Actualités
Mercredi 13 Novembre 2013

Le partenariat Etat-patronat continue à oeuvrer pour le développement d'une économie forte et stable au Maroc

Synthèse vocale
Le partenariat Etat-patronat continue à oeuvrer pour le développement d'une économie forte et stable au Maroc

Le partenariat entre l'Etat et le patronat marocain continue à oeuvrer à définir les espaces géographiques et les métiers qui mènent au développement, dans le Royaume, d'une économie forte et stable, a souligné, mercredi soir à Casablanca, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy.

S'exprimant lors d'une rencontre, au siège de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), M. El Alamy a, tout en soulignant l'importance de l'industrie avec une valeur ajoutée, qui constitue le socle d'une économie stable, a indiqué que les différents métiers mondiaux du Maroc ont permis, entre 2008 et 2012, de créer plus de 100.000 emplois, passant de 334.000 à 444.000 postes, ce qui constitue 50 pc de l'objectif fixé par le plan Emergence. 

Evoquant le cas du secteur du cuir, qui a connu une baisse du chiffre d'affaires passant de 4,1 milliards de DH en 2011 à 3,7 milliards l'année dernière, mais qui a repris avec une hausse de 3,5 pc durant les 9 premiers mois de l'année en cours, le ministre a noté que "le secteur n'a pas bénéficié de l'appui nécessaire durant les dernières années".

Pour sa part, la présidente de la CGEM, Meriem Bensalah Chaqroun, s'est félicitée de la transparence des échanges lors de cette rencontre avec le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, soulignant que cette réunion a été l'occasion de tracer les contours d'une feuille de route commune, de discuter des problématiques que connait l'industrie locale et de sortir avec des recommandations et des solutions pratiques pour les court, moyen et long termes.

Convaincue qu'une économie saine et indépendante doit bénéficier d'une industrie forte, elle a insisté qu'il "faut améliorer la compétitivité et pousser vers une croissance accrue du Maroc pour qu'il rayonne à 360, non seulement sur son propre territoire mais bien évidemment sur la région, l'Afrique, l'Europe méditerranéenne ainsi que les pays émergents". 

Il est indispensable d'écouter les entreprises et les accompagner pour la réalisation d'une réussite économique pérenne, a souligné, de son côté, le ministre délégué auprès du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, chargé du Commerce extérieur, Mohamed Abbou, plaidant pour une révision de la politique des accords de libre-échange dans le sens d'élargir la base des bénéficiaires.

Et d'ajouter que l'importation, étant un facteur pesant, le ministère de la tutelle est en cours de réaliser un plan d'urgence pour la régulation des importations. 

Pour le ministre délégué auprès du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, chargé des petites entreprises et de l'intégration du secteur informel, Mamoun Bouhadhoud, il est nécessaire de cerner les problématiques du secteur informel pour protéger le tissu industriel notamment les petites entreprises et mettre en place un nouveau système attractif pour intégrer les entreprises informelles dans le circuit formel.

D'autres thèmes tels la compensation industrielle, la participation de la CGEM dans les travaux des différents accords de libre-échange bilatéraux, multilatéraux, entre autres, et la formation professionnelle ont été au programme de cette rencontre.

-MAP-