Actualités
Mardi 17 Mai 2022

Mme Fettah Alaoui: L'énergie, un levier incontournable pour asseoir la compétitivité et l'attractivité de l’économie du Maroc

Mme Fettah Alaoui: L'énergie, un levier incontournable pour asseoir la compétitivité et l'attractivi

L'énergie est aujourd’hui un levier incontournable pour asseoir la compétitivité et l'attractivité de l’économie du Maroc, a affirmé, lundi à Tanger, la ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui.

"L’énergie est un facteur de production capital pour tout opérateur économique. Cette dernière est aujourd’hui un levier incontournable pour asseoir la compétitivité et l'attractivité de l’économie du Maroc par rapport aux destinations concurrentes", a souligné la ministre, qui s'exprimait lors d'une rencontre organisée par la Confédération générale des entreprises du Maroc de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CGEM-TTA), sous le thème "Investir dans le solaire photovoltaïque pour sa propre consommation, une solution rentable: Décarbonation, réduction de la dépendance énergétique et une meilleure compétitivité".

Mme Fettah Alaoui a, dans ce cadre, salué le choix de cette thématique, dont l’importance n’est plus à démontrer surtout dans le contexte actuel marqué par l’impact des crises mondiales sur l’offre et la demande des énergies fossiles et la forte volatilité de leurs prix.

"De par sa portée stratégique et son impact sur le tissu économique, l’énergie figure au coeur des priorités nationales. La thématique de l’énergie nous interpelle, à plus d’un titre, surtout au vu des enjeux relatifs à la souveraineté énergétique pour garantir l’alimentation des opérateurs en énergie, de la compétitivité liée aux coûts de l’énergie et de l’enjeu de décarbonation de l’économie pour s’aligner sur les nouveaux standards et exigences des partenaires internationaux", a dit la ministre, ajoutant que le contexte actuel et les crises répétitives ne font que confirmer ces constats et la nécessité d’accorder une grande importance au sujet de l’énergie renouvelable. Le Maroc est un pays qui regorge de potentialités naturelles et de sources d’énergies favorisant le choix de l’énergie renouvelable et de la transition énergétique, a noté Mme Fettah Alaoui, soulignant que ce choix, sous la vision éclairée et le leadership de SM le Roi Mohammed VI, matérialisé depuis des années, notamment par le lancement en 2009 du plan solaire marocain avec une capacité de 2.000 MW, ainsi que du programme éolien marocain, s’est avéré un choix visionnaire et salutaire. La ministre a fait savoir que les avancées réalisées et le contexte actuel justifient l’importance de premier plan qui a été accordée à l’énergie propre dans les choix stratégiques du Nouveau modèle de développement (NMD) en tant que "Pari d’avenir", et le programme gouvernemental l’a érigé en priorité pour accélérer la transformation de notre système productif.

Elle a ainsi estimé que "la maîtrise des coûts, grâce à la mobilisation efficiente du potentiel des énergies renouvelables conférerait non seulement des avantages compétitifs certains à notre système productif, mais permettrait aussi à notre offre exportable de mieux s’adapter aux nouvelles règles environnementales, qui devraient réguler l’accès à des marchés aussi importants que ceux de l’Union Européenne, qui, faut-il le rappeler, absorbent 60% de nos exportations".

Cette orientation, a poursuivi la ministre, s’inscrit dans le cadre de la volonté affichée par le Maroc en faveur de la préservation de l’environnement et de la lutte contre le changements climatiques, chose qui s’est matérialisée par la ratification de l’accord de Paris, lors de la Cop22 et par la poursuite des efforts à l’échelle mondiale, rappelant qu'à l’occasion de la Cop26, le Royaume a revu à la hausse ses ambitions de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour Mme Fettah Alaoui, "l’édification de la souveraineté énergétique est loin d’être un confort de politique publique, mais c’est un impératif de taille pour sécuriser notre trajectoire de développement", ajoutant "au vu des expériences réussies dont certaines ont été présentées précédemment nous ne pouvons qu’être confortés dans ce choix".

MAPF [0301] 16/05/2022 23h54 Maroc-régions-énergie-rencontre =PHOTO+VIDEO=
L'énergie, un levier incontournable pour asseoir la compétitivité et l'attractivité de l’économie du Maroc (Mme Alaoui) (2/2)
Economie et finances / Société et Région

"Le renchérissement des cours des matières premières d’origine énergétique sur fond de perturbation des chaines d’approvisionnement à cause des tensions géopolitiques, et les impacts qui en découlent sur les équilibres de la balance des paiements et sur nos finances publiques, ainsi que les incidences induites sur la compétitivité de nos entreprises constituent autant de facteurs qui signalent l’urgence d’agir vigoureusement pour transformer nos contraintes énergétiques en réelles opportunités de développement à saisir, moyennant des politiques qui consacrent la proactivité et l’anticipation", a préconisé la ministre.

Elle a noté que les actions récentes entreprises par le Royaume ont permis d’atténuer jusqu’à une certaine mesure les effets du renchérissement des prix de l’énergie sur la reprise économique qui se dessine, en gardant inchangés les prix de l’électricité et en mobilisant des ressources au profit de certains secteurs profondément touchés comme le transport (appui de 2 milliards de dirhams).

"Les choix pionniers opérés par le Maroc en faveur des énergies renouvelables, grâce à la vision avant-gardiste de SM le Roi Mohammed VI, mettent notre pays dans une position globalement favorable", a insisté la ministre, affirmant que le Maroc dispose aujourd’hui d’une capacité électrique renouvelable installée qui avoisine les 40% du mix électrique, l’érigeant ainsi parmi les pays les plus avancés au niveau mondial sur la voie de la transition énergétique et verte. "Ces acquis nous permettent de renforcer notre position en tant que pays de référence sur ce sujet", a-t-elle dit, faisant observer que l’ambition du Maroc est, certes, de faire baisser de moitié le coût de l’énergie, mais il ambitionne également de se positionner en tant que base industrielle bas carbone et leader en économie circulaire à l’échelle continentale.

L’Etat doit jouer son rôle, et va jouer son rôle, pour créer les conditions propices à l’accélération de la transition énergétique, a poursuivi la ministre, estimant que la mobilisation collective de tous les acteurs reste de mise pour réussir le pari, et que la notion de "compétitivité verte" devrait progressivement devenir partie intégrante des différents Business plans des opérateurs industriels. "Conscient des enjeux de taille que soulève la transition vers des modes de production et de consommation sobres en carbone, l’Etat, s’est doté d’une feuille de route pour assurer la planification, la régulation ainsi que l’opérationnalisation dans le domaine énergétique", fait savoir la ministre, relevant que son département oeuvre à la création des conditions favorables à l’internationalisation de ce marché, en stimulant l’exportation et favorisant l’investissement direct étranger dans le domaine énergétique, ainsi qu'à faciliter l’accès au financement des projets de décarbonation via Tamwilcom.
"Nous sommes conscients que la transition énergétique et la diversification des sources d’énergies pour réduire la dépendance de l’énergie fossile, nécessite des investissements de taille aussi bien de la part d’opérateurs publics que privés", a-t-elle ajouté, précisant que le Fonds Mohammed VI pour l’investissement s’inscrira pleinement dans cette orientation, en participant à la mobilisation des financements verts et leur canalisation vers des projets servant les objectifs de la décarbonation de l’économie nationale. Elle a, à cet égard, réitéré l’engagement du gouvernement à la réussite de ce chantier de transition énergétique, en lui accordant les moyens nécessaires à son succès, ajoutant "nous sommes confiants que les orientations en matière d’énergie permettront d’une part de réduire la dépendance énergétique du Royaume, de réduire les coûts de production des opérateurs économique marocains, mais aussi de conférer à toute entreprise implantée au Maroc un avantage compétitif "hors prix" de la faible empreinte carbone des outputs de son industrie".

"Comme les périodes de crise sont des accélérateurs de l’histoire qui ouvrent des fenêtres d’opportunité, il appartient à nos entreprises de saisir ces occasions pour s’inscrire davantage dans une optique de durabilité et y investir", a-t-elle lancé, se disant convaincue que le Maroc réussira sa transition énergétique au regard de la contribution de toutes ses énergies vives impliquées sur ce chantier, et vu le choix de la ville de Tanger, riche de son énergie éolienne, pour la tenue de cette rencontre, qui a été un succès.

Cette rencontre, qui a connu la participation d'un parterre d'experts, de responsables économiques et d'industriels marocains et étrangers, a été ponctuée par trois panels sur "l’impératif de la décarbonation pour la compétitivité des entreprises", "les composantes et clés du succès d'un projet solaire", et "les dispositifs de financement et d'appui pour le photovoltaïque", en plus de témoignages d’industriels de la région ayant installé une centrale solaire.

MAP: 16/05/2022