Actualités
Samedi 29 Mars 2014

L'objectif du gouvernemental est de ramener le chômage à 8 pc à l'horizon 2016

Synthèse vocale
L'objectif du gouvernemental est de ramener le chômage à 8 pc à l'horizon 2016

Le programme gouvernemental se fixe comme objectif ambitieux de ramener le taux du chômage à 8 pc à l'horizon 2016, a affirmé vendredi, à El Jadida, le ministre de l'emploi et des affaires sociales, Abdesslam Seddiki.

Le gouvernement prendra plusieurs mesures en vue de renforcer et d'améliorer les mécanismes de promotion et de dynamisation du marché de l'emploi, a-t-il fait savoir à l'ouverture de la 2ème édition du Forum régional de l'emploi d'El Jadida "ENSA-Entreprises", organisée par l'Ecole nationale des sciences appliquées d'El Jadida (ENSAJ), sous le thème "Ingénierie et entrepreneuriat: un nouveau modèle pour l'insertion socio-économique".

Il a mis en relief, dans ce cadre, l'importance des programmes initiés et mis en place par le ministère, dont "Idmaj", "Taahil", "Moukawalati", " Moubadara", "Taatir", avec pour objectifs d'encourager l'auto-emploi et de contribuer à l'insertion professionnelle des jeunes.

M. Seddiki a relevé que les efforts concernent également la mise en place de mécanismes de vigilance à travers la création de l'Observatoire national de l'emploi, chargé de l'analyse des tendances en matière d'offres et de demandes d'emploi, l'ajustement du système de formation pour le mettre en adéquation avec le marché de l'emploi et l'orientation des jeunes vers des métiers à forte employabilité. 

Le gouvernement est appelé à poursuivre ses efforts visant la réforme du système d'enseignement et de formation pour le mettre en adéquation avec le marché de l'emploi et des besoins des plans sectoriels et des chantiers lancés par le Maroc, a-t-il ajouté.

Et de souligner que les chantiers de développement tout azimut lancés par SM le Roi Mohammed VI ont insufflé une nouvelle dynamique au développement socio-économique national. 

Le Maroc a mis en œuvre des réformes structurantes visant à soutenir le taux de développement économique qui a été de l'ordre de 4,8 pc en 2013, a relevé M. Seddiki, ajoutant que les pouvoirs publics affichent leur volonté claire de hisser la cadence de la croissance économique afin de faire face à la conjoncture mondiale et régionale marquée par l'impact de la crise mondiale sur tous les pays sans exception.

Le ministre a souligné que le gouvernement est résolument engagé dans la poursuite des réformes pour faire aboutir le programme ambitieux d'investissement et la mise en œuvre des divers plans sectoriels.

Le bilan de ces stratégies est globalement satisfaisant et encourageant, s'est-il réjoui.

Dans le but d'accompagner ce développement économique, le gouvernement est appelé à l'instauration d'une législation incitative pour améliorer le climat d'affaires, a souligné M. Seddiki.

Il a en outre, appelé à adopter une stratégie industrielle basée sur le développement des nouveaux métiers dans certains secteurs porteurs et à soutenir la recherche scientifique dans les établissements supérieurs d'enseignement afin de renforcer la compétitivité des entreprises marocaines, qui passe par l'intégration des nouvelles technologies et la mise en place de mécanismes innovants.

M. Seddiki a mis en relief l'importance de l'organisation de telles rencontres ("ENSA-Entreprises"), qui constituent une opportunité pour définir et rappeler l'impact des nouvelles technologies sur les différents chantiers et projets de développement socio-économique au Maroc, de rapprocher l'enseignement et la formation de son environnement socio-économique et d'acquérir les compétences nécessaires à la création d'entreprises.

Il a par ailleurs, relevé que la question de l'adéquation de la formation avec le marché de l'emploi nécessite la conjugaison des efforts de tous les intervenants dont les établissements de formation, le secteur privé, la société civile et les élus.

Le président de l'université Chouaib Doukkali, Boumedien Tanouti, a de son côté, présenté les potentialités de la région Doukkala-Abda en termes de formation et d'investissements dans plusieurs secteurs stratégiques, dont l'industrie, les nouvelles technologies et le tourisme.

L'emploi des jeunes diplômés constitue un grand défi sur lequel tous les intervenants doivent s'atteler, a-t-il ajouté, appelant à encourager l'auto-emploi des lauréats des instituts et universités.

Le directeur de l'ENSAJ, Azzeddine Azzam, a souligné que la 2ème édition du Forum régional de l'emploi d'El Jadida "ENSA-Entreprises" permet aux différents intervenants, dont les établissements d'enseignement supérieur et les opérateurs du secteur privé, le Centre régional d'investissement (CRI), l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC) et les syndicats, de se rencontrer et de discuter de la question de l'emploi des jeunes. 

Organisée en collaboration avec l'Association des élèves ingénieurs et l'Université Chouaib Doukkali d'El Jadida, la 2ème édition du Forum régional de l'emploi d'El Jadida "ENSA-Entreprises" a connu la participation de plus de 30 entreprises et fédérations et une dizaine d'intervenants et formateurs venus de différentes régions, en plus de partenaires institutionnelles et socioéconomiques.

Cette manifestation vise à rapprocher l'enseignement et la formation de son environnement socio-économique.

(MAP-29/03/2014)