Actualités
Mercredi 3 Avril 2024

La Fondation Mohammed VI pour l’Edition du Saint Coran, un jalon fondamental pour la préservation du Saint Coran

La Fondation Mohammed VI pour l’Edition du Saint Coran, un jalon fondamental pour la préservation du

Depuis sa création en 2010, la Fondation Mohammed VI pour l’Edition du Saint Coran n’a eu de cesse de se renforcer pour devenir un jalon fondamental pour la préservation du Saint Coran, tant au Maroc qu'ailleurs, notamment dans le continent africain.

Cette institution nationale supérieure de référence dans le domaine de l’élaboration scientifique, matérielle et artistique de la reproduction, de la diffusion et de l’enregistrement du Saint Coran sur tous supports multimédias, diversifie les formats et innove davantage pour toucher des publics différents.

Institution à but non-lucratif, la Fondation qui siège à Mohammedia a directement édité, depuis son lancement, quelque 10,5 millions d’exemplaires du Saint Coran, a indiqué dans un entretien accordé à la MAP, Omar El Amraoui, directeur de la Fondation Mohammed VI pour l’Edition du Saint Coran.

Il s’agit de copies distribuées à titre gracieux au profit des mosquées du Royaume, ou exportées vers d’autres pays africains, outre les exemplaires destinés aux lieux de cultes fréquentés par les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Pour la seule année 2023 par exemple, un total de 720.932 copies a été édité par la Fondation, dont 708.952 distribués, a souligné le directeur de la fondation.

Aussi, dans le cadre de partenariats et de coopération avec les maisons d'édition marocaines, a-t-il ajouté, pas moins de 12,5 millions d'exemplaires du Saint Coran ont été réalisés (aussi bien au Maroc qu’à l’étranger) sous le contrôle et la supervision de la Fondation en près de 14 ans d'existence.

Dans ce même cadre, en 2023, 1.022.122 copies du Saint Coran ont été importées au Maroc (notamment du Liban, d’Egypte, ou d’Italie) ou imprimées localement par les éditeurs.

Ceci sans parler des copies non autorisées à cause des erreurs qu’elles peuvent contenir ou parce qu’elles ne respectent pas les normes, la Fondation étant habilitée à prendre les mesures prévues par la loi aux fins de les saisir et d’en interdire la circulation, sans préjudice du droit de la Fondation à engager les poursuites judiciaires nécessaires conformément aux lois en vigueur.

Dans ce contexte, l’ensemble des actions de la Fondation, depuis son inauguration par SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, le 15 Ramadan 1431, (26 août 2010), s’inscrit dans le cadre de la mission: "Garantir l’exactitude des copies du Livre Saint en circulation dans notre Royaume et ce, en autorisant leur impression ou leur distribution pour s’assurer qu’elles sont exemptes de toute erreur et de toute falsification", fait remarquer le directeur de la Fondation, citant le Dahir n°1.09.198 (23 février 2010) portant création de la Fondation.

Une responsabilité à la hauteur de cette institution, "compétente à titre exclusif pour procéder aux opérations d’enregistrement, d’impression, de publication et de distribution du Livre Saint avec tout ce qu’elles nécessitent en termes de vérification et de précision dans sa transcription et sa lecture", lit-on dans le Dahir Royal.

Et le produit phare de la Fondation est le "Moshaf Mohammadî". Appelé "Mohammadî" en référence au Sceau Royal de SM le Roi Mohammed VI certifiant l’authenticité et le grand soin et raffinement pris dans la fabrication de ce coran, ce livre qui fait l’objet d’une production sérielle et industrielle, et se distingue par ses propriétés: la narration de "Warch" tenue de "Nafiâ" selon les règles adoptées dans les sciences des transcriptions et des lectures.

Avant l’édition de toute copie, ces éléments que seul un œil averti pourra noter, sont passés au peigne fin par l’organe scientifique dont est dotée la Fondation et où siègent d'éminents oulémas spécialisés dans les sciences du coran et des experts dans les arts de la calligraphie et l'enluminure du Saint Coran.

Par ailleurs, parmi les diverses productions de la Fondation destinées à rendre le Coran accessible à un large public, particulièrement les personnes à besoin spécifique, on cite les exemplaires pour malvoyants, ou encore la version braille du Livre Saint destinée aux non-voyants.

La Fondation, dont le Conseil d’administration est présidé par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, compte également à son actif des traductions des significations des versets du Coran, en diverses langues: français, anglais, espagnol, ainsi qu’en langue amazighe, a rappelé le directeur de la fondation.

Dans le cadre de sa coopération avec les pays africains, la Fondation, a-t-il fait savoir, a également entamé le projet de traduction vers des langues africaines, notamment vers la Haoussa, langue parlée dans une grande partie du continent africain, principalement au Nigéria et au Niger, mais également au Cameroun, au Soudan, au Tchad, au Bénin, au Ghana, au Togo, en Centrafrique, au Gabon et au Burkina Faso.

Pour ce qui est des enregistrements des psalmodies du Saint Coran lancés chaque année, la Fondation a initié en 2023, deux projets d'enregistrement, l’un d'un psalmodieur spécialisé de la méthode de récitation hassanie, ainsi qu'un enregistrement assuré dans les règles de l'art par une voix féminine.

Autant de réalisations qui attestent de l’importance de cet établissement "qui témoigne de la grande sollicitude et de l'intérêt que le Souverain accorde au Saint Coran", a affirmé M. Amraoui.

(MAP: 03 Avril 2024)