Actualités
Lundi 3 Juin 2013

Le Maroc se positionne en hub régional de recherche et d'énergie renouvelable

Synthèse vocale
Le Maroc se positionne en hub régional de recherche et d'énergie renouvelable

Le Maroc se positionne petit à petit en hub régional de recherche scientifique et d'énergie renouvelable, deux priorités phares à l'échelle nationale, a souligné lundi à Genève le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi.

"La recherche se tourne désormais vers une plus grande liaison entre science et environnement dans une logique de développement durable où la variante écologique trouve toute sa place", a déclaré M. Daoudi lors d'une réunion de la commission de la science et de la technique de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced).

Cette rencontre, qui s'est déroulée en présence de M. Omar Hilale, ambassadeur représentant permanent du Maroc à l'ONU-Genève, a été l'occasion pour les délégations des pays membres d'exposer les expériences nationales dans les domaines de technologie, de science, d'environnement et d'innovation.

Le ministre a estimé, dans une déclaration à la MAP, qu'il convenait de "donner l'image que mérite le Maroc à l'international d'autant plus que les contributions de l'université marocaine et en matière environnementale sont méconnues à l'étranger".

Le Royaume dispose depuis 2010 d'une charte environnementale et ne cesse de mettre ses lois en la matière en adéquation avec les dispositions de l'Union européenne, a rappelé M. Daoudi, qui citait les nombreux laboratoires spécialisés et les technologies développées localement pour le traitement, à titre d'exemple, des eaux usées et des déchets ménagers. 

Côté investissement, "nous agissons à deux niveaux, à savoir la certification des entreprises et l'incitation de la recherche avec une tendance vers la généralisation des études d'impact écologique et des mécanismes de production propre", a-t-il précisé.

Dans le prolongement de ces acquis, a-t-il poursuivi, le Maroc a réalisé des avancées significatives dans les secteurs de l'éolien et du solaire, en veillant à mettre en œuvre des mégaprojets à l'instar de la station thermo-solaire de Ouarzazate, l'une des plus grandes au monde.

"Le Royaume a fait des efforts pour se rapprocher de ses voisins européens avec des thématiques communes de recherche conçues selon une vision méditerranéenne", a relevé le ministre, indiquant que Rabat accueillera, le 20 septembre, une réunion 5+5 consacrée à la place centrale de l'environnement et des énergies renouvelables dans la recherche scientifique. 

Tout en qualifiant de "très grande" l'action du Maroc en matière de recherche-développement, M. Daoudi a reconnu que le nombre de chercheurs et de docteurs demeurait encore limité, "un déficit qu'il faudra combler".

Organisme spécialisé de l'ONU créé en 1964, la Cnuced a pour mandat notamment d'accompagner les entreprises pour qu'elles se conforment aux normes internationales, de promouvoir la capacité des pays membres en matière de technologie et d'innovation afin qu'ils puissent renforcer leur participation dans les chaînes mondiales de valeur. 

Ont pris part à cette réunion des représentants de gouvernements, de la société civile, du secteur privé et d'organisations internationales, dont l'Union internationale des télécommunication et l'Unesco.