvrant de nouvelles perspectives à l'initiative privée et à l'innovation et ce, dans une vision intégrée qui implique d'une manière effective les élus et les populations du sud dans la matérialisation de l'ensemble des projets structurants prévus dans un avenir immédiat.

Il a, à ce propos, mis en exergue l'apport et la portée des Hautes Orientations Royales, véritable voie Royale pour un essor sans précédant dans les provinces du Sud, notamment dans la région Dakhla-Oued Eddahab, notant la place prépondérante de l'élément humain dans cette vision conçue à l'appui des recommandations du Conseil Economique, Social et Environnemental qui a dressé un état des lieux sans concessions de la situation dans les provinces du sud durant les 40 dernières années.

Il a également mis en avant les contributions majeures attendues grâce à la régionalisation avancée et son rôle dans la promotion du développement tous azimuts dans les régions du Sud au vu de l'importance des projets structurants qui y ont été lancés par SM le Roi Mohammed VI, insistant tout particulièrement sur le volet concernant la mise à niveau des routes et leur extension.

Des projets colossaux qui concernent également le transport aérien avec à la clé de nouvelles liaisons reliant les provinces du Sud à l'Afrique, la réalisation d'un port de dimension internationale à Dakhla et de vastes projets pour la promotion de l'énergie solaire et éolienne, a indiqué l'ancien président du Conseil provincial d'Ousserd, évoquant aussi le raccordement de la ville de Dakhla au réseau électrique national, le soutien des projets inscrits dans le cadre de l'initiative nationale de développement humain, la valorisation des richesses naturelles dans la région ainsi que l'immense projet de construction d'une station de dessalement de l'eau de mer à Dakhla, la perle du Sahara Marocain. Autant de projets d'envergure à même de booster l'essor des provinces du Sud, a-t-il noté, soulignant les efforts déployés par le Maroc depuis la récupération de son Sahara, région exsangue à sa libération du joug du colonisateur espagnol.

Et de conclure que les acquis réalisés et les projets lancés dans la région de Dakhla-Oued Eddahab bénéficieront encore de la nouvelle dynamique impulsée par la régionalisation avancée, prélude à la matérialisation de la proposition marocaine d'autonomie pour régler définitivement et pacifiquement ce conflit artificiel qui prend en otage depuis quarante ans les populations séquestrées dans les camps de la honte à Tindouf.

Le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte célébré dans la liesse à Montréal

Le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, un événement unique gravé en lettres d'or dans les annales de l'histoire du Maroc et du monde contemporain, a été célébré dans une ambiance de joie et de liesse patriotique, lors d'une cérémonie organisée, jeudi soir, par l'ambassade du Maroc au Canada, au siège de l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI) à Montréal.

Cette cérémonie a été marquée par la présence de plusieurs personnalités canadiennes, de représentants de pays africains et étrangers au sein de l'OACI et d'un grand nombre de membres de la communauté marocaine résidant au Canada.

Intervenant à cette occasion, l'ambassadeur du Maroc à Ottawa, Mme Nouzha Chekrouni a souligné que cette grande Marche populaire, qui a permis au Maroc de parachever son intégrité territoriale et de libérer ses provinces du sud, constitue une étape importante de son histoire, qui regorge de leçons et de significations profondes qui consacrent la sagesse et la clairvoyance du peuple marocain, animé d'une foi fervente et attaché aux valeurs de paix, de modération et de rejet de la violence.

Elle a indiqué que cette célébration est aussi l'occasion pour le peuple marocain, les partis politiques, la société civile dans toutes ses composantes ainsi que pour l'ensemble des institutions du Royaume de réaffirmer unanimement la marocanité du Sahara et de clamer leur attachement à l'unité du peuple marocain du nord au sud, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Mme Chekrouni a, par ailleurs, rappelé que depuis la récupération de ses provinces du sud, le Maroc est resté attaché au principe du dialogue et des négociations sous l'égide de l'ONU et n'a ménagé aucun effort pour contribuer à la recherche d'une solution définitive et consensuelle au différend artificiel autour du Sahara marocain.

Elle a ajouté que le Royaume n'a eu de cesse, également, d'exprimer sa détermination à continuer à oeuvrer pour parvenir à un règlement qui permettra aux peuples du Maghreb de vivre dans la stabilité, de relever les défis du développement régional et de faire face aux menaces sécuritaires dans la région.

Dans ce sens, Mme l'ambassadeur a affirmé que l'initiative marocaine d'autonomie, présentée en 2007 par le Royaume et saluée par la communauté internationale au moment où le conseil de sécurité l'a qualifié de "réaliste" et de "sérieuse" et a reconnu sa crédibilité dans plusieurs résolutions, constitue une chance qu'il faut saisir pour sortir de l'impasse et mettre un terme à un conflit artificiel qui n'a que trop duré et qui sanctionne économiquement toute la région et hypothèque l'avenir des futures générations.

Mme Chekrouni a, en outre, soutenu que depuis la récupération de ses provinces du sud, le Maroc n'a eu de cesse d'ériger cette région en un modèle de développement économique et social qui répond aux aspirations des populations locales, sur la base d'une démocratie participative, de la création de richesses et d'emplois et du raffermissement de la cohésion sociale.

Aujourd'hui et après quarante ans du retour de ces provinces à la Mère-Patrie, a-t-elle dit, ces régions ont connu un saut qualitatif grâce aux projets édifiants et structurants d'investissements et de développement socio-économiques dans tous les secteurs, qui ont transformé les villes du Sahara en des centres urbains et économiques pionniers.

Dans ce contexte, a-t-elle poursuivi, le discours prononcé par Sa Majesté le Roi à Laâyoune est venu réaffirmer la volonté du Royaume de faire des provinces du sud un modèle de développement et de prospérité, à travers les grands chantiers et les projets sociaux et médico-éducatifs lancés dans les trois régions du Sahara.

Rappelant que ce modèle de développement constitue, comme l'a fait valoir le Souverain, "un pilier d'appui pour l'insertion définitive de ces provinces dans la Patrie unifiée et pour le renforcement du rayonnement du Sahara, comme centre économique et comme trait d'union entre le Maroc et son prolongement africain", Mme Chekrouni a affirmé que le Maroc, qui reste confiant dans l'avenir, est engagé fermement dans la voie de la démocratie et du développement, riche de son potentiel humain à l'intérieur comme à l'extérieur, et fier du soutien de ses pays amis.

De leurs côtés, des membres de la communauté marocaine ont confié dans des déclarations à la MAP leur grande fierté de leur marocanité et réitéré leur attachement indéfectible au glorieux Trône alaouite et à la Mère-Patrie, tout en réaffirmant leur mobilisation constante derrière SM le Roi pour la défense des valeurs sacrées de la Nation et à leur tête la première cause nationale.

Ils ont aussi réaffirmé leur pleine adhésion aux grands chantiers de développement tous azimuts lancés à travers le Royaume sous la conduite éclairée du Souverain qui ne ménage aucun effort pour réaliser les aspirations de son peuple à davantage de progrès et de prospérité.

La Marche verte et les Trois Glorieuses, des épopées riches en leçons de sacrifices et de patriotisme

La Marche verte et les Trois Glorieuses à savoir la fête du Retour, la fête de la Renaissance et la fête de l'Indépendance sont des épopées historiques riches en leçons de patriotisme et de sacrifices, a indiqué le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, Mustapha El Ktiri.

S'exprimant jeudi à Meknès lors d'un meeting éducatif initié par le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération en partenariat avec la délégation régionale de l'éducation et de la formation de la région Meknès-Tafilalet, M. El Ktiri a souligné la nécessité impérieuse pour les générations montantes de tirer les enseignements et les leçons de ces épopées, gravées dans les annales de l'histoire du Maroc.

Cette rencontre tend à renforcer la communication avec les jeunes afin de mettre en valeur les gloires de la lutte pour le recouvrement de l'indépendance du Maroc et consacrer les valeurs sincères de patriotisme et citoyenneté chez les jeunes, a-t-il ajouté.

Il a également noté que ce meeting organisé en collaboration avec la délégation de la jeunesse et du sport et l'association du "Grand Ismailia"sous le signe "l'école et la préservation des épopées et des marches du trône et du peuple", consacre l'approche participative du Haut-Commissariat aux anciens résistants pour protéger et enrichir la mémoire historique à travers son ouverture sur les établissements et les espaces éducatifs.

Selon lui, le partenariat liant le Haut-Commissariat et le ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle vise à consolider les relations avec la jeunesse et à l'éclairer quant à l'importance de l'histoire du Maroc, ajoutant que ce partenariat s'assigne également pour objectif d'informer les élèves et les étudiants des pages glorieuses et des sacrifices consentis pour le recouvrement de la liberté et de l'indépendance du Maroc.

M. El Ktiri a également souligné que la célébration du 40ème anniversaire de la Marche verte et du 60ème anniversaire des Trois Glorieuses revêt une importance particulière cetté année surtout après la visite de SM le Roi dans les provinces du Sud.

De son côté, le directeur régional de l'éducation et de la formation de Meknès-Tafilalet, Mohamed Jai Mansouri, a souligné que la famille de l'éducation a veillé à l'organisation de cette rencontre pour enraciner le valeurs de citoyenneté chez les élèves.

Cet évènement tend aussi à rappeler aux générations montantes les épopées de la lutte nationale pour l'indépendance du Maroc et les combats épiques menés par leurs aïeux contre l'occupation, a-t-il ajouté. 

Cette rencontre a été marquée par la distribution des médailles et des prix aux vainqueurs des compétitions sportives et artistiques.

Gdim Izik: La Coordination des familles des victimes demande de rendre justice aux onze membres des forces de l'ordre victimes des événements

La Coordination des familles et amis des victimes des événements de Gdim Izik a lancé un appel pour que justice soit rendue aux onze membres des forces de l'ordre assassinés lors de ces évènements, tout en affirmant renouveler sa confiance en la justice.

Dans un communiqué adressé à l'opinion publique nationale et internationale à l'occasion du 5ème anniversaire des évènements tragiques de Gdim Izik, la Coordination a réaffirmé ''sa revendication pour que justice soit rendue aux victimes, pour que la loi soit appliquée et pour que toutes les formes de chantage et de pression qui tentent de faire dévier ce dossier de son caractère judiciaire soient empêchées''.

Elle a également renouvelé ''sa confiance, exprimée à maintes reprises, vis-à-vis de la justice marocaine qui a dit son mot, en rendant par la voix du tribunal militaire, le 17 février 2013, des verdicts qui varient en fonction des actes dont elle a reconnu coupable chacun des 25 prévenus qui ont comparu devant ce tribunal''.

La Coordination a affirmé, à cet égard, ''attendre avec espoir que la cour de cassation prononce dès que possible une décision juste pour mettre fin à la situation de confusion et d'attente qui a marqué l'exécution des jugements, depuis que les compétences du tribunal militaire ont été revues par le législateur''.

Il y a cinq ans, le 8 novembre 2010, ont eu lieu les événements tragiques de Gdim Izik. Onze membres des forces de l'ordre ont été victimes d'actes abjects ayant conduit à leur décès dans de terribles conditions et leurs dépouilles ont subi une profanation barbare, a tenu a rappeler la Coordination.

''Ces membres des forces de l'ordre accomplissaient leur devoir en tentant d'exécuter une décision de justice, à savoir le démantèlement du campement mis en place pour exprimer des revendications sociales, avant de devenir le théâtre d'actions violentes et d'affrontements à l'arme blanche, dont les instigateurs étaient des activistes favorables à la thèse séparatiste'', a poursuivi la même source.

Dans ce contexte, elle a dit rejeter ''catégoriquement toutes les formes de confusion et de désinformation qui continuent à être pratiquées au sujet des événements qui ont accompagné le démantèlement du campement de Gdim Izik, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du Maroc, une pratique qui tente de déformer la réalité et de falsifier les faits''. 

La Coordination a souhaité de même rappeler que ''ce sont ses enfants qui ont été les victimes et qui ont été assassinés. Et ce sont eux qui doivent faire l'objet, en priorité, de l'activisme des organisations de défense des droits de l'Homme, dont la plus importante revendication est le droit à la vie''. 

Et c'est dans ce cadre qu'elle a lancé ''un appel à toutes les organisations et instances nationales et internationales, qui ont pour objet les droits de l'Homme, pour la soutenir et faire entendre sa voix''.

Enfin et tout ''en évoquant le triste souvenir de cet événement tragique et ayant à l'esprit le deuil et la blessure profonde des familles des victimes, la coordination a salué la mémoire de ses enfants martyrs, assassinés de sang-froid''.

Le discours de SM le Roi à Laâyoune, une véritable feuille de route pour l'avenir politique et socio-économique des provinces du sud

M. Lahcen Mahraoui, universitaire et porte parole de l'Association des tribus sahraouies marocaines en Europe a souligné que le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte, est 'historique'' et 'constitue une véritable feuille de route pour l'avenir politique, culturel et socio-économique des habitants des provinces du sud dans le cadre du Maroc uni et prospère''.

Il s'agit d'un discours 'historique, clair, audacieux, franc, responsable et global auquel adhère tout le peuple marocain'', a affirmé M. Mahraoui, dans une déclaration à MAP-Bruxelles.

Dans ce discours, le Souverain, créateur de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain et qui a toujours voulu que le citoyen soit mis au cœur de la dynamique de tout progrès, s'est longuement attardé sur la misère et les souffrances qu'endurent les sahraouis pris en otage depuis 40 ans dans les camps de Tindouf en Algérie.

Et d'ajouter que SM le Roi a pointé du doigt ceux que l'histoire retiendra comme vrais responsables de la situation dramatique dans laquelle se trouvent ces populations, à savoir l'état algérien et les responsables du polisario 'qui ont réduit les enfants libres et dignes du Sahara à l'état de quémandeurs ( ) et exploité le drame d'un groupe parmi les femmes et les enfants du Sahara en faisant d'eux un butin de guerre, un fonds de commerce illégitime et un moyen de lutte diplomatique''.

Le Souverain, a noté M. Mahraoui, s'est interrogé légitimement sur le devenir de toute l'aide internationale censée permettre à ces populations de mieux vivre, sur l'enrichissement des leaders du séparatisme et sur les raisons qui font que l'Algérie, qui a dépensé des milliards dans sa croisade militaire et diplomatique contre le Maroc, n'a rien fait pour améliorer les conditions de vie des habitants des camps de Tindouf et accepte de les laisser vivre cette situation dramatique et inhumaine. 

Dans ce discours, a relevé M. Mahraoui, SM le Roi a rappelé que le Maroc, qui a tenu ses promesses s'agissant de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, de la démocratie, du modèle de développement propre aux provinces du Sud, et de la sécurité et la stabilité, s'engage aujourd'hui à faire du Sahara marocain un centre d'échanges et un axe de communication avec les pays africains subsahariens.

SM le Roi, a ajouté l'universitaire, a détaillé clairement le projet de régionalisation et le nouveau modèle de développement qui va permettre de rompre avec l'économie de rente, les privilèges, la défaillance de l'initiative privée et la rupture avec la mentalité de la concentration administrative, ce qui va permettre au citoyen sahraoui travailleur, Homme de savoir de culture à mieux gérer ses affaires locales, montrer sa capacité à assurer le développement de la région et à ses élus qui sont (les vrais représentants des sahraouis) de faire face à leurs responsabilités pour développer davantage les régions sahariennes afin d'en en faire une véritable plate forme régionale incontournable dans le développement continental et dans les échanges nord-sud et sud-sud.

Il a indiqué qu'en mettant en application la régionalisation avancée, le Maroc ne fait que préserver, comme l'a souligné le Souverain, la dignité des fils du Sahara, surtout les générations montantes, instiller en eux l'amour et l'attachement à la patrie, tout en confortant sa crédibilité et réaffirmer le respect de ses engagements.

Le porte parole de l'Association des tribus sahraouies marocaines en Europe a ajouté que dans son discours SM le Roi a affirmé que le Maroc veut donner de plus grandes chances à la recherche d'une solution définitive au conflit artificiel autour de l'intégrité territoriale du Maroc, précisant que le Souverain a rappelé, avec un ton de fermeté, que l'Initiative d'autonomie pour les provinces du Sud proposée par le Royaume est le maximum que le Maroc peut offrir.

Le Huffington Post souligne la haute teneur et la profondeur stratégique du discours Royal

Le quotidien américain à grand tirage, Huffington Post, a souligné, dans son édition de samedi, la haute teneur et la profondeur stratégique du discours prononcé, vendredi à Laâyoune, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, en mettant en avant l'"enthousiasme" et la "passion" populaires suscités aussi bien par l'adresse Royale que par la visite du Souverain dans cette partie du Royaume.

"Les images vidéo montrent la liesse populaire et la communion qu'a suscitées la visite Royale à Laâyoune, où des dizaines de milliers de citoyens sont sortis pour accueillir leur Souverain", note la publication américaine dans une contribution signée par Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d'administration de plusieurs thinks tanks US, sous le titre : "L'Unité marocaine et le développement du Sahara: L'engagement du Roi".

En plus de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, le Souverain a annoncé dans Son discours une série de projets de développement de grande envergure pour les provinces du Sud, y compris une nouvelle ligne ferroviaire, des réseaux routiers, des aéroports, ainsi que des projets structurants dans les domaines social, médical et d'éducation, rappelle le Huffington Post, qui a posté sur son site en ligne un enregistrement vidéo de l'arrivée de Sa Majesté le Roi à Laâyoune.

Le journal américain relève, en outre, le contraste entre le développement tous azimuts dans les provinces du sud où les citoyens sont à la fois le moteur et la finalité de cette marche vers le progrès dans un cadre épanouissant et inclusif et, de l'autre côté, les affres et l'oppression que subissent les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, où les dirigeants du polisario s'adonnent au détournement à l'échelle industrielle des aides internationales pour assouvir leur cupidité, sous le regard bienveillant et complice du pouvoir algérien.

"Où sont passées les centaines de millions d'euros accordées sous forme d'aides humanitaires, lesquelles dépassent les 60 millions d'euros par an, sans compter les milliards affectés à l'armement et au soutien de la machine de propagande et de répression utilisée par les séparatistes?", a dit le Souverain dans Son discours, cité par la publication américaine.

Le Huffington Post fait observer que "les initiatives de Sa Majesté le Roi en matière de développement économique et social s'inscrivent dans le cadre d'une stratégie politique de haute portée, à savoir la régionalisation qui garantit aux habitants des différentes régions du Royaume, y compris les provinces du sud, de gérer leurs affaires et d'élire leurs représentants en toute liberté et autonomie".

"Les bénéfices de cette dynamique vertueuse de développement représentent une opportunité pour tous les Sahraouis y compris ceux qui sont séquestrés dans les camps de Tindouf, dont des centaines réussissent chaque année à fuir ce mouroir à ciel ouvert à leurs risques et périls", souligne le Huffington Post, ajoutant que le discours de Sa Majesté le Roi a été dans ce cadre "un appel d'espoir pour une meilleure qualité de vie dans le progrès et la prospérité".

Les Marocains de Norvège célèbrent le 40ème anniversaire de la Marche verte

L'Ambassade du Maroc en Norvège a organisé, dimanche à Oslo, une cérémonie à l'occasion de la commémoration par le peuple marocain du 40ème anniversaire de la Marche Verte. 

La cérémonie, marquée par la présence d'un grand nombre de membres de la communauté marocaine résidant dans ce pays scandinave, a été l'occasion de rappeler l'importance de cet évènement phare et inédit dans l'histoire du Royaume. 

Dans ce contexte, l'ambassadeur du Maroc en Norvège, Souad El Alaoui, a indiqué que la Marche Verte est un évènement glorieux qui reste à jamais gravée dans la mémoire de tous les Marocains, ajoutant qu'il s'agit d'une occasion pour rappeler les chapitres cardinaux dans l'histoire de la lutte nationale pour le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume. 

De même, la commémoration de la Marche Verte constitue une occasion pour s'inspirer des leçons et valeurs nobles ayant marqué l'histoire de la lutte nationale du Maroc, a souligné la diplomate marocaine, tout en notant la portée symbolique de cet évènement en matière de promotion de la place du Royaume et de ses rôles pionniers à l'échelle mondiale, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Par ailleurs, Mme El Alaoui a relevé que la Marche Verte a concrétisé l'attachement de l'ensemble du peuple marocain à la marocanité du Sahara et au glorieux Trône alaouite, rappelant que les Marocains ont montré pacifiquement la forte détermination du Royaume de recouvrir son Sahara et mettre fin à la colonisation espagnole de ces provinces.

Quarante ans après la Marche verte, le Maroc a renforcé davantage le processus de développement économique dans les provinces du Sud, notamment dans la foulée des acquis diplomatiques réalisés dans les forums internationaux en dépit des manoeuvres désespérées des adversaires de l'intégrité territoriale, a-t-elle fait observer, soulignant que le Sahara est devenu un chantier ouvert dans les divers domaines de développement économique, social, culturel et sportif. 

Dans le même ordre d'idées, l'ambassadeur a noté que la commémoration de la Marche Verte est marquée, cette année, par la visite de SM le Roi Mohammed VI aux provinces du Sud et la mise en œuvre de la régionalisation avancée stipulée par la Constitution de 2011.

D'autre part, Mme El Alaoui a salué les efforts sans cesse renouvelés consentis par les acteurs et militants marocains de la société civile en soutien de la cause nationale, relevant que les manœuvres des ennemies de l'intégrité territoriale requièrent la mobilisation de tous les Marocains en vue de défendre la souveraineté du Maroc dans les forums internationaux et sur tous les plans.

Les participants à cette cérémonie ont exprimé, de leur côté, leur attachement indéfectible à la Mère-patrie, se disant prêts à défendre l'intégrité territoriale du Royaume en faisant connaitre davantage la cause nationale en Norvège. 

Ils ont, en outre jugé, indispensable de contribuer au processus de développement en cours dans le pays, tout en appelant à consolider les relations entre Rabat et Oslo.

Le discours Royal ouvre la voie au décollage économique des provinces sahariennes 

Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI depuis Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche verte, ouvre la voie à un véritable décollage économique pour le développement des régions du Sahara, a déclaré, M. Jalal Bensaid président de l'Association des Amis du Royaume du Maroc en Pologne.

Les projets socio-économiques qui seront réalisés dans les provinces du Sud constituent également un nouveau modèle de développement de la région concernant, l'agriculture, l'énergie, les routes, la santé, le sport et la culture, autant de chantiers structurants ayant une portée stratégique le but étant de booster l'économie de la région et relever le niveau social des populations locales, a-t-il souligné lundi dans une déclaration à la MAP.

SM le Roi Mohammed VI est déterminé, a-t-il ajouté, à suivre une nouvelle approche de développement dans les régions du Sahara, dans le cadre de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, notant que le Royaume, sous la conduite du Souverain, avance à pas sûrs vers la consécration d'un véritable développement régional qui constitue le moyen idéal pour le règlement définitif du conflit artificiel autour du Sahara.

Il a, en outre, observé que le discours Royal a été clair à l'égard de l'Algérie qui abrite et finance le polisario, soulignant que Alger a opté pour la stratégie de l'action diplomatique pour promouvoir les thèses séparatistes dans les instances internationales et ce, après l'échec de son plan de guerre. 

L'Algérie se trompe lourdement si elle croit que le Royaume accepterait une solution qui sort du plan de l'Autonomie présenté au Conseil de Sécurité et qui a été qualifié de "sérieux" et "crédible", notamment par les Etats-Unis et l'Europe, a-t-il martelé, soulignant que le but des dirigeants algériens est de torpiller la dynamique positive enclenchée par l'Initiative de l'Autonomie.

Et de souligner que la création du conflit artificiel du Sahara dans le sillage de la guerre froide a pour finalité de priver le Maroc d'une partie de son territoire et d'encourager un séparatisme sans fondement.

En conclusion, le Président de l'Association des Amis du Royaume du Maroc en Pologne, a noté que le discours Royal a été également porteur de messages pour la communauté internationale pour qu'elle s'informe de près des acquis et des projets de développement réalisés dans les provinces du Sud depuis leur retour à la mère patrie au moment où les séquestrés de Tindouf, dans le Sud-Ouest algérien, continuent d'endurer les souffrances dans ces camps, victimes de dirigeants peu scrupuleux passés maitres dans le détournement des aides humanitaires internationales aux fins de gonfler leurs comptes bancaires en Europe et en Amérique Latine.

La Marche verte : l'illustration d'un attachement indéfectible du peuple marocain au glorieux Trône alaouite

L'épopée de la glorieuse Marche Verte, dont le peuple marocain célèbre le 40ème anniversaire, est l'illustration d'un attachement indéfectible et sans faille du peuple marocain au glorieux Trône alaouite, a souligné Elias Melloul Bentolila, représentant de la communauté juive marocaine à Caracas.

La communauté juive marocaine résidant à Caracas se remémore avec fierté l'anniversaire de la Marche verte dans toute sa symbolique d'acte pacifique ayant illustré au monde entier le génie du regretté SM Hassan II, lequel a conduit le Maroc à recouvrer ses terres et parachever son unité territoriale sans verser une seule goutte de sang, a-t-il affirmé, en soulignant que la cause nationale est dans le cœur et la mémoire de tous les Marocains attachés à leur identité, où qu'ils soient.

"La communauté juive marocaine de Caracas exprime sa fierté d'appartenir à son pays le Maroc et salue les initiatives et la vision de SM le Roi Mohammed VI ainsi que la Haute sollicitude dont le Souverain entoure les fils du Maroc", s'est-il félicité, en affirmant que quarante ans après la tenue de la glorieuse Marche verte, cette initiative continue à peupler la mémoire des Marocains, même de ceux qui n'ont pas connu cette importante étape de l'histoire du Maroc.

"A chaque fois je visite le Maroc, je remarque qu'il n'y a pas de différence entre les boulevards de Rabat, les places de Laâyoune, la corniche de Tanger ou encore les plages de Dakhla, ce qui me pousse à constater que depuis leur recouvrement en 1975, les provinces du Sud n'ont pas manqué leur rendez-vous avec l'histoire et se sont engagées dans un processus de développement à l'instar des autres provinces, à tel point que ceux qui visitent cette région sont impressionnés tant les réalisations sont importantes", s'est félicité M. Melloul Bentolila.

De son avis, les infrastructures comme les aéroports, les routes et les ports ne représentent pas à elles seules le visage rayonnant du Sahara, mais s'y ajoutent également des institutions indépendantes qui assurent la gestion de la chose locale de ces provinces de manière démocratique et transparente.

Et d'ajouter qu'à la tenue de chaque échéance électorale dans les provinces du Sud, les chiffres démontrent que les populations de cette région se font un point d'honneur à faire montre d'un important taux de participation et d'une forte présence, ce qui reflète la volonté et la pleine adhésion de la population du Sahara au processus démocratique de développement engagé à plusieurs niveaux.

Depuis l'accession de SM le Roi au Trône de ses glorieux ancêtres, aucun jour ne passe sans que l'on entende parler de ces initiatives et des réalisations faites sous le haut patronage de SM le Roi au service de Son peuple et à la faveur de la paix et la prospérité du Royaume, s'est-il encore réjoui.

Les provinces du Sud sont devenues aujourd'hui un modèle qui reflète le dynamisme que connait le Maroc du nord au sud et de l'est à l'ouest, et ce grâce aux grands chantiers lancés par SM le Roi Mohammed VI dans divers domaines, politique, économique, social et des droits de l'Homme, lesquels ont érigé la dignité du citoyen en priorité.

La communauté marocaine à Dubaï célèbre le 40è anniversaire de la Marche Verte

La communauté marocaine résidant à Dubaï a célébré dans la liesse et la joie le 40è anniversaire de la Marche Verte.

La cérémonie, organisée vendredi soir au siège du Consulat général du Royaume à Dubaï, a été l'occasion pour les différentes composantes de la communauté marocaine d'exprimer leurs sentiments de fierté de cet événement historique qui a reflété le génie marocain et constitué un miracle qui a émerveillé le monde entier.

A travers cette manifestation spontanée qu'ils ont tenu à organiser et à assurer sa réussite, les Marocains des Emirats arabes unis (EAU) ont concrétisé leur grand attachement au Maroc, ce pays qui les habite à jamais, et ont réitéré leurs sentiments de loyauté et de dévouement au glorieux trône alaouite. 

La soirée, à laquelle ont afflué des MRE des différents émirats et villes de l'Etat des EAU, a été ponctuée de spectacles artistiques reflétant leur détermination à défendre les constantes du pays et l'intégrité territoriale du Royaume.

Dans une allocution de circonstance, le Consul général du Maroc à Dubaï, Mohamed Bernoussi, a salué cette forte mobilisation dont ont fait montre les Marocains des Emirats en commémoration de la Marche Verte qui constitue une étape cruciale dans l'histoire moderne du Maroc.

Il a saisi cette occasion pour démontrer les dimensions profondes de cet événement historique qui fut une épopée illustrant la symbiose entre le trône et le peuple.

Le discours Royal envoie un message sans équivoque à l'endroit de tous ceux qui instrumentalisent la question nationale 

Le discours que SM le Roi Mohammed VI a prononcé vendredi à Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, envoie un message clair et sans équivoque à l'endroit de tous ceux qui instrumentalisent la question du Sahara pour s'enrichir et amasser des fortunes insolentes en détournant des aides humanitaires estimées à des milliards d'euros par an, ont souligné plusieurs acteurs associatifs établis au Brésil.

Dans des déclarations à la MAP, des membres de l'Instance marocaine de l'intégrité nationale, une association qui compte plusieurs membres dont des Marocains résidant à l'étranger, ont souligné à l'unanimité que ce discours envoie un "message clair et sans équivoque au polisario et à tous les mercenaires gravitant dans son sillage qui ont fait de la cause nationale un moyen de s'enrichir en détournant les aides humanitaires destinées aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf".

Le discours de SM le Roi Mohammed VI a "mis à nu les manoeuvres des séparatistes et de leur mentor devant les Nations unies et la communauté internationale en révélant l'ampleur des détournements et des fortunes amassées par d'aucuns dans des banques suisses, brésiliennes et autres institutions financières en Amérique latine", a affirmé Ahmed Safiani, représentant de cet organe au Brésil.

D'après M. Safiani, également directeur du Centre maroco-brésilien (CMB) pour les services commerciaux, touristiques, culturels et sportifs, le discours du Souverain est aussi l'illustration de l'engagement du Royaume à poursuivre le processus de développement des provinces du Sud, qui ont toujours fait partie intégrante du Royaume au regard des liens historiques unissant les tribus sahraouies et les Sultans du Maroc.

Se disant du même avis, l'ambassadeur de l'Instance dans le monde islamique et au Brésil, Cheikh Sadeq El Otmani, a qualifié de "texte fondateur" le discours Royal, en ce sens qu'il consacre la régionalisation avancée en tant que pierre angulaire pour la réalisation du développement durable et la distribution équitable des richesses, dans le respect des principes d'égalité entre toutes les régions du Royaume, et qu'il opère une rupture avec les méthodes adoptées jusque-là dans la prise en charge des affaires du Sahara dont l'économie de rente et des privilèges.

Cheikh Sadeq El Otmani, également directeur général de l'Agence de presse islamique des pays d'Amérique du nord et du sud, a tenu à souligner la grande symbolique de ce discours qui intervient dans le contexte du 40ème anniversaire de la Marche verte et dans le cadre d'une visite historique de SM le Roi aux provinces du Sud.

Le discours Royal a démontré de manière ne prêtant à aucune confusion la marocanité du Sahara et l'attachement du peuple marocain à chaque parcelle de ses provinces recouvrées de manière pacifique par la force de la foi en la justesse de la cause et par une mobilisation sans faille derrière le regretté SM Hassan II, initiateur de la Marche verte et bâtisseur du Maroc moderne, a-t-il conclu.

De par son modèle économique, politique et humain, le Maroc offre un exemple pour la région et la France

De par son modèle économique, politique et humain, le Maroc offre un exemple à la fois pour les pays de la région et pour la France, a affirmé, lundi à Paris, le président de l'Institut du Monde Arabe (IMA), Jack Lang.

Les différents chantiers initiés par SM le Roi Mohammed VI au Maroc sont une occasion de promouvoir davantage la coopération entre le Royaume et la France, a souligné M. Lang à l'ouverture d'un colloque sous le thème "France Maroc : une histoire partagée, des défis communs" organisé à l'occasion du 60ème anniversaire des accords de La Celle-Saint Cloud, notant que les liens d'amitié entre les deux pays sont "forts, chaleureux et intenses".

Le voyage du président français François Hollande en septembre dernier à Tanger a donné un éclat supplémentaire aux relations entre le Maroc et la France, a-t-il dit, faisant remarquer que les deux pays partagent une "communauté d'idées, de valeurs et de vision".

Les deux pays partagent aussi des défis communs dont la construction de sociétés pacifiques, tolérantes et créatives d'emploi, a-t-il poursuivi, mettant l'accent également sur les défis économiques à travers les projets communs entrepris dans les deux pays.

M. Lang a en outre indiqué que le Royaume offre un exemple remarquable à travers sa Constitution qui exalte la diversité des cultures et religions.

Pour sa part, le directeur de l'Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES), Tawfiq Mouline, a relevé que le Maroc et la France, qui partagent des défis communs dans un contexte international en pleine mutation, sont appelés à élargir leur champ de coopération pour englober l'Afrique, la Méditerranée et l'Atlantique.

Après avoir rappelé le partenariat stratégique prometteur noué entre les deux pays notamment sur le plan économique, M. Mouline a indiqué que le Maroc et la France doivent faire face ensemble aux défis de la sécurité, de la migration et du développement durable.

La coopération entre les deux pays offre un potentiel bilatéral et multilatéral, a-t-il dit, plaidant pour une orientation de cette coopération sur le développement du capital immatériel.

Paris et Rabat doivent œuvrer à la mise en place d'une politique migratoire rénovée, le but étant de promouvoir la paix, la sécurité et le développement économique dans la région, a expliqué M. Mouline.

L'ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa a, quant à lui, affirmé que l'histoire partagée entre le Maroc et la France permet d'expliquer la résilience des relations bilatérales qui sont projetées vers l'avenir, notant que les deux pays font face à des défis communs.

Parmi ces défis, le diplomate a cité le développement durable, rappelant l'engagement fort du Royaume en faveur de la lutte contre le changement climatique.

M. Benmoussa a, d'autre part, relevé que l'organisation de ce colloque coïncide avec la célébration du 40-ème anniversaire de la glorieuse Marche verte, mettant l'accent sur les importants chantiers annoncés par SM le Roi Mohammed VI dans Son discours de Laâyoune. 

Organisé par l'IMA en partenariat avec l'IRES et le Centre Jacques Berque, ce colloque connaît la participation de ministres, de chercheurs et universitaires, d'historiens et de diplomates marocains et français.

Plusieurs thèmes seront débattus lors de cette rencontre, initiée avec le soutien de l'ambassade du Maroc en France, dont "les legs du XXè siècle : l'évolution des relations entre le Maroc et la France depuis le protectorat jusqu'à l'orée du XXIè siècle" et "France-Maroc : les enjeux et défis stratégiques régionaux dans un contexte mondialisé. Quel est l'impact sur la coopération Nord-Sud du partenariat économique et stratégique de ces deux pays au Maghreb et en Afrique subsaharienne ?"

Les participants évoqueront aussi l'engagement des deux pays en faveur du développement durable après l'Appel de Tanger, et alors que le Maroc succédera à la France comme président de la COP22.

Au programme de cette rencontre figure également une conférence de l'ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine sur les relations entre le Maroc et la France. Signés en 1955, les accords de La Celle-Saint Cloud ont mis fin à l'exil de feu SM Mohammed V et initié le processus de transition vers l'indépendance du Maroc.

La commémoration du 40e anniversaire de la Marche Verte au Maroc amplement couverte et célébrée par la presse malienne

La presse malienne consacre, lundi, de larges commentaires aux significations profondes de la commémoration, dans la liesse et l’enthousiasme patriotique, par le peuple marocaine du 40e anniversaire de la Glorieuse Marche Verte, mettant en exergue la pertinence du contenu du discours que SM le Roi Mohammed VI à prononcé à cette occasion. 

Dans des articles signés pour certains depuis Laâyoune, les journaux maliens ont tenu ainsi à partager avec le peuple marocain la joie de célébrer cette épopée nationale, mettant l’accent sur les riches valeurs de patriotisme sincère que symbolise la célébration de la Marche Verte, un évènement phare dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume. 

Ils insistent, par ailleurs, sur l’attachement des populations sahraouies à l’initiative d’autonomie en tant que seule option pour le règlement du différend artificiel autour du Sahara marocain. 

+Le Combat+, +22 septembre+, +L’Indicateur du Renouveau+, +L’Indépendant+ ou encore +Le Malien+, pour ne citer que ceux-ci, se font l’écho, de même, des extraits du discours royal, insistant sur le lancement par SM le Roi Mohammed VI du nouveau modèle de développement des provinces du sud. 

"40ème anniversaire de la Marche Verte : Sous le signe du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc", titre ainsi +22 septembre+, qui écrit que "le Maroc a commémoré, avec la plus grande fierté, le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, cette épopée nationale dans laquelle tous les Marocains sans exception puisent en permanence les valeurs de patriotisme qui incarnent la parfaite symbiose qui unit le Trône et le peuple, ainsi que l’unanimité sans faille qui s’est forgée autour des constantes et des sacralités de la nation marocaine". 

"A travers cette marche grandiose, qui s’est déroulée dans une discipline et une organisation impeccables, Feu SM le Roi Hassan II avait démontré à la face du monde entier qu’il était le Souverain d’un peuple capable de réaliser la plus grande marche pacifique de l’histoire contemporaine", indique le journal dans un long article qui reprend certains passages du discours royal à cette occasion. 

Son confrère, +Le Malien+ revient sur le discours royal adressé à la nation à cette occasion, soulignant que "dans un discours plein de sens, de leçon et d’enseignement à l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a chargé le gouvernement de restructurer le dispositif de soutien social pour le rendre plus transparent et équitable et appelé les Marocains à profiter de la régionalisation avancée pour mettre au point des contrats-programmes entre l’Etat et les régions". 

+Le Combat+ souligne, pour sa part, la pertinence du discours royal, notant que "le Souverain a décliné les grands axes ainsi que la stratégie et la feuille de route à suivre pour la concrétisation du nouveau modèle de développement des provinces du sud". 

Le journal revient, par ailleurs, sur le rassemblement organisé samedi dernier devant le siège de la Minurso à Laâyoune par des élus, des chioukhs, des notables et des acteurs de la société civile pour réitérer leur attachement à l’initiative d'autonomie en tant que seule solution pour régler le conflit factice autour du Sahara marocain. 

Pour +L’Indicateur du Renouveau+, "ces manifestants munis de portraits de SM le Roi et du drapeau national, ont tenu à réaffirmer leur attachement à la proposition d’autonomie qui demeure la seule solution pour régler le conflit artificiel autour du Sahara marocain". 

Le Maroc réaffirme la vocation économique de ses provinces du sud avec l'annonce de 8 milliards USD d'investissements

En annonçant une enveloppe globale d'investissements de 8 milliards de dollars, à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, "le Maroc réaffirme la vocation économique de ses provinces du sud" inscrite dans le sillage "d'une intégration avec les pays de l'Afrique au sud du Sahara", écrit lundi le journal sénégalais +Le Soleil+.

Ce nouveau programme d'investissements qui va "davantage consacrer la régionalisation avancée prônée par le Royaume", vise à "ancrer la vocation économique des provinces du Sahara et favoriser leur jonction avec des pays comme la Mauritanie, le Mali et le Sénégal", note l'envoyé spécial du quotidien qui fait état de la visite historique de SM le Roi Mohammed VI à Laayoune.

"La dynamique entraîne la dynamique", poursuit le journal, citant le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Salahedine Mezouar, qui souligne qu'outre cet important investissement qui va favoriser la création de 120.000 emploi dans la région, le secteur privé s'est engagé à investir 1 milliard de dollars dans les provinces du sud.

Revenant sur le Discours de la Marche Verte, prononcé par SM le Roi à Laayoune, +Le Soleil+ a mis l'accent sur "la ferme détermination" du Souverain à poursuivre la coopération avec les pays africains, "à travers des infrastructures de qualité comme ce grand projet de liaisons aériennes qui sera lancé à partir des provinces du sud".

"C'est ainsi que SM le Roi a invité le gouvernement marocain à réfléchir sur la mise en place, dans ces provinces, d'un hub de transport aérien desservant l'Afrique", écrit l'envoyé spécial du journal, faisant état également de la réaffirmation par le Souverain de "l'ambition du Maroc de construire une liaison ferroviaire de Tanger à Lagouira pour relier le Royaume au reste de l'Afrique". 

L'article aborde également, en ce sens, les projets portant sur la réalisation d'une voie express, aux normes internationales, entre Tiznit, Laayoune et Dakhla, ainsi que sur la construction du grand port Atlantique de Dakhla, aux côtés d'autres projets socio-économiques d'envergure annoncés par le Discours royal.

Le 40e anniversaire de la Marche Verte a été l'occasion pour le Maroc d'enraciner son projet d'autonomie du Sahara 

Le 40e anniversaire de la Marche Verte a été l'occasion pour le Maroc d'enraciner son projet d'autonomie du Sahara, mais aussi d'illustrer sa volonté de co-développement avec l'Afrique subsaharienne, écrit l'hebdomadaire français Le Point dans un article publié lundi sur son site.

"Depuis 40 ans, dans sa logique d'intégration des provinces du Sud mais aussi d'autonomisation de celles-ci, le Maroc a travaillé à mettre en place et à accompagner, avec les populations, des institutions capables de relayer des projets lancés par l'administration centrale mais aussi par des structures locales", rappelle la publication, notant que la célébration du 40e anniversaire de la Marche Verte a été l'occasion de se remémorer le chemin parcouru et de tracer des perspectives structurantes autour de projets générateurs de richesses et d'emplois.

Pour l'auteur de l'article, l'idée qui est clairement ressortie du discours de SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune est que les provinces du Sud doivent être à même de se construire à partir de leurs ressources propres, que celles-ci soient humaines ou productives.

Evoquant les projets structurants dans les provinces du Sud annoncés dans le discours royal, notamment le grand projet de dessalement de l'eau de mer à Dakhla, les unités et les zones industrielles prévues à Laâyoune, Marsa et Boujdour, les importants projets d'énergie solaire et éolienne du Sud, la connexion de la ville de Dakhla au réseau électrique national ainsi que la construction de son port Atlantique, l'hebdomadaire cite la sociologue et chercheuse française Françoise Bastide pour qui le Maroc a franchi un nouveau stade de gouvernance participative incluant l'idée forte du développement durable.

Elle explique en outre que les provinces du Sud du Royaume disposent de potentialités suffisantes et d'atouts indéniables pour relever les défis du développement économique, tout en veillant à la valorisation des spécificités territoriales dans le cadre du projet de la régionalisation avancée.

L'hebdomadaire français fait remarquer, par ailleurs, qu'une nouvelle dimension est apparue, concernant la place des provinces du Sud dans l'échiquier marocain, notant le Royaume entend créer un nouveau hub, logistique, vers ses voisins d'Afrique subsaharienne, lequel va compléter Casablanca, hub aérien pour Royal Air Maroc, et financier par Casablanca Finance City. 

Il évoque, à cet égard, les projets mis en avant dans le discours royal, notamment la mise en place dans les provinces du Sud d'un hub de transport aérien desservant l'Afrique, la réalisation d'une voie express routière aux normes internationales entre Tiznit, Laâyoune et Dakhla et la construction d'une ligne de chemin de fer de Tanger à Lagouira pour relier le Maroc au reste de l'Afrique et contribuer ainsi à leur développement.

"A travers le prisme de tous ces projets, le Sahara est ainsi, au plus haut niveau de l'Etat marocain, à la fois un acteur important dans l'élaboration d'une véritable charte de déconcentration administrative conférant aux services régionaux les prérogatives nécessaires pour assurer la gestion des affaires des régions au niveau local", relève-t-il, notant que les provinces du Sud sont aussi une plateforme favorisant la propulsion du Maroc vers l'Afrique subsaharienne.

Le discours Royal assoit les fondements d'un vrai décollage pour le développement intégré dans les provinces du Sud 

Le discours que SM le Roi Mohammed VI a prononcé, vendredi à Laâyoune à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, assoit les fondements d'un vrai décollage pour le développement intégré dans les provinces du Sud, a affirmé le journaliste argentin, Juan Cruz Castineiras.

Le discours royal, énoncé dans des propos clairs et ne prêtant à aucune confusion, assoit les fondements pour la consécration d'un développement réel et intégré qui changera très prochainement le visage économique et social des provinces du Sud, et ce, à la faveur des investissements colossaux annoncés par SM le Roi Mohammed VI dans divers domaines, a relevé l'expert en affaires diplomatiques et politiques dans une déclaration à la MAP.

Dans son discours, SM le Roi a insisté sur le fait qu'au terme de plusieurs années de sacrifices et d'efforts au plan politique et en matière de développement, le Maroc est arrivé au stade de la maturité en créant les conditions de mise en chantier d'une étape nouvelle dans le processus de consolidation de l'intégrité territoriale et d'intégration totale des provinces du Sud au sein de la mère patrie, a relevé l'expert argentin.

Et d'ajouter que la mise en œuvre du modèle de développement des provinces du Sud illustre l'engagement de SM le Roi Mohammed VI en faveur des citoyens dans les provinces du Sud, en faisant de cette région un modèle de développement intégré, ainsi qu'un hub économique reliant le Maroc et les pays africains.

Le discours royal, qui a mis en relief la symbolique du 40ème anniversaire de la Marche Verte -un événement ayant prouvé au monde entier la marocanité du Sahara- a apporté des propositions tangibles et réalisables à même de répondre aux besoins et aux aspirations de la population locale, a fait savoir M. Castineiras, en évoquant dans ce sens, l'annonce par le Souverain de la création d'un fonds de développement économique ayant vocation à renforcer le tissu économique, soutenir les entreprises et l'économie sociale et assurer l'emploi et un revenu stable, surtout pour les jeunes. 

Il a également noté que le Souverain a annoncé le lancement de plusieurs projets de développement prometteurs dans les domaines social, de la santé et de l'éducation, ainsi que plusieurs grands chantiers, dont la construction du grand port Atlantique de Dakhla, la réalisation d'importants projets d'énergie solaire et éolienne dans le Sud, outre la promotion des projets de développement humain.

SM le Roi a également mis en relief les conditions de pauvreté, de désespoir et de privation, dont souffrent encore les populations de Tindouf en Algérie, tandis que les habitants des provinces du Sud jouissent des conditions d'une vie digne et libre, a encore rappelé le journaliste argentin.

Le plan d’autonomie, unique espoir pour un règlement de la question du Sahara

Le plan d’autonomie proposé par le Maroc est l’unique espoir pour parvenir à un règlement définitif de la question du Sahara, a estimé la présidente d’une ONG américaine de défense des droits de l’Homme qui a, par ailleurs, mis en garde contre les dangers sécuritaires pour la région qu’engendre la persistance de ce conflit. 

La proposition d’autonomie est à même de permettre aux femmes et aux hommes de la région de faire entendre leurs voix et décider librement de leur avenir, a souligné Kathryn Cameron Porter, qui est aussi fondatrice du Caucus des droits de l'homme au Congrès des Etats-Unis. 

Dans un entretien à la MAP à Oslo, la présidente du Leadership Council for Human Rights (LCHR) a précisé que sa présence en Norvège vise à attirer l’attention sur le sort des séquestrés dans les camps de Tindouf sur le territoire algérien, notamment parmi les femmes qui subissent, a-t-elle dit, toutes sortes de sévices et de souffrances de la part d’un régime totalitaire d’une ère révolue. 

"Je veux faire écho des atrocités dans les camps à l’égard des femmes et des enfants et dénoncer aussi le détournement des aides humanitaires révélé au grand jour par le rapport de l’Union européenne", a ajouté Mme Porter qui a rappelé avoir visité les camps à plusieurs reprises et parlé longuement aux femmes qui lui ont confié leur calvaire. 

L’experte américaine a par ailleurs tiré la sonnette d’alarme sur les risques sécuritaires de la persistance à vouloir faire perdurer le conflit artificiel autour de la marocanité du Sahara. 

La question sécuritaire doit être une priorité et l’entêtement à vouloir créer un micro Etat ne pourra qu’engendrer le chaos , a-t-elle prévenu en rappelant que le Maroc est d’un "grand apport" en termes d’identification et de confrontation des dangers du terrorisme tandis que les camps de Tindouf ne contribuent qu’à faire perdurer l’instabilité en Afrique du nord et au-delà. 

"J’espère qu’une solution sera trouvée dans un avenir proche et que les parties qui hypothèquent l’avenir du Maghreb reviennent à la raison", a en outre plaidé la présidente de l’ONG US. 

Cette militante de longue date pour les droits de l’Homme, qui dit assister chaque année au Forum de la liberté à Oslo, n’a pas manqué, par ailleurs, d’exprimer étonnement et incompréhension face à l’absence des conditions élémentaires d’un réel débat lors d’une récente rencontre à Oslo censée porter sur la question du Sahara. 

La rencontre a été réduite, a-t-elle déploré, en tribune pour les seuls pro-polisario, en violation des principes de la démocratie et de la libre expression requis dans un pays comme la Norvège. 

Au lieu de donner libre cours à des fictions véhiculées par des personnes n’ayant aucun lien avec la région, elle a estimé indispensable d’éclairer l’opinion publique sur les dimensions de ce conflit et ses implications humanitaires, dont les premières victimes restent les femmes et les enfants qui croupissent dans les camps.

Expert argentin : Ils se font des illusions ceux qui croient pouvoir diviser le Maroc au gré de leurs intérêts géopolitiques sournois

L'expert argentin Adalberto Carlos Agozino s'est prêté à une lecture approfondie du discours royal à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, en affirmant qu'"ils se font des illusions ceux qui croient pouvoir diviser le territoire marocain au gré de leurs élucubrations séparatistes et de leurs intérêts géostratégiques sournois" car "ils se trouveront face à un peuple déterminé à défendre ses droits légitimes".

Dans une tribune publiée par l'agence de presse argentine indépendante "Total News" sous le titre "SM le Roi Mohammed VI favorise le développement au Sahara marocain", le spécialiste en sciences politique écrit qu'une lecture attentive du discours royal démontre de manière claire que "la question du Sahara est une cause nationale défendue de manière ne prêtant à aucune confusion par le Trône alaouite et le peuple marocain".

D'après ce professeur à l'université John F. Kennedy de Buenos Aires, le Souverain du Maroc a voulu ériger le 40ème anniversaire de la Marche Verte en "premier jalon d'une nouvelle étape dans la vie de tous les marocains".

De l'avis de M. Agozino, SM le Roi a tranché avec fermeté au sujet de la défense de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, en faisant le distinguo entre "les Sahraouis authentiques, des patriotes sincères, qui sont restés fidèles aux liens d'allégeance les unissant, eux et leurs ancêtres, à travers l'histoire, aux Rois du Maroc" et ceux "qui se laissent berner par les thèses des ennemis et s'évertuent à les répandre", avant de souligner qu'"il n'y pas de place pour eux parmi nous. Mais pour ceux qui se sont ressaisis et repentis, la patrie est clémente et miséricordieuse".

SM le Roi a réitéré que l'Initiative d'autonomie pour les provinces du Sud, présentée par le Maroc en 2007 pour régler le conflit artificiel autour du Sahara est "le maximum que le Maroc peut offrir", en affirmant qu'"il se leurre celui qui attend du Maroc qu'il fasse une toute autre concession. Car le Maroc a tout donné. Il a donné la vie de ses enfants pour défendre le Sahara", a poursuivi l'expert en reprenant des passages du discours royal de Laâyoune.

Et d'ajouter que le Roi du Maroc a été clair lorsqu'Il s'est interrogé sur les raisons faisant que les populations de Tindouf, en Algérie, continuent à endurer les affres de la pauvreté, de la désolation et de la privation et à pâtir de la violation systématique de leurs droits fondamentaux et sur la destination des aides humanitaires qui devaient permettre de meilleures qualité de vie à ces populations. 

Le Souverain a également été clair lorsqu'il s'est interrogé sur les raisons ayant poussé l'Algérie, qui a dépensé des milliards dans sa croisade militaire et diplomatique contre le Maroc, à ne rien faire pour améliorer les conditions de vie des habitants des camps de Tindouf et à les laisser vivre une situation dramatique et inhumaine, a encore dit M. Agozino, en soulignant que l'histoire jugera ceux qui ont réduit les enfants libres et dignes du Sahara à l'état de quémandeurs d'aides humanitaires et ont exploité le drame d'un groupe parmi les femmes et les enfants du Sahara en faisant d'eux un butin de guerre, un fonds de commerce illégitime et un moyen de lutte diplomatique.

Après avoir mis en relief les grands projets annoncés par le Souverain dans l'objectif d'améliorer les conditions de vie des populations des provinces du Sud, réaliser le développement pour l'ensemble des Marocains et contribuer au développement des économies des peuples d'Afrique subsaharienne, particulièrement dans la région du Sahel, l'expert argentin a estimé que le Maroc a tenu ses promesses concernant la mise en œuvre de la régionalisation avancée et la mise des habitants des provinces du Sud en capacité de gérer leurs affaires locales en toute liberté et en toute responsabilité. 

Le Maroc, qui s'engage aujourd'hui à faire du Sahara marocain un centre d'échanges et un axe de communication avec les pays africains subsahariens et à mettre en place les infrastructures nécessaires à cet effet, va, encore une fois, honorer ses engagements, au grand désespoir des ennemis, a conclu l'universitaire argentin.

Il y a quatre décennies, les Marocains sont parvenus à pousser le colonisateur espagnol à se retirer des provinces du Sud à la faveur d'une Marche Verte

Il y a quatre décennies, les Marocains sont parvenus à pousser le colonisateur espagnol à se retirer des provinces du Sud à la faveur d'une Marche Verte, dont les seules armes furent le drapeau national et le Saint Coran, écrit le quotidien argentin "Politica y municipios" (PyM) dans un dossier spécial publié à l'occasion du 40ème anniversaire de cet "événement historique qui constitue un tournant décisif dans le processus du parachèvement par le Maroc de son intégrité territoriale". 

Le quotidien spécialisé en affaires politiques reprend à cet effet le passage historique du discours de Feu SM Hassan II: "Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays", en affirmant que grâce à la marche de 350.000 volontaires, hommes et femmes, le Maroc est parvenu à recouvrer ses provinces du Sud, après avoir obtenu la promesse de l'Espagne de rendre le territoire à ses propriétaires.

Depuis ce moment, beaucoup de choses ont changé dans cette région du Maroc, souligne le quotidien, qui publie pour l'occasion une interview avec l'ambassadeur du Maroc en Argentine, M.Fouad Yazough.

Dans cette interview réalisée par la journaliste Maria Josefina Avelin, le diplomate marocain souligne qu'avant le recouvrement des provinces du Sud, celles-ci n'offraient pas de conditions pour le développement et ne disposaient pas d'infrastructure, tandis qu'aujourd'hui cette région ne cesse de surprendre les visiteurs tant le développement qu'elle a connu est important.

Le développement qu'ont connu les Provinces du Sud reflète les efforts consentis par le Maroc afin de réaliser l'intégration de cette région au même titre que les autres provinces, a fait savoir M.Yazough.

Grâce au génie du regretté SM Hassan II, initiateur de la marche verte, le Maroc est parvenu à reprendre une partie de ses terres et s'est engagé, depuis lors, dans un processus de développement continu, a-t-il poursuivi, en évoquant les avancées réalisées en quarante ans dans les provinces du Sud et qui illustrent la volonté d'un peuple qui ne connaît pas l'impossible.

Tout en évoquant les réformes démocratiques tous azimuts engagées par le Royaume au cours des dernières années dans le cadre d'une approche intégrée avec la participation de toutes les forces vives, le diplomate a indiqué que ces réformes, engagées sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI, ont conféré au Royaume, le statut d'un pays stable, démocratique et crédible aux niveaux régional et international.

Le Royaume est devenu l'un des pays africains qui attirent le plus d'investissements au regard du climat d'affaires qu'il offre aux investisseurs, a-t-il relevé, avant d'ajouter que les réformes constitutionnelles engagées en 2011 sont le couronnement d'efforts consentis à tous les niveaux.

Et de relever que la Constitution de 2011 est considérée comme l'une des plus démocratiques dans la région tant au niveau du contenu que du processus de son élaboration dans le cadre d'un débat national impliquant les partis politiques, les syndicats et la société civile.

En dépit de sa présence dans une région en proie à de grandes perturbations, le Royaume a su préserver sa stabilité grâce à ces réformes engagées dans le cadre du multiculturalisme qui caractérise le Maroc et que les Marocains qualifient de facteur d'enrichissement et de complémentarité, a encore souligné M.Yazough, en affirmant que le Maroc, qui jouit d'un grand respect auprès des pays du monde, a toujours été un acteur clé sur la scène internationale et joue un rôle important en matière de défense de la paix et du dialogue.

Et de conclure que le Maroc partage avec l'Amérique latine plusieurs défis, spécifiquement avec l'Argentine avec laquelle il partage des relations excellentes et stables depuis plus de 60 ans. 

M. Khalfi annonce le lancement à Laâyoune d'une série d'activités et de programmes liés à la culture hassanie

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a annoncé, lundi à Laâyoune, le lancement d'une série de programmes, projets et activités liés aux secteurs de la culture et de la communication, conformément aux Hautes Orientations Royales appelant au respect des spécificités de la culture hassanie.

"Les projets lancés, aujourd'hui, s'inscrivent dans le cadre de la valorisation de l'identité culturelle sahraouie hassanie et traduisent la confiance, l'équité, la fidélité et l'engagement à renforcer le rayonnement culturel des provinces du Sud dans le tissu culturel national", a souligné M. El Khalfi lors d'une rencontre consacrée à la présentation des programmes et activités de son Département en commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte.

Il a relevé que la célébration de cet anniversaire a été une journée de joie et d'allégresse à l'occasion de la visite de SM le Roi Mohammed VI dans les provinces du Sud du Royaume, une visite ponctuée par le lancement, samedi dernier à Laâyoune, d'une série de projets d'un montant de 77 MMDH.

Il s'agit, a-t-il dit, d'un événement qui augure une nouvelle étape dans l'essor économique et de développement au niveau de ces provinces, consacrant par la même la spécificité culturelle sahraouie hassanie, une composante essentielle et dynamique de l'identité marocaine unie et inclusive.

Ce processus auquel ont contribué tous les partenaires traduit les marques de confiance, d'équité, de fidélité, d'espoir et d'orientation vers l'avenir, autant d'éléments essentiels de l'histoire de la région et de sa culture qui, au quotidien, font l'objet de falsification de la part des ennemis de l'intégrité territoriale pour des desseins de propagande sans prise aucune sur la réalité, a souligné le ministre.

Il a soutenu que c'est précisément ce qu'une délégation de plus de 140 journalistes de différents pays ont découvert avec étonnement, du fait que l'image erronée qu'ils s'étaient faits auparavant en raison de la propagande tendancieuse n'a absolument rien à voir avec la réalité du terrain.

S'agissant des projets lancés à l'occasion, il y a lieu de citer l'inauguration à la maison de la culture "Oum Saâd", de "l'exposition de l'épopée de la glorieuse Marche verte" qui donne à apprécier des photos historiques rarissimes immortalisant cet événement et revisitant les différentes étapes de son déroulé.

De même, le portail national sur le Sahara (www.sahara.gov.ma) a été mis en service en six langues: arabe, français, anglais, espagnol, russe et chinois. Ce site-web se veut une plateforme multimédia destinée à faire connaître au monde entier l'histoire, le présent, la culture et les conditions économiques, sociales et de développement du Sahara.

Ce portail renseigne également sur les avancées accomplies au Sahara, depuis 40 ans, ainsi que sur les grands chantiers contenus dans le nouveau modèle de développement des provinces du Sud. Il se veut une contribution aux efforts déployés dans la défense de l'intégrité territoriale du Royaume et de consolidation des acquis réalisés.

Ce portail, qui vise à battre en brèche les thèses tendancieuses des ennemis de l'intégrité territoriale, constitue un prélude au lancement d'une campagne nationale et internationale sous le signe "40 ans de progrès".

Cette rencontre a été l'occasion de présenter la collection des "Livrets du Sahara marocain" qui compte 19 publications éditées ces 40 dernières années, dans les langues arabe, française, anglaise et espagnole. 

Le premier livret a été édité en 1974 sous le titre "Le combat de libération du Sahara marocain", tandis que le tout dernier, intitulé "20 questions pour comprendre l'affaire du Sahara marocain", a été publié l'année en cours.

Des copies de cette collection, qui s'assigne pour objectif d'étoffer la bibliographie nationale, seront disponibles dans les bibliothèques des institutions d'enseignement, et d'autres seront mises à la disposition d'instances internationales.

Parmi les activités lancées, figure également la production de 15 chansons nationales autour le Sahara marocain. Un millier d'enregistrements de ces chansons seront distribués en marge du festival national du film documentaire sur la culture, l'histoire et l'espace sahraoui hassani.

Il est également prévu l'ouverture prochainement de deux délégations régionales du Bureau marocain des droits d'auteurs (BMDA) à Laâyoune et Dakhla, conformément aux standards internationaux de l'OMPI et de l'UNESCO, relatifs à la protection des droits d'auteur, la préservation de la propriété intellectuelle et à la valorisation du patrimoine créatif.

Cette rencontre a été aussi ponctuée par l'annonce du projet du film ethnologique sur le Sahara, dans le cadre du festival international du cinéma de Dakhla, outre la mise en place d'une annexe de formation en audiovisuel et cinéma, en partenariat avec l'Institut supérieur des métiers de l'audiovisuel et du cinéma et l'OFPPT.

Il a été également question de présenter la conception du projet "Tente de la presse", en tant que centre socioculturel destiné aux professionnels de la région. 

Mobilisant une enveloppe de 13 millions DH, cette initiative a fait l'objet d'une convention, signée en avril dernier, entre les autorités locales et élues, l'Agence du Sud et le ministère de la Communication.

Cette conférence a été marquée notamment par la présence du président de la région Laâyoune- Sakiat Lhamra, Hamdi Ould Errachid, du président du conseil provincial Mouloud Aliouat, du président du conseil municipal Moulay Hamdi Ould Errachid et de représentants d'institutions et organisations opérant dans les secteurs des médias, du cinéma, de la communication et de la culture outre des acteurs de la société civile.

Le 40ème anniversaire de la Marche Verte, une étape décisive dans l’histoire du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume

La commémoration du 40ème anniversaire de la Marche Verte, loin d’être un évènement ordinaire ou une célébration passagère, est une étape décisive dans l’histoire du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume, a souligné, dans son allocution, vendredi le Roi du Maroc, Mohamed VI. 

Pour le roi, "après l’épopée de la libération de la terre et de la consolidation de la sécurité et de la stabilité, notre pays a veillé à ce que les fils du Sahara puissent se prévaloir des attributs d’une citoyenneté pleine et entière et des conditions d’une vie libre et digne. Aujourd’hui, après quarante années (...), nous voulons opérer une véritable rupture avec les méthodes adoptées jusque-là dans la prise en charge des affaires du Sahara : rupture avec l’économie de rente et des privilèges et la défaillance de l’initiative privée, et rupture avec la mentalité de la concentration administrative", a-t-il dit. 

Selon le Souverain, cette commémoration relève de ce qu’au "terme d’années de sacrifices et d’efforts au plan politique et en matière de développement, nous sommes arrivés au stade de la maturité, et aussi parce que nous avons créé les conditions de mise en chantier d’une étape nouvelle dans le processus de consolidation de l’intégrité territoriale et d’intégration totale de nos provinces du Sud au sein de la mère patrie". 

Mohamed VI s’est voulu très explicite, soulignant que "c’est dans ce cadre que s’inscrivent la mise en œuvre du modèle de développement des provinces du Sud, et la mise en œuvre de la régionalisation avancée. Nous tenons à ce que les fils de nos provinces du Sud disposent des moyens nécessaires pour gérer leurs propres affaires et montrer leur capacité à assurer le développement de la région". 

Il a en outre relevé que "les Sahraouis sont connus pour être depuis toujours des hommes de commerce et de savoir, vivant de leur labeur, dignes et fiers, n’attendant l’aide de personne, si pénibles que soient les circonstances. Nous parlons ici des Sahraouis authentiques, des patriotes sincères, qui sont restés fidèles aux liens d’allégeance les unissant, eux et leurs ancêtres, à travers l’histoire, aux Rois du Maroc. Quant à ceux, peu nombreux, qui se laissent berner par les thèses des ennemis et s’évertuent à les répandre, il n’y pas de place pour eux parmi nous. Mais pour ceux qui se sont ressaisis et repentis, la patrie est clémente et miséricordieuse", a insité le Souverain chérien. 

Le réseau des associations et organisations de la société civile pour le soutien de l'intégrité territoriale et la citoyenneté réitère son engagement à soutenir la première cause nationale

Le réseau des associations et organisations de la société civile pour le soutien de l'intégrité territoriale et la citoyenneté a réaffirmé son engagement à poursuivre ses efforts inlassables pour le soutien de la première cause nationale au service des intérêts supérieurs de la nation et des attentes du peuple marocain au progrès et au développement.

Dans un communiqué rendu public à l'occasion de la célébration du 40éme anniversaire de la glorieuse Marche verte, le réseau se dit fier, à l'instar de l'ensemble des composantes de la société marocaine de Tanger à Lagouira, de cet événement historique qui consolide l'unanimité nationale autour de la première cause nationale, notant que cette commémoration renforce aussi la mobilisation nationale pour parvenir à une solution définitive au conflit artificiel du Sahara.

Le réseau a qualifié de sage et judicieuse la décision de SM le Roi Mohammed VI d'effectuer une visite aux provinces du Sud à l'occasion du 40ème anniversaire de la marche verte pour célébrer et se remémorer avec les fils de cette région cette épopée historique.

Evoquant le discours royal depuis Laâyoune, le réseau souligne qu'il est porteur d'un signal fort et d'un message éloquent traduisant la fermeté et la détermination du Maroc, Roi, gouvernement et peuple, à préserver l'intégrité territoriale et consolider les acquis de la nation. 

Les nouveaux chantiers et projets de développement, annoncés dans le discours royal, instaurent les bases d'une deuxième marche verte en perspective du renforcement de la régionalisation avancée et élargie et la mise en œuvre du nouveau modèle de développement intégré et durable des provinces du Sud pour parvenir à une intégration globale de cette région au sein de la mère patrie. 

Lancement à Laâyoune d'une série d'activités visant la valorisation de la culture, de l'histoire et de l'espace sahraouis et hassanis

Le ministère de la Communication a lancé, lundi à la maison de la culture Oum Saâd à Laâyoune, une série d'activités visant la valorisation de la culture, de l'histoire et de l'espace sahraouis et hassanis.

Dans une déclaration à la MAP, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a indiqué que le lancement de ces activités s'inscrit dans le cadre des festivités marquant le 40ème anniversaire de la Marche Verte et en droite ligne des orientations royales relatives au respect et à la valorisation des spécificités de la culture sahraouie et hassanie.

Ces activités, via lesquelles le ministère aspire à valoriser la culture, l'histoire et l'espace sahraouis et hassanis, portent sur la mise en place d'un site électronique sur le Sahara marocain en six langues et l'édition de plusieurs publications (série de cahiers sur le Sahara) qui englobent 19 livres sur l'ensemble des documents et écrits publiés durant les 40 dernières années.

Figurent aussi parmi ces activités l'annonce du concept relatif à la tente de la presse et l'inauguration d'une exposition dédiée aux photos rares l'épopée historique de la Marche Verte.

La cérémonie de lancement de ces activités a été marquée par la présence du président de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, du président du conseil provincial de Laâyoune, Mouloud Aliouat et du président du conseil de la commune urbaine de Laâyoune, Moulay Hamdi Ould Errachid et de nombre d'acteurs de la scène médiatique et culturelle et de la société civile.

A cette occasion, l'assistance a effectué une visite à travers les différents espaces de la galerie dédiée aux photos rares commémorant la glorieuse marche verte.

Les Marocains d'Islande fêtent la Marche Verte

Les Marocains d'Islande ont célébré à Reykjavik le 40ème anniversaire de la Marche Verte dans une ambiance de joie et de liesse.

Initié par l'Association de dialogue et de communication maroco-islandais, l'évènement a été l'occasion de se féliciter des avancées accomplies dans les provinces du sud dans le sillage de la marche de développement que connait le Royaume.

Le président de l'Association, Redouane Anbari, a relevé à cette occasion l'importance de cet évènement phare dans l'histoire du Maroc pour le recouvrement de son intégrité territoriale sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Il a en outre souligné la mobilisation de la communauté marocaine pour la défense de la cause nationale ainsi que pour contribuer à resserrer les liens d'amitié et de coopération entre le Royaume et leur pays d'accueil. 

La cérémonie, à laquelle ont pris part des ressortissants islandais et d'autres pays, a été par ailleurs l'occasion pour célébrer différents aspects de la culture et de l'art marocains. 

Le quotidien ivoirien +L’Expression+ loue la pertinence des projets de développement lancés par SM le Roi dans les provinces du sud

Le quotidien ivoirien +L’Expression+ dans sa livraison de ce lundi, a mis en avant la pertinence des projets de développement lancés par SM le Roi Mohammed VI dans les provinces du sud du Royaume et ce, dans le cadre de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte. 

Dans un article intitulé "Sahara/Fin du statu quo : Le Maroc demande le départ de l’ONU", le quotidien laisse savoir que par ces actions et initiatives, le Maroc souhaite ancrer les provinces du sud du Maroc dans sa stratégie africaine. 

"Les régions sahariennes entreront dans la nouvelle politique de régionalisation au même titre que les autres régions, certes avec une plus large autonomie, mais avec le dessein de les sortir de leur isolement politique et économique", rapporte le quotidien, citant le magazine +Jeune Afrique+. 

Et de poursuivre que le nouveau projet qui ne coûtera pas moins de 13 milliards d’euros, prévoit de faire des provinces du sud du Maroc un hub commercial et logistique vers et en provenance de l’Afrique de l’ouest et les Canaries, avec des infrastructures adaptées, citant l’exemple de la plus grande gare routière du continent qui sera édifiée à Lâayoune, et "qui devra mettre les marchés d’Abidjan et Lagos à portée de conteneurs de Tanger Med". 

La publication passe en revue d’autres projets de grande envergure, tels que la reconstitution des nappes phréatiques, le lancement de la ceinture verte, la lutte contre l’ensablement, sans parler du méga- projet solaire d’Ouarzazate. 

Sur un autre registre, le quotidien se fait l’écho de l’élan de mobilisation dont ont fait preuve les habitants des provinces du sud du Maroc, pour réserver un accueil des plus chaleureux à SM le Roi Mohammed VI lors de son déplacement dans la ville de Lâayoune. 

L’auteur de l’article a indiqué, dans ce sens, que le message adressé à la communauté internationale était clair et offensif : "Le Maroc est dans son Sahara et le restera", relevant que dans les rues de Lâayoune, la capitale Sahraouie, l’ambiance de fête était partagée par des stars internationales. 

Le journal s’est intéressé également aux grandes lignes du discours Royal, dans duquel le Souverain a montré l’intention du Royaume d'"en découdre avec tous ceux qui l’empêchent de s’ancrer dans ses terres, en premier lieu l’Algérie". 

SM le Roi Mohammed VI, ajoute la publication, a relevé que les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume exploitent les enfants de la région du Sahara pour en "faire un butin de guerre", les réduisant à l’état de quémandeurs d’aide humanitaire, sans prendre la peine de leur garantir une vie digne. 

La commémoration du 40e anniversaire de la Marche Verte au Maroc amplement couverte et célébrée par la presse malienne

La presse malienne consacre, lundi, de larges commentaires aux significations profondes de la commémoration, dans la liesse et l’enthousiasme patriotique, par le peuple marocaine du 40e anniversaire de la Glorieuse Marche Verte, mettant en exergue la pertinence du contenu du discours que SM le Roi Mohammed VI à prononcé à cette occasion. 

Dans des articles signés pour certains depuis Laâyoune, les journaux maliens ont tenu ainsi à partager avec le peuple marocain la joie de célébrer cette épopée nationale, mettant l’accent sur les riches valeurs de patriotisme sincère que symbolise la célébration de la Marche Verte, un évènement phare dans le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume. 

Ils insistent, par ailleurs, sur l’attachement des populations sahraouies à l’initiative d’autonomie en tant que seule option pour le règlement du différend artificiel autour du Sahara marocain. 

+Le Combat+, +22 septembre+, +L’Indicateur du Renouveau+, +L’Indépendant+ ou encore +Le Malien+, pour ne citer que ceux-ci, se font l’écho, de même, des extraits du discours royal, insistant sur le lancement par SM le Roi Mohammed VI du nouveau modèle de développement des provinces du sud. 

"40ème anniversaire de la Marche Verte : Sous le signe du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc", titre ainsi +22 septembre+, qui écrit que "le Maroc a commémoré, avec la plus grande fierté, le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, cette épopée nationale dans laquelle tous les Marocains sans exception puisent en permanence les valeurs de patriotisme qui incarnent la parfaite symbiose qui unit le Trône et le peuple, ainsi que l’unanimité sans faille qui s’est forgée autour des constantes et des sacralités de la nation marocaine". 

"A travers cette marche grandiose, qui s’est déroulée dans une discipline et une organisation impeccables, Feu SM le Roi Hassan II avait démontré à la face du monde entier qu’il était le Souverain d’un peuple capable de réaliser la plus grande marche pacifique de l’histoire contemporaine", indique le journal dans un long article qui reprend certains passages du discours royal à cette occasion. 

Son confrère, +Le Malien+ revient sur le discours royal adressé à la nation à cette occasion, soulignant que "dans un discours plein de sens, de leçon et d’enseignement à l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a chargé le gouvernement de restructurer le dispositif de soutien social pour le rendre plus transparent et équitable et appelé les Marocains à profiter de la régionalisation avancée pour mettre au point des contrats-programmes entre l’Etat et les régions". 

+Le Combat+ souligne, pour sa part, la pertinence du discours royal, notant que "le Souverain a décliné les grands axes ainsi que la stratégie et la feuille de route à suivre pour la concrétisation du nouveau modèle de développement des provinces du sud". 

Le journal revient, par ailleurs, sur le rassemblement organisé samedi dernier devant le siège de la Minurso à Laâyoune par des élus, des chioukhs, des notables et des acteurs de la société civile pour réitérer leur attachement à l’initiative d'autonomie en tant que seule solution pour régler le conflit factice autour du Sahara marocain. 

Pour +L’Indicateur du Renouveau+, "ces manifestants munis de portraits de SM le Roi et du drapeau national, ont tenu à réaffirmer leur attachement à la proposition d’autonomie qui demeure la seule solution pour régler le conflit artificiel autour du Sahara marocain". 

Par le renforcement des infrastructures dans ses provinces du sud, le Maroc affiche sa volonté de se rapprocher davantage de l’Afrique subsaharienne

Le Maroc a affiché, à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte, sa volonté de se rapprocher davantage de l’Afrique subsaharienne, par le développement, dans ses provinces du sud, d’infrastructures permettant la consolidation de ses relations avec cette partie du continent, écrit lundi l’Agence de presse sénégalaise "APS". 

Dans une dépêche datée de Laayoune, l’envoyé spécial de l’Agence, Amadou Samba Gaye, cite le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mostapha Khalfi, qui a fait part aux journalistes de la décision du Royaume de lancer, dans le cadre du nouveau modèle de développement conçu pour la promotion des provinces du sud, quatre projets d’infrastructures devant aider à matérialiser ce rapprochement avec le reste du continent. 

Parmi ces projets figurent notamment la construction du Grand Port Atlantique, à Dakhla, qui vise à faire de cette cité un hub dans le domaine du transport maritime, ainsi que la mise en place d’un centre hospitalier universitaire à Laâyoune et la création d’un établissement universitaire dans les provinces du sud, indique l’APS, rappelant que quelque 8000 étudiants venus de différents pays africains poursuivent actuellement leurs études Maroc, dont 95 pc bénéficient d’une bourse accordée par le royaume. 

Le Maroc a réussi à "concrétiser" beaucoup de projets, dans le cadre de près deux mille conventions signées avec des pays africains, et ces projets vont induire un "changement radical dans les relations avec l’Afrique", poursuit la dépêche citant M. Khalfi. 

Dans une autre dépêche, l’Agence sénégalaise de presse a relayé les propos du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salahedine Mezouar, soulignant que le temps est venu d’agir pour mettre fin a la situation dans les camps des réfugiés de Tindouf, en Algérie. 

Si le 40e anniversaire du retour du Sahara à la mère patrie a été un moment plein d’émotion, "c’est parce qu’il a touché aussi le cœur de nos frères qui se trouvent a Tindouf", a noté M. Mezouar cité par l’APS, affirmant que ces derniers "se trouvent dans une situation calamiteuse, sous embargo, dans une situation où la jeunesse et les enfants n’ont aucune perspective". 

Revenant sur le discours royal prononcé par SM le Roi Mohammed VI à Laayoune, l’Agence sénégalaise de presse fait état notamment de l’annonce par le Souverain d’importants investissements de l’ordre de 8 milliards de dollars, en faveur des trois provinces du sud composant le Sahara marocain. 

Ces investissements, auxquels vont s’ajouter un milliard de dollars du secteur privé devraient aider au développement de ces provinces, relève l’APS qui fait état également du lancement du concept de régionalisation avancée, qui constitue "une réforme majeure visant à prendre en compte la dimension culturelle des provinces du sud, promouvoir la culture des droits de l’homme, transférer des compétences vers les conseils régionaux, promouvoir la bonne gouvernance, la soutenabilité et la durabilité des ressources naturelles". 

Le discours royal, une feuille de route pour le développement des provinces du sud 

Le discours royal à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte constitue une feuille de route pour le développement des provinces du sud et pour garantir une vie décente aux populations de ces régions dans le cadre de la régionalisation avancée, a affirmé le professeur de droit constitutionnel et des droits de l'Homme à l'université Mohammed 1er d'Oujda, Hamid Arbiîi.

Le "Discours de Laâyoune" est un nouvel épisode qui s'ajoute à la série de projets et d'initiatives ambitieuses et inédites en vue de promouvoir la région du Sahara et parvenir au développement dans toutes ses dimensions économique, sociale et culturelle, a souligné M. Arbiîi dans une déclaration à la MAP.

"Pour transformer les régions en levier réel et puissant pour le développement économique et social, avec notamment l'émergence d'une administration décentralisée de proximité, le discours royal a annoncé le lancement de grands chantiers structurels ainsi que des projets sociaux, sanitaires et éducatifs dans trois régions sur les 12 que compte le Royaume, à savoir la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, la région de Dakhla-Oued Eddahab et la région de Guelmim-Oued Noun", a-t-il noté.

Et d'ajouter que ces projets visent à renforcer le lien entre les provinces du sud et le reste des régions du Royaume, ce qui permettra, selon l'universitaire, de créer des régions à part entière, dirigées par des conseils démocratiques qui disposent de ressources et d'attributions qui lui sont propres, et ce en vue de la réalisation d'un développement régional intégré.

L'universitaire a également souligné que face aux obstacles dressés par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume devant le processus visant à trouver une solution politique consensuelle au conflit artificiel autour du Sahara marocain, sur la base de l'initiative d'autonomie, le Maroc continue de développer et moderniser son Sahara en vue de mettre à la disposition de la population des provinces du sud les mécanismes de gestion démocratique afin d'activer la régionalisation avancée.

Il a indiqué que le discours royal a imputé au régime algérien, d'une manière directe, la responsabilité de la persistance de la question du Sahara soulignant que le pays voisin a échoué, pendant 40 ans, à promouvoir le niveau de vie de la population de Tindouf.

Et de préciser que ce drame est devenu un fonds de commerce et un moyen pour quémander les aides internationales. 

M. Arbiîi a également noté que "la population des camps de Tindouf, comme l'a souligné le discours royal, vit dans une situation désastreuse qui peut conduire à une implosion à tout moment, outre la violation flagrante et systématique des droits de l'Homme et de la dignité humaine". 

Le discours royal de Laâyoune détermine la place réservée aux régions du Sud dans le système productif national et africain 

Le Discours Royal à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte a défini la place qui sera réservée aux régions du Sud dans le système productif national et africain, a souligné le président de l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, M. Omar Assobhei. 

"Le discours royal de Laâyoune présente clairement les perspectives du modèle du développement régional voulu et définit la place qui sera réservée aux régions du Sud du Royaume dans le système productif national et africain", a dit M. Assobhei dans un entretien à la MAP. 

Dans ce discours, le Souverain a ainsi présenté le modèle de développement souhaité dans une perspective stratégique, a-t-il ajouté, relevant que la nouvelle régionalisation avancée devra permettre un développement économique important des régions du sud du Royaume. 

SM le Roi Mohammed VI a aussi cadré l'action régionale pour le renouveau marocain à travers la régionalisation avancée, la démocratie, la participation et la réalisation des priorités dans le cadre d'une vision cohérente assimilant les défis et opportunités du contexte international, a-t-il expliqué. 

Pour les régions du sud, le développement des infrastructures, de l'économie et du volet social sont de nature à permettre un renouveau stratégique et le passage d'une économie de rente et de l'assistance de l'Etat à une économie basée sur l'initiative, la création de l'emploi et la production des richesses sur la base de la compétence et du mérite, a-t-il fait savoir. 

Dans ce sens, le discours a souligné la ferme détermination à s'engager dans des programmes producteurs de richesses et des projets d'ouverture et l'investissement des revenus de la région, complétés par des apports du capital national et international qui sera focalisé sur des projets structurants et de liaison avec l'Afrique (aéroport, routes, port, voie ferrée..), a relevé le président de l'université. 

Il a rappelé les projets cités dans le discours et qui ont "un fort impact d'ouverture et de communication territoriale et internationale". 

Pour lui, il s'agit d'un discours "pragmatique" et "objectif" qui "marque une rupture avec certaines pratiques du passé" en mettant l'accent à la fois sur les avancées multiples pour le développement social et économique de la région et sur les problèmes émergents des pratiques des années précédentes en particulier l'économie de rente. 

Aujourd'hui, ces pratiques doivent laisser la place aux mécanismes du développement intégré, participatif, démocratique, équitable et durable de la région, a-t-il insisté. 

Sa Majesté le Roi a, de même, mis en exergue le rôle des élus des provinces du Sud, qui sont d'ailleurs les représentants légitimes de la population, dans la gestion des affaires locales des provinces du sud, a poursuivi M. Assobhei. 

Le président de l'université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès a ajouté que le discours royal a aussi adressé un message à la population séquestrée à Tindouf pour rejoindre le pays et profiter des résultats du développement du sud ou assumer leurs choix de rester dans des camps sous le joug des mercenaires du Polisario qui les utilisent pour mendier la charité internationale, ce qui n'est pas conforme aux valeurs des populations sahraouies qui sont et ont été toujours attachés à leur dignité et leur orgueil. 

SM le Roi s'est adressé ensuite au monde, soulignant que le Maroc a respecté ses engagements et s'engage dans la voie du développement volontaire de toutes ses régions, a-t-il rappelé. 

Les mécanismes universels des droits de l'Homme sont instaurés, le Conseil National des Droits de l'Homme et la Société civile sont partout actifs pour éviter toutes les déviations, a commenté M. Assobhei. 

Le président de l'université a aussi qualifié ce discours de "fort, sincère et chargé de messages" adressés aussi bien à la nation qu'aux parties concernées par la question du Sahara marocain. 

Le discours royal est d'une "clarté et fermeté extrêmes" concernant la position marocaine quant à la solution du conflit dans le cadre de la régionalisation avancée et aux responsabilités algériennes de nuisance et des perturbations continues, a-t-il affirmé. 

SM le Roi a déploré la situation critique des détenus à Tindouf, la crise des droits de l'Homme dont ils souffrent, ainsi que le paradoxe du discours algérien délaissant une population sahraouie misérable sur son territoire, et qui en même temps dilapide et permet le détournement des subventions et moyens d'assistance offerts par les instances internationales, a-t-il affirmé. 

Il a par ailleurs mis l'accent sur le choix symbolique de Laâyoune pour prononcer le discours du fait qu'il confirme la souveraineté du Maroc sur tout son territoire de Tanger à Lagouira et aussi l'attachement des Marocains à l'unité nationale et leur rejet de toutes les thèses véhiculées par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume. 

Il a rappelé dans ce sens que la ville et la région de Laâyoune abritent, cette année, les festivités officielles du quarantième anniversaire de la Marche Verte, à l'instar de toutes les régions du Royaume. 

L'anniversaire de la Marche Verte célébré à Bangkok

L'ambassade du Maroc à Bangkok a organisé, vendredi dernier, une cérémonie à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, marquée par la participation de membres de la communauté marocaine résidant en Thaïlande, au Cambodge, à Myanmar et au Laos.

Dans une allocution de circonstance, l'ambassadeur du Maroc en Thaïlande, Abdelilah El Housni, a passé en revue les différentes étapes ayant jalonné l'histoire du Royaume qui lui ont permis de récupérer ses territoires spoliés par les forces d'occupation, affirmant que l'annonce par feu SM Hassan II d'une Marche pacifique du nord au sud du pays constitue un moment-phare dans le processus du parachèvement de son intégrité territoriale, indique un communiqué de l'ambassade.

M. El Housni a, en outre, mis en valeur le bien-fondé de l'initiative d'autonomie dans les provinces du sud, du processus de la régionalisation avancée et des chantiers de développement tous-azimuts que connait le Maroc, sous la conduite clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI.

Le diplomate marocain a également souligné la nécessité de fédérer les efforts et d'aller de l'avant pour préserver l'intégrité territoriale du Royaume, immuniser ses valeurs sacrées et mettre en échec les manœuvres des ennemis, souligne la même source.

Pour leur part, les représentants de la communauté marocaine ont exprimé leur fierté d'être Marocains et réitéré leur attachement au glorieux Trône alaouite. Ils ont, de même, réaffirmé leur disposition à ne ménager aucun effort pour défendre les valeurs sacrées de la Nation et participer aux chantiers de développement, amorcés sous l'impulsion du Souverain. 

La stratégie de développement au Sahara, une véritable révolution en matière de gouvernance

La nouvelle stratégie de développement des provinces du sud, lancée par SM le Roi Mohammed VI, représente "une véritable révolution en matière de gestion et de gouvernance", écrit lundi le journal électronique italien "Notizie geopolitiche".

Cette stratégie, lancée par le Souverain à l'occasion de la célébration du 40e anniversaire de la Marche verte, se base sur "une vision de développement intégré", ajoute la publication italienne.

L'auteur de l'article souligne que le nouveau modèle de développement des provinces du sud marocain s'articule autour des principes de participation, d'inclusion, de gouvernance responsable et de durabilité.

Ce modèle donne lieu à une nouvelle dynamique de développement à même de favoriser la création de postes d'emploi et d'encourager l'initiative privée, poursuit le journal, rappelant que le Souverain a présidé, à cette occasion, la cérémonie de signature d'une série de conventions destinées à promouvoir l'essor des provinces sahariennes dans divers domaines.

La nouvelle stratégie de développement de la région, rappelle-t-on, mobilise des investissements de 77 milliards de dirhams pour la création de pôles de compétitivité avec des piliers majeurs, à savoir le développement économique, la promotion sociale, la bonne gouvernance, la durabilité et la connectivité.

Les Marocains d'Orlando célèbrent la richesse et la diversité du patrimoine marocain

La communauté marocaine résidant à Orlando, en Floride, a célébré, dimanche, la richesse et la diversité du patrimoine et de l'héritage millénaire du Maroc dans le cadre de la 3è édition du Festival culturel marocain.

Plus de 5.000 personnes en provenance de l'Etat ensoleillé et d'autres régions américaines ont tenu à prendre part à cette manifestation culturelle, organisée à l'initiative de la Chambre maroco-américaine de commerce (MACC), en collaboration notamment avec l'Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME).

Cet évènement haut en couleurs a offert aux Marocains établis aux Etats-Unis, particulièrement en Floride, un espace de rencontre pour partager leur joie au milieu de chants populaires et de tubes interprétées par plusieurs artistes comme Rachid Lamrini, Sammy Omari et Cheb Omar.

Des stands exposant une myriade de produits artisanaux (ameublement, poterie, bijoux, gastronomie...) ont été installés à cette occasion qui a été marquée par la reconstitution d'un mariage marocain, une célébration riche en couleurs qui puise dans les traditions séculaires du Royaume.

"Il s'agit là d'une belle célébration de notre culture et héritage marocains", a confié à la MAP Younes Bougrine, vice-président de la MACC, précisant que cet évènement, qui coïncide avec la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, met en relief les valeurs du partage et du vivre-ensemble qui distinguent le Maroc.

La ville d'Orlando avait rendu un vibrant hommage au Maroc à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte. Le drapeau marocain a flotté très haut à l'Amway Center, lors de la cérémonie d'ouverture du premier match de la saison des Orlando Magics contre les Toronto Raptors dans le cadre de la National Baskelball Association (NBA).

Cette grande cérémonie a été marquée par des numéros de danses et de chants marocains, notamment l'interprétation émouvante de la chanson culte "Laâyoun Ainiya" de Jil Jilala par l'artiste Abdelhafid Douzi. 

Série d'activités à Amsterdam pour la célébration du 40-ème anniversaire de la Marche verte

Une série d'activités a été organisée à Amsterdam dans le cadre des festivités de commémoration du 40è anniversaire de la glorieuse Marche verte, à l'initiative d'associations locales en partenariat avec le consulat général du Maroc à Amsterdam.

Une cérémonie a ainsi été organisée à la fondation ''Al Maarif'', dédiée à la promotion de la culture marocaine et la langue arabe, avec la participation de dizaines d'élèves, qui ont présenté un spectacle haut en couleurs en reprenant la célèbre chanson ''Laâyoune Ayniya'', mais aussi un chant célébrant l'attachement de la nouvelle génération des MRE à la mère patrie, intitulé ''Lmaghreb Bladi'' (Le Maroc est ma patrie).

La manifestation a été couronnée par la distribution de cadeaux aux jeunes élèves de la fondation, en présence des parents qui ont tenu à participer aux festivités de commémoration de la glorieuse marche verte. 

Aussi, la grande piscine Sloterparkbad a-t-elle vibré au rythme des chansons les plus populaires de la Marche Verte, à l'occasion d'un spectacle de nageurs en herbe, de différentes nationalités, initié par la ''Zwemschool de Oceaan'', une école de natation d'Amsterdam.

Munis du drapeau national et de portraits de SM le Roi Mohammed VI, des dizaines de jeunes nageurs, dont des champions marocains en devenir, ont réalisé une chorégraphie qui rappelle la marche des 350.000 Marocains pour la récupération des provinces du sud du Royaume.

Au terme du Show, le consul général d'Amsterdam, M. Talal Jennane a remis des médailles et des attestations aux jeunes nageurs en récompense de leur brillante prestation.

Dans une déclaration à la MAP, M. Jennane a exprimé sa fierté de voir des jeunes nageurs marocains s'inspirer des valeurs de paix et d'unité de la Marche verte pour exprimer, à leur manière, leur mobilisation pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume, ajoutant que ces jeunes représentent la relève des Marocains du monde pour poursuivre le processus de défense de l'unité nationale et du développement tous azimuts du Maroc.

Ces activités commémoratives du 40-ème anniversaire de la Marche verte se poursuivront avec une grande soirée le 20 novembre, laquelle sera animée par le groupe mythique de Nass El Ghiwan. Elle sera organisée par une association locale en partenariat avec le consulat d'Amsterdam.

Des élus, chioukhs et acteurs associatifs réitèrent devant le siège de la Minurso à Laâyoune leur attachement à la proposition d'autonomie

Des élus, des chioukhs, des notables et des acteurs de la société civile ont réitéré, samedi lors d'un sit-in devant le siège de la Minurso à Laâyoune, que la proposition d'autonomie demeure la seule solution pour régler le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Les participants issus des provinces du Sud ont scandé des slogans réaffirmant leur l'attachement à l'autonomie sous souveraineté marocaine, une proposition qui jouit du soutien international.

Portant le drapeau national et les portraits de SM le Roi Mohammed VI, les participants à cette manifestation ont salué hautement la teneur du discours royal adressé, vendredi à la Nation, à l'occasion du 40ème anniversaire de Marche Verte.

Ils ont également appelé la communauté internationale à intervenir d'urgence pour lever le blocus imposé aux séquestrés dans les camps de Tindouf, sur le territoire algérien, et mettre fin à leurs souffrances pour regagner les provinces du Sud et vivre dignement.

Dans ce contexte, le président du Conseil municipal de Laâyoune, Moulay Hamdi Ould Errachid, a indiqué au micro de la MAP, que ce sit-in, qui a connu la participation des différents acteurs associatifs de la région à l'occasion de la célébration de la Marche Verte, constitue un message fort à la communauté internationale pour réaffirmer la marocanité du Sahara et l'attachement à l'initiative d'autonomie comme unique solution au conflit artificiel autour du Sahara.

Il a, à cet égard, souligné que le discours royal à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte est d'une portée significative pour consolider le développement économique et social de la région et parachever ainsi le processus d'édification des provinces du Sud.

De son côté, Abdellah Salhi, l'un des chioukhs des tribus du Sahara, a indiqué, dans une déclaration similaire, que l'organisation de ce sit-in vient confirmer au monde entier que les habitants du Sahara demeurent attachés à la marocanité du Sahara et à l'unité territoriale du Royaume.

Le président de la chambre d'Artisanat de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra, Mustapha Belmam, a, pour sa part, a relevé, qu'à travers cette manifestation, la population locale réitère son attachement à l'initiative d'autonomie qui permettra aux habitants de gérer leurs affaires.

Le nouveau modèle de développement devra ériger les provinces du sud en tête de pont en matière de consécration de la régionalisation avancée

Les provinces du sud devront être érigées en tête de pont en matière de consécration des principes de la régionalisation avancée grâce au nouveau modèle de développement, a souligné samedi à Laâyoune le ministre de l'Intérieur, M. Mohamed Hassad.

Ce modèle de développement devra être basé sur une nouvelle approche contractuelle entre les régions et l'Etat qui permettra l'augmentation des ressources matérielles et les moyens mis à la disposition et la contribution à garantir la réussite aux programmes lancés , a affirmé M. Hassad dans une allocution lors de la cérémonie de lancement de la mise en oeuvre de ce modèle, présidée par SM le Roi Mohammed VI accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid..

Le ministre a ajouté que ce programme représentera une opportunité pour le citoyen afin de contribuer à l'élaboration de projets locaux qui répondent à ses besoins et à ses attentes, à travers aussi bien les conseils élus qu'aux mécanismes de dialogue et de concertation mis à la disposition de la société civile.

Conformément aux dispositions de la Constitution, ce nouveau modèle de développement constitue un important mécanisme pour l'accélération du chantier de régionalisation avancée, a-t-il dit.

M. Hassad a souligné l'impératif d'œuvrer, à l'instar des autres régions du Royaume, à s'engager au respect des principes de gouvernance responsables et de confiance en consécration de la démocratie à travers une approche contractuelle entre les régions et l'Etat qui exige un accompagnement minutieux des agences régionales pour garantir la bonne mise en œuvre de ces projets.

Pour confirmer une adhésion totale à ce processus, le ministre a fait savoir qu'il sera procédé à la mise en place d'une vision claire sur les ressources financières qui seront mobilisées en faveur des régions de Laayoune-Sakia Al Hamra, Dakhla-Oued Eddahab et Guelmim-Oued Noun qui vont bénéficier respectivement des enveloppes budgétaires de 7, 6,6 et 5,5 milliards de dhs.

Il a précisé que conformément aux hautes orientations de SM le Roi visant le lancement du chantier de régionalisation avancée dans toutes les régions du Royaume avec, en tête, les provinces du Sud, il sera procédé à la création d'un fonds régional pour donner une forte impulsion au volet économique pour en faire un locomotive de développement économique et social avec de nouvelles sources de financement.

Dans le souci de faire adhérer les provinces du Sud dans la dynamique démocratique et de développement que connaissent les autres régions du Royaume à tous les niveaux, un intérêt particulier sera accordé à la promotion de la culture des droits de l'Homme dans ses dimensions civiques, politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux, comme elle est reconnue universellement et consacrée dans la Constitution du Royaume, a précisé le ministre.

Dans ce contexte, M. Hassad a évoqué le rôle positif joué par le Conseil national des droits de l'Homme et ses commissions régionales dans l'approche régionale permanente pour la garantie du respect des droits de l'Homme.

Il a souligné que ce modèle de développement dans les provinces du sud du Royaume a été conçu en application des hautes instructions de SM le Roi pour le développement de ces régions, rappelant que ce programme a été lancé à l'occasion de la célébration de l'anniversaire de la Marche Verte, qui a constitué l'une des plus importantes épopées de libération nationale.

Cet anniversaire est une occasion pour le peuple marocain de se remémorer avec fierté les acquis réalisés dans les provinces du sud du Royaume, qui se sont métamorphosées complètement à la faveur d'une stratégie et des choix homogènes au service de la population, a-t-il dit, relevant que le chantier de développement ouvert lancé dans cette région a permis d'enclencher une nouvelle dynamique ayant pour objectif de réaliser une relance économique et sociale à l'instar des autres régions du Royaume. 

Grâce à ce progrès, le revenu brut par habitant dans les provinces du Sud est devenu 20 pc plus supérieur que celui des habitants des autres régions du Royaume, a-t-il indiqué, faisant état d'une amélioration concrète des taux d'accès aux services de base, notamment l'eau potable (99pc).

M. Hassad a souligné qu'au cours des prochaines années, le décollage économique dans ces provinces puisera sa force dans la régionalisation avancée qui placera le citoyen au centre des toutes les préoccupations dans les domaines économique, social et culturel.

Nouveau modèle de développement des provinces du Sud : 77 milliards DH pour des projets structurants

Une enveloppe budgétaire de 77 milliards de dirhams est consacrée au financement des projets du nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume, a annoncé, samedi à Laâyoune, le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid.

La mise en oeuvre de cette vision ambitieuse permettra de contribuer à multiplier le produit local global et de créer 120.000 postes d'emploi, et partant hisser les provinces du Sud du Royaume à même de leur permettre de jouer pleinement leur rôle en tant que passerelle régionale, hub économique africain et un lien avec l'Europe, a souligné M. Boussaid, dans une allocution lors de la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud, présidée par SM le Roi Mohammed VI accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid.

Présentant les grandes lignes de ce nouveau modèle de développement, le ministre a relevé qu'il se base sur des axes qui consistent notamment en la création de pôles compétitifs capables de créer une nouvelle dynamique et des opportunités d'emploi nécessaires au profit des jeunes et des femmes, de consolider le développement intégré et de promouvoir la dimension culturelle en se basant sur la gouvernance responsable dans le cadre de la régionalisation avancée.

Il s'agit également de consacrer les droits de l'Homme en vue de consolider la confiance et la démocratie, de garantir le développement durable, tout en améliorant les réseaux liant les provinces du Sud, d'une part, l'ensemble du reste du Royaume et, d'autre part, les pays de l'Afrique subsaharienne.

M. Boussaid a, à cet égard, ajouté que ces infrastructures de base permettront à la région de s'ériger en un nouveau modèle de développement plaçant le citoyen au coeur de tous les programmes et projets, relevant que la mise en oeuvre de cette stratégie se fera également à travers le renforcement des mécanismes de développement, l'accompagnement du secteur de production, l'intégration des petites et moyennes entreprises (PME), la dynamisation du développement social et la promotion de la culture hassanie.

Cette stratégie, a poursuivi le ministre, passe aussi par la gestion continue des ressources naturelles, la protection de l'environnement, le renforcement des réseaux de communication, l'élargissement des compétences des régions en leur procurant les mécanismes de travail, ainsi que la mise en place des mécanismes de financement.

Dans ce cadre, la dimension économique de ce nouveau modèle vise la mise à niveau des mécanismes de développement conformément au programme de soutien des secteurs de production (phosphates, agriculture, pêche maritime et tourisme écologique), a-t-il expliqué.

Concernant le secteur des phosphates et pour lequel une enveloppe budgétaire de 16,8 milliards DH, le ministre a précisé que le projet Phosboucraâ pour le développement industriel se propose de promouvoir le phosphate au niveau local et d'intégrer l'ensemble des maillons de la chaine de production dans l'objectif de l'exportation à même de permettre la promotion optimale des ressources, et partant permettre aux populations locales d'en bénéficier davantage.

Concernant les projets de valorisation agricole, ils visent à améliorer les conditions de vie des populations à travers la création d'opportunités d'emploi (11.000 postes d'emploi), la diversification des sources de revenus et l'exploitation rationnelle des ressources naturelles en procédant à une valorisation agricole de la région de Dakhla sur une superficie de 5 ha, une opération qui nécessitera un budget estimé à 1,3 milliard DH.

Cette opération passera par le dessalement des eaux de la mer en vue de la préservation de la nappe phréatique. Et la province de Boujdour n'est pas en reste.

Elle bénéficiera de projets d'aménagement sur une superficie de 100 ha pour un coût de 465 millions DH. Aussi et dans le cadre de la promotion de l'agriculture solidaire dans les provinces du Sud, il est prévu la réalisation de 50 projets pour un coût de 1,5 milliard DH. Ces projets profiteront à une population estimée à 16.800 personnes.

Pour ce qui est de la valorisation des produits de mer et de la pisciculture, il sera procédé à la réalisation d'importants projets au niveau de la région Dakhla-Oued Eddahab permettant la création de 8.000 postes d'emploi. Il s'agit de deux principaux projets se rapportant à la valorisation des produits maritimes (1,2 milliard DH) et de la promotion du secteur de la pisciculture dans trois régions géographiques (3,7 milliards DH).

En matière du tourisme écologique, le ministre a fait savoir qu'il sera procédé à la création d'un nouveau pôle touristique et le lancement d'une offre touristique innovante alliant mer, Sahara, culture et dimension écologique tout en développant une offre complémentaire axée sur la culture, l'environnement et les produits locaux. Ce programme touristique prévoit la création de 84 projets pour des investissements estimés à 2,1 milliards DH.

S'agissant de la dimension sociale, le programme vise à réaliser un saut qualitatif en matière de qualification des ressources humaines et de renforcement de la dimension culturelle, ce qui permettra de tirer profit de manière équitable des ressources locales, de créer des opportunités d'emploi, de se doter d'équipement de base et de disposer de prestations sociales de haute qualité.

Dans ce sillage, il sera procédé à la mise en œuvre de pôle d'excellence à travers la création d'un Centre Hospitalier Universitaire (CHU) à Laâyoune pour un coût de 1,2 milliard DH. Ce CHU est de nature à améliorer les offres de soins pour les populations et dispenser des prestations médicales de qualité. De plus, il est prévu la création d'un Technopole dans la région de Foum El Oued avec des crédits estimés à 2 milliards DH, une structure qui sera érigée en pôle de formation, de développement et d'innovation technologique et culturelle.

S'agissant de la dimension environnementale, M. Boussaid a fait état de la délimitation de trois axes de développement durable, de préservation des systèmes écologiques fragiles à travers la préservation des ressources maritimes et des ressources halieutiques, le développement des énergies renouvelables et la protection des écosystèmes.

Et de poursuivre que la réalisation du barrage Oued Noun à la province de Guelmim permettra de faire face au déficit en matière d'approvisionnement en eau potable, de mobiliser les ressources hydriques nécessaires pour l'irrigation des terres agricoles et de contribuer à la protection de la région d'éventuelles inondations.

Dans le même contexte, le modèle de développement accorde une importance capitale à l'amélioration de la connexion spatiale de la province du Sud aux autres entités territoriales en vue de bénéficier de toutes les opportunités qu'offre le site géostratégique du Royaume.

Pour ce faire, il sera procédé au renforcement et à l'extension de la couverture de la téléphonie mobile de la deuxième, troisième et quatrième générations pour un coût de près de 1 milliard DH, en ce sens que ce projet prévoit de nouvelles connexions via fibres optiques et la modernisation continue des réseaux.

A cela s'ajoute, précise le ministre, la construction de la route atlantique rapide Tiznit-Laâyoune-Dakhla afin de relier les provinces du Sud aux autres régions du Royaume, ce qui est de nature à faciliter les échanges commerciaux, à développer les moyens de transport et à garantir la sécurité routière.

Ce projet, a-t-il précisé, sera réalisé en deux tranches, dont la première nécessitera des investissements de l'ordre de 8,5 milliards DH. De même, il est prévu la construction du port atlantique sur la façade atlantique pour un coût de 6 milliards DH.

Canada : La communauté marocaine à Montréal célèbre, dans une ambiance de joie et de liesse, le 40è anniversaire de la glorieuse Marche Verte

La communauté marocaine établie à Montréal, s'est donnée rendez-vous, samedi après-midi à la Place des Arts, située en plein centre de la métropole pour célébrer, dans une ambiance de joie et de liesse générale, le 40è anniversaire de la glorieuse Marche Verte, une épopée unique en son genre dans l'Histoire du monde moderne et gravée à jamais en lettres d'or dans l'esprit de tous les Marocains.

Dans un élan de ferveur et de patriotisme, des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, voire des familles entières se sont rassemblés sur cette Place pour scander à l'unisson, entre cris de joie, chants patriotiques et youyous, des slogans et des vivats à la gloire de l'Auguste personne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et à la grandeur du Royaume, résolument tourné vers l'avenir pour la réalisation du développement socio-économique intégré et du progrès auxquels aspirent la population dans la Mère-Patrie dans le cadre d'un Maroc des régions moderne et unifié.

Brandissant les drapeaux nationaux, les membres de la communauté marocaine ont tenu, dans une ambiance festive, à exprimer leur indéfectible attachement au glorieux Trône Alaouite et leur mobilisation constante derrière le Souverain pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume, indivisible et non négociable, ainsi que la marocanité du Sahara malgré toutes les manœuvres pernicieuses des adversaires de son unité et de sa souveraineté nationale.

Approchés par la MAP, certains d'entre eux ont exprimé leur grande fierté de célébrer, même à des milliers de kilomètres de la Mère-Patrie, ce glorieux anniversaire qui offre une occasion renouvelée pour se remémorer un grand événement national riche en valeurs et en enseignements, gravé dans les annales de l'histoire du Maroc et de l'esprit de tous les Marocains de Tanger à Lagouira et ceux résidant à l'étranger.

La célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, marqué cette année par la visite de Sa Majesté le Roi à Laâyoune et le Discours Royal adressé à la Nation depuis cette ville, est aussi une occasion pour exprimer haut et fort la marocanité du Sahara qui fait partie intégrante du Maroc.

Ils ont, dans ce sens, salué la haute teneur du Discours Royal et réaffirmé leur pleine adhésion aux actions inlassables menées par le Souverain pour la mise en œuvre de la régionalisation avancée et du nouveau modèle de développement socio-économique intégré propre aux provinces du sud qui deviendront, grâce aux mégaprojets annoncés par Sa Majesté le Roi, une véritable plate-forme économique et d'investissements et un hub régional.

Ils ont aussi souligné que la célébration de cet anniversaire permet de sensibiliser les générations montantes sur l'importance et la forte symbolique de la Marche Verte, réaffirmant leur mobilisation sans faille pour promouvoir et défendre la première cause nationale.

Vendredi soir, une cérémonie à été organisée à Laval à l'initiative de la Chambre de Commerce et d'Industrie Al Maghreb au Canada au cours de laquelle les membres de la communauté marocaine ont suivi avec une grande attention le Discours Royal adressé à la Nation. Ils ont aussi écouté l'interprétation de morceaux de musique et chansons patriotiques tels "Nidae Al Hassan" et "Laâyoun Ainiya", une manière de partager avec leurs compatriotes dans la Mère-Patrie la joie et la fierté de célébrer cet heureux événement.

Le discours royal insuffle une nouvelle dynamique au développement des régions du Sahara marocain

Le discours que SM le Roi Mohammed VI prononcé, vendredi à Laâyoune à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, a insufflé une nouvelle dynamique pour un développement prometteur des régions du Sahara marocain, ont affirmé des élus, des acteurs associatifs et des notables de tribus sahraouies.

Dans des déclarations à la MAP, ils ont souligné que le Souverain a lancé de grands projets de développement qui contribueront, sans nul doute, à inscrire les provinces du Sud du Royaume dans une nouvelle étape de progrès, de prospérité et de développement économique et social.

Ils ont, noté que toute la région connaitra un élan de développement en mesure de renforcer l'intégration territoriale et la mise en œuvre de la régionalisation avancée, qui est à même de répondre aux attentes et aux aspirations de la population locale.

A cet égard, le vice-président du Conseil municipal de Dakhla, Brahim Aya, a considéré que les projets annoncés dans le discours de SM le Roi accentueront l'attractivité et la région Dakhla-Oued Eddahab aux niveaux économiques, touristiques et d'investissements, l'érigeant ainsi en un hub économique par excellence doté de toutes les infrastructures et équipements nécessaires pour un essor économique prometteur.

Et d'ajouter que ces projets, qui permettront de répondre aux exigences de développement des provinces du Sud, illustrent clairement la haute sollicitude dont le Souverain entoure les populations de la région du Sahara marocain.

Pour sa part, l'acteur associatif dans la région Dakhla-Oued Eddahab, Bezay Tou Tou a estimé que le discours royal a instauré les bases d'un véritable développement de la région du Sahara en harmonie avec le nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume, de nature à mettre en exécution le procédé de la régionalisation avancée.

Les projets de développement annoncés par le Souverain dans Son discours historique constituent la meilleure réponse aux allégations fallacieuses des ennemies de l'intégrité territoriale du Maroc et témoignent que le Royaume se lance sûrement et sérieusement vers la réalisation d'un véritable développement régional durable, a-t-il insisté.

De son côté, M. Said Cherradi, un des notables de la tribu Oulad Dlim a qualifié d'"exceptionnel", à plus d'un titre, le discours royal en ce sens qu'"il répond à nos aspirations, nous en tant que Sahraouis des provinces du Sud, avec des projets de développement qui feront de la région une véritable source de développement économique et social du Royaume".

Et de relever que les initiatives de développement lancées par SM le Roi Mohammed VI feront des régions du Sahara marocain une passerelle avec les pays du voisinage et un accès vers l'intégration économique au sein de l'espace africain et atlantique notamment en matière des infrastructures, du commerce, de la logistique, de la pêche maritime et des énergies renouvelables.

Le nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume vise à impulser une dynamique de développement forte et renouvelée

Conformément aux Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, il sera procédé à la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume qui vise à impulser une dynamique de développement forte et renouvelée dans ces régions, afin qu'elles deviennent un axe important entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne, a indiqué le président de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra, Hamdi Ould Errachid.

Dans une allocution lors de la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud, présidée par SM le Roi Mohammed VI accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, M. Ould Errachid a ajouté que l'annonce par SM le Roi de la mise en oeuvre de la régionalisation avancée est le couronnement de la politique éclairée menée par le Souverain depuis Son accession au Trône de Ses glorieux ancêtres, et qui vise à mettre en oeuvre une gouvernance territoriale responsable au service des intérêts suprêmes du pays.

La décision royale de célébrer le 40ème anniversaire de la Marche Verte dans les provinces du Sud du Royaume constitue une occasion pour les habitants de remémorer les portées de cet évènement national glorieux, fruit du génie créateur du Feu Hassan II, de rendre hommage aux sacrifices consentis par les fils de ce pays et de réitérer à SM le Roi leur fidélité constante au serment de la Marche Verte, a noté le président de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra.

Il a également souligné que les habitants de la région saluent hautement la teneur du discours royal adressé, vendredi à la Nation, à l'occasion du 40ème anniversaire de Marche Verte et qui a réitéré la Haute volonté royale de réaliser un développement global dans les provinces du Sud dans le cadre d'un nouveau modèle de développement qui accordera une place particulière à ces provinces en matière de mise en oeuvre de la régionalisation avancée.

Depuis son retour à la Mère-patrie il y a 40 ans, cette région a connu un développement dans tous les domaines, a-t-il poursuivi, exprimant la fierté des habitants de la région de l'essor important de développement réalisé depuis l'Intronisation de SM le Roi grâce à la politique clairvoyante et la stratégie de développement économique, social, culturel et environnemental menées par le Souverain au profit des habitants des provinces du Sud qui sont si chères au coeur de SM le Roi.

Ces réalisations structurantes, a fait observer M. Ould Errachid, ont permis aux provinces sahariennes de disposer d'infrastructures importantes, notamment des routes, des ports et des aéroports, et aux habitants d'accéder aux services de base, précisant que les indicateurs relatifs à la santé et à l'éducation ont atteint des niveaux élevés par rapport aux autres régions du Royaume.

M. Ould Errachid a, en outre, souligné la joie et l'allégresse des habitants de cette région pour la visite royale aux provinces du Sud, assurant que cette visite constitue une nouvelle occasion pour les populations de réitérer leur indéfectible attachement au glorieux Trône Alaouite.

"A l'instar de tous les Marocains, les habitants de la région expriment, à cette occasion, leur attachement constant au glorieux Trône alaouite et à l'intégrité territoriale du Royaume fidèles en cela à notre devise éternelle: Dieu, la Patrie, le Roi", a relevé M. Ould Errachid.

Les Marocains de la grande région de Washington fêtent, dans une ambiance de fierté, le 40è anniversaire de la Marche Verte

Dans une ambiance empreinte de fierté et de patriotisme, la communauté marocaine résidant dans la grande région de Washington a célébré, vendredi soir, le 40è anniversaire de la Glorieuse Marche Verte.

Lors de cette cérémonie, organisée en coopération avec l'ambassade du Maroc aux Etats-Unis, l'assistance a suivi le discours que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé à la Nation, depuis la ville de Laâyoune, à l'occasion de cet anniversaire cher à l'ensemble des Marocains là où ils se trouvent.

A cette occasion, les membres de la communauté marocaine ont salué la teneur du discours Royal, qui a réitéré la détermination du Royaume à aller de l'avant dans le développement des provinces du Sud, et à renforcer davantage les liens solides entre les habitants de la région et le Glorieux Trône Alaouite.

Les Marocains de Washington ont, à cet égard, tenu à saluer les projets économiques et sociaux annoncés par le Souverain au profit des habitants de cette partie du Royaume.

Ils ont, en outre, exprimé leur fierté de la Marche Verte, une épopée historique sans égal qui a constitué un tournant dans l'histoire du Maroc, et illustré les valeurs du patriotisme authentique à travers le parachèvement de l'intégrité territoriale.

La cérémonie s'est déroulée en présence de M. Abderrahim Rahali, second de l'ambassadeur du Maroc à Washington, et de plusieurs membres de l'ambassade, ainsi que de dizaines de membres de la communauté marocaine résidant dans la grande région de Washington. 

Le futur CHU de Laâyoune (1,2MMDH), un centre hospitalier de référence d'une capacité de 500 lits 

La ville de Laâyoune sera dotée d'un Centre Hospitalier Universitaire de référence pour lequel une enveloppe budgétaire de l'ordre de 1,2 MMDH sera allouée, a indiqué, samedi à Laâyoune, le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi.

D'une capacité de 500 lits, le CHU de Laâyoune sera construit sur une superficie de 30 hectares et aura pour objectifs de développer, renforcer et rapprocher les services sanitaires, notamment ceux de troisième génération, des habitants de la région, a expliqué M. El Ouardi dans une allocution devant SM le Roi Mohammed VI lors de la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud.

Le CHU contribuera également à l'encouragement de la formation et la formation continue et à la promotion du système d'aide médicale.

Il comptera 14 salles d'opérations chirurgicales et six pôles d'excellence, dont le pôle "Mère et enfant", "Médecine cardiovasculaire", "Urgences" et "Maladies psychiatriques et mentales", a précisé M. El Ouardi.

Le ministre de la Santé a fait savoir que les travaux de construction de cet établissement dureront 5 années à partir de 2016.

Le Maroc a entamé un nouveau processus de développement durable dans le cadre de la régionalisation avancée

Le Maroc a entamé un nouveau processus de développement durable dans le cadre de la régionalisation avancée, a affirmé le wali de la région de Souss-Massa, gouverneur de la préfecture d'Agadir-Ida Ou-Tanane, Mme Zineb El Adaoui.

S'exprimant lors d'une rencontre vendredi avec les Marocains du monde prenant part à une série de manifestations organisées dans la capitale du Souss, pour célébrer le 40e anniversaire de la glorieuse Marche verte, Mme El Adaoui a indiqué que les membres de la communauté marocaine établie à l'étranger aspirent constamment à assumer leur rôle de fervent défenseur de la cause nationale dans leurs pays d'accueil.

Les Marocains établis à l'étranger sont des ambassadeurs de leur pays quand il s'agit de la défense de leur première cause, a-t-elle insisté. 

Pour Madame El Adaoui, l'arrivée au Maroc des Marocains du monde pour prendre part, aux côtés de leurs compatriotes, aux manifestations artistiques et culturelles dans le cadre des festivités marquant le 40e anniversaire de la Marche verte, est une preuve supplémentaire de leur attachement indéfectible à leur pays et à la défense de ses intérêts.

De son côté, le Secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), Abdelah Boussouf, a rappelé, dans une allocution à cette occasion, le contexte historique ayant marqué l'organisation de la Marche verte, mettant en avant la grande signification de cet événement historique qui a permis au Maroc de récupérer ses provinces du sud de manière pacifique.

Pour M. Boussouf, il est nécessaire de multiplier les initiatives pour sensibiliser l'opinion publique internationale quant au caractère pacifique de cet évènement, appelant les artistes, les politiciens et les différents intervenants à faire en sorte que l'épopée de la Marche verte se hisse au patrimoine humanitaire, en matière de libération par voie pacifique.

La présence à Agadir d'une élite d'artistes et d'acteurs marocains établis à l'étranger, aux côtés d'autres personnalités de divers horizons qui animeront plusieurs manifestations à cette occasion, va conférer à la Marche verte une dimension internationale, a-t-il ajouté.

Plusieurs membres de la communauté marocaine établie à l'étranger présents lors de ces festivités, étaient des volontaires, le 6 novembre 1975, à la Marche verte qui a constitué un évènement marquant dans le processus de parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume.

Le projet de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla (8,5 MMDH) vise à doter les Provinces du Sud d'un axe routier aux normes internationales 

Le projet de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla, qui va mobiliser une enveloppe budgétaire de 8,5 MMDH, vise à doter les Provinces du Sud d'un axe routier aux normes internationales et d'un haut degré de sécurité, a indiqué, samedi à Laâyoune, le ministre de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah.

Dans une allocution devant SM le Roi Mohammed VI qui présidait la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud, le ministre a ajouté que ce projet qui bénéficiera aux populations des régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab, sera réalisé dans un délai de six ans et portera sur près de 1.055 km.

Cette voie express a également pour objectifs de réduire la durée des déplacements, éviter les coupures de routes suite aux inondations et à l'ensablement, baisser les charges d'exploitation des véhicules et améliorer les services de logistique au profit des voyageurs et en terme de transport de marchandises, a expliqué le ministre.

Elle sera composée des tronçons Tiznit-Guelmim, Guelmim-Laâyoune, Laâyoune-Dakhla en passant par Tan Tan, Tarfaya et Boujdour, a fait savoir M. Rabbah, ajoutant que le projet comptera également la création d'aires de repos, des parkings pour camions.

Le développement de cet axe routier, qui constituera un levier important pour l'investissement public et privé, impactera positivement et directement une population de plus de 2,2 millions d'habitants, répartie sur 10 provinces de plus de 420.000 km2 et contribuera au développement socioéconomique des régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra, et Dakhla-Oued Eddahab, a expliqué le ministre.

Provinces du Sud : La présidente de la CGEM annonce des projets de près de 5,4 milliards DH pouvant générer plus de 10 mille emplois

La présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Mme Meriem Bensalah-Cheqroun a annoncé, samedi à Laâyoune, des projets d'investissements de près de 5,4 milliards DH permettant de générer 10.300 opportunités d'emploi dans les provinces du Sud.

Dans une allocution devant SM le Roi Mohammed VI, lors de la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des Provinces du Sud, présidée par le Souverain accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, la présidente de la CGEM a indiqué que les 56 projets d'investissements prévus entrent dans le cadre de l'initiative de mobilisation des investissements et de création des opportunités d'emploi dans les provinces du Sud.

Cette initiative mise en oeuvre en partenariat entre la CGEM, le ministère de l'Intérieur et les autorités locales porte sur la réalisation de 17 projets dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, 39 dans la région de Laâyoune-Sakia Al Hamra dont 36 projets dans la ville de Laâyoune, 2 à Boujdour et un projet à Tarfaya.

Les projets sont répartis entre plusieurs secteurs, à savoir l'industrie avec 13 projets d'une valeur de 983 millions dirhams qui généreront 3011 postes d'emploi, l'énergie et les énergies renouvelables avec des projets pouvant créer 400 postes d'emploi, l'immobilier avec 5 projets qui permettront la création de 6005 postes d'emploi et le commerce et les services avec des projets d'une valeur de 181 millions de dirhams pouvant générer 150 postes d'emploi, a expliqué Mme Bensalah-Cheqroun.

La CGEM avait, dans ce sens, signé quatre conventions avec l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), la Fondation Phosboucraa, Microsoft et Injaz Al-Maghrib pour la formation des ressources humaines de la région, a-t-elle ajouté.

Personnalités marocaines et étrangères décorées par SM le Roi à l'occasion de la Commémoration du 40ème anniversaire de la Marche Verte

Voici la liste des personnalités marocaines et étrangères décorées, samedi à Laâyoune, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, à l'occasion de la Commémoration du 40ème anniversaire de la Marche Verte. *Ouissam Al Arch de 2ème Classe (Commandeur) :

- M. Khelihenna Ould Errachid, président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires sahariennes (CORCAS), ancien président du parti de l'Union nationale Sahraouie, un des premiers à avoir répondu à l'appel de l'unité.

- M. Ayoub El Habib, notable des populations du Sahara, un ancien dirigeant du front séparatiste ayant répondu à l'appel la patrie est clémente et miséricordieuse .

- M. El Mokhtar El Jomani, notable des populations du Sahara, connu pour sa défense de l'intégrité territoriale du Royaume.

- M. Ibrahim Ahl Hamad, notable des populations du Sahara, connu pour sa défense de l'intégrité territoriale du Royaume.

- M. Ibrahim Douihi, membre de la première délégation représentant les populations du Sahara à défendre l'intégrité territoriale du Royaume aux Nations Unies en 1966.

- M. Ali Errazma, un des fondateurs du front de libération et de l'unité qui a constamment défendu l'intégrité territoriale du Royaume.

- M. Omar Sbayou, résistant, ayant participé à la défense de l'intégrité territoriale du Royaume.

- M. Ahmed Al Moutawakil, résistant, ayant participé à la défense de l'intégrité territoriale du Royaume.

- M. Ahmed Rahali, une des figures actives dans l'opération de l'équité et réconciliation.

- M. Moubarak El Guerch, des jeunes résistants qui ont participé à la construction de l'économie de la région.

- M. El Bachir Dlimi, résistant ayant participé à plusieurs combats pour la défense de l'intégrité territoriale.

- Feu El Bachir Babet, résistant (le Ouissam est remis à son fils Adnane Babet).

- Feu Salama Derouich, détenu et déporté aux iles canaries après avoir hissé le drapeau national dans une caserne espagnole à Dakhla pendant le protectorat (le Ouissam est remis à son fils Hassan Derouich).

- Feu Lahcen Benmasaoud, résistant et officier des FAR, martyr de l'unité territoriale (le Wissam est remis à son fils Sidati Benmasaoud).

- Feu Atkana Soubai, résistant (le Ouissam est remis à son fils Mohamed Yahdih Soubai)

- Feu Ibrahim Ellayli, résistant, (le Ouissam est remis à sa fille Mme Fatema Ellayli).

- Feu Cheikh Aâbilil, résistant (le Ouissam est remis à sa fille Mme Lamniya Aâbilil)

- M. Mohamed Lamine Hormat Allah, Cheikh ayant participé à l'opération d'identification, ancien résistant et membre de l'armée de libération ayant participé à plusieurs combats, ancien membre du Conseil consultatif des affaires du Sahara, ancien membre de la Communauté sahraouie, ancien détenu en Mauritanie pour ses positions en faveur de la marocanité du Sahara (n'a pas pu se présenter pour des raisons de santé, le Ouissam est remis à son fils Mohamed Hormat Allah).

- M. El Bachir Mouchane, agent d'autorité depuis 1979, occupe actuellement le poste de pacha de la ville de Dakhla, a participé à plusieurs combats historiques.

- M. Akhiar Maa Al Ainine, ancien Membre du Conseil consultatif des affaires du Sahara.

- M. Ahmed Akmach, Cheikh ayant participé à l'opération d'identification, ancien résistant et membre de l'armée de libération.

- M. Hamoudi Laâbidi, Cheikh ayant participé à l'opération d'identification, agent d'autorité depuis 1979, ancien membre de l'union nationale sahraouie (n'a pas pu se présenter pour des raisons de santé, le Ouissam est remis à son fils Bahia Laabidi).

- M. Ahmed Michane, Cheikh ayant participé à l'opération d'identification, agent d'autorité depuis 1979, ancien membre de la Communauté sahraouie.

- M. Ahmed Oueld Souilem, Cheikh ayant participé à l'opération d'identification, Ancien ambassadeur du Royaume du Maroc en Espagne.

- M. Cherif Dlimi, Colonel Major aux Forces Armées Royales, premier gouverneur de la province de Oued Eddahab, a participé à la Marche Verte. (n'a pas pu se présenter pour des raisons de santé, le Ouissam est remis à son fils M. EL Gheilani Dlimi).

- Feu Mohamed Fadel Semlali, premier Pacha de la ville de Dakhla, ancien résistant et membre de l'armée de libération (le Ouissam est remis à son fils M. Mohamed Lamine Semlali).

- Feu Mohamed Hammou, Cheikh ayant participé à l'opération d'identification, ancien Membre du Conseil consultatif des affaires du Sahara, ancien membre de la Communauté sahraouie. (le Ouissam est remis à son fils M. Mohamed Salem Hammou).

- Feu Mohamed Fadel El Khettat, Ancien agent d'autorité à la province d'Aousserd, ancien résistant et membre de l'armée de libération (le Ouissam est remis à son fils M. Othmane El Khettat).

- Feu Ibrahim Houmaid, ancien agent d'autorité, ancien résistant et membre de l'armée de libération (le Ouissam est remis à son fils Hamoudi Houmaid).

- Feu Ahmed Chekkaf, ancien combattant et membre de l'armée de libération. Il a participé à plusieurs batailles historiques et à la marche verte. Il est l'un des signataires de l'acte de renouvellement de la Béia (Allégeance) par les habitants d'Oued Eddahab. Le Ouissam a été remis à son fils Sidati Chekkaf.

- M. Ahmed Agram, ancien résistant et notable des tribus sahraouies.

- M. Mohamed Lamin Abouja, membre de l'armée de libération, ancien agent d'autorité et notable des tribus sahraouies.

- M. El Hassan Raji, agent d'autorité retraité et notable des tribus sahraouies.

- Mme Aïcha Biya, première enseignante de la langue française dans la région et présidente de la section locale de l'Union des femmes du Maroc.

- M. Mohamed Ibrate, membre de l'armée de libération et notable des tribus sahraouies.

- M. Babniya El Kharchi, membre de l'armée de libération, officier supérieur retraité des Forces armées royales et notable des tribus du Sahara marocain.

- Feu Ahmed Salek Abouzid, ancien pacha, ancien résistant et membre de l'armée de libération, ancien président du Conseil provincial de Guelmim et notable des tribus sahraouies. Le Ouissam est remis à son fils, Abdellah Abouzid.

- Feu Ali Bouaïda, ancien gouverneur de la province de Tarfaya, ancien consul général du Royaume à Nouadibou, notable des tribus sahraouies. Le Ouissam est remis à son fils, Omar Bouaïda - Feu Ida ould Tamek, membre de l'armée de libération, ancien officier supérieur des Forces armées royales et notable des tribus sahraouies. Le Ouissam est remis au neveu du défunt, Mohamed Mbark ould Tamek.

* Ouissam Al Moukafaa Al Watania, 3ème classe (Officier) :

- M. Mehdi Belhaj, producteur de cinéma.

- M. Youssef Britel , réalisateur et acteur.

- M. Otmane Benzakour, producteur et directeur de plusieurs œuvres cinématographiques.

- M. Ayoub Quinir, Styliste et réalisateur de cinéma

- M. Martinez Kenneth, alias "Juan Doe", Directeur artistique et dessinateur de bandes dessinées

* Ouissam Al Moukafaa Al Watania, 2ème classe (Commandeur):

- M. Seddik Maâninou, Historien

* Ouissam Al Arch, 2ème classe (Commandeur) :

- M. Fathallah Lamghari Maslouhi, Auteur-compositeur-interprète. Le Ouissam a été remis au fils de sa nièce M. Youssef Chakroun (l'intéressé n'a pas pu se présenter pour des raisons de santé)

* Ouissam Al Moukafaa Al Watania, 2ème classe (Commandeur):

- M. Abdallah Issami, Compositeur.

- M. Abdelhadi Belkhyat, Artiste chanteur.

- Mme Hayat Idrissi, Artiste chanteuse.

* Ouissam Al Moukafaa El Watania, 3ème classe (Officier):

- M. Mohamed Batouli, Parolier.

- M. Karim Tadlaoui, Artiste chanteur et compositeur.

- M. Abdou Cherif, Artiste chanteur.

- Mme Dounia Batma, Artiste chanteuse.

- M. Marouane Hajji, Artiste chanteur.

- Mme Sanaâ Marhati, Artiste chanteuse.

Les Marocains établis en France célèbrent dans la joie et l'allégresse le 40-ème anniversaire de la Marche Verte

Plusieurs marocains établis en France ont célébré, samedi, au parvis des droits de l'Homme à Paris, le 40-ème anniversaire de la Marche Verte dans une ambiance festive et de liesse générale.

Des intellectuels, des artistes et des représentants du tissu associatif ont tenu à être présents à ce rassemblement organisé par une coordination d'associations actives en France, pour réitérer leur mobilisation constante derrière SM le Roi pour le défense des causes sacrées de la Nation.

Brandissant le drapeau national, qui flottait aux côtés des drapeaux tunisien, mauritanien, libyen et égyptien ainsi que des portraits géants de SM le Roi Mohammed VI et de feu SM Hassan II, les participants à cette commémoration ont exécuté des chants de la Marche Verte, qui ont galvanisé tout un peuple à l'occasion de cet événement historique inédit.

Des représentants d'associations présentes à cette manifestation grandiose ont indiqué que la commémoration du 40-ème anniversaire de la Marche Verte à Laâyoune est un message fort de l'attachement de tous les Marocains de Tanger à Lagouira à la marocanité du Sahara.

Ils ont également fait part de leur forte mobilisation pour informer l'opinion publique française de la réalité de la situation dans les provinces du Sud et défendre la cause première du Maroc auprès de toutes les instances internationales.

Dans une déclaration à la MAP, M. Abderrahmane Mekkaoui, expert dans les questions stratégiques et militaires, s'est dit très heureux de participer à Paris à la commémoration du 40-ème anniversaire de la Marche Verte, notant que le Maroc est fermement convaincu que le conflit autour du Sahara est un conflit entre le Royaume et l'Algérie et que les séquestrés des camps de Tindouf sont instrumentalisés par les autorités algériennes dans leurs politiques hégémoniques.

"SM le Roi a réaffirmé dans le discours adressé à la Nation, depuis Laâyoune, l'attachement du Maroc à son intégrité territoriale et à toute solution négociable dans le cadre des Nations unies, pour le règlement du conflit artificiel autour du Sahara entretenu par l'Algérie depuis quarante années", a-t-il dit.

Il a également affirmé que SM le Roi Mohammed VI et le peuple marocain, convaincus de la justesse de la cause première du Royaume, ont résisté à tous les stratagèmes du Polisario et de son mentor l'Algérie, visant à attenter à sa souveraineté et son intégrité territoriale.

Le politologue marocain a rappelé en outre que SM le Roi a adressé des messages importants et très forts aux populations des camps de Tindouf et à l'opinion publique algérienne pour souligner que ce conflit artificiel porte gravement atteinte à l'édification du Maghreb, et a des répercussions très négatives sur les séquestrés des camps de Lahmada, qui sont privés de leurs droits les plus élémentaires à la libre expression et à la circulation.

"Le conflit autour du Sahara est un conflit entre le Royaume et l'Algérie. Les séquestrés des camps de Tindouf sont instrumentalisés par les autorités algériennes dans leurs politiques hégémoniques", a-t-il tranché.

Il a indiqué en outre que le Polisario n'est ni un mouvement de libération, ni un interlocuteur crédible, et ne dispose pas de pouvoirs décisionnels de négociations, mettant l'accent sur la nécessité pour toutes les composantes de la société marocaine de poursuivre le combat et de faire face à toutes les manœuvres des ennemis de la nation, et ce pour mettre un terme à ce différend artificiel qui n'a que trop duré.

M. Mekkaoui a par ailleurs évoqué les projets structurants dans les provinces du Sud annoncés dans le discours royal, soulignant que cette dynamique vise à faire bénéficier les populations de cette région des retombées positives de ces programmes de développement, à leur permettre de gérer elles-mêmes leurs affaires et à tirer profit des ressources naturelles du Sahara. 

Pour sa part, l'artiste Haj Younes a exprimé sa fierté de partager avec les membres de la communauté marocaine établie en France, leur joie à l'occasion de la commémoration de cet événement historique.

Il a, à cet égard rendu un vibrant hommage à toutes les associations actives en France pour leur mobilisation en faveur de la défense des causes sacrées de la Nation.

Laâyoune: SM le Roi préside la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des provinces du Sud

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, accompagné de SAR le Prince Moulay Rachid, a présidé, samedi à Laâyoune, la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, une vision de développement intégrée, fondée sur une analyse objective de la situation dans ces provinces.

Véritable révolution en matière de gestion et de gouvernance, ce modèle, dont le lancement coïncide avec la célébration par le peuple marocain du 40ème anniversaire de la Marche Verte, permettra de poser les bases fondatrices d'une politique intégrée favorisant le renforcement du rayonnement du Sahara comme centre économique et comme trait d'union entre le Maroc et son prolongement africain.

A Son arrivée à la Place du Méchouar, lieu de la cérémonie, le Souverain a salué les couleurs nationales au son de l'hymne national, avant de passer en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs.

SM le Roi a ensuite été salué par le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, le président de la Chambre des Représentants, M. Rachid Talbi Alami, le Président de la Chambre des Conseillers, M. Hakim Benchamach, le ministre de l'Intérieur, M. Mohamed Hassad, le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, M. Cherki Drais et le président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), M. Khalihenna Ould Errachid.

Le Souverain a également été salué par les walis des régions de Laâyoune-Sakia El Hamra, Guelmim-Oued Noun et Dakhla-Oued Eddahab, le président du Conseil régional de Laâyoune-Sakia Al Hamra, les gouverneurs des provinces de Tarfaya, Boujdour et Smara, les présidents des conseils provinciaux de Laâyoune, Tarfaya, Boujdour et Smara, les présidents des Conseils communaux de Laâyoune, El Marsa, Foum El Oued, Dchira et Boucraâ, et le pacha de la ville de Laâyoune.

Par la suite, le Souverain a procédé à la décoration de plusieurs personnalités marocaines et étrangères de Ouissams Royaux, et ce à l'occasion de la commémoration du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

Au début de cette cérémonie, les ministres de l'Intérieur et de l'Economie et des Finances, MM. Mohamed Hassad et Mohamed Boussaid ont présenté devant SM le Roi les grandes lignes du nouveau modèle de développement des provinces du Sud.

M. Hassad a, ainsi, souligné que ce nouveau modèle, qui place le citoyen au centre des priorités, s'articule autour des principes de participation, d'inclusion, de gouvernance responsable et de durabilité.

Ce nouveau modèle participera à la mise en place d'une nouvelle dynamique de développement favorisant la création de postes d'emplois, encourageant l'initiative privée et plaçant la région au service du citoyen, a ajouté le ministre de l'Intérieur.

Pour sa part, le ministre de l'Economie et des Finances a indiqué que ce nouveau modèle, qui mobilise des investissements de l'ordre de 77 milliards de dirhams, vise la création de pôles de compétitivité et repose sur des piliers majeurs à savoir le développement économique, la promotion sociale, la bonne gouvernance, la durabilité et le renforcement de la connectivité.

Au niveau économique, il est prévu la restructuration du secteur des phosphates à travers le projet ''Phosboucraâ de développement industriel'', la promotion du secteur agricole et de celui de la pêche maritime et le développement de l'éco-tourisme, a précisé M. Boussaid.

Au plan social, le nouveau modèle de développement des provinces du Sud prévoit la construction du Centre Hospitalier Universitaire de Laâyoune et d'une Technopole à Foum El Oued, et la promotion de la culture Hassanie à fin d'en faire un levier de développement local.

Au volet ''Durabilité et connectivité'', le nouveau modèle se fixe trois principaux objectifs notamment la protection des richesses hydriques et halieutiques, le développement des énergies renouvelables, la préservation des systèmes naturels et de la diversité, le renforcement de la connexion des provinces du Sud avec les provinces et préfectures du Royaume ainsi qu'avec le reste du Monde.

Le Président de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra, M. Hamdi Ould Errachid, a, pour sa part, présenté le projet de développement de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra (2016-2021), qui concernera les provinces de Laâyoune, Smara, Boujdour et Tarfaya.

M. Hamdi Ould Errachid a exprimé, en son nom et en celui des populations de la région, leurs marques de fidélité et leur attachement indéfectible au Trône alaouite ainsi que leur fierté de cette visite royale.

Le directeur général de l'Office Chérifien des Phosphates (OCP), M. Mustapha Terrab, a souligné que l'Office compte, dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, procéder à la réalisation d'un nouveau complexe industriel pour la production d'engrais (16,8 MMDH), ainsi que la construction d'une Technopole à Foum El Oued (2 MMDH) qui abritera l'Université multidisciplinaire Mohammed VI de Laâyoune, un Lycée d'Excellence et un Centre de qualification des compétences.

Intervenant à cette occasion, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Mme Miriem Bensaleh-Cheqroun, a affirmé que la CGEM accompagnera la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud à travers la mobilisation d'investissements et la création d'emplois dans ces provinces.

Dotée d'une enveloppe budgétaire de 5,4 MMDH, cette initiative de la CGEM prévoit la réalisation de 59 projets dans divers domaines (énergie, immobilier, commerce, services, transport, éducation, santé), permettant la création à terme de 10.300 postes d'emplois.

Le ministre de l'Equipement, du transport et de la logistique, M. Aziz Rebbah a, pour sa part, présenté le projet de réaménagement de la route nationale n 1 entre Tiznit et Dakhla (8,5 MMDH). Ce projet, qui bénéficiera aux populations des régions de Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra, et Dakhla-Oued Eddahab, sera réalisé dans un délai de six ans et portera sur près de 1.055 km.

Le ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, a, quant à lui, indiqué qu'il sera procédé, dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, à la réalisation de deux projets structurants permettant d'insuffler une nouvelle dynamique à l'économie agricole au niveau de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Ces deux projets portent sur la mise en valeur agricole de 1.000 hectares à Boujdour (465 Millions DH) et le développement du programme de l'agriculture solidaire dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra (1,1 MMDH).

De son côté, le ministre de la Santé, M. El Houssaine El Ouardi a fait observer que le CHU qui sera réalisé à Laâyoune (1,2 MMDH) offrira des prestations de troisième génération. D'une capacité de 500 lits, ce centre hospitalier de référence comprendra des pôles d'excellence dans diverses spécialités (mère enfant, oncologie, psychiatrie, urgences).

Le Souverain a, par la suite, présidé la cérémonie de signature de cinq conventions relatives à la mise en œuvre du modèle de développement des provinces du Sud.

Près de 4.000 personnes ont assisté à cette cérémonie, dont le Chef du gouvernement, les présidents des deux Chambres du Parlement, les conseillers de Sa Majesté le Roi, les membres du gouvernement, les élus, notables et chioukhs des tribus des provinces du Sud.

Au terme de cette cérémonie, SM le Roi a offert un déjeuner en l'honneur des personnalités présentes, présidé par SAR le Prince Moulay Rachid. 

Le discours royal, "décisif" dans le parachèvement du processus d'édification et de développement dans les provinces du sud

Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI, vendredi soir, à la nation à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte, est "décisif" dans le parachèvement du processus d'édification et de développement engagé dans les provinces du Sud, a souligné Taher Bahbouhi, professeur de sciences politiques à la faculté de droit Rabat-Agdal.

Le discours royal a souligné que le Maroc poursuit ses plans de développement, alors que les adversaires de son intégrité territoriale continuent de perdre leur temps en recourant aux manœuvres contre le Royaume, a relevé M. Bahbouhi dans une déclaration à la MAP, ajoutant que le discours a clairement consacré la gouvernance territoriale à travers la régionalisation avancée et la ferme mobilisation face aux ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc.

SM le Roi a également mis l'accent sur le développement important qu'a connu le Maroc dans le cadre de l'édification de l'Etat moderne et du lancement des grands chantiers, en particulier celui de la régionalisation avancée initié depuis les provinces du Sud, a-t-il constaté, précisant que le discours royal a de même adressé un message à la communauté internationale signifiant que le Maroc est dans son Sahara et qu'il est déterminé à aller de l'avant dans le développement de ses provinces du Sud, dans le cadre de la mise en oeuvre de ses prérogatives de souveraineté sur l'ensemble de ses territoires, sans distinction aucune.

Et de relever que SM le Roi a également réaffirmé que l'initiative d'autonomie est le maximum que le Maroc peut offrir et qu'il n'existe de principe autre que celui de l'autonomie.

Le Souverain a de même réitéré la détermination du Maroc à défendre ses droits légitimes et à faire face à toute tentative visant à remettre en question le statut juridique du Sahara, a noté l'universitaire.

Evoquant par ailleurs la portée de la visite royale à la ville de Laâyoune, il a estimé qu'elle constitue un événement historique et "une nouvelle Marche verte" vers les provinces du Sud illustrant ainsi la cohésion historique continue entre les habitants de ces provinces et le glorieux Trône alaouite. 

Le discours royal à Laâyoune souligne les potentiels énormes des provinces du Sud

Le discours de SM le Roi Mohammed VI, adressé vendredi soir depuis Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, a souligné que les provinces du Sud disposent désormais de potentiels énormes de nature à favoriser un saut qualitatif en matière de développement dans ces régions, a affirmé le président de l'Université Ibn Zohr d'Agadir, Omar Halli.

Le discours royal met l'accent sur la nécessité de rompre avec l'économie de rente, d'entreprendre un bond qualitatif dans la productivité des provinces du Sud et d'améliorer leur rendement économique, à travers la réalisation d'infrastructures qui soient en phase avec les objectifs escomptés, tels le grand port Atlantique de Dakhla et les importants projets d'énergie solaire et éolienne dans le Sud, a souligné M. Halli dans une déclaration à la MAP.

Les infrastructures d'envergure permettront aux habitants des provinces du Sud de tirer profit des ressources de la région et de renforcer le rôle qui échoit à ces provinces à tous les niveaux, en tant que porte vers l'Afrique, a-t-il ajouté, notant que cette démarche est de nature à accompagner les initiatives marocaines, notamment les différentes visites effectuées au plus haut niveau aux pays d'Afrique, et à consolider la coopération dans les domaines économique, social et culturel s'appuyant sur l'unité religieuse et les liens historiques. 

Le discours royal met aussi l'accent sur la nécessité d'accorder un intérêt particulier à la culture hassanie, à travers la mise en place de centres qui soient en mesure de jouer ce rôle, a poursuivi M. Halli, faisant savoir que SM le Roi, qui a dénoncé la situation déplorable à Tindouf que l'Algérie veut sciemment perpétuer en dépit des ressources dont elle dispose, a rappelé que le Maroc honore toujours ses engagements.

Le discours a souligné que la demande d'aides humanitaires est fondée sur une approche politique des dirigeants algériens visant à se servir des 40 mille individus à Tindouf comme butin de guerre pour exercer un chantage contre la communauté internationale sans prendre en considération les conditions inhumaines dans lesquelles vivent ces populations depuis quatre décennies.

SM le Roi a également indiqué que le Maroc dispose de toutes les conditions requises pour un essor de ces régions qui font partie de la mère patrie, réitérant que le pays reste toujours clément et miséricordieux.

Le discours Royal à Laâyoune, "une feuille de route" pour la relance du patrimoine sahraoui 

Le discours royal adressé à la Nation à l'occasion de la célébration du quarantième anniversaire de la Marche Verte constitue "une feuille de route" pour la relance et le renforcement du patrimoine sahraoui, a affirmé l'anthropologue Faouzi Skali.

"Dans le cadre de l'application du modèle de développement des provinces du Sud du Royaume, le Souverain a mis l'accent sur les efforts déployés pour renforcer les mécanismes de préservation du patrimoine sahraoui et les efforts de sensibilisation, à travers notamment la construction de théâtres, de musées et de maisons de culture dans les régions du Sud", a souligné M. Skali dans une déclaration à la MAP.

Le discours royal est venu affirmer que le Maroc, qui a tout mis en œuvre pour tenir ses promesses, continue de lancer des chantiers structurants et des projets pourvoyeurs d'emploi, a-t-il dit.

SM le Roi Mohammed VI exprime ''la vision d'une nation qui s'est construite aussi bien tout au long de l'histoire (...), que durant l'histoire plus récente qui s'écrit, d'une façon volontariste, par un ensemble de réalisations concrètes, notamment l'élargissement continu des réseaux d'infrastructures ou les réalisations culturelles ou politiques en place ou à venir", a-t-il tenu à préciser.

Selon l'anthropologue, le Discours royal n'est nullement un discours de circonstances mais bien un discours qui s'exprime de façon claire, sans langue de bois. 

Dans ce discours, le Souverain décline les différentes étapes qui ont jalonné l'émergence du Maroc actuel et invite l'ensemble des citoyens marocains à participer activement dans l'appropriation des réalisations. 

''C'est le sens même du grand projet politique de la régionalisation avancée qui est celle d'une démocratie participative et de valorisation du patrimoine culturel et humain et du + patrimoine immatériel+ dont SM le Roi avait déjà souligné l'importance essentielle'', a-t-il ajouté. 

Dans ce cadre, a-t-il poursuivi, les institutions sont aujourd'hui en place et prêtes pour que les citoyens et l'ensemble des régions assument pleinement leur destin. 

Il a également fait savoir que le discours royal est un "appel à un sursaut de conscience, à s'engager avec confiance dans les chantiers nombreux qui sont ouverts notamment ceux à caractère humain, la promotion d'une culture du respect du citoyen et de ses droits, et d'une justice et solidarité sociales.

Le discours est aussi un appel pour prendre conscience de l'importance de la valorisation et de la fructification d'un patrimoine culturel et identitaire dans "la consolidation et la défense de notre dignité, de nos valeurs et de nos libertés", a-t-il dit.

Marche verte:Le discours royal se caractérise par une rupture avec les méthodes anciennes du traitement de la question de l'intégrité territoriale 

Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la Nation, vendredi soir depuis Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, se caractérise par la rupture avec les méthodes anciennes du traitement de la question de l'intégrité territoriale, a souligné Mohsine Idali, enseignant chercheur à l'université Moulay Slimane de Béni Mellal.

Le discours royal était décisif et clair en ce qui concerne la première cause nationale, la mise en œuvre de la régionalisation avancée et la lutte sans merci contre les manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale particulièrement l'Algérie, a déclaré M. Idali à la MAP.

SM le Roi, qui a insisté sur l'unité du Maroc, a envoyé un message fort aux ennemis qui doutent de la marocanité du Sahara, a-t-il ajouté, notant que le Souverain a souligné que l'Initiative marocaine d'autonomie est le maximum que le Maroc peut offrir.

Le discours royal marque également une rupture avec l'économie de rente et de la concentration administrative afin de permettre aux habitants du Sahara Marocain de jouir pleinement de leurs droits, de vivre dignement et de s'intégrer complètement dans la vie socio-économique, a fait savoir l'universitaire, relevant que le Souverain a mis en avant les efforts politiques déployés par le Maroc ces dernières années pour la mise en œuvre du modèle de développement et de régionalisation avancée, particulièrement dans les provinces du Sud dont les habitants sont connus pour leur dignité, leur fierté, leur savoir et leur attachement au glorieux Trône alaouite.

M. Idali a aussi fait savoir que SM le Roi a appelé le gouvernement à accélérer la mise en œuvre des lois relatives au transfert des prérogatives du centre vers les régions et à examiner les mécanismes de mobilisation des ressources humaines et matérielles, outre la structuration de l'aide sociale dans le cadre de l'équité sociale et de la préservation du patrimoine immatériel Sahraoui.

Le discours royal a également mis l'accent sur les conditions inhumaines (pauvreté, désespoir et marginalisation) dans lesquelles vivent la population de Tindouf, a rappelé l'universitaire, ajoutant que le Souverain s'est interrogé sur la destination des fonds accordés sous forme d'aides humanitaires, l'enrichissement illicite des dirigeants du polisario et l'indifférence de l'Algérie à l'égard de cette population estimée à 40 mille habitants seulement.

40è anniversaire de la Marche Verte : Une caravane aux couleurs nationales à Abidjan, en célébration de l'évènement

Une caravane placée sous le thème "Marocains de Côte d’Ivoire : Une mobilisation constante et renouvelée au service de la noble cause nationale", a sillonné vendredi les différentes artères de la métropole économique ivoirienne, Abidjan, en célébration du 40è anniversaire de la Glorieuse Marche Verte. 

Aux rythmes de l’hymne national et de chants patriotiques et dans une ambiance festive et de liesse générale, la caravane ornée de couleurs nationales, de portraits géants de SM le Roi Mohammed VI et de Feu SM Hassan II ainsi que de photographies immortalisant les grandes étapes de la glorieuse Marche Verte, a été l’occasion de partager avec le peuple Marocain la joie et la fierté de célébrer cet heureux évènement. 

Au départ de la Zone 4, en direction du quartier de Marcory, puis à la Riviera, en passant par Cocody, le quartier administratif et financier du Plateau puis à Treichville, la Caravane de la Marche Verte a sillonné différents quartiers de la métropole ivoirienne. 

Fruit d’un partenariat entre l’association "Al Amal’’ pour la jeunesse marocaine en Côte d’Ivoire et l’association des Commerçants Marocains de Côte d’Ivoire, cette manifestation qui a pour objectif de sensibiliser et informer le grand public sur cet événement majeur, tend également, selon ses initiateurs, à associer les Ivoiriens à cette fête nationale, tout en permettant aux Marocains installés en Côte d’Ivoire d’unir leur voix pour réitérer leur mobilisation indéfectible derrière SM le Roi Mohammed VI pour la défense de la noble cause nationale. 

L’initiative qui bénéficie de l’appui des autorités ivoiriennes, se veut aussi une illustration éloquente de la profondeur et de l’exemplarité des liens séculaires unissant les deux peuples marocain et ivoirien, frères et amis de longue date, mais aussi les rapports distingués et solides unissant SM le Roi Mohammed VI et le président ivoirien, Alassane Ouattara. 

Le Huffington Post souligne la haute teneur et la profondeur stratégique du discours Royal

Le quotidien américain à grand tirage, Huffington Post, a souligné, dans son édition de samedi, la haute teneur et la profondeur stratégique du discours prononcé, vendredi à Laâyoune, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, en mettant en avant l'"enthousiasme" et la "passion" populaires suscités aussi bien par l'adresse Royale que par la visite du Souverain dans cette partie du Royaume.

"Les images vidéo montrent la liesse populaire et la communion qu'a suscitées la visite Royale à Laâyoune, où des dizaines de milliers de citoyens sont sortis pour accueillir leur Souverain", note la publication américaine dans une contribution signée par Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d'administration de plusieurs thinks tanks US, sous le titre : "L'Unité marocaine et le développement du Sahara: L'engagement du Roi".

En plus de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, le Souverain a annoncé dans Son discours une série de projets de développement de grande envergure pour les provinces du Sud, y compris une nouvelle ligne ferroviaire, des réseaux routiers, des aéroports, ainsi que des projets structurants dans les domaines social, médical et d'éducation, rappelle le Huffington Post, qui a posté sur son site en ligne un enregistrement vidéo de l'arrivée de Sa Majesté le Roi à Laâyoune.

Le journal américain relève, en outre, le contraste entre le développement tous azimuts dans les provinces du sud où les citoyens sont à la fois le moteur et la finalité de cette marche vers le progrès dans un cadre épanouissant et inclusif et, de l'autre côté, les affres et l'oppression que subissent les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, où les dirigeants du polisario s'adonnent au détournement à l'échelle industrielle des aides internationales pour assouvir leur cupidité, sous le regard bienveillant et complice du pouvoir algérien.

"Où sont passées les centaines de millions d'euros accordées sous forme d'aides humanitaires, lesquelles dépassent les 60 millions d'euros par an, sans compter les milliards affectés à l'armement et au soutien de la machine de propagande et de répression utilisée par les séparatistes?", a dit le Souverain dans Son discours, cité par la publication américaine.

Le Huffington Post fait observer que "les initiatives de Sa Majesté le Roi en matière de développement économique et social s'inscrivent dans le cadre d'une stratégie politique de haute portée, à savoir la régionalisation qui garantit aux habitants des différentes régions du Royaume, y compris les provinces du sud, de gérer leurs affaires et d'élire leurs représentants en toute liberté et autonomie".

"Les bénéfices de cette dynamique vertueuse de développement représentent une opportunité pour tous les Sahraouis y compris ceux qui sont séquestrés dans les camps de Tindouf, dont des centaines réussissent chaque année à fuir ce mouroir à ciel ouvert à leurs risques et périls", souligne le Huffington Post, ajoutant que le discours de Sa Majesté le Roi a été dans ce cadre "un appel d'espoir pour une meilleure qualité de vie dans le progrès et la prospérité".

Marche Verte: Le discours royal est "fort et émouvant à plusieurs égards"

Le discours historique de SM le Roi Mohammed VI, prononcé vendredi soir depuis Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte est un discours fort et émouvant à plusieurs égards, a souligné, Nadir Moumni, professeur du droit constitutionnel à la Faculté de droit de Souissi (Université Mohammed V de Rabat).

Dans une déclaration à la MAP, M. Moumni estime que le discours royal caractérisé par "le sérieux, la force et l'audace", constitue un moment émouvant, car il coïncide avec la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte qui demeure un moment d'interrogation et d'évaluation pour la prospection de l'avenir dans les provinces du sud, eu égard à la force des positions annoncées dans ce discours.

Selon M. Moumni, le discours royal a mis l'accent sur une approche qui lie le développement à l'accès aux droits socio-économiques et culturels, à une gouvernance territoriale démocratique et à la garantie effective des droits civils et politiques, soulignant que ce discours a été l'occasion pour annoncer une batterie de décisions relatives essentiellement à la mise en place de grandes infrastructures dans les provinces du sud, prises suite aux propositions du Conseil économique, social et environnemental (CESE) relatives au développement de cette région.

A ce propos, M. Moumni rappelle que le discours royal a annoncé le lancement de plusieurs chantiers pour la promotion de plusieurs secteurs particulièrement les infrastructures qui contribueront non seulement à la promotion économique, mais constitueront également un outil d'intégration sociale et un moyen pour lier le Maroc et les provinces du sud à l'Afrique et l'Europe.

Le deuxième niveau qui caractérise le discours royal est relatif à la gouvernance territoriale, car le Souverain a lancé le processus qui donnera "la primauté aux provinces du Sud pour la mise en oeuvre de la régionalisation avancée".

M. Moumni a indiqué que parmi les points forts du discours, figure l'appel du Souverain à faire face "à toute tentative visant à remettre en question le statut juridique du Sahara marocain et à contester l'exercice par notre pays de la plénitude de ses pouvoirs sur son territoire, tant dans ses provinces du Sud que celles du Nord".

Il a également souligné que le discours royal a également mis l'accent sur la situation "des enfants libres et dignes du Sahara" dont "le drame a été exploité en faisant d'eux un butin de guerre, un fonds de commerce illégitime et un moyen de lutte diplomatique". 

Marche Verte: La ville d'Orlando rend un vibrant hommage au Maroc

Un fort et vibrant hommage a été rendu, vendredi soir, au Maroc par la ville d'Orlando (Etat de Floride), à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, dans le cadre de "la Nuit de l'héritage marocain".

Le drapeau marocain a ainsi flotté très haut à l'Amway Center, lors de la cérémonie d'ouverture du premier match de la saison de l'équipe de basketball des Orlando Magics contre les Toronto Raptors, en présence de plus de 18.000 personnes, dont une grande représentation de la communauté marocaine venue nombreuse des villes de Floride et d'autres Etats US.

Cette grande cérémonie, initiée par la Chambre du commerce maroco-américaine (MACC), en collaboration avec ses partenaires et sponsors notamment l'Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), a été marquée par des numéros de danses et de chants marocains, ponctués par l'interprétation émouvante de la chanson culte "Laâyoun Ainiya" par le chanteur de Rai Douzi.

"L'événement est unique en son genre du fait qu'il coïncide avec le quarantième anniversaire de la Marche Verte et constitue une occasion pour célébrer cette glorieuse épopée dans une ambiance maroco-américaine", a indiqué à la MAP, le consul général du Maroc à New York, Mohammed Benabdeljalil.

M. Benabdeljalil s'est dit heureux du choix de mettre le Maroc dans sa riche diversité à l'honneur lors de cette manifestation qui se propose de démontrer les valeurs de patriotisme sincère et profond des Marocains d'Amérique et de Floride en particulier, et de réitérer leur attachement indéfectible à la souveraineté du Royaume sur ses provinces du Sud.

Cet événement d'envergure a été le fruit d'un travail assidu pendant plusieurs mois avec la National Basketball Association (NBA), qui choisit chaque année un pays pour organiser une nuit en son hommage lors de la "Opening Season", a fait savoir, pour sa part, le président de la Chambre de commerce maroco-américaine (MACC), Ahmed Zakari, relevant que la coïncidence avec le 40ème anniversaire de la Marche Verte "nous a donné plus de motivation à poursuivre un tel but".

"Il s'agit là d'une nuit magique pour le Maroc et les Marocains résidant en Floride et aux Etats-Unis qui sont venus nombreux pour célébrer, non seulement leur attachement à leur pays mais aussi les valeurs de paix et de tolérance, et faire part de leur volonté d'intégration dans leur pays d'accueil", a-t-il souligné.

De son côté, un responsable de l'équipe d'Orlando Magics, Matan Cohen, s'est félicité du succès énorme de cette initiative ayant permis aux Marocains notamment de la ville d'Orlando et de l'Etat de Floride, qui représentent une communauté dynamique, de partager un moment unique de leur histoire dans un contexte américain.

Brandissant les drapeaux marocains, les membres de la communauté marocaine ont tenu à exprimer leur attachement profond à la Mère Patrie qui a réussi à tracer son chemin avec détermination vers le progrès, ainsi que leur engagement constant pour la défense des grandes causes de la nation et à leur tête la question du Sahara marocain.

Sit-in des Marocains devant le parlement norvégien pour réaffirmer leur attachement à la marocanité du Sahara

Des marocains résidant en Norvège ont organisé, vendredi, un sit-in devant le parlement de ce pays scandinave pour réaffirmer leur attachement à la marocanité du Sahara, dans le cadre de la commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte.

Les participants à cet évènement ont souligné l'engagement de l'ensemble des composantes du peuple marocain pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume et pour faire face à toute tentative visant l'atteinte à la souveraineté nationale. 

Venus de différentes régions de la Norvège, ces Marocains ont scandé des slogans comme "le Sahara est et restera marocain", "Oui aux relations maroco-norvégiennes" et "Non à l'atteinte à notre intégrité territoriale".

Les membres de la communauté marocaine résidant dans ce pays nordique ont également brandi les drapeaux du Maroc, appelant au renforcement des relations entre Oslo et Rabat. 

D'autre part, des acteurs associatifs en Norvège ont appelé, dans un communiqué, le parlement norvégien à assurer une protection "à nos frères marocains séquestrés dans les camps de Tindouf sur le sol algérien contre la répression du polisario". Ils ont rappelé à ce propos les appels formulés par les organisations des droits de l'Homme en vue de permettre à ces populations de jouir des droits garantis par les lois internationales, dont le droit à la mobilité. 

Ils ont en outre relevé l'intérêt accordé par la communauté marocaine de Scandinavie à la promotion des relations entre le Maroc et la Norvège, exprimant leur disposition à contribuer activement pour ce faire sur tous les plans économique, culturel et social. 

Par ailleurs, ils ont réitéré leur solidarité avec les Marocains sahraouis retenus contre leur gré dans les camps de Tindouf, regrettant le silence de certains partis politiques norvégiens face à la répression et aux violations des droits de l'Homme les plus fondamentaux à l'encontre de ces habitants, rappelant à cet égard l'absence du recensement de la population des camps et l'instrumentalisation des souffrances des séquestrés pour le détournement massif et systématique par les dirigeants du polisario des aides humanitaires fournies par les donateurs internationaux, dont la Norvège. 

Les provinces sahariennes jouissent, sous souveraineté marocaine, de tous les droits reconnus aux échelles internationale et nationale et recueillent actuellement les fruits des programmes du développement durable mis en place par le gouvernement dans l'ensemble du territoire national.

Marche Verte: un discours royal historique porteur de fortes significations

Le discours historique de SM le Roi Mohammed VI, prononcé vendredi soir depuis la ville de Laâyoune à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, est porteur de fortes significations en ce sens que les positions adoptées par le Maroc ne sont pas aléatoires mais conçues sur la réflexion et la concertation collective, a indiqué Benyouness Marzouki, professeur de droit constitutionnel à l'Université Mohammed 1er d'Oujda.

Le discours royal s'est basé, dans l'esprit, sur le modèle de développement des provinces du sud, les travaux de la commission royale consultative de la régionalisation et les dispositions de la Constitution de 2011, a indiqué M. Marzouki dans une déclaration à la MAP, soulignant que cela montre clairement que le Maroc préparait toutes les conditions requises pour mettre en place la régionalisation avancée au profit de toutes les régions du Royaume.

La régionalisation avancée constitue de ce fait une plateforme solide pour le projet d'autonomie dans les provinces du Sud, a expliqué M. Marzouki.

Il a également souligné que le discours royal était franc et direct en mettant l'accent sur l'initiative d'autonomie qui reste le maximum que le Maroc puisse proposer pour la solution du conflit du Sahara, non seulement en tant que proposition de négociations mais également en tant que model de développement économique intégré, basé sur l'infrastructure nécessaire et appuyée d'une politique sociale. 

Le discours royal est venu aussi réfuter toutes les fausses allégations au sujet de l'exploitation des richesses dans la région et des droits de l'Homme et a mis les ennemis devant leurs responsabilités historiques surtout en ce qui concerne la situation des séquestrés dans les camps de Tindouf qui se sont transformés en fonds de commerce destiné à solliciter des aides internationales qui sont détournées à des fins personnelles, a également relevé M. Marzouki.

Selon M. Marzouki, le discours royal a souligné la détermination du Maroc à défendre ses intérêts légitimes et faire face à toutes les tentatives visant à semer le doute sur la situation juridique des provinces du Sud, vu que le Maroc exerce la plénitude de ses pouvoirs sur l'ensemble de son territoire.

Match de gala: Maradona à Laâyoune pour participer aux célébrations du 40e anniversaire de la Marche verte

L'ancienne gloire internationale du football argentin et mondial, Diego Armando Maradona, était présent le 6 novembre à Laâyoune aux côtés d'une pléiade de stars mondiales du ballon rond pour participer à un match de gala célébrant le 40e anniversaire de la Marche verte.

Dès son arrivée à l'aéroport Hassan 1er de Laâyoune, un accueil des plus enthousiaste a été réservé à l'ancien champion du monde (1986) avec l'Albiceleste qui a déclaré à la foule venue nombreuse le saluer: "Vous êtes tous dans mon coeur".

Au stade du Cheikh Mohamed Laghdaf de Laâyoune, Maradona accompagné d'autres stars du football comme Abedi Pelé, Abou Trika ou encore George Weah ont fêté tous ensemble dans la joie et la bonne humeur cet instant historique.

A l'entame du match, c'est bien évidemment Maradona qui a inscrit le premier but d'une frappe cadrée à l'extérieur de la surface de réparation donnant ainsi le coup d'envoi de l'excitation du public qui s'est rappelé l'épopée de l'ancienne star argentine.

Après une prestation honorable et freinée par une surcharge pondérale de l'icone du football argentin, Maradona, capitaine de l'équipe, a regagné le banc de touche saluant le public à sa manière et exprimant sa gratitude aux supporters et au peuple marocain.

Dans une déclaration à la presse, Maradona a affirmé que "les Marocains sont un peuple magnifique et qui m'ont très bien accueilli", exprimant son souhait de visiter la prochaine fois le Royaume pour y passer des vacances, mais aussi pour prendre part à des événements.

"Je serai ravi d'entrainer au Maroc", a confié l'ancien coach de la sélection argentine.

Pour leurs parts, Abedi Pelé, George Weah, Salah Eddine Bassir, Hajji, Said-Al-Aouirane et Nader Sayed, ont tenu à assister à ce grand rendez vous et faire vivre au public des instants de joie et de bonheur et revivre les souvenirs d'un avenir proche.

Dans des déclarations à la MAP, ces joueurs ont tous exprimé leur entière joie de participer à ce match de gala, organisé par la Fédération royale marocaine de football, placé sous le signe de la "citoyenneté et la paix".

"Etre présent à Laâyoune avec une pléiade de stars ne peut que constituer un moment de célébration et de fête" a déclaré Said-Al-Aouirane, indiquant que c'est sa première visite à Laâyoune dont les habitants sont d'une simplicité et d'une gentillesse extraordinaire démontrée notamment à travers leur accueil chaleureux réservé à SM le Roi Mohammed VI.

De son côté, l'ancien gardien de but des Pharaons, Nader Sayed, a souligné qu'il est de leur devoir en tant que joueurs d'envoyer un message humanitaire noble démontrant que les droits peuvent être récupérés avec les moyens de paix, ajoutant que la programmation d'un match de football célébrant le 40e anniversaire de la Marche verte constitue un vecteur de "paix et de communion".

A son tour, l'ancien attaquant des Lions de l'Atlas, Salah Eddine Bassir, a relevé la symbolique de cet événement et a adressé ses vœux à SM le Roi Mohammed VI et au peuple marocain en général, notant que la présence des meilleurs joueurs a donné à ce match un aspect très particulier.

Mustapha Hajji a déclaré, quant à lui, que le contexte de la programmation de ce match est extrêmement importante et souligne l'attachement au pays des habitants de cette région du Royaume.

Le discours royal à Laâyoune est à la fois fondateur et mobilisateur

Le discours de SM le Roi Mohammed VI, vendredi soir depuis Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, est à la fois fondateur et mobilisateur, a affirmé le président de l'Institut marocain des relations internationales (IMRI), Jawad Kerdoudi.

''Le discours du Souverain est à la fois fondateur et mobilisateur dans la mesure où il trace une feuille de route politique, économique et sociale pour les prochaines années'', a souligné M. Kerdoudi dans une déclaration à la MAP. 

Au niveau politique, SM le Roi a réaffirmé que l'Initiative d'autonomie pour les provinces du Sud est le maximum que le Maroc puisse offrir, livrant ainsi une clarification supplémentaire sur la position du Royaume concernant le Sahara, a expliqué le président de l'IMRI, notant que le Souverain a aussi souligné la mise en œuvre de la régionalisation avancée pour consolider l'intégrité territoriale et l'intégration totale des provinces du Sud au sein de la mère patrie.

Sur le même registre, SM le Roi a également renouvelé l'appel de clémence et de miséricorde de la patrie à l'adresse des séparatistes repentis, tout en dénonçant l'hostilité de l'Algérie qui mène une croisade militaire et diplomatique contre le Maroc et son intégrité territoriale sans rien faire pour améliorer les conditions de 40 mille individus à Tindouf qui vivent dans la misère et ne disposent même pas de logements décents, a-t-il poursuivi.

Toujours au plan politique, le discours royal souligne que le Maroc continue à poursuivre sa politique de promotion des droits de l'Homme avec la contribution du Conseil national des droits de l'Homme et ses commissions régionales, notant que les provinces du Sud jouissent de la démocratie grâce aux élections qui se sont tenues au Maroc et que les élus sont les représentants légitimes des populations des provinces du Sud, a relevé M. Kerdoudi.

SM le Roi a aussi souligné, dans son discours, la stabilité et la sécurité au Sahara qui constitue l'une des zones les plus sûres dans la région du Sahélo-saharienne.

Sur le Plan économique, SM le Roi a relevé l'importance du nouveau modèle de développement des provinces du Sud dans la promotion de l'initiative privée pour qu'elle puisse prendre la relève de l'Etat et du secteur public, notant dans ce sens l'importance d'un cadre juridique incitatif pour l'investissement, a indiqué M. Kerdoudi. 

Le Souverain a, dans ce cadre, annoncé la mobilisation des moyens nécessaires pour la réalisation de projets d'envergure notamment une voie express, aux normes internationales, entre Tiznit, Laâyoune et Dakhla, la mise en œuvre du grand projet de dessalement de l'eau de mer à Dakhla et la mise en place d'unités et de zones industrielles à Laâyoune, Marsa et Boujdour, a-t-il fait savoir.

Pour M. Kerdoudi, le volet social a été aussi au centre du discours royal lorsque le Souverain a chargé le gouvernement de restructurer le dispositif de soutien social pour le rendre plus transparent et plus équitable, sans oublier l'aspect culturel avec la promotion de la culture Hassanie et du patrimoine sahraoui.

Marche verte: Soirée culturelle marocaine à l'Université de Copenhague

L'Université de Copenhague a accueilli vendredi une soirée culturelle aux rythmes, aux sons et aux saveurs du Maroc, un évènement qui s'inscrit dans le cadre de la célébration par les Marocains du Danemark du 40ème anniversaire de la marche verte.

Organisé par le Forum maroco-danois et l'ONG ''Nasim'' regroupant étudiants et universitaires du pays scandinave, la soirée tenue dans un grand amphithéâtre, a été un véritable voyage à la découverte de quelques facettes de l'histoire, de la culture et de la gastronomie marocaine ainsi qu'un moment pour partager la commémoration d'un évènement phare de l'histoire contemporaine du Royaume. 

L'assistance a eu en outre à découvrir et apprécier une série de chansons patriotiques du répertoire musical du Royaume, dont 'Nidae Al Hassan''.

La commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte, évènement unique dans les annales de l'histoire de la décolonisation, sert d'occasion idoine de partage et de dialogue avec nos compatriotes danois sur l'histoire et la civilisation millénaire de notre pays d'origine, le Maroc, a indiqué Ahmed Sghir du Forum maroco-danois, basé à Copenhague.

C'est aussi une opportunité, selon nombre de participants marocains, pour expliquer comment cette marche a permis au Royaume de parachever son intégrité territoriale de manière pacifique et civilisationnelle, et rappeler la détermination inébranlable de l'ensemble des Marocains à défendre les causes nationales et soutenir le processus de développement socio-économique du Maroc.

Un centre de recherche international qualifie de "franc" et "courageux" le discours royal à l'occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte

Le Centre Sud Nord pour le dialogue Interculturel et les Etudes sur la Migration a qualifié de "franc" et "courageux" le discours de SM le Roi Mohammed VI, prononcé vendredi soir à Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche verte.

"Il s'agit d'un discours historique, franc et courageux à plus d'un titre", a souligné le président du centre, Moha Ennaji dans une déclaration à la MAP, ajoutant que SM le Roi a montré que le Maroc est un pays souverain et crédible puisqu'il respecte ses principes et remplit ses promesses. 

M. Ennaji, qui est également professeur à l'université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès, a à cette occasion rappelé les sacrifices énormes consentis par le Royaume pour défendre son intégrité territoriale et soutenir le développement des provinces du Sud. 

Le discours royal a souligné la nécessité de la mise en œuvre de la régionalisation avancée dans les provinces du Sud dans le cadre de la démocratie participative, a-t-il rappelé, précisant que le Souverain a lancé un appel aux habitants et aux élus de ces régions afin d'assurer une gestion efficace et responsable des affaires locales et régionales avec l'objectif d'encourager l'investissement et de créer davantage d'emplois en vue d'améliorer le niveau de vie de la population. 

SM le Roi a fait savoir que la légitimité démocratique et populaire que les élus des provinces du Sud ont acquise fait d'eux les représentants authentiques des populations de ces provinces, tant au niveau des institutions nationales que dans leurs rapports avec la communauté internationale, tout en rappelant que le Maroc, en mettant en application la régionalisation avancée, ne fait que conforter sa crédibilité et réaffirmer le respect de ses engagements. 

Pour M. Ennaji, le Souverain a clairement exprimé sa volonté de poursuivre le développement des provinces du Sud dans tous les domaines économique, social et culturel à travers un vaste programme d'investissements pour la réalisation de grands projets relatifs au transport, à l'énergie solaire et éolienne, à l'infrastructure, aux services, et d'autres projets considérables générateurs de revenus et permettant d'assurer l'intégration des provinces du Sud dans le processus de développement que connaît le Maroc. 

SM le Roi a également loué la stabilité et la sécurité qui règnent au Sahara marocain permettant à cette partie du Royaume de contribuer au renforcement de la coopération entre le Maroc et les pays africains amis et de devenir dans un avenir proche une porte d'entrée de l'Afrique subsaharienne et un grand un centre d'échange et de coopération maroco-africaine, a-t-il poursuivi.

Le Souverain a également envoyé un message aux populations séquestrées dans les camps de la honte, à Tindouf, à rejoindre la Nation unifiée et à regagner leur mère patrie qui garantit une vie décente à tous ses enfants, a encore rappelé le président du Centre Sud Nord pour le dialogue Interculturel et les Etudes sur la Migration. 

Le discours royal a été on ne peut plus clair en envoyant un message audacieux aux séparatistes et à leurs parrains algériens qui s'opposent à l'intégrité territoriale du Royaume et en rappelant encore une fois que la souveraineté du Maroc sur l'ensemble de son territoire est immuable, inaliénable et non négociable, a noté M. Ennaji. 

SM le Roi a prononcé un discours fort reflétant la détermination du Maroc à défendre son intégrité territoriale

Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la Nation, vendredi soir depuis Laâyoune, est un discours fort qui reflète la détermination du Maroc à défendre son intégrité territoriale et offrir aux provinces du sud, à l'instar des autres régions du Maroc, les conditions pour un développement durable et une justice sociale, a indiqué Hassan Boukentar, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V à Rabat.

La balle est maintenant dans le camp des adversaires de l'intégrité territoriale, qui doivent assumer leur responsabilité en vue d'atténuer les souffrances et le calvaire des populations retenues dans les camps de Tindouf, a déclaré M. Boukentar à la MAP, notant que les dirigeants du soi-disant polisario, soutenus par l'Algérie, exploitent ces souffrances pour détourner l'aide humanitaire en leur faveur et accumuler la richesse tout en s'opposant à un recensement objectif pour déterminer le nombre exacte et les conditions de vie des populations séquestrées dans ces territoires.

Le discours royal intervient dans le cadre de la célébration du 40e anniversaire de la Marche Verte, qui constitue un événement d'une grande portée, a-t-il ajouté, précisant que le discours de SM le Roi intervient également dans le contexte de la visite que le Souverain effectue à la ville de Laâyoune, dans une nouvelle confirmation de la marocanité du Sahara et de la détermination du Royaume à continuer à défendre son intégrité territoriale, dans le cadre de la démocratie et du développement durable.

Le discours royal, ajoute M. Boukentar, a annoncé une rupture avec les méthodes adoptées jusque-là dans la prise en charge des affaires du Sahara, après avoir atteint un stade de maturité qui requiert la conception d'une nouvelle approche reposant sur deux dimensions, l'une est liée à la mise en place d'un nouveau modèle de développement, alors que l'autre repose sur la mise en place d'un modèle de gouvernance, dans le contexte de la régionalisation avancée.

En ce sens, le Souverain a annoncé une batterie de mesures, notamment la réalisation de grands projets structurants (lignes ferroviaires, routes...) favorisant un développement réel basé sur l'équité et faisant bénéficier l'ensemble des citoyens des richesses de ces provinces et de celles en provenance d'autres régions du Royaume, a relevé l'universitaire.

En annonçant cette rupture aussi bien au niveau du développement que celui de la gouvernance, SM le Roi a émis des signaux forts réaffirmant l'attachement du Royaume à l'initiative d'autonome, un plan qui constitue le maximum que le Maroc peut offrir, a-t-il dit.

Et d'ajouter qu'en procédant à la mise en application de la régionalisation avancée, le Maroc a donné les preuves de sa bonne foi et de sa volonté de poursuivre la recherche d'un règlement au conflit artificiel autour du Sahara marocain, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité, relevant que le Royaume rejette toute autre décision en-dehors de ce contexte, ce qui pourrait constituer une mésaventure aux conséquences incertaines.

SM le Roi a souligné également que le Maroc est déterminé à aller de l'avant dans son processus de développement dans le Sahara, faisant fi des manœuvres qui, en l'absence de tout projet politique, cherchent à changer la réalité des choses dans les provinces sahariennes, dont les populations se sont engagées dans le processus démocratique et progressiste du Royaume, notamment depuis l'intronisation du Souverain, a-t-il conclu.

Marche Verte : Les Marocains vivent un grand moment d'unité nationale

Les Marocains vivent un grand moment d'unité nationale, à l'occasion des célébrations du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, a affirmé le Secrétaire Général du parti de l'Union Constitutionnelle, Mohamed Sajid.

''Nous vivons un grand moment d'unité nationale. Le parti de l'UC, fortement attaché aux valeurs de la Nation, se joint aux millions de Marocaines et de Marocains, d'ici et d'ailleurs, pour exprimer sa fierté et son engagement au service du Royaume'', a déclaré M. Sajid dans un communiqué parvenu samedi à la MAP.

Fortement ému par l'élan de patriotisme et les différentes expressions d'amour au Maroc, exprimés dans les mondes réel et virtuel, le parti de l'UC salue les différents modes d'expression, les uns encore plus créatifs que les autres, allant de l'affichage du drapeau national aux manifestations culturelles, sportives et sociales.

Ce n'est pas seulement une manifestation de patriotisme, mais également une démonstration du génie et de la créativité des Marocains, spécialement parmi les jeunes, ajoute M. Sajid. 

L'UC appelle à maintenir et entretenir, au quotidien, cette haute estime de la Nation et de la Patrie, au-delà des dates symboliques, souligne le SG de l'UC, ajoutant que ''loin de tout esprit partisan, le parti appelle toutes les forces vives à la mobilisation permanente pour la transmission des valeurs de notre pays aux générations montantes''.

L'UC tient également à rendre un hommage particulier, avec une pensée sincère pour leurs familles, aux 350.000 participants à la Marche Verte, dont plusieurs milliers ont été rappelés à Dieu, souligne M. Sajid, affirmant que c'est en ''perpétuant l'esprit de cette épopée, sous la sage conduite de SM Le Roi Mohammed VI, que le Maroc poursuit sa grande marche vers le développement et la paix''.

Le chantier de la régionalisation avancée, prolongement de l'esprit de la Marche verte

Le lancement du chantier de la régionalisation avancée dans les provinces du sud du Royaume constitue un prolongement de l'esprit de la glorieuse Marche verte, a affirmé le chercheur à l'université Sultan Moulay Sliman à Béni Mellal, Mohcine Idalli.

Dans une déclaration à la MAP, M. Idalli a relevé que ce mode de gouvernance territoriale qui constitue une véritable "révolution territoriale régionale", est fondé sur la coordination transversale et territoriale des interventions, à travers la mobilisation du capital social et l'application effective de la politique de décentralisation.

Ce grand chantier se base aussi sur la création d'une véritable justice socio-territoriale, qui traite les disparités régionales, consacre la démocratie et l'approche participative et octroie aux provinces du sud une large autonomie, sous souveraineté nationale, a-t-il ajouté. 

Pour cet enseignant spécialisé dans la géographie sociale et politique, les défis attendus du chantier de la régionalisation avancée exigent une mobilisation de toutes les franges sociales et de tous les intervenants (élus, institutions et société civile).

Le chantier de la régionalisation avancée constitue l'étendue de l'esprit de la Marche verte et un nouveau lancement pour cette épopée unique en son genre dans l'histoire contemporaine, avec toute sa symbolique et toutes ses dimensions socioculturelles et identitaires, a-t-il ajouté, relevant que toutes les mutations survenues aux niveaux régional et international exigent un traitement sérieux à cette question, l'adoption d'une véritable approche participative et la consécration du Droit dans la gouvernance dans le cadre de l'Etat de droit et des institutions.

La célébration du 40-ème anniversaire de la Marche verte intervient cette année dans un contexte marqué par la mise en œuvre des dispositions de la constitution de 2011, le lancement du projet de la régionalisation avancée dans le cadre de la gouvernance territoriale et la nouvelle révolution régionale annoncée par SM le Roi Mohammed VI, a-t-il ajouté.

La célébration de l'épopée phare de la Marche Verte exige de tous de tirer les leçons et enseignements qui s'imposent et d'évaluer toutes sortes d'investissement de la symbolique de cette épopée aux niveaux politique, diplomatique officiel et parallèle et social, de manière à mettre cette symbolique au service de notre cause première auprès de la communauté internationale.

M. Idalli a mis en relief la portée de la Marche Verte en tant que référence de l'acte social et politique national, dans le cadre de l'identité sociale à travers la solidarité et la conscience collective de toutes les franges sociales ainsi que la symbolique de l'événement et son importance historique, sociale et politique dans sa philosophie qui constitue un capital et une fierté nationale. 

Il a, par ailleurs, passé en revue les derniers développements de la première cause nationale depuis la Marche verte jusqu'à aujourd'hui, notamment les manœuvres et obstacles dressés par les adversaires de notre intégrité territoriale pour affaiblir la position marocaine et faire échouer les grandes mesures prises dans ce cadre, notamment l'Initiative d'autonomie sous souveraineté nationale, qui jouit de la confiance de la communauté internationale et qui reste la solution unique à ce conflit artificiel.

M. Idalli a conclu que l'actuelle étape avec tout ce qu'elle implique de changements aux niveaux régional et international, nécessite la vigilance et la mobilisation collective de toutes les franges sociales marocaines.

La visite de SM le Roi aux provinces du Sud: illustration de la Haute sollicitude royale envers les populations de ces provinces

La visite de SM le Roi Mohammed VI aux provinces du Sud illustre la Haute sollicitude dont le Souverain entoure ces provinces et la symbiose historique et constante entre les habitants de ces régions et le glorieux Trône alaouite, a souligné l'expert stratégique dans les affaires maghrébines et du Sahara, Abdelfattah El Fatihi.

Cette visite, qui coïncide avec le 40ème anniversaire de la Marche Verte, inaugure un nouveau processus de développement, engagé sous la conduite de SM le Roi pour faire des provinces du Sud du Royaume un hub de développement et de compétitivité dans la région sahélo-saharienne, a affirmé M. El Fatihi dans un entretien à la MAP.

Il a indiqué, à cet égard, que la visite royale répond aux aspirations de la population locale en vue de la consolidation du processus des réformes dans la région sur la base d'un programme contractuel lancé après les dernières élections régionales et communales qui ont été marquées par une forte participation des habitants du Sahara marocain.

La visite de SM le Roi dans cette région du sud du Maroc sera marquée par le lancement d'un projet de développement intégré dont les axes ont été fixés par le Conseil économique, social et environnemental, avec la participation et la contribution des habitants du Sahara qui ont exprimé leur rejet total des surenchères politiques des ennemis de l'unité territoriale visant à torpiller le processus de développement dans la région, a-t-il fait savoir.

Cette visite intervient, a rappelé M. El Fatihi, après l'annonce par SM le Roi dans Son discours à l'occasion de l'ouverture de la première session de la cinquième année législative de la neuvième législature et dans lequel le Souverain a souligné que la participation massive des habitants des provinces du Sud dans les dernières élections est une preuve démocratique supplémentaire de l'attachement des populations du Sahara à l'intégrité territoriale et au système politique de leur pays.

L'expert dans les affaires du Sahara a indiqué que cette visite confirme que le Maroc est engagé, avec l'implication des habitants du Sahara, à faire face aux manœuvres visant à entraver le processus de développement des provinces du Sud du Royaume, ainsi que de la région du Sahel et reflète l'engagement personnel de Sa Majesté le Roi pour aller de l'avant dans le développement de ces provinces.

La Haute sollicitude dont le Souverain entoure ces provinces permettra, sans nul doute, de faire de cette région un modèle de développement dans la région maghrébine et subsaharienne, a poursuivi M. El Fatihi, ajoutant que la visite royale, d'une portée significative, confirme la ferme détermination du Maroc à faire face à toute manoeuvre visant à porter atteinte à sa souveraineté sur son Sahara, mettre en œuvre un projet de développement local avec la participation de la population locale à travers la régionalisation avancée et la volonté du Royaume de trouver une solution politique à la question du Sahara sur la base de l'initiative d'autonomie et la vision clairvoyante du Souverain.

Cette visite consacre également le processus de régionalisation avancée comme une nouvelle philosophie pour la gestion locale, a-t-il dit.

L'expert stratégique dans les affaires maghrébines et du Sahara a souligné aussi que la visite de SM le Roi aux provinces du sud confirme que le Maroc est engagé pour assumer sa responsabilité et jouer un rôle géostratégique dans la région sahélo-saharienne pour le maintien de la sécurité et la stabilité de cette zone.

Le discours royal à Laâyoune est "historique à tous les niveaux"

Le discours de SM le Roi Mohammed VI, vendredi soir depuis Laâyoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, est " historique à tous les niveaux", a souligné le professeur universitaire, Hassan Hjiej.

"Il s'agit d'un discours historique à tous les niveaux car il a appelé les choses par leurs noms en soulignant que lorsque le Maroc tient toujours ses promesses, honore ses engagements, de même qu'il ne brandit pas de slogans creux, pas plus qu'il ne vend d'illusions'', a dit le chercheur dans une déclaration à la MAP.

Ce professeur à l'université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès a affirmé que le Souverain a une nouvelle fois dévoilé les manigances des ennemis et des adversaires du Royaume, en critiquant l'Algérie et les leaders du séparatisme qui vivent dans une richesse insolente au détriment des populations séquestrées à Tindouf.

M. Hjiej a fait savoir que le discours royal a définitivement confirmé le choix irréversible du Maroc pour la régionalisation avancée, garante du développement intégré de toutes les régions du Maroc, y compris les provinces du Sud, qui permettra aux populations de cette région de gérer leurs propres affaires avec responsabilité et démocratie.

Le chercheur a relevé que le discours royal est une confirmation que la souveraineté du Maroc sur son Sahara ne peut faire l'objet de négociations et que la question du Sahara continuera à être au cœur des priorités de l'Etat marocain.

SM le Roi a rappelé "la légitimité historique" liant le Maroc à son Sahara et réitéré que le Royaume reste attaché au processus de paix des Nations-Unies notamment la résolution du Conseil de sécurité qualifiant le plan d'autonomie des provinces du sud de crédible et réaliste, a-t-il ajouté.

Il a affirmé que le discours royal marque aussi "une rupture avec les méthodes adoptées par le passé dans la prise en charge des affaires du Sahara" et augure une nouvelle étape basée sur la transparence et la gouvernance, se félicitant du lancement d'un certain nombre de chantiers d'envergure selon une approche participative qui permettra de continuer de faire investir les revenus des ressources naturelles au profit des habitants de la région, en concertation et en coordination avec eux.

Ces projets annoncés par le Souverain permettront de relier ces réseaux et ces infrastructures aux pays africains, et contribuer ainsi à leur développement et au renforcement du partenariat économique et social avec le continent africain, a-t-il relevé.

Charles Saint Prot : la Marche Verte, une initiative majeure à laquelle toute la population s'était associée

La Marche Verte a été "une initiative majeure à laquelle toute la population s'était associée parce qu'il s'agissait de la réunification du royaume", a souligné le Directeur général de l'Observatoire d'études géopolitiques de Paris, Charles Saint-Prot.

"La Marche Verte a été un grand évènement national, c'est l'alliance du Roi et du peuple, dans la ligne de la Révolution du Roi et du Peuple qui avait été le combat de l'indépendance du temps du regretté Souverain, SM Mohammed V", a expliqué M. Charles Saint-Prot dans une déclaration à radio Médi 1.

"Après cette période très longue qui a suivi l'indépendance, où l'Espagne a tergiversé pour rendre au Maroc un certain nombre de territoires, la Marche Verte vient couronner la réunification du royaume et je pense que dans l'imaginaire national, c'est un évènement très important", a-t-il dit. 

"Quarante ans après, les Marocains peuvent être fiers du travail accompli, parce que ces provinces désertiques qui avaient été laissées à l'abandon par les Espagnols - qui n'ont jamais vraiment conquis tout le territoire où ils ne tenaient que quelques postes - ont été mises au niveau des autres régions du Maroc. Il y a un développement dans tous les niveaux, c'est un travail qui a été accompli avec la volonté de la monarchie, avec l'effort des Marocains, avec leur argent aussi, donc c'est une belle réussite", a-t-il poursuivi.

La rétrocession des provinces du sud aurait dû être une simple formalité en 1956 et aurait dû intervenir bien avant, a-t-il ajouté, en expliquant que "l'Espagne s'est mise à tergiverser probablement prise par le chantage du régime algérien qui lui faisait miroiter de mettre fin aux activités terroristes de l'ETA, parce qu'il faut se souvenir qu'Alger, était à cette époque le grand rendez-vous de tous les terroristes du monde, de tous les mouvements de toutes sortes et qu'en plus l'Espagne, qui était engagée dans la fin du franquisme, voulait s'accrocher à des lambeaux d'empire dérisoires". 

M. Saint Prot a rappelé que feu SM Hassan II, fort de l'avis de la Cour Internationale de Justice, qu'il avait sollicité et qui était globalement positif, a décidé de prendre l'initiative de faire marcher les Marocains d'une manière pacifique, avec le drapeau et le Coran, et l'armée espagnole a réculé et finalement l'Espagne a rétrocédé le territoire.

"C'est un grande victoire parce que cela a été fait d'une manière totalement pacifique. C'est une décolonisation qui s'est faite dans les meilleures conditions et la décolonisation prend fin le jour où l'Espagne rend le territoire à la mère patrie marocaine", a-t-il affirmé, soulignant que depuis, il n'y a plus de problème de décolonisation mais un problème d'une agression étrangère et d'une ingérence étrangère de l'Algérie, pour ne point la nommer, qui soutient un mouvement fantoche séparatiste et l"à c'est une affaire totalement différente".

Pour le Directeur général de l'Observatoire d'études géopolitiques de Paris, le message politique de la Marche Verte c'est l'alliance du Roi et du Peuple. "Je crois que c'est le fondement du Maroc, et c'est pour cela que le Maroc est un pays solide qui va de l'avant".

Des chioukhs et notables sahraouis saluent la teneur du discours royal

Des chioukhs et notables des tribus de la région Lâayoune Sakia El Hamra ont salué la teneur du discours que SM le Roi Mohammed VI a adressé à la Nation, vendredi soir depuis Lâayoune, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte.

Suite à l'audition du discours royal, ces chioukhs et notables ont exprimé, dans des déclarations à la MAP, leur mobilisation constante pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume et leur entière adhésion pour faire aboutir les grands chantiers à l'œuvre, particulièrement le chantier de la régionalisation avancée et de l'initiative d'autonomie sous souveraineté marocaine.

A ce propos, Cheikh Maelainine Larabas, président du Conseil local des oulémas à Lâayoune, a souligné que le discours royal a été accueilli avec joie par tous les Marocains, et particulièrement les habitants du Sahara marocain.

M. Larabas a soutenu que ''le discours royal a été d'une clarté limpide qui réchauffe les cœurs'', relevant que la visite royale à Lâayoune a été de bon augure pour la population sahraouie. 

L'interlocuteur a élevé des prières implorant le Tout-puissant de préserver SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, et de Lui accorder longue vie, et de combler le Souverain en les personnes de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan, de SAR le Prince Moulay Rachid et de l'ensemble des membres de l'illustre famille royale.

De son côté, Brahim Bellali Souieh, membre du CORCAS, a qualifié le discours adressé par SM le Roi à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte d'historique et vient démontrer, une nouvelle fois, la haute sollicitude dont le Souverain ne cesse d'entourer Ses fidèles sujets dans les provinces du sud.

Il a assuré que le discours de SM le Roi est une confirmation de la légalité historique ayant constamment lié le Maroc et son Sahara et qui traduit l'attachement du Royaume au processus de paix onusien, particulièrement la résolution du Conseil de sécurité qui a qualifié de crédible et réaliste la proposition marocaine d'autonomie dans les provinces du Sud.

Même son de cloche du côté de Hamza Kentaoui, député de Lâayoune, pour qui le discours royal, adressé depuis Laâyoune, est ''un discours historique qui va au-delà de nos espérances et répond à toutes nos aspirations en tant que sahraouis, habitants des provinces du Sud du Royaume''.

Pour Mahjouba Daoudi, présidente du Centre Sahara de l'information, des études et des recherches à Laâyoune, ''le discours prononcé par SM le Roi vient confirmer, de nouveau, la posture magnanime du Royaume sur ce dossier'', rappelant que, depuis l'éclatement du conflit artificiel autour du Sahara marocain, le Royaume ayant toujours tendu la main aux repentis, leur laissant grande ouverte la porte de la clémence.

Elle a relevé que le fait que SM le Roi ait prononcé ce discours depuis Laâyoune constitue un moment phare de l'histoire du Maroc moderne qui confirme, derechef, que le Maroc est dans son Sahara et que le Sahara est dans son Maroc. 

Le discours royal, une riposte contre les attaques des parties hostiles aux intérêts du Royaume

Le discours que SM le Roi Mohammed VI a adressé vendredi à la Nation, à l'occasion du quarantième anniversaire de la glorieuse Marche Verte, constitue une forte réplique à toutes les agressions menées par les parties hostiles aux intérêts du Maroc, notamment l'Algérie et le polisario, a affirmé Tajeddine El Houssaini, professeur à la Faculté de droit de Rabat.

Le discours royal revêt une importance particulière au regard de l'enthousiasme populaire et du grand accueil que les habitants de la ville de Laayoune ont réservés à SM le Roi, des indices qui dénotent une situation de sécurité et de stabilité qui règnent dans cette région, a-t-il indiqué dans une déclaration à la MAP.

Le discours s'est concentré sur trois axes fondamentaux, se rapportant à la situation intérieure, régionale et internationale, relève-t-il, notant que le plus important dans ce discours est qu'il est rigoureux, clair, précis et étayé par des preuves.

Sur le plan interne, SM le Roi a donné une réponse explicite quant à la situation de blocage dans lequel se trouve le processus onusien, soulignant que le Maroc a réalisé des avancées majeures, d'une part au niveau politique à la faveur de la mise en œuvre de la régionalisation avancée qui se reflète par une profonde conviction et une forte participation de la population du Sahara aux échéances électorales et au choix de leurs représentants, et d'autre part au niveau de l'application des propositions du Conseil économique, social et environnemental (CESE), relatives aux projets lancés qui dénotent l'accès à une nouvelle étape marquée par l'investissement et les grands chantiers, a expliqué M. El Houssaini.

Sur le plan régional, SM le Roi a procédé à une analyse minutieuse de ce qui se passe à Tindouf, aussi bien au niveau de la situation de la population qu'au niveau des dirigeants du polisario ou du rôle de l'Algérie, note M. El Houssaini, relevant que ces faits sont appuyés par des preuves, puisque le Souverain a affirmé que les habitants des camps de Tindouf vivent dans des conditions dramatiques, alors que des aides humanitaires de plus de 60 millions d'euros par an sont détournées et que la direction du polisario possède des biens immobiliers et dispose de fonds et de comptes bancaires, en Europe et en Amérique latine.

Sur le plan international, le Souverain a noté que l'enlisement du processus onusien est voulu, a relevé El Houssaini, soulignant que le Souverain a mis les point sur les "i" en affirmant que le Royaume ne fera plus de concession et que l'Initiative d'autonomie, présentée en 2007, est le maximum que le Maroc peut offrir.

La visite royale aux provinces du sud: Une consécration du choix de développement intégré dans le cadre de l'unité et de la cohésion entre le Trône et le peuple

La visite de SM le Roi Mohammed VI dans les provinces du sud constitue une consécration du choix de développement économique, social et culturel dans le cadre de l'unité et de la cohésion entre le Trône et le peuple.

Cette visite, qui représente un autre épisode de la série des rencontres de SM le Roi avec les habitants de cette région du Royaume, revêt une dimension unitaire qui incarne l'attachement des Marocains à l'intégrité territoriale de leur pays, et consacre les liens enracinés et renouvelés pour la préservation de cette unité et la lutte contre les manœuvres des ennemis, en toute fidélité à l'acte d'allégeance et au serment de la Marche verte. 

Coïncidant avec la célébration du quarantième anniversaire de la glorieuse Marche verte, cette visite intervient pour cristalliser le contenu du discours prononcé par le Souverain l'année dernière à la même occasion et dans lequel SM le Roi avait défini les grandes lignes de la régionalisation escomptée par le Maroc et du modèle de développement relatif aux provinces du sud.

"Les chantiers que nous allons engager, avec l'aide de Dieu, l'année prochaine, devraient être déterminants pour l'avenir de la région, car il s'agit de la mise en œuvre de la régionalisation avancée et du modèle de développement de nos provinces du sud", avait à cet égard indiqué SM le Roi.

Le Souverain a de même expliqué que la mise en place de la régionalisation avancée et du modèle de développement des provinces du sud vise à "opérer une rupture avec le mode de gouvernance précédent, et permettre aux fils de la région de participer à la gestion de leurs affaires locales, dans un cadre de transparence, de responsabilité et d'égalité des chances". 

Il est certain que le lancement d'un modèle de développement dans les provinces du sud, dont les principes fondamentaux s'inspirent de la constitution de juillet 2011, est la résultante de la forte volonté exprimée par SM le Roi concernant le développement de ces régions et leur conversion en "hub entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne", selon les termes de la lettre royale adressée aux participants au forum "Crans Montana", organisé à Dakhla en Mars dernier. 

Ce choix s'appuie sur des axes fondamentaux ayant trait à l'adoption de la politique des projets structurels qui fournissent des infrastructures de base et assurent le décollage économique, mais aussi à l'adoption de stratégies sectorielles à même de contribuer de manière significative à la création de richesse et d'emploi, notamment au profit des jeunes et des femmes. 

De même, ce choix émane de l'intime conviction de Sa Majesté le Roi quant à la nécessité de rompre avec la politique de rente à travers l'impulsion de l'initiative personnelle, de remplacer les politiques sociales actuelles par des stratégies intégrées de développement humain, d'adopter des principes et règles de durabilité et de relever le défi de la régionalisation avancée.

Régie par une nouvelle philosophie basée sur l'impulsion d'une nouvelle dynamique de développement dans laquelle s'engage la population des provinces du sud, cette orientation représente une réaffirmation du saut qualitatif réalisé par ces provinces en termes d'équipements et d'infrastructures, fruit de l'adhésion participative et solidaire des différents secteurs, des établissements publiques, de l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du sud du Royaume, et des conseils élus.

Parmi les réalisations les plus importantes ayant bénéficié aux provinces du sud au cours des 40 dernières années, figurent le développement des infrastructures routières et portuaires, l'approvisionnement en énergie électrique et eau potable, l'extension et la réhabilitation du réseau d'assainissement liquide, le renforcement des structures urbaines et du logement décent, la consolidation des infrastructures hospitalières, pédagogiques, sociales et sportives, la mobilisation des ressources en eau et la lutte contre la désertification.

La visite de SM le Roi Mohammed VI dans les provinces du sud consacre cette dynamique et reflète la volonté du Souverain d'impulser le développement des provinces et régions du sud du Royaume et y engager une dynamique socio-économique mettant à profit les atouts dont recèle la région. La participation active de la population locale ne fera qu'affermir le développement durable basé sur l'équilibre entre la création des richesses, d'une part, et, d'autre part, l'aménagement territorial durable et la protection de l'environnement.

Il s'agit bel et bien d'un processus continu de développement qui conclut une épopée inscrite sur plusieurs phases et dont l'anniversaire de la Marche verte constitue un des chapitres les plus marquants, une démarche grâce à laquelle le Maroc a récupéré ses provinces sahariennes avec pour uniques armes le consensus national et une foi inébranlable en la justesse de sa cause, et ce après plusieurs décennies d'occupation espagnole de ces territoires. 

Sahara : l'Espagne est appelée à jouer un rôle plus important 

Aujourd'hui, 40 ans après la Marche Verte, l'Espagne est appelée à jouer un rôle plus important en rapport avec la question du Sahara, sachant que le statu quo devient potentiellement dangereux pour les équilibres internationaux et la stabilité de la région, estime Ahmed Charai, directeur de publication du magazine hebdomadaire +L'Observateur du Maroc+.

"L'Espagne a des responsabilités historiques. Elle connaît le dossier mieux que toute autre puissance, en dehors du Maroc", a-t-il précisé dans une tribune intitulée "Le rôle de l'Espagne dans le développement du Sahara", publiée samedi par le journal espagnol "La Razon".

Rappelant que le gouvernement Rajoy a fait de sa coopération avec le Maroc une priorité, il a plaidé pour une plus forte implication de l'Espagne dans les affaires régionales, dans une région où sa présence historique et culturelle, par le biais de l'Andalousie, est toujours prégnante.

Malgré l'existence d'ONG hyperactives sur la question du Sahara, Madrid maintient son soutien à la proposition marocaine d'autonomie élargie, comme une base réelle pour des négociations politiques, en vue d'un règlement définitif, a-t-il souligné.

Le journaliste relève que le statu quo actuel n'est en faveur de personne. "Le contexte régional est explosif. Le terrorisme, installé dans le Sahel, menace tous les pays, y compris ceux du pourtour méditerranéen.

Le trafic de drogue, l'émigration clandestine, se sont construits des autoroutes, dans ce No man's land", a-t-il dit. Il a souligné, dans le même sens, que l'intégration économique régionale est devenue l'unique moyen pour résister aux secousses d'une crise internationale, dont on n'a pas fini de mesurer les efforts. "Les populations stationnées à Tindouf sont les plus à plaindre. On a tous vu les effets ravageurs des dernières inondations", poursuit-il, ajoutant que cette jeunesse n'a aucune perspective.

Contrairement au statut de réfugiés, a-t-il poursuivi, ils n'ont pas le droit à la libre circulation ou au travail, tandis que le séparatisme n'est plus une option pour la majorité d'entre eux. Pour ce membre du conseil d'administration des think tanks américains Atlantic Council et Center for Strategic and International Studies (CSIS), cette désespérance est à prendre en charge rapidement, par humanisme d'abord, mais aussi parce qu'elle est porteuse de dangers potentiels.

Il s'agit, relève M. Charai d'une responsabilité de toutes les puissances intéressées à ce conflit, ajoutant que l'Europe, et surtout l'Espagne, savent que l'éradication du terrorisme aura plus de chances si ce conflit factice est résolu.

M. Charai a fait observer, par ailleurs, que le Maroc s'est fixé comme premier objectif d'aider les populations à améliorer leur niveau de vie, précisant que les investissements publics colossaux ont permis aux provinces du Sahara de rattraper des provinces du nord du Maroc en termes d'infrastructures, s'en est suivi un mouvement de sédentarisation, d'urbanisation, lui aussi unique. "Aujourd'hui, on annonce un plan de 14 milliards d'Euros d'investissements.

C'est tout simplement énorme. Les provinces sahariennes vont changer de physionomie et entrer dans une nouvelle ère", a-t-il dit à ce propos. Ces choix ne sont pas hasardeux, a-t-il relevé, expliquant qu'ils s'inscrivent dans une vision stratégique nationale, celle de faire de la régionalisation avancée le levier d'un développement qui, en réduisant les disparités sociales et territoriales, accroît les potentiels de croissance, au profit de tous les citoyens.

"C'est l'essence même du projet national, porté par SM le Roi Mohammed VI, de manière explicite depuis Son accession au trône", a-t-il affirmé. Et le journaliste de conclure que "le Maroc démontre une nouvelle fois qu'il a une vision stratégique.

Les provinces sahariennes et les instances élues auront les moyens d'une expansion, même pas rêvée. L'autonomie élargie se met en place, de manière constitutionnelle. 40 ans après la Marche Verte, le monde a changé, le visage du Sahara, la société sahraouie a changé.

La Marche Verte, une épopée phare dans l'histoire du Royaume du Maroc 

La Marche Verte, dont le peuple marocain a célébré vendredi le 40ème anniversaire, constitue une épopée phare dans l'histoire du Maroc en ce sens qu'elle a permis la concrétisation d'un vœu très cher au peuple marocain dans toutes ses composantes pour récupérer pacifiquement les provinces sahariennes spoliées par le colonialisme, a affirmé la Présidente de l'Association de coopération roumano-marocaine, Mme Amal Rabie.

Dans une déclaration à la MAP à l'occasion de la célébration de la glorieuse Marche Verte, elle a ajouté que cet événement historique constitue une source de fierté pour l'ensemble des citoyens marocains où qu'ils se trouvent. Mme Rabie a, estimé, à ce propos, que la commémoration de cet anniversaire est une occasion renouvelée d'exprimer l'attachement indéfectible de tous les marocains aux glorieux Trône Alaouite et à l'intégrité territoriale du Royaume. 

La président de l'Association a souligné ensuite que la cérémonie organisée à Bucarest en la circonstance, vise à présenter la charge symbolique de cet événement aux jeunes générations de marocains établis en Roumanie et aux citoyens roumains. 

Après avoir rappelé les efforts de développement consentis par le Maroc dans ses provinces du sud, qui ont radicalement transformé toute la région l'érigeant en un espace de prospérité et en trait-d 'union entre l'Afrique et le reste du monde, Mme Rabie, a mis l'accent sur les significations profondes de cette épopée historique qui a contribué à l'édification d'un Maroc moderne et fort, avec la contribution de l'ensemble de ses composantes territoriales.

Elle a, dans ce sens, réitéré la mobilisation constante des marocains de Roumanie derrière SM le Roi Mohammed VI pour un développement soutenu du Maroc et la défense des causes sacrées du Royaume.

La surcharge d'un disjoncteur à l'origine d'une courte interruption de courant sur un tronçon du réseau d'éclairage public à Laâyoune (ONEE)

Une courte interruption de courant sur un tronçon du réseau d'éclairage public à Laâyoune s'est produite vendredi soir en raison de la surcharge sur un disjoncteur, indique un communiqué de l'Office National de l'Electricité et de l'Eau Potable (ONEE). 

La même source précise que cette interruption de courant sur un tronçon du réseau d'éclairage public de Laâyoune d'une longueur d'environ 500 mètres s'est produite à 20h24 et a duré 3 minutes, expliquant que "cette courte interruption est due au déclenchement d'un disjoncteur d'éclairage public en raison de sa surcharge". 

Le courant a été rapidement rétabli sur ce tronçon grâce à l'intervention immédiate des équipes et le service d'électricité est assuré de manière normale sur l'ensemble de la ville de Laâyoune, ajoute l'ONEE.

Une myriade de sons, d'odeurs et de couleurs illumine le ciel de Lâayoune

Assurément, le public venu nombreux ce vendredi soir à Place Méchouar à Lâayoune, une des places mythiques de la ville, n'aura pas été déçu. Le temps d'un spectacle de feux d'artifice, en marge de la visite royale, le ciel de la cité a été serti d'une myriade d'étoiles, de sons, d'odeurs et de couleurs au grand plaisir des spectateurs.

La grande Place, lieu légendaire de rencontre, traditionnellement prise d'assaut par des familles entières, s'est métamorphosée, pour la circonstance, en point névralgique vers lequel convergent les processions spontanées d'une population résolument déterminée à reproduire le geste fondateur d'une épopée, lancée il y a 40 ans: La Marche verte.

Il était 22h40, soit immédiatement après la fin du discours royal adressé à la Nation depuis Lâayoune, lorsque les visiteurs de la Place Méchoaur commençaient à scruter incrédules les alentours, ne sachant d'où cela partait, avant de rester les yeux rivés au ciel, comme hypnotisés par la magie des formes et des lumières.

La Place, qui a vibré au rythme de partitions musicales savamment puisées dans le répertoire patriotique de la Marche verte (Sawt Al Hassan, Lâayoune Iniya, etc.), allait pendant une vingtaine de minutes briller littéralement de mille feux.

Les scènes se succèdent et ne se ressemblent pas. Une constellation d'étoiles, d'arbres et d'autres motifs floraux, semble avoir plongé l'assistance dans une atmosphère féerique, presque onirique, où des formes de palmiers donnent la réplique à celles de prairies en fleurs, des cœurs embrassent des étoiles.

Les anneaux de feu s'enchaînent, s'entrelacent ou s'enchevêtrent, avant de se détacher sans se faire de mal, tantôt sous forme de spirales, tantôt en cascades ou en guirlandes, striant le ciel d'une riche palette de couleurs, heureuses et enjouées, qui donnent toute la mesure d'un travail pyrotechnique assez élaboré.

Au gré de ce torrent d'étoiles et de couleurs qui embrase le ciel, les regards s'illuminent, les langues se délient et des exclamations fusent de partout, comme rythmées par les crépitements, l'odeur et les détonations des pétards, au milieu de cris de joie et d'émerveillement.

A 23h, l'assistance, comme prise dans un engrenage, suivait religieusement le déferlement ultime d'une fresque colorée faite de crépitements, de détonations, d'odeurs de pétards et d'ondulations de bulles argentées et dorées qui passent, avec une aisance déconcertante, du jaune au bleu, du blanc au rose, du bleu au pourpre...

Clou du spectacle: L'osmose chromatique réussie qui réunit, sur fond d'un ciel dégagé, le Rouge et le Vert, les deux couleurs cultes qui font la grandeur et la gloire d'un Maroc, fort de ses multiples affluents, uni dans sa diversité et fier de ses racines.

Lâayoune peut savourer, avec sérénité, détermination et confiance, une fin de soirée animée et douce, agréablement tempérée par les brises de l'Atlantique et le souffle automnal d'un arrière-pays, patiemment façonné par la richesse de son histoire et la générosité de ses hommes.

Le congressman US Carlos Curbelo met en avant l'adhésion de la communauté internationale au plan d'autonomie au Sahara

Le congressman américain, Carlos Curbelo, a mis en avant, vendredi dans une déclaration à la MAP, l'adhésion de la communauté internationale au plan d'autonomie au Sahara sous souveraineté marocaine.

"Le 40è anniversaire de la Marche Verte est une occasion qui vient nous rappeler les efforts inlassables déployés par le Maroc en vue de trouver un règlement politique définitif à un conflit qui n'a que trop duré", a souligné le législateur républicain, qui réagissait au discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l'occasion de ce glorieux anniversaire.

M. Curbelo, qui co-préside le Congressional Morocco Caucus, s'est, dans ce cadre, félicité de "l'adhésion et du soutien témoignés par la communauté internationale à l'égard de la légitimité du plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine".

La proposition marocaine, a-t-il dit, se doit d'être "une base à toute solution de compromis".

Arrivée de SM le Roi à Laâyoune

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, est arrivé le vendredi 06/11/2015 à Laâyoune.

A Sa descente d'avion à l'aéroport Laâyoune-Hassan Ier, SM le Roi a été accueilli par SAR le Prince Moulay Rachid.

Après avoir passé en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs, le Souverain a été salué par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Cherki Drais, la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mbarka Bouaida et le président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires sahariennes (CORCAS), Khalihenna Ould Errachid.

SM le Roi a été également salué par le général de corps d'armée Bouchaib Arroub, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant la zone Sud, le général de corps d'armée Hosni Benslimane, commandant la Gendarmerie Royale, le Général de division Mimoun Mansouri, Commandant la Garde Royale, le général de division Ahmed Boutaleb, Inspecteur des Forces Royales Air, le général de division Mohamed Laghmari, Inspecteur de la Marine Royale et le général de brigade, Lahcen Imjan, Inspecteur des Forces auxiliaires (zone Sud).

Le Souverain a aussi été salué par le directeur général de la Sûreté nationale et directeur général de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, le directeur général des études et de la documentation, Mohamed Yassine Mansouri, le wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Bouchaab Yahdih, les gouverneurs des provinces relevant de la région, le président de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra, Hamdi Ould Errachid, le secrétaire général du CORCAS, Maâ Al Ainine Maâ Al Ainine, les élus de la région, les représentants du pouvoir judiciaire, le président du Conseil local des Ouléma, Cheikh Maâ Al Ainine Larabasse, une cinquantaine de chioukhs représentant les différentes tribus de la région, ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires.

Cette visite historique, qui coïncide avec la célébration par le peuple marocain du quarantième anniversaire de la Marche Verte, illustre la sollicitude constante dont le Souverain entoure la population de la région et Sa détermination à leur assurer une vie digne.

Tout au long de l'itinéraire emprunté par le cortège royal, les habitants de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ont réservé un accueil des plus chaleureux et enthousiaste au Souverain.

SM le Roi a tenu, comme à l'accoutumée, à se rapprocher de la foule pour saluer Ses fidèles sujets, venus nombreux en ce jour mémorable réitérer leurs marques de fidélité et de loyalisme au Souverain et leur indéfectible attachement au glorieux Trône Alaouite.

La Marche verte a confirmé le droit légitime du Maroc sur son Sahara (Journalistes libanais)

La Marche verte a confirmé le droit légitime du Maroc sur son Sahara, ont affirmé des journalistes libanais dans des déclarations recueillies par la MAP.

Mettant en exergue le génie de l'initiateur de la glorieuse Marche Verte, Feu SM Hassan II, ces professionnels ont souligné que cette épopée mémorable constitue un événement historique inédit.

La célébration du 40è anniversaire de la Marche verte est une nouvelle confirmation de la marocanité du Sahara, souligne dans ce sens le directeur de publication du journal Al Moustakbal , Georges Pacassini, notant que cette commémoration apporte un démenti formel aux allégations contraires à la réalité qui fait que le Sahara est marocain. 

La commémoration de la Marche verte revêt une grande signification pour le peuple marocain, en particulier, et pour les peuples arabes en général, fait observer Georges Pacassini.

Pour sa part, le présentateur de l'émission Jeu des Nations à la chaine TV Al Mayadine , Samy Kleib, indique que la Marche verte est un insigne d'espoir et un point de lumière que chaque citoyen arabe garde en mémoire avec fierté, mettant en avant le génie de feu SM Hassan II qui a su préserver le Royaume contre la tempête qui s'abattait sur la Oumma arabe.

La commémoration du 40è anniversaire de la glorieuse Marche verte est un renouvellement de l'attachement du peuple marocain à la cause nationale et de sa mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI, note, de son côté, l'écrivain et journaliste Asaad Haidar, qui vivait en France lors du lancement de la Marche verte et qui a suivi toutes les étapes de cet événement.

Déplorant le différend artificiel crée par l'Algérie autour de l'intégrité territoriale du Royaume, le journaliste a qualifié la Marche verte d'événement historique inédit, notant que cette épopée mémorable a permis de préserver les droits légitimes du Maroc qui rejette aujourd'hui l'intervention de l'Algérie dans ce dossier.

Le journaliste Ahmed Mouhieddine abonde dans le même sens, soulignant que la glorieuse Marche verte, qui a permis au Maroc de récupérer ses provinces du sud, est toujours conçue comme un miracle , relevant que les dernières élections constituent un renouvellement du pacte dans les provinces du sud où une participation massive des populations locales a été enregistrée pour élire librement et démocratiquement leurs représentants dans les institutions nationales.

Ceci, poursuit-il, confirme l'attachement des populations des provinces du sud à la mère patrie, le Maroc, en dépit des tentatives désespérées d'autres pays tendant à instrumentaliser, moyennant de fausses promesses, certains groupes d'activistes séparatistes.

Pour sa part, Said Mhamdia, ex-rédacteur en chef de la revue Al Anwar et propriétaire de la Maison d'édition et de distribution Dar Al Aouda , estime qu'il est du droit de chaque citoyen arabe de célébrer dans la liesse l'anniversaire de la glorieuse Marche verte qui a confirmé le droit du Maroc sur ses territoires, saluant en même temps la marche que conduit actuellement SM le Roi Mohammed VI et les efforts constants du Souverain visant à développer la vie économique, sociale et culturelle du Maroc.

Régions Dakhla-Oued Eddahab et Laâyoune-Sakia El Hamra: une dynamique d'intégration régionale pour renforcer le développement territorial

Les régions de Dakhla-Oued Eddahab et Laâyoune-Sakia El Hamra constituent un espace idoine pour renforcer la dynamique de l'intégration régionale et représentent des horizons pour le développement territorial dans l'objectif de consacrer une bonne gouvernance de développement et répondre aux attentes des citoyens dans différents domaines.

Ces régions constituent une porte sur l'Afrique subsaharienne, une terre fertile pour l'avenir du développement durable et un espace géostratégique incontournable pour le développement multilatéral ouvert sur le continent, et partant sur le reste du monde.

Le droit à un développement humain continu et à la préservation de la culture et du patrimoine hassanis étant une condition sine qua non pour la construction d'un avenir de développement efficient dans la région, le Royaume n'a eu de cesse de déployer tous les efforts nécessaires à l'échelle de l'ensemble des secteurs vitaux au profit des populations locales.

Force est de constater que le nouveau modèle de développement des provinces du Sud, lancé par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) en novembre 2013, constitue un processus de réforme pilote visant à préserver les acquis légitimes de développement et à diagnostiquer et relever les déficits en vue de consolider le développement régional local.

Ce modèle pilote fait partie d'une nouvelle génération d'initiatives de réforme proposant des alternatives réalistes et réalisables dans l'objectif de développer et améliorer les conditions de vie dans les provinces du Sud du Royaume et promouvoir les droits de l'Homme conformément à des mécanismes de gestion modernes.

Partant des spécificités et du potentiel dont regorgent les régions du Sahara marocain, ce projet ambitionne d'en faire une passerelle d'échange et de développement commun avec les pays du voisinage, outre une porte sur l'intégration économique au sein de l'espace africain et atlantique, notamment en matière de commerce, de logistique, des énergies renouvelables et services de base tels l'enseignement et la santé.

Pour ce faire, ce nouveau modèle de développement insiste sur l'importance de la coordination des différentes politiques sectorielles et préconise une vision et des processus qui soient plus participatifs, plus inclusifs et adossés à une gouvernance responsable, tout en tenant compte des spécificités et du potentiel économique et naturel des provinces sahariennes.

Dans ce cadre, ce modèle pilote recommande de garantir le climat adéquat pour la création de richesses, l'encouragement d'une nouvelle génération d'investissement à travers notamment la mise en place d'une charte d'investissement régional incitatif.

Il va sans dire que ce nouveau modèle est au diapason de l'esprit de la régionalisation avancée en tant qu'accès à une réforme profonde des programmes de développement local basés, entre autres, sur la décentralisation et la déconcentration, le renforcement de la démocratie, la modernisation administrative, sociale et politique, la consécration du développement durable et intégré aux niveaux politique, social, culturel et environnemental.

Le défi à relever incombe désormais aux élus dans les régions du Sahara marocain, aux mécanismes, outils et moyens juridiques et financiers en mesure de permettre aux provinces du Sud de jouer le rôle qui leur échoit en tant que moteur et locomotive du développement escompté. 

La Marche verte, une illustration exceptionnelle de l'attachement des populations sahraouies au Trône alaouite

Coup de génie de feu SM Hassan II, la Marche verte se veut une illustration exceptionnelle de l'attachement des populations des provinces du sud au glorieux Trône alaouite, ont affirmé, vendredi à Laâyoune, les chioukhs, jeunes et notables de plusieurs tribus sahraouies.

Au micro de la MAP, ils ont souligné que cette épopée glorieuse, grâce à laquelle le Maroc a recouvré ses provinces du sud, a permis aux citoyens de cette contrée chère du Royaume de vivre dans la paix et la quiétude.

Lors d'une série de rencontres tenues par leurs tribus à l'occasion de la commémoration du quarantenaire de la Marche verte, ils ont, de même, rejeté vertement les manoeuvres désespérées ourdies par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume, réitérant leur mobilisation permanente pour la défense de la marocanité du Sahara et des constances de la nation ainsi que leur attachement indéfectible à la Béia (Allégeance) et leur fidélité immuable au Trône alaouite.

Dans ce cadre, M. Hamdi Ould Rachid, de la tribu Rguibate, a fait observer que la commémoration de cet anniversaire revêt une importance bien particulière, au regard des réalisations accomplies dans ces régions, quatre décennies durant.

Et d'ajouter que le 40ème anniversaire de la Marche verte est l'occasion de se remémorer un événement exceptionnel et sans précédent dans le monde entier et qui restera gravé en lettres d'or dans la mémoire d'un pays qui avance, à pas sûrs, sur la voie du progrès et de la prospérité, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Indéniables, les avancées réalisées dans ces provinces les ont complètement métamorphosées, a-t-il fait constater, indiquant que cette région peut se targuer d'offrir à ces populations toutes les exigences de la vie digne: Electricité, eau, sécurité, santé et infrastructures...

Même son de cloche chez M. El Khettari Ennajmaoui, de la tribu Sabouya Aït Baâmrane qui a indiqué que la Marche verte est une expression des plus éloquentes de la parfaite symbiose unissant, depuis toujours, le Trône alaouite et le peuple marocain.

S'exprimant au nom de la jeunesse de sa tribu, il a ajouté qu'à la faveur de la Marche verte, les provinces du sud ont occupé une place de choix aux plans nationaux et régionaux, en termes des réalisations et des grands chantiers de développement.

Pour sa part, Abdallah Salhi, de la tribu Aït Lahcen, a relevé que "cette Marche pacifique a unifié la nation marocaine et renforcé son attachement à la mère patrie, faisant remarquer qu'en célébrant ce 40ème anniversaire, la population sahraouie exprime la fierté qu'inspire cette étape glorieuse de l'histoire marocaine qui, au passage, a suscité l'admiration du monde entier, de par son caractère pacifique et singulier.

Illustration de l'ingéniosité de feu SM Hassan II, la Marche verte a réalisé les objectifs l'ayant sous-tendue, en battant en brèche les thèses séparatistes et en mettant sur les rails un processus de développement et d'édification qui a offert un lifting de valeur aux provinces du sud, grâce aux investissements colossaux engagés par l'Etat marocain.

Quant à Ahmed Dahi, de la tribu Izerkiyine, il a noté que la Marche verte qui a permis la récupération des provinces sahraouies, renseigne clairement sur la clairvoyance et la sagesse de feu SM Hassan II.

Cette épopée a également marqué l'amorce d'un processus de développement économique, social, démocratique et de droits de l'Homme, mené en main de maître par SM le Roi Mohammed VI. 

L'anniversaire de la Marche verte est une étape importante portant des significations profondes

L'ambassadeur du Maroc en Russie, M. Abdelkader Lachahab a indiqué que l'anniversaire de la Marche Verte, qui a marqué l'histoire du Maroc moderne, constitue une étape très une importante regorgeant de significations profondes pour le Maroc contemporain, et qui a permis au pays de parachever son intégrité territoriale et libérer ses provinces du Sud du joug de l'occupant espagnol.

Dans un article publié par le site d'information russe Infitah , M. Lachahab a relevé que le Maroc célèbre le 06 novembre de chaque année le lancement de la Marche Verte qui coïncide cette année avec le 40-ème anniversaire de cette épopée, rappelant que le Royaume a pris l'initiative d'organiser cette glorieuse marche suite à l'avis de la Cour internationale de justice stipulant que le Sahara n'avait jamais été terra nullius et qu'il y avait des liens juridiques d'allégeance entre ce territoire et les Sultans du Royaume du Maroc, ce qui constitue une reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur ces régions et de la légitimité de ses revendications pour les récupérer.

Après l'annonce de cette décision, Feu SM Hassan II avait appelé à l'organisation d'une Marche Verte vers les provinces du Sud avec la participation de 350.000 citoyennes et citoyens marocains ayant pour seules armes le drapeau national et le Saint Coran ainsi que leur forte conviction de la justesse de leur cause et leur attachement profond à leur provinces du Sud, a souligné le diplomate.

L'interaction populaire était à la hauteur de cet événement consacrant le degré d'attachement des Marocains, des différentes couches sociales, à la marocanité du Sahara et au Trône Alaouite, a-t-il dit, ajoutant que cette marche pacifique a premis au Maroc de recouvrer pacifiquement ses droits inaliénables sur ces provinces. Cette étape a été suivie par le lancement du processus d'édification et du développement qui a complétement changé l'image de cette région.

Le diplomate marocain a souligné que la question du Sahara et une question en rapport avec le parachèvement de l'intégrité territoriale du royaume, rappelant que le Maroc a été colonisé par deux puissances étrangères, à savoir la France, qui occupait le centre du pays et l'Espagne qui contrôlait les régions du nord et du sud du pays.

Le processus de l'indépendance du Maroc s'est déroulé en plusieurs étapes, en ce sens que le Maroc a tenu en 1956 des négociations avec ces deux puissances pour la récupération des régions du centre et du nord du pays avant de récupérer la ville de Tarfaya en 1958, la ville de Sidi Ifni en 1969 et les régions de Sakia Al Hamra et Oued Eddahab en 1975 grâce à la Marche Verte, a expliqué M. Lachhahb.

Malgré la récupération du Sahara de manière officielle et à par le biais d'un accord international enregistré aux Nations Unies, le Maroc est resté attaché au principe du dialogue et des négociations sous l'égide de l'ONU pour trouver une solution à ce conflit factice dû à l'ingérence de certaines parties régionales, animées par des visées hégémoniques, dans les affaires internes du Maroc.

M. Lachahab a souligné que le Royaume du Maroc, qui est convaincu de la justice de sa cause et de l'Union du Maghreb Arabe et ses retombées positives sur les peuples de la région, nez ménagera aucun effort pour contribuer à la recherche d'une solution à cette crise artificielle, relevant que le Maroc avait proposé en 1981 un référendum mais l'impossibilité de son organisation a été démontré en témoigne le Secrétaire général de l'ONU et le Conseil de sécurité.

Devant cette impasse, le Maroc a proposé en 2007 l'initiative d'autonomie en tant que solution politique permanente, juste et consensuelle entre toutes les parties au conflit, a indiqué le diplomate, soulignant que cette initiative a été encouragée et saluée par la communauté internationale au moment où le Conseil de sécurité l'a qualifié d'efficace et de sérieuse et reconnu sa crédibilité dans plusieurs résolutions.

Aujourd'hui et après 40 années du retour de ces provinces à la mère-patrie, ces régions ont connu un grand saut grâce aux projets socio-économiques réalisés et inauguré une nouvelle phase réalisations importantes et qualitatives dans tous les secteurs qui ont transformé les villes du Sahara en des centres urbains et économiques pionniers.

Ces provinces répondent aujourd'hui à toutes les conditions permettant de mettre en œuvre la régionalisation avancée, adoptée par le Maroc comme un choix essentiel à l'horizon de l'exploitation idéale des ressources régionales et la réalisation d'un développement cohérent et équilibrée prenant en compte les spécificités locales et promouvant les ressources humaines de toute la région.

Dans ce contexte, l'ambassadeur du Maroc a indiqué que le 40-ème anniversaire de la Marche Verte coïncide cette année avec les premières élections régionales sous le nouveau découpage territoriale du Maroc composé de 12 régions, dont les régions de Laâyoune-Sakia Al Hamra et de Dakhla-Oued Eddahab.

Ces élections, organisées le 4 septembre dernier, ont constitué une occasion pour les habitants du Sahara de renouveler leur attachement solide à la Patrie à travers la participation massive au scrutin qui atteint 79 pc dans la région du Sahara, soit le plus haut taux au niveau national.

Ce scrutin a permis également pour les fils du Sahara d'élire des candidates et des candidats issus de cette région pour veiller à la gestion des régions de Laâyoune-Sakia Al Hamra et de Dakhla-Oued Eddahab.

Le diplomate marocain a noté que le Royaume du Maroc a veillé à ce que les fils des provinces du Sud s'occupent de la gestion de leurs affaires locales conformément aux critères des Nations Unies relatives à l'autodétermination dans le volet en rapport avec la liberté du choix, de la représentativité populaire et de la gestion directe des affaires des habitants tout en réfutant toutes les allégations sur l'exploitations des ressources économiques de la région par le Maroc.

Contrairement à ces allégations mensongères, le Maroc a déployés des efforts colossaux pour la réalisation du développement économique et social que connaissent les provinces du Sud dans le cadre d'une action nationale de solidarité avec le soutien de toutes les composantes de la société marocaines, mobilisant toutes les énergies humaines et les ressources financières pour mettre la région du Sahara sur les rails des Objectifs du Millénaire pour le développement et pour la réalisation des projets exceptionnels dont jouit toutes les régions du Sahara.

Siège de la municipalité d'Agadir, témoin éternel de la glorieuse Marche Verte

L'anniversaire de l'annonce de la glorieuse Marche Verte demeure toujours présent dans les cœurs et esprits des populations d'Agadir, en tant qu'épopée historique majeure dans le processus de parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume.

Le 5 novembre 1975, depuis le siège de la municipalité d'Agadir, feu SM Hassan II, que Dieu ait son âme en Sa sainte miséricorde, avait annoncé le lancement de la Marche Verte pacifique donnant ainsi le signal à des centaines de milliers de Marocains, ayant pour seules armes la foi, le saint Coran et les drapeaux nationaux, pour se diriger vers les provinces du Sud, alors sous occupation espagnole.

En souvenir de cet évènement, l'un des plus marquants dans l'histoire moderne du Royaume, le hall d'entrée de la municipalité d'Agadir est orné d'un immense tableau de cuivre sur lequel est sculpté le serment de la glorieuse Marche Verte.

C'est depuis cette municipalité que feu SM Hassan II avait prononcé son discours historique qu'il a entamé par le verset coranique: "Quand vous décidez quelque chose, il faut le réaliser avec la protection de Dieu", pour donner le coup d'envoi de la glorieuse Marche Verte. "Effectivement, Cher Peuple, Notre décision est prise, celle d'entreprendre notre Marche Verte pacifique et irréversible, forts de notre bon droit, Nous aurons à nos côtés nos frères et amis, ne comptant que sur notre ferme détermination et notre foi inébranlable", avait dit le regretté Souverain dans ce discours.

Chaque habitant de la ville, ayant vécu cette annonce historique, se remémore cet glorieux évènement chaque fois qu'il se rend au siège de la municipalité, en particulier durant le mois de novembre où le bâtiment est richement décoré de drapeaux nationaux et de banderoles avec des slogans exprimant l'attachement du peuple marocain à l'intergrité territoriale du Royaume.

Le hall de ce bâtiment est orné également d'une plaque commémorative en marbre, dévoilée par feu SM Hassan II. Sur cette plaque on peut lire un passage du discours du défunt Souverain donnant le coup d'envoi de la glorieuse Marche Verte.

Le siège de la municipalité d'Agadir conserve une photographie montrant feu SM Hassan II en train de dévoiler cette plaque commémorative. Ce cliché constitue l'une des principales composantes des archives dont dispose la commune urbaine d'Agadir.

Soucieux d'ancrer cet événement dans la mémoire collective des générations futures de la ville et de ses visiteurs, le conseil communal d'Agadir avait décidé, lors d'une réunion, le 30 octobre 1976, de baptiser la place située en face de la municipalité d'Agadir "Place de lancement de la Marche Verte".

Cette place se trouve à proximité d'une plaque commémorative reproduisant un passage du discours de feu SM Mohammed V, prononcé suite au tremblement de terre tragique qu'a connu la ville d'Agadir, ainsi que d'un boulevard portant le nom de l'un des descendants de la dynastie Alaouite chérifienne, feu SAR le Prince Moulay Abdellah.

Grâce aux événements historiques qu'elle a abrités, Agadir est surnommée "Ville de la résurrection", un surnom porteur de plusieurs symboliques dans le processus d'édification du Royaume.

La Marche Verte : un défi national où la famille royale s'est mise à l'œuvre

Le 40-ème anniversaire de la Marche Verte est une occasion pour nous rappeler que cet évènement historique phare est la concrétisation d'un défi national où l'illustre famille royale s'est mise à l'œuvre, dans un élan de solidarité et d'engagement sans faille en faveur des causes nationales. 

L'engagement de la famille royale restera certes gravé en lettres d'or dans l'histoire du Maroc, en témoigne le corpus médiatique très riche et la littérature abondante sur ce sujet. 

Feu SM Hassan II, qui a annoncé au monde entier la détermination du Maroc à organiser la Marche Verte, fruit du génie d'un grand Souverain, pour parachever son intégrité territoriale, avait tenu à être le premier à s'inscrire sur les listes des volontaires devant participer à cette épopée mémorable. 

En effet, le regretté Souverain était en tête des 350.000 citoyens ayant répondu à l'appel de la patrie et du devoir pour récupérer le Sahara, dont 10 pc de femmes, donnant ainsi l'exemple aux Marocains, mais également aux membres de l'illustre famille royale qui a témoigné d'un grand intérêt pour cette Marche pacifique.

Ainsi, SM le Roi Mohammed VI, à l'époque Prince Héritier, avait présidé la cérémonie de départ des 25.000 volontaires de la province de Marrakech qui devaient gagner Tarfaya en vue de participer à la glorieuse Marche Verte vers le Sahara. 

Dans une allocution de circonstance, SAR le Prince Héritier Sidi Mohammed avait transmis aux volontaires la bénédiction du leader de l'action unificatrice, Feu SM Hassan II, ainsi que le souci du Souverain de les voir rejoindre dans l'ordre les autres contingents des différentes régions du Maroc. 

Pour sa part, SAR La Princesse Lalla Malika, présidente du Croissant Rouge marocain (CRM), avait accueilli, un après-midi du 24 octobre à Tiznit, le convoi des volontaires de la province de Taza et quatre jours après, elle s'était rendue en visite d'inspection à l'hôpital de la ville et reçu un infirmier de réanimation volontaire venant d'Oujda à bord d'une ambulance équipée pour participer à la Marche Verte.

Son Altesse Royale avait également reçu une délégation des femmes de Tiznit qui se sont portées volontaires pour se joindre à celles venant du Nord pour se rendre au Sahara marocain et donné ses instructions aux autorités de la province de Tiznit pour la constitution d'un comité provincial du CRM dans la ville. 

Le 30 octobre, SAR La Princesse Lalla Malika avait présidé, à Tiznit, une séance de travail regroupant les membres du CRM et les responsables des secouristes qui participaient à la marche pacifique et donné ses instructions pour l'installation de six nouveaux camps de secouristes à Tarfaya. 

Ainsi, le CRM, qui avait fait don aux autorités de Tiznit d'un matériel de camp, disposait d'un camp à Ouarzazate, un autre à Taroudant, un centre à Agadir, un camp à Ait Melloul, un à Bou Izakarne, un à Goulmine, un centre à Tan-Tan, six centres à Tarfaya en plus du centre principal à Tiznit. 

Son Altesse Royale avait effectué également une visite d'inspection des camps de secouristes dépendant du CRM installés à Ait Melloul et donné ses instructions pour continuer l'activité du secourisme au profit des marcheurs de la paix et octroyer l'aide matérielle nécessaire à ces volontaires. 

Après Tiznit et Agadir, SAR La Princesse Lalla Malika s'était rendue à Tarfaya à la tête d'une importante délégation pour s'enquérir de l'état de santé des volontaires, notamment dans l'hôpital principal de la ville et le centre du CRM. 

Son Altesse Royale faisait ainsi preuve d'une énergie et d'un dynamisme inépuisables. Elle avait retourné le même jour à Agadir où elle avait inspecté les camps de secouristes se trouvant dans la zone de bivouac, hébergeant les 350.000 volontaires qui attendaient le signal de Feu SM Hassan II pour entamer la marche. 

Le dynamisme des membres de l'illustre famille royale s'est traduit également dans les actions de Feue SAR Lalla Amina et Feue SA Lalla Fatima Azzahra, qui avaient rendu visite aux volontaires des provinces de Kelaat Sraghna, Azilal, Beni Mellal, Khouribga et Settat.

La proposition d'autonomie: unique solution réaliste au conflit artificiel autour du Sahara

La proposition d'autonomie soumise par le Maroc constitue l'unique solution réaliste et viable au conflit artificiel autour du Sahara, a affirmé l'académicien argentin Adalberto Carlos Agozino.

"La proposition d'autonomie est l'unique solution réaliste au conflit artificiel autour du Sahara créé par l'Algérie", a-t-il souligné dans un entretien à la MAP à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

D'après ce chercheur en sciences politiques et professeur à l'université Johan F. Kennedy de Buenos Aires, l'initiative proposée par le Maroc est "l'unique proposition viable tandis que les autres revendications ne sont pas fondées sur des bases solides et n'offrent pas d'alternatives susceptibles de mettre fin à un conflit qui perdure depuis quatre décennies".

Pour Agozino, auteur d'un ouvrage intitulé "Geopolitica del Sahara-Sahel" (Géopolitique du Sahara et du Sahel, 2013), cette proposition "prend en compte les intérêts de la population des provinces du sud dans le cadre de la souveraineté marocaine".

S'agissant de la célébration de l'anniversaire de la Marche verte, l'expert a relevé que cette épopée historique qui a permis au Royaume de récupérer ses provinces du Sud, témoigne du génie de Feu SM Hassan II, "grand homme d'Etat" ayant laissé des marques indélébiles dans l'histoire du Maroc.

SM le Roi Mohammed VI a suivi la voie de son Auguste père en matière de défense de l'unité territoriale du Maroc qui n'accepte aucune surenchère à cet égard, a-t-il encore dit, en affirmant que le succès de la Marche Verte confirme sans équivoque la marocanité des provinces du Sud mais aussi les liens indéfectibles entre la Monarchie et le peuple. 

La Marche verte constitue "l'essence du Maroc contemporain" ainsi qu'une "deuxième indépendance pour le Maroc", a poursuivi l'académicien, y voyant un acte fondateur dans l'histoire du Maroc qui ne peut qu'être admiré.

M. Agozino a en outre souligné qu'au cours des 40 dernières années, le Maroc n'a ménagé aucun effort pour contribuer au développement des provinces du Sud, qui font partie intégrante du territoire marocain, en évoquant dans ce sens les investissements colossaux alloués en vue de promouvoir le développement tous azimuts dans la région.

Les Marocains d'Italie célèbrent le 40ème anniversaire de la marche verte

Les membres de la communauté marocaine établie en Italie ont célébré, vendredi, le 40è anniversaire de la Marche verte, réitérant leur mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI "pour contrecarrer toutes les manœuvres visant à porter atteinte à l'unité et à la stabilité du Royaume".

Dans des communiqués parvenus à la MAP, plusieurs associations indiquent avoir mis en place un programme d'activités pour commémorer cet événement historique, qui a permis au Maroc de récupérer son Sahara et de parachever son intégrité territoriale, notamment l'organisation de rencontres et de soirées musicales.

"C'est avec un grand sentiment patriotique et enthousiasme que nous, dans le Réseau des Associations de la communauté marocaine en Italie (RACMI), l'association Al-massira Al-khadra, le Comité d'organisation des organisations de la société civile et des centres islamiques marocains du Triveneto, nous célébrons le 40è anniversaire de la glorieuse Marche Verte", soulignent les organisateurs. 

Ils saluent "avec fierté le gigantesque développement économique et social dans la région du Sahara durant les quatre dernières décennies".

"La célébration de cet anniversaire constitue une occasion propice pour nous, Marocains d'Italie, afin de saluer l'œuvre du concepteur de la Marche verte, feu SM Hassan II, et de réitérer la mobilisation derrière SM le Roi Mohammed VI pour défendre la marocanité du Sahara", ont déclaré les représentants de ces associations, affirmant qu'ils ont décidé cette année d'exhiber le drapeau marocain sur les balcons et les façades de leurs maisons.

L'initiative d'autonomie proposée par le Maroc et favorablement accueillie par la communauté internationale "a poussé les ennemis de notre intégrité territoriale à multiplier les campagnes enragées contre le Royaume et à recourir à tous les moyens abjects pour saper les efforts visant à trouver une solution politique à ce conflit artificiel", ont-ils conclu.

Anniversaire de la Marche verte : Des journaux maliens mettent en exergue la portée de cette épopée nationale

La portée de la célébration par le peuple marocain de l’anniversaire de la Marche Verte, une épopée nationale riche en valeurs patriotiques, a été mise en exergue, vendredi, par des journaux maliens. Les journaux à grand tirage +L’Indépendant+ et +Le Républicain+ soulignent, à ce propos, que le Maroc, commémore avec fierté, le 40e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, cette épopée nationale, relèvent-ils, dans laquelle tous les Marocains sans exception puisent en permanence les valeurs de patriotisme. 

Illustrant leur article de photos immortalisant des moments de liesse nationale à l’occasion de l’organisation de la Marche Verte en 1975, les deux journaux relèvent que cet évènement incarne la parfaite symbiose qui unit le Trône et le peuple, ainsi que l’unanimité sans faille qui s’est forgée autour des constantes et des sacralités de la nation marocaine. 

Les deux quotidiens maliens reviennent, à ce propos, sur le contexte historique de l’organisation de la Marche Verte. 

"Partout dans le monde c’était la stupeur : des Marocains osent défier la puissance espagnole dans la région. Ils avancent, sans autre arme que le Coran. Une opération mûrie par Feu SM le Roi Hassan II qui va bouleverser les rapports de force hérités d’une décolonisation inachevée, vingt ans après l’indépendance du Maroc’’, souligne la même source. 

Les publications maliennes retracent, par ailleurs, les péripéties ayant marqué le processus de parachèvement de l’intégrité territoriale du Maroc, depuis l’indépendance en 1956, en passant par la récupération de Tarfaya et Sidi Ifni (1958 et 1969) et l’avis consultatif émis par la Cour internationale de justice dans lequel elle reconnait l’existence de liens d’allégeance historiques entre les tribus sahraouies et les Rois du Maroc, jusqu’au retrait de l’Espagne du Sahara et le retour des provinces du sud dans le giron national à la faveur de la Marche Verte. 

Les journaux s’attardent, de même, sur le processus onusien de règlement du conflit artificiel du Sahara marocain, soulignant le caractère complexe et délicat du processus d’identification, et des divergences sur des aspects importants du plan de règlement proposé en 1991 par les Nations Unies. 

Face à l’impasse, rappelle la même source, le Maroc a soumis, en 2007 au Secrétaire général de l’Onu, l’initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara, une initiative qualifiée par la communauté internationale de sérieuse et crédible.

Quarantenaire de la Marche verte: 40 voitures d'époques débarquent à Laâyoune

La "Caravane citoyenne" d'une quarantaine de voitures d'époques est arrivée, jeudi soir à Laâyoune, au terme d'un périple hautement symbolique initié par la Fédération royale marocaine des véhicules d'époque, en commémoration du 40ème anniversaire de la marche verte.

"Cette caravane a sillonné les villes d'Agadir, Tan-Tan et Tarfaya pour célébrer, en apothéose, son arrivée à Laâyoune", a déclaré à la MAP le président de la Fédération, Zinoune Srhir, précisant que ce cortège "a roulé sur les traces du chemin emprunté par les 350.000 volontaires civiles ayant répondu spontanément à l'appel de la patrie".

"Nous avons tenu à partager ce moment de joie et d'intenses émotions avec nos concitoyens des provinces du sud, d'autant plus que cette commémoration revêt une importance toute particulière puisqu'il s'agit du 40ème anniversaire de cette épopée historique", a-t-il dit.

Par devoir de mémoire, a-t-il fait observer, la Caravane se veut une initiative citoyenne qui vise à sensibiliser la jeunesse marocaine aux événements historiques inscrits en lettres d'or dans la mémoire collective nationale.

Ce vendredi, une foire des 40 véhicules participant à cette virée symbolique est organisée à Laâyoune, donnant à apprécier une collection de voitures mises en circulation bien avant la marche verte.

Ces 40 voitures proviennent des villes de Casablanca, Rabat, Fès, Agadir, Marrakech, Meknès, Tanger, Tétouan, Oujda, Nador et Berrechid. Elles "symbolisent la pérennité de l'unité de la nation à travers les âges de la civilisation marocaine".

Cette caravane est organisée en collaboration avec RM Automobiles Classiques et avec la participation de plusieurs clubs marocains de collectionneurs de voitures anciennes.

L’anniversaire de la Marche Verte, une occasion pour les Marocains du Sénégal de renouveler leur attachement à l’unité territoriale du Royaume 

La célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte offre l’occasion à la communauté marocaine établie au Sénégal de renouveler son attachement à l’unité territoriale du Royaume et sa mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI pour la défense de la marocanité du Sahara, a indiqué le secrétaire général de l’Association marocaine sahraouie du Sénégal (AMSS), Abdallah Haidara. 

"Le 40è anniversaire de ce glorieux événement dans l’histoire du Maroc revêt une importance symbolique pour les Marocains du Sénégal. C’est l’occasion de renouveler notre attachement à la marocanité du Sahara et de réaffirmer notre mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI, au service de notre première cause nationale’’, a-t-il affirmé dans un entretien accordé à la MAP. 

M. Haidara, natif de la ville de Tan Tan, a fait savoir que l’AMSS va offrir ce vendredi soir à Dakar une réception en l’honneur des membres de la communauté marocaine établie dans ce pays frère, une cérémonie à travers laquelle, a-t-il dit, "nous voulons faire découvrir aux jeunes générations une épopée glorieuse de l’histoire de leur pays". 

Par ailleurs, M. Haidara a fait observer que les provinces du sud du Royaume ont connu, depuis la marche verte, un développement et un progrès considérables qui ont complètement métamorphosé les villes de la région dans tous les secteurs. 

"A chaque fois qu'on se rendre dans les provinces du sud, c’est toujours de nouveaux chantiers de développement et le même dynamise observé’’, a-t-il relevé, se félicitant des infrastructures développées dont sont dotées les villes de la région, entre routes, hôpitaux, écoles, ports et aéroports. 

Le nouveau modèle de développement dans les provinces du sud ne manquera pas, a-t-il ajouté, d’insuffler une nouvelle dynamique au processus de développement global dans la région et de favoriser un développement social et économique qui place les populations locales au cœur de ses préoccupations. 

Evoquant l’initiative d’autonomie dans les provinces du sud, proposée par le Maroc en vue de la résolution du différend artificiel autour du Sahara marocain, le secrétaire général de l’AMSS a indiqué que l’application de cette initiative, qualifiée de sérieuse et crédible par la communauté internationale, est susceptible de mettre fin à ce conflit et d’assurer la stabilité de la région.

La Marche verte témoigne de la volonté inébranlable des Marocains de parachever l'intégrité territoriale du Royaume

La Marche verte est un évènement phare de l'histoire nationale, qui témoigne de la volonté inébranlable des Marocains de parachever l'intégrité territoriale du Royaume à n'importe quel prix, a affirmé l'expert en Droit international, Said El Khatib.

Dans une déclaration à la MAP à l'occasion 40e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, M. El Kahtib a souligné que cet évènement dans ses dimensions symboliques et nationales démontre que les Marocains sont disposés à n'importe quel moment à défendre leur patrie avec les moyens pacifiques et civilisationnels et témoigne de leur foi sincère aux valeurs de la paix, de la tolérance et du dialogue et de leur disposition à défendre l'intégrité territoriale et la souveraineté du Royaume.

Il a ainsi souligné que cette marche, véritable illustration de la parfaite symbiose entre le peuple marocain et le glorieux trône alaouite, constitue une épopée gravée à tout jamais dans les annales de l'histoire moderne du Royaume et une référence pour les peuples qui aspirent à la liberté, la stabilité et la sécurité, à l'aide des moyens pacifiques loin de toute agressivité ou violence, soulignant que le succès de cette Marche est attribuable essentiellement à l'unité des Marocains et à leur inébranlable foi en la justesse de leur cause.

M. El Kahtib, professeur visiteur dans plusieurs universités européennes et spécialiste dans les études liées aux mouvements nationaux, a affirmé que cette Marche éternelle fait preuve du génie de la famille alaouite et du peuple marocain, et constitue ainsi un évènement qui a rompu avec la pensée coloniale et prôné le respect de la souveraineté des peuples et de l'intégrité territoriale des pays.

Dans ce contexte, il a souligné que cette Marche pacifique a émerveillé le monde, dans la mesure où les volontaires n'ont brandi que le Saint Coran et le drapeau national, en consécration des valeurs de dignité, de sacrifice et de sincérité.

Il a ainsi conclu que la glorieuse Marche verte, dans ses dimensions symboliques profondes, constitue un "Wissam de référence" décerné à tous les Marocains, du moment qu'ils ne cessent de réaffirmer leur disposition à défendre les causes nationales.

La Marche Verte: meilleure illustration de la cohésion entre un Roi et son peuple

La Marche verte, dont le quarantième anniversaire est célébré ce vendredi, est "la meilleure illustration" de la cohésion entre le Trône alaouite et le peuple marocain, ont affirmé les analystes politiques argentins, Daniel Romero et Pablo Zardini.

La marche verte constitue l'étape la plus marquante de l'histoire du Maroc au cours des cent dernières années en ce sens qu'elle a montré au monde que la Monarchie évolue en harmonie avec le peuple et qu'elle est consciente de l'importance d'agir la main dans la main au service du pays, a relevé Romero, directeur de l'agence de presse argentine indépendante "Total news" et spécialiste des articles d'opinion.

La lutte menée par le Roi et le peuple pour se libérer du joug du colonialisme et pour parachever l'unité territoriale mérite d'être un cas d'école, a-t-il indiqué, en affirmant dans ce sens que le Maroc fait partie des pays animés par la volonté de la réalisation du développement tant au niveau du Royaume mais aussi avec les pays de son espace régional au service de l'intégration maghrébine à laquelle aspirent les peuples de la région.

Lorsque l'on contemple le monde d'aujourd'hui, l'on se rend compte, d'une part, que le dialogue et la compréhension sont devenus chose rare, et l'on constate, d'autre part, que le Royaume du Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, est un pays qui mise systématiquement sur le dialogue, a-t-il déclaré, en affirmant que le Royaume a su mettre en place une politique d'Etat efficace qui l'a "prémunie" contre plusieurs dangers menaçant d'autres pays. 

De l'avis de Romero, il y a également lieu de souligner que le modèle de développement marocain est unique en son genre car il a connu des succès importants à différents niveaux à la faveur de la volonté de SM le Roi Mohammed VI, de placer le citoyen au cœur de ses préoccupations.

S'agissant du conflit artificiel autour du Sahara marocain, le directeur de Total news a relevé que la proposition d'autonomie offre une solution pacifique, en se disant convaincu que cette initiative connaîtra le succès étant donné que plusieurs pays y voient un pas sérieux et crédible en vue de parvenir à un règlement qui mettra un terme aux souffrances des séquestrés dans les camps de Tindouf.

De son côté, le chercheur Pablo Zardini a relevé que l'anniversaire de la Marche verte est l'occasion de se remémorer les moments forts de cette initiative qui a illustré l'étroite cohésion entre le Trône et le peuple.

Zardini, également directeur d'une institution consultative spécialisée en coopération internationale, n'a pas manqué de saluer l'engagement de l'institution monarchique à garantir pleinement les droits des citoyens et à répondre à leurs attentes, tout en soulignant l'importance des initiatives engagées par SM le Roi Mohammed VI dans l'ensemble du Royaume. 

L'analyste a également mis en relief l'importance des investissements réalisés dans les provinces du Sud afin de promouvoir ces régions à travers des projets intégrés touchant l'éducation, l'enseignement, la santé et les infrastructures.

Selon lui, il y a lieu de saluer le modèle de développement marocain qui mise sur le développement et l'habilitation du capital humain en le dotant d'outils à même de réaliser réussite et progrès.

40è anniversaire de la Marche Verte : La troupe "Chabab Al Andalous" anime une soirée musicale à Abidjan

La troupe marocaine "Chabab Al Andalous", au riche répertoire musical authentique, a animé jeudi soir à Abidjan, une soirée musicale à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte.

Initiée par le "Palais de la Culture Bernard B. Dadié" et l'ONG "Abidjan- Festival", cette soirée a été l'occasion pour les membres de la communauté marocaine installés en Côte d'Ivoire, et ainsi que pour le public ivoirien d'apprécier une série de chansons illustrant la richesse et la diversité de la culture marocaine.

Le programme de la soirée a comporté également un défilé de costumes et de tenues traditionnelles marocains, mettant en valeur la splendeur du Caftan Marocain.

L'un des moments forts de cette cérémonie, initiée avec le concours de l'Association des Marocains Résidents en Côte d'Ivoire (AMARECI), a été la projection d'un film- documentaire retraçant les plus belles et importantes étapes de l'épopée de la Marche verte qui traduit l'attachement indéfectible des Marocains au Glorieux Trône Alaouite.

Dans une allocution de circonstance, l'ambassadeur du Maroc en Côte d'Ivoire, Mustapha Jebari a mis en avant l'importance et la grande symbolique de la célébration de cet événement majeur, notant qu'il s'agit d'un rendez-vous annuel pour l'ensemble des Marocains pour réitérer leur mobilisation derrière SM le Roi Mohammed VI pour la défense de la noble cause nationale.

M. Jebari qui s'est dit honoré de partager la joie de la célébration de cet événement avec les Ivoiriens, a mis en avant l'excellence et la profondeur des relations de coopération et de partenariat unissant les deux pays.

Dans une allocution lue en son nom, le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie qui s'est félicité de la singularité et de l'exemplarité des liens séculaire unissant la Côte d'Ivoire et le Maroc, a souligné le rôle de taille que jouent la culture et l'art dans le rapprochement des peuples.

La Marche Verte est une confirmation du fait que le Sahara fait partie intégrante de l'unité territoriale du Royaume 

La glorieuse Marche Verte, dont le peuple marocain célèbre le 40ème anniversaire vendredi, est une confirmation de la marocanité du Sahara qui faisait et fait partie intégrante de l'unité territoriale du Royaume, a affirmé le journaliste argentin, Juan Cruz Castineiras.

La Marche Verte, fruit du génie de Feu SM Hassan II, a prouvé au monde entier la marocanité des provinces du sud à travers l'histoire et ce au vu des liens étroits qui les unissaient aux sultans du Maroc au fil des siècles, a-t-il indiqué dans un entretien à la MAP.

Le succès de cet événement historique réside dans son caractère pacifique, a relevé ce journaliste spécialisé en affaires politiques et diplomatiques, estimant que la marche de centaines de milliers de citoyens armés du Saint Coran et du drapeau national en direction des provinces du Sud, il y a quatre décennies de cela, était suffisante pour mettre en avant le génie d'un Souverain qui a conduit son peuple à la libération de son territoire du joug du colonialisme espagnol.

Tout en saluant le développement continu que connaissent les provinces du sud, M. Castineiras a relevé que ces régions, avant leur retour à la mère patrie, accusaient un retard flagrant en matière d'infrastructures de bases et de développement. Aujourd'hui, grâce à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI, ces provinces ont entamé une nouvelle ère de prospérité et de développement, a-t-il poursuivi.

Et d'ajouter que le Maroc, mu par la volonté de mettre fin à un conflit régional fabriqué de toutes pièces et parallèlement au processus de développement socio-économique engagé au niveau des provinces du Sud, avait soumis en 2007 une proposition d'autonomie permettant à la population Sahraouie de gérer leurs propres affaires locales dans le cadre de la souveraineté marocaine.

De l'avis de M. Castineiras, cette proposition avait permis de sortir de l'immobilisme qui caractérisait ce dossier surtout que le sérieux et la crédibilité de la proposition marocaine continuent de susciter le soutien des grandes puissances et de plusieurs instances internationales, qui voient en l'autonomie du Sahara une solution viable et réaliste.

Le journaliste argentin a, par ailleurs, déploré le fait que les autres parties s'opposent toujours à ce projet et soutiennent des thèses anachroniques dépassées, en soulignant dans ce sens que la proposition marocaine est susceptible de contribuer au maintien de la paix dans la région du Maghreb et à la généralisation de la prospérité au niveau de la région dans son ensemble.

Fort de sa légitimité historique, le Maroc a fait montre de son engagement à aller de l'avant en vue de réaliser le développement et la prospérité sur l'ensemble de son territoire, et ce à la faveur de grands chantiers lancés au cours des dernières années, sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI, a-t-il noté.

Selon Castineiras, le peuple marocain, qui a surpris le monde avec sa Marche verte, confirme jour après jour sa capacité de relever les défis tant aux niveaux interne que régional, étant donné que la région connaît depuis des années de graves perturbations qui fait obstacle à la réalisation des aspirations de ses peuples à davantage de complémentarité et d'intégration dans le cadre d'un groupement maghrébin qui devait s'ériger en force économique réelle.

La Plateforme ministérielle de coordination des stratégies pour le Sahel soutient les efforts du Maroc pour le règlement de la crise en Libye

Les participants à la 4e réunion de la Plateforme ministérielle de coordination des stratégies pour le Sahel, tenue jeudi à Bamako, ont exprimé leur soutien aux efforts déployés par le Maroc pour le règlement de la crise en Libye. 

Dans leurs conclusions finales, les participants à cette réunion affirment apporter leur soutien aux efforts en cours des Nations unies et de toutes les parties investies dans la recherche de solutions à la crise libyenne. 

Ils ont, de même, lancé un appel à l’ensemble des parties prenantes libyennes pour privilégier la voie du dialogue et les principes de la tolérance afin de promouvoir une solution politique consensuelle à la crise dans leur pays dans le respect de l’unité et de l’intégrité territoriale du pays. Lors de cette réunion, les participants ont, par ailleurs, abordé d’autres questions se rapportant aux crises sécuritaires et à la menace terroriste au Sahel, ainsi qu’aux perspectives de coopération et de partenariat pour la mise en œuvre des différentes stratégies et initiatives de développement dans la région. Par la même occasion, ils ont salué la tenue d’élections présidentielles paisibles et transparentes en Guinée et en Côté d’Ivoire au cours du mois d’octobre 2015. 

A l’issue de cette 4e réunion, à laquelle ont pris part plusieurs pays, dont le Maroc, ainsi que des organisations sous-régionales et internationales, la République du Tchad a été désignée pour assurer la présidence de la Plateforme ministérielle de coordination pour les deux prochaines années. 

La Marche verte, un acte fondateur ayant façonné la marche du Royaume

La glorieuse Marche verte, dont le Maroc célèbre ce 6 novembre le 40è anniversaire, constitue un acte fondateur ayant façonné la marche du Royaume, écrit, vendredi, le quotidien gabonais +L’Union+. 

Le Maroc commémore aujourd'hui le 40è anniversaire de la Marche verte, "une marche pacifique unique en son genre et un événement phare dans l’histoire du pays pour le parachèvement de son intégrité territoriale", souligne le journal. L’auteur de l’article rappelle que c’est le 16 octobre 1975 que des foules de volontaires des différentes couches sociales, représentatives de toutes les régions du Royaume, ont répondu à l’appel lancé par feu SM Hassan II et se sont dirigées en toute assiduité et sérénité vers les provinces du Sud en vue de les libérer du joug de l’occupation espagnole, munies de leur seule foi en la justesse de leur cause : récupérer les provinces sahariennes. 

Cette Marche, ajoute-t-il, avait frappé les esprits à l’époque et illustré la parfaite symbiose entre la vision d’un roi militant et d’un peuple valeureux, et démontré au monde entier la volonté des Marocain de défendre leurs valeurs sacrées et de récupérer leur droit spolié et leur détermination à concrétiser leurs objectifs en brisant les frontières artificielles entre les fils d’une même partie. 

Et de souligner que dès la récupération de ses provinces du sud, le Maroc a placé en tête de ses préoccupations le développement de cette partie intégrante de son territoire national, la dotant des infrastructures de base nécessaires pour la hisser au niveau de l’évolution constante que connaissent les provinces du nord et garantir à sa population quiétude, bien-être et prospérité. 

Dépourvues de toutes infrastructures de base au moment du départ du colonisateur espagnol, ces provinces ont depuis été transformées en gigantesques chantiers de construction, fait observer la publication, relevant qu’une course contre la montre a été engagée par le Royaume en vue de rattraper le temps perdu. 

Aujourd’hui, conclut le journal, la marche de développement et de progrès se poursuit avec la même ardeur, le même dévouement et la même volonté, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI. 

Thami, le fils du résistant tétouanais Ahmed Lmrabet, qui suit la trace de son père et s'engage comme volontaire dans la Marche verte

Thami, le fils du résistant Ahmed Lmrabet, est l'un des rares jeunes tétouanais qui a suivi la trace de son père et eu l'honneur de s'engager comme volontaire pour participer à la glorieuse Marche verte.

M. Lmrabet a indiqué avoir eu de la chance de s'inspirer de son père qui lui a appris le sens de la défense de la patrie, en participant à la grande Marche historique du 6 novembre 1975, alors qu'il n'avait même pas 20 ans, marquant de son empreinte l'histoire mondiale, en répondant à l'appel lancé par feu SM Hassan II pour se rendre en toute sérénité vers les provinces du Sud du Royaume.

En se remémorant ce moment historique, M. Lmrabet n'a pas pu cacher ses sentiments et sa joie d'avoir répondu à l'appel de la patrie et du Roi aux côtés des dizaines de milliers de volontaires des différentes couches sociales représentatives de toutes les régions du Royaume, même s'il n'avait pas assez d'informations sur le trajet de la Marche, sa durée et les risques à courir, notant qu'il avait grandi au sein d'une famille militante et engagée, ce qui a nourri son enthousiasme pour suivre le chemin de son père, dont le parcours de la résistance a commencé chez lui à l'âge de 18 ans, tout en étant muni d'une foi sincère en la justesse de la cause nationale et la nécessité de faire prévaloir l'intérêt suprême de la patrie.

Il a ainsi assuré que cette marche pacifique, unique en son genre, avait des retombées positives sur sa vie aussi bien privée que professionnelle, dans la mesure où il a su appréhender l'efficacité du travail d'équipe, la primauté de l'intérêt général sur celui privé et l'incarnation des valeurs d'altruisme, de sacrifice, de l'engagement et du patriotisme, ainsi que l'acceptation de l'autre dans sa différence.

Aussi, la participation à la glorieuse Marche verte a permis à M. Lmrabet de bénéficier d'une attention particulière de la part de la société marocaine, qui ne cesse de s'enorgueillir de sa participation à un évènement exceptionnel et de capitaliser sur cette expérience historique singulière, au service des générations montantes.

Pour la portée de cette grande Marche historique, M. Lmrabet a souligné que les jeunes continuent de la considérer comme une illustration de la parfaite symbiose entre le génie d'un Roi militant et la ferme volonté des Marocains de défendre leurs valeurs sacrées, et ne cessent de réitérer leur attachement à la préservation de l'intégrité territoriale du Royaume.

Il a ainsi réaffirmé sa disposition pour répondre, encore, à l'appel de la patrie, malgré son état de santé et son âge avancé, notant que la force du Maroc puise son essence dans l'incarnation de ses citoyens, des valeurs sacrées et des constantes nationales.

Ferveur patriotique et mobilisation exceptionnelle pour un évènement historique

C'est avec une ferveur patriotique indescriptible et une mobilisation exceptionnelle que les Marocains avaient accueilli, le 16 octobre 1975, l'annonce par feu SM Hassan II de l'organisation de la Marche verte pour le recouvrement des provinces du Sud. 

Dans les villes et les campagnes, et partout au Maroc, même dans les coins les plus reculés, c'est la joie et l'enthousiasme qui se sont emparés des Marocains, signe de la détermination de tout un peuple pour en découdre avec le colonialisme espagnol. 

Dès la fin du discours historique du regretté Souverain, les Marocains sont descendus par milliers dans les rues des différentes villes et villages pour exprimer leur soutien et leur disposition à participer à cette marche, quels qu'en soient les sacrifices. 

Tel un seul homme, ils ont exprimé leur adhésion à cette initiative historique et pleine de sagesse de feu SM Hassan II qui a pris au dépourvu le monde entier en décidant d'organiser une marche pacifique en direction du Sahara pour sceller, et à jamais, le rattachement de cette région méridionale au reste de la patrie, dans une démarche civilisationnelle qui respecte la légalité internationale et la libre volonté des habitants. 

La classe politique était unanime à saluer ce coup de génie et les témoignages d'appui commencèrent à affluer des partis politiques marocains, dont le très influent Union nationale des forces populaires (UNFP) qui était l'un des premiers à exprimer son adhésion à l'initiative du promoteur de la procession vers le Sahara. 

"Le problème de la libération du Sahara vient de franchir une étape déterminante dans la voie de la réalisation de l'unité et de l'intégrité nationales", avait réagi le jour même du discours, le secrétaire général de l'UNFP, Abdallah Ibrahim qui "enregistre avec satisfaction la décision prise par SM le Roi aujourd'hui d'organiser une marche populaire à la fois pacifique et vigilante, en vue de mettre un terme à la domination coloniale". 

L'Union socialiste des forces populaires (USFP) a de son côté adhéré à cette initiative historique tout comme le Parti de l'Istiqlal qui avait invité les citoyens et ses militants à consentir "tous les sacrifices pour libérer leur pays et unifier leur patrie". 

Ainsi, dans toutes les régions du Royaume, les Marocains se sont ruées vers les bureaux mis en place par les autorités pour l'inscription des volontaires à la marche verte. 

Tout le monde avait hâte de participer à cette épopée historique qui restera gravée à jamais dans la mémoire et n'attendait que l'ordre du Roi libérateur pour bouger. 

Les autorités avaient mobilisé les gros moyens pour assurer l'acheminement de ces milliers de volontaires, leur encadrement médical, leur nourriture et leur gîte, et tous les corps et services de l'Etat (autorités locales, Gendarmerie royale, Sûreté nationale, Forces auxiliaires, Protection civile, Entraide nationale, Croissant rouge marocain, etc) ont répondu présents pour contribuer à la réussite de "l'Evènement du siècle", comme décrit à juste titre d'ailleurs par plusieurs observateurs. 

Il fallait compter aussi sur la générosité légendaire des Marocains qui ont mis leurs propres moyens de transport à la disposition des pouvoirs publics, dans un geste témoignant de l'adhésion spontanée et unanime à cette entreprise, fruit du génie d'un grand Souverain. 

Vint alors le jour J et le départ vers le Sud de cette marée humaine, à bord de trains, de camions, d'autocars et autres véhicules. 

Des cérémonies de départ très émouvantes sont organisées alors dans toutes les villes et présidées par les gouverneurs qui saluent le patriotisme des valeureux marcheurs de la paix, lesquels vont converger vers Agadir avant la grande procession vers Tarfaya à bord d'innombrables camions pavoisés aux couleurs nationales pour briser les frontières factices dressées par le colonisateur pour séparer des hommes et femmes du même pays et de la même patrie. 

Au passage des volontaires, ce sont des milliers de Marocains, hommes, femmes et enfants, qui se massaient le long de la route pour saluer et acclamer les marcheurs ayant pour seule arme le Coran.

Le 5 novembre, feu SM Hassan II demanda aux volontaires de faire mouvement, le lendemain, en direction du Sahara.

"Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est la tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays", dira le regretté Souverain dans un discours tout aussi historique que celui annonçant l'organisation de la Marche. 

Ce qui fut fait sans la moindre goutte de sang versée et quarante ans après, le Sahara jouit toujours des bienfaits de la réunification et le peuple marocain reste armé du même patriotisme et du même engagement pour stopper net les gesticulations et manœuvres des adversaires de son intégrité territoriale.

Mustapha Salma, le militant sahraoui banni pour avoir crié la vérité

Quel crime aurait commis le militant sahraoui Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud pour subir les affres de l'éloignement des siens, il y a à peu près cinq ans ? La réponse est simple: il a décidé de briser l'étau et dire toute la vérité sur le conflit régional du Sahara.

Mal lui en a pris, il a osé remettre en cause les dogmes de la direction illégitime du front polisario, qui vend à l'étranger la chimère du "oasis de démocratie" dans des camps quadrillés paradoxalement par les impitoyables services de renseignement algériens, qui agissent au nom de "la plus grande démocratie du continent".

Flashback : Après plus de trente ans passés dans les camps après son enlèvement, en octobre 1979, à l'âge de 11 ans, en compagnie de sa mère et de ses frères, il décida de se rendre à Smara, dans le sud du Maroc, pour visiter son père, alors malade.

Pour ses retrouvailles avec la mère-patrie, l'ancien inspecteur général de la police du polisario affiche un soutien sans équivoque au plan d'autonomie proposé par le Maroc pour le règlement définitif de la question du Sahara. Dans sa tête, c'est l'unique issue de sortie de l'impasse, doublée du doux rêve de mettre un terme aux déchirements des familles sahraouies, à la fois victimes et otages de l'entêtement des séparatistes.

A son retour via la Mauritanie vers les camps, où il comptait poursuivre son combat pour la vérité, il fût arrêté, le 21 septembre 2010, par les miliciens du polisario, qui l'ont conduit dans un endroit secret pour subir toutes sortes de torture.

Par son courage et la pertinence de son approche, qui a ébranlé la propagande séparatiste, Mustapha Salma est devenu le porte-voix de milliers d'autres sahraouis muselés, étouffés et terrorisés par les sbires des camps de Tindouf, dans le sud-ouest algérien.

A la faveur d'un élan de solidarité internationale sans précédent, ayant contribué à enfoncer le polisario dans l'isolement et le ridicule, le militant sahraoui retrouve la liberté, le 30 novembre 2010, sous l'égide du Haut commissariat aux réfugiés. Depuis, il vit en Mauritanie avec le statut de réfugié, avec l'espoir de retrouver, un jour, les siens et continuer sa lutte.

De ce fait, il ne se trouve pas seulement priver du droit d'avoir des opinions politiques ou de voir ses enfants, mais il ne peut surtout pas quitter le territoire mauritanien, parce que dépourvu de documents de voyage.

Non sans une pincée d'ironie, Mustapha Salma décrit, lui-même, sa nouvelle situation comme quelqu'un qui est sorti d'une cellule exiguë pour entrer dans une prison plus grande.

Refusant de sombrer dans l'abattement et la résignation, il a observé un sit-in et une grève de la faim de 39 jours devant la délégation du HCR à Nouakchott, après avoir vainement frappé à toutes les portes.

Le cas de ce militant sahraoui est un peu unique dans le monde. Résultant d'une combine cynique entre le polisario et l'Algérie, il est considéré comme un réfugié en transit. Une situation inique et inouïe devant donner matière à réflexion aux défenseurs des droits de l'Homme, qui montent au charbon même pour les détenus de droit commun dans d'autres endroits.

Mustapha Salma dérange parce qu'il était témoin oculaire des atrocités commises dans les camps de la honte, en souffrance des conditions de vie humaines les plus élémentaires malgré les sommes colossales déboursées médiatiquement par Alger pour commercialiser l'idée des "territoires libérés", qui s'est avérée un produit de piètre qualité emporté par les premières pluies. Une preuve tangible de la corruption qui ronge les rangs des séparatistes et de leurs marionnettistes.

Une fois, il a expliqué que les séparatistes sont sans merci à l'égard de toute personne tentée par un retour à la maison, ayant aidé dans cette entreprise ou faisant l'apologie de la reconstruction des familles séparées.

Faisant fi de la terreur et de l'intimidation, plusieurs sahraouis ont transcendé la peur pour braver les contrôles draconiens imposés par les barbouzes algériens et leurs acolytes séparatistes, qui ne se contentent plus du détournement de l'aide humanitaire, mais veulent avoir le contrôle total sur la vie des populations des camps.

En revanche, Mustapha Salma enregistre que, de l'autre côté du mur, il n'a jamais été vérifié que les autorités marocaines ont harcelé les ralliés, y compris ceux ayant porté les armes, ou exercé de la discrimination entre les citoyens vivant dans les provinces du Sud.

Au contraire, elles pratiquent une discrimination positive en faveur des ralliés en vue de les accompagner dans la réintégration, en leur offrant des sommes d'agent, des emplois et des logements, histoire de commencer une nouvelle vie.

En faisant une évaluation objective de la situation, Mustapha Salma ne voit aucune utilité dans la poursuite de cette tragédie humaine, sinon servir les desseins du polisario et de leurs bienfaiteurs algériens, qui ont transformé les populations des camps en boucliers humains et de carburant pour la perpétuation du conflit.

60ème anniversaire de la Déclaration de La Celle Saint Cloud : l'amitié franco-marocaine célébrée à Paris

L'amitié franco-marocaine sera célébrée et mise à l'honneur les 09 et 10 novembre à Paris, à l'occasion du soixantième anniversaire de la Déclaration de La Celle Saint-Cloud du 6 novembre 1955, qui a ouvert la voie à l'indépendance du Royaume.

Le lundi 9 novembre, l'Institut du monde arabe accueillera le colloque "France-Maroc : une histoire partagée, des défis communs", organisé en partenariat avec l'Institut royal des études stratégiques et le Centre Jacques Berque, avec le soutien de l'ambassade du Maroc en France.

Ce colloque connaîtra la participation de ministres, de chercheurs et universitaires, d'historiens et de diplomates marocains et français.

Plusieurs thèmes seront débattus lors de cette rencontre dont "les legs du XXè siècle : l'évolution des relations entre le Maroc et la France depuis le protectorat jusqu'à l'orée du XXIè siècle" et "France-Maroc : les enjeux et défis stratégiques régionaux dans un contexte mondialisé. Quel est l'impact sur la coopération Nord-Sud du partenariat économique et stratégique de ces deux pays au Maghreb et en Afrique subsaharienne ?"

Les participants évoqueront aussi l'engagement des deux pays en faveur du développement durable après l'Appel de Tanger, et alors que le Maroc succédera à la France comme président de la COP22.

Au programme de cette rencontre figure également une conférence de l'ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine sur les relations entre le Maroc et la France.

Le mardi 10 novembre, un dîner se tiendra à Paris à l'invitation des ministres des Affaires étrangères de la France et du Maroc en partenariat avec l'Office national marocain du tourisme, a indiqué vendredi le Quai d'Orsay.

Cette soirée réunira de nombreuses personnalités emblématiques - entrepreneurs, artistes et intellectuels - qui animent la relation d'amitié entre la France et le Maroc, a précisé le ministère français des Affaires étrangères dans une déclaration rendue publique par son porte-parole. Signés en 1955, les accords de La Celle-Saint Cloud ont mis fin à l'exil de feu SM Mohammed V et initié le processus de transition vers l'indépendance du Maroc.

La région Dakhla-Oued Eddahab fin prête pour célébrer le 40ème anniversaire de l'épopée de la Marche Verte

La région Dakhla-Oued Eddahab s'est parée de ses plus beaux atours pour célébrer, comme il se doit, ce vendredi 6 novembre, le 40ème anniversaire de l'épopée de la Marche Verte, un événement national qui fait date dans l'histoire du Maroc.

Péninsule et perle des provinces sahariennes du Royaume, Dakhla s'est pavoisée aux couleurs nationales et aux portraits de SM le Roi Mohammed VI pour se mettre, après plusieurs semaines de préparation, à l'heure de cet événement phare qui a permis le parachèvement de l'intégrité territoriale du Maroc.

Spontanément, les Dakhlaouis se sont mis en devoir de se remémorer la Marche Verte dans la pure tradition hassanie locale. Et ce sont toutes les places, tous les boulevards et artères et toutes les rues de la ville qui se sont transformés, pour la circonstance, en un espace de fête exaltant la Marche Verte.

Autant les grandes avenues Mohammed V, Al Oualae et Moulay Rachid, que les places Hassan II, Sidi Ahmed Laroussi, Mohamed Fadel Semlali en passant par les quartiers Hay Moulay Rachid, Hay Al Ouahda, Al Massira (1-2-3-4), Al Ghofrane et Al Amal, qui se sont mis plus beaux pour la circonstance avec un gigantesque portrait de SM le Roi.

Le port de la ville, les quartiers Oued Chiyaf ou Leghbilat, Bir Guendouz (province d'Aousserd) et jusqu'au point frontière Guergarat se sont également préparés pour les festivités donnant la preuve irréfutable, si besoin est, de l'essor de développement enregistré dans l'ensemble des provinces sahariennes marocaines.

En célébration de ce grand événement, qui a permis au Maroc de parachever son intégrité territoriale, la région Dakhla-Oued Eddahab prévoit un programme aussi riche que varié comprenant notamment des soirées artistiques et culturelles en plus de compétitions sportives et des expositions du patrimoine local.

Au menu, figurent aussi un tournoi de football, une course féminine sur route, un semi-marathon avec la participation de champions de renommée internationale et une compétition de kitsurf.

Au centre de la commune de Bir Guendouz, une rencontre sur la poésie et la musique hassanies, un tournoi de mini-foot seront également organisées.

Au siège de la wilaya, un hommage appuyé sera rendu à d'anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération et volontaires ayant participé à la glorieuse Marche Verte.

Dans ce cadre, Saadani, commerçant, a exprimé sa joie et son allégresse de cet anniversaire historique qui traduit parfaitement l'attachement des citoyens marocains du Nord au Sud du Royaume à l'unité territoriale, se félicitant des chantiers de développement lancés dans les provinces du Sud tout au long de ces quarante années après la récupération par le Maroc de cette partie si chère aux cœurs de l'ensemble des Marocains.

De son côté, Baraka a affirmé que le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte célèbre la légalité et la justesse des positions du Maroc pour contrecarrer les manœuvres ourdies par les ennemies du Royaume qui ne cessent d'exprimer leur animosité et leur hostilité au processus de développement des provinces sahariennes mené par SM le Roi.

Et de poursuivre que la Marche Verte restera un épisode phare de l'histoire nationale qui illuminera à jamais la voie du peuple marocain, afin de poursuivre sa lutte légitime pour préserver son unité nationale, défendre son intégrité territoriale, et de conforter son évolution politique, économique et sociale sous la conduite éclairée du Souverain.

Anniversaire de la Marche verte : Des journaux maliens mettent en exergue la portée de cette épopée nationale

La portée de la célébration par le peuple marocain de l'anniversaire de la Marche Verte, une épopée nationale riche en valeurs patriotiques, a été mise en exergue, vendredi, par des journaux maliens. 

Les journaux à grand tirage +L'Indépendant+ et +Le Républicain+ soulignent, à ce propos, que le Maroc, commémore avec fierté, le 40e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, cette épopée nationale, relèvent-ils, dans laquelle tous les Marocains sans exception puisent en permanence les valeurs de patriotisme.

Illustrant leur article de photos immortalisant des moments de liesse nationale à l'occasion de l'organisation de la Marche Verte en 1975, les deux journaux relèvent que cet évènement incarne la parfaite symbiose qui unit le Trône et le peuple, ainsi que l'unanimité sans faille qui s'est forgée autour des constantes et des sacralités de la nation marocaine.

Les deux quotidiens maliens reviennent, à ce propos, sur le contexte historique de l'organisation de la Marche Verte.

"Partout dans le monde c'était la stupeur : des Marocains osent défier la puissance espagnole dans la région. Ils avancent, sans autre arme que le Coran. Une opération mûrie par Feu SM le Roi Hassan II qui va bouleverser les rapports de force hérités d'une décolonisation inachevée, vingt ans après l'indépendance du Maroc'', souligne la même source.

Les publications maliennes retracent, par ailleurs, les péripéties ayant marqué le processus de parachèvement de l'intégrité territoriale du Maroc, depuis l'indépendance en 1956, en passant par la récupération de Tarfaya et Sidi Ifni (1958 et 1969) et l'avis consultatif émis par la Cour internationale de justice dans lequel elle reconnait l'existence de liens d'allégeance historiques entre les tribus sahraouies et les Rois du Maroc, jusqu'au retrait de l'Espagne du Sahara et le retour des provinces du sud dans le giron national à la faveur de la Marche Verte.

Les journaux s'attardent, de même, sur le processus onusien de règlement du conflit artificiel du Sahara marocain, soulignant le caractère complexe et délicat du processus d'identification, et des divergences sur des aspects importants du plan de règlement proposé en 1991 par les Nations Unies.

Face à l'impasse, rappelle la même source, le Maroc a soumis, en 2007 au Secrétaire général de l'Onu, l'initiative marocaine pour la négociation d'un statut d'autonomie de la région du Sahara, une initiative qualifiée par la communauté internationale de sérieuse et crédible.

La Marche Verte : un défi national où la famille royale s'est mise à l'œuvre

Le 40-ème anniversaire de la Marche Verte est une occasion pour nous rappeler que cet évènement historique phare est la concrétisation d'un défi national où l'illustre famille royale s'est mise à l'œuvre, dans un élan de solidarité et d'engagement sans faille en faveur des causes nationales. 

L'engagement de la famille royale restera certes gravé en lettres d'or dans l'histoire du Maroc, en témoigne le corpus médiatique très riche et la littérature abondante sur ce sujet. 

Feu SM Hassan II, qui a annoncé au monde entier la détermination du Maroc à organiser la Marche Verte, fruit du génie d'un grand Souverain, pour parachever son intégrité territoriale, avait tenu à être le premier à s'inscrire sur les listes des volontaires devant participer à cette épopée mémorable. 

En effet, le regretté Souverain était en tête des 350.000 citoyens ayant répondu à l'appel de la patrie et du devoir pour récupérer le Sahara, dont 10 pc de femmes, donnant ainsi l'exemple aux Marocains, mais également aux membres de l'illustre famille royale qui a témoigné d'un grand intérêt pour cette Marche pacifique.

Ainsi, SM le Roi Mohammed VI, à l'époque Prince Héritier, avait présidé la cérémonie de départ des 25.000 volontaires de la province de Marrakech qui devaient gagner Tarfaya en vue de participer à la glorieuse Marche Verte vers le Sahara. 

Dans une allocution de circonstance, SAR le Prince Héritier Sidi Mohammed avait transmis aux volontaires la bénédiction du leader de l'action unificatrice, Feu SM Hassan II, ainsi que le souci du Souverain de les voir rejoindre dans l'ordre les autres contingents des différentes régions du Maroc. 

Pour sa part, Feue SAR La Princesse Lalla Malika, alors présidente du Croissant Rouge marocain (CRM), était également très active lors de cette marche. 

La regrettée princesse avait accueilli, un après-midi du 24 octobre à Tiznit, le convoi des volontaires de la province de Taza et quatre jours après, elle s'était rendue en visite d'inspection à l'hôpital de la ville et reçu un infirmier de réanimation volontaire venant d'Oujda à bord d'une ambulance équipée pour participer à la Marche Verte.

Elle avait également reçu une délégation des femmes de Tiznit qui se sont portées volontaires pour se joindre à celles venant du Nord pour se rendre au Sahara marocain et donné ses instructions aux autorités de la province de Tiznit pour la constitution d'un comité provincial du CRM dans la ville. 

Le 30 octobre, Feue SAR La Princesse Lalla Malika avait présidé, à Tiznit, une séance de travail regroupant les membres du CRM et les responsables des secouristes qui participaient à la marche pacifique et donné ses instructions pour l'installation de six nouveaux camps de secouristes à Tarfaya. 

Ainsi, le CRM, qui avait fait don aux autorités de Tiznit d'un matériel de camp, disposait d'un camp à Ouarzazate, un autre à Taroudant, un centre à Agadir, un camp à Ait Melloul, un à Bou Izakarne, un à Goulmine, un centre à Tan-Tan, six centres à Tarfaya en plus du centre principal à Tiznit. 

La défunte avait effectué également une visite d'inspection des camps de secouristes dépendant du CRM installés à Ait Melloul et donné ses instructions pour continuer l'activité du secourisme au profit des marcheurs de la paix et octroyer l'aide matérielle nécessaire à ces volontaires. 

Après Tiznit et Agadir, Feue SAR Lalla Malika s'était rendue à Tarfaya à la tête d'une importante délégation pour s'enquérir de l'état de santé des volontaires, notamment dans l'hôpital principal de la ville et le centre du CRM. 

Feue SAR Lalla Malika faisait ainsi preuve d'une énergie et d'un dynamisme inépuisables. Elle avait retourné le même jour à Agadir où elle avait inspecté les camps de secouristes se trouvant dans la zone de bivouac, hébergeant les 350.000 volontaires qui attendaient le signal de Feu SM Hassan II pour entamer la marche. 

Le dynamisme des membres de l'illustre famille royale s'est traduit également dans les actions de Feue SAR Lalla Amina et Feue SA Lalla Fatima Azzahra, qui avaient rendu visite aux volontaires des provinces de Kelaat Sraghna, Azilal, Beni Mellal, Khouribga et Settat.

La Marche Verte : un défi national où la famille royale s'est mise à l'œuvre

Le 40-ème anniversaire de la Marche Verte est une occasion pour nous rappeler que cet évènement historique phare est la concrétisation d'un défi national où l'illustre famille royale s'est mise à l'œuvre, dans un élan de solidarité et d'engagement sans faille en faveur des causes nationales. 

L'engagement de la famille royale restera certes gravé en lettres d'or dans l'histoire du Maroc, en témoigne le corpus médiatique très riche et la littérature abondante sur ce sujet. 

Feu SM Hassan II, qui a annoncé au monde entier la détermination du Maroc à organiser la Marche Verte, fruit du génie d'un grand Souverain, pour parachever son intégrité territoriale, avait tenu à être le premier à s'inscrire sur les listes des volontaires devant participer à cette épopée mémorable. 

En effet, le regretté Souverain était en tête des 350.000 citoyens ayant répondu à l'appel de la patrie et du devoir pour récupérer le Sahara, dont 10 pc de femmes, donnant ainsi l'exemple aux Marocains, mais également aux membres de l'illustre famille royale qui a témoigné d'un grand intérêt pour cette Marche pacifique.

Ainsi, SM le Roi Mohammed VI, à l'époque Prince Héritier, avait présidé la cérémonie de départ des 25.000 volontaires de la province de Marrakech qui devaient gagner Tarfaya en vue de participer à la glorieuse Marche Verte vers le Sahara. 

Dans une allocution de circonstance, SAR le Prince Héritier Sidi Mohammed avait transmis aux volontaires la bénédiction du leader de l'action unificatrice, Feu SM Hassan II, ainsi que le souci du Souverain de les voir rejoindre dans l'ordre les autres contingents des différentes régions du Maroc. 

Pour sa part, Feue SAR La Princesse Lalla Malika, alors présidente du Croissant Rouge marocain (CRM), était également très active lors de cette marche. 

La regrettée princesse avait accueilli, un après-midi du 24 octobre à Tiznit, le convoi des volontaires de la province de Taza et quatre jours après, elle s'était rendue en visite d'inspection à l'hôpital de la ville et reçu un infirmier de réanimation volontaire venant d'Oujda à bord d'une ambulance équipée pour participer à la Marche Verte.

Elle avait également reçu une délégation des femmes de Tiznit qui se sont portées volontaires pour se joindre à celles venant du Nord pour se rendre au Sahara marocain et donné ses instructions aux autorités de la province de Tiznit pour la constitution d'un comité provincial du CRM dans la ville. 

Le 30 octobre, Feue SAR La Princesse Lalla Malika avait présidé, à Tiznit, une séance de travail regroupant les membres du CRM et les responsables des secouristes qui participaient à la marche pacifique et donné ses instructions pour l'installation de six nouveaux camps de secouristes à Tarfaya. 

Ainsi, le CRM, qui avait fait don aux autorités de Tiznit d'un matériel de camp, disposait d'un camp à Ouarzazate, un autre à Taroudant, un centre à Agadir, un camp à Ait Melloul, un à Bou Izakarne, un à Goulmine, un centre à Tan-Tan, six centres à Tarfaya en plus du centre principal à Tiznit. 

La défunte avait effectué également une visite d'inspection des camps de secouristes dépendant du CRM installés à Ait Melloul et donné ses instructions pour continuer l'activité du secourisme au profit des marcheurs de la paix et octroyer l'aide matérielle nécessaire à ces volontaires. 

Après Tiznit et Agadir, Feue SAR Lalla Malika s'était rendue à Tarfaya à la tête d'une importante délégation pour s'enquérir de l'état de santé des volontaires, notamment dans l'hôpital principal de la ville et le centre du CRM. 

Feue SAR Lalla Malika faisait ainsi preuve d'une énergie et d'un dynamisme inépuisables. Elle avait retourné le même jour à Agadir où elle avait inspecté les camps de secouristes se trouvant dans la zone de bivouac, hébergeant les 350.000 volontaires qui attendaient le signal de Feu SM Hassan II pour entamer la marche. 

Le dynamisme des membres de l'illustre famille royale s'est traduit également dans les actions de Feue SAR Lalla Amina et Feue SA Lalla Fatima Azzahra, qui avaient rendu visite aux volontaires des provinces de Kelaat Sraghna, Azilal, Beni Mellal, Khouribga et Settat.

La Marche Verte, une épopée qui inspire l'élan de mobilisation constant pour la cause nationale 

Expression manifeste de la volonté du peuple marocain pour récupérer son droit spolié sur son Sahara, la Marche Verte est une épopée qui inspire à jamais l'élan de mobilisation constant des Marocains du monde pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume, ont estimé des acteurs associatifs marocains établis en Scandinavie.

Avec la commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte, cet évènement historique unique dans les annales de l'histoire de la décolonisation, sert de leçon de patriotisme et d'attachement indéfectible à l'intégrité territoriale à méditer dans l'action pour participer à éclairer l'opinion publique des pays d'accueil et contrer les manœuvres des séparatistes et leur mentor, a ainsi souligné Ahmed Sghir du Forum maroco-danois, basé à Copenhague.

"Pour nous Marocains établis en Scandinave, la célébration de la Marche Verte cette année rappelle combien il est nécessaire de rester tout le temps éveillés afin d'anticiper l'activisme des ennemis du Maroc dans cette région", a-t-il dit en citant le recours à la manipulation et à l'instrumentalisation des droits de l'Homme et de l'exploitation des ressources naturelles pour s'attirer la sympathie et le soutien de certains cercles politiques et parmi les ONG.

Ces cartes maintes fois utilisées ne visent qu'à porter atteinte à la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud et à masquer la réalité du conflit autour de l'intégrité territoriale du Royaume, selon M. Sghir qui ajoute qu'au sein de la communauté marocaine au Danemark, la conviction est grande pour mettre à profit toutes les énergies, en particulier celle de la jeune génération de Maroco-danois, pour entretenir le dialogue et la communication avec la classe politique, le monde universitaire et les médias afin de les sensibiliser aux réalités historiques du processus de décolonisation du Sahara, à la proposition marocaine d'autonomie en tant que modèle d'autodétermination démocratique, ainsi qu'aux chantiers de développement durable et inclusif engagés pour faire des provinces du Sud un axe d'échanges à grand potentiel vers l'Afrique.

Dans ce contexte, l'écrivaine maroco-norvégienne Zakia Khayrhom a noté que les villes des provinces du Sud ont connu, après 40 ans de la glorieuse Marche verte, un progrès inédit à la faveur de la réalisation de plusieurs projets phares dans les domaines social, culturel et économique. 

A l'instar des autres pays, le Maroc œuvre à la préservation de son intégrité territoriale et au renforcement de sa marche de développement, a-t-elle fait observer en insistant que les Norvégiens, comme les autres voisins scandinaves, doivent être parfaitement conscients que les complots fomentés contre le Royaume ne contribuent qu'à semer l'instabilité et le désordre dans une région aux portes de l'Europe.

"Les provinces du Sud reflètent la diversité des composantes riches de l'identité marocaine", a ajouté l'intellectuelle maroco-norvégienne convaincue que les attitudes hostiles ne vont pas dissuader le Maroc de poursuivre les grands chantiers de réformes ayant permis la consolidation du processus démocratique et socio-économique cité aujourd'hui comme modèle en Afrique et dans le monde arabe. 

Pour sa part, Karim Askari, directeur exécutif de l'Institution dialogue et communication maroco-islandais, a insisté sur la nécessité de mieux faire connaitre cet évènement phare de l'histoire moderne du Royaume au niveau des pays européens, notamment dans la région nordique.

Cette campagne devrait focaliser sur les réalisations accomplies dans le Sahara depuis sa récupération par le Maroc dans tous les domaines, a-t-il noté, relevant dans ce sens le rôle clé de la société civile marocaine en Europe, dans le cadre de la diplomatie parallèle.

Il s'agit de mettre en avant les acquis multidimensionnels accumulés grâce à la mobilisation de gros investissements publics et à la mise en œuvre des plans d'action de développement qui ont complètement changé le visage des provinces sahariennes, a en outre indiqué M. Askari, rappelant que la Marche verte illustre à merveille la culture marocaine de paix et de non-violence. 

Il a appelé, à ce propos, le tissu associatif marocain à mettre à profit tous les moyens nécessaires pour sensibiliser l'opinion publique des pays d'adoption à la question du Sahara marocain et à la Marche verte. 

Abondant dans le même sens, Meriem El Mezouak, présidente de l'Association "Femme marocaine en Suède", a souligné que la Marche verte fait partie des chapitres glorieux de l'histoire contemporaine pour tous les Marocains, ajoutant que le caractère pacifique et civilisationnel de cet évènement est un exemple éloquent de la force de la lutte légitime pour le recouvrement des droits spoliés par le colonisateur.

Dans ce contexte, Mme El Mezouak a estimé, elle aussi, cruciale de redoubler d'efforts en vue d'éclairer davantage l'opinion publique internationale en général et scandinave en particulier des diverses facettes de cet évènement historique inédit et de continuer à mettre à nu les mensonges véhiculés par les séparatistes sur ce sujet.

La militante associative a également jugé indispensable de mettre en avant les avancées accomplies dans les provinces du Sud du Royaume depuis 1975, citant à cet égard les projets de développement d'envergure lancés dans le Sahara, la promotion des droits de l'Homme et le renforcement de la participation des Sahraouis dans la gestion de leurs affaires locales à la faveur de la régionalisation avancée.

Quand Feu SM Hassan II se remémorait la Marche verte

A travers des récits émouvants et de longs entretiens, Feu SM Hassan II se remémorait avec la même ardeur et dans les moindres détails les préparatifs de la Marche verte, son déroulement et son grand aboutissement et ce, dans des passages dédiés tirés des ouvrages "Le défi" et "La mémoire d'un Roi". 

Le jour du 6 novembre 1975 restera gravé à jamais dans l'histoire du Royaume, lorsque le regretté Souverain, animé d'une foi fervente et d'un patriotisme distingué, osa défier la puissance espagnole qui n'a que très peu résisté devant une grande marche pacifique, minutieusement préparée dans le plus grand secret. 

"Il était inimaginable que nous fissions à l'Espagne une guerre qui n'avait pas de sens et que nul ne désirait, ni à Madrid ni à Rabat. Alors que le départ des Espagnols était une certitude proclamée. Il n'était pas non plus concevable que nous laissions notre terre vide, abandonnée !" et c'est ainsi que fut décidée la Marche Verte, avait expliqué le regretté Souverain. 

A cet effet, un cortège de 350.000 Marocains, dont 10 pc de femmes, fut fixé pour participer à cette grand-messe de patriotisme qui durera plusieurs jours, un choix non hasardeux parce que ce chiffre correspond exactement au nombre des individus qui naissent au Maroc chaque année.

"J'ai pensé qu'il M'était permis d'engager la moisson solennelle que Dieu nous donne pour ramener à la Patrie une terre que nous n'avions jamais oubliée", avait expliqué Feu SM Hassan II. 

Ainsi, le Souverain avait convoqué dans le plus grand silence trois personnes qui allaient devenir responsables de la Marche Verte. 

"Tous les trois, sans secrétaire, sans ordinateur, rédigeant tout à la main. Il fallait calculer avec précision le nombre de pains nécessaires pour nourrir 350.000 personnes et la quantité de bougies indispensables pour éclairer les camps", avait-il expliqué.

Il fallait aussi transporter 17.000 tonnes de nourritures, 23.000 tonnes d'eau, 2.590 tonnes de carburant, outre des armes et des munitions pour le cas où il eût été nécessaire de se défendre. Le service de santé, lui, utilisait 230 voitures-ambulances, racontait le regretté Souverain dans "Le Défi". 

Le 16 octobre, la Cour internationale de justice de La Haye a rendu un arrêt affirmant que des liens d'allégeance avaient existé, de tout temps, entre le Maroc et les habitants du Sahara. C'est alors que Feu SM Hassan II prononça Son discours mémorable lançant la Marche Verte.

"Je n'avais pas encore fini mon allocution, il était huit heures trente que déjà du patio ouvert où je me tenais, j'entendais les clameurs provenant des quartiers proches du palais, à Marrakech. Dans toutes les villes et les villages du Royaume, les gens sortaient dans les rues en criant -Nous sommes volontaires !-. C'était un véritable rush. Nous aurions pu emmener un ou deux millions de personnes", s'est remémoré le regretté Souverain. 

Enfin, la veille de la Marche Verte, le 5 novembre 1975, Feu SM Hassan II faisait Ses dernières recommandations.

"Cher peuple, Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays", avait déclaré le défunt Roi.

Le 6 novembre, la masse des 350.000 Marocains s'élança vers le sud selon un ordre de marche qui fut rigoureusement respecté. Feu SM Hassan II était tenu heure par heure au courant des moindres incidents de cette grande procession. Il fallait surtout modérer la ferveur des marcheurs.

"Les 30.000 volontaires d'Agadir, les 20.000 d'Ouarzazate, les 18.000 de Tiznit et les 15.000 de Tarfaya espéraient bien être les premiers à dire leur prière. Mais les 4.000 volontaires de Tétouan, d'Oujda, de Figuig, les 35.000 Casablancais, les 15.000 Fassis, les 20.000 de Ksar-es-Souk, les 10.000 de Beni Mellal, ne l'entendaient pas de cette oreille. Ni ceux de Safi, de Taza de Tanger, de Meknès, de Kénitra, de Khemisset, de Nador ! Chacune de nos délégations provinciales voulait avoir l'honneur de franchir la frontière en premier", se rappelait Feu SM Hassan II.

S'adressant aux marcheurs, qui avaient déjà franchi la frontière factice, le regretté Souverain avait exprimé Son admiration en affirmant que les volontaires "viennent d'écrire une des pages les plus glorieuses de notre Histoire, une page qui sera citée en exemple aux générations futures en fait de discipline, d'obéissance, de maturité, d'endurance et de patriotisme". 

Et d'ajouter que "s'il n'était pas facile de mobiliser pacifiquement 350.000 hommes et de les lancer à l'assaut d'une terre lointaine, il était peut-être plus difficile encore d'arrêter leur élan. La foi qui soulève les montagnes, les poussait vers le sud, vers Hagunia, vers El Ayoun, Il semblait qu'à présent rien ni personne ne pût les retenir". 

"Pourtant, lorsque J'en donnai l'ordre, la Marche s'arrêta immédiatement, fit demi-tour et, selon le dispositif prévu, nos 350.000 volontaires retournèrent à Tarfaya", souligne encore le regretté Souverain.

Le 17 novembre, Feu SM Hassan II s'est adressé encore, lors du discours royal prononcé à l'occasion du 20è anniversaire de notre indépendance, aux Pèlerins de paix et au peuple marocain tout entier.

"Aujourd'hui, cher peuple, Je suis en mesure de te dire : Notre Sahara a été rendu et sans effusion de sang. Honneur à vous, Volontaires, car vous avez créé une conscience nouvelle et une nouvelle école politique au Maroc", s'est réjoui Feu SM Hassan II, ajoutant que cette marche a donné naissance à un Maroc nouveau, ce qui implique pour le regretté Souverain des obligations nouvelles.

Le développement des provinces du Sud du Maroc est plus qu'une aubaine et s'illustre dans un élan d'accompagnement de projets pertinents 

La dynamique de développement que connaissent les provinces du sud du Maroc est plus qu'une aubaine et s'illustre aisément dans un élan d'accompagnement stratégique et financier de projets pertinents de créations d'entreprises et d'emplois, a souligné le professeur Moctar Ben Haidara, président de la Fédération Mondiale des Amis du Sahara Marocain (FEDMASAMA).

Dans un entretien accordé à la MAP à l'occasion du 40è anniversaire de la Marche Verte, M. Ben Haidara, a ajouté que dans la perspective d'une autonomie élargie, les initiatives locales trouveront dans ce concept, un point d'appui pour promouvoir les compétences distinctives sahraouies et déclencher un développement humain jamais égalé ailleurs. 

Plus de trois décennies durant, le Maroc forge des voies et moyens pour le développement durable dans sa partie saharienne, a-t-il précisé, notant l'impact important et marquant de la régionalisation avancée sur l'épanouissement des collectivités locales sahraouies.

Dans la foulée, cet académicien au fait du dossier du Sahara marocain, a passé en revue une série d'événements historiques ayant marqués l'évolution de ce dossier, notant que cela met en évidence le fondement de la Marocanité du Sahara. Cette légitimité n'a été que renforcée par la forte participation de la population locale aux différentes échéances électorales qui ont consacré l'unité du Royaume, a-t-il dit.

A travers l'engouement populaire lors des récentes élections municipales et régionales, dont le taux de participation a atteint les 80 pc dans cette région, les Provinces du Sud ont confirmé avec engagement leur Marocanité, a-t-il estimé, faisant observer que la sauvegarde de l'intégrité territoriale du Royaume est historique et épouse aujourd'hui l'air du temps à travers un projet ambitieux de régionalisation.

Dans ce sens, M. Ben Haidara a tenu à rappeler les propos de SM le Roi Mohammed VI, annonçant dans Son discours du 31 juillet dernier la mise en œuvre de la régionalisation avancée et du modèle de développement des provinces du Sud du Royaume , soulignant l'appel, réitéré par le Souverain dans son discours historique, à vigilance et à la mobilisation pour contrecarrer les manœuvres des adversaires et s'opposer à toute déviation susceptible de se produire dans le processus de Règlement onusien .

Se référant aux dernières élections municipales et régionales tenues le 4 septembre dernier, M. Ben Haidara a relevé que ces joutes électorales viennent de confirmer l'adhésion des populations des provinces du Sud du Royaume à la politique de régionalisation avancée mise en place par SM le Roi Mohammed VI. 

'L'élan de régionalisation, tel que développé par SM le Roi Mohammed VI, laisse perceptible une forte connotation de développement local qui se fonde sur le besoin d'implication de la population, dans les prises d'initiatives et dans la conduite d'actions visant son propre épanouissement sociopolitique, culturel et économique'', a-t-il expliqué.

La mise en œuvre de cette approche participative ne pourra que soutenir le vaste chantier ouvert par le Royaume en dopant le développement et la modernisation sur l'ensemble du territoire'', a-t-il ajouté, relevant que cette dynamique résultera, à n'en point douter, de la libération de l'esprit d'entreprise des populations reconnues et encouragées en tant qu'acteurs principaux de leur mouvance dans les sentiers du développement. 

La forte participation des Marocains des Provinces du Sud aux élections locales démontre, encore une fois et de manière claire, tout l'intérêt des populations à soutenir les actions de SM le Roi Mohammed VI en leur faveur et confirme leur engagement total pour la défense et la préservation de l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il dit. 

Les populations des provinces du sud sont conscientes de l'importance de la régionalisation avancée qui met à la leur disposition des leviers du pouvoir à même de leur permettre de prendre en main leurs destinées au même titre que toutes les autres régions du Royaume, a affirmé le président de la Fédération Mondiale des Amis du Sahara Marocain, faisant savoir que la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI, en ce qui concerne la régionalisation avancée, vient d'être confirmée avec la participation massive des populations des provinces du Sud aux récentes élections locales. 

Fortes d'une autonomie élargie, les initiatives locales trouveront dans le concept de coopération sud-sud un point d'appui pour promouvoir les compétences distinctives sahraouies sur une échelle africaine dans l'espoir de conquérir le reste du monde, a en outre estimé M. Ben Haidara.

Ainsi, de part sa position stratégique, au confluent de l'Afrique et l'Europe, le Sahara Marocain peut générer un modèle de développement à même de le positionner comme plaque tournante du continent.

Autrement, il servira pour le Royaume de porte ouverte sur l'Afrique et le reste du monde, a relevé M. Ben Haidara, notant que cette ambition, à portée de main, implique un effort soutenu en termes d'initiatives allant des programmes de formation à dimension panafricaine aux bourses d'études, aux échanges culturels, commerciaux, industriels et technologiques.

Il sera question, a-t-il ajouté, de conférer à la zone sahraouie une véritable allure cosmopolite. Dans un tel pôle fédérateur, sous une vision de coopération sud-sud, il est aisé de donner libre court aux réflexions sur la démocratie, le développement durable, l'intégration entre autres questions permettant au continent africain de marquer sa présence dans le concert intercontinental, a-t-il expliqué.

'Nous sommes toujours impressionné par le développement prodigieux qu'ont connu les provinces du sud du Maroc tant sur le plan social, culturel, économique qu'industriel , a-t-il poursuivi, notant que les investissements réalisés, ont eu un impact positif sur la vie des populations, qui ne pourront qu'être reconnaissantes à la volonté de SM le Roi de rehausser cette partie du Royaume avec la même équité que l'ensemble du Maroc''. 

Les actions menées par SM le Roi Mohammed VI 'nous confortent dans la mobilisation au niveau de la FEDMASAMA pour soutenir fermement toutes les initiatives en faveur du modèle de régionalisation avancée au Sahara Marocain et faire échec à toutes les tentatives visant à porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc'', a-t-il souligné.

Le plan d'autonomie du Sahara marocain, qui est un cadre très avancé de la décentralisation, offre des conditions pour une vie épanouie aux populations locales, rarement égalées sur l'ensemble du continent africain, a-t-il affirmé.

M. Ben Haidara qui a, en outre, réitéré la mobilisation sans faille de la FEDMASAMA, pour soutenir les initiatives de SM le Roi Mohammed VI et faire échec à toutes les tentatives visant à porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume, a fait part de son ambition de créer des sections de la Fédération Mondiale des Amis du Sahara Marocain FEDMASAMA à travers le monde entier.

Un Marocain établi en Allemagne témoin de la glorieuse Marche verte

la Marche verte reste gravée dans ma mémoire comme un évènement sans précédent, un moment historique à forte charge symbolique et politique qui a renforcé en moi le sentiment patriotique, a souligné Abderrahmane Attasbounti, un Marocain établi en Allemagne.

Racontant les souvenirs de son voyage d'Allemagne au Maroc pour participer à la Marche verte, ce natif de 1948 à Nador se remémore fièrement : "J'ai répondu avec une joie immense à l'appel de la Marche verte pour que le Maroc recouvre son Sahara".

Dans un entretien accordé à la MAP, à l'occasion de la célébration du 40-ème anniversaire de la Marche verte, M. Attasbounti, qui réside à Hesse (Ouest) depuis 45 ans, dit avoir répondu spontanément, aux côtés de membres de la communauté marocaine, à l'appel lancé en octobre 1975 par Feu SM le Roi Hassan II.

Pleins d'enthousiasme, les Marocains d'Allemagne ont présenté leurs demandes aux services consulaires compétents pour participer à cet événement historique, précise-t-il, ajoutant qu'il se rappelle encore aujourd'hui les noms de ceux qui l'ont accompagné dans cette marche de la victoire.

M. Attasbounti, actuellement retraité après avoir passé sa vie dans les ateliers du constructeur automobile Allemand Opel, se souvient que les volontaires à la Marche verte devaient, en raison de la législation allemande, présenter des demandes de congé exceptionnel pour pouvoir partir au Maroc.

Il se rappelle tous les détails comme si c'était hier : D'abord, l'arrivée à Casablanca, avant le départ vers Agadir dans des bus qui transportaient un nombre important de membres de la communauté marocaine établie aux Pays-Bas, en France, en Belgique et dans les pays scandinaves.

Un groupe de 15.000 personnes, baptisé du nom de 'Moulay Ali Chrif'', était le premier à prendre le départ d'Agadir vers Tarfaya de manière organisée, décidé à braver le froid glacial à l'époque, raconte-il, ajoutant que dans chaque groupe il y avait 10 femmes qui contribuaient à la préparation des repas. Le comité d'organisation était aussi, selon lui, aux petits soins des volontaires leur fournissant tout ce dont ils avaient besoin.

Sur ce point, M. Attasbounti se rappelle que l'Allemagne a fait don au Maroc d'un grand réservoir d'eau et d'un four de haute technologie qui fournissait 40.000 pains par jour.

"Durant tout le voyage, nous avons vécu une ambiance de fête et de joie. +Sawt Al Hassan+ et d'autres chansons patriotiques enregistrées pour l'occasion tournaient en boucle dans les bus'', poursuit-il.

Des tentes ont été plantées pour recevoir les volontaires, les représentants des missions internationales et la presse venue du monde entier pour couvrir la Marche, durant laquelle les Marocains ont brandi drapeaux et corans, ajoute-il.

L'un des moments forts qu'il dit avoir vécus était le fait d'avoir marché pendant environ 15 km jusqu'aux frontières. 

Un moment qu'il ne se prive d'ailleurs pas de raconter à ses enfants et à ses amis, Marocains et Allemands.

L'histoire enregistre en lettres d'or le combat du Maroc pour contrer les convoitises étrangères et se libérer du joug du colonialisme

L'histoire a enregistré en lettres d'or le combat du Maroc pour contrer les convoitises étrangères et sa lutte avec foi et détermination pour se libérer du joug du colonialisme, a affirmé le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, Mustapha El Ktiri.

Le Maroc a mené, tout au long de sa glorieuse histoire, des combats acharnés contre le colonisateur qui étendait un demi-siècle durant sa mainmise sur le territoire national en divisant le Royaume en zones d'influence réparties entre les protectorats français et espagnol, a souligné M. El Ktiri dans une déclaration à la MAP à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte. 

Face à cet état du fait accompli, les revendications de liberté et d'indépendance du Maroc se sont poursuivies et renforcées, le Royaume clamant haut et fort sa détermination à mettre fin à la présence coloniale et l'attachement aux constantes et aux valeurs sacrées de la nation ainsi qu'à son identité nationale et son histoire et civilisation, a poursuivi le Haut-commissaire.

Dans ce cadre, M. El Ktiri a rappelé les multiples combats menés par la résistance marocaine notamment à El Hri, dans la région de Khénifra en 1914, Anoual, dans le Rif en 1921 et Boukaf, dans la région de Tinghir en 1933. Le Haut-commissaire n'a pas manqué aussi de rappeler la réaction des Marocains face au dahir berbère en 1930 qui visait à semer la discorde entre les composantes du peuple marocain.

M. El Ktiri s'est arrêté également sur la visite historique de Feu SM Mohammed V à Tanger le 9 avril 1947, qui a défié les puissances coloniales en affichant la ferme volonté du Royaume de retrouver sa liberté.

Dans ce contexte, les manifestations, les actions des résistants et les protestations se sont intensifiées pour exiger le retour du Roi et de la famille royale de l'exil et la proclamation de l'indépendance. C'est ainsi que le mouvement de la résistance a multiplié ses actions au moment où l'armée de libération engageait des opérations dans le nord du Maroc le 1-er août 1955. 

Face à cette révolution, l'administration coloniale a été contrainte de courber l'échine, cédant ainsi à la volonté du peuple et du Trône qui a permis le retour triomphal au Maroc du Roi et de son illustre famille le 16 novembre 1955, a ajouté le Haut-commissaire. 

Ce retour du symbole de la nation, Feu SM Mohammed V, a marqué le passage de la bataille du petit Jihad à celle du grand Jihad pour l'édification du nouveau Maroc, le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume et le recouvrement de sa souveraineté sur les provinces du sud.

Les fils des provinces du sud et leurs frères en provenance de l'ensemble des régions et zones libérées du Royaume ont continué la lutte héroïque en vue de réaliser l'unité territoriale, en menant des combats acharnés où l'armée de libération a infligé une cuisante défaite aux colonisateurs dans plusieurs batailles telles celles de "Dchira", "Blaya", "Rghioua", "Mssid", "Oum Laâchar", "Marguala", sans oublier le soulèvement des tribus d'Aït Baâmrane le 23 novembre 1957, a souligné le Haut-commissaire.

La marche bénie pour l'indépendance a continué sur tous les fronts aussi bien au niveau national que celui international et Feu SM Mohammed V demeurait attaché à la souveraineté nationale en clamant haut et fort, dans le discours historique prononcé le 25 février 1958 à M'hamid El Ghizlane, le droit du Maroc à libérer son Sahara.

A la faveur de la cohésion et de la symbiose parfaite entre le Trône et le peuple, le Maroc a su gagner la bataille du parachèvement de son intégrité territoriale avec la récupération de Sidi Ifni le 30 juin 1969. Cette mobilisation a atteint son apogée le 6 novembre 1975 avec la glorieuse Marche Verte qui célèbre cette année son 40ème anniversaire.

C'est ainsi que des volontaires venus des quatre coins du Royaume ont convergé, en marée humaine sans précédent, vers Tarfaya dans une marche pacifique pour briser les frontières artificielles et réintégrer les provinces du sud à la mère patrie, le Maroc.

Jour après jour, l'unanimité nationale autour de la marocanité du Sahara se confirme et la mobilisation populaire nationale se poursuit avec l'implication des partis politiques, des organisations et acteurs de la société civile, des syndicats et des acteurs de droits de l'Homme, en plus de la diplomatie officielle et parallèle qui s'active d'arrache-pied pour mettre en relief la justesse de la position marocaine concernant le Sahara, a fait savoir M. El Ktiri.

Dans ce cadre, il a indiqué que les membres de la résistance et de l'armée de libération qui réitèrent leur soutien au plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, suivent avec un grand intérêt les derniers développements du dossier du Sahara marocain, comme en témoignent les communiqués du Haut-commissariat dénonçant les manœuvres et tentatives visant l'intégrité territoriale.

Le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, qui a adhéré à la Fédération mondiale des anciens combattants (FMAC) et à l'Union arabe des anciens combattants et victimes de guerre, participe activement aux réunions de ces organisations afin de défendre les causes nationales, en premier lieu le Sahara marocain, a relevé le Haut-commissaire.

M. El Ktiri a rappelé les démarches du Haut-commissariat devant ces instance visant à dénoncer la situation déplorable des séquestrés de Tindouf et mettre à nu les graves violations perpétrées par le polisario, citant dans ce cadre deux recommandations approuvées lors de la 28ème Assemblée générale de la FMAC, tenue à Sopot en Pologne, lesquelles réclament de mettre fin à la situation inhumaine vécue par les populations sahraouies séquestrées à Tindouf.

CRI Lâayoune Boujdour Sakia El Hamra: 419 projets validés en 12 ans

Le Centre régional d'investissement Lâayoune-Boujdour Sakia-Al Hamra a validé un total de 419 projets, depuis 2003 jusqu'au premier semestre 2015, confirmant ainsi le dynamisme sans cesse croissant d'une région promise plus que jamais à un avenir beaucoup plus prometteur.

La répartition de ces projets par secteurs d'activités fait ressortir une prédominance des services (36.28 PC), suivis des BTP (20.76 PC), du tourisme (17.90 PC), de l'industrie agroalimentaire (13.13 PC), du commerce (5.01 PC) et de l'énergie et des mines (3.58 PC), selon des données du CRI.

Les investissements engagés s'échelonnent entre l'énergie et les mines (53.36 PC), l'industrie agroalimentaire (28.10 PC) et le BTP (13.18 PC), alors que la primauté revient, en termes d'emplois générés, au secteur du commerce (24.90 PC), l'industrie agroalimentaire (21.90 PC), le BTP (20.35 PC), le tourisme (6.66 PC), l'énergie et les mines (4.35 PC) et le tourisme (3.79 PC).

Le nombre d'entreprises créées durant la même période s'élève à 2549, réparties entre les personnes morales (1070) et les personnes physiques (1479), relève le document faisant observer que cet effectif se répartit entre le commerce (1175), les services (786), l'agriculture et la pêche (344), le BTP (171), l'industrie (42), l'énergie et les mines (25) et le tourisme (6).

La déclinaison de ces entreprises par nature juridique démontre une prépondérance au profit des personnes physiques (1479), suivies des SARL (985), SNC (102) et SA (8), alors que le nombre des certificats négatifs délivrés s'élève à 4808, répartis entre le commerce (1595), les services (1425), le BTP (1928), l'agriculture et la pêche (322), l'industrie (224), l'artisanat (31) et l'énergie et les mines (28).

Les grands projets du secteur public validés par le CRI au titre de la même période portent essentiellement sur la réalisation d'une étude d'aménagement et de construction d'une zone franche à la ville d'El Marsa, la construction d'une station thermique de 21 MW à Lâayoune, le lancement d'une étude de l'autoroute Tiznit-Guergarat, d'une étude du plan d'aménagement aquacole de la Région, de construction d'une zone d'activités économiques à Lâayoune et d'une étude l'aménagement et de construction d'une zone industrielle à Tarfaya.

Dans le secteur privé, le CRI a validé le projet de construction d'un technopole à Foum El Oued sur une superficie de 665 Ha au profit de la Fondation Phousboucraa, de construction d'un projet intégré d'habitat à Lâayoune (136 Ha), d'aménagement d'un lotissement à El Marsa (22 Ha), d'un lotissement à Lâayoune (5 Ha), d'un autre à El Marsa (22 Ha) et d'une unité de broyage et de conditionnement de ciment (12 Ha).

Ces réalisations ont été accomplies à la faveur des potentialités dont regorge cette région, attractive par la diversité de ses paysages et rayonnantes par ses atouts économiques et la richesse de son patrimoine et la générosité de ses hommes.

Adossée à une position géostratégique remarquable, cette région renferme le premier port sardinier dans le Royaume et en Afrique, dispose d'une offre foncière attractive, de réserves halieutiques abondantes (pélagiques, sardines, poulpes, etc.), de projets structurants offrants de multiples opportunités d'investissement, en plus d'une diversité du milieu saharien (immenses plateaux désertiques, dunes de sables, rivières, grands lacs salés, oasis, lagunes). 

L'anniversaire de la Marche Verte, une occasion pour les Marocains du Sénégal de renouveler leur attachement à l'unité territoriale du Royaume 

La célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte offre l'occasion à la communauté marocaine établie au Sénégal de renouveler son attachement à l'unité territoriale du Royaume et sa mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI pour la défense de la marocanité du Sahara, a indiqué le secrétaire général de l'Association marocaine sahraouie du Sénégal (AMSS), Abdallah Haidara.

"Le 40è anniversaire de ce glorieux événement dans l'histoire du Maroc revêt une importance symbolique pour les Marocains du Sénégal. C'est l'occasion de renouveler notre attachement à la marocanité du Sahara et de réaffirmer notre mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI, au service de notre première cause nationale'', a-t-il affirmé dans un entretien accordé à la MAP.

M. Haidara, natif de la ville de Tan Tan, a fait savoir que l'AMSS va offrir ce vendredi soir à Dakar une réception en l'honneur des membres de la communauté marocaine établie dans ce pays frère, une cérémonie à travers laquelle, a-t-il dit, "nous voulons faire découvrir aux jeunes générations une épopée glorieuse de l'histoire de leur pays".

Par ailleurs, M. Haidara a fait observer que les provinces du sud du Royaume ont connu, depuis la marche verte, un développement et un progrès considérables qui ont complètement métamorphosé les villes de la région dans tous les secteurs.

"A chaque fois qu'on se rendre dans les provinces du sud, c'est toujours de nouveaux chantiers de développement et le même dynamise observé'', a-t-il relevé, se félicitant des infrastructures développées dont sont dotées les villes de la région, entre routes, hôpitaux, écoles, ports et aéroports.

Le nouveau modèle de développement dans les provinces du sud ne manquera pas, a-t-il ajouté, d'insuffler une nouvelle dynamique au processus de développement global dans la région et de favoriser un développement social et économique qui place les populations locales au cœur de ses préoccupations.

Evoquant l'initiative d'autonomie dans les provinces du sud, proposée par le Maroc en vue de la résolution du différend artificiel autour du Sahara marocain, le secrétaire général de l'AMSS a indiqué que l'application de cette initiative, qualifiée de sérieuse et crédible par la communauté internationale, est susceptible de mettre fin à ce conflit et d'assurer la stabilité de la région.

Un portail jordanien met en exergue le développement opéré dans les provinces du sud depuis la Marche Verte

Le portail électronique jordanien "Ammon" a mis en exergue "le grand écart" qui existe entre ce que l'occupation espagnole a laissé dans les provinces du Sahara marocain et ce qui y a été réalisé depuis la Marche Verte en termes de stabilité, de sécurité et de développement des infrastructures sur tous les plans, qui n'ont rien à envier aux autres régions du Maroc.

Le processus de développement mené au Sahara marocain depuis sa récupération l'a transformé en de grandes villes qui regorgent de projets structurants dans tous les domaines et a permis largement de pallier le déficit en infrastructures hérité de l'occupation espagnole, écrit le site jordanien.

Le Maroc a alloué des milliards de dollars du budget de l'Etat pour améliorer le niveau de vie des populations du Sahara et opérer une mutation urbanistique importante dans ces provinces, ajoute-il, en arguant que les provinces du Sud sont bien placées en termes des indicateurs de développement humain.

Et le support d'ajouter que le Maroc n'a ménagé aucun effort pour créer un modèle de développement sur l'ensemble du territoire national, notamment dans les provinces du Sud, en créant l'Agence de promotion et de développement économique et social des provinces du Sud en vue de dynamiser l'économie locale par le financement et la promotion de projets générateurs de revenu.

La même source note par ailleurs que le Maroc, qui célèbre ce vendredi le 40è anniversaire de la Marche Verte, le considère comme une occasion renouvelée pour réaffirmer l'unanimité du peuple marocain autour de la protection de son intégrité territoriale, pour que le Maroc reste dans son Sahara, et que le Sahara reste dans son Maroc.

Cet "événement historique" qu'est la Marche Verte fut un outil pacifique qui a couronné les efforts diplomatiques menés par le Maroc dès les années 1960 en vue de récupérer son Sahara du joug de l'occupation espagnole, relève le média jordanien.

Il a rappelé le soutien continu de la Jordanie à l'intégrité territoriale du Maroc, une position réaffirmée lors de la visite du souverain hachémite, le Roi Abadallah II, au Maroc les 12 et 13 mars 2015 qui a souligné que la proposition marocaine d'autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain était la base de tout solution négociée entre l'ensemble des parties concernées.

Le portail n'a pas manqué de souligner que l'initiative marocaine, saluée de par le monde, notamment le Conseil de sécurité de l'ONU qui la considère comme "sérieuse et crédible", est de nature à garantir à l'ensemble des sahraouis leur place et leur rôle plein au sein des différentes structures de la région et ses institutions, loin de toute exclusion ou discrimination.

La nouvelle génération des politiques algériens veut s'inspirer du modèle démocratique inclusif marocain 

La génération montante des politiques algériens veut s'affranchir de l'oppression exercée par l'oligarchie au pourvoir à Alger et souhaite s'inspirer du modèle démocratique inclusif mis en œuvre au Maroc, sous le leadership éclairé de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, écrit vendredi l'influent magazine américain, National Interest.

"Pour cette nouvelle génération, qui croule sous la chape de plomb imposée par le pourvoir en place à Alger, le Maroc est non seulement un partenaire en matière de sécurité avec lequel il convient de travailler en étroite collaboration, mais aussi un modèle politique à suivre", souligne cette analyse signée Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d'administration de plusieurs think-tanks américains.

Le porte-parole de "Djil Jadid" (nouvelle génération), Zoheir Rouis, cité par le magazine US, met en avant, à ce propos, le caractère avant-gardiste de la nouvelle Constitution marocaine, ajoutant que la tradition typiquement marocaine d'intégrer dans un cadre national inclusif les différents affluents constitutifs de l'identité nationale constitue également un modèle auquel aspire cette nouvelle génération.

Le National Interest note, dans ce cadre, qu'en dépit de la position figée et psychorigide du pouvoir algérien à l'égard du plan marocain d'autonomie au Sahara, il n'en demeure pas moins que cette proposition constitue à juste titre une solution pour Alger pour trouver une issue aux revendications des minorités, dont les populations Touareg et les Kabyles, parmi tant d'autres groupes qui sont poussés à la marge du paysage politique algérien.

L'auteur de cette analyse note que les Etats-Unis se doivent d'interpeller le leadership politique en Algérie afin que ce dernier s'engage de bonne foi dans des discussions devant mener à un véritable partenariat régional dans le domaine de la sécurité.

"Au moment de la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte, une étape glorieuse dans les annales des transitions politiques, il appartient à Washington d'encourager et de soutenir les réformes politiques et la promotion de la diversité en Algérie, de manière à baliser la voie à des circonstances permettant une forte relation entre Washington, Rabat et Alger, une dynamique dans laquelle le Royaume se veut un partenaire volontaire", conclut le National Interest.

La Marche verte, un acte fondateur ayant façonné la marche du Royaume

La glorieuse Marche verte, dont le Maroc célèbre ce 6 novembre le 40è anniversaire, constitue un acte fondateur ayant façonné la marche du Royaume, écrit, vendredi, le quotidien gabonais +L'Union+.

Le Maroc commémore aujourd'hui le 40è anniversaire de la Marche verte, "une marche pacifique unique en son genre et un événement phare dans l'histoire du pays pour le parachèvement de son intégrité territoriale", souligne le journal. 

L'auteur de l'article rappelle que c'est le 16 octobre 1975 que des foules de volontaires des différentes couches sociales, représentatives de toutes les régions du Royaume, ont répondu à l'appel lancé par feu SM Hassan II et se sont dirigées en toute assiduité et sérénité vers les provinces du Sud en vue de les libérer du joug de l'occupation espagnole, munies de leur seule foi en la justesse de leur cause : récupérer les provinces sahariennes.

Cette Marche, ajoute-t-il, avait frappé les esprits à l'époque et illustré la parfaite symbiose entre la vision d'un roi militant et d'un peuple valeureux, et démontré au monde entier la volonté des Marocain de défendre leurs valeurs sacrées et de récupérer leur droit spolié et leur détermination à concrétiser leurs objectifs en brisant les frontières artificielles entre les fils d'une même partie.

Et de souligner que dès la récupération de ses provinces du sud, le Maroc a placé en tête de ses préoccupations le développement de cette partie intégrante de son territoire national, la dotant des infrastructures de base nécessaires pour la hisser au niveau de l'évolution constante que connaissent les provinces du nord et garantir à sa population quiétude, bien-être et prospérité.

Dépourvues de toutes infrastructures de base au moment du départ du colonisateur espagnol, ces provinces ont depuis été transformées en gigantesques chantiers de construction, fait observer la publication, relevant qu'une course contre la montre a été engagée par le Royaume en vue de rattraper le temps perdu.

Aujourd'hui, conclut le journal, la marche de développement et de progrès se poursuit avec la même ardeur, le même dévouement et la même volonté, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI.

40è anniversaire de la Marche Verte: Une équipe de Marocains de Côte d’Ivoire, à Orlando pour participer au "Moroccan Diaspora World Cup" de Futsal

Une équipe de football en salle (Futsal) représentant la communauté marocaine établie en Côte d’Ivoire, s'est rendue mercredi à Orlando aux USA, où elle participera au Championnat du Monde de Futsal de la diaspora marocaine dite : "Moroccan Diaspora World Cup". 

Initié par l’association "Ajax Miami", ce tournoi s’insère dans le cadre des festivités marquant la célébration par le peuple marocain du 40è anniversaire de la glorieuse marche verte, une épopée rayonnante dans l’histoire du Maroc, ayant permis le parachèvement de l'intégrité territoriale du royaume avec la récupération des provinces du sud. 

Lors de cette compétition sportive que les organisateurs ambitionnent d’ériger en rendez-vous annuel, l’équipe "Maracana Maroc de Côte d’Ivoire", composée d’une dizaine de Marocains établis dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest, devra représenter l’ensemble de la Diaspora marocaine en Afrique. 

Le programme de cette manifestation prévoit des soirées musicales agrémentées par une brochette d’artistes et de musiciens marocains. Occasion pour tous de confirmer encore une fois et à haute voix, la marocanité inébranlable du Sahara et la justesse et la crédibilité de la cause nationale. 

Peu avant son départ, Naim Khalfaoui Hassani, a, au nom de l’équipe des Marocains de Côte d’Ivoire, fait part de sa grande fierté de cette participation, qui, a-t-il relevé, se veut une mobilisation d’un autre genre, par le sport et le fair-play, pour la défense de la noble cause nationale. 

M. Naim, à l’instar des autres membres de l’équipe "Maracana Maroc de Côte d’Ivoire", a mis en avant la pertinence de ce genre d’événement dédié, en premier lieu, au rassemblement de l’ensemble des marocains du monde en vue de consolider les liens entre eux, et de former un front uni et soudé combien voué à la défense des intérêts suprêmes et des fondamentaux du Royaume. 

"C’est une occasion pour les jeunes marocains de Côte d’Ivoire et pour l’ensemble des représentants de la Diaspora marocaine de par le monde, de réitérer encore une fois et comme à l’accoutumée, leur attachement indéfectible au Glorieux Trône Alaouite et leur mobilisation inébranlable derrière SM le Roi Mohammed VI pour la défense de l’intégrité territoriale du Maroc et mettre en échec toutes les manipulations et les manœuvres fallacieuses auxquelles se livrent les ennemis du Royaume dans une tentative désespérée d’induire en erreur tout le monde et véhiculer des mensonges’’, a-t-il dit. 

Et de rappeler que le Maroc, riche de son histoire millénaire, de sa civilisation et sa culture multi-facettes, de ses potentialités, mais aussi de ses hommes, ne lésinera aucunement sur les moyens pour démonter à toute la communauté internationale que la marocanité des provinces du sud est une évidence, qui n’a plus besoin de démonstration et n’acceptera guère de surenchères. 

La Marche Verte, "un acte spectaculaire" dans le processus de décolonisation

La Marche Verte constitue "un acte spectaculaire" dans le processus de décolonisation et du recouvrement par le Maroc de son Sahara, a déclaré, jeudi à la MAP, William Zartman, professeur émérite des relations internationales à la prestigieuse université de Johns Hopkins de Washington.

La Marche Verte lancée par feu SM Hassan II constitue "une étape majeure" qui a permis au Maroc de mettre fin, de manière pacifique, à la présence coloniale espagnole dans le Sahara marocain et de "parachever le processus d'unification du pays", a indiqué M. Zartman.

L'expert US a tenu à saluer, à cet égard, les efforts substantiels déployés par le Maroc, sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, en faveur du développement durable et inclusif au Sahara 40 ans après sa récupération.

"Le Maroc a beaucoup investi dans les provinces du sud et ses populations", a-t-il fait remarquer, notant que le taux de participation élevé dans les provinces du Sud lors des récentes échéances électorales constitue un nouveau signe de la mobilisation de la population de la région et de sa détermination à être partie intégrante dans le processus de développement initié dans le pays.

Il a mis en exergue la projet de régionalisation avancée, inscrit dans la Constitution marocaine de 2011, qui permettra de renforcer davantage l'intégration économique du Royaume.

M. Zartman a également estimé que la proposition d'autonomie mise sur la table par le Maroc, qui a été saluée par la communauté internationale comme étant "sérieuse et crédible", demeure la seule solution "flexible et de compromis" à la question du Sahara, susceptible de dépasser l'impasse actuelle.

Province de Boulemane : Aménagement et renforcement des infrastructures routières pour un coût global de plus de 60 millions de dirhams

La province de Boulemane a connu, jeudi à l'occasion des festivités marquant le 40-ème anniversaire de la glorieuse Marche verte, l'aménagement et le renforcement des infrastructures routières pour un investissement de l'ordre de 64,4 millions de dirhams.

Ainsi, le gouverneur de la province de Boulemane, Noureddine Outaguella accompagné notamment des élus et représentants des services extérieurs, a procédé à l'inauguration du projet d'élargissement et de renforcement de la route régionale No 503 du point kilométrage 000+57 au point kilométrage 800+101 reliant Sefrou et Boulemane sur une distance de 26 Km, et ce pour un investissement de l'ordre de 35,5 millions de dirhams. 

Cette infrastructure routière dont les travaux de renforcement s'achèveront dans 14 mois, est prise en charge conjointement par le ministère de l'équipement, du transport et de la logistique (64 pc) et le conseil de la région (36 pc).

Cet axe devra attirer, après l'achèvement des travaux, un trafic important, car il constitue une bonne alternative à la route régionale 707 et contribue à l'amélioration des conditions du trafic routier et du niveau de la sécurité routière.

Dans le même cadre, il a été procédé aussi au lancement du projet d'aménagement de la route provinciale No 5105 du point kilométrage 000+0 au point kilométrage 000+32 sur une distance de 32 Km. Le coût global de ce projet financé par le ministère de l'équipement, du transport et de la logistique est de l'ordre de 28,9 millions de dirhams. 

Ce projet vise à offrir une nouvelle configuration au paysage routier au niveau de la province de Boulemane, assurer une bonne connectivite intra-régionale, favoriser l'essor dynamique de la région et à adapter l'offre infrastructurelle au trafic routier croissant. 

La province de Boulemane dispose d'un important réseau routier qui s'élève à 1512,888 Km. 

40ème anniversaire de la Marche Verte: Barid Al-Maghrib émet un bloc de deux timbres-poste

Barid Al-Maghrib a émis un bloc de deux timbres-poste, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

"Barid Al-Maghrib, en tant qu'entreprise historique et citoyenne, contribue aux célébrations nationales à travers une émission spéciale d'un bloc de deux timbres-poste. Le premier timbre illustre le départ des marcheurs de la ville de Marrakech, tandis que le second représente l'arrivée à la ville de Laâyoune", précise un communiqué de Barid Al-Maghrib.

Ces deux timbres-poste portent chacun la valeur faciale de 9,00 Dhs, et seront mis en vente, comme les enveloppes "1er jour d'émission avec la date

Depuis 1975, Barid Al-Maghrib a entamé une collection philatélique sur le thème des provinces du Sud, enrichie au fil des années par des parutions régulières comptant plus d'une cinquantaine de timbres-poste. A en citer notamment celui émis à l'occasion du 35ème anniversaire de la Marche Verte, qui a été imprimé selon un procédé innovant, avec l'application du sable, recueilli à même les dunes de sable du Sahara marocain, ajoute le communiqué.

Par cette émission spéciale, Barid Al-Maghrib est fier de participer aux côtés de tous les Marocains, à la célébration de ce glorieux événement, témoignant ainsi l'attachement indéfectible de l'institution à l'intégrité territoriale du Royaume, conclut le communiqué. 

Le CCM produit un documentaire sur la Marche verte

Le Centre cinématographique marocain (CCM) a produit un documentaire sur la Marche verte, en commémoration du 40ème anniversaire de ce glorieux événement.

Le CCM précise, dans un communiqué, que le documentaire de 15 minutes a été élaboré à partir de son archive visuelle, ajoutant qu'il est destiné aux jeunes qui n'ont pas vécu cette épopée glorieuse ou qui, généralement, ne sont pas au fait du contexte et des circonstances historiques dans lesquelles s'est déroulée cet événement grandiose.

Selon le communiqué, le documentaire a été mis à la disposition de toutes les salles de cinéma où il sera projeté, avant chaque séance, durant une semaine à partir du 6 novembre. Il sera de même diffusé sur les chaînes de télévisions nationales.

Le documentaire, téléchargeable sur le site du CCM, sera également mis à la disposition des enseignants et des associations qui en font une demande, indique la même source.

Sahara : "le statuquo devient très coûteux pour tout le monde" 

Le statuquo au Sahara "devient très coûteux pour tout le monde", écrit le site d'information français "Mediapart" dans un article publié jeudi à l'occasion du 40-ème anniversaire de la Marche verte.

"Plaider pour le statuquo dans l'affaire du Sahara et appeler à la coopération régionale est un non-sens, puisque l'on sait que c'est le premier qui freine la seconde", explique le site d'information, notant que "les développements de la crise en Algérie, qui contrastent avec les réalisations du Maroc, en termes de réformes, mais aussi d'expansion économique, ont créé une nouvelle situation dont il faut tenir compte".

Sous le titre "Sahara, le conflit factice", l'auteur de l'article relève que sur le plan sécuritaire, les jeunes des camps de Tindouf, désœuvrés, sans perspectives, ne jouissant d'aucun droit, sont des proies faciles pour les Jihadistes et les mafias criminelles sévissant au Sahel, ajoutant qu'ils alimentent l'AQMI, le Mujao, mais aussi les trafics internationaux en recrues.

Sur le plan économique, ce conflit, même larvé, empêche toute intégration régionale, fait remarquer le site d'information, précisant que le contexte explosif sur le plan sécuritaire, est aussi explosif sur le plan socio-économique. 

"Malgré tous ses atouts, cette région est incapable de viser une prospérité partagée", poursuit l'auteur de l'article, faisant observer que l'instabilité en Libye et en Tunisie, ont projeté des millions de personnes dans la précarité, au moment où la baisse des cours de pétrole plombe l'économie de l'Algérie.

L'intégration économique ferait de cette région, un potentiel de croissance non seulement pour ses populations, mais aussi pour les pays du pourtour méditerranéen, estime Mediapart, rappelant par ailleurs que "la diplomatie algérienne, depuis des années, tente d'étendre le mandat de la Minurso, en vue de porter atteinte à la souveraineté marocaine, mais sans succès".

L'auteur de l'article souligne en outre que depuis la récupération des provinces du sud, il y a 40 ans, le Maroc a réussi dans ce grand territoire saharien un vrai miracle. "Les populations ont été sédentarisées à 100 pc. Le taux d'urbanisme est effarant, et chaque agglomération a accès aux infrastructures de base, à l'eau potable, à l'électricité dans des conditions proches de la gratuité", note-il.

La Marche verte, une "idée ingénieuse" qui a fait du Sahara un grand chantier de développement 

La Marche verte, qui se veut une illustration sans équivoque de l'ingéniosité de feu SM Hassan II, a érigé le Sahara marocain en un grand chantier ouverts destinés à réaliser le développement durable dans cette région chère du Royaume, ont affirmé, jeudi à Laâyoune, des chouikhs de tribus sahraouies.

Dans des déclarations à la MAP à l'occasion de la commémoration du quarantième anniversaire de la Marche verte, des chefs de tribus sahraouies se sont félicités des mutations d'envergure et des avancées tous azimuts qu'a connues le Sahara marocain depuis la récupération de cette partie du Royaume, il y a 40 ans, grâce au "génie et à la "sagesse " inégalables de feu SM Hassan II.

A ce propos, le chef de la tribu Aït Lahcen, Salhi Abdellah, a indiqué que quatre décennies après cet événement mémorable, la population sahraouie éprouve la même fierté de commémorer une marche pacifique qui a eu le mérite de fédérer le peuple marocain autour de la défense de l'intégrité territoriale du Royaume.

Il a relevé que la marche verte a réalisé les objectifs l'ayant sous-tendue puisqu'elle a battu en brèche les thèses séparatistes et consacré l'approche pacifique constamment prônée par le Maroc. Cet état de fait, a-t-il dit, a été rendu possible à la faveur de la vision prémonitoire de feu SM Hassan II.

Cette date glorieuse a, de même, marqué l'amorce d'un processus d'édification et de développement qui, du haut de son caractère global, a métamorphosé les provinces du sud, avec à l'appui des investissements colossaux engagés par l'Etat dans l'optique de réhabiliter les infrastructures, de qualifier l'élément humain et de garantir dignité aux populations locales.

Abondant dans le même sens, le chef des tribus d'Aït Baâmrane, Abdellah ould Hameyada, a souligné que l'idée de la marche verte a suscité l'admiration de la communauté internationale, cet événement s'étant déroulé dans la paix et sans effusion de sang.

Comme l'avait promis feu SM Hassan II, a-t-il ajouté, la Marche verte a permis de réaliser une série de réalisations indéniables dans les secteurs des infrastructures, de la santé, de l'habitat, de l'agriculture, de l'eau et de l'électricité, "muant le Sahara marocain en un éden".

De son côté, le chef de la tribu de Rguibate Laâyaycha, Ould Salama Ould Ennafaâ, a souligné que la marche verte était l'incarnation du génie de feu SM Hassan II, notant qu'il s'est agi du premier épisode d'un long processus de développement qui a hissé les provinces du sud marocain au niveau de leurs pendants septentrionaux.

Pour sa part, le chef de la tribu Filala, Boubker Sidi Mohamed a mis en avant la fierté et la liesse ressenties par les populations des provinces du sud du Royaume à l'occasion de cet anniversaire hautement symbolique, réitérant l'attachement des populations sahraouies au glorieux trône alaouite.

Le 40è anniversaire de la Marche verte: Bank Al-Maghrib émet des pièces commémoratives de 250 DH

A l'occasion du 40è anniversaire de la Marche verte, Bank Al-Maghrib (BAM) émet des pièces commémoratives en argent d'une valeur faciale de 250 dirhams, a annoncé jeudi la Banque centrale.

Ces pièces seront mises en vente au musée et aux guichets de Bank Al-Maghrib à compter du 9 novembre 2015, a indiqué BAM dans un communiqué.

Les pièces présentent au niveau de l'avers, l'effigie de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et, de part et d'autre, les inscriptions "Mohammed VI" et "Le Royaume du Maroc", transcrites en arabe.

Au revers, elles présentent la carte du Royaume, une représentation stylisée de la Marche Verte, la date anniversaire "6 novembre 2015" et la mention "40ème anniversaire de la Marche verte" en français et en arabe, ainsi que la valeur faciale "250 dirhams" en arabe, a précisé la même source.

Ces pièces en argent ( argent 295 pc et cuivre 75 pc) pèsent 28,28 grammes et mesurent 38,61 millimètres de diamètre.

La Marche Verte, "l'un des actes les plus brillants et les plus stratégiques du 20è siècle"

La Marche Verte a été "l'un des actes les plus brillants et les plus stratégiques du 20è siècle", en ce sens qu'elle a non seulement récupéré un territoire, qui a de tout temps fait partie intégrante du Royaume, "mais elle l'a fait de surcroit de manière pacifique qui suscite l'admiration", a déclaré dans une interview à la MAP, l'ancien congresman américain Lincoln Diaz-Balart, Président du Congressional Hispanic Leadership.

"Tout une nation a été unie derrière son Souverain, feu SM Hassan II, pour accomplir cet acte sans précédent qui figure parmi les plus brillants et les plus stratégiques du 20è siècle", a souligné M. Diaz-Balart, qui s'est dit impressionné par les pas de géant réalisés dans les provinces du Sud, en matière de développement, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Ces réalisations prouvent, si besoin est, que "cette partie du Royaume et le bien-être des populations sahraouies sont en tête des priorités du Souverain", a-t-il fait observer, ajoutant que cette haute sollicitude Royale est "une réalité concrète qu'on constate tous les jours sur le terrain, à travers l'amélioration spectaculaire de la qualité de vie des populations et la mise en œuvre de projets structurants de grande envergure".

Lincoln Diaz-Balart a, en outre, souligné que le plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine "a été soutenu par trois administrations américaines depuis celle de Bill Clinton au Président Obama en passant par l'exécutif que dirigeait le Président George W. Bush".

Cette position officielle des Etats Unis, a-t-il tenu à souligner, "est maintenue et réitérée, à maintes reprises, par des majorités bipartisanes écrasantes dans les deux chambres du Congrès".

"Il est important pour la communauté internationale de réaliser, à ce propos, l'importance du Congrès des Etats Unis, en ce sens que cette instance est le représentant direct du peuple américain, d'où la profonde signification du soutien sans équivoque témoigné par la branche législative au plan marocain d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine", a-t-il expliqué.

Le Chef du gouvernement souligne la grande portée de la célébration du 40-ème anniversaire de la Marche verte

Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a souligné la grande portée de la célébration du 40-ème anniversaire de la Marche Verte, lors du Conseil de gouvernement, consacré à l'examen et l'adoption de plusieurs textes juridiques. 

Au début de cette réunion, le chef du gouvernement a indiqué que le Royaume s'apprête à vivre des jours mémorables et historiques avec la célébration du 40-ème anniversaire de la Marche Verte, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha Khalfi, lors d'un point de presse tenu à l'issue du Conseil. 

Cette célébration est l'occasion pour le peuple marocain de réaffirmer que le Sahara est partie intégrante du Maroc et qu'elle fait l'objet de l'unanimité de l'ensemble des partis politiques et des institutions du Royaume, a ajouté le Chef du gouvernement. 

M. Benikrane a également mis l'accent sur le climat de sécurité, de stabilité et de prospérité qui règne dans les provinces du Sud, soulignant que les festivités qui y seront organisés ainsi que dans l'ensemble du territoire national permettront au peuple marocain de réitérer son indéfectible attachement à SM le Roi Mohammed VI et son soutien à la politique sage et éclairée menée par le Souverain pour assurer le développement et le progrès des provinces du Sud et de l'ensemble des régions du Maroc, dans la perspective du règlement définitif du conflit artificiel créé autour de la question du Sahara et de la normalisation des relations fraternelles avec les voisins, a ajouté le ministre de la Communication.

Aicha El Malleh où l'histoire d'une femme qui a tout sacrifié pour servir sa Patrie

Quarante ans après sa participation à la Marche Verte, Aïcha El Malleh se remémore toujours, avec fierté et grande émotion, de ce moment de communion nationale, elle qui n'a pas hésité à confier ses enfants en bas âge à l'une de ses amies pour répondre à l'appel de la Patrie.

Aicha El Malleh, 70 ans, est toute fière d'avoir participé à un événement historique, à une page rayonnante du patriotisme national.

Cette originaire du Rif, installée durant plus de 50 ans à Moulay Yaâcoub, conserve toujours de très beaux souvenirs et continue d'éprouver un immense plaisir, celui de creuser dans sa mémoire le temps de revivre avec une joie enfantine, différentes étapes de l'appel lancé par Feu SM Hassan II pour participer à la glorieuse Marche Verte.

Bien que veuve à un très jeune âge (28 ans) et ayant à charge deux jeunes enfants (un garçon de trois ans et une fille de deux ans), elle a tenu à participer à la Marche Verte n'écoutant que son coeur rempli de nationalisme.

Mme Aicha trouve, en outre, toute la joie à décrire cette 'ferveur populaire'' et cette 'mobilisation exemplaire''qu'avait suscitées l'Appel Royal, notant que cette symbiose dont avaient fait montre les Marocains, illustre avec éloquence la profondeur de l'origine du citoyen marocain, son amour indéfectible pour son Roi et son pays, et sa détermination à défendre, sans relâche, les valeurs et fondamentaux de la nation.

Mme Aicha toujours emportée par ces vifs sentiments de joie et d'enthousiasme, n'a pas hésité un seul moment à confier à la MAP, qu'elle se rappelle de cette radieuse époque et qu'elle s'était conformée à l'appel Royal, en allant s'inscrire sur les listes des participants à la glorieuse marche

Dans la foulée, elle a tenu à faire part de toute sa fierté et sa gratitude pour avoir été honorée par un Wissam Royal en signe de reconnaissance de sa participation à la Marche du siècle.

Même Aicha, tient, en outre, à souligner qu'elle était à cette époque parmi les premiers à avoir posé leurs noms sur la liste des bénévoles au niveau de la région de Moulay Yacoub, se disant être très honorée d'avoir représenté les femmes de la région lors de cette marche.

Cette septuagénaire se rappelle du moment de l'arrivée des volontaires à la frontière fantôme, affirmant que leurs sentiments étaient indescriptibles surtout après avoir réalisé leur rêve celui de fouler la terre de leurs ancêtres et y accomplir la prière. Elle se souvient aussi de ces vagues humaines déferlantes, portant le Saint Coran à la main, brandissant les drapeaux marocains et les portraits de feu SM Hassan II et franchissaient la frontière fantôme, alors que les youyous fusaient de partout. 

Cette expérience lui a permis de découvrir, pour la première dois, des villes et des régions marocaines, en plus de tisser des liens d'amitié avec un grand nombre de volontaires qui l'ont accompagné durant ce voyage, des liens qui se sont consolidés par la suite pour devenir des relations solides qui se maintiennent encore à travers l'échange de visites et des rencontres lors des cérémonies, des jours fériés et des fêtes, confie-t-elle.

Mme Aicha se souvient, sourire aux lèvres, du moment de son retour à Moulay Yaâcoub en compagnie de plusieurs autres volontaires lorsqu'ils ont trouvé à leur accueil les habitants de la région venus célébrer ces volontaires courageux.

Malgré les années passées et les rides visibles sur son visage, Mme Aicha El Malleh, qui a créé avec ses compatriotes qui l'ont accompagné dans ce voyage l'"Association des volontaires de la Marche Verte", tient toujours à prendre part à diverses cérémonies et événements qui se tiennent à Moulay Yaâcoub ou à Fès, le 6 Novembre de chaque année pour la célébration de la Marche Verte.

Les infrastructures routières dans les provinces du Sud : un présent rassurant et un avenir certain

Les efforts considérables fournis durant quarante ans en vue de renforcer les infrastructures routières dans les provinces du Sud, ne peuvent que rassurer sur le présent de cette région et présager d'un avenir certain. 

A travers ses stratégies et ses plans routiers opérés dans le Sud, le Maroc démontre que son seul souci est l'amélioration des conditions de vie des populations et la contribution au déclenchement d'une dynamique économique sans précédent qui fera de la région l'une des plus prospères du Royaume.

Ainsi, le montant d'investissement alloué à la construction, l'aménagement et la maintenance des routes dans ces provinces, dont 2428 Km sont revêtus et 3494 km non revêtus, s'est chiffré à 955 millions de dirhams (MDH) durant la période 2011-2015, d'après des données fournies par la Direction des routes, relevant du ministère de l'Equipement, du transport et de la logistique.

Les investissements prévus dans le cadre du programme 2016 sont estimés à 200 MDH, ont précisé les responsables de la Direction dans une déclaration à la MAP, rappelant que le réseau routier dans les provinces du Sud (Tarfaya, Laâyoune, Essmara, Boujdour, Oued Eddahab, Aousserd) s'étend sur une longueur de 5921 Km.

Les routes nationales, d'une longueur de 2634 km se répartissent comme suit: Aousserd (587 km), Boujdour (390 km), Es Smara (439 km), Laâyoune (298 km), Oued Eddahab (709 km) et Tarfaya (210 km), selon la même source. 

Les routes provinciales s'étendent sur 3207 km et sont réparties sur Aousserd (932 km), Boujdour (454 km), Es Smara (554 km), Laâyoune (34 km), Oued Eddahab (1141 km) et Tarfaya (92 km), tandis que les routes régionales sont de 82 km.

Les provinces du Sud ont également bénéficié, depuis l'année 2005, de la deuxième phase du Programme national des routes rurales (PNRR2) qui a permis d'améliorer l'accessibilité de la population rurale, de diminuer les disparités entre les provinces en matière de desserte rurale et d'augmenter le taux des routes revêtues ou aménagées dans ces provinces.

En effet, les populations sahraouies peuvent s'enorgueillir d'avoir un taux d'accessibilité des routes rurales des plus élevés au Royaume, atteignant 86 pc à Laâyoune, Tarfaya et Boujdour, 70 pc à Es-Smara et 40 pc à Dakhla, Aousserd et Oued Eddahab.

Ces routes rurales, dont le coût est estimé à 1,08 milliard de dirhams, concernent Laâyoune-Tarfaya (149 km), Boujdour (126 km), Es Smara (280 km) et Dakhla, Aousserd et Oued Eddahab (543 km), selon le ministère de l'Equipement, du transport et de la logistique qui fait savoir que 125 km de routes restent à lancer.

Ces efforts ne sont pas passés inaperçus et ils ont suscité l'admiration de la communauté internationale ainsi que nombre d'experts et médias internationaux.

C'est le cas du Secrétaire général de l'ONU, qui a souligné, dans son dernier rapport au Conseil de sécurité de l'Onu, que la région continue de bénéficier d'"investissements publics considérables", notamment en matière d'infrastructures routières et portuaires.

Même son de cloche chez l'économiste français, Henri-Louis Vedie, qui avait affirmé, en avril dernier à New York, que le Maroc "a fait un effort considérable en matière d'investissements publics dans les provinces du Sud".

"On mesurera d'autant plus le chemin parcouru si l'on se rappelle de l'état de ces provinces au lendemain de la Marche verte. Ni eau, ni électricité, ni infrastructures de communication : tout était à faire", avait dit l'auteur du livre "Emergence et développement global : une volonté plus forte que les crises". 

Abdelhaq Soujaâ, un ''soldat sans uniforme'' qui a prouvé son patriotisme aux côtés des volontaires de la marche verte

Abdelhaq Soujaâ, ''un soldat sans uniforme'', a prouvé avec abnégation son patriotisme aux côtés des volontaires de la glorieuse marche verte en répondant à l'appel de feu SM Hassan II, d'entreprendre une action pacifique pour récupérer le Sahara et le libérer du joug de l'occupant espagnol.

Les cheveux grisonnants et des rides sur le front et autour des yeux reflétant le passage du temps, ce sexagénaire se souvient, comme si c'était hier, de ce jour lorsqu'il avait décidé d'abandonner sa femme et son atelier de chaussure situé au cœur de l'ancienne médina de Fès, pour rejoindre les rangs de 350.000 nationalistes , venant de toutes les régions du Royaume, munis de la seule foi en la justesse de sa cause et brandissant le Saint Coran et le drapeau national.

Comme tous les volontaires marocains, Abdelhaq Soujaâ , avec un turban enveloppant sa tête, monta en compagnie de quelques amis intimes au bord d'un camion mis à la disposition des marcheurs pour rejoindre le point de départ de la marche.

Ce patriote natif de la région de Fès revient sur ces moments émouvants qui ont jalonné une marche historique de plusieurs centaines de kilomètres destinée à prouver que les Marocains ont toujours été attachés à leurs provinces du Sud.

Quarante ans après et malgré le poids des ans, Abdelhaq Soujaâ, est fier des photos accrochées aux murs de son vieux atelier qui témoignent de sa participation à cet événement glorieux.

"Lors de ce glorieux événement à Tarfaya exactement, j'encadrais les jeunes volontaires représentant différentes régions du Royaume et j'animais des activités de divertissement à leur profit", a-t-il confié à la MAP, avec une certaine nostalgie dans la voix.

"Cette épopée a marquée profondément, un de mes amis fassis à telle enseigne qu'il décida de mémoriser l'événement en appelant le café qu'il s'est offert plus tard +café Laâyoune+ en hommage à cette ville où le drapeau marocain fut hissé mettant ainsi un terme à la colonisation espagnole", a-t-il fait savoir.

M. Soujaâ a tenu à préciser qu'il avait aux côtés de ses compatriotes volontaires pour seules "armes" le drapeau national et le Saint Coran. "Nous avons réalisé une excellente démonstration pour les peuples du monde quant à la fidélité aux valeurs de patriotisme et d'abnégation au service des causes justes", a-t-il dit.

"Personne n'est en mesure de contester notre légitimité d'avoir récupéré nos territoires spoliés", a-t-il souligné, ajoutant que "Le Sahara est marocain et restera marocain malgré les tentatives des séparatistes". Il n'hésite pas, sur cette lancée, de lancer un appel à l'actuelle génération pour poursuivre le combat commun à tous les Marocains, celui de barrer la route aux ennemis du Maroc.

Pour M. Soujaâ, c'est grâce à cette marche pacifique, planifiée ingénieusement par feu SM Hassan II, que Dieu ait Son âme, que le Maroc a pu recouvrer ses provinces du Sud, mais aussi de jouir d'une aura dans le monde entier.

L'avènement de la marche verte, a-t-il ajouté, est un événement phare couronnant un long processus de militantisme et de lutte pour le parachèvement de l'indépendance et la réalisation de l'intégrité territoriale.

Evénement historique déterminant qui traduit avec force la symbiose entre le Trône et le peuple, la marche verte restera gravé à jamais dans la mémoires de tous les Marocains tant elle donne toute la mesure de la noblesse d'âme du peuple marocain, toujours prompt à répondre à l'appel de la patrie et à s'inscrire en parfaite symbiose avec les démarches entreprises pour la défense des constantes de la nation.

La Marche verte, un événement phare devant servir de leçon pour les générations futures

La glorieuse Marche verte est un événement phare dans l'histoire du Maroc qui devra servir de leçon pour les générations à venir, a souligné le délégué provincial du ministère de l'Education Nationale à Moulay Yaacoub, M. Abdallah El Ghoul.

Il s'agit d'une occasion pour tirer les enseignements de l'esprit de la Marche verte qui a traduit la symbiose entre le trône alaouite et le peuple pour la défense de la patrie et la garantie de son unité et de sa souveraineté, a dit M. El Ghoul lors d'une rencontre organisée mercredi dans la commune rurale d'Ain Qansara relevant de la province de Moulay Yaacoub.

Dans ce sens, il a insisté sur le rôle primordial de l'éducation et de la formation dans le renforcement de la conscience des citoyens et le sentiment de fierté de leur glorieuse histoire, précisant que la célébration du 40è anniversaire de la Marche verte est l'occasion pour consolider les liens entre les différentes composantes de la société marocaine.

Le responsable a souligné aussi le rôle de l'école dans la diffusion des valeurs et la préservation de la mémoire nationale, riche en hauts faits de militantisme et de résistance des Marocains et du Trône, plaidant pour une vie scolaire solidaire et participative qui devra réinventer et perpétuer l'esprit de la Marche verte qui a marqué toute une époque avec l'objectif de construire une personnalité marocaine indépendante, équilibrée et fière de son histoire.

Pour sa part, le délégué provincial du Haut commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, M. Mohamed Selk, a mis l'accent sur les significations profondes de la glorieuse Marche verte, tout en rappelant que 350.000 Marocaines et Marocains avaient marché en 1975, à l'appel de Feu SM Hassan II, vers les provinces sahariennes au sud marocain pour les libérer du joug du colonialisme espagnol.

Le responsable a fait savoir que cet évènement incarne la profondeur de l'attachement des Marocains, toutes couches confondues, à la marocanité du Sahara et au glorieux Trône Alaouite.

Il s'agit d'une célébration de la lutte sacrée menée par le peuple marocain et le trône alaouite pour le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume, a-t-il indiqué.

M. Selk a souligné l'impératif pour les générations montantes de s'inspirer de cet événement et de tirer profit des enseignements tirés vu ses significations profondes.

Pour sa part, le président de la commune rurale Ain Qansara, Hassan Chahbi a souligné que la Marche Verte constitue une épopée phare dans l'histoire contemporaine du Maroc, appelant à tirer les enseignements de ce symbole profond qui relate les pages glorieuses de la lutte du peuple marocain pour l'unité nationale.

La province d'El Jadida met en place un riche programme pour célébrer le 40-ème anniversaire de la glorieuse Marche verte

La province d'El Jadida a mis en place un programme riche et diversifié pour célébrer le 40-ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte.

Placé sous le signe ''40 ans sur la Marche Verte'', ce programme, qui s'étale du 4 au 21 novembre, comprend notamment des activités culturelles, sportives pour célébrer cette épopée gravée à jamais dans les annales de l'histoire moderne du Royaume, et réitérer l'attachement indéfectible de la population de la région et sa mobilisation derrière SM le Roi Mohammed VI pour défendre l'intégrité territoriale du Royaume conformément à la légitimité internationale, indique un communiqué de la province.

Par la mise en place de ce programme riche et diversifié, la province d'El Jadida entend célébrer avec fierté et dans un climat de liesse cet important événement phare dans l'histoire du Royaume pour le parachèvement de son intégrité territoriale, souligne-t-on de même source.

Le communiqué rappelle également l'année 1975 lorsque des foules de volontaires des différentes couches sociales représentatives de toutes les régions du Royaume, mues, pour seul arme, d'une foi inébranlable en la justesse de leur cause et brandissant le Saint Coran et le drapeau national, ont répondu à l'appel lancé par feu Hassan II et se sont dirigées vers les provinces du Sud en vue de les libérer du joug de l'occupation espagnole, exprimant ainsi par cette participation massive l'attachement du peuple marocain à son Roi et sa volonté de faire des sacrifices pour le parachevement de l'intégrité territoriale du pays. 

La Marche Verte, un grand moment historique durant lequel un peuple pacifique a repris possession d'une partie de son territoire

La Marche Verte constitue un grand moment de l'Histoire durant lequel un peuple pacifique a repris possession d'une partie de son territoire, a relevé le sénateur français François Grosdidier.

Dans une déclaration à la presse en marge d'une rencontre à l'Assemblée nationale à Paris pour la présentation du livre "Le conflit du Sahara au regard du droit international", du professeur Abdelhamid El Ouali, M. Grosdidier a souligné qu'il s'agit d'une "démarche nationale et pacifique assez rare dans l'histoire". 

Il a également mis l'accent sur l'importance de ce nouvel ouvrage qui met en évidence la marocanité du Sahara d'un point de vue juridique, notant que la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud est également attestée par les liens historiques d'allégeance entre les tribus sahraouies et les sultans du Maroc, des liens reconnus par la Cour internationale de justice.

Par ailleurs, M. Grosdidier a estimé que la solution au conflit artificiel autour du Sahara marocain réside dans la régionalisation avancée et l'autonomie, le référendum d'autodétermination étant devenu irréalisable en raison des obstacles posés par les ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc.

La proposition d'autonomie dans le cadre de la souveraineté du Maroc est la solution qui répond aux aspirations des habitants des provinces du Sud, qui expriment leur attachement au Maroc par leur forte participation aux différentes échéances électorales, a-t-il ajouté.

Cette solution est aussi la seule option garantissant la stabilité et la sécurité dans cette région du monde, a indiqué le sénateur français, expliquant que cette région n'a pas besoin de voir émerger "un gouvernement fantoche, qui serait manipulable par des puissances étrangères mais aussi par des groupe terroristes ou par la délinquance internationale".

La Marche Verte, un "exemple unique" dans les annales de l'histoire des nations

La Marche Verte constitue, à bien des égards, un "exemple unique dans les annales de l'histoire des nations", et la démonstration de la volonté "extraordinaire" de tout un peuple, uni derrière son Souverain, pour se défaire d'une occupation injuste par la force coloniale, écrit jeudi Peter Pham, Directeur de l'Africa Center, relevant de l'influent think tank, Atlantic Council, dans une tribune publiée dans la gazette du Congrès des Etats-Unis "The Hill".

"Si l'entreprise coloniale fut une grande injustice de l'histoire imposée aux nations et peuples de l'Afrique, à la fin du 19è siècle et au début du 20è, la Marche Verte a été, quant à elle, un exemple unique de la volonté extraordinaire de toute une nation de se défaire d'une occupation inique, pas uniquement à travers des moyens pacifiques forts de droits historiques irréfragables, mais aussi en s'engageant dans la promotion de la bonne gouvernance et du développement qui sont la fondation même de la légitimité politique et de la paix et la sécurité à long terme", note cet éminent expert US des affaires africaines, dans cette analyse intitulée: "La Marche Verte du Maroc a 40 ans".

Peter Pham affirme, dans ce contexte, qu'il est "dans l'intérêt non seulement de ceux qui sont directement affectés, mais également des Etats de la région et de la communauté internationale, que ce conflit artificiel autour du Sahara soit réglé, dans le cadre de la mise en oeuvre des aspirations et de la promesse de la Marche Verte".

Décideurs et analystes se doivent "de toujours avoir à l'esprit le fait que le Maroc, un allié majeur des Etats-Unis hors OTAN, est un partenaire clé dans la lutte contre le fléau du terrorisme, qui se positionne en tant que portail pour les affaires et les investissements vers le continent africain", en faisant observer que la résolution de la question du Sahara, dans le cadre du plan d'autonomie marocain, qualifié de "sérieux, crédible et de réaliste" par l'administration Obama, barre la route aux menaces multiformes des groupes terroristes, à la sédition ethnique et aux bandes criminelles qui sévissent dans la région.

L'expert US rappelle, en outre, que le Conseil de sécurité des Nations Unies avait, à maintes reprises, salué les efforts du Maroc visant un règlement politique définitif et mutuellement acceptable au conflit du Sahara. 

Dans la même veine, poursuit-il, "des majorités bi-partisanes au Congrès des Etats-Unis, avec ses deux chambres, avaient souligné que le plan d'autonomie au Sahara +est bien l'unique option viable+".

Revenant sur les réalisations accomplies dans les provinces du sud en matière de développement, Peter Pham met en avant les investissements tous azimuts et les projets structurants "colossaux" qui ont été mis en oeuvre sous l'impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans le cadre d'une dynamique qui a touché notamment les secteurs financier, technologique, de la santé, et de l'administration.

"Ce vendredi sera célébré le 40è anniversaire la Marche Verte, qui fut un moment crucial de l'ère post-coloniale non seulement pour le Maroc, mais aussi pour le continent africain dans son ensemble", écrit l'expert US, rappelant qu'"à l'aube du 6 novembre 1975, pas moins de 350.000 Marocains armés de drapeaux et de copies du Coran ont traversé des frontières factices, imposées de manière arbitraire par les forces impérialistes européennes du 19è siècle, pour récupérer le Sahara marocain que l'Espagne avait occupé dans le sillage du congrès de Berlin de 1885".

Agence BNA : La Marche Verte incarne la profondeur de l'attachement des Marocains à la marocanité du Sahara et au glorieux Trône Alaouite

La Marche Verte incarne la profondeur de l'attachement des Marocains, toutes couches confondues, à la marocanité du Sahara et au glorieux Trône Alaouite, écrit l'Agence bahreïnie de presse (BNA).

Dans article publié mercredi à l'occasion de la célébration par le Maroc, le 6 novembre, du 40è anniversaire de ce glorieux événement, l'Agence rappelle que 350.000 Marocaines et Marocains avaient marché, en 1975, à l'appel de Feu SM Hassan II, vers les provinces sahariennes au sud marocain pour les libérer du joug du colonialisme espagnol.

Cet événement a été une occasion à travers laquelle les participants ont montré au monde entier la pertinence de la position du Maroc et la solidité de l'attachement du peuple marocain à son droit légitime de récupérer ses provinces du sud, note l'agence.

Et de poursuivre que la Marche Verte, qui constitue une épopée phare dans l'histoire contemporaine du Maroc, est un symbole profond qui relate les pages glorieuses de la lutte du peuple marocain pour l'unité nationale, rappelant que le Maroc, après le constat de l'inapplicabilité d'un référendum au Sahara, a proposé en 2007 une initiative d'autonomie qui offre aux provinces du sud une large autonomie dans le cadre de la souveraineté territoriale et de l'unité nationale du Royaume.

Cette initiative, fait observer l'agence, a été largement saluée par la communauté et les organisations internationales, en raison de son sérieux et de sa crédibilité sur la voie de la résolution définitive du différend artificiel autour du Sahara marocain.

Lors de son discours à l'occasion du 39è anniversaire de la Marche Verte, SM le Roi Mohammed VI avait insisté, ajoute l'agence, que 'L'Initiative d'autonomie est le maximum que le Maroc puisse offrir dans le cadre de la négociation pour trouver une solution définitive à ce conflit régional''.

Par ailleurs, BNA se fait l'éloge du dynamisme et du développement important qu'ont connus les provinces du sud après la Marche Verte dans divers domaines, notamment en lien avec les préoccupations et les aspirations des habitants de ces régions, faisant remarquer que les villes du sud marocain se sont transformées en 'centres urbains et économiques prometteurs''.

L'agence fait état en ce sens de la détermination et de l'engagement de SM le Roi Mohammed VI à faire des provinces du sud un modèle de la régionalisation avancée, en parfaite complémentarité avec les autres régions du Royaume en matière de développement.

Et l'agence de conclure que le Souverain poursuit le processus de construction dans tous les domaines, dans un climat empreint de mobilisation nationale et de concertation, notant que 'le Maroc ne renoncera pas à un seul pouce du territoire de son Sahara, inaliénable et indivisible'', comme l'avait réaffirmé SM le Roi lors du discours prononcé lors de sa visite historique en 2002 à Laâyoune. 

Tayeb Ouazzani, le marrakchi qui vit la marche verte dans toute sa dimension humaine et émotionnelle

Quarante ans après sa participation à la Marche verte, le marrakchi Tayeb Ouazzani, la soixantaine bien révolue, garde toujours le vif souvenir des fortes émotions de cette épopée marocaine qu'il avait vécu dans toute sa dimension humaine et émotionnelle.

L'acteur associatif qui mettait du cœur dans tout ce qu'il entreprenait au sein de sa communauté allait vivre l'expérience marquante de sa vie cette année de 1975. Quatre décennies se sont écoulées, mais ses souvenirs de cette marche épique n'ont pas pris une ride.

Sa participation à l'évènement marquant de l'histoire contemporaine du Maroc, rehaussée émotionnellement par l'engouement et la hardiesse de sa jeunesse, est source de grande fierté pour ce sexagénaire qui ne cesse d'évoquer, auprès de sa famille, de ses amis et de son entourage, les moments forts de cette mémorable expérience.

Dès l'annonce de cette mobilisation populaire par Feu SM Hassan II, Tayeb, la fibre patriotique à fleur de peau, se dresse aussitôt et répond présent. Il a tenu à être parmi les premiers à se présenter à l'inscription sur les listes des volontaires pour la Marche verte.

Après avoir manifesté son engouement et son enthousiasme à participer à cet évènement majeur sur place Jamae Lafna lors d'un rassemblement spontanée de nombreux citoyens, il se leva très tôt le lendemain matin pour avoir l'honneur des tout premiers sur la liste des volontaires du quartier Riad Zitoun.

Tayeb, actuellement à la retraite, se souvient avec émotion l'ambiance dans le grand cortège de camions et d'autocars qui s'ébranla de Marrakech à destination des provinces du sud. 

Nous étions des dizaines de milliers de marocains, des quatre coins du Maroc, et le long du chemin vers les provinces du sud, c'étaient des scènes de joie, de retrouvailles et de convivialité à chaque rencontre avec les habitants des patelins et localités traversées, se rappelle-t-il.

Des scènes qui me donnèrent toute la mesure de notre marocanité faite de liens indéfectibles entre le Trône et le peuple, une unanimité sur les valeurs sacrées du Royaume et une prompte disposition à consentir n'importe quel sacrifice pour les défendre, relève-t-il.

La Marche verte a donné l'illustration parfaite de la capacité de mobilisation des marocains autour d'une cause fédératrice, explique-t-il en se remémorant avec admiration cette marée humaine en mouvement vers son objectif dans l'ordre, la discipline et une remarquable ambiance de fête et de liesse collectives.

En participant à la Marche verte, j'ai eu la précieuse chance de prendre part à une ''deuxième révolution du Roi et du peuple'' qui est inscrite en lettres d'or sur les annales de l'histoire du Royaume et qui a donné au monde entier l'illustration parfaite de sa force tranquille qui consiste en une parfaite symbiose entre le trône et le peuple, se félicite Tayeb.

La Marche verte, une démarche novatrice et créative du Maroc pour récupérer ses provinces du sud

La Marche verte a été une démarche novatrice et créative du Maroc pour récupérer ses provinces du sud et tient lieu d'un véritable référendum populaire sur la marocanité du Sahara, a souligné l'expert en droit international Sabri El Hou.

Cet événement était unique en son genre par rapport aux procédés traditionnelles de la résistance pour la liberté et l'indépendance et la lutte contre l'occupation, a relevé M. El Hou, dans un entretien accordé à la MAP, rappelant que le Royaume a fait face, à travers l'histoire, à diverses convoitises colonialistes, dont celles de l'Espagne dans le nord et le sud du pays et de la France dans l'est, l'ouest et le centre du Royaume.

Si les négociations ont permis de mettre fin à l'occupation française, cette démarche n'a pas pu aboutir avec l'occupant espagnol sous la conduite du général Franco, qui a persisté dans sa volonté de continuer à occuper le Sahara marocain, a-t-il dit.

Pour l'expert marocain, l'obstination de l'Espagne et son déni des droits légitimes du Maroc sur ses territoires en prétendant que le Sahara était "terra nullius" a amené le Maroc à demander au Conseil de sécurité de soumettre cette affaire à la Cour internationale de justice pour statuer sur l'existence de liens entre le Royaume et ses provinces du sud.

L'Instance internationale a reconnu dans son avis consultatif du 16 octobre 1975 qu'il existait, bel et bien, des liens juridiques et d'allégeance entre le Maroc et le Sahara, ainsi que des conventions internationales, dont celles avec la Grande Bretagne, reconnaissant la souveraineté du Royaume sur son Sahara, a-t-il rappelé.

Fort de cette légitimité reconnue, le Maroc a organisé une mémorable marche pacifique, avec la participation de milliers de Marocains de toutes les régions du Royaume, pour briser les frontières factices et libérer le Sahara de l'occupation espagnole, a-t-il ajouté.

L'expert en droit international a affirmé que la Marche verte a démontré au monde entier que le Sahara est marocain et le restera toujours.

Lorsque feu SM Hassan II décide d'être le premier volontaire de l'épopée de la Marche Verte

Feu SM Hassan II, tout en annonçant au monde entier la détermination du Maroc à organiser la Marche Verte pour parachever son intégrité territoriale, avait tenu à être le premier à s'inscrire sur les listes des volontaires devant participer à cette épopée.

Dans un discours prononcé, le 16 octobre 1975, après que la Cour internationale de justice ait reconnu qu'il existait, bel et bien, des liens juridiques et d'allégeance entre les Rois du Maroc et les habitants du Sahara, feu SM Hassan II avait indiqué "Nous serons personnellement parmi les premiers qui s'inscriront sur les listes des volontaires et autant je suis fier d'avoir ma carte d'électeur autant je serai de posséder celle de volontaire à la Marche pour la récupération du Sahara, afin que mes enfants et petits-enfants puissent s'enorgueillir d'hériter d'une couronne authentique et d'un sceptre véritable". 

En effet, le regretté Souverain était en tête des 350.000 citoyens ayant répondu à l'appel de la patrie et du devoir pour récupérer le Sahara, dont 10 pc de femmes. 

"Car hommes et femmes sont égaux devant la loi et en fait de patriotisme. Mieux encore, il est possible de trouver dans l'histoire des Arabes et celle du Maroc des femmes animées d'un patriotisme plus fervent que celui de certains hommes", a souligné feu SM Hassan II. 

"Notre Marche se fera sans armes, nous devons nous entendre sur le fait que nous n'allons pas livrer une guerre à l'Espagne. Cela n'est pas concevable d'autant que l'Espagne n'est plus concernée par cette question", a relevé feu Hassan II, qui a tenu à ce que cette Marche soit pacifique, au vrai sens du terme, au cours de laquelle les participants, des civils armés de Coran, le Livre sacré d'Allah, de la foi et de la volonté infaillible sont mobilisés pour récupérer, de manière pacifique, les territoires spoliés par le colonisateur. 

Ainsi, le regretté Souverain avait donné ses hautes directives aux gouverneurs des préfectures et provinces pour qu'ils ouvrent les bureaux de volontariat aux hommes et aux femmes à partir du 17 octobre 1975, tout en proposant les quotas des citoyens qui vont participer à cette Marche. 

Parmi les participants, dont le nombre total s'éleva à 350.000 personnes, figuraient 306.500 volontaires, tandis que le reste se répartit entre cadres administratifs et staffs médicaux et sociaux. Le regretté Souverain avait alors communiqué, dans son discours, le nombre des participants de chaque préfecture et province. 

Ainsi, Casablanca venait en tête avec 35.000 personnes, suivie d'Agadir (33.000), de Marrakech (25.000) et d'Ouarzazate et d'Errachidia (20.000 chacune).

En outre, toutes les parties ont été mobilisées pour assurer le transport des participants à bord d'autocars, de trains et de camions à destination de Marrakech d'où ils seront acheminés par camions sur Agadir puis Tarfaya avant la traversée officielle des frontières fictives pour proclamer ainsi une nouvelle ère du Sahara libre et imprimer en lettres d'or une page de gloire dans l'histoire du peuple marocain.

L'autonomie dans les provinces du Sud, la seule solution garantissant la stabilité régionale

La proposition marocaine d'autonomie dans les provinces du Sud est la seule solution au conflit artificiel autour du Sahara marocain garantissant la stabilité de la région sahélo-saharienne, a souligné le député français et président du groupe d'amitié France-Maroc à l'Assemblée nationale, Luc Chatel.

Dans une déclaration à la presse en marge d'une rencontre à l'Assemblée nationale pour la présentation du livre "Le conflit du Sahara au regard du droit international", du professeur Abdelhamid El Ouali, M. Chatel a noté que cette proposition constitue une solution de paix pour la région et la meilleure issue pour ce conflit sur le plan géopolitique.

"Le Grand Sahara vit aujourd'hui des tensions extrêmes, et rien ne serait pire que d'organiser de manière artificielle une partition dans une région qui a besoin de stabilité", a-t-il affirmé, estimant que le Maroc est le pays le mieux placé entre la Méditerranée et le Sahel pour apporter ce gage de stabilité.

"L'avenir passe par une solution d'autonomie au sein du Royaume du Maroc qui est source de stabilité régionale, et toute autre solution ne pourrait aboutir qu'à déstabiliser une région qui n'en a pas besoin", a insisté M. Chatel.

Il a, par ailleurs, mis en exergue les liens d'amitié historique entre le Maroc et la France, ajoutant que les députés français du groupe d'amitié se tiennent aux côtés du Maroc et continueront de soutenir la position marocaine.

M. Chatel a aussi relevé l'importance de la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte, qui constitue une occasion pour les parlementaires français de réitérer leur soutien au Maroc sur le dossier du Sahara marocain et leur détermination à défendre cette cause à l'échelle internationale.

16 octobre 1975: dans l'imbroglio politico-médiatique à propos du Sahara feu SM Hassan II surprend le monde entier

Dans l'imbroglio et les supputations politico-médiatiques à l'échelle internationale et les actions diplomatiques parallèles devant être entreprises par le Maroc, après l'annonce, le 16 octobre 1975, de l'avis consultatif de la Cour internationale de justice (CJI) étayant que le Sahara n'a jamais été un terra nullius, feu SM Hassan II a surpris le monde entier, le même jour, par l'annonce d'une Marche Verte pacifique pour parachever l'intégrité territoriale du Royaume. 

"Effectivement cher peuple, notre droit a prévalu de la manière la plus éclatante et la plus évidente ( ) ce matin nous est parvenue enfin l'information que nous attendions, non seulement parce que nous étions optimistes, mais bien plus parce que nous avons foi en l'assistance de Dieu l'Omniprésent. Le droit s'est prononcé sur les questions, dont nous avions voulu que la CIJ se saisisse", a indiqué le regretté Souverain, dans un discours prononcé à l'issue des réponses de la CIJ sur le Sahara Marocain. 

La CIJ, a souligné feu Hassan II, "confirme -textuellement- qu'entre le Sahara et le Royaume du Maroc il existait en effet des liens juridiques et d'allégeance", précisant qu'en employant le terme "allégeance" au lieu de "souveraineté", cette Instance internationale a utilisé le terme adéquat qui s'applique parfaitement au cas de la colonisation du Sahara. 

Feu SM Hassan II a, en outre, relevé que la légitimité et la légalité de la position du Royaume avaient été avérées après que les magistrats de la CIJ aient constaté que l'allégeance au Maroc a toujours fait l'objet d'un acte écrit, précisant que l'allégeance, dans le droit musulman, même si elle a revêtu différentes formes, n'a pas toujours été une allégeance qui lie uniquement l'individu au Roi, l'individu à Amir El Mouminine, mais ce que représentait cet individu, les groupements, les tribus et les régions auxquelles il s'apparentait. 

"De ce fait, l'allégeance au Maroc a toujours revêtu, sous toutes les dynasties, un caractère spécifique, car partout ailleurs dans le monde musulman, elle ne consistait qu'en un serment verbal", a fait remarquer feu SM Hassan II. 

Après ce constat, le regretté Souverain a conclu qu'il ne reste plus au Maroc qu'à réintégrer le Sahara, dont les portes lui ont été ouvertes légalement, ajoutant que le "monde entier a reconnu que le Sahara était en notre possession depuis très longtemps. Le monde entier a reconnu qu'il existait des liens entre le Maroc et le Sahara qui n'ont été altérés que par le colonisateur". 

Dans une décision sage, clairvoyante et inédite, feu SM Hassan II, garant de l'unité du Maroc, a annoncé l'organisation d'une Marche pour récupérer les territoires spoliés et parachever l'intégrité territoriale du Royaume. 

"Il ne nous reste donc cher peuple qu'à entreprendre une marche pacifique du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest. Nous devons, cher peuple, agir comme un seul homme, dans l'ordre et la discipline pour nous rendre au Sahara et renouer avec nos frères", a affirmé feu SM Hassan II. 

Célébration de l'amitié franco-marocaine à la veille de la commémoration du 40e anniversaire de la Marche Verte

L'association des élus locaux des Yvelines (région parisienne) a organisé mercredi un diner autour de l'amitié franco-marocaine, en présence notamment de Mme Valérie Pecresse, députée et ancienne ministre, de l'ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa , du secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental (CESE) Driss Guerraoui, du préfet des Yvelines, du président du Conseil de ce département et de plus de 70 maires de France.

Dans une déclaration à la MAP, le président de l'association des élus locaux des Yvelines, Lahbib Eddaouidi a indiqué que cette rencontre, qui réunit des personnalités françaises et franco-marocaines de divers horizons, et qui intervient à la veille de la commémoration du 40-ème anniversaire de la Marche Verte, a pour objectifs de consolider davantage les relations exemplaires entre le Maroc et la France sur les plans économique, politique et humain.

Plusieurs intervenants se sont succédé à la tribune pour mettre en exergue les pas géants franchis par le Maroc sur la voie de la démocratisation et la ferme volonté de SM le Roi Mohammed VI de moderniser le Royaume pour qu'il devienne un acteur majeur dans la région méditerranéenne.

Les efforts consentis par le Maroc pour le développement économique et social de ses provinces du Sud, la forte implication du Royaume dans la préservation de l'environnement, la coopération franco-marocaine en matière de lutte contre le terrorisme, l'immigration clandestine et le trafic de stupéfiants ainsi que l'exemplarité de la relation humaine entre les deux pays ont été mis en exergue par les participants à cette rencontre, qui ont salué le bon déroulement des élections communales et régionales du 4 septembre dernier ainsi que la politique de régionalisation adoptée par le Royaume.

Intervenant à cette occasion, M. Chakib Benmoussa a souligné que les liens solides entre la France et le Maroc puisent leur force dans l'histoire commune et les valeurs partagées, relevant que le partenariat économique d'exception entre les deux pays s'inscrit dans une dimension régionale, de nature à leur permettre de gagner en compétitivité et de conquérir de nouvelles parts de marché à l'échelle mondiale.

Après avoir rappelé que la France demeure le premier partenaire économique et investisseur étranger dans le Royaume, M. Benmoussa a expliqué qu'outre les grandes entreprises françaises du CAC 40 présentes au Maroc, les PME-PMI sont aussi associées à la promotion des activités économiques et commerciales entre les deux pays. 

Par ailleurs, le diplomate marocain a indiqué que le Maroc s'apprête à organiser, en 2016 à Marrakech, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 22), notant que les deux pays partagent le même défi relatif au changement climatique, d'autant plus que la France accueillera en décembre prochain la COP 21.

A cet égard, il a mis en avant l'expérience marocaine avérée en matière d'utilisation des énergies renouvelables, soulignant que ceci démontre qu'un pays émergent est en mesure de s'engager de manière responsable dans le développement durable.

Sur un autre registre, M. Benmoussa a indiqué que la France et le Maroc coopèrent de manière efficiente en matière de lutte contre le trafic le terrorisme et le trafic de stupéfiants pour garantir la stabilité et la sécurité dans la région sahélo-saharienne et du pourtour méditerranéen.

Fatema Malki, la nostalgie d'une participante à la Marche verte qui a défié les traditions et a répondu à l'appel de la nation

Native de la ville de Bejaâd (province de Kouribga) en 1937, Fatema Malki a défié les traditions de l'époque pour répondre à l'appel lancé par feu SM Hassan II et participer avec 350.000 autres Marocains et Marocaines à l'épopée de la Marche Verte. 

Grâce à sa volonté et à son sens de l'engagement citoyen, Fatema a pu convaincre son mari de l'accompagner dans cette épopée qui est restée gravé dans sa mémoire malgré son âge avancé.

La décision de Fatema de participer à la plus grande marche du 20ème siècle s'est concrétisée avec son inscription aux côtés de 500 volontaires du cercle de sa ville natale (Bejaâd) et 2.000 personnes de la province de Khouribga, dont le seul souci consistait à participer à la libération des provinces du Sud du joug du colonisateur et au parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume.

Dans une déclaration à la MAP, Fatema se rappelle son immense joie dès l'annonce de l'organisation de la Marche Verte par Feu SM Hassan II et sa volonté de participer à cette épopée malgré les critiques de sa famille et de ses voisins à cause de l'esprit patriarcal qui régnait dans les années 70.

"Mon déplacement de Bejaâd à Tarfaya en passant par plusieurs villes marocaines restera une étape de ma vie gravée en lettres d'or, puisque ce voyage était destiné à soutenir une cause noble qui est le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume", a-t-elle confié.

Et de relever que ce voyage lui a permis de nouer des relations fortes d'amitié avec des volontaires issus de différentes régions du Maroc, qui ont marché, à l'appel du Roi, en direction des provinces du Sud, sans armes et portant chacun un Coran, un drapeau national et des photos de feu SM Hassan II et scandant les slogans de la victoire et du patriotisme.

Ces slogans ont suscité au passage l'enthousiasme des tribus sahraouies qui se sont jointes elles aussi aux volontaires et ont commencé à scander les hymnes de la victoire et de la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud.

Affichant un large sourire, Fatema se remémore les moments forts passés dans ces provinces, notamment un mariage à la marocaine dans la région "Krouchi" ainsi que la naissance d'un bébé auquel ses parents ont donné le prénom de "Massira", une manière à eux d'immortaliser le souvenir de leur participation à cet événement phare de l'histoire du Maroc. 

Fatema se souvient très bien aussi du discours Royal annonçant le lancement de la Marche Verte en direction des provinces du Sud, ainsi que l'annonce de l'ordre du retour à Tarfaya. 

De retour à son foyer, un accueil des plus chaleureux a été réservé par ses voisins et sa famille à Fatema, qui dit être simplement une femme marocaine qui a accompli son devoir national.

Le parcours militant de Fatema ne s'est pas arrêté là. Elle s'est jointe à d'autres volontaires pour créer une association dans sa ville natale du nom de l'Union nationale des volontaires de la Marche verte à Bejaâd. Elle répond présent à chaque manifestation organisée à l'occasion du 06 novembre.

En récupérant son Sahara, le Maroc a très vite multiplié les initiatives en faveur de la population locale, lançant de vastes chantiers de développement. Quarante ans après, le visage de nos provinces du sud s'est complètement transformé.

Après la récupération de nos provinces du sud grâce à la glorieuse Marche Verte, événement majeur dans les annales de l'histoire contemporaine, le Maroc a placé le développement de la région à la tête de ses priorités nationales, déployant de grands efforts pour combler les carences au niveau des infrastructures socio-économiques, et réussissant en quelques décennies seulement à faire de la région sud du Royaume un modèle sur le plan du développement durable et inclusif.

La Marche Verte: une mobilisation populaire qui a surpris le monde 

L'agence de presse officielle argentine "Telam" a consacré un dossier spécial à la Glorieuse Marche Verte organisée il y a 40 ans à l'appel de Feu SM Hassan II, y voyant l'émanation d'une mobilisation populaire ayant surpris le monde par son aspect pacifique et poussé le colonisateur espagnol à se retirer du Sahara marocain.

Dans ce dossier publié à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte célébré vendredi, le journaliste Horace Rana propose de revivre les moments forts de cet événement à travers deux articles comprenant faits historiques et témoignages, ainsi qu'une vidéo et des infographies.

Dans un premier article comportant plusieurs passages du discours historique de Feu SM Hassan II et des chansons comme "Nidaa Al Hassan" et "Laayoune ainiya", Telam reprend une déclaration de l'ambassadeur du Maroc en Argentine, Fouad Yazough, qui a affirmé que depuis le début du XXème siècle et jusqu'au milieu des années 70, "le Maroc fut le seul pays de la région à avoir subi une domination coloniale multiple".

"La partie nord était sous protectorat espagnol, le centre sous protectorat français, la ville de Tanger était sous l'administration internationale de 12 pays tandis que les provinces du sud étaient colonisées par l'Espagne", avait expliqué le diplomate marocain.

Les événements du 6 novembre 1975 ont permis au Maroc de recouvrer ses provinces du sud, indique l'auteur de l'article, en soulignant qu'après la Seconde Guerre mondiale, l'idée de la libération des peuples du Maghreb était devenue de plus en plus présente comme en témoignent les manifestations au Maroc qui se sont transformées en insurrection armée, surtout après l'exil de Feu SM Mohammed V. 

Citant le spécialiste en sciences politiques et membre de l'Institut des études africaines à l'Université argentine de John F. Kennedy, Adalberto Agozino, Telam rapporte également qu'après le retour d'exil de feu SM Mohammed V, la France a accepté d'entamer des négociations qui se sont soldées par la déclaration de l'indépendance du Maroc en 1956, notant que la décolonisation de la partie sous contrôle français a été réalisée d'un seul coup.

Mais ce processus n'a pas été aussi rapide pour toutes les régions, relève le journaliste, précisant que si le Maroc a récupéré Tanger en avril 1956 puis Tarfaya en 1958, l'Espagne a continué à occuper les territoires de Sidi Ifni jusqu'en 1969 et les provinces du Sud jusqu'en 1975 et elle occupe encore illégalement les présides de Sebta et Melilia. 

L'Espagne, ajoute Rana, voulait créer "un Etat artificiel" pour préserver ses intérêts économiques dans la région mais "le Maroc a avorté cette tentative en saisissant la Cour internationale de justice, laquelle a affirmé dans sa décision rendue le 16 octobre 1975 que le Sahara n'était pas un territoire sans maître (terra nullius) au moment de sa colonisation par l'Espagne en 1884, et qu'il s'agissait d'une région peuplée de tribus sahraouies liées aux Sultans du Maroc par les liens légitimes de la "Bei'a".

Sans perdre de temps, poursuit Telam, feu SM Hassan II a adressé un discours au peuple marocain en annonçant que le Maroc allait recouvrer ses provinces du Sud d'une manière pacifique à la faveur d'une marche de 350.000 volontaires armés uniquement du Saint Coran et du drapeau national.

L'agence reprend à cet égard le passage historique du discours que Feu SM Hassan II a adressé au peuple marocain: "Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays".

Rappelant que l'appellation Marche Verte émane de la symbolique du vert considéré comme la couleur de l'Islam et de la paix prônée par le Saint Coran, Telam souligne que Feu SM Hassan II avait demandé aux centaines de milliers de volontaires de s'armer du Saint Coran en tant que symbole indubitable du caractère pacifique de cette marche visant à libérer les provinces du Sud du joug du colonialisme.

Ainsi, le Maroc est parvenu à recouvrer ses provinces du Sud sans résistance ou protestation de la part de l'Espagne, poursuit la même source, soulignant que suite au succès de la Marche Verte, l'Espagne avait offert, deux jours plus tard, des garanties concernant la restitution de l'ensemble du Sahara.

Telam propose également un article étoffé des témoignages de trois journalistes marocains ayant vécu cet événement historique, en affirmant que 40 ans après l'organisation de cette impressionnante manifestation populaire suite à laquelle le Maroc a forcé le colonisateur à retirer ses troupes, il est difficile d'oublier les souvenirs et les faits ayant jalonné cet événement.

Dans ce sens, l'agence de presse argentine reprend les propos du journaliste Wahah Ahmed El Hiba, qui avait couvert la marche pour la Radiodiffusion Télévision Marocaine (RTM) à Rabat. Selon lui, "les gens peuvent parler et écrire sur la Marche Verte, mais personne ne peut ressentir ce qu'avaient ressenti ceux qui y ont participé". "Je n'oublierais jamais ce moment-là et je remercie Dieu d'être Marocain", s'est-il réjoui.

Pour sa part, Said Jadidi de Radio Tarfaya (la voix de la libération et de l'unité), a relevé que la journée du 6 novembre était empreinte d'un enthousiasme indescriptible, en soulignant que son flair de journaliste lui indiquait que "quelque chose bougeait et que quelque chose allait se produire" étant donné que la Marche Verte est restée jusqu'à son lancement un mystère dont l'idée, la conception et l'exécution étaient entourés du plus grand secret.

Abondant dans ce sens, le médecin militaire espagnol Felix Beltran a affirmé que "l'organisation de la Marche Verte était l'un des secrets les mieux gardés de l'histoire du Maroc", en soulignant que "la plupart des responsables militaires et fonctionnaires espagnols stationnés à l'époque au Sahara avaient appris la nouvelle via les journaux".

Reprenant un ancien témoignage de Feu Mohamed Gharbi de Radio Tanger, l'agence de presse argentine rappelle que ce dernier s'était retrouvé à son arrivée à Tarfaya au milieu d'une foule pleine d'enthousiasme et empreinte d'un sentiment de nationalisme. "A partir de ce moment, je me suis considéré comme l'un des volontaires et j'ai commencé à recueillir des déclarations avec les moyens disponibles à l'époque que j'ai exploités plus tard dans la préparation d'une émission spéciale pour Radio Tanger", avait-il indiqué.

Les différends témoignages recueillis par Telam ont été unanimes sur le fait que la Marche verte était un événement unique dans l'histoire, en ce sens que des volontaires armés uniquement de leur foi et du Saint Coran ont poussé le colonisateur à plier bagage.

Ces grands chantiers d'infrastructures qui ont métamorphosé les provinces du sud

Depuis leur retour à la Mère-patrie à la faveur de la glorieuse Marche verte il y'a 40 ans, les provinces du sud, qui avaient souffert de l'amenuisement sous l'occupation espagnole, ont entamé une nouvelle ère de prospérité et de développement grâce aux grands chantiers d'infrastructures et de valorisation du territoire.

L'anniversaire de la Marche Verte, un rendez-vous annuel au cours duquel le peuple marocain réitère son attachement à l'intégrité territoriale nationale, constitue également l'occasion de mettre en avant le développement notable du Sahara marocain à la faveur de l'effort d'investissement déployé par le Maroc notamment en matière d'infrastructures.

La dynamique déclenchée par le Maroc au niveau de ces provinces, qui souffraient en 1975 d'un manque aigu d'infrastructures et d'équipements socio-économiques, avait pour objectif de promouvoir les conditions de vie des habitants via une stratégie de développement portant sur la création d'une infrastructure développée à travers la construction des routes, des ports, des projets de logement, la promotion du potentiel des secteurs agricole, touristique, des télécommunications et de la pêche maritime.

Pour désenclaver les provinces du sud, l'Etat a investi dans le réseau routier à travers la construction et la rénovation de plus de 3.000 km de routes pour un investissement global de 3,5 milliards dirhams. Le réseau routier ne dépassait point les 70 km avant 1975.

Dans cette dynamique, l'on retient aussi le projet de l'énergie éolienne à Tarfaya, le plus grand du genre en Afrique et qui constitue l'un des importants chantiers lancés par le Royaume pour le développement socio-économique et environnemental des provinces du sud. Selon les données de Nareva Holding, le projet qui a nécessité des investissements d'une valeur de 5 milliards de dirhams, produira à terme 301 mégawatts grâce à 131 éoliens.

L'infrastructure portuaire a été consolidée par l'Etat en renforçant les équipements des ports de Laâyoune (Ville de Marsa), de Tarfaya et de Boujdour pour stimuler l'activité économique et l'investissement dans la région. Il a été procédé également à la réalisation d'une nouvelle plateforme portuaire à Boujdour, ayant nécessité 379 millions DH.

Ce projet qui s'inscrit dans le cadre du plan Halieutis et le plan national de développement des activités de la pêche côtière, joue un rôle majeur dans l'accueil des bateaux et des embarcations et la promotion socio-économique de la région.

Le port de Tarfaya a été également réaménagé de façon à lui permettre de s'ouvrir sur le commerce international de marchandises et de voyageurs avec les Iles canaries et de réhabiliter le secteur de la pêche traditionnelle et côtière.

Les efforts de l'Etat ont porté, par ailleurs, les programmes de logement ayant permis de palier au déficit en la matière et d'éradiquer l'habitat insalubre. C'est ainsi que Laâyoune, Boujdour et Dakhla ont été déclarées villes sans bidonvilles. 

Le secteur de l'eau potable a bénéficié pour sa part d'un intérêt particulier. Les provinces du sud ont été dotées des infrastructures nécessaires dans ce secteur vital, notamment la réalisation de la station de dessalement des eaux de mer qui a permis de généraliser l'accès à l'eau potable (100 pc).

Le raccordement des provinces du sud au réseau national de l'électricité a été également réalisé via une ligne à haute tension sur plusieurs centaines de km, outre l'apport des projets d'énergie renouvelable comme celui de Tarfaya.

Nul doute que ces projets d'infrastructure réalisés au niveau des provinces du sud du Royaume seront renforcés par le modèle de développement promu par le Conseil économique, social et environnemental, qui a dévoilé certaines imperfections et apporté des alternatives réalistes et applicables pour améliorer davantage les conditions de vie des populations des provinces de sud.

Abdellah Njima : le jeune collégien volontaire de la Marche verte

Malgré son jeune âge, Abdellah Njima, qui fréquentait en 1975 le collège, décida à l'automne de la même année, avec des compagnons, tous du quartier de Boutlamin (province d'Errachidia), de participer spontanément à la Marche verte en réponse à l'appel de Feu SM le Roi Hassan II. 

Quarante ans plus tard, Njima raconte avec émotion et nostalgie, son aventure et sa décision d'aller s'inscrire avec ses compagnons sur les listes des volontaires qui ont participé à cet événement historique.

Abdellah, actuellement professeur de sport, se remémore des événements qui ont marqué cette phase de l'histoire du Maroc et qui sont à jamais gravés dans son esprit. "C'est avec fierté et orgueil que j'ai reçu des mains d'un responsable la carte d'adhésion, le Wissam et une copie du serment de la Marche Verte, que je garde encore comme souvenirs de ce moment historique", a-t-il déclaré à la MAP, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

Njima, dont la tante, comme d'ailleurs plusieurs de ses concitoyennes de la région de Tafilalet, avait participé elle aussi à la Marche verte, considère sa participation à la Marche Verte comme "un devoir envers la patrie". 

Il relate les sentiments constitués d'un "mélange d'appréhension, d'orgueil et de courage" qu'il a éprouvés avant son départ pour cette Marche vers le Sahara, à bord de camions qui transportaient 20.000 volontaires originaires de Tafilalet, dont 2000 femmes.

Le départ, le 23 octobre 1975 du cortège des camions transportant les volontaires, eut lieu dans l'enthousiasme total et l'ambiance était, après un trajet de quelque 1200 km, festive. 

Des soirées ont été animées, au grand plaisir des volontaires, par des artistes populaires, se souvient encore Njima selon lequel des artistes, des professeurs et des étudiants d'Errachidia avaient également participé à la Marche Verte.

"J'étais responsable de mon groupe et chargé de la coordination avec les responsables concernés, de la distribution des portions alimentaires, ce qui m'a aidé à acquérir une bonne expérience en matière de gestion", s'est-il félicité.

"Il faisait très froid la nuit. Nous nous installions à l'intérieur de tentes pour raconter des contes et des anecdotes. Nous organisions aussi des soirées de chants et de musique populaires dans l'attente du moment décisif qui allait changer le cours de l'histoire, et ouvrir une nouvelle page de l'histoire du Maroc moderne", a-t-il poursuivi.

La participation à la Marche verte, a-t-il dit, "m'a profondément marqué et m'a permis d'avoir le sens de la responsabilité et de la citoyenneté sincère". Elle m'a aussi donné confiance en moi. C'est une expérience gravée dans mon esprit et j'en suis fier", a-t-il dit.

Revenant sur le temps fort de la Marche Verte, il a raconté : "Nous étions réunis quand Feu SM Hassan II annonça, sur les ondes de la radio, le départ de la marche verte. "Cher peuple, Demain tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras la Marche, tu fouleras une terre qui est tienne. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton pays", lança alors le regretté Souverain.

"A ce moment, les valeurs spirituelles et le patriotisme sincère nous ont empli et nous avions la sensation, moi et mes compagnons, d'être des héros dans une patrie qui mérite qu'on se sacrifie pour elle", se rappelle-t-il.

Il est un devoir de réinventer et de perpétuer l'esprit de la Marche Verte (sociologue française)

Quarante ans après le retour des provinces du sud à la Mère-patrie, il est un devoir de réinventer et de perpétuer l'esprit de la Marche verte qui a marqué toute une époque, a souligné la sociologue et chercheuse française Françoise Bastide.

"C'est déjà le 40e anniversaire de la Marche verte, un évènement qui doit continuer à inspirer les jeunes et stimuler la création", a déclaré à la MAP Mme Bastide qui s'active dans la valorisation du patrimoine sahraoui et dans le développement durable local.

Cette passionnée des provinces sahariennes du Royaume plaide pour un renouveau de ce remarquable esprit patriotique qui avait animé les résistants et combattants de l'indépendance, avant d'inspirer leurs enfants pour cette marche épique pour réintégrer le Sahara à la Mère-patrie.

"Aujourd'hui les Marocains ont le devoir d'expliquer à la jeune génération ce que fut cet élan populaire extraordinaire où tout un pays s'est levé comme un seul homme à l'appel de son Souverain", a-t-elle expliqué, estimant que "c'est un évènement mémorable dont on parlera encore dans 1.000 ans".

Cette épopée, a relevé Mme Bastide, symbolise aussi les liens de confiance entre le peuple et le Trône, une relation qui explique à elle seule la stabilité et la force du Royaume.

"C'est grâce à cette parfaite symbiose que le peuple marocain fera toujours face à la malveillance et à la jalousie, notamment dans ce conflit monté de toutes pièces au mépris des vérités de l'histoire", a-t-elle fait observer.

Concernant les stratégies de développement mises en œuvre dans les provinces du sud, la sociologue a rappelé que l'Etat marocain s'est retrouvé seul face au défi du désert et n'a ménagé aucun effort pour le doter de routes, ports, aéroports, écoles, hôpitaux et des moyens de développement.

Elle a souligné que le Maroc a franchi un nouveau stade,"celui d'une gouvernance participative incluant l'idée forte du développement durable", citant à cet égard le modèle développé par le Conseil économique, social et environnemental dans l'optique d'une intelligence collective de développement.

"Nous devrons assister dans les prochaines années à une évolution de la gouvernance qui pourrait inspirer le pays tout entier en matière de démocratie participative", a-t-elle fait observer.

Pour Mme Bastide, les provinces du sud disposent de potentialités suffisantes et d'atouts indéniables pour relever les défis du développement économique, tout en veillant à la valorisation des spécificités territoriales dans le cadre du projet prometteur de la régionalisation avancée.

Les provinces du Sud complètement transformées grâce aux efforts de développement colossaux consentis par le Maroc

Les provinces du Sud se sont complètement transformées grâce aux efforts de développement colossaux consentis par le Maroc, a affirmé l'analyste politique chilien Antonio Yelpi Aguilar.

Jadis abandonnées à leur sort pendant la période de la colonisation espagnole, les provinces du Sud ont complètement changé de visage aujourd'hui, a indiqué M. Yelpi, secrétaire exécutif du Centre d'études pour la démocratie populaire (CEDEPU-Chile), dans un entretien accordé à la MAP à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

Cette célébration, a-t-il dit, constitue une occasion pour mettre en exergue les réalisations considérables accomplies par le Maroc pour le développement de ses provinces du Sud.

Dans ce sens, M. Yelpi, également coordinateur du Forum mondial de la décennie des afro-descendants et des droits de l'Homme, dit avoir été témoin in situ, lors de ses deux visites à la région du Sahara marocain, des "efforts énormes" déployés par le Maroc pour doter ces provinces d'infrastructures routières et aéroportuaires, d'établissements scolaires, d'hôpitaux et de plusieurs autres infrastructures socio-culturelles.

Après la récupération de ses droits historiques sur ses provinces du Sud grâce à la Marche Verte, le Maroc a réussi pendant les dernières quarante ans à relever le défi de la mise à niveau de ces provinces dans le cadre d'une stratégie globale de développement régional, a-t-il fait observer.

Concernant la question de l'intégrité territoriale du Royaume, l'expert chilien a salué les efforts déployés par le Maroc dans la recherche d'une solution politique à la question du Sahara.

Tout en relevant que le Maroc est un acteur essentiel de la stabilité régionale, l'expert chilien a affirmé que l'Initiative d'autonomie sous souveraineté marocaine constitue "la solution idoine" pour un règlement équitable et définitif du conflit artificiel autour du Sahara qui n'a que trop duré.

Par ailleurs, M. Yelpi a mis en avant les grands chantiers de développement entrepris à travers le Royaume, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, dans les domaines politique, économique et social, en vue de promouvoir le progrès économique et le développement humain. 

De même, il s'est attardé sur les avancées considérables accomplies par le Maroc dans le domaine des droits de l'Homme, de la consécration de l'Etat de droit et du respect des libertés individuelles et collectives.

En 13 ans, l'Agence du Sud a engagé un portefeuille de 12,6 MMDH

Depuis sa création en mars 2002 jusqu'à nos jours, l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud (Agence du Sud) a engagé un portefeuille de 12,6 MMD, dont 10 ,6 MMDH ont été réalisés, a affirmé le directeur de cet organisme Jabrane Reklaoui. 

Ces investissements sont échelonnés sur tous les secteurs d'activité et couvrent un large éventail d'interventions allant des infrastructures à l'économie, en passant par la culture et les activités génératrices de revenu, a souligné M. Reklaoui dans un entretien à la MAP, à la veille du 40ème anniversaire de la Marche verte.

M. Reklaoui a rappelé que l'Agence est venue accompagner les efforts colossaux déployés par l'Etat depuis la récupération des provinces du Sud, en 1975, notamment dans les domaines des infrastructures de base, l'eau potable, l'assainissement et voirie, la desserte aérienne, les télécommunications, les structures portuaires et de l'enseignement et de la santé.

Quarante après, les provinces du Sud sont en droit d'arborer avec fierté des moyennes honorables dépassant parfois le niveau national, notamment en termes d'alphabétisation, d'accès aux soins, d'adduction en eau potable, a-t-il noté, faisant observer que ces réalisations s'étoffent au fil des jours par l'attractivité de la région et l'émergence de nouvelles niches d'investissement.

Revenant sur les potentialités des trois régions qui constituent les zones d'intervention de l'Agence du Sud, il a évoqué notamment les efforts consentis pour la valorisation du secteur halieutique, à travers la mise en place de 10 villages de pêches et l'aménagement de nombre de points de débarquement, notamment à Boujdour, Laâyoune et Tarfaya.

Dans ces régions, ponctuées par un climat peu favorable, l'agriculture a bénéficié d'un intérêt particulier, à travers l'encouragement de la culture des primeurs à Dakhla, la promotion de la filière cameline et le lancement d'autres cultures à haute valeur ajoutée, a-t-il soutenu.

Il en va de même, a-t-il signalé, pour le secteur des énergies renouvelables dans la région de Tah (Tarfaya), le secteur minier avec les phosphates de Boucrâa, mais aussi et surtout le secteur touristique qui connaît un engouement remarquable de la part des visiteurs nationaux et étrangers en quête de nouveaux produits (tourisme oasien, circuit historique, tourisme culturel et de découverte, etc.)

Selon lui, ces réalisations s'accommodent parfaitement des efforts déployés en termes de doing-business et de création de zones franches favorables aux investissements, comme en témoignent l'implantation d'au moins deux entreprises étrangères, une espagnole et une turque, ou encore l'ouverture de deux écoles françaises, l'une à Lâayoune et l'autre à Dakhla.

Dans la même veine, il a souligné les avancées réalisées en termes de mise à niveau des villes et la dynamique enclenchée dans ce sens avec l'extension structurée autour de plusieurs points fonctionnels, notamment à Lâayoune, Dakhla, Guelmim et à Essmara.

A la faveur d'une approche partenariale et contractuelle, l'Agence du Sud a constamment appuyé les expressions culturelles dans leur foisonnement et leur diversité créative, en l'occurrence les cultures hassanie et bidane, à travers la restauration des greniers, l'édition d'une anthologie de la musique hassanie et l'édition d'une série de beaux livres sur la région.

Aussi a-t-il évoqué la création d'une vingtaine de points de lectures essaimés sur les différentes villes, la mise en place de médiathèques, le soutien d'activités liées au théâtre et aux arts en général, outre la construction en cours d'une bibliothèque municipale à Lâayoune (la première du genre au Maroc et la deuxième en terme de capacité d'accueil après la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc), ou encore d'un théâtre municipal de 1200 places et d'une salle de conférences de 350 places dans la même ville.

Privilégiant une démarche inclusive et multidimensionnelle orientée vers la création des richesses, de l'emploi et surtout de l'espoir, l'Agence du Sud a appuyé depuis sa création plus de 1200 projets générateurs de revenus et qui se sont cristallisés autour d'un tissu très dynamique de coopératives animées par la culture de la réussite et de l'autoréalisation, a-t-il soutenu.

Et de conclure que c'est précisément cette culture, une fois déclinée sur les activités sportives, autre domaine soutenu par l'Agence à travers les terrains de proximité, qui a été à l'origine d'une formidable dynamique couronnée par les performances de l'équipe de handball Widad Essmara, auteur d'un doublé en 2015, puisqu'elle a été remporté le championnat du Maroc et la Coupe du Trône.

La glorieuse Marche Verte: un événement phare ayant renforcé l'attachement indéfectible entre le peuple et le Trône

La glorieuse Marche Verte est un événement phare qui a renforcé la cohésion du peuple marocain et scellé son attachement indéfectible au glorieux Trône alaouite, a affirmé Cheikh Essadik El Otmani, directeur des affaires religieuses au sein de la Fédération des associations islamiques au Brésil (FAMBRAS).

"Ce lien intrinsèque est le fait d'une succession d'événements historiques, dont la Marche verte. Loin d'être un discours ou une leçon théorique en éducation civique, la Marche Verte est avant tout une pratique quotidienne illustrant l'amour que le peuple marocain voue à la patrie et au Souverain, ainsi que son attachement à son identité", a tenu à souligner Cheikh Essadik El Otmani, dans une déclaration à la MAP à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte. 

A cette occasion, le secrétaire général du Conseil supérieur des Imams et des affaires islamiques au Brésil n'a pas manqué de souligner le génie de Feu SM Hassan II qui a pris au dépourvu le monde entier en appelant à l'organisation de la Marche Verte .

"Depuis l'appel de Feu SM Hassan II à l'organisation de la Marche Verte en 1975 et jusqu'à ce jour, les grand projets de développement n'ont cessé de voir le jour", s'est-il félicité, en évoquant au passage le grand projet national engagé par SM le Roi Mohammed VI qui a transformé le Maroc en "un havre de paix et de sécurité dans une région en proie au terrorisme, à la sédition, au sectarisme et à l'extrémisme".

Selon lui, la paix, la sécurité et la cohésion dont jouissent le peuple marocain sous la bannière nationale "ne sont que quelques uns des fruits de la glorieuse Marche verte , une idée du génie de Feu SM Hassan II".

Encore mieux, a-t-il ajouté, "le Maroc est devenu un modèle de développement et de consécration de la démocratie et des droits de l'Homme au niveau régional sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, qui s'est abreuvé de l'esprit de la Marche Verte et l'a érigé en locomotive du développement". 

"Aujourd'hui tout visiteur ne peut que constater de visu ce développement réalisé dans les domaines économique, culturel et social et en termes d'infrastructure", s'est réjoui M.El Otmani.

A ses yeux, "la force et la volonté du Souverain ont eu pour effets de prémunir le Maroc contre les effets néfastes du chaos et des perturbations que connaît le voisinage arabe".

De plus, a-t-il ajouté, la Marche Verte n'a fait que confirmer la marocanité du Sahara, en rappelant que depuis le XIè siècle les Mérinides avaient tissé des liens historiques avec les tribus sahraouies, lesquels ont été démontrés par des historiens en dépit des efforts des ennemis de l'unité du Royaume et de manouvres perfides visant à séparer cette région de la mère patrie.

Cheikh Essadik El Otmani, également Directeur Général de l'Agence de presse islamique des pays d'Amérique du nord et du sud, a par ailleurs, évoqué les grandes lignes d'un article publié par l'historien français Bernard Lugan, dans la revue "L'Afrique réelle", dans lequel ce spécialiste de l'Afrique présente des preuves irréfutables de la marocanité du Sahara, une région faisant partie de l'empire marocain qui s'étendait, sous les Almoravides "du fleuve Sénégal au centre de l'Espagne". 

"Avant les partages coloniaux, l'influence marocaine se manifestait par la circulation d'une monnaie unique de Tanger à la vallée du fleuve Sénégal et par un même système de poids et de mesures", avait souligné le professeur à l'école de guerre à Paris et aux écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan, en notant que "la région était alors totalement tournée vers le Maroc avec lequel elle constituait un même monde économique, politique et religieux".

S'agissant de la pertinence du projet d'autonomie proposé par le Maroc pour ses provinces du Sud, M.El Otmani a relevé que ce projet à la fois "courageux et ambitieux" est susceptible de mettre fin à un conflit fabriqué de toutes pièces par les ennemis de notre unité territoriale, notant que la Royaume est convaincu, au même titre que l'ensemble de la communauté internationale, "que ce conflit ne saurait trouver issue que dans le cadre de négociations et d'une solution politique".

Sur cette base, a-t-il dit, la proposition soumise par le Maroc à l'ONU depuis des années constitue une réelle percée dans les négociations visant à parvenir à une solution définitive à ce conflit dans le cadre de la légalité internationale et des objectifs et principes énoncés dans la Charte des Nations unies.

Le Royaume est convaincu que cette solution contribuera à la stabilité de la région arabe et aura pour effets de réconcilier les pays maghrébins frères avec leur histoire et de promouvoir le bien vivre ensemble dans le cadre du bon voisinage, a-t-il conclu.

Marocains d'Amérique: L'anniversaire de la Marche Verte, l'occasion de rappeler au monde entier la marocanité du Sahara et l'attachement fort du peuple marocain à son unité territoriale

Le 40ème anniversaire de la Marche Verte constitue l'occasion de rappeler au monde entier la marocanité du Sahara ainsi que l'attachement fort du peuple marocain, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à défendre les constantes nationales et l'intégrité territoriale du Maroc, ont souligné les membres de la communauté marocaine établie dans la grande région de Washington.

La commémoration de cet événement glorieux illustre l'unité et la mobilisation de tous les Marocains pour défendre l'intégrité territoriale et les causes justes du Royaume, ont-ils déclaré à la MAP, relevant qu'il s'agit également d'une occasion pour renouveler l'appel à la communauté internationale, qui a exprimé à maintes reprises son soutien à la proposition marocaine d'autonomie, afin d'aller de l'avant pour la résolution de ce conflit artificiel qui n'a que trop duré.

L'épopée de la Marche Verte occupe une place particulière dans le cœur de chaque Marocain, notamment les nouvelles générations, comme elle incarne les valeurs d'abnégation et de patriotisme, renforcées par la symbiose avec le Trône alaouite, et de citoyenneté effective, pour la défense des causes sacrées de la nation et à leur tête la question du Sahara marocain. 

Pour le Président du Washington Marocain American Club, Hassan Samrhouni, cette commémoration est l'occasion de réitérer l'attachement indéfectible de tous les Marocains à la souveraineté du Royaume sur ses provinces du Sud.

Il s'agit de l'un des moments phares de l'histoire nationale, écrite, il y a 40 ans, par 350.000 Marocains représentant toutes les régions du Royaume, qui se sont portés volontaires pour libérer le Sahara du joug de l'occupant espagnol, munis de la seule foi en la justesse de leur cause et brandissant le Saint-Coran et le drapeau national.

M. Samrhouni s'est félicité, à cet égard, de la forte mobilisation de la communauté marocaine à l'étranger, notamment des Marocains d'Amérique, pour célébrer cet événement, tout en appelant à davantage de vigilance et de mobilisation pour défendre la première cause nationale et mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain.

De son côté, Boubker Abisourour, ancien cadre à la Banque mondiale et président fondateur de Ibn Khaldoun Academy en Virginie, a relevé que le 40ème anniversaire de la Marche Verte démontre au monde entier l'ampleur des efforts déployés par le Maroc pour résoudre la question du Sahara marocain, ainsi que la pertinence de ses initiatives et de ses propositions, notamment le plan d'autonomie qui bénéficie du soutien de la communauté internationale, ainsi que le projet de la régionalisation avancée, qui permettra aux Sahraouis de gérer leurs propres affaires dans le cadre de la souveraineté marocaine.

Il a, en outre, souligné qu'il est grand temps de faire preuve de sagesse et de réalisme vis-à-vis de ce dossier, avertissant que l'absence d'une solution à ce conflit risque de plonger toute la région dans l'insécurité et l'instabilité, notamment face à la menace grandissante des groupes terroristes et à la prolifération du trafic d'armes et de drogue.

Pour sa part, Naoual Al-Amari Arsimi, actrice associative établie aux Etats-Unis depuis plus de 17 ans, a affirmé que l'anniversaire de la Marche Verte constitue un motif d'admiration et de fierté pour le peuple marocain et témoigne du génie de feu SM Hassan II qui a réussi de manière pacifique à mettre fin à la présence coloniale espagnole dans le Sahara marocain.

Et Mme Arsimi de poursuivre que cet événement incarne non seulement la symbiose totale et pérenne et les liens solides d'allégeance entre le peuple marocain et le glorieux Trône alaouite, mais aussi la détermination de tous les Marocains à défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale du Royaume sans renoncer au moindre pouce de son Sahara.

La communauté marocaine en République dominicaine se remémore avec grande fierté le 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte

Les membres de la communauté marocaine établie en République dominicaine se sont remémorés avec grande fierté les profondes significations du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte qui a démontré la grandeur du peuple marocain lors de cette étape phare de l'histoire du militantisme national pour le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume.

Sur un ton unanime, les membres de la diaspora marocaine ont tenu à souligner que la Marche Verte, qui constitue un modèle unique du patriotisme sincère, représente l'un des glorieux souvenirs les plus chers aux coeurs de tous les Marocains, tout en réaffirmant leur pleine adhésion pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume et la sensibilisation des différentes composantes de la société dominicaine sur la marocanité du Sahara et la justesse de la première cause nationale.

Dans ce sens, Driss Mazid, un Marocain résidant en République dominicaine depuis 34 ans, a déclaré que le génie de feu SM Hassan II a impressionné, il y a quarante ans, le monde entier par l'organisation de la Marche Verte qui a permis au Maroc de libérer une partie de son territoire national de manière pacifique, malgré la propagande mensongère et les contre-vérités véhiculées par les ennemis de son intégrité territoriale.

De son côté, Hamid Hajami, journaliste résidant à Saint-Domingue, a indiqué que la Marche Verte a permis aux Marocains de renouer avec une partie de leur pays qui était sous occupation espagnole, ajoutant que la Marche Verte a incarné l'indéfectible attachement de l'ensemble des Marocains, toutes catégories confondues, à la marocanité du Sahara et au glorieux Trône Alaouite.

Pour sa part, Mostafa Bouibrine, le doyen des Marocains établis en République dominicaine, a précisé que la Marche Verte restera à jamais un grand événement que les jeunes doivent en saisir l'importance, les leçons et les significations pour relever les futurs défis, notant que la célébration de cet anniversaire constitue une occasion précieuse pour faire connaître aux générations montantes l'histoire moderne de leur pays ainsi que la lutte du Trône et du peuple pour la défense de la liberté et de la dignité du pays et de sa souveraineté nationale.

Même son de cloche chez Zouhair Amghar, journaliste établi depuis 2 ans à Saint-Domingue, qui a soutenu que la Marche Verte, qui a permis au peuple marocain de récupérer ses provinces du sud après l'avis consultatif rendu par la Cour internationale de justice de La Haye dans lequel elle a affirmé l'existence de liens juridiques et d'allégeance entre les Souverains du Maroc et le Sahara, reflète le profond attachement des Marocains, où qu'ils soient et où qu'ils vivent, à la marocanité du Sahara et au glorieux Trône Alaouite.

Des compétences marocaines au Mexique appellent à plus de mobilisation pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume

Des compétences marocaines établies au Mexique ont souligné, à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, la nécessité de faire preuve de davantage de mobilisation en vue de défendre l'intégrité territoriale du Royaume et contrer les manœuvres de ses adversaires.

Dans des déclarations à la MAP, les Marocains du Mexique ont mis en avant, avec fierté, les profondes significations de la glorieuse Marche Verte, un coup de génie de feu SM Hassan II, et qui a marqué l'histoire moderne du Maroc en tant qu'étape des plus significatives gravée dans les annales de la lutte marocaine pour le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume.

Pour Youssef Achir, ingénieur et entrepreneur dans le domaine de l'industrie agricole et du commerce international, l'anniversaire de la Marche Verte est un motif de fierté pour tous les Marocains du fait qu'il cristallise la parfaite symbiose entre le Trône et le peuple pour la défense de l'unité du Royaume et de son intégrité territoriale de Tanger à Lagouira.

M. Achir a insisté sur la nécessité de mobiliser les membres de la communauté marocaine établie au Mexique et de déployer davantage d'efforts dans le but d'éclairer l'opinion publique mexicaine sur les tenants et aboutissants de la question du Sahara marocain, sur l'évolution de ce dossier ainsi que sur l'initiative d'autonomie proposée par le Royaume en vue du règlement de ce conflit artificiel.

Abdelmalek Mostadhrif, un Marocain propriétaire d'une société de télécommunications, a, de son côté, souligné l'intérêt de tirer profit des moyens modernes de communication pour faire connaître la première cause nationale auprès de l'opinion publique internationale, estimant qu'une meilleure promotion de la position du Maroc au sujet de la question du Sahara, à travers les moyens de communication numérique, peut en effet donner d'excellents résultats.

Il a mis en exergue les significations de l'anniversaire de la Marche Verte, porteur d'enseignements et d'inspiration. Il faut, selon lui, en communiquer les significations aux générations montantes de la diaspora marocaine de sorte à ce qu'elles s'imprègnent des valeurs d'attachement à l'unité nationale et de défense de la première cause de tous les Marocains.

La Marche Verte, a-t-il relevé, a mis sur les rails un train de chantiers de développement économique, social et culturel sans précédent dans les provinces du Sud.

Le modèle de développement des provinces du sud du Maroc suscite jalousie et dépit chez les ennemis de l'intégrité territoriale

Le Maroc a mis en œuvre dans ses provinces du sud, depuis leur récupération il y a 40 ans, un modèle de développement socio-économique couronné par des avancées spectaculaires qui suscitent jalousie et dépit chez les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, a souligné l'Association maroco-américaine de Californie.

"Sur 40 ans, le Royaume a lancé dans ses provinces du sud des projets de développement socio-économique d'envergure dans le cadre d'une approche globale inscrite dans la durée, lesquels projets se sont traduits par des avancées spectaculaires qui suscitent une jalousie noire chez les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume", a affirmé le président de l'Association, Adel El Hardouzi, dans une déclaration à la MAP à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

M. El Hardouzi en veut pour preuve les actes de provocation et les discours porteurs d'hostilité auxquels ne cessent de se livrer l'Algérie et le polisario à l'égard du Royaume qui "poursuit résolument et à pas sûrs sa marche de développement dans son Sahara sous l'impulsion clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI".

"Au lieu de chercher à nuire au Maroc et à ses choix stratégiques qui l'érigent en modèle à l'échelle de la région, l'Algérie doit plutôt s'employer à régler ses propres problèmes sociaux et économiques", a-t-il martelé.

Le président de la Moroccan-American Association of California a émis le vœu de voir Alger s'affranchir de cette position "sclérosée" qui entrave le développement et la prospérité de l'ensemble de la région du Maghreb, et emprunter la voie de l'intégration maghrébine que tous les peuples de la région appellent de leurs vœux.

Dans une déclaration similaire, le fondateur de l'Association, Said Lakhlifi, a de son côté mis en exergue les réalisations "dignes d'éloges" accomplies par le Maroc dans les provinces du sud en matière d'infrastructures sociales et des droits de l'homme.

M. Lakhlifi a rappelé, à cet égard, le renforcement des antennes du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) à Laâyoune et à Dakhla en vue de promouvoir les droits de l'homme dans les provinces du sud dans le cadre d'une démarche globale touchant tous les volets de développement. 

A juste titre, la communauté internationale reconnaît ces multiples acquis et salue la volonté avérée du Royaume de parvenir à un règlement définitif, sous souveraineté marocaine, au différend artificiel autour du Sahara marocain, s'est-il félicité.

La forte participation des populations des Provinces du Sud aux échéances électorales démontre leur fierté des réalisations accomplies

La forte participation des populations des provinces du Sud aux diverses échéances électorales tenues dans le Royaume atteste, si besoin est, de leur ferme attachement à l'unité nationale, ainsi que leur fierté et leur pleine adhésion au processus de réformes tous azimuts engagé dans cette partie du Royaume, a affirmé Ahmed Dmini, président de l'association "Moroccans of LA" (Les Marocains de Los Angeles).

"La participation massive des habitants des provinces du sud du Royaume aux élections, comme l'a pertinemment montré le scrutin du 4 septembre dernier, est porteuse d'un message clair, à savoir une fierté des réalisations accomplies dans ces provinces et une adhésion sans équivoque au processus de développement socio-économique réalisé dans cette partie du Royaume sous l'impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI", a souligné M. Dmini dans une déclaration à la MAP à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte.

"La région est promise à un avenir encore meilleur en matière de développement à la faveur du projet de la régionalisation avancée", a estimé l'acteur associatif.

La régionalisation avancée servira de pilier de développement socio-économique à travers le Royaume et dans les provinces du sud en particulier grâce à une gestion locale de sorte à combler les lacunes et consolider les acquis, tout en relevant les défis qui se posent, a expliqué M. Dmini.

Ce chantier majeur est à même de consolider davantage l'essor remarquable et le développement notable que connaît le Sahara marocain, dans le cadre des efforts soutenus déployés par le Royaume pour réaliser le développement durable sur l'ensemble de son territoire, renforçant davantage son image de modèle à travers la région en matière de réformes, a conclu le président de l'Association des Marocains de Los Angeles.

La Marche Verte, un acte fondateur de l'identité marocaine (site d'information français)

La Marche Verte est un acte fondateur de l'identité marocaine, écrit le journaliste Mustapha Tossa dans un article publié mardi sur le site d'information français "Atlasinfo", notant que les images de citoyens marocains ordinaires, par dizaines de milliers, le drapeau et la Coran à la main, marchant pacifiquement vers le sud ont servi à créer la légende et à nourrir le mythe.

La Marche Verte a été un élément fondateur de l'actuelle réalité marocaine, a souligné l'auteur de l'article, relevant que 40 ans après, il est impossible de réfléchir sur le devenir politique et économique du Maroc sans faire référence à cet événement qui a mobilisé toutes les énergies et influencé toutes les orientations. 

"La Marche Verte avait signalé la césure historique: Après avoir eu son indépendance, la Maroc s'était lancé dans le parachèvement de son unité nationale", a-t-il fait remarquer, mettant l'accent sur les efforts déployés par le Royaume pour mettre à niveau ses provinces du sud.

L'investissement dans les provinces du sud était un gigantesque sacrifice consenti par les autres composantes du Royaume pour venir en aide à cette région et à sa population marocaine longtemps délaissée, a poursuivi l'auteur de l'article, faisant observer que pour le Maroc, il s'agissait de gagner la bataille de la transformation et de l'intégration économique. "Pari largement réussi, à voir les belles réalisations et les projets structurants qui ont distingué ces territoires", a-t-il encore dit.

Sous le titre "40 ans après, le Maroc est dans son Sahara", le journaliste revient sur la question de l'intégrité territoriale du Royaume, faisant observer qu'Alger a fait de l'amputation du Maroc de son Sahara un but stratégique vital pour la survie de son institution militaire et de ses intérêts. 

"A travers cette politique belliqueuse assumée, Alger voulait réaliser deux objectifs. Le premier, avoir un accès à l'Atlantique à travers l'instauration d'une république artificielle. Le second, affaiblir le royaume du Maroc dont le leadership régional naturel donne des insomnies à la direction algérienne", a-t-il expliqué, précisant que pour atteindre ce but, Alger n'a pas lésiné sur les moyens. 

"Alger mobilise des fonds immenses, souvent au détriment du développement de sa propre population, pour soutenir les séparatistes du polisario", a poursuivi l'auteur de l'article. 

Mustapha Tossa souligne par ailleurs que les provinces sahariennes du Maroc sont devenues l'épicentre de la politique de régionalisation avancée initiée par SM le Roi Mohammed VI, notant qu'il s'agit d'un choix politique clair conçu dans le cadre de la solution de l'autonomie proposée par le Maroc aux forums internationaux et qui vise à donner un grand coup de fouet au développent harmonieusement orchestré pour l'ensemble des régions composant le Royaume. 

Erik Jensen: Le plan marocain d'autonomie demeure "la meilleure solution" au conflit du Sahara

Le plan d'autonomie présenté par le Maroc demeure "la meilleure solution" au conflit du Sahara, a affirmé Erik Jensen, ancien représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara.

L'initiative marocaine a été élaborée dans le but de trouver une "solution politique réaliste et réalisable" à la question du Sahara, a ajouté M. Jensen dans une déclaration à la MAP après la projection, lundi soir au parlement britannique, du documentaire "l'identité d'un front" réalisé par Hassan El Bouharrouti. 

Le plan d'autonomie, a-t-il poursuivi, s'inscrit en droite ligne du projet de régionalisation avancée initiée par le Royaume, soulignant la nécessité de trouver "une solution politique le plus vite possible à ce problème qui n'a que trop duré".

L'ancien représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara a également mis en garde contre les retombées négatives du blocage dans la conjoncture internationale actuelle, marquée par les menaces terroristes qui guettent la région du Maghreb et du Sahel, outre les défis et les bouleversements entrainés par le Printemps arabe.

Commentant le documentaire de Hassan El Bouharrouti, M. Jenson s'est félicité de cette initiative qui a permis d'engager avec les députés et des universitaires britanniques un débat fructueux sur la question du Sahara et sur l'histoire de la création du polisario et de mettre le doigt sur le rôle de l'Algérie dans ce conflit.

De l'avis de l'assistance, ce documentaire donne une lecture objective du contexte géopolitique de la création du "polisario" et l'instrumentalisation de ses milices par l'Algérie pour servir ses intérêts et nuire aux droits légitimes du Maroc. 

Il donne également une image exhaustive des conditions de vie dans les camps et du calvaire des populations séquestrées à Tindouf (sud-ouest de l'Algérie).

Projection au Parlement britannique du documentaire "L'identité d'un Front" sur le conflit du Sahara

Le documentaire réalisé par Hassan El Bouharrouti "L'identité d'un Front", a été projeté lundi dans l'une des salles du Parlement britannique devant un parterre de députés du parti conservateur (au pouvoir) et de l'opposition travailliste ainsi que d'universitaires et d'intellectuels.

Cette projection, qui s'est déroulée en présence notamment de l'ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne Lalla Joumala et de l'ancien représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Erik Jensen, a jeté la lumière sur les circonstances historiques de la création du "front polisario" et mis à nu l'implication flagrante de l'Algérie dans ce conflit régional.

Ce film se veut un outil pédagogique. Il a respecté les règles de chronologie documentaire allant de la présentation du manifeste de l'Indépendance en passant par la visite historique effectuée le 25 février 1958 par feu SM Mohammed V à M'hamid El Ghizlane, la Marche Verte et les agissements de l'Algérie pour porter atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume. 

Le documentaire a permis ainsi d'éclairer l'assistance sur la question du Sahara et en particulier ceux induits en erreur par la propagande séparatiste algéro-polisarienne. Il a présenté une lecture objective sur le contexte géopolitique et géostratégique ayant entouré la création du "polisario" et l'instrumentalisation de ses milices par l'Algérie pour servir ses intérêts et nuire aux droits légitimes du Maroc. 

Le film a également évoqué les conditions de vie lamentable prévalant dans les camps de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie) et les souffrances endurées par les populations séquestrées que les autorités algériennes refusent toujours de recenser. 

Le documentaire a, en outre, dévoilé les violations flagrantes des droits de l'Homme commises par les chefs du polisario à l'encontre des populations, ainsi que les entraves dressées par l'Algérie pour bloquer tout règlement politique et faire perdurer ce conflit artificiel.

Le réalisateur a donné la parole à plusieurs sahraouis marocains ayant rallié le Maroc dont certains anciens dirigeants du polisario, qui ont dénoncé les mensonges véhiculés par les séparatistes et les drames humains résultant de leurs politiques refusant la solution politique proposée par le Maroc 

Un débat a suivi cette projection en présence d'une assistance nombreuse qui a relevé l'importance de ce documentaire, dont le premier objectif est d'informer les hommes politiques britanniques, toutes tendances confondues, des évènements clés de l'histoire contemporaine du Maroc et leur démontrer la légitimité de la cause de l'intégrité territoriale du Maroc. 

La projection de ce documentaire a été marquée par l'intervention de l'ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni qui a mis l'accent sur l'importance de cet événement qui intervient à quelques jours de la commémoration du 40ème anniversaire de la Marche Verte, un événement phare dans l'histoire du Royaume.

Elle a souligné la pertinence du plan marocain d'autonomie pour le Sahara, un plan salué par la communauté internationale, alors que l'Algérie continue de bloquer toute solution, portant ainsi atteinte à l'intégration régionale maghrébine.

Dans une déclaration à la MAP, le réalisateur du film a fait savoir qu'il a décidé de se lancer dans ce projet dans le but d'informer l'opinion publique sur la réalité du polisario et ses acolytes.

"Il m'a semblé nécessaire de lever le voile sur la réalité du polisario en retraçant son histoire depuis les débuts de sa gestation à nos jours et l'établissement d'une radioscopie afin de faire la lumière sur les séparatistes", a-t-il ajouté, soulignant la nécessité pour la communauté internationale de faire pression sur le polisario et ses adeptes pour mettre fin aux souffrances des sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf.

Parution d'un nouvel ouvrage de Youssef Souna sur le Sahara marocain

"Phases historiques et juridiques sur le Sahara marocain", est l'intitulé du nouvel ouvrage que vient de publier Youssef Souna, qui soutient en conclusion que la proposition marocaine d'autonomie constitue un triomphe de la diplomatie marocaine.

Dans ce livre, l'auteur passe en revue, dans un premier chapitre, les références témoignant des relations historiques entre l'Etat marocain avec son Sahara à différentes époques, notamment la symbiose avec le trône alaouite et les populations du Sahara et la prévalence d'une conscience nationaliste qui traduit l'épopée marocaine dans la défense de ses référentiels religieux et culturels et de ses valeurs patriotiques sacrées.

De par son histoire, le Maroc n'a jamais été une puissance occupante, souligne l'auteur, en affirmant que le Royaume a constamment exercé ses pouvoirs souverains sur son territoire, y compris le Sahara marocain, en vertu du droit international au Maroc.

Dans le deuxième chapitre, il analyse, documents à l'appui, le contexte juridique et constitutionnel qui garantit la protection des droits de l'homme et du citoyen, en abordant l'initiative marocaine de l'autonomie qui assure les droits de citoyenneté à tous les Sahraouis et le rôle des plus importants organismes et mécanismes nationaux relatifs à la protection des droits humains.

L'auteur aborde ensuite les garanties de l'autonomie qui respecte les spécificités régionales et la gestion démocratiques des affaires locales de la population dans le cadre d'un Maroc uni, en soulignant à cet égard le triomphe de la diplomatie marocaine à l'aune de l'appui grandissant de la communauté internationale à la proposition marocaine d'autonomie comme modèle démocratique pour le règlement d'un différend régional artificiel qui dure depuis quatre décennies.

Pour Youssef Souna, "l'importance de l'autonomie ne réside pas seulement dans le fait qu'elle soit une base solide pour résoudre le différend sur la question du Sahara, mais elle offre aussi de grandes opportunités pour la gestion quotidienne dans les provinces du sud".

L'ouvrage qui regorge de références documentaires, livre aussi une chronologie sur le dossier du Sahara et la souveraineté du Maroc ainsi que des extraits de discours SM le Roi Mohammed VI.

La Marche Verte, une épopée gravée à jamais dans les annales de l'histoire moderne du Royaume

Le peuple marocain s'apprête à célébrer le 40e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, ce vendredi 6 novembre, une épopée gravée à jamais dans les annales de l'histoire moderne du Royaume, imprimant un nouvel élan pour poursuivre et conforter le processus de développement et de réformes tous azimuts lancé par SM le Roi Mohammed VI à même de contrecarrer les manoeuvres et complots ourdis par les ennemis de l'intégrité territoriale.

De Tanger à Lagouira, les préparatifs vont bon train pour commémorer cet événement phare de l'histoire nationale, lancé, il y a quarante ans, par Feu SM Hassan II, qui avait appelé les Marocains à se mobiliser dans le cadre d'une marche pacifique en vue de parachever l'intégrité territoriale du Royaume et récupérer les provinces sahariennes spoliées par l'occupant espagnol.

C'est ainsi que 350.000 volontaires civils, hommes et femmes tous âges confondus, venus des quatre coins du Royaume, ont répondu, sans attendre, à l'appel du Roi unificateur.

Munis, pour seul arme, d'une foi inébranlable en la justesse de leur cause et brandissant le Saint Coran et le drapeau national, les volontaires ont convergé, en marée humaine sans précédent, vers Tarfaya dans une marche pacifique qui a permis la récupération des provinces du sud au sein de la mère patrie, le Maroc.

Cette marche, véritable illustration de la parfaite symbiose entre le peuple marocain et le glorieux trône alaouite, témoigne, si besoin est, du génie du Roi unificateur qui a réussi de manière pacifique à faire hisser, le 28 février 1976, les couleurs nationales haut dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale espagnole dans le Sahara marocain.

La célébration du 40ème anniversaire de cette épopée constitue ainsi l'occasion pour le peuple marocain de réitérer son unanimité indéfectible et sa mobilisation totale derrière SM le Roi pour défendre l'intégrité territoriale du Royaume, conformément à la légitimité internationale. 

Plus qu'une démonstration de sagesse, d'intelligence et de clairvoyance, les Marocains font ainsi preuve d'attachement aux valeurs de paix et de tolérance, la célébration de ce 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte traduit aussi la détermination, le courage et la créativité du peuple marocain ainsi que sa disposition permanente à défendre la patrie et à œuvrer pour le parachèvement de son intégrité territoriale, en tant que devoir religieux, national et moral.

"Incarnant la symbiose totale et pérenne entre le Trône et le peuple, l'événement traduisait aussi une mobilisation générale de toute la nation derrière Notre vénéré Père - que Dieu ait Son âme - Sa Majesté le Roi Hassan II, qui en a fait, en réalité, deux Marches complémentaires: celle du parachèvement de notre intégrité territoriale, couronné par le recouvrement de nos provinces sahariennes, et celle marquant l'aboutissement de la construction de notre édifice en matière de développement et de démocratie", avait souligné SM le Roi Mohammed VI dans Son discours à l'occasion de la commémoration du 26e anniversaire de cette épopée. 

En effet, depuis Son accession au Trône de Ses glorieux ancêtres, SM le Roi Mohammed VI S'est attaché à compléter et consolider les acquis réalisés aux niveaux national et international par Feu SM Hassan II dans le cadre de ces deux Marches en consolidant les bases de la démocratie, de la décentralisation et de la régionalisation, préservant les vertus de l'unanimité nationale forgée autour de l'intégrité territoriale du Royaume et faisant preuve de solidarité pour permettre aux populations du Sahara de rattraper les occasions perdues à cause du colonialisme, et de rejoindre la marche de développement intégré, engagée par le Maroc libre et unifié.

La commémoration de cet événement historique rappelle en outre aux générations futures et le rôle pacifique qu'il a joué pour asseoir la légitimité de la cause nationale, comme il représente un nouveau signe de la poursuite de l'engagement du Maroc à s'attacher à la légalité internationale, à travers la recherche d'une solution politique négociée et acceptée par les partie au conflit du Sahara.

En dépit des manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriales destinés à saper ses efforts visant à trouver une solution permanente à ce conflit artificiel, le Royaume n'a eu de cesse d'exprimer sa détermination à continuer à œuvrer pour parvenir à une solution qui permettra aux peuples du Maghreb de vivre dans la stabilité et de faire face au menaces qui pèsent sur la région.

L'anniversaire de la Marche Verte, un moment fort pour se remémorer les gloires de cet évènement historique

La célébration de l'anniversaire de la Marche Verte est un moment fort pour se remémorer les gloires de cet évènement historique, a affirmé jeudi le wali de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Yahdih Bouchaab.

La célébration de cet anniversaire constitue un évènement exceptionnel tant au niveau national qu'au niveau de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ainsi qu'un moment fort pour se rappeler les gloires de cet évènement sans précédent qui demeurera gravé en lettres d'or dans la mémoire des Marocains, a souligné M. Bouchaab lors d'une rencontre tenue au siège de la wilaya sur "les préparatifs de la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte".

Lors de cette rencontre, tenue en présence des chefs des services extérieurs de la province de Laâyoune, le wali a souligné la nécessité de prendre toutes les mesures pour assurer la réussite de la célébration de cet anniversaire, ajoutant qu'il s'agit d'une fête nationale célébrée par l'ensemble du peuple marocain de Tanger à Lagouira.

Le peuple marocain célèbre le 6 novembre de chaque année, dans une ambiance empreinte de fierté et de mobilisation générale, l'anniversaire de la Marche Verte qui constitue une étape importante du combat pour l'indépendance et le parachèvement de l'intégrité territoriale.

Les Marocains se remémorent avec fierté cette marche, initiée par feu SM Hassan II, qui a connu la participation de toutes les composantes et catégories de la société marocaine représentant l'ensemble des régions du Royaume, afin de libérer cette partie du territoire national de l'occupation espagnole d'une manière pacifique et civilisée.

Smara : Plus de 750 millions DH dédiés à des projets de développement

Les projets de développement programmés dans le cadre de la 4ème tranche du plan provincial de mise à niveau urbain de Smara (2015-2018) ont nécessité une enveloppe budgétaire de près de 755 millions DH.

Ce plan provincial, élaboré en partenariat avec les services de la province, de l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud, des secteurs gouvernementaux et des Conseils élus, vise à soutenir les efforts déployés pour la mise à niveau urbaine, le renforcement des projets programmés dans le cadre des autres tranches de cet ambitieux plan.

Ainsi, les projets prévus se répartissent en quatre principaux axes à savoir, les infrastructures de base à travers la mise à niveau des quartiers sous-équipés, l'aménagement de lotissements dédiés au logement pour les couches sociales à moyen et à haut revenus et la réalisation de projets de proximité, outre le réaménagement des routes et des trottoirs, l'éclairage public, la plantation d'arbres ainsi que la construction d'une gare routière et d'une piste d'athlétisme.

Force est de constater que le secteur de logement et plus particulièrement la lutte contre l'habitat insalubre (Camps Al Wahda) s'accapare la part de lion du budget consacré à la quatrième tranche de ce plan qui s'articule autour de quatre axes : "vers une ville productive", "une ville qui valorise son histoire et son patrimoine", "pour un environnement durable" et "projets à caractère structurel".

Ce dernier axe prévoit la construction d'infrastructures de base, les projets socio-éducatifs et de proximité (mise à niveau urbaine des quartiers sous-équipés, terrains de sports collectifs, création et équipement des espaces féminins, mise en place d'écoles coraniques, d'espaces pour enfants et la mise à niveau des centres des communes rurales).

Le plan provincial de mise à niveau urbaine de Smara adopte une stratégie de développement équilibré en veillant à une répartition optimale des équipements de base et à une extension structurante de l'espace urbain, outre la réhabilitation de l'ancienne médina et la mise en place de structures sociales, économiques et culturelles nécessaires au développement durable de la ville.

Pour rappel, les trois tranches de ce plan, réalisées pour un coût de 640 millions DH, ont consisté en l'aménagement des routes et trottoirs, l'éclairage public, la plantation d'arbres dans les boulevards des FAR (près de 13 millions DH) et d'Ismail Baroudi (environ 10,6 millions DH), le réaménagement de l'avenue Hassan II (près de 28 millions DH), la restauration de l'ancienne mosquée (environ 13,5 millions DH) et la construction d'une Maison des Jeunes à Hay Essalam (6,37 millions DH).

Elles ont porté également sur la construction d'un centre d'accueil (12,8 millions DH) et les travaux d'enfouissement des câbles électriques à moyenne tension (près de 4,8 millions DH.

S'agissant des projets en cours d'achèvement dans le cadre de ce plan, ils concernent la construction d'un club féminin à Hay Al-Aouda (1.821.552 DH), trois centres de lecture dans les quartiers Tan-Tan (968.266 DH), Al-Aouda (623.524 DH) et Al-Kwiz (1.124.672 DH), ainsi que deux écoles coraniques aux quartiers Tan-Tan (773.850 DH) et Al-Wahda (696.736 DH).

Ces projets concernent aussi l'aménagement de quatre terrains de sports aux quartiers Al-Kwiz (1.203.426 DH), Al-Aouda (1.170.875 DH), Al-Wahda (1.165.303 DH) et Arrabib (1.377.569 DH), en plus des travaux de bitumage de plusieurs avenues, l'aménagement des trottoirs avec implantation d'arbres, et l'équipement en éclairage public des avenues Al-Massira Al-Khdra, Bir Anzarane, et Al Hafed Ould Ali (28.258.218 DH), en plus d'Al-Malaab, Cheikh Maa Al-Aynayne, Ribat Al-Khayr et Al-Wahda (16.461.598 DH), et Sidi Ahmed R'guibi et Moulay Abdelaziz (9.976.674 DH).

La première partie de ce plan, d'un coût global de 143.500.000 DH, a porté sur la réalisation de la première tranche du projet d'assainissement liquide de la ville pour une enveloppe budgétaire de l'ordre 70 millions de dirhams, et la construction de plusieurs projets d'infrastructures et d'équipements sportifs et socioculturels à caractère économique.

Il s'agit notamment de la réalisation d'une fontaine à l'entrée de la ville, l'éclairage public (1ère partie) dans le quartier administratif et l'avenue Hassan II, l'extension du marché municipal, la construction d'une unité de fabrication de couscous, un complexe socioculturel et éducatif au profit de la famille de la résistance et des anciens combattants, deux espaces associatifs dans les quartiers Al-Aouda et Lerac, un conservatoire de musique, l'aménagement du terrain municipal, la réalisation d'une piscine et d'une salle couverte, et la restauration d'édifices religieux.

Les droits historiques du Maroc sur son Sahara sont incontestables

Les droits historiques du Maroc sur son Sahara sont incontestables d'autant plus que, depuis plus de douze siècles, le Royaume est le seul Etat constitué qui existe entre la Méditerranée et le fleuve Sénégal, a souligné l'expert français Charles Saint-Prot.

"Il n'y a jamais eu de nation sahraouie, pas même de peuple mais des tribus, souvent mixtes berbères et arabes - et faisant allégeance au Sultan du Maroc", a-t-il relevé dans un article publié dans le dernier bulletin de l'Observatoire d'études géopolitiques (OEG), ajoutant que beaucoup de fondateurs de ces tribus étaient originaires du nord de l'oued Drâa.

L'autorité de l'Etat marocain s'est constamment affirmée de Tanger au fleuve Sénégal et ce n'est qu'à la fin du 19e siècle, puis au début du 20e siècle que le Maroc a été victime des partages des puissances coloniales, a rappelé M. Saint-Prot, notant qu'avant la colonisation et même jusqu'au début des années 1970, toutes les puissances considéraient le Sahara comme partie intégrante du Maroc.

"Ce n'est que dans les années 1970 qu'a été conçu le complot séparatiste, inventé par l'Algérie et le bloc communiste", a-t-il expliqué, estimant que la question du Sahara n'est que la conséquence d'une politique anti-marocaine commencée dès l'indépendance de l'Algérie.

La question de la décolonisation des territoires du Sahara marocain étant réglée avec le retour des territoires du Sud à la mère-patrie, après la glorieuse Marche Verte lancée par feu SM Hassan II, un conflit va prospérer sur la base d'une ingérence étrangère cherchant à créer une sécession, a poursuivi M. Saint-Prot, ajoutant que la question du Sahara marocain n'est pas un problème de décolonisation mais une tentative de sécession manipulée de l'extérieur.

"Au fil des ans, la question est également devenue un enjeu de politique intérieure algérienne, d'autant que certains dans l'appareil politico-militaire en tirent de grands profits", a-t-il indiqué.

M. Saint-Prot a aussi mis l'accent sur le plan d'autonomie des provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son unité nationale, une proposition reconnue par tous les observateurs objectifs en tant que "seule solution appropriée pour en finir avec ce triste reliquat de la guerre froide entretenue par la seule Algérie".

Cette solution est de plus en plus indispensable en raison des menaces de déstabilisation qui s'amoncellent dans la région sahélo-saharienne, a-t-il affirmé, ajoutant que la proposition marocaine constitue une chance à saisir "pour sortir de l'impasse et mettre un terme à un conflit artificiel qui n'a que trop duré".

La Marche Verte est un patrimoine immatériel pour les Marocains et les documents historiques et les archives coloniales corroborent la marocanité du Sahara

De nombreux chercheurs ont célébré, lors d'un colloque organisé à Guelmim, l'anniversaire de la Marche Verte, analysant les différents aspects de ce fait marquant de l'histoire et du processus politique du Maroc sur les plans social, historique et politique, tout en convenant sans ambage que cet événement est devenu désormais un patrimoine immatériel pour l'ensemble des Marocains. 

Les professeurs-chercheurs, qui se sont succédés à la tribune de ce conclave, organisé samedi à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la Marche Verte, ont passé en revue et éplucher les textes et les innombrables documents historiques marocains et ceux conservés dans les registres coloniaux français et espagnols, et qui confirment sans conteste et de manière scientifique et claire la marocanité du Sahara et les liens solides qui existaient et existent toujours entre les tribus sahraouies et le Trône alaouite. 

La Marche Verte converge et cadre avec la migration du prophète de l'Islam et les migrations des tribus de l'Orient et des Andalous à destination du Maroc, en ce sens qu'elle augure d'une volonté "d'édifier une nouvelle société" et de se remémorer les migrations que le Maroc a connues tout au long de son histoire", a affirmé le directeur-adjoint de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, Abdellaâti Lahlou, dans son intervention sur le thème "Lecture sociologique et anthropologique...40 ans après la Marche Verte".

Il a, d'autre part, fait savoir que la Marche Vert avait également réussi à mettre en avant l'activité de création à travers l'engagement des artistes et écrivains dans la production romanesque, poétique et celles ayant trait aux beaux-arts et à la chanson classique qui ont conféré une marque indélébile à la culture marocaine durant le dernier quart du 20ème siècle. 

Pour sa part, le spécialiste de l'histoire du Sahara marocain, Noureddine Belhaddad, a embarqué l'audience dans un voyage explorant des chapitres méconnus du grand public de l'histoire du Royaume, lesquels chapitres confirment la cohésion et la symbiose ayant existé de tout temps entre les dirigeants de la Nation (Rois Alaouites) et les habitants du Sahara, faisant systématiquement référence aux documents historiques qui étayent ses propos.

Tout en évoquant la manière avec laquelle les tribus sahraouies avaient dépêché une nouvelle délégation pour renouveler le serment d'allégeance à feu SM Mohammed V en 1927 en dépit des barrières et obstacles imposés et érigés par la puissance coloniale d'alors, M. Belhaddad s'est interrogé sur les véritables raisons derrière le déplacement de ces délégations qui avaient pourtant défié les menaces du colonisateur, si ce n'est leur nationalisme et patriotisme sincère et l'attachement indéfectible de la population sahraouie au Trône. 

Dans ce sens, le chercheur a cité les noms de plusieurs batailles livrées par les tribus sahraouies pour la défense de la souveraineté marocaine contre la puissance coloniale, outre des documents officiels portant sur des correspondances avec les ministères des Affaires étrangères de plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, et qui témoignent de l'allégeance de l'ensemble des tribus sahraouies au Trône alaouite, ainsi que d'autres documents attestant du refus catégorique de ces tribus d'admettre le statut de "protégés" de la part de la puissance coloniale. 

Les mécanismes de développement de l'espace territorial dans les provinces du sud requièrent la mise à niveau des ressources humaines, la complémentarité administrative, la transition d'un mode de gestion vertical vers une gestion participative et la transformation de la région en une zone territoriale attractive, a indiqué, pour sa part, le chercheur en Sciences politiques, Said Bouchakouk. 

Le concept d'attractivité territoriale se traduit par l'encouragement des investissements, l'attraction des capitaux, l'impulsion de la production des richesses et leur répartition de manière équitable sur la population, a relevé M. Bouchakouk dans son intervention intitulée "Régionalisation et développement de l'espace territorial au Sahara". 

Il a, de même, mis l'accent sur l'importance de l'expérience de la régionalisation enclenchée et mise en oeuvre par le Royaume, en particulier en ce qui concerne le renforcement du sentiment d'appartenance, de la cohésion sociale, de l'unité nationale et de l'approche participative dans le processus de prise de décision, outre la consécration de l'identité nationale qui constitue le brassage des cultures locales avec leur diversité.

La Marche Verte, la plus belle illustration de "la solution pacifique" et de la défense des causes nationales

La Marche Verte, dont le Royaume du Maroc célèbre l'anniversaire cette semaine, illustre au monde entier et de la plus belle manière ce que pourrait être "la solution pacifique", écrit lundi le journal bahreïni Al-Khaleej.

Cet anniversaire met également en avant la défense des causes nationales sous la conduite de la SM le Roi Mohammed VI pour que ce poursuit cette marche marocaine unique vers un avenir prospère, ajoute le quotidien dans un article sous le titre "Le Maroc et l'histoire de la Marche Verte".

L'article, signé Mohamed al-Mahmid, relève que la Marche Verte a été un événement marocain unique à travers lequel le Royaume a donné "les meilleurs leçons par sa démarche civilisée et conforme à la légalité légale pour la récupération de ses territoires".

L'auteur rappelle que le 6 novembre commémore la Marche Verte proclamée par Feu SM Hassan en 1975, après le verdict de la Cour de justice internationale de La Haye, qui a reconnu "la légitimité de la revendication du Maroc de récupérer ses territoires au Sahara".

Depuis, les Marocains ont commémoré cet événement par le Sermon de la Marche Verte, écrivant ainsi "l'une des meilleures histoires de loyauté et d'appartenance à leur patrie", conclut le quotidien.

La génération de la marche verte et le témoignage vivant des valeurs patriotiques

A 76 ans, Barir Kacem se souvient avec grande fierté de sa participation, il y a 40 ans, à la marche verte, aux côtés de 350.000 Marocains de différentes régions du Royaume unis dans un même élan patriotique pour libérer le Sahara marocain de l'occupation espagnole.

Originaire de douar Aït Hamou (province de Khémisset), Barir Kacem était parmi ces milliers d'amazighs, armés du coran et drapés des couleurs nationales, qui avaient pris part avec grand enthousiasme à cette épique marche pacifique qui reste parmi les événements marquants du 20-ème siècle.

A l'instar de plusieurs habitants, hommes et femmes, de son douar, Barir Kacem, n'a pas hésité un seul instant à se porter volontaire pour participer à la marche verte. Dans l'engouement de sa jeunesse, Kacem a entrepris avec enthousiasme le long et pénible voyage vers les provinces du sud, baignant dans un mémorable élan patriotique collectif et une masse humaine évoluant vers un noble objectif commun: la libération du Sahara marocain.

Barir Kacem, confie à la MAP, qu'il était l'un des premiers habitants de son douar à s'inscrire à la liste des volontaires pour prendre part à la mémorable marche verte pour le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume, soulignant que sa décision procède de sa profonde conviction d'emprunter la voie des héros de la lutte pour l'indépendance du Royaume et contribuer ainsi à la libération d'une partie du pays encore sous le joug de l'occupation espagnole.

Quarante ans après cette épopée, Barir Kacem se souvient toujours avec grande fierté de la ferme volonté et de la détermination des participants à braver toutes les épreuves, notamment le mémorable moment où ils ont brisé les frontières artificielles de l'occupation.

profondément convaincus de la justesse de leur cause, les participants, brandissant le Saint Coran et le drapeau national, ont fait fi de la rumeur que les forces espagnoles s'apprêtaient à ouvrir le feu, pour franchir les frontières factices et porter haut le drapeau national sur les dunes du Sahara dans une mémorable scène épique, se rappelle-t-il.

Cet événement historique restera à jamais gravé dans la mémoire, affirme-t-il en réitérant sa grande fierté d'avoir contribué à la libération du Sahara de l'occupation espagnole. Barir Kacem, l'un des rares participants du douar encore en vie, veille toujours à garder le vif souvenir de cet acte de patriotisme et d'enseigner ses nobles valeurs à ses enfants et petits-enfants.

Région Guelmim-Oued Noun: Des potentialités énormes et des perspectives de développement prometteuses

Les provinces de la région Guelmim-Oued Noun, qui s'étend sur une superficie de 58.200 km2, regorgent d'énormes potentialités et de ressources naturelles diversifiées, dont la valorisation constituera indubitablement un levier pour le développement de l'économie locale, le renforcement de son attractivité et la promotion de l'emploi.

Forte aussi de sa position géographique, point de jonction entre les provinces du Sud et les autres régions du Royaume, et de son capital humain, la région de Guelmim-Oued Noun, qui enregistre un taux d'urbanisation supérieur à 64 pc, dispose de nombreux atouts dans divers secteurs d'activités qui la prédestinent à s'ériger en un véritable pôle économique.

Outre les riches ressources halieutiques au large de Sidi Ifni et Tan Tan avec une structure industrielle dédiée, la région de Guelmim-Oued Noun, située entre deux grands pôles touristiques (Agadir et les Iles Canaries), est dotée d'une façade maritime atlantique qui s'étend sur plus de 240 km. Un atout majeur et une véritable opportunité de développer un tourisme balnéaire prospère et ériger des activités de valorisation des produits de la pêche maritime.

Outre le potentiel d'un tourisme balnéaire avec de magnifiques plages et des embouchures tout au long du littoral, les opérateurs touristiques parient sur la valorisation d'autres niches comme les tourismes culturel, hospitalier et d'aventure. Des filons porteurs à la faveurs du riche patrimoine culturel de la région, de ses sites historiques, de ses peintures préhistoriques dont certaines remontent à environ 3.000 ans avant J.C, des grottes et oasis particulièrement répandues dans les provinces de Guelmim et Assa Zag.

Par ailleurs, la région possède une richesse minière diversifiée et des terres arables sur plus de 200 mille hectares, de vastes espaces pastoraux estimés à 4 millions Ha, outre les étendues d'arganier, cactus et palmiers, qui constituent tout un écosystème, en plus des conditions propices à la production des énergies renouvelables.

En ce qui concerne les infrastructures, la région dispose de zones industrielles et d'un réseau routier long de plus de 3.000 km, dont plusieurs tronçons font l'objet actuellement de projets d'extension et de renforcement, en plus de deux aéroports (Guelmim et Tan Tan) et autant de ports à Sidi Ifni et Tan Tan. Le port de Tan Tan, qui occupe la deuxième place au niveau national en termes de tonnage débarqué et la première position en termes de valeur, génère quelque 17.000 postes d'emploi directes dans le secteur de la pêche maritime. Il s'agit d'autant de potentialités qui prédestinent la région à s'ériger en une véritable plate-forme d'attraction des investissements.

La région Guelmim-Oued Noun, qui se prépare à la célébration du 40è anniversaire de la Marche Verte à l'instar de toutes les provinces du sud, a connu ces dernières années, la réalisation d'une panoplie de projets, axés notamment sur l'amélioration du niveau des équipements et des infrastructures, la promotion de la situation des femmes, des enfants et des jeunes, la préservation de l'environnement, le renforcement des établissements culturels et la conservation du patrimoine culturel de la région.

Ces projets ont également porté sur la mise en place de services liés à l'éducation et à la formation, la mise à niveau des établissements scolaires, la satisfaction des besoins en logements, la réalisation de programmes d'aménagement urbain. Des projets financés par divers départements gouvernementaux, des établissements publics, l'agence de promotion et de développement économique et social des provinces du sud et les conseils élus.

Parallèlement à ces réalisations, dont l'élan est allé crescendo avec l'Initiative nationale pour le développement humain, la région Guelmim-Oued Noun a également bénéficié, dans le cadre du plan Maroc vert, de plusieurs projets, notamment des installations de collecte d'eau, l'aménagement des pistes rurales, l'équipement hydroagricole, la valorisation des produits du terroir, l'aménagement des périmètres d'irrigation, l'acquisition des camions citernes, la subvention et le transport des fourrages et la mise en place des petits et moyens périmètres hydroagricoles dans le cadre du programme de lutte contre la désertification.

Ces réalisations seront renforcées par d'autres projets qui sont en cours d'exécution ou de programmation. De nouvelles initiatives qui s'inscrivent dans le cadre des programmes sectoriels, des programmes de qualification urbaine, ou des stratégies sectorielles de développement intégré visant à imprimer une véritable dynamique aux secteurs productifs de base et surmonter les déficits constatés aux niveaux social, des infrastructures, des services et des équipements de base, en plus de l'objectif central de la promotion de l'emploi.

Il va sans dire que ces réalisations et chantiers ouverts, conjugués aux projets programmés dans plusieurs domaines, feront des villes de la région Guelmim-Oued Noun, dans un proche avenir, des cités modernes et prospères, comme il ne manqueront pas de contribuer à la concrétisation de l'ambition de faire de cette région un pôle et un modèle intégré de développement local.