10 °C Partly cloudy Rabat

Actualités
Vendredi 3 Décembre 2021

Suisse-Maroc : Des relations diversifiées portées par une nouvelle dynamique

Suisse-Maroc : Des relations diversifiées portées par une nouvelle dynamique

Le Maroc et la Suisse entretiennent des relations solides, étroites et diversifiées qui ont connu au cours des dernières années une dynamique particulière portée par la volonté commune des deux pays de donner un nouvel essor à la coopération bilatérale.

La célébration cette année du centième anniversaire de la présence diplomatique suisse au Maroc, qui a débuté en 1921, est une nouvelle occasion pour réaffirmer la détermination des deux pays à consolider les bases de cette coopération, de l’intensifier dans tous les secteurs et de diversifier les échanges de visites de part et d’autre.

En effet, les relations diversifiées entre le Maroc et la Suisse couvrent déjà plusieurs domaines, notamment les finances, l’énergie, le transport, l’Agriculture, l’environnement, les infrastructures, l’industrie, la migration et la formation (hôtellerie).

Sur le plan économique, les deux pays œuvrent à optimiser les opportunités et à ouvrir de nouveaux horizons de partenariat et de coopération, notamment dans les domaines des énergies renouvelables, financier, du transport, et du commerce, de l'agro-industrie, de la pêche et du tourisme durable.

Pour rappel, la Suisse occupe le 11ème rang parmi les pays clients du Maroc et le 25ème rang parmi les pays fournisseurs du Royaume. Le Maroc est le 7ème partenaire commercial de la Suisse en Afrique. En 2019, le volume des échanges s'élevait à environ 750 millions de francs (environ 730 millions d'euros).

La balance commerciale entre le Maroc et la Suisse est globalement équilibrée surtout après l’inclusion des exportations de métaux précieux dans la grille de calcul des échanges. Environ 80% des échanges commerciaux entre le Maroc et l’Association européenne de libre-échange (AELE : Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse) se font avec la Suisse.

De même, la Suisse est parmi les plus grands pays investisseurs au Maroc. Selon les chiffres de la Banque nationale suisse, le Maroc est la 2ème destination des investissements directs suisses en Afrique du Nord après l’Égypte, et 5ème en Afrique.

La qualité des relations entre les deux pays se traduit notamment par la conclusion de plusieurs Accords, notamment un accord de libre-échange, une déclaration d’entente dans le domaine des énergies renouvelables en janvier 2018 et un accord pour renforcer la coopération technique dans le domaine des transports routiers et ferroviaires en septembre 2019 et un accord de coopération pour le développement du tourisme durable en juin 2020.

Sur le plan du dialogue politique, les concertations entre le Maroc et la Suisse se sont renforcées ces dernières années, plusieurs visites de hauts responsables ayant eu lieu dans les deux pays, notamment celle de de Mme Krystyna MARTY LANG, Secrétaire d’État au DFAE, le 13 octobre 2020, et de la Secrétaire d’État Adjointe chargée du Moyen Orient et d’Afrique du Nord au département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), Maya Tissafi, en février 2020.

De même, les ministères des Affaires étrangères des deux pays organisent depuis 2009 des consultations politiques, hissées en 2019 au niveau des Secrétaires d’État des deux départements.

S’agissant de la question nationale, la Confédération helvétique, à travers le département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), a réitéré, à maintes reprises, et à différents niveaux, qu’elle soutient les efforts des Nations Unies et le rôle central qu’elles jouent dans le processus concernant la question du Sahara marocain.

Se disant convaincue que seule la négociation permettra d’aboutir à une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable, la Suisse souligne l’importance des efforts sérieux et crédibles du Maroc visant une solution politique basée sur le compromis, tout en prenant note, dans ce contexte, de l’initiative marocaine d’autonomie.

En octobre dernier, la Conseillère fédérale suisse et cheffe du département fédéral de la Justice et de la Police, Karin Keller-Sutter, avait réitéré, en réponse à une question orale à l’Assemblée fédérale, la position de la Confédération suisse qui ne reconnait pas la pseudo ''rasd''.

Par ailleurs, les autorités suisses avaient souligné ''qu’il n’existe pas de représentation officielle du polisario auprès du Conseil Fédéral ni auprès de l’Office des Nations Unies à Genève’’.

MAP: 03/12/2021