Actualités
Vendredi 1 Juillet 2022

Mme Bouayach appelle à repenser la coopération Sud-Nord en tant que '’processus holistique’’

Mme Bouayach appelle à repenser la coopération Sud-Nord en tant que '’processus holistique’’

La présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Amina Bouayach, a appelé, jeudi à Strasbourg, à repenser la coopération Sud-Nord en matière des droits de l'homme, en tant que processus "holistique et solidement interconnecté".

Intervenant lors de la Conférence annuelle du Réseau HELP (Formation aux droits de l’homme pour les professionnels du droit) du Conseil de l’Europe, Mme Bouayach a estimé qu’’’il ne pourrait s’agir aujourd’hui uniquement de l’économique ou du politique, mais plutôt d’intégrer, dans les processus de décisions, les meilleurs outils possibles, à même de protéger la dignité et promouvoir l'épanouissement des individus en plaçant le citoyen/être humain en tant qu’acteur et bénéficiaire du développement’’.

"Le partenariat, auquel nous aspirons, entre rives Nord et Sud, ne concerne, pas seulement, une coopération entre partenaires, mais devrait être une relation fondée sur un engagement commun et une responsabilité partagée à faire des valeurs et des principes universels des droits de l’Homme des vecteurs de développement", a-t-elle précisé lors de cette conférence de deux jours, qui vise à passer en revue les acquis enregistrés, d’examiner et évaluer les différentes approches à même de renforcer la mise en œuvre du programme européen de formation aux droits de l’homme pour les professionnels du droit.

Notant que de nouveaux acteurs prennent de plus en plus de place, notamment les acteurs numériques, qui développent un espace numérique, public, qui impose de nouvelles règles, Mme Bouayach a indiqué qu’’’autant cet espace constitue un élargissement de l’espace de la liberté d’expression et d’opinion, autant il représente une plateforme de diffusion de discours de haine, de radicalisme et d’incitation à la violence’’.

Elle a, dans ce sens, estimé ‘’opportun d’adapter les outils pour mieux faire face aux discours d’incitation à la haine, à la violence et à la discrimination, mais aussi les fake news dans l’espace numérique’’, faisant observer que la culture des droits de l’homme est défiée par cet espace miné par les fake news.

A ses yeux, la prise de décision se fait de plus en plus selon les algorithmes de l’intelligence artificielle et non par le débat, la concertation et l’échange des points de vue. D’où la nécessité de procéder, a-t-elle fait observer, de manière régulière, à des évaluations ‘’lucides et sans concession, afin de mesurer d’où l’on vient, ce que l’on a réalisé et ce qu’il nous reste à faire, d’autant que l’on n’est jamais immunisé contre des reculs ou des renoncements en temps difficiles ou de crise, à l’instar de ce que nous avons enregistré lors des premiers temps de la Covid19, ou lors de traitement des différentes questions liées aux sujets de la migration et des réfugiés”.

“Restons donc conscients que le développement de nos perspectives de partenariat revient à inscrire toute notre action sous le signe du développement, de l’inclusion, de l’égalité hommes-femmes, de l’égalité des chances et du respect de la diversité et des libertés fondamentales”, a-t-elle affirmé.

Dans ce dessein, réaliser par exemple l’agenda 2030 pour le développement participerait, de facto, à faire prospérer toute la région, a noté la présidente du Conseil national des droits de l’homme, qui a fait état d’un impact positif du programme HELP par les professionnels de droit, surtout concernant l’égalité homme-femme, la lutte contre la violence à leur égard et la lutte contre les discours d’incitation à la haine et à la violence.

‘’Ces sujets d’actualité ne trouvent pas toujours de réponse dans les dispositions légales en vigueur’’, a-t-elle estimé.

C’est ainsi, qu’en attendant la réforme et la mise à jour des dispositions légales, le programme aide, au moins, à accompagner et sensibiliser les professionnels du droit sur ces sujets, a-t-elle indiqué.

Actuellement, la plateforme d’apprentissage en ligne HELP du Conseil de l’Europe compte plus de 105.000 utilisateurs.

La conférence annuelle du réseau HELP est organisée sous les auspices de la présidence irlandaise du Comité des ministres du Conseil de l’Europe. Elle a été ouverte par le ministre d’État irlandais aux Affaires européennes, Thomas Byrne, le Directeur général des droits de l’homme et de l’État de droit du Conseil de l’Europe, Christos Giakoumopoulos, et l’Ambassadrice et cheffe de la délégation de l’UE auprès du Conseil de l’Europe, Meglena Kuneva. Le discours d’ouverture a été prononcé par le juge Tim Eicke, de la Cour européenne des droits de l’homme.

MAP 01/07/2022