Actualités
Mardi 22 Février 2022

Les difficultés des entreprises et de la classe ouvrière requièrent d'insuffler une nouvelle dynamique au dialogue social

Les difficultés des entreprises et de la classe ouvrière requièrent d'insuffler une nouvelle dynamiq

Les difficultés que connaissent les entreprises nationales et la classe ouvrière, en dépit des initiatives gouvernementales menées conformément aux Hautes orientations royales, requièrent une vision globale insufflant une nouvelle dynamique au dialogue social, a affirmé, lundi à Rabat, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.

"L’ampleur des difficultés que connaissent les entreprises nationales et la classe ouvrière en raison de la Covid-19, du manque des précipitations et de la hausse des prix des matières premières, en dépit des initiatives gouvernementales et des décisions publiques prises conformément aux Hautes orientations royales pour réduire ces difficultés, rend nécessaire l'adoption d'une vision globale insufflant une nouvelle dynamique au dialogue social", a indiqué M. Akhannouch dans une allocution prononcée à l’ouverture des travaux de la 6ème édition du Forum parlementaire sur la justice sociale.

Cette vision est fondée sur la coopération, la participation et le réalisme, en vue de trouver les meilleures pistes pour combler le fossé des disparités sociales et les réduire au maximum, a-t-il souligné.

Le Chef du gouvernement a relevé, dans ce sens, que les mutations du marché de l’emploi dans plusieurs pays du monde, la tension marquant les relations de travail, la hausse du chômage et d’autres problématiques sociales font partie des défis auxquels il faut faire face, ce qui implique de prendre des mesures renforçant le dialogue social et modernisant ses mécanismes et son contenu.

M. Akhannouch a noté que la promotion du dialogue social est devenue un défi collectif impliquant l’ensemble des parties. "Nous avons devant nous des dossiers sociaux lourds qui sont au point mort depuis des années, en particulier ceux relatifs au parachèvement de la mise en œuvre de la Constitution, un document plébiscité par les Marocains, et dont l’application requiert aujourd’hui beaucoup d’audace et de réalisme", a-t-il dit.

Il a évoqué, à cet égard, les dossiers de la loi organique relative à la grève, la mise en œuvre du système de protection sociale et du registre social, la couverture médicale, l’arsenal juridique se rapportant aux catégories de fonctionnaires dans certains secteurs, les mesures législatives nécessaires au développement du système de l’emploi et les conventions collectives.

Les réformes à apporter au système des retraites constituent l’un des dossiers les plus importants, requérant une vision nationale unifiée, a estimé M. Akhannouch, affirmant que le gouvernement "fera preuve du courage politique nécessaire, et ne ménagera aucun effort pour atteindre une vision consensuelle avec l’ensemble des partenaires sociaux, à même de trouver des solutions réalistes, sérieuses et durables aux problématiques dont souffrent les différents systèmes des retraites".

En plus de l’institutionnalisation du dialogue social sur les plans de l’organisation et de la gestion, du développement de son contenu et de la garantie de sa continuité et sa régularité au niveau local, sectoriel et territorial, ces dossiers sociaux nécessitent de faire preuve de rationalisme et d’objectivité et de privilégier l’intérêt public plutôt que les intérêts privés ou catégoriels, a-t-il poursuivi, soulignant la nécessité de faire montre d'une volonté sincère et de croire en le dialogue en tant que seul et unique moyen de forger des solutions.

Le nouveau climat politique que connait le Royaume, grâce à la dynamique de développement accélérée menée par SM le Roi et les résultats du processus électoral long et multiple, jettera son nul doute les bases d’une nouvelle génération de dialogue responsable et de consensus constructifs entre les différentes parties concernées, après une étude minutieuse et globale des conditions économiques et sociales, a dit le Chef du gouvernement.

"Cette conjoncture politique place le dialogue social dans une situation favorable, afin d’en faire le meilleur mécanisme, et peut être le seul mécanisme pour régler les différentes questions sociales auxquelles nous faisons face, en particulier en ces circonstances exceptionnelles dictées par la Covid-19 et le manque des précipitations, et élaborer des choix sociaux en phase avec les priorités nationales", a insisté M. Akhannouch.

La conjoncture marquée par la pandémie et ses répercussions économiques, sociales et psychologiques dans l’ensemble des pays du monde, offre une occasion idoine pour redéfinir la place de la dimension sociale dans les interventions publiques, en tant que garante des équilibres nationaux grâce aux rôles qu’elle peut jouer en matière d’objectifs du développement humain, et ce à travers la régulation de l’économie, la protection des catégories les plus impactées et la conduite des choix et des alternatives à portée stratégique, a-t-il mis en exergue.

Ainsi, le Chef du gouvernement a relevé que le programme gouvernemental pour la période 2021-2026 comporte un ensemble de mesures à même de consolider les dimensions essentielles de la notion de "l’Etat social", en tant que nouvelle approche de gestion publique mettant le citoyen marocain au cœur des politiques et programmes et faisant de lui leur principal moteur, avec pour objectifs de traiter les problèmes de la pauvreté et de la précarité, de réduire les disparités sociales et territoriales et de consacrer la dignité humaine.

M. Akhannouch a également fait part de la profonde conviction qui guidera l’action du gouvernement en vue de produire des alternatives et des choix à forte dimension sociale, répondant aux enjeux et attentes des citoyens et allant dans le sens d’une amélioration de l’efficacité technique et institutionnelle des politiques et de la promotion de leur gouvernance, ce qui constitue un moyen essentiel pour soutenir la reprise économique nationale et réaliser davantage de justice sociale.

MAP 21/02/2022