Actualités
Dimanche 22 Mars 2015

Crise en Libye: M. Leon appelle à accélérer au maximum les pourparlers politiques inter-libyens

Synthèse vocale
Crise en Libye: préoccupé par la dernière escalade militaire, M. Leon appelle à accélérer au maximum les pourparlers politiques inter-libyens

Se disant "préoccupé" par l'escalade militaire de ces derniers jours en Libye, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, l'Espagnol Bernardino Leon, a appelé, dimanche en fin d'après-midi à Skhirate, à "accélérer au maximum" les pourparlers politiques inter-libyens visant à trouver une solution politique au conflit dans ce pays.

"Notre objectif est d'accélérer au maximum ce dialogue politique", a indiqué le responsable onusien, qui s'exprimait en conférence de presse, peu avant la reprise de ces discussions, qui sont entrées dimanche dans leur troisième journée consécutive à Skhirate, dans la banlieue de Rabat. 

"Dans le cadre de ses efforts pour faire avancer plus vite les négociations, l'ONU se penche sur la possibilité de présenter quelques principes qui pourraient servir de base pour une solution globale", a souligné M. Leon, qui a tenu dans la journée plusieurs réunions informelles avec les parties au conflit présentes à Skhirate.

Malgré la situation "difficile" et l'impact "négatif" des attaques ayant ciblé ces derniers jours Tripoli et plusieurs villes libyennes, la Mission d'appui des Nations unies pour la Libye (MANUL) a demandé aux parties de rester à Skhirate pour y poursuivre le dialogue afin de trouver une solution politique à la crise dans ce pays, a-t-il dit.

"Nous avons insisté et réitéré que la solution militaire n'amènera la Libye nulle part. Ce n'est pas une solution", a mis en garde le médiateur onusien, qui devra se rendre lundi à Bruxelles pour participer à une réunion des maires des villes libyennes, avant de revenir le même jour à Skhirate pour poursuivre ses contacts avec les négociateurs libyens.

Les parties ont repris leurs discussions alors que la situation sur le terrain ne cesse de se détériorer avec la poursuite des actions militaires et les attaques contre les infrastructures de base dans plusieurs régions du pays.

Pour M. Leon, la "bonne nouvelle" de la journée est le fait que toutes les délégations vont rester au Maroc, y compris celles qui avaient la possibilité de rentrer en Libye, saluant à cet égard leur attitude positive et constructive. 

Dès que les deux documents relatifs aux arrangements sécuritaires et au gouvernement d'unité nationale seront approuvés, les parties pourront se pencher sur l'autre point lié à la composition du prochain gouvernement, a encore précisé le médiateur onusien.

Les pourparlers politiques inter-libyens ont repris, vendredi matin à Skhirate, avec la participation des représentants des différentes parties au conflit et de plusieurs ambassadeurs étrangers en tant qu'observateurs, sous les auspices de l'Organisation des Nations unies.

M. Leon se réunit séparément avec chacune des délégations, en vue de rapprocher les positions des différentes parties, notamment les représentants du Congrès national général (CNG), dit "parlement de Tripoli" et du parlement internationalement reconnu dit "parlement de Tobrouk" ainsi qu'avec les négociateurs indépendants.

L'instauration d'un cessez-le-feu, le rétablissement de la sécurité, le désarmement des groupes armés et la formation d'un gouvernement d'unité nationale figurent parmi les principaux points à l'ordre du jour de ces pourparlers.

(MAP-22/03/2015)