Actualités
Lundi 24 Juin 2013

La proposition d'autonomie est l'unique solution pour le règlement du conflit du Sahara

Synthèse vocale
La proposition d'autonomie est l'unique solution pour le règlement du conflit du Sahara

La proposition d'autonomie est l'unique solution et l'option la plus appropriée pour mettre un terme au conflit autour du Sahara marocain, ont affirmé dimanche à Lâayoune des élus de la région de Lâayoune-Boujdour-Saqiat el Hamra lors d'une rencontre avec une délégation du groupe socialiste et démocratique au parlement européen.

A cette occasion, le président du conseil de la région de la région de Laâyoune, Sidi Hamdi Ould Errachid, a souligné que l'initiative d'autonomie se veut un grand chantier réaliste et réalisable garantissant aux populations locales une vie digne et leur permettant de gérer elles-mêmes leurs affaires.

Cette initiative, a-t-il poursuivi, émane d'une profonde conviction des Sahraouis reflétant leur indéfectible attachement au glorieux trône alaouite et le pacte d'allégeance qui les lie au Souverain depuis des années.

M. Ould Errachid a ajouté que les partis politiques, les élus, les notables des tribus sahraouies ont unanimes sur la marocanité du Sahara et l'intégrité territoriale du Maroc.

Pour sa part, le président du conseil municipal de la ville de Lâayoune, Moulay Hamdi Ould Errachid, a indiqué que "l'initiative d'autonomie sous souveraineté marocaine émane d'une profonde conviction de la population sahraouie, qui a contribué à son élaboration à travers le Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes ou en qualité de chioukhs des tribus sahraouies et élus".

L'autonomie dans les provinces du sud permettra aux Sahraouis, populations locales ou séquestrés dans les camps de Tindouf, de vivre en paix et dans un climat de stabilité et de quiétude, a-t-il dit, ajoutant que les grands chantiers réalisés dans cette partie du Royaume, notamment en matière d'infrastructures, de santé, d'éducation et de développement, apportent la preuve tangible de l'engagement du Royaume dans le processus du progrès et de l'édification démocratique.

La délégation parlementaire européenne a également suivi des exposés sur les projets réalisés dans la ville de Lâayoune ainsi que ceux réalisés ou en cours de réalisation dans d'autres provinces du sud du Royaume.

Conduite par Mme Véronique de Keyser, la délégation a eu, vendredi à Lâayoune, une rencontre avec le wali de la région Khalil Dkhil et tenu samedi une série de rencontres avec des acteurs de la société civile en plus de la visite du siège de la Minurso.

 

L'intégrité territoriale du Maroc au centre d'une rencontre entre le wali de Laâyoune et une délégation du Parlement européen

Les développements de la question de l'intégrité territoriale du Royaume ont été au centre d'une rencontre, vendredi à Laâyoune, entre le wali de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, Khalil Dkhil, et une délégation du groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, conduite par Mme Véronique De Keyser.

Le wali, qui était accompagné de chioukhs de tribus sahraouies, a présenté, à cette occasion, à la délégation européenne, un aperçu sur la cause nationale et les origines historiques du conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Il a fait observer, dans ce cadre, que le Royaume avait présenté une proposition accordant une large autonomie aux provinces du sud dans le but de mettre fin à ce différend, tandis que l'autre partie, qui n'a émis aucune proposition, a choisi d'instrumentaliser la question des droits de l'Homme dans les provinces sud du Royaume.

Cette instrumentalisation s'est manifestée, récemment, dans l'appel à l'élargissement du mandat de la MINURSO au Sahara pour englober les droits de l'Homme, a noté M. Dkhil, rappelant que les prérogatives de la mission onusienne, telles que fixées auparavant, se limitent à la supervision du cessez-le-feu.

Le wali a, par ailleurs, fait état du ferme attachement des populations sahraouies à la proposition d'autonomie en tant que solution réaliste plébiscitée à l'échelle internationale.

Les avancées réalisées en matière de développement dans les provinces du sud, notamment en ce qui concerne les infrastructures et le développement social, fournissent la preuve tangible de l'engagement du Maroc sur la voie de la modernisation et de la démocratisation, a-t-il affirmé.

Relevant que la réalisation de la paix et de la stabilité dans la région du Sahel et du Sahara demeure parmi les principaux défis auxquels fait face la communauté internationale, M. Dkhil a insisté sur l'urgence de trouver un règlement à la question du Sahara afin d'asseoir la paix et la sécurité dans la région du Sahel et de l'Afrique du Nord.

De son côté, la présidente de la délégation parlementaire européenne a fait part de l'intérêt que porte le groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates à la situation en Afrique du Nord, et, plus particulièrement, aux développements intervenus dans la région sahélo-saharienne.

Un exposé sur les grands chantiers de développement dans les provinces du sud a été présenté, lors de cette rencontre, à l'intention des membres de la délégation qui ont posé plusieurs questions portant essentiellement sur la proposition d'autonomie, la régionalisation avancée, l'emploi et le développement.

Dans le cadre de leur visite, les membres de la délégation devront tenir des réunions avec des élus et des acteurs associatifs locaux. Des visites de terrain à des chantiers de développement et au siège de la MINURSO sont également prévues.

- MAP -