Actualités
Mercredi 5 Juin 2013

Le Maroc adopte une attitude positive par rapport aux mécanismes internationaux des droits humains

Synthèse vocale
Le Maroc adopte une attitude positive par rapport aux mécanismes internationaux des droits humains

Le Maroc, qui adopte une attitude positive par rapport aux mécanismes internationaux des droits humains, a fait l'objet d'un audit international dans le cadre de l'Examen Périodique Universel (EPU), un mécanisme des Nations Unies consistant à examiner les pratiques en matière de droits de l'Homme, a indiqué, mardi à Rabat, Mohammed Sektaoui, directeur d'Amnesty international-Section Maroc.

Le Maroc a aussi répondu favorablement à plusieurs recommandations de l'EPU, notamment la criminalisation de la disparition forcée, a-t-il précisé dans une déclaration à la MAP en marge de la présentation à Rabat du rapport annuel d'AI sur la situation des droits de l'Homme dans le monde.

M. Sektaoui a, en outre, déploré la non application de certaines recommandations, notamment celle relative à la révision du Code de la famille. 

Le rythme de l'action du gouvernement est relativement "lent" par rapport aux initiatives de réformes annoncées, particulièrement après l'adoption de la nouvelle Constitution, a déploré M. Sektaoui. Ce rythme ne répond pas, selon lui, aux initiatives du mouvement des défenseurs des droits de l'Homme.

Pour sa part, M. Driss Haidar, président d'Amnesty international/Section-Maroc et avocat au barreau de Tanger, a expliqué que le rapport annuel d'AI vise à donner un aperçu sur la situation des droits de l'Homme dans le monde.

S'agissant du Maroc, Amnesty International note une amélioration des droits de l'Homme qui se traduit notamment par la criminalisation de la disparition forcée et de la torture.

Après la révision de la Constitution, il y a une ouverture sur les instances internationales, a souligné M. Haidar rappelant que le Maroc avait accueilli le rapporteur spécial de l'ONU contre la torture, Juan Mendez. 

- MAP -