13 °C Clear sky Rabat

Actualités
Mercredi 19 Novembre 2014

5ème Sommet mondial de l'entrepreneuriat - Marrakech 2014

Synthèse vocale
5ème Sommet mondial de l'entrepreneuriat - Marrakech 2014

Le président de la Guinée Conakry quitte le Maroc après sa participation au GES-2014

Le président de la République de Guinée-Conakry, M. Alpha Condé, a quitté dimanche en fin d'après-midi le Maroc après avoir pris part à la cinquième édition du Sommet Global de l'Entreprenariat (GES-2014), organisée, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, du 19 au 21 novembre à Marrakech.

A son départ de l'aéroport international Marrakech-Ménara, le président guinéen a été salué par le ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch.

Après avoir passé en revue un détachement des Forces Royales Air (FRA) qui rendait les honneurs, M. Alpha Condé a été salué par le wali de la région Marrakech-Tensift-Al Haouz, M. Abdeslam Bikrat, le président du Conseil de la région, Ahmed Touizi, ainsi que par d'autres personnalités civiles et militaires.

Sommet Global de l'entreprenariat: L'évolution de la femme marocaine est un exemple dans la région

La femme marocaine a connu une évolution grâce aux réformes introduites dans son statut qui en ont fait un exemple dans la région, a affirmé l'ambassadeur de la République tchèque à Rabat, Mme. Michaela Fronkova.

Commentant la tenue à Marrakech de la 5ème édition du Sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014), la diplomate a déclaré à la radio publique Praha (Prague), que "la femme marocaine est une femme très fière et complétement responsable".

L'ambassadeur a, d'autre part, souligné que le Maroc doit être fier d'avoir été le premier pays africain à accueillir une rencontre d'une telle envergure, à l'image du Sommet Global de l'entrepreneuriat de Marrakech.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 5ème édition du GES s'est tenue du 19 au 21 novembre à Marrakech, sur le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat". 

(MAP-23/11/2014)

GES Marrakech-2014: un franc succès à la faveur de plusieurs initiatives annoncées et conventions signées

Les travaux de la cinquième édition du Sommet global de l'entreprenariat (GES ), qui s'est tenue du 19 au 21 courant à Marrakech, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, ont été couronnés par l'annonce de plusieurs initiatives et la signature de plusieurs conventions, s'est félicité samedi le Ministère des affaires étrangères et de la coopération dans un communiqué.

Illustration parfaite de ce franc succès, l'organisation du Prix de l'Innovation pour l'Afrique (Innovation Prize for Africa) en 2015 au Maroc, le lancement du Fonds d'amorçage pour l'entrepreneuriat et l'innovation doté de 50 millions de dollars US, en partenariat avec la Banque Mondiale et du Club Marocain de l'Entrepreneuriat et de l'Innovation, mais également d'une étude de faisabilité pour la réalisation d'une Entreprise city au Maroc en partenariat avec Babson College, fait observer le communiqué, tout en évoquant aussi le projet de places de marchés virtuels pour les PME marocaines et le Prix Africain de l'entrepreneuriat (African Entrepreneurship Award), doté d'un million de dollars chaque année.

Par ailleurs, la séance de clôture de ce Sommet, placé sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie en faveur de l'innovation et l'entrepreneuriat" a connu la signature de neuf conventions entre la Confédération Générale des Entreprises du Maroc et plusieurs petites et moyennes entreprises, d'une part, et entre les grandes banques marocaines et des start-up, de l'autre.

Moment fort de cette édition 2014, le Message Royal adressé aux participants à l'ouverture de ce sommet, dans lequel le Souverain a souligné que le Maroc est "fier" que ce conclave international, initié par le Président Barack Obama en 2009, se tienne, pour la première fois, en terre africaine, confirmant ainsi "la vocation et l'ambition du Royaume qui considère la promotion de son partenariat avec ce Continent comme un choix déterminé et irréversible".

La séance d'ouverture officielle de ce sommet, rappelle-t-on, a été rehaussée par la présence des chefs d'Etat du Gabon et de la Guinée, du Vice-président américain, M. Joe Biden, des Ministres, des officiels, des entrepreneurs, des dirigeants de grandes entreprises, des jeunes et des femmes entrepreneurs, des étudiants et représentants d'institutions financières et de réseaux mondiaux.

Le Vice-président américain Joe Biden, qui présidait la délégation américaine à ce Sommet, a réitéré la détermination de son pays à renforcer davantage le partenariat existant entre le Maroc et les Etats-Unis d'Amérique. Il a, également, insisté sur l'importance de l'innovation, de l'éducation et de la création d'un climat économique et politique favorable pour encourager l'acte d'entreprendre.

Cette manifestation internationale a connu un record de 6.800 participants, en provenance de 95 pays, dont 35 pc de femmes et 40 pc d'étrangers, et quelque 600 étudiants. Elle a, également, connu la participation de 194 intervenants qui ont animé douze séances plénières, des sessions interactives, en plus des rencontres B to B.

Plusieurs centaines d'entreprises de différents pays, notamment d'Afrique, ont, par ailleurs, animé le "Village de l'innovation" et présenté leurs projets innovants aux participants à cet évènement.

Quelque 405 journalistes représentants près de 300 organes médiatiques marocains et internationaux ont assuré la couverture médiatique des différentes activités du GES. 

Les travaux du Sommet ont été suivis par plus de 22 millions d'internautes à travers le Monde, dont 7,5 millions sur Facebook et 14,5 millions sur Twitter.

Clôture à Marrakech de la 5-ème édition Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat

La 5-ème édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat a clôturé ses travaux, vendredi soir à Marrakech, à l'issue de trois jours de débats intenses sur les moyens d'encourager et promouvoir l'innovation et l'entrepreneuriat.

La séance de clôture de ce sommet, tenu sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, a été marquée par la signature de neuf conventions entre la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et plusieurs petites et moyennes entreprises, d'une part, et entre les grandes banques marocaines et des start-up, d'autre part.

Ces conventions visent le renforcement du partenariat entre les grandes compagnies nationales et les PME dans le but d'accompagner leur développement en leur garantissant plus de visibilité et davantage d'accès aux moyens de financement.

Ce sommet, organisé conjointement par le Maroc et les Etats-Unis et qui se tient pour la première fois en Afrique, a été marqué par une dizaine de séances plénières offrant une plateforme de choix pour les différents intervenants afin de faire part de leurs expériences, partager leurs points de vue et débattre autour de thématiques majeures comme la croissance durable, le climat des affaires, l'export, la responsabilité sociale, et d'autres thèmes d'actualité.

Cette manifestation internationale a ainsi connu un record de 6.800 participants, dont 35 pc de femmes et 40 pc d'étrangers, et quelque 600 étudiants.

Elle a été aussi marquée par la participation de 194 intervenants, et 405 représentants des médias nationaux et internationaux.

Quelque 22 millions d'internautes ont pu suivre les travaux de ce sommet à travers le Monde, dont 7,5 millions sur Facebook et 14,5 millions sur Twitter.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Le GES de Marrakech sème les graines de futurs entrepreneurs innovants

Au terme de trois jours d'échanges denses et fructueux à Marrakech, la moisson était bonne à la 5ème édition du Sommet mondial de l'entrepreneuriat, qui a clôturé ses travaux vendredi soir dans la cité ocre.

Ils étaient quelque 7.000 jeunes entrepreneurs et porteurs de projets qui sont venus à Marrakech avec des idées innovantes pleine la tête et en sont repartis avec de grands espoirs de concrétiser leurs rêves, inspirés en cela par des success-stories relatées et modèles inventifs déclinés, trois jours durant au GES2014, aménagé dans un village de l'entrepreneuriat aux proportions imposantes.

Une dizaine de séances plénières et une multitude d'ateliers et de rencontres ont vu se succéder des officiels d'une cinquantaine de pays, des orateurs et autres intervenants qui ont débattu de thématiques denses et variées touchant à l'esprit d'innovation et l'audace qui doivent être les étendards guidant tout nouvel entrepreneur.

"On ne naît pas entrepreneur, on le devient en s'engageant sur la voie du succès dans un rapport interactif entre l'effort, l'apprentissage et la maitrise des difficultés", disait Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans Son message adressé aux participants.

Le ton y est donné et le cap fixé pour enthousiasmer tout porteur de nouveau projet et tout dépositaire d'une idée innovante et potentiellement génératrice de richesses d'emplois.

Les jeunes entrepreneurs en quête de financement, d'accompagnement et d'encouragement ont été galvanisés par le groupe BMCE Bank, dont le président directeur-général, Othman Benjelloun, a annoncé à Marrakech que son groupe bancaire va décerner chaque année un prix de l'entrepreneuriat africain (African Entrepreneurship Award), doté d'un million de dollars.

Ce prix, mis en place en partenariat avec des parties reconnues sur le plan international, a pour vocation de contribuer à la promotion de l'esprit de l'entrepreneuriat parmi les jeunes africains. Il est une déclinaison concrète d'un des premiers postulats du Discours Royal d'Abidjan, selon lequel l'Afrique doit avoir confiance en ses atouts et ses citoyens.

D'autres annonces phares ont émaillé les trois jours de travaux et d'échanges intenses, dont la plus importante a été faite par le vice-président américain, M. Joe Biden, portant sur la décision du gouvernement US d'investir près de 50 millions de dollars dans le cadre du programme Millennium Challenge, pour soutenir la stratégie mise en œuvre par le Maroc dans le domaine de la formation professionnelle.

Au grand bonheur des jeunes entrepreneurs africains, Biden a aussi annoncé la mise en place prochaine au Maroc d'une académie pour la formation d'entrepreneurs en provenance du Royaume, de Côte d'Ivoire et du Sénégal.

Le Maroc sera également terre d'accueil du nouveau réseau d'entrepreneuriat global (Global Entrepreneurship Network - GEN) destiné, principalement, à élargir les opportunités économiques pour tous, en particulier les femmes et les jeunes, outre un fonds de 1 milliard de dollars alloués par Washington pour soutenir le secteur privé dans plusieurs pays durant les trois prochaines années.

Joignant ses paroles aux actes, Biden a rencontré ipso facto de jeunes entrepreneurs "dévoués et passionnés" par leurs projets destinés à relever les défis de l'innovation et du développement durable.

L'intérêt porté à la formation des jeunes entrepreneurs a été encore confirmé par l'annonce de la création par la Fondation OCP et ses partenaires d'une "académie régionale" pour la formation en équipement industriel lourd et véhicules commerciaux.

Au premier jour du Sommet, les yeux étaient rivés sur la femme entrepreneur, africaine en particulier et une journée entière a été consacrée aux hommages qui lui ont été rendus à l'occasion du "Women Entrepreneurship Day Focus".

Cette journée a notamment vu défiler des femmes, à l'optimisme chevillé au corps et une confiance en soi à toute épreuve, qui ont évoqué le cheminement de leurs réussites impressionnantes dans le monde de l'entrepreneuriat et prêché par l'exemple pour que d'autres femmes tout aussi ambitieuses leur emboîtent le pas.

"Yes, We Can!" semblait être le maître mot de cette journée entièrement féminine au cours de laquelle les success-stories en affaires ont pris le dessus dans un bel élan d'émulation saine et de solidarité agissante.

A ce propos, la zimbabwéenne Barbabra Rwodzi, fondatrice et présidente-directrice générale de la compagnie Barrue Knitwear, spécialisée dans le textile, a dit être confiante que le conclave de Marrakech marquera un nouveau départ pour une meilleure intégration de la femme africaine dans le monde des affaires à travers tout le Continent, qui sera dans un futur proche un hub de croissance dans le monde.

Le Sommet a été source d'inspiration non seulement pour les 7.000 participants au GES de Marrakech, mais aussi pour les 22 millions d'internautes qui ont suivi le Forum à travers les réseaux sociaux.

Le GES a été un moment inégalé de partage d'expériences, de cultures et de rêves pour un avenir prometteur, fait de créativité et d'innovation au service d'un développement durable acté par une jeunesse débordante d'énergie et prête à relever les grands défis de l'heure.

GES Marrakech, une success story à la mesure de l'engagement partagé de Sa Majesté le Roi et du Président Barack Obama

La 5-ème édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech, 19-21 novembre 2014), un événement international de haute portée et une première pour un continent africain qui cherche à s'affranchir des carcans d'un afro-pessissme nourri, voire entretenu par une vision néocolonialiste pernicieuse et réductrice, constitue une réussite à la mesure de l'engagement et de l'ambition partagés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président des Etats Unis, Barrack Obama, pour la promotion de l'entrepreneuriat en Afrique et dans le monde.

La ville de Marrakech a honoré sa réputation immaculée de contrée séculaire où se sont croisées à travers les époques les différentes influences culturelles, ethniques et spirituelles dans l'altérité et le vivre ensemble. C'est donc tout naturellement que la Cité Ocre a prêté ce patrimoine immatériel unique pour accueillir plus de 6.800 participants venus des quatre coins du monde qui se sont donnés rendez-vous dans le cadre de cette grand-messe planétaire, tenue sous le Haut Patronage du Souverain, sous le thème : "Exploiter la puissance de la technologie en faveur de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Dans le message adressé aux participants au GES, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a affirmé que "le Maroc est fier que ce Sommet, initié par le président Barack Obama en 2009, se tienne, pour la 1ère fois, en terre africaine, confirmant ainsi la vocation et l'ambition du Royaume qui considère la promotion de son partenariat avec ce Continent comme un choix déterminé et irréversible".

Le Souverain a saisi cette occasion pour rappeler que "le Maroc adhère sans conteste aux objectifs de ce Sommet. Il se mobilise pour le développement humain et durable, et investit dans la culture entrepreneuriale. Mon pays encourage également le partage d'expertise et de savoir-faire et l'optimisation des complémentarités, notamment entre pays du Sud".

Le haut sens de l'histoire de la vision Royale pour un continent africain, qui croit en sa jeunesse, son potentiel illimité et ses ressources naturelles et humaines, fait du Souverain le porte-voix de relations nord-sud basées sur l'équité et le juste équilibre, en ce sens que le continent, fort d'une prise de conscience nouvelle, entend assurer les conditions de succès de sa mue en étant maître de son destin et de son avenir. Le développement de l'entrepreneuriat en général et des femmes entrepreneurs, dans un contexte favorable aux affaires et à la libre entreprise, est plus que jamais la panacée pour une mise à niveau salutaire, créatrice de richesse, d'emplois et de prospérité partagée dans l'ensemble du continent, ainsi que dans le cadre plus global des relations nord-sud.

C'est dans ce contexte que la Secrétaire américaine au Commerce, Penny Pritzker a tenu à saluer, dans un entretien, les efforts fournis par le Maroc en matière de consolidation du climat des affaires, dans le cadre d'une démarche "absolument attractive pour la communauté américaine des affaires".

Et de noter que cette dynamique est d'autant plus pertinente, pragmatique et judicieuse que Rabat et Washington sont liés par un Accord de libre-échange, entré en vigueur en 2006, et qui constitue à juste titre "le fondement pour les deux nations de mettre en place davantage de partenariats dans le monde des affaires", aussi bien dans le Royaume que le continent africain. 

Les compagnies américaines, a-t-elle souligné, "affichent la volonté de s'établir au Maroc, un pays qui leur réservent un accueil favorable, comme en atteste la présence dans le Royaume de pas moins de 150 compagnies US employant quelque 100.000 personnes", en faisant observer que le Maroc attire aussi bien les grandes multinationales US que les PME qui apportent leurs services et savoir-faire.

La solidité du partenariat fécond maroco-américain nourrit aussi l'ambition de s'exprimer sur l'échelle africaine dans le cadre d'une démarche triangulaire qui met à profit la force de projection multidimensionnelle du Royaume dans le continent et le concours américain. 

Commentant la stratégie africaine du Maroc qui consiste à mettre en place un partenariat gagnant-gagnant avec les pays du continent africain, Mme Pritzker a affirmé que le Royaume et les Etats Unis peuvent "sans nul doute" œuvrer ensemble dans le but de consolider cette dynamique vertueuse "grâce à la vision de Sa Majesté le Roi de faire du Maroc un hub et un portail vers l'Afrique à même de jouer le rôle de trait d'union entre les différentes parties du Monde et le continent". "C'est là une démarche importante pour les Etats Unis, dans la mesure où nous souhaitons une plus grande relation avec les pays africains et le fait d'avoir une relation privilégiée avec le Maroc constitue une incitation certaine pour Rabat et Washington pour mettre en place des partenariats dédiés à cet objectif", a dit la responsable US.

Faisant écho à la déclaration de Mme Pritzker, le Vice Président Joe Biden a tenu, pour sa part, à réitérer la détermination des Etats-Unis de renforcer les relations de partenariat avec le Maroc, notamment dans le domaine de l'encouragement de l'entrepreneuriat et de l'innovation.

Les Etats-Unis se tiennent prêts à renforcer le partenariat avec le Maroc, a dit M. Biden dans une allocution lors de la cérémonie d'ouverture officielle du Sommet global sur l'entrepreneuriat, rappelant que le Maroc a été le premier pays à reconnaitre les Etats-Unis d'Amérique en 1777.

Témoignage du caractère concret de ce partenariat, le vice-président américain a annoncé, dans ce contexte, la décision du gouvernement de son pays d'investir près de 50 millions de dollars dans le cadre du programme Millennium Challenge, pour soutenir la stratégie mise en œuvre par le Maroc dans le domaine de la formation professionnelle.

Le montant alloué par la Millennium Challenge Corporation (MCC) devra appuyer la stratégie du Maroc dans le domaine de la formation professionnelle et ce, dans le cadre de partenariats public-privé, a-t-il dit, expliquant que ce nouveau projet de la MCC vise à renforcer les compétences des jeunes et leur permettre de répondre aux attentes du marché de l'emploi.

Par ailleurs, des entrepreneurs et chefs de grandes entreprises ont lancé un fort plaidoyer, lors du conclave de Marrakech, en faveur de l'entrepreneuriat, du capital humain et des nouvelles technologies, autant d'outils qui transcendent les frontières dans l'objectif de parvenir à l'intégration régionale en Afrique.

Plusieurs orateurs ont appelé les jeunes, qui sont les principaux acteurs du changement et du progrès, à tirer profit des possibilités qu'offrent les nouvelles technologies et de l'énorme potentiel d'investissement en Afrique pour se lancer dans l'entrepreneuriat innovant et créateur et de prospecter les opportunités de développement sur de vastes marchés, au-delà des frontières et dans la perspective de l'intégration régionale tant souhaitée mais peu concrétisée.

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication permettent de transcender les contraintes factices véhiculées par les frontières héritées de la colonisation. Ces mêmes technologies permettent aussi de réduire considérablement les coûts et les charges. Les intervenants ont affirmé que c'est autant de facteurs favorables à l'acte d'entreprendre pour les jeunes porteurs d'idées mais disposant de peu de moyens. C'est dans cette optique que Joe Biden a annoncé le lancement de l'initiative J. Christopher Stevens pour les échanges virtuels visant à renforcer les échanges entre les jeunes américains et ceux de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du nord.

Lancée en l'honneur de Christopher Stevens, l'ancien ambassadeur américain tué en Libye en septembre 2012, l'initiative, dont le coup d'envoi sera donné au Maroc avec un projet pilote début 2015, vise à renforcer les capacités des jeunes à relever les défis locaux et globaux par le biais de la promotion de leur connectivité, a précisé M. Biden.

Tout comme le Maroc, les Etats-Unis sont engagés en faveur de l'émergence d'une nouvelle génération de jeunes orientés vers l'avenir dans un esprit d'ouverture. Fruit d'un partenariat multilatéral entre les secteurs privé et public, cette initiative contribuera à coup sûr à la consolidation des liens entre les jeunes américains et ceux de la région Mena, en mettant à profit l'apport précieux des nouvelles technologies de l'information.

La grande affluence qu'a connue le GES Marrakech, ainsi que la densité et la qualité des échanges ayant marqué les différents débats attestent du dynamisme et de la vivacité de l'entrepreneuriat au Maroc, et des femmes entrepreneurs marocaines, deux composantes majeures de cette nouvelle force de projection du Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi dans le continent africain. Elle représente aussi un hymne à une vision Royale nécessaire à une prise en compte pragmatique des questions du développement durable plaçant au cœur des préoccupations le bien-être des citoyens tout en faisant d'eux les véritables conducteurs du changement.

-Par Fouad ARIF-

Entretien entre M. Bouhdoud et son homologue gabonais sur la coopération bilatérale en marge du GES-Marrakech

Le Ministre délégué en charge des petites entreprises et de l'intégration du secteur informel, M. Mamoun Bouhdoud, s'est entretenu, jeudi à Marrakkech, avec le ministre gabonais du commerce, des PME, de l'artisanat et des services Gabriel Tchango, sur la coopération bilatérale et la volonté commune de la renforcer et la diversifier dans l'intérêt des deux pays.

Lors de cet entretien, qui s'est déroulé en marge des travaux de la 5ème édition du Sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES-Marrakech 2014), les deux parties se sont félicitées de l'excellence des relations bilatérales et sa nouvelle dynamique grâce à la volonté commune des chefs d'Etat des deux pays frères et à l'impulsion insufflée à ces relations après la récente visite de SM le Roi Mohammed VI au Gabon en mars dernier, indique un communiqué de l'industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique.

Lors de cette entrevue, M. Bouhdoud a exprimé la volonté du Maroc à mettre à disposition de cette coopération son expérience et savoir-faire dans les domaines de l'accompagnement des petites et moyennes entreprises, le soutien aux micro-entreprises et l'intégration du secteur informel.

Pour sa part, M. Tchango a évoqué les initiatives de son pays en matière d'harmonisation de sa politique tarifaire et commerciale avec celle du groupement économique des pays de l'Afrique de l'Ouest, ce qui ne manquera pas de bénéficier aussi bien Gabon qu'à ses partenaires, en plus des retombées favorables de cette initiative sur le climat des affaires et l'encouragement des investisseurs étrangers.

Les deux parties ont également convenu de déployer davantage d'efforts pour renforcer la coopération bilatérale et d'encourager les partenariats et les projets communs entre les PME des deux pays pour améliorer leur compétitivité au niveau mondial.

Atteste de l'excellence de ces relations maroco-gabonaises, les efforts constants des deux pays pour développer leurs relations commerciales qui ont atteint 491,8 millions dh. Une performance qui fait du Gabon le huitième fournisseur le 19ème client du Royaume au niveau du continent.

Dans la lancée du dynamisme des relations bilatérales, le secteur privé marocain accorde de plus en plus d'intérêt aux différents secteurs d'activités au Gabon, tels l'industrie, les infrastructures, les télécommunications, les services, le secteur bancaire et les transports, précise-t-on de même source.

Entrepreneuriat féminin: Le message de Sa Majesté le Roi au GES, une feuille de route pour combler le déficit dans le monde arabe

Le message à haute teneur que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé au Sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES) à Marrakech, se veut une feuille de route claire pour que le monde arabe puisse combler le déficit relevé en matière d'entrepreneuriat féminin, a indiqué, vendredi, le directeur des chaines du Groupe MBC,Ali Jaber.

"Le message de Sa Majesté le Roi a pointé du doigt les faiblesses que nous devons, nous les Arabes, s'employer à surmonter notamment dans le domaine de l'autonomisation de la femme", a souligné M. Jaber, dans une déclaration en marge du GES qui se tient actuellement dans la ville ocre.

Il a, en outre, fait observer que la femme dans le monde arabe "a encore du chemin à faire" sur la voie de l'autonomisation, relevant qu'il est de "notre devoir, tous, de contribuer à cet effort pour une meilleure participation de la femme à l'entreprise du développement".

M. Jaber s'est par ailleurs réjoui de la place de choix qu'occupe la femme arabe dans le domaine des médias et de la presse, notant que les autres industries doivent emboîter le pas à ce secteur en accordant aux femmes un rôle plus important.

Il a également indiqué qu'il est temps de travailler ensemble, particulièrement dans le monde arable, pour créer un environnement propice à l'entrepreneuriat et au développement. 

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5ème GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

La MCC convaincue de la réussite de ses programmes d'avenir au Maroc

Le président directeur général de la Millennium Challenge Corporation (MCC), Mme Dana Hyde a affirmé, vendredi à Marrakech, que son institution est convaincue, grâce à tous les indicateurs présents, de la réussite de ses programmes d'avenir au Maroc.

Dans une déclaration en marge de sa participation à la 5ème édition du Sommet global sur l'entrepreneuriat qui se tient dans la cité ocre, Mme Hyde a fait savoir que la MCC aspire à travers le 2ème programme "Compact 2", en cours de préparation avec le Royaume, à contribuer à l'émergence d'autres "success stories" semblables à celles constatées de visu lors de sa récente visite, il y a quelques semaines, dans le Royaume.

Elle s'est, par ailleurs, félicitée de l'annonce faite par le vice-président américain, Joe Biden, concernant la décision du gouvernement de son pays d'investir près de 50 millions de dollars supplémentaires dans le cadre du programme Millenium Challenge pour appuyer la stratégie du Maroc dans le domaine de la formation professionnelle.

Dans le cadre de son implication dans la recherche de moyens innovants pour accorder cet appui, la MCC lancera en janvier prochain un appel aux différents intervenants, en particulier le secteur privé, pour solliciter de nouvelles idées dans le but de tisser de nouveaux partenariats en matière de formation.

Cette orientation revêt une grande importance pour la MCC car elle contribuerait à lancer une nouvelle dynamique parmi les petites et moyennes entreprises et à assurer la formation nécessaire aux jeunes entrepreneurs pour le renforcement de leurs compétences.

Le Compact MCA-Maroc avait été signé le 31 août 2007 à Tétouan, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, entre le Maroc et la Millennium Challenge Corporation (MCC). Il vise à lutter contre la pauvreté à travers la promotion du développement économique par le lancement de plusieurs projets basés sur la bonne gouvernance et associant les populations cibles.

Ces projets touchent plusieurs secteurs stratégiques notamment l'agriculture, la pêche maritime et l'artisanat, outre les microcrédits.

Ce programme a enregistré des résultats probants avec un taux d'intégration de 95 pc.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5ème GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Le Maroc, au cœur d'une dynamique vertueuse au profit d'un partenariat sud-sud agissant et solidaire

Le Maroc est au cœur d'une dynamique vertueuse entreprenante au profit d'un partenariat sud-sud agissant et solidaire, a affirmé vendredi le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar.

M. Mezouar, qui s'exprimait lors de la cérémonie de clôture de la 5è édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech 2014), a fait un véritable plaidoyer en faveur du développement de l'Afrique, un continent, a-t-il dit, qui demeure "un chantier ouvert et dynamique sur lequel il faut porter un regard différent".

L'Afrique du 21è siècle est une Afrique qui sait se débarrasser des carcans du passé et qui regarde l'avenir avec optimisme, a-t-il affirmé, réitérant, par la même occasion la volonté du Maroc à poursuivre son appui et son partenariat agissant pour une Afrique meilleure.

Le GES Marrakech 2014, qui s'est tenu sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, devra amorcer l'émergence d'un nouvel esprit d'entrepreneuriat tourné vers l'avenir et d'une identité commune comme facteur de progrès et de création de richesses partagées, a encore dit M. Mezouar, soulignant que la tenue de ce conclave mondial à Marrakech --cité du renouveau permanent et symbole de la diversité --traduit toute la signification d'une identité plurielle à laquelle le Maroc est fermement attaché.

Et d'ajouter que le sommet de l'entrepreneuriat, qui s'est tenue la première fois en terre africaine a offert un espace singulier et fédérateur d'énergie durant lequel près de 7000 participants venus de divers horizons, ont débattu des moyens d'encourager l'innovation et l'entrepreneuriat pour un lendemain meilleur.

Il a, dans ce contexte, rappelé que l'organisation de ce sommet à Marrakech a été décidée lors de la rencontre il y a un an à Washington entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président américain Barack Obama, deux leaders qui partagent les mêmes valeurs de progrès, de liberté, de démocratie, de tolérance et de paix.

Sa Majesté le Roi et le Président américain ont décidé ensemble d'agir pour le progrès, la liberté, et l'entrepreneuriat ainsi que pour l'Afrique, un continent plein de promesses pour l'avenir du monde entier, a-t-il dit, soulignant que du sommet de Marrakech et de ses débats riches et fructueux, a jailli un message à la fois fort et clair, celui de l'espoir.

Pour sa part, Mme Maria Contreras-Sweet, administrateur du département américain chargé des petites entreprises, a tenu à saluer, dans son intervention, l'engagement du Maroc, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en faveur du développement économique, et surtout en faveur de l'épanouissement de la femme et des jeunes.

Le sommet de Marrakech est venu à point nommé pour envoyer un message d'espoir face aux forces de l'extrémisme en ce sens que ce conclave mondial a montré la voie à suivre pour créer l'espoir par le biais du développement économique.

"Ici au Maroc, nous avons montré que l'entrepreneuriat est le chemin le mieux indiqué à suivre pour un changement durable et partant pour un avenir plus radieux", a insisté Mme Contreras-Sweet.

Après avoir passé en revue l'action de son département en faveur des petites entreprises, elle a mis l'accent sur la nécessité de changer les attitudes en encourageant les jeunes à prendre des risques sur la voie de l'entrepreneuriat et de l'innovation.

La séance de clôture du sommet de Marrakech a été marquée par la signature de neuf conventions entre la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et plusieurs petites et moyennes entreprises, d'une part, et entre les grandes banques marocaines et des start-up, d'autre part.

Ces conventions visent le renforcement du partenariat entre les grandes compagnies nationales et les PME dans le but d'accompagner leur développement en leur garantissant plus de visibilité et davantage d'accès aux moyens de financement.

Le GES Marrakech 2014, organisé conjointement par le Maroc et les Etats-Unis, a été marqué par une dizaine de séances plénières offrant une plateforme de choix pour les différents intervenants afin de faire part de leurs expériences, partager leurs points de vue et débattre autour de thématiques majeures comme la croissance durable, le climat des affaires, l'export, la responsabilité sociale, et d'autres thèmes d'actualité.

Cette manifestation internationale a ainsi connu un record de 6.800 participants, dont 35 pc de femmes et 40 pc d'étrangers, et quelque 600 étudiants.

Elle a été aussi marquée par la participation de 194 intervenants, et 405 représentants des médias nationaux et internationaux.

Quelque 22 millions d'internautes ont pu suivre les travaux de ce sommet à travers le Monde, dont 7,5 millions sur Facebook et 14,5 millions sur Twitter.

Lancé en 2009 par le Président Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

L'AMPA : Des compétences marocaines aux Etats-Unis prêtes à contribuer au développement du Royaume

L'Association des Marocains professionnels résidant aux Etats Unis (AMPA), plateforme regroupant des centaines de compétences marocaines établies dans ce pays, a réitéré sa volonté de contribuer au développement économique du Royaume et à la promotion des relations bilatérales. 

Les membres de cette association, dont certains ont pris part au Sommet mondial sur l'entrepreneuriat (GES-2014), organisé du 19 au 21 novembre à Marrakech, sont actifs aux Etats-Unis dans plusieurs secteurs, dont les nouvelles technologies au sein d'entreprises géantes comme Google, Microsoft, Facebook, ou Apple. On les retrouve aussi dans des entreprises américaines du secteur financier, de l'agroalimentaire ou des énergies renouvelables.

En dépit de leurs horizons différents, les membres de l'AMPA sont animés d'un souci commun: mettre leur savoir faire, expertises et expériences acquis aux Etats-Unis au service de leur pays d'origine, le Maroc, aussi bien dans un cadre associatif que de partenariat avec l'Etat et le secteur privé. 

Au delà de leurs compétences dans différents domaines, les membres de l'association sont très attachés à leur mère-patrie et souhaitent fortement contribuer au développement du Maroc, à travers des projets à forte valeur ajoutée ayant un impact direct sur le marché marocain et la promotion des relations maroco-américaines, a indiqué, à ce propos, le président de l'AMPA, Chaouki Zahzah.

Dans une déclaration en marge du GES-2014, M. Zahzah a relevé que l'AMPA regroupe en son sein toutes les compétences requises pour apporter une valeur ajoutée aux projets et chantiers développés tout azimuts par le Maroc dans le cadre sa stratégie de développement économique.

Il s'agit, a-t-il poursuivi, de mettre sur pied des projets prenant en considération les compétences des Marocains établis aux Etats-Unis dans les divers domaines d'activité, appelant à exploiter toutes les possibilités et les potentialités offertes à cet égard. 

M. Zahzah s'est dit convaincu du fait que plusieurs opportunités d'échange et de coopération bilatérale vont naître de cette énergie créatrice qui anime la diaspora marocaine établie aux Etats-Unis.

Evoquant la participation de l'AMPA au GES-2014, il a indiqué qu'elle a porté sur différents volets, précisant que plusieurs membres de l'association se sont déplacés à Marrakech pour assister l'équipe d'organisation et que d'autres ont participé au sommet en tant que panelistes.

L'Association des Marocains professionnels résidant aux Etats Unis (AMPA) œuvre dans les domaines du réseautage, du Networking et du développement des carrières professionnelles des Marocains résidant aux Etats-Unis.

L'association "Injaz Al Maghrib " a contribué à la formation de quelque 30.000 jeunes dans le domaine de l'entrepreneuriat

L'association "Injaz Al Maghrib" a permis, depuis sa création en 2007, de former quelque 30.000 jeunes dans le domaine de l'entrepreneuriat, grâce au soutien de quelque 80 entreprises partenaires, a indiqué, vendredi à Marrakech, son président Mohammed Abbad Al-Andaloussi.

Dans un entretien en marge de sa participation à la 5-ème édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES 2014), M. Andaloussi a précisé que l'association forme annuellement quelque 10.000 jeunes étudiants, ajoutant que son association est active actuellement dans une dizaine de villes et dispose de quelque 30 cadres supérieurs.

Et de préciser que "Injaz Al Maghrib" aspire à former quelque 72.000 jeunes dans le domaine de l'entrepreneuriat à l'horizon 2015-2016, soulignant que ce programme se positionne en tant qu'expérience pilote, étant bien noté que le sommet mondial de l'innovation dans l'éducation a classé l'association parmi les 15 meilleurs programmes du monde en la matière en 2014.

Il a, par ailleurs, fait remarquer que "Injaz Al Maghrib" a été en mesure d'impliquer le secteur public, comme en témoigne la convention de partenariat conclue avec le ministère de l'éducation nationale.

La 5-ème édition du GES a clôturé ses travaux, vendredi soir, à l'issue de trois jours de débats intensifs sur les moyens d'encourager et promouvoir l'innovation et l'entrepreneuriat.

Elle a enregistré une affluence record de 6.800 participants, dont 35 pc de femmes et 40 pc d'étrangers, et quelque 600 étudiants.

Quelque 194 speakers sont intervenus dans les débats couverts par plus de 400 représentants des médias nationaux et internationaux.

Plus 22 millions d'internautes ont pu suivre les travaux de ce sommet à travers le Monde, dont 7,5 millions sur Facebook et 14,5 millions sur Twitter.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Les chiffres flatteurs attestant du succès du GES

Voici les chiffres clés qui témoignent du succès éclatant de la 5è édition du sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES-2014) à Marrakech, tels que présentés, vendredi, par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, lors de la cérémonie de clôture de ce conclave mondial:. - Un "record" de 6.800 participants, dont 35 pc de femmes et 40 pc d'étrangers

- 194 intervenants - 405 représentants des médias nationaux et internationaux - 600 étudiants

- 22 millions d'internautes qui ont suivi le Forum à travers le Monde, dont 7,5 millions sur Facebook et 14,5 millions sur twitter.

Investir dans l'innovation, clé de voûte pour créer la richesse et réaliser la croissance dans l'agriculture

Investir dans l'innovation est la clé de voûte pour créer la richesse et réaliser la croissance dans le secteur de l'agriculture, a souligné, vendredi à Marrakech, le ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch.

Améliorer le rendement est nécessaire, mais investir dans l'innovation est beaucoup plus important pour le secteur agricole, a-t-il relevé lors d'une session interactive sur "L'agriculture et la sécurité alimentaire" dans le cadre de la 5ème édition du Sommet global sur l'entrepreneuriat qui se tient dans la cité ocre.

Le développement technologique et l'innovation touchent directement les intrants, les facteurs de compétitivité et le rendement de ce secteur, a-t-il ajouté.

M. Akhannouch a fait observer que plusieurs axes du Plan Maroc Vert (PMV) font la part belle à l'innovation, citant à titre d'exemple le principe d'agrégation qui vise à rassembler les agriculteurs pour travailler ensemble autour d'un objectif commun. 

Le partenariat public-privé est basé aussi sur l'innovation, a-t-il poursuivi, citant plusieurs exemples à cet égard. A Taroudant, la réalisation d'un projet d'aménagement hydro-agricole portant sur une superficie de 10.000 ha a été confiée au secteur privé, dans le cadre d'un partenariat public-privé édifiant, a-t-il dit.

M. Akhannouch a cité aussi l'exemple du partenariat public-privé en matière de cession des terres agricoles, de marketing et d'accompagnement des petits agriculteurs dans différents domaines, relevant, dans le même contexte, l'impact positif de la généralisation du semis du monogèrme sur la filière de la betterave à sucre.

Pour sa part, Moussa Seck, président de "Pan african agribusiness and agro-industry consortium" (Sénégal), a relevé que la promotion de l'innovation dans le secteur agricole africain passe d'abord par un changement des mentalités et de la façon de concevoir l'agriculture.

L'agriculture ne doit pas être perçue indépendamment d'autres créneaux, mais comme une chaine de valeurs qui implique aussi la commercialisation, le marché et le financement, a-t-il expliqué, estimant que la mentalité qui règne en Afrique en rapport avec ce secteur est la cause du retard accusé par le continent dans ce domaine en dépit de ses grandes potentialisés.

Mohamed Fikrate, PDG de la Cosumar et président de la Commission investissement, compétitivité et compensation industrielle à la CGEM, a relevé que la culture sucrière marocaine est l'une des illustrations de l'innovation à plusieurs niveaux dans le secteur agricole national.

Cosumar a figuré en 2014 parmi les entreprises marocaines auxquelles le cabinet Vigeo, leader européen de la notation extra-financière, a décerné le titre de "Top Performers en responsabilité sociale" sur la base de critères liés notamment à la valorisation du capital humain, à la protection de l'environnement et à l'efficacité et l'indépendance de la gouvernance, a-t-il souligné. 

La présidente de l'ONG Action contre la faim (France), Stéphanie Rivoral, a indiqué que l'agriculture et la sécurité alimentaire sont étroitement liées, estimant que le secteur agricole fait face à de nombreuses menaces, notamment la course à la productivité.

Elle a plaidé pour l'adoption du modèle agro-écologique qui accorde une grande importance à la préservation de l'écosystème, mettant l'accent aussi sur l'importance de l'innovation sociale. 

Mohamed El Mourid, coordinateur régional pour l'Afrique du nord (ICARDA-Tunisie), a jugé que les changements climatiques imposent de changer la manière d'aborder l'agriculture, notamment en rapport avec la gestion des ressources eaux.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

L'édition de Marrakech, organisée conjointement par le Maroc et les Etats-Unis, a été marquée par une dizaine de séances plénières offrant une plateforme de choix pour les différents intervenants afin de faire part de leurs expériences, partager leurs points de vue et débattre autour de thématiques majeures comme la croissance durable, le climat des affaires, l'export, la responsabilité sociale, et d'autres thèmes d'actualité.

INJAZ Al-Arab lance une initiative pour lutter contre le chômage des jeunes dans la région MENA

A l'occasion du 5-è Sommet mondial de l'entrepreneuriat de Marrakech (19-21 novembre), INJAZ Al-Arab, bureau régional de l'organisation mondiale Junior Achievement Worldwide, a annoncé le lancement de l'initiative "Expand Your Horizon" (Elargissez vos horizons) pour la lutte contre le chômage des jeunes dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA). 

"Expand Your Horizon", qui rassemble un consortium d'entités d'envergure mondiale venues des secteurs industriels à forte croissance et dont le but est de mettre en avant les opportunités d'emploi et de stages qu'offre la région, fournira des informations sur ces secteurs clés à forte croissance avec comme objectif de permettre aux jeunes de prendre des décisions éclairées au sujet de leurs projets de carrière et de les orienter vers des opportunités d'emploi viables, indique un communiqué des promoteurs du projet.

Ce programme pilote se concentrera sur cinq secteurs à forte croissance, à savoir ceux de l'aviation via un partenariat avec Boeing, de l'accueil via un partenariat avec Marriott, des médias, grâce à un partenariat avec MBC Hope, de l'entrepreneuriat avec un partenariat avec Wamda, et de la logistique, grâce à un partenariat avec Aramex. D'autres entreprises supportent l'initiative dont Hill+Knowlton Strategies, Bayt.com, YouGov et McKinsey.

Présente dans 15 pays à travers la région MENA, INJAZ Al-Arab est un ensemble d'activités menées à l'échelle nationale en collaboration avec des bénévoles du secteur privé et les ministères de l'éducation et visant à fournir à la jeunesse arabe une éducation et une formation pratique sur les thèmes de la préparation au marché du travail, l'éducation financière et l'entrepreneuriat.

Intervenant à cette occasion, le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, M. Rachid Benmokhtar, a exprimé sa profonde admiration pour l'action de INJAZ Al-Maghrib, branche nationale de l'organisation, dont les objectifs de sensibiliser les jeunes et les préparer pour le monde de l'entreprise sont uniques, notant que "cette mission comble parfaitement une des lacunes du système éducatif en mettant l'entreprise au cœur de l'école et des universités".

De son côté, la PDG de INJAZ Al-Arab, Mme Soraya Salti, a relevé que le chômage des jeunes au Moyen Orient est "en progression et son taux est actuellement le plus haut dans le monde" et "c'est dans cette optique que l'initiative Expand Your Horizon a été développée", précisant que le programme mettra l'accent sur la sensibilisation des jeunes sur les industries ayant le plus fort potentiel et à mettre en liaison les opportunités existantes et les candidats les plus aptes. 

Le sommet mondial de l'entrepreneuriat, tenu cette année à Marrakech sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie en faveur de l'innovation et l'entrepreneuriat", est une plateforme d'échange d'idées novatrices. Il a un rôle central dans le soutien des entrepreneurs dans leur capacité à débloquer le potentiel économique de nations entières.

Le prochain GES sera tenu dans un pays subsaharien

Le sixième Sommet Global de l'Entrepreneuriat (GES) sera tenu dans un pays subsaharien, a annoncé, vendredi soir à Marrakech, Maria Contreras-Sweet, l'administratrice du département américain en charge des petites et moyennes entreprises.

Le pays subsaharien hôte du prochain GES sera annoncé "bientôt par le président Barack Obama", a indiqué la responsable américaine lors de la cérémonie de clôture de la 5-ème édition Sommet Global de l'Entrepreneuriat de Marrakech.

GES 2014 : Le président Alpha Condé réitère sa reconnaissance à SM le Roi Mohammed VI pour la solidarité du Maroc avec la Guinée

Le président de la République de Guinée, M. Alpha Condé, a exprimé, vendredi à Marrakech, sa reconnaissance à SM le Roi Mohammed VI pour l'appui et la solidarité dont le Royaume a fait preuve à l'égard de son pays.

Au moment où d'autres pays ont fermé leurs frontières avec la Guinée suite à l'apparition du virus Ebola, "le Royaume du Maroc a fait preuve d'une solidarité exemplaire, en maintenant ses vols aériens et apportant son précieux soutien à la Guinée", a dit le président Alpha Condé lors d'un panel organisé dans le cadre du 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat, qui se tient à la cité Ocre du 19 au 21 novembre sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat.

Déplorant le manque d'informations sanitaires crédibles sur Ebola, le Chef de l'Etat guinéen a souligné l'importance de la sensibilisation, la prise en charge rapide et le suivi des personnes atteintes, pour faire face à cette épidémie, qui a eu des retombées négatives sur l'économie de son pays.

Le président guinéen a également déploré le manque de solidarité internationale, affirmant que son pays œuvre pour contenir ce fléau en mettant en place plusieurs structures de traitements, de dépistage et d'analyse. 

Toutefois, "Nous avons besoin de soutien et nous devons enrayer la propagation de cette pandémie", a souligné le président guinéen, affirmant que son pays est déterminé à sortir fort de cette crise.

Le Maroc, leader au Maghreb en termes d'investissements en Afrique

Le Maroc est le leader au Maghreb en ce qui concerne les investissements en Afrique, a affirmé, vendredi à Marrakech, l'expert Issam Cheleuh, fondateur du cabinet malien Africa Impact Group, chargé de stimuler la croissance des investissements à impact social dans le continent.

Alors que la stratégie développée jusqu'ici au Maghreb était tournée vers l'Europe, le Royaume a été "visionnaire" en regardant vers l'Afrique subsaharienne, un marché à fort potentiel pour les entreprises marocaines, au moment où l'économie du Vieux continent est en crise, a-t-il confié en marge du 5-è Sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES Marrakech 2014). 

"Il faut saluer la vision du Maroc qui est vraiment excellente, et de nature à le projeter à l'avant dans les années à venir", a souligné le consultant dont le groupe s'active à orienter les investissements vers ce qu'il considère comme les meilleurs catalyseurs de développement en Afrique : les Start Up, les entreprises sociales et les PME.

M. Cheleuh, qui venait de participer dans le cadre du conclave mondial de Marrakech à une séance sur les modes de financement innovants pour les entrepreneurs, au-delà des banques commerciales et des institutions de micro-finance, a tenu à saluer l'expérience marocaine en la matière, portée par des banques présentes actuellement dans de nombreux pays africains.

Il a souligné à cet égard l'importance de miser sur la coopération avec le Maroc, notamment les services au niveau bancaire, un secteur clé en Afrique eu égard à sa capacité de porter les autres secteurs (télécommunications, immobilier, agro-industrie), qualifiant de "très bonne stratégie" le choix des banques marocaines d'investir dans le continent où la majorité des personnes n'ont pas de comptes bancaires ni accès aux moyens des financements.

Parmi les créneaux prometteurs du partenariat panafricain, promu par le Royaume, le secteur de l'immobilier suscite particulièrement l'intérêt de l'expert malien qui souhaite que son pays s'inspire des produits très innovants, notamment en matière d'accès au logement, un domaine déjà investi par les entreprises marocaines en Afrique. 

L'agro-industrie est aussi un grand secteur porteur au Maroc mais aussi pour l'Afrique, a-t-il dit. "On sait qu'il y a tellement de terrains en Afrique qui ont besoin d'être cultivés, d'où un potentiel énorme en ce qui concerne l'agriculture au moment où de grandes questions se posent sur comment nourrir cette population mondiale qui grandit de plus en plus", a-t-il ajouté pour conclure : "Encore une fois, le Maroc a l'opportunité d'explorer le secteur agro-industriel en partageant avec les pays africains ses investissements, ses capitaux mais aussi son savoir faire".

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

-Propos recueillis par Amal TAZI-

Le directeur du port Tanger Med souligne l'importance du projet d'entrepôt-froid, parrainé par l'USAID

Le directeur du port Tanger Med 1, Rachid Houari, a souligné, vendredi à Marrakech, l'importance du projet d'entrepôt-froid, dont la création a été rendue possible grâce au partenariat entre la société initiatrice "FrioPuerto Tanger SA" et l'Agence américaine pour le développement international (USAID).

Dans une interview en marge à sa participation à la 5-ème édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat de Marrakech (GES 2014), M. Houari a expliqué que ce projet est "très important" pour le port de Tanger Med puisqu'il s'agit du premier entrepôt-froid à être réalisé dans les zones du port Tanger Med, précisant que le projet va bénéficier exclusivement aux produits de l'agriculture destinés à l'export, en particulier l'agriculture du nord du Royaume.

L'USAID a, en effet, conclu récemment un partenariat avec la start-up "FrioPuerto Tanger SA" portant sur une garantie de crédit en faveur de cette entreprise qui va réaliser l'entrepôt-froid au niveau du port de Tanger Med.

M. Houari a ainsi fait savoir que ce projet sera finalisé pour un investissement global de 10 millions d'euros, avec des fonds propres des entrepreneurs mais aussi de l'USAID et des financements bancaires.

Ce projet, a-t-il poursuivi, va beaucoup aider les agriculteurs de la région nord du Maroc à exporter leurs produits vers différentes destinations, étant bien noté que le port Tanger Med est connecté à 140 installations portuaires à travers le monde.

Evoquant, par ailleurs, l'activité du Port Tanger Med 1, son directeur a relevé que cette plateforme portuaire a atteint en 2014 sa sixième année d'exportation, ainsi que sa capacité maximale en conteneurs, ajoutant que le port connait aussi le transit de plus de deux millions de passagers et plus de 200.000 camions, outre le transit des véhicules de l'usine Renault de Tanger, soit quelque 200.000 voitures entre l'import et l'export.

Le partenariat entre l'USAID et la société "FrioPuerto Tanger SA" a été présenté lors du GES 2014 de Marrakech comme un exemple de coopération et de promotion du secteur privé marocain.

L'administratrice adjointe de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), Alina Romanowski, avait expliqué que le financement de ce projet contribuera à la promotion de l'Accord de libre échange (ALE) entre le Maroc et les Etats-Unis, et ce en aidant notamment les agriculteurs marocains à exporter leurs produits vers les Etats-Unis et à travers le monde.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Le programme de l'édition de Marrakech, organisée conjointement par le Maroc et les Etats-Unis, a été marqué par une dizaine de séances plénières offrant une plateforme de choix pour les différents intervenants afin de faire part de leurs expériences, partager leurs points de vue et débattre autour de thématiques majeures comme la croissance durable, le climat des affaires, l'export, la responsabilité sociale, et d'autres thèmes d'actualité.

-Naoufal Enhari -

Sommet Global de l'Entrepreneuriat: Le Maroc est "un rare îlot de stabilité politique dans le monde arabe"

Le Maroc est "un rare îlot de stabilité politique dans le monde arabe" et le 5ème sommet global de l'Entrepreneuriat (GES 2014) qu'abrite Marrakech est une occasion pour le Royaume de poursuivre sa promotion aux yeux de la communauté internationale, a souligné, vendredi, la radio publique internationale tchèque Radio Praha (Prague).

Dans un commentaire consacré au travaux du GES 2014, la radio relève que les investisseurs étrangers sont de plus en plus nombreux à se presser dans un pays dont l'économie émergente, la position géographique stratégique et la coopération étroite avec les pays africains, en font une porte d'accès à l'ensemble d'un continent en voie de développement.

Pour Radio Praha, l'importance du Royaume dans la coopération Sud-Sud ne laisse pas indifférente la République tchèque qui veut retrouver sa place et pénétrer le marché africain.

Interrogé par la radio atouts qu'offre le Maroc pour la République Tchèque dans sa quête de nouveaux marchés en Afrique, le directeur de la section économique au ministère tchèque des affaires étrangères, M.Ivan Jukl, présent à Marrakech, a affirmé que les entreprises tchèques pourraient accéder à l'ensemble de l'Afrique via le Royaume.

"Nous savons bien que la politique étrangère du Maroc est fortement concentrée sur l'Afrique. Or, dans le secteur de la santé, la République tchèque à une réputation internationale dans de l'équipement des hôpitaux, un domaine où il a y une forte demande en Afrique", a-t-il dit.

Le diplomate a ensuite évoqué les perspectives de coopération entre le Maroc et la République Tchèque, notant, dans ce sens, que Prague a cerné des secteurs susceptibles de faire l'objet d'une coopération accrue entre les deux pays notamment les énergies renouvelables, le Maroc disposant de 3.000 heures d'ensoleillement par an, et les domaines des services et des nouvelles technologies.

Start-Up marocaines au GES 2014 : une jeune génération ''think different'' sur la voie de l'entrepreneuriat novateur

A peine le cap des 20 ans franchi, fraichement diplômés, ayant en commun une grande passion des nouvelles technologies et ils sont déjà chefs de leur propre "Startup". Réunis dans le cadre de la 5è édition du Sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES-Marrakech 2014), ces jeunes de la génération "think different" explorent en pionnier une nouvelle forme d'entrepreneuriat au Maroc et déclinent l'esprit même de "la créativité et de l'innovation" qui est le thème central de ce conclave international.

Loin de s'user à chercher un emploi et un plan de carrière classique, ils ont préféré donner libre cours à leur ambition et se donner un challenge à la taille de leurs rêves et de leurs compétences: créer sa propre entreprise, avec comme principal capital la créativité et l'innovation.

Comme l'ont souligné plusieurs intervenants au haut débat du GES-2014, ''il n'y a pas meilleure époque que la nôtre pour investir et concrétiser ses projets dans le domaine des nouvelles technologies''. Un secteur en pleine croissance, l'allègement des charges et coûts grâce à la dématérialisation des services, l'offre de plus en plus attrayante du cloud computing, un énorme potentiel de la demande et un foisonnement de services et applications ingénieuses qui façonnent une nouvelle forme du commerce et de la consommation du 21ème siècle.

C'est autant d'atouts que beaucoup de jeunes marocains, hommes et femmes, ont bien assimilé pour décider de franchir le pas et être patrons de leurs Startups, qui, peut-être, au fil des ans et des succès vont se transformer en grandes entreprises d'envergure nationale ou même internationale.

Guerraoui Soufiane, à peine 22 ans, enchaine les rencontres et les contacts au village de l'innovation du GES-2014 pour présenter sa Start-Up et prospecter des partenaires et des perspectives de développement de son projet. Avec un partenaire du même âge, il a fondé l'application web ''MesCadeaux''.

Positionné à la fois sur le segment des particuliers et des professionnels, cette entité offre une multitude de services, allant de la création de listes de cadeau de mariage, d'anniversaire, de naissance, à un générateur d'idées pour cadeaux, en passant par une section de conseils d'experts ainsi qu'un contact avec des professionnels des fêtes au Maroc, explique-t-il.

"Le tout dernier service lancé dans notre projet est une plateforme sécurisée permettant de réaliser des cadeaux en commun, que ce soit pour un anniversaire, un pot de départ en entreprise, un mariage ou même une collecte de dons ou la constitution d'une cagnotte entre un groupe d'amis (la fameuse 'daret'' version High-tech)", s’enthousiasme-t-il.

La Strat-Up a d'ores et déjà reçu de nombreuses distinctions tant au Maroc (meilleur site e-commerce de l'année au Maroc suite aux Maroc Web Awards), qu'à l'échelle internationale (prix coup de cœur de public dans le cadre de la compétition Arabnet à Riyad (deuxième meilleure start-up africaine à la compétition MIT GSW).

Rencontré sur le Stand Startup Maroc, le jeune Yassine Ziad est co-fondateur de la Start-up ''Sheaplay'' qui figure parmi les finalistes du prix ''Global Innovation through Science and Technology ''GIST'' (l'Innovation Mondiale par le biais de la science et la technologie), lancé par le département d'état américain pour encourager et stimuler l'innovation et l'entrepreneuriat des jeunes dans le domaine des nouvelles technologies.

Le projet consiste à mettre en relation, via une application web, des particuliers : un voyageur et une personne voulant envoyer quelque-part un colis ou un paquet. Au début on s'est focalisé sur l'axe Maroc-France avec l'important trafic des RME et maintenant on couvre différentes destinations à travers le monde, souligne Ziad. ''Le concept est simple, le voyageur et la personne voulant envoyer un colis se mettent d'accord sur le prix du service et le site obtient une commission sur la transaction. Une formule puisé dans le concept de l'économie collaborative très en vogue actuellement sur le Web'', explique-t-il.

La startup "Taxiii" offre la première application de réservation de taxi via le Web au Maroc. Othmane Benmalek, co-fondateur de la startup, explique que le projet repose sur une application sur Smartphone qui offre aux clients de faire appel à un taxi. ''L'application intégrant la technologie GPS met en contact le client et le taxi le plus proche de sa position. Une fois le taxi sur place, le client est avisé par texto et peut visualiser sur une ''map'' la position du véhicule en attente'', explique Benmalek.

Et de souligner que depuis le lancement de la version béta de l'application sur App-Store, le nombre de téléchargements et d'installations a monté en flèche. "Nous n'avons pas eu de mal à trouver et convaincre des partenaires investisseurs. Nous couvrons actuellement les villes de Casablanca et Rabat et nous comptons étendre ce service à d'autres villes", a-t-il dit.

Les jeunes filles ne sont pas en reste dans cette grande messe de la créativité et de l'innovation au GES-Marrakech. Dina Berrada est Fondatrice de Génération 5 Screens (G5S) qui est une compagnie transmedia qui se veut être un espace culturelle de transmission du savoir à travers des workshops liés aux métiers de l'audiovisuel pour les enfants, ados et adultes, de production de contenu médiatique principalement à visée sociale.

"Ma vision consiste à créer une synergie entre le monde des arts et celui de la finance en développant ce que l'on appelle l'ingeniering culturelle. GS5 est aussi un espace dédié à l'éclosion de jeunes talents dans le milieu de l'audiovisuel à travers des événements qui auront pour but de mettre en relation ces jeunes talents avec des partenaires et investisseurs potentiels", explique Dina Berrada.

Le projet de Dina Berrada a obtenu le 2ème prix octroyé par Attijari Wafabank lors de la journée "Women entrepreneurship day du GES", dans le cadre de son programme de soutien des jeunes entrepreneurs et de son partenariat avec l'Afem.

La startup "Scorify" est un autre exemple de l'esprit de l'entrepreneuriat innovant et créatif. Le début a été la rencontre de deux champions marocains de la programmation lors d'une compétition nationale en 2003, 2004 et 2005. Diaa Alhak El Fallous, co-fondateur de la startup, indique qu'avec son associé ils ont voulu s'investir en pionnier dans un domaine de High-Tech au Maroc. On a développé une plate-forme de recrutement au service des sociétés et entreprises dans le domaine des nouvelles technologies et particulièrement en programmation, explique-t-il.

Comme il est souvent hasardeux de se baser uniquement sur des CV pour recruter un profil pointu, avec le risque de candidats aux CV pompeux et celui de rater la perle rare qui néglige de bien rédiger son CV, notre plateforme permet d'évaluer les véritables compétences des postulants sur la base de critères d'évaluation rigoureux et offre finalement à la société la meilleure sélection sur les centaines de demandes, explique le jeune patron de la startup.

Le village de l'innovation au GES 2014 grouille de ces talentueux jeunes créateurs à la tête de startup en cours de lancement et en quête de développement et de partenaires.

La plupart sont à leur début et nombreux ne sont pas encore parvenus à la rentabilité et aux dividendes. Mais ce qui est sûr c'est qu'ils sont sur la bonne voie, fortement convaincus de la pertinence et de la viabilité de leur projet et confiants en l'avenir. Un avenir qu'ils sont en train de façonner dès à présent en agissant, en entreprenant et en pensant différemment.

-Par Driss Hidass-

La création d'emploi et le développement économique, principaux objectifs de l'USAID au Maroc

La création d'emploi et le développement économique figurent parmi les principaux objectifs de l'action de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) au Maroc, a indiqué, vendredi à Marrakech, son Administration-adjointe, Alina Romanowski.

"Notre priorité est de contribuer au développement du secteur privé et de créer davantage d'emplois", a expliqué la responsable américaine dans une interview en marge de la 5ème édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat de Marrakech (GES-2014).

Mme Romanowski a précisé que l'action de l'USAID au Maroc vise également l'appui des projets d'éducation et de formation, outre le soutien à la société civile, se félicitant de la présence de cette agence américaine dans le Royaume depuis plus de 60 ans, chose qui a permis de raffermir davantage les relations d'amitié et de coopération entre le Maroc et les Etats-Unis.

Evoquant, par ailleurs, le partenariat conclu récemment entre l'USAID et la société "FrioPuerto Tanger SA" visant à apporter une garantie au crédit pour cette start-up qui entend réaliser un entrepôt-froid au niveau du port de Tanger Med, la responsable américaine a souligné que ce partenariat permettra justement de contribuer à l'objectif de promotion de développement économique et de l'emploi au Maroc, et ce en offrant une nouvelle opportunité d'export pour les produits agricoles marocains.

Le financement de ce projet, a-t-elle poursuivi, permettra certainement de contribuer à la promotion de l'Accord de libre échange (ALE) entre le Maroc et les Etats-Unis, en aidant notamment les agriculteurs marocains à exporter leurs produits vers les Etats-Unis et à travers le monde.

La mise en place d'un entrepôt-froid au niveau du port de Tanger Med facilitera, en effet, l'exportation de divers produits agricoles marocains vers l'étranger. "Ce projet aura un impact socio-économique de long terme", a encore estimé l'administratrice adjointe de l'USAID.

Mme Romanowski a, d'autre part, souligné que les Etats-Unis considèrent la promotion du commerce interrégional au niveau de l'Afrique du Nord comme une priorité, regrettant que cette région enregistre un faible niveau de commerce interrégional.

Le partenariat entre l'USAID et la société "FrioPuerto Tanger SA" a été présenté lors du GES 2014 de Marrakech comme un exemple de coopération et de promotion du secteur privé marocain.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5ème GES-2014, manifestation mondiale d'envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5-ème édition du GES se tient sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

-Naoufal Enhari-

"North African Economic Research Council" veut renforcer ses relations avec le Maroc

Le "North African Economic Research Council" (centre américain de recherche économique en Afrique du nord) souhaite renforcer ses relations de coopération avec le Maroc, a indiqué vendredi à Marrakech, Chonchol Gupta, consultant financier du centre.

Le conseil, qui œuvre pour la promotion des flux économiques entre les Etats-Unis et les pays de l'Afrique du nord en particulier le Royaume, attache une grande importance au renforcement de ses relations avec le Maroc, a confié M. Gupta, soulignant que le Maroc s'impose comme porte d'entrée en Afrique grâce aux progrès que le Royaume a réalisés notamment dans le secteur des services financiers.

M. Gupta, également PDG et fondateur de Rebirth Financial Inc, société américaine de prêt qui focalise sur la création d'entreprises par les jeunes, a affirmé que son groupe est prêt à contribuer à la promotion des flux financiers et l'accélération des investissements américains au Maroc. 

L'expert, qui s'exprimait en marge du 5ème Sommet mondial de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech 2014), n'a pas manqué de saluer les efforts déployés par le gouvernement marocain pour élargir le champ des affaires en faveur des jeunes et des femmes entrepreneurs et favoriser leur accès aux sources de financement.

Le Maroc a également franchi de grands pas sur la voie du renforcement de son attrait aux yeux des investisseurs étrangers, a ajouté M. Gupta, qui anime l'émission-débat radiophonique américaine "Entrepreneur Happy Hour".

"Le Maroc est en train de réaliser des progrès en matière de promotion du secteur financier", des efforts confortés par la mise en place de Casablanca Finance City, appelée à servir de hub financier régional en Afrique, a-t-il dit.

Au sujet du GES Marrakech 2014, le consultant américain a estimé que le conclave de la ville ocre a offert "une plateforme idéale" pour un échange fructueux entre les différentes délégations participantes sur les moyens de promouvoir l'acte d'entreprendre en particulier pour les femmes et les jeunes entrepreneurs. 

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

-Amal Tazi-

Le Maroc, un pays qui peut apporter un précieux apport "pour tirer l'Afrique vers le progrès"

Le Maroc, fort des progrès remarquables qu'il a réalisés dans plusieurs domaines politiques et économiques, est en mesure d'apporter un précieux concours "pour tirer l'Afrique vers davantage de progrès et de prospérité", a déclaré à la MAP Endigu Legesse, opérateur éthiopien exerçant dans le secteur de agro-industrie.

"Grâce aux énormes progrès qu'il a réalisés en particulier dans les domaines financiers et des nouvelles technologies de l'information, le Maroc a un concours et un soutien précieux à apporter pour tirer le continent africain vers davantage de progrès économique, en mettant à profit, comme il le fait déjà dans plusieurs pays africains, son expertise vaste en faveur de la concrétisation des objectifs de développement en Afrique, y compris en Ethiopie", a expliqué l'opérateur éthiopien en marge du GES Marrakech (Novembre 19-21, 2014).

Le sommet de Marrakech a été un "franc succès en ce sens qu'il a permis à des intervenants de divers horizons, venus des quatre coins du monde, de s'engager dans des échanges fructueux et établir des liens visant le renforcement des investissements et la promotion de l'acte d'entreprendre en particulier chez les jeunes".

Cette rencontre internationale de haute portée a été l'occasion de prendre connaissance des expériences réussies dans le domaine de la création d'entreprises, a-t-il dit, affirmant avoir été "agréablement surpris par les progrès remarquables réalisés par le Maroc, un pays africain qui est une source de fierté et d'inspiration pour les autres nations africaines qui souhaitent avancer sur la voie du développement économique".

"J'ai pu constater durant ce sommet et à travers les différents panels, que de larges perspectives s'offrent pour le renforcement des échanges économiques et commerciaux entre le Maroc et l'Ethiopie", a-t-il ajouté, citant notamment les secteurs agricole, industriel et ceux des nouvelles technologies de l'information et des services financiers.

L'Ethiopie, qui dispose d'un énorme potentiel notamment dans le secteur agricole où plusieurs opportunités économiques sont encore non exploitées, a besoin de l'expérience du Maroc, a souligné M. Legesse, en affirmant qu'"ensemble nous pouvons apporter une grande contribution pour un partenariat mutuellement bénéfique".

Plusieurs facteurs culturels et historiques plaident en faveur de la consolidation de ces échanges pour le bien non seulement des peuples des deux pays, mais également pour celui de tout le continent africain, s'est-il félicité.

-Abdelghani Aouifia-

La Fondation OCP annonce la création d'une "académie régionale" dédiée à la formation en équipement industriel lourd

La Fondation OCP et ses partenaires ONUDI, Volvo, USAID, le ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle ont annoncé, vendredi à Marrakech, la création d'une "académie régionale" pour la formation en équipement industriel lourd et véhicules commerciaux, spécialisée dans l'entretien et la maintenance des engins industriels lourds et véhicules utilitaires. 

L'annonce a été faite en marge des travaux du 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat qui se tient à la cité Ocre du 19 au 21 novembre sous le sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Le projet de l'académie régionale permettra de former annuellement quelque 150 étudiants marocains, sénégalais et ivoiriens, ce qui contribuera à améliorer l'employabilité des jeunes. 

Selon les initiateurs de ce projet, l'académie, qui sera basée à l'Ecole des métiers du bâtiment et travaux publics de la région de Chaouia-Ouardigha, répondra au besoin du développement des compétences professionnelles et techniques et de la qualification de la main d'œuvre dans le domaine industriel hautement spécialisé. 

Fondée sur une approche globale, ce nouvel établissement vient étoffer l'offre éducative au Maroc, d'autant plus qu'il favorise la symbiose entre l'industrie et l'éducation.

Chacun des partenaires contribuant à ce projet s'engage à apporter son savoir-faire et expertise en matière de formation, ce qui permettra à l'académie régionale de s'ériger en centre d'Excellence dans la région de l'Afrique du Nord et de l'Ouest.

La création de cette académie s'inscrit dans le cadre de la stratégie globale tracée par le Maroc en vue d'accompagner et aider les jeunes à trouver un emploi au Maroc et en Afrique, en leur proposant des formations adéquates répondant aux besoins des professionnels de l'industrie. 

En vertu d'un accord conclu avec ses partenaires, la Fondation OCP s'engage à fournir le soutien nécessaire aux étudiants africains (en particulier ceux du Maroc, Sénégal et Côte d'Ivoire) dans le cadre d'une initiative qui s'inscrit en droite ligne d'une coopération Sud-Sud solidaire et agissante prônée par le Maroc.

Le Maroc joue un rôle important comme passerelle vers le continent africain

Le Maroc joue un rôle important comme passerelle vers le reste des pays africains en matière d'investissement et de commerce, et par ricochet, dans le développement socio-économique de ces pays, a affirmé, vendredi à Marrakech, Maria Contreras-Sweet, l'administratrice du département américain en charge des petites et moyennes entreprises.

Dans une interview en marge de la 5-ème édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat à Marrakech (GES-2014), la responsable américaine a souligné l'importance du Royaume dans la coopération Sud-Sud, mais également entre ces pays et les Etats-Unis d'Amérique, se disant "très ravie" que le Maroc ait voulu abriter cet important sommet mondial qui a justement pour objectif d'échanger et de transmettre les valeurs et les idées entrepreneuriales.

Mme Contreras-Sweet a indiqué avoir constaté au Maroc "une multitude d'hommes et de femmes porteurs d'idées et de projets entrepreneuriaux extraordinaires qui peuvent fonctionner aussi bien au Maroc qu'ailleurs dans le monde".

Elle a ainsi relevé l'importance et l'apport des petites et moyennes entreprises dans la relance économique, que ce soit aux Etats-Unis, au Maroc ou ailleurs, précisant qu'à titre d'exemple les deux-tiers des emplois créés actuellement aux Etats-Unis proviennent des PME/PMI et qu'une bonne partie de la croissance économique mondiale est attribuable à ces entreprises.

Evoquant, par ailleurs, les perspectives des échanges commerciaux mondiaux, la responsable US a relevé l'apport des jeunes entrepreneurs, qui grâce à leur ouverture d'esprit et perspectives nouvelles, sont en train de changer la manière de faire les affaires au niveau planétaire, estimant que les barrières et autres carcans institutionnels et douaniers sont voués à laisser place à une libre circulation d'idées et de produits innovants. Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5-ème GES-2014, manifestation mondiale d'envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5ème édition du GES se tient sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

-Naoufal Enhari-

Des projets crédibles et viables, principale garantie pour l'accès des entrepreneurs au financement (Financiers)

Les entrepreneurs sont encouragés à développer des projets "crédibles et viables" qui constituent leur principale garantie pour accéder aux sources de financement, notamment le crédit bancaire, ont souligné, vendredi à Marrakech, des représentants d'institutions de crédit actives au Maroc et à l'étranger.

Lors d'une plénière sur "les innovations en matière de financement de l'entrepreneuriat", dans le cadre du 5-ème Sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES Marrakech 2014), ces banquiers ont échangé sur les moyens de permettre aux entrepreneurs d'obtenir des financements en fonction des exigences des différents types d'investisseurs, du stade précoce au déploiement à l'international.

Tariq Sijilmassi, PDG du Crédit Agricole a livré les trois clés pour garantir l'accès au financement: "Concevoir un bon projet viable, aménager l'accessibilité et la passerelle entre l'entrepreneur et le système financier, et développer des outils de crédits adaptés aux besoins de l'entrepreneur".

Rejetant l'hypothèque pour conditionner les prêts, M. Sijilmassi considère que "la meilleure garantie c'est la qualité du projet", appelant les banques à "agir en vrai financier et non en tant qu'institution d'hypothèque".

A ses yeux, il ne faut pas exclure des gens du circuit bancaire pour la simple raison qu'ils ne disposent pas de ce genre de garantie classique, alors qu'ils seraient porteurs de bons projets "à fort impact social". D'où l'importance pour les banques de développer des produits qui répondent spécifiquement aux besoins des entrepreneurs, a-t-il insisté, citant dans ce sens l'exemple de sa banque, le Crédit Agricole, qui "a toute une gamme de produits qui vont du micro-crédit, au médio-crédit et crédit normal, avec différents délais de remboursement, durées et taux adéquats". Le Maroc s'affiche, selon lui, comme un exemple de succès en Afrique, au vu des mécanismes développés aussi bien au niveau des banques que de la Banque Centrale qui est en train de promouvoir des mécanismes "très intéressants" pour les PME.

De son côté, Said Ibrahimi, directeur général de Moroccan Financial Board, a relevé la nécessité de développer en Afrique des financements spécifiques pour les capitaux de départ et de croissance, afin d'aider les entrepreneurs à contribuer au développement de leur pays mais aussi celui du continent.

Il a mis en avant dans ce sens l'ambition de Casablanca Finance City (CFC) comme institution active pour favoriser la création des entreprises et réunir des talents, tout en leur garantissant l'accès aux fonds de financement et en mettant à leur disposition une plateforme qui offre diverse opportunités d'investissement en Afrique.

Issam Cheleuh, fondateur de Africa Impact Group (Mali), a plaidé pour la mise en œuvre du concept des "investissements d'impact" dont des montants sont placés dans des sociétés, des organismes et des fonds dans le but de produire un impact social et environnemental mesurable parallèlement à leur rendement financier. 

Pour l'Américain Chonchol Gupta, PDG et fondateur de Rebirth Financial Inc, il ne faut pas concevoir le financement des PME en tant qu'activité risquée, citant les performances de son groupe avec à son actif "Zéro défaut". Il reconnait, en revanche, que les engagements financiers du groupe américain s'étaient limités jusqu'ici aux entreprises actives dans le domaine des services, déjà existantes, avec des critères d'octroi des prêts basés sur le profil et l'historique de ces structures.

Outre la promotion de projets "bancable et crédible", l'Ivoirien Eric Kacou, co-fondateur et PDG de Entrepreneurial Sollutions Partners, a insisté sur la pertinence de mettre en place des fonds à même de favoriser la collecte de financements pour aider les entrepreneurs, tout en prévoyant des outils de formation pour rapprocher les investisseurs et des entrepreneurs.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Haut responsable US : le Maroc joue un rôle important comme passerelle vers le continent africain

Le Maroc joue un rôle important comme passerelle vers le reste des pays africains en matière d'investissement et de commerce, et par ricochet, dans le développement socio-économique de ces pays, a affirmé, vendredi à Marrakech, Maria Contreras-Sweet, l'administratrice du département américain en charge des petites et moyennes entreprises.

Dans une interview en marge de la 5-ème édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat à Marrakech (GES-2014), la responsable américaine a souligné l'importance du Royaume dans la coopération Sud-Sud, mais également entre ces pays et les Etats-Unis d'Amérique, se disant "très ravie" que le Maroc ait voulu abriter cet important sommet mondial qui a justement pour objectif d'échanger et de transmettre les valeurs et les idées entrepreneuriales.

Mme Contreras-Sweet a indiqué avoir constaté au Maroc "une multitude d'hommes et de femmes porteurs d'idées et de projets entrepreneuriaux extraordinaires qui peuvent fonctionner aussi bien au Maroc qu'ailleurs dans le monde".

Elle a ainsi relevé l'importance et l'apport des petites et moyennes entreprises dans la relance économique, que ce soit aux Etats-Unis, au Maroc ou ailleurs, précisant qu'à titre d'exemple les deux-tiers des emplois créés actuellement aux Etats-Unis proviennent des PME/PMI et qu'une bonne partie de la croissance économique mondiale est attribuable à ces entreprises.

Evoquant, par ailleurs, les perspectives des échanges commerciaux mondiaux, la responsable US a relevé l'apport des jeunes entrepreneurs, qui grâce à leur ouverture d'esprit et perspectives nouvelles, sont en train de changer la manière de faire les affaires au niveau planétaire, estimant que les barrières et autres carcans institutionnels et douaniers sont voués à laisser place à une libre circulation d'idées et de produits innovants. Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5-ème GES-2014, manifestation mondiale d'envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5-ème édition du GES se tient sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

-Propos recueillis par Naoufal Enhari-

Mémorandum d'entente entre le Maroc et Bobson Global pour la réalisation d'une étude sur le projet de création d'une "Entreprise City" dans le Royaume

Le gouvernement marocain et l'établissement académique américain "Bobson Global" ont signé, jeudi à Marrakech, un mémorandum d'entente pour la réalisation d'une étude de faisabilité portant sur le projet de création au Maroc d'une Cité dédiée à l'entreprise, "Entreprise City".

Ce mémorandum d'entente a été conclu en marge des travaux du 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat qui se déroule du 19 au 21 novembre sous le sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Il a été signée par le ministre de l'industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, la présidente de Babson Global, Mme Kerry Healey et le Directeur de cette institution américaine Shanker Singham.

L'objectif de l'étude de faisabilité est de mesurer les retombées socio-économiques du projet "Enterprise City" dans le Royaume, et de définir un concept adapté aux spécificités du Maroc.

La réalisation de ce projet s'inscrit en droite ligne des efforts déployés par le gouvernement marocain pour établir un environnement favorable pour le développement de l'entrepreneuriat, moteur de la croissance économique durable.

L'américain "Babson Global Inc. , filiale de Babson College, jouit d'une solide expertise en matière de développement de l'entrepreneuriat dans le monde. 

Les signataires se sont félicités à cette occasion de la conclusion de cet accord qui vient renforcer davantage les relations de coopération et d'amitiés existant entre le Maroc et les USA, deux pays amis de longue date. 

Et d'ajouter que l'établissement de "Enterprise City" au Maroc permettra de soutenir le développement économique enclenché au Royaume, contribuera à la création des opportunités de croissance pour les entrepreneurs marocains, un environnement favorable à l'expansion des entreprises et une économie de marché compétitive.

PDG Attijariwafa bank : le GES-2014 permet au Maroc de présenter au monde son modèle de développement

La cinquième édition du Sommet Global de l'Entreprenariat (GES-2014) qui se tient à Marrakech permet au Maroc de présenter au monde son modèle de développement qui est aujourd'hui recherché, notamment, par les pays frères de l'Afrique subsaharienne, a souligné le président directeur général du groupe Attijariwafa bank, Mohamed El Kettani. 

Ce modèle de développement répond à la stratégie d'intégration Sud-Sud que SM le Roi Mohammed VI ne cesse de prôner ces dernières années, a-t-il ajouté dans une interview en marge du GES-2014. 

M. El Kettani a relevé, en outre, que l'organisation de cet événement planétaire au Maroc est un témoignage de la réussite des réformes engagées par le Royaume sur les plans politique, institutionnel, social et économique, ainsi que des projets et chantiers d'infrastructures qui offrent aujourd'hui une plateforme aux investisseurs internationaux et nationaux. 

La tenue du Sommet Global de l'Entrepreneuriat à Marrakech "confirme le positionnement du Maroc comme porte d'entrée vers l'Afrique", a-t-il encore dit.

Et de souligner que le GES-2014 réunit pas moins de 3.000 participants d'une cinquantaine de pays, notamment des jeunes porteurs de projets innovants, importants et globalisés, mettant l'accent sur la présence enrichissante des jeunes entrepreneurs africains qui ont l'occasion, grâce à ce sommet, d'interagir au sujet des idées concernant leurs projets.

M. El Kettani a fait observer que la jeunesse africaine, qui est porteuse d'un message d'espoir, est confiante en ses capacités et ses potentialités, ajoutant qu'Attijariwafa bank, en tant que réseau bancaire panafricain, est appelé à apporter des réponses aux besoins de ces jeunes entrepreneurs.

"Au delà du financement, nous apportons aussi l'assistance, le conseil et l'accompagnement", sachant que les trois premières années de vie d'une entreprise sont les plus critiques durant lesquelles les jeunes entrepreneurs ont besoin d'encadrement, a-t-il fait observer.

Le PDG Attijariwafa bank a expliqué que le groupe a formé ses équipes pour dupliquer en Afrique subsaharienne les expériences réussies au Maroc, en mettant à la disposition des entrepreneurs africains les mêmes techniques, outils de travail, procédures et expertises.

Jeudi, lors d'une session interactive dans le cadre du GES 2014, M. El Kettani avait souligné que l'accompagnement des entreprises, notamment les PME et PMI qui nécessitent des démarches spécifiques, fait partie des priorités de son groupe, ajoutant que le Maroc a eu le courage de mobiliser les secteurs public et privé et le secteur associatif pour diagnostiquer les dysfonctionnements qui existaient dans ce domaine. 

"Aujourd'hui nous avons une Caisse centrale des garanties qui est extrêmement performante et qui a une multitude de produits d'accompagnement des jeunes entrepreneurs et créateurs", s'était-t-il félicité, estimant nécessaire d'être à l'écoute du secteur privé et du secteur bancaire et d'être extrêmement réactifs pour gagner le défi de la création d'emploi.

- Propos recueillis par Toufik Ennaciri-

GES Marrakech 2014 : La star du R&B, l'Américano-sénégalais Akon impressionné par les réalisations du Maroc sur le plan éducatif

Akon, de son vrai nom Alioune Thiam, chanteur et producteur de R&B américano-sénégalais, s'est dit impressionné par les avancées réalisées par le Maroc, notamment dans le domaine éducatif. 

En marge de sa participation au 5-ème Sommet mondial de l'entrepreneuriat (GES 2014-), la star du R&B a confié, dans une déclaration, avoir pu mesurer l'ampleur de ces efforts, qui suscitent l'admiration, à l'occasion d'une visite qu'il avait effectuée dans une université marocaine et ce, pour l'initiation d'un projet pilote concernant un programme de formation pour le lancement d'entreprises durables.

Le chanteur considère que les programmes d'enseignement développés dans le Royaume sont "avancés de manière telle qu'ils peuvent inspirer les pays africains".

Il a tenu à saluer les initiatives du Royaume en faveur de plusieurs pays africains pour promouvoir ce secteur, formant le vœu de voir la coopération Sud-Sud promue par le Maroc se développer davantage et s'élargir à d'autres pays au service du développement.

"Je pense vraiment que le Maroc est un modèle à suivre en Afrique", a affirmé le célèbre artiste, connu pour son engagement en faveur de l'action sociale à travers sa fondation qui œuvre pour l'amélioration des conditions de vie des démunis à travers la création d'emplois, avec l'ambition de susciter de l'espoir auprès de la jeunesse du continent, en proie au chômage. 

Il s'est félicité de voir les femmes africaines fortement impliquées, comme en témoignent leurs réalisations en matière d'entrepreneuriat et de génération d'emplois. Quelque 3.000 participants, dont des chefs d'Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette messe mondiale. Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde. Les travaux du 5ème GES avaient démarré par un grand honneur à la femme, à travers le "Women's Entrepreneurship Day" qui a réuni, mercredi, des centaines de femmes entrepreneurs d'une cinquantaine de pays pour une réflexion de haut niveau sur la promotion de l'entrepreneuriat féminin.

GES Marrakech : M. Bakkoury expose l'ambitieux plan marocain d'énergie solaire

Le président du directoire de l'Agence marocaine de l'énergie solaire (Masen), Mustapha Bakkoury, a exposé, jeudi devant les participants au Sommet Global de l'Entreprenariat de Marrakech (GES-2014), le plan marocain d'énergie solaire qui ambitionne de devenir à terme le plus gros projet du genre dans le monde.

M. Bakkoury a relevé à cette occasion que le Maroc a décidé de s'engager à travers ce projet dans une approche de maitrise de sa destinée énergétique, faisant remarquer que ce choix a aussi été dicté par la nécessité de maitriser les besoins énergétiques du pays.

La stratégie marocaine en la matière, a-t-il poursuivi, est ainsi portée par l'ensemble de la société marocaine, précisant que ce projet d'énergie solaire permettra de répondre aux besoins tangibles du Maroc en terme d'électricité. Le président du Directoire du Masen a expliqué, à ce propos, que la centrale solaire d'Ouarzazate, dotée d'une capacité de 160 mégawatts, s'inscrit dans le cadre d'un parc plus grand qui totalisera à terme une production de 500 mégawatts.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5-ème GES-2014, manifestation mondiale d'envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5-ème édition du GES se tient sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

M. Boussaid : création prochaine d'un fonds d'amorçage doté de 50 millions de dollars pour l'accompagnement des entreprises innovantes

Le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid, a annoncé la création prochaine d'un fonds d'amorçage doté de 50 millions de dollars pour l'accompagnement des entreprises innovantes.

"Nous sommes en train de monter avec la Banque Mondiale un fonds d'amorçage et de capital-risque de 50 millions de dollars qui va voir le jour dans les prochaines semaines ou prochains mois", a-t-il dit jeudi lors d'une session interactive dans le cadre de la 5ème édition du Sommet global sur l'entrepreneuriat, qui se tient à Marrakech.

M. Boussaid a précisé que ce futur fonds d'amorçage et de capital-risque va accompagner les entrepreneurs et les entreprises innovants qui ont des besoins spécifiques en termes de financement et qui ont besoin aussi d'être accompagnés dans leur développement, d'avoir une assistance technique au cours de la réalisation de leur projet et d'une solide formation pour limiter le risque lié généralement à ce genre d'entreprises.

Le ministre a appelé les banques à développer les modes de financements destinés à ce genre d'entreprises afin qu'elles soient adaptées à la prise de risque que cela représente.

M. Boussaid a estimé, en outre, que pour donner confiance aux jeunes entrepreneurs, il est nécessaire de partager les expériences positives et d'ériger les réussites en modèles, ajoutant qu'un entrepreneur est celui qui est capable de passer du stade d'une idée à celui d'un projet concret.

Il a rappelé, par ailleurs, que le gouvernement œuvre pour l'amélioration du climat des affaires, notamment pour assouplir les procédures, rendre l'administration plus efficace et flexibiliser la réglementation.

Le gouvernement essaye également de réfléchir sur les aspects à la fois d'ordre fiscal et incitatif pour soutenir les entreprises nouvellement créées, a-t-il poursuivi, faisant savoir, à ce propos, que le projet de Loi de finances 2015 prévoit que les entreprises qui vont être créées à partir de l'année prochaine vont bénéficier à hauteur de cinq salariés d'une exonération de l'impôt sur le revenu et d'une prise en charge totale des charges patronales.

Cette initiative, a-t-il relevé, a pour objet d'aider et soutenir les entreprises d'une manière générale et les PME en particulier qui représentent 95 pc du tissu entrepreneurial marocain, plus de 40 pc de la production et plus de 30 pc des exportations.

Le président directeur général d'Attijariwafa bank, Mohamed El Kettani, a souligné que l'accompagnement des entreprises, notamment les PME et PMI qui nécessitent des démarches spécifiques, fait partie des priorités de son groupe, ajoutant que le Maroc a eu le courage de mobiliser les secteurs public et privé et le secteur associatif pour diagnostiquer les dysfonctionnements qui existaient dans ce domaine. "Aujourd'hui nous avons une Caisse centrale des garanties qui est extrêmement performante et qui a une multitude de produits d'accompagnement des jeunes entrepreneurs et créateurs", a-t-il ajouté.

Il a estimé nécessaire de continuer d'être à l'écoute du secteur privé et du secteur bancaire et d'être extrêmement réactifs pour gagner le défi de la création d'emploi.

Pour sa part, Anas Guennoun, directeur de The Abraaj Group (Maroc), a indiqué que l'entrepreneur doit avoir une histoire à raconter, mais doit en même temps être accompagné et soutenu en matière, notamment de benchmarking et de communication.

Juan Rodriguez Inciarte, membre du Comité du directoire de Banco Santander (Espagne), a appelé à investir davantage dans les nouvelles technologies et dans la recherche et développement.

Pour le président de l'AmCham Maroc, Walter Siouffi, la relation entre les banques ou les instituts de financement et l'entreprise doit être entretenue durant les différents cycles de vie de l'entreprise.

Le directeur général de Neurotech, entreprise sénégalaise spécialisée en infrastructures et réseaux, a relevé qu'il faut œuvrer pour la mise en place de nouveaux modèles de financements différents des modes classiques.

Isabelle Macquart, entrepreneur basée en Côte d'Ivoire, a estimé que pour trouver des financements, une entreprise doit impérativement avoir une grande visibilité et faire preuve de transparence.

(MAP-21/11/2014)

Le Président gabonais salue le dynamisme économique exemplaire du Maroc

Le Président gabonais, M. Ali Bongo Ondimba, a salué, jeudi à Marrakech, le dynamisme économique du Maroc, le qualifiant d'"exemplaire" pour l'Afrique.

Le Président Bongo Ondimba, qui prenait la parole lors de la cérémonie d'ouverture officielle du sommet global de l'entreprenariat (GES 2014) qui se tient dans la ville ocre, a mis en exergue les efforts inlassables que le Maroc ne cesse de déployer pour promouvoir l'échange d'expertise et du savoir avec les pays du continent africain, estimant que le Maroc demeure un modèle à suivre, notamment dans le domaine de l'encouragement de l'acte d'entreprendre.

Lors de cette cérémonie, marquée par la présence du vice-président américain, Joe Biden, du Président guinéen, Alpha Condé, du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et de plusieurs membres du gouvernement, le Président gabonais a souligné que les thématiques retenues pour le GES 2014 de Marrakech sont pertinentes, d'autant plus qu'elles se recoupent avec les ambitions visant à renforcer le développement du continent africain.

Il a, dans ce contexte, appelé les sociétés africaines à faire montre de davantage de pragmatisme pour relever les défis auxquels elles sont confrontées.

Abordant les réformes économiques introduites dans son pays, M. Bongo Ondimba a cité notamment le plan Gabon Emergent, qui vise à garantir le développement de ce pays, en se focalisant sur de nombreux secteurs à grande valeur ajoutée.

Le Président gabonais s'est attardé particulièrement sur le rôle des banques dans l'encouragement de l'entrepreneuriat et de l'activité économique dans sa globalité.

Il a, d'autre part, souligné la place de choix qu'occupe la femme dans le cadre des efforts de développement au Gabon. Les femmes au même titre que les jeunes sont des atouts indéniables pour le développement économique, a-t-il dit, appelant à accompagner les jeunes entrepreneurs afin de les inciter à s'engager davantage dans l'activité économique, génératrice de croissance, de richesse et de postes d'emploi.

Quelque 3.000 participants, dont des chefs d'Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette messe, qui durera jusqu'à vendredi.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Le gouvernement américain est convaincu du rôle primordial du Maroc dans les relations des Etats-Unis avec l'Afrique

Le gouvernement américain est parfaitement convaincu du rôle primordial du Maroc dans les relations des Etats-Unis avec l'ensemble des pays de l'Afrique, a affirmé, jeudi à Marrakech, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy. 

"Les Etats-Unis considèrent de façon claire le Maroc comme un véritable hub pour l'Afrique, de même qu'ils considèrent que le partenariat avec le Maroc est stratégique à la faveur du développement du continent noir", a-t-il ajouté, dans une déclaration à l'issue de ses entretiens avec la secrétaire américaine au Commerce, Mme Penny Pritzker, tenus en marge des travaux du 5ème Sommet global de l'entrepreneuriat (GES-2014). 

Tout en qualifiant ses discussions avec Mme Pritzker d'"exceptionnelles" et de "fructueuses", M. Elalamy a relevé que les Américains sont impressionnés par l'état d'évolution du Maroc et par "la qualité des opérateurs du tissu économique marocain" ainsi que par l'engagement et la stratégie du Royaume en matière de développement de l'entrepreneuriat. 

Lors de leurs entretiens, les deux parties ont évoqué les moyens de promouvoir et de multiplier les échanges commerciaux, marqués par un certain équilibre qui s'installe au fil des années. 

Le Maroc compte intensifier ses relations économiques avec les Etats-Unis, a souligné M. Elalamy, ajoutant que pour ce faire, les deux pays ont besoin de mettre en œuvre un certain nombre d'accords qui sont sur la table, dont l'accord du textile qui arrive à échéance en 2015. 

"Nous avons besoin de renouveler cet accord parce que dans le temps le Maroc n'était pas prêt et n'était pas capable d'exporter aux Etats-Unis du textile. Nous n'avons consommé que 8 pc des potentialités offertes par cet accord. Aujourd'hui le Maroc est doté d'opérateurs et des partenaires économiques, qui sont prêts à utiliser cet accord et de tirer profit des énormes potentialités qu'il offre", a-t-il ajouté. 

Le Maroc est devenu une vraie terre de production et d'exportation du textile compétitif à travers le monde, a assuré M. Elalamy. 

"Nous avons également évoqué la question de la certification américaine du Port de Tanger-Med, lui permettant d'exporter des conteneurs quand ils sont vérifiés par la douane marocaine pour accélérer le flux au niveau de ce port marocain", a-t-il ajouté. 

Les américains sont disposés à étudier ces demandes marocaines avec bienveillance, a-t-il conclut. 

Ont notamment pris part à ces entretiens le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Mohammed Abbou, le ministre délégué chargé des Petites entreprises et de l'Intégration du secteur informel, Mamoun Bouhdoud et l'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, Dwight L. Bush. 

Des chefs d'entreprises appellent à faire de l'entrepreneuriat et de la technologie le vecteur de l'intégration régionale en Afrique

Des entrepreneurs et chefs de grandes entreprises ont plaidé, jeudi à Marrakech, à faire de l'entrepreneuriat, du capital humain et des nouvelles technologies des outils qui transcendent les frontières dans l'objectif de parvenir à l'intégration régionale en Afrique.

Intervenant dans le cadre d'un panel sur le thème ''Comment les entrepreneurs et le talent transcendent les frontières'', plusieurs orateurs ont appelé les jeunes, qui sont les principaux acteurs du changement et du progrès, à tirer profit des possibilités qu'offrent les nouvelles technologies et de l'énorme potentiel d'investissement en Afrique pour se lancer dans l'entrepreneuriat innovant et créateur et de prospecter les opportunités de développement sur de vastes marchés, au-delà des frontières et dans la perspective de l'intégration régionale tant souhaitée mais peu concrétisée.

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication permettent de faire fi des frontières et ces mêmes technologies permettent de réduire considérablement les coûts et les charges. Les intervenants ont affirmé que c'est autant de facteurs favorables à l'acte d'entreprendre pour les jeunes porteurs d'idées mais disposant de peu de moyens.

Le panel, qui a ?enregistré? une nombreuse assistance de jeunes entrepreneurs et porteurs de projets, a fait l'évènement de cette première journée du 5eme Sommet mondial de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014). En guise d'encouragement de la jeunesse sur cette voie de la créativité et de l'innovation, le président du Groupe BMCE Bank, M. Othman Benjelloun, a annoncé le lancement d'un prix annuel de l'entrepreneuriat destiné exclusivement aux jeunes africains et doté de 1 million dollars.

Une annonce longuement applaudie par l'assistance et saluée par les participants qui y voient un acte concret pour l'encouragement de l'esprit entrepreneurial, de l'innovation et de la créativité auprès de la jeunesse africaine.

En plus du prix, M. Benjelloun a annoncé que, dans ce même objectif de promotion de l'entrepreneuriat sur le continent, son groupe compte élargir les compétences d'un centre d'information, de documentation et d'expertise au profit de la promotion de l'esprit entrepreneurial.

Institué au sein du Groupe, "l'observatoire de l'entrepreneuriat" est un outil destiné à promouvoir l'esprit d'initiative et d'entreprise à travers le continent, en plus d'offrir l'opportunité de networking pour les jeunes entrepreneurs, la mobilisation de ressources financières à travers des réseaux de micro-investisseurs utilisant les nouvelles technologies et la diffusion de la culture de mentoring, a-t-il expliqué.

Des chefs d'entreprises opérant dans divers domaines des nouvelles technologies ont apporté des témoignages passionnant sur la success-story de leur entreprise qui ont démarré d'une idée et d'un capital de ténacité et d'innovation. Karim Bernoussi, PDG d'Intelcia, une entreprise marocaine d'Outsourcing a fait part de l'expérience de son projet qui a démarré en 2006. Les débuts n'étaient pas faciles et l'entreprise n'a commencé à générer ses premiers bénéfices qu'en 2010.

Toutefois, les efforts et la volonté ont fini par payer puisque l'entreprise est devenue première dans son secteur d'activité au Maroc dès 2012. Vient aussitôt une implantation en France et des perspectives de s'étendre en Afrique avec une grande entreprise qui compte actuellement 3500 employés, a-t-il raconté.

Bertin Nahaum, président fondateur de MedTech, est venu à Marrakech pour témoigner et partager l'expérience de son projet en haute technologie médicale. Après avoir travaillé durant 10 ans dans de grandes sociétés internationales, ce jeune franco-béninois a décidé de lancer sa propre affaire et concrétiser ses idées novatrices qui n'ont pas obtenu l'adhésion de ses anciens patrons.

En 2002, il crée MedTech qui conçoit, développe et commercialise des systèmes robotisés innovateurs grâce auxquelles les opérations neurochirurgicales sont plus sûres et moins invasives. Depuis, le succès est assuré et ses appareils équipent de grands hôpitaux à travers le monde.

Pour sa part, le PDG de la compagnie américaine de prospection pétrolière et gazière Kosmos Energy, M Andrew Inglis a souligné l'importance de la prise en charge des jeunes entrepreneurs afin qu'ils puissent réaliser leurs rêves et projets, affirmant que l'investissement dans le secteur de l'énergie nécessite des compétences, mais surtout une capacité à prendre les risques avant de pouvoir récolter les résultats et les bénéficies.

La compagnie Kosmos Energy a été fondée par des experts en géologie qui se sont convertis en investisseurs et cru en leurs projets, a-t-il ajouté, évoquant les longs efforts de la compagnie US dans certains pays africains avant de parvenir à découvrir des gisements de pétrole, alors que d'autres entreprises de prospection pétrolière ont abandonné et raté de grosses opportunités.

Après avoir donné un aperçu général de l'évolution qu'a connue Kosmos Enegy, qui est parmi les grands groupes pétroliers en prospection au Maroc, M. Inglis a appelé les jeunes entrepreneurs à s'armer de patience, de courage et de détermination pour réussir et pouvoir relever le défi de l'entrepreneuriat.

De son côté, le PDG du groupe "Shoreline Energy International" Karim Kola (Nigeria) a mis en avant les grandes potentialités d'investissement offertes en Afrique dans presque tous les secteurs à savoir l'énergie, les infrastructures, les télécommunications, les services, l'industrie 

Selon l'avis de ce jeune investisseur nigérian qui s'est aventuré dans le secteur de l'exploration en amont du pétrole-gaz, le partenariat avec des investisseurs étrangers est la clé de voute du succès.

Quant à Mme Kerry Healey, présidente de Babson Collège, l'un des principaux établissements pédagogiques dans le monde, elle a mis l'accent sur la relation entre l'université et l'entreprise, affirmant que les entrepreneurs doivent s'engager dans des valeurs sociales et contribuer à l'effort de la formation des compétences et la promotion de l'innovation dans l'enseignement, qui constituent le principal levier de toute stratégie de développement.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier se retrouvent à Marrakech, dans le cadre du 5eme Sommet mondial de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le Sommet Global de l'entrepreneuriat est un forum mondial visant à créer des ponts entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds, les investisseurs et autres aux Etats-Unis et les communautés musulmanes à travers le monde.

Après ainsi une première édition tenue à Washington en 2010, suivie successivement par celles tenues à Dubaï, Istanbul, et Kuala Lumpur, la ville ocre a été choisie pour abriter le cinquième GES.

Impérieuse nécessité de soutenir l'innovation et l'esprit d'entreprise dans une région MENA dotée de moyens de financement suffisants

Des professionnels et spécialistes du monde des affaires, réunis jeudi à Marrakech dans le cadre du 5ème Sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014), ont souligné la nécessité impérieuse de soutenir l'innovation et l'esprit de l'entreprise dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient (MENA) où, assurent-ils, ce ne sont pas les moyens financiers qui manquent. 

Lors d'une séance plénière sur "innovation, technologie et entrepreneuriat : les tendances pour une croissance inclusive", ces leaders mondiaux ont mis l'accent sur l'importance de promouvoir des innovations à même de créer les conditions pour encourager les entrepreneurs à transformer leurs idées en entreprises prospères génératrices d'emplois.

Meriem Bensalah Chaqroun, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), a insisté sur l'importance de focaliser d'abord les initiatives sur les étapes préliminaires de conception de projets, qui commencent dès l'émergence de l'idée.

Le développement global implique l'intégration des jeunes et des femmes dans le cycle économique, d'où l'impératif de développer des mécanismes innovants en faveur des porteurs de projets, a-t-elle ajouté devant une assistance d'entrepreneurs et de jeunes porteurs de projets de différents pays, nombreux à suivre ses échanges modérés par Hans Nicholas, correspondant international de la chaine américaine Bloomberg TV.

Bensaleh Chaqroun a mis en avant les efforts du Maroc en matière d'appui à l'esprit d'entreprise, exhortant ceux qui ont réussi à partager leurs expériences et contribuer à l'orientation et au conseil de la nouvelle génération des entrepreneurs.

C'est dans ce cadre, a-t-elle dit, que s'inscrit l'initiative de la CGEM de créer une structure qui œuvre à encourager les projets créatifs et innovants.

De son côté, le Secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), Fathallah Sijilmassi, a fait état d'opportunités énormes qu'offre la région méditerranéenne aux entrepreneurs, insistant sur l'impératif de favoriser l'accès des porteurs de projets aux financements publics et privés pour résoudre la problématique du chômage.

Il a appelé dans ce sens les gouvernements de la région à prendre des mesures incitatives pour encourager la création d'entreprises en adéquation avec les besoins de développement des économies locales.

Pour sa part, Tarik Yousef, PDG de la société qatarie Silatech, a plaidé pour la mise en place de politiques à même de garantir un climat propice aux développements des affaires, en particulier des initiatives ayant un impact social, notant que gouvernements, sociétés, ONG et donateurs sont tous appelés à contribuer à la concrétisation du développement durable en investissant dans la jeunesse de région. 

Le Bahreïni Khalid Abdellah Jenahi, directeur exécutif du groupe "Dar Al Mal Al Islami", a relevé que le problème est beaucoup plus aigu que le financement ou les mesures adoptées par les gouvernements, soulignant que la région a besoin d'un changement de mentalités et d'une révision profonde des méthodes d'enseignement.

Daphne Koller, présidente et co-fondatrice de la compagnie américaine "Coursera", a souligné que l'enseignement est la pierre angulaire dans la création de compétences nécessaires pour l'innovation et l'inventivité, d'autant plus que l'expérience a montré que "la création nourrit la création", comme il a été prouvé dans nombre de pays, en particulier dans la Sillicon Valley.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5-ème GES-2014, manifestation mondiale d'envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5-ème édition du GES se tient sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Edward Gabriel : l'importante participation américaine au GES atteste de l'"excellence" des relations entre Washington et Rabat

La participation d'une délégation américaine de haut niveau, conduite par le vice-président Joe Biden, au Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES), reflète l'"excellence" des relations séculaires qui unissent les Etats Unis et le Maroc, a affirmé, jeudi à Marrakech, l'ancien ambassadeur américain Edward Gabriel.

"Les relations privilégiées entre Rabat et Washington se sont raffermies au fil des années, particulièrement après la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans la capitale fédérale US au mois de novembre 2013", a indiqué M. Gabriel dans une déclaration en marge du GES qui se tient à Marrakech du 19 au 21 novembre.

Le diplomate américain a, en outre, relevé que la trajectoire ascendante des liens de coopération et de coordination entre les deux pays s'est consolidée avec la poursuite constructive du Dialogue stratégique auquel les Etats Unis et le Maroc attachent une importance toute particulière.

M. Gabriel a fait observer, dans la même veine, que cette coopération bilatérale aboutie continue sur sa lancée vers plus d'excellence, ajoutant que les deux pays collaborent étroitement dans le cadre du Forum mondial des droits de l'homme que le Maroc s'apprête à accueillir dans les prochains jours.

Cette grand-messe se veut une "reconnaissance des avancées réalisées par le Royaume en matière des droits de l'homme", a-t-il dit.

Intervenant à l'ouverture du GES, le vice-président US, Joe Biden, avait réitéré la détermination des Etats Unis de renforcer les relations de partenariat avec le Maroc, notamment dans le domaine de l'encouragement de l'entrepreneuriat et de l'innovation.

Les Etats Unis se tiennent prêts à renforcer le partenariat avec le Maroc, a dit M. Biden, annonçant dans ce contexte la décision du gouvernement de son pays d'investir près de 50 millions de dollars dans le cadre du programme Millennium Challenge, pour soutenir la stratégie mise en œuvre par le Maroc dans le domaine de la formation professionnelle.

Le Maroc et l'Afrique du sud, deux puissances bien positionnées pour servir de locomotive au développement de l'Afrique

Le Royaume Maroc et l'Afrique du sud, eu égard à leur niveau élevé de développement, sont bien placés pour servir de locomotive au développement économique du continent africain, a indiqué Allon Raiz, Président Directeur Général du groupe sud-africain Raizcorp.

"Le renforcement des liens de coopération entre le Maroc et l'Afrique du sud, deux nations qui ont pu développer une grande expérience dans divers domaines économiques, ne peut être que bénéfique pour l'Afrique, un continent en quête de davantage d'investissements pour garantir une croissance économique génératrice de richesses et d'emplois", a déclaré M. Raiz, en marge du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES 2014), qui se tient actuellement à Marrakech.

Le Maroc, grâce à sa longue histoire et sa proximité de l'Europe, a pu développer un savoir-faire qui peut constituer la base d'une complémentarité avec l'Afrique du sud, a dit l'homme d'affaires sud-africain, soulignant que cette complémentarité sera largement avantageuse non seulement pour les deux pays mais également pour tout le continent africain.

Cette complémentarité donnera aux deux puissances africaines une force de frappe et de projection mutuellement bénéfique et porteuse de davantage d'espoir pour l'intégration économique en Afrique, a-t-il encore dit, saluant l'importance que le Maroc accorde au renforcement des relations de coopération avec les pays africains.

S'agissant des secteurs où les deux pays peuvent coopérer, M. Raiz a cité notamment l'agriculture, relevant que le Maroc a réalisé d'importants progrès dans ce domaine grâce à une ambitieuse stratégie de développement, allusion faite au Plan Maroc Vert.

Cette expérience marocaine peut être partagée avec les pays africains, notamment l'Afrique du sud, un grand pays exportateur de produits agricoles, a-t-il indiqué, citant également d'autres secteurs prometteurs comme les nouvelles technologies et les services financiers.

L'entrepreneuriat, qui fait l'objet de débats approfondis lors du GES Marrakech, est un autre secteur où le Maroc et l'Afrique du sud peuvent travailler ensemble pour renforcer leur positionnement en tant que locomotives dans le continent, a-t-il noté, soulignant l'importance du conclave de Marrakech qui a permis des échanges fructueux entre des participants venus de différents horizons.

Quelque 3.000 participants, dont des chefs d'Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette grande messe, qui durera jusqu'à vendredi.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Raizcorp se présente comme étant un incubateur modèle dans le secteur des affaires en Afrique. Cette compagnie offre des services de consulting pour les entrepreneurs avides de marge de croissance et de valeur ajoutée dans plusieurs domaines d'activités économiques et financières.

-Propos Recueillis par Abdelghani Aouifia-

Le GES de Marrakech consacre la place du Maroc en tant que leader régional

La tenue à Marrakech de la 5-ème édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES-2014) vient consacrer le rôle de leader du Maroc au niveau du Moyen Orient et de l'Afrique, a affirmé jeudi le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad.

Dans une déclaration en marge de cette manifestation internationale d'envergure, M. Haddad a estimé que ce sommet, qui se tient pour la première fois dans un pays africain, reflète l'importance du rôle du Maroc dans le développement des relations le liant aux Etats-Unis d'Amérique aussi bien au niveau politique qu'économique.

Le ministre a aussi salué, à cette occasion, les femmes et les jeunes entrepreneurs marocains pour les innovations qu'ils réalisent par le biais des nouvelles technologies en matière d'entrepreneuriat, en général, et de l'entrepreneuriat social au niveau de la société civile, en particulier, estimant que cette approche représente "la meilleure réponse à ceux qui cherchent à utiliser la technologie pour semer la haine, la discorde et l'extrémisme".

Et de relever à cet égard les progrès que connait le Maroc dans le domaine de l'entrepreneuriat, rappelant les mesures initiées pour renforcer l'esprit d'entrepreneuriat, améliorer le climat des affaires et faciliter la création d'entreprises, outre les grands chantiers de réformes lancés par le Royaume notamment dans les secteurs de la justice et des impôts.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5-ème GES-2014, manifestation mondiale de grande ampleur qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5-ème édition du GES se tient sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Marrakech GES 2014 : BMCE Bank annonce le prix "African entrepreneurship Award" doté d'un million de dollars

Le président directeur-général du groupe BMCE Bank, M. Othman Benjelloun, annoncé jeudi à Marrakech la disposition de son groupe bancaire à décerner chaque année un prix de l'entrepreneuriat africain ( African entrepreneurship Award ), doté d'un million de dollars.

L'annonce a été faite lors des travaux d'un panel sur "Comment les entrepreneurs et le talent transcendent les frontières", organisé dans le cadre du 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat qui se déroule du 19 au 21 novembre sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

M. Benjelloun a fait savoir que ce prix sera mis en place en partenariat avec des parties prenantes de qualité, reconnues sur le plan international à même de conférer à cette initiative davantage de rayonnement, affirmant que cette distinction constitue une contribution à la promotion de l'esprit de partenariat sur le continent africain.

Dans une déclaration, M. Benjelloun a indiqué que le prix pour l'entrepreneuriat, qui est doté d'un montant très important alloué par BMCE Bank, est destiné exclusivement aux jeunes entrepreneurs africains et sera attribué chaque année.

"Le premier prix sera décerné en 2015", a-t-il précisé, annonçant que "les conditions pour postuler au prix seront diffusées incessamment sur le site web de BMCE Bank".

Un jury constitué de personnalités prestigieuses de différentes régions du monde, départagera les candidats et postulants à l'"African entrepreneurship Award , a-t-il ajouté.

Lors de sa participation à ce panel, M. Benjelloun a présenté la success-story du groupe BMCE Bank, et son expansion à l'international, particulièrement en Afrique, comme il a livré aux jeunes auditeurs du panel les conseils pour concrétiser leurs projets et les valeurs et les principes nécessaires pour réussir l'acte d'entreprendre.

Le GES Marrakech 2014, une occasion en or pour promouvoir la vocation du Maroc, porte d'accès économique sur le monde

Le 5ème sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014), qui s'est ouvert jeudi à Marrakech, est "une occasion en or" pour le Maroc pour promouvoir la vocation du Royaume en tant que porte d'accès économique, non seulement sur la région arabe et l'Afrique mais également sur le monde, a affirmé, Joshua N. Baker, porte-parole officiel en langue arabe du Département d'Etat US.

"Le climat des Affaires est très encourageant au Maroc, tant sur le plan de l'économie et du commerce, et l'avenir s'annonce prometteur pour le Royaume et pour tous les Marocains", a-t-il déclaré à en marge de l'ouverture de ce rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Il a souligné à cet égard que les Etats Unis souhaitent encourager le développement économique au Maroc, "un pays ouvert sur le business, sur l'Afrique et le Moyen Orient", et qui joue de ce fait "un rôle important dans la région".

Le président Barack Obama était claire en déclarant que le Maroc est un partenaire stratégique des Etats-Unis sur les plans économique et commercial, a-t-il ajouté, citant parmi les initiatives américaines dans ce cadre en faveur du Royaume, le développement d'incubateurs pour accueillir des projets de création d'entreprises innovantes, outre les efforts pour encourager le partage des expériences réussies.

Il considère à cet égard que le GES Marrakech 2014 s'annonce d'ores et déjà une réussite, au vu de la présence massive des intervenants et opérateurs économiques américains, animés par la volonté de contribuer positivement aux échanges menés dans ce sens. 

A noter que pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Les Etats-Unis encouragent entrepreneuriat au Maroc, un espace d'opportunités et porte d'accès au reste de l'Afrique

Les Etats-Unis d'Amérique encouragent les projets de développement de l'entrepreneuriat au Maroc, un espace d'opportunités et un hub régional à même de favoriser l'accès au reste de l'Afrique, a affirmé, jeudi à Marrakech, Penny Pritzker, secrétaire US au Commerce.

Intervenant en plénière après l'ouverture officielle de la 5è édition du Global Entrepreneurship Summit (GES Marrakech 2014), Mme Pritzker a ajouté que le gouvernement américain s'intéresse énormément à la promotion de ses relations avec l'Afrique, source d'enthousiasme pour les opérateurs économiques, notamment à travers son programme de développement commercial destiné aux pays africains, tel le Maroc.

Ce programme vise à soutenir les efforts pour favoriser un climat d'affaires adéquat aussi bien pour les sociétés locales que pour les entreprises américaines, et les initiatives génératrices d'emplois, a-t-elle dit, précisant qu'une mission américaine est attendue en décembre au Maroc dans ce cadre.

Elle a notamment souligné l'importance d'encourager l'esprit d'entrepreneuriat chez les jeunes, étant convaincue que les meilleurs projets sont généralement portés par des jeunes qui, dans un monde en mutation rapide, sont incités à oser la création d'entreprises à l'international et "très vite pour protéger leurs idées".

Présentant l'expérience marocaine, le ministre de l'Industrie, du Commerce de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid El Alamy a, de son côté, mis en avant les grandes réussites d'entreprises marocaines qui ont opté pour l'internationalisation de leurs activités, en particulier en Afrique.

Ces entreprises qui évoluent dans différentes sphères (finance, télécom, aviation), contribuent grandement à l'économie des pays d'accueil, précisant que les banques marocaines représentent 47 pc des prêts accordés dans ces pays. 

Le Maroc, a-t-il dit, est d'ailleurs le 2-ème investisseur dans le continent africain qui doit être perçue comme une terre d'opportunités pour le monde entier. Evoquant les problèmes auxquels font souvent face les porteurs de projets au Maroc, M. El Alamy a relevé que les défis sont les mêmes pour l'ensemble des entrepreneurs à travers le monde, citant en particulier le problème d'orientation.

Un défi que le Maroc veut réussir en intégrant la promotion de l'esprit de l'entrepreneuriat dans le cadre du système éducatif, a assuré le ministre qui n'a pas manqué de relever les résultats positifs réalisés dans le cadre du Plan d'accélération industrielle consistant à orienter l'ensemble de l'économie marocaine et la structurer en écosystèmes, outre les différents plans sectoriels mis en place dans la perspective de faire du Maroc un pays émergent dans les dix prochaines années, conformément aux Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI.

A noter que pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Président de la NUSACC : le Maroc se positionne comme un "havre de stabilité" pour les investisseurs étrangers

Le Maroc se positionne comme un "havre de stabilité" pour les investisseurs américains et étrangers, a affirmé, jeudi à Marrakech, le président de la Chambre de Commerce arabo-américaine (NUSACC), David Hamod.

"Le Maroc se positionne désormais comme un havre de stabilité et de sécurité au milieu d'une marée de défis auxquels est confrontée la région, ce qui fait que les investisseurs étrangers sont de ce fait rassurés d'y venir et d'y investir", a expliqué M. Hamod dans un entretien en marge de sa participation à la 5-ème édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat de Marrakech (GES-2014).

Le président de la NUSACC s'est ainsi dit "très encouragé" par le climat des affaires et par les réformes économiques initiées au Maroc sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI, citant à ce propos l'implantation de dizaines de grandes entreprises américaines dans le Royaume.

"Et c'est justement l'une des raisons pour lesquelles le Maroc avance résolument vers l'avenir", a encore souligné M. Hamod.

Evoquant les relations entre le Maroc et les Etats-Unis, liés par un accord de libre échange (ALE) en vigueur depuis 2006, M. Hamod a relevé l'importance du Royaume en tant que marché et partenaire économique et commercial des Etats-Unis, faisant remarquer que le choix porté sur le Maroc pour accueillir cet important sommet reflète de manière on ne peut plus claire l'excellence de ces relations.

Une étude de la NUSAAC montre, en effet, que l'existence de l'Accord de libre échange a eu un grand impact non seulement sur le commerce, mais aussi sur la promotion des flux d'investissement entre les deux pays.

"A mon sens, nous observons une hausse sensible des exportations des deux côtés de l'Atlantique, et ceci sert comme une base pour des relations socio-économiques plus développées entre les deux pays qui englobent, outre le commerce et l'investissement, des questions vitales comme l'éducation et la formation", a expliqué M. Hamod.

L'ALE avec le Maroc, le seul signé par les Etats-Unis dans tout le continent africain, contribue significativement au renforcement des relations économiques entre les deux pays, comme en témoigne le volume des échanges commerciaux qui ont plus que triplé depuis janvier 2006, outre les opportunités que cet instrument offre pour élargir et diversifier les flux des investissements des deux côtés de l'Atlantique.

Cet accord a ainsi permis d'éliminer les droits de douane sur plus de 95 pc des biens et services échangés entre les deux pays, et d'ouvrir la voie à de nouvelles opportunités pour le commerce et les investissements.

Les investissements directs étrangers américains au Maroc ont aussi quadruplé depuis 2006, pour se chiffrer à 613 millions de dollars en 2012, selon le Bureau du Représentant américain au commerce (USTR).

De l'avis de plusieurs hauts responsables américains, l'Accord de libre échange avec le Maroc offre des "opportunités énormes" d'échanges et d'investissement à tous les niveaux pour les deux pays, d'autant plus que le Royaume, de par son emplacement géographique stratégique, constitue une passerelle vers la région du Moyen-Orient, l'Afrique et l'Europe.

En effet, outre l'Accord de libre échange, le partenariat économique entre le Maroc et les Etats-Unis a été renforcé par la signature, à l'occasion de la visite de SM le Roi à Washington en novembre 2013, d'un Accord de facilitation du commerce visant à promouvoir l'ALE et booster la compétitivité économique du Royaume à travers l'amélioration de l'environnement du commerce, ainsi que par la conclusion d'un accord d'assistance mutuelle en matière douanière. 

A ceci, s'ajoute aussi l'éligibilité du Maroc à un deuxième Compact du Millennium Challenge Account (MCA), relevant du Millennium Challenge Corporation (MCC).

-Propos recueilli par Naoufal Enhari-

Joe Biden rencontre de jeunes entrepreneurs prenant part au GES Marrakech

Le Vice-Président américain, Joe Biden, qui conduit la délégation US à la 5è édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech, 19-21 novembre), a rencontré de jeunes entrepreneurs prenant part à ce conclave international autour des défis de l'innovation, de la libre entreprise et du développement durable.

Lors de cette rencontre, qui s'est déroulée en présence notamment de l'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, Dwight L. Bush, M. Biden a tenu à remercier ces jeunes entrepreneurs pour "le dévouement et la passion" qu'ils mettent pour la mise en oeuvre de leurs projets innovants tout en les inscrivant dans une logique de développement durable engendrant de meilleures opportunités d'emploi.

"Avec le lancement de l'idée du Global Entrepreneurship Summit, le Président Obama et moi-même étions intimement convaincus de la richesse et du potentiel humain sans limite des pays destinataires de cette initiative mondiale", a souligné le Vice-Président US, en faisant observer que le génie créateur et la matière grise sont des valeurs qui ne peuvent souffrir aucune discrimination ethnique, raciale ou religieuse.

Auparavant, M. Biden avait réitéré, dans une allocution lors de la cérémonie d'ouverture officielle du GES Marrakech, la détermination des Etats-Unis de renforcer les relations de partenariat avec le Maroc, notamment dans le domaine de l'encouragement de entrepreneuriat et de l'innovation.

Les Etats-Unis se tiennent prêts à renforcer le partenariat avec le Maroc, a dit M. Biden, rappelant que le Royaume a été le premier pays à reconnaitre les Etats-Unis d'Amérique en 1777.

Le vice-président américain a annoncé, dans ce contexte, la décision du gouvernement de son pays d'investir près de 50 millions de dollars dans le cadre du programme Millennium Challenge, pour soutenir la stratégie mise en œuvre par le Maroc dans le domaine de la formation professionnelle.

La Millennium Challenge Corporation (MCC) devra investir un montant de près de 50 millions de dollars pour appuyer la stratégie du Maroc dans le domaine de la formation professionnelle et ce, dans le cadre de partenariats public/privé, a-t-il dit, expliquant que ce nouveau projet de la MCC vise à renforcer les compétences des jeunes et leur permettre de répondre aux attentes du marché de l'emploi.

Le Président guinéen exprime sa gratitude à Sa Majesté le Roi pour le soutien apporté à son pays par le Royaume

Le Président guinéen, M. Alpha Condé, a exprimé, jeudi à Marrakech, sa gratitude à SM le Roi Mohammed VI pour le soutien précieux accordé à son pays par le Royaume.

La Guinée est reconnaissante à SM le Roi Mohammed VI et au Royaume du Maroc pour le soutien sans faille témoigné à l'égard du peuple guinéen qui faisait face à une conjoncture économique délicate, a dit le président Condé dans une intervention lors de la cérémonie d'ouverture officielle du sommet global du partenariat, qui se tient dans la ville ocre.

Lors de cette cérémonie marquée par la présence du vice-président américain, Joe Biden, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et de plusieurs membres du gouvernement, le Président guinéen a souligné que le Maroc a apporté un soutien important à la Guinée en particulier pour faire face à l'épidémie d'Ebola et pour relever les défis liés au développement économique, à la sécurité et au renforcement de la stabilité.

M. Condé a, d'autre part, mis l'accent sur la nécessité pour les pays africains de mettre au point une nouvelle vision du développement économique, en s'inspirant de l'expérience des pays asiatiques, le but étant de drainer davantage d'investissements.

Passant en revue les réformes entreprises par la Guinée, notamment pour inciter les femmes et les jeunes à s'inscrire davantage dans la dynamique de l'entrepreneuriat et de l'innovation, M. Condé a indiqué que la Guinée a mis en place un centre visant à attirer des partenaires étrangers et favoriser le transfert technologique et du savoir.

La Guinée ambitionne de renforcer ses infrastructures dans le but de promouvoir son attractivité aux yeux des investisseurs étrangers, a-t-il dit, appelant les pays de l'Union européenne et les pays émergents à emboiter le pas aux Etats-Unis et mettre en place des projets communs visant à promouvoir l'entrepreneuriat, notamment des femmes et des jeunes en Afrique.

Quelque 3.000 participants, dont des chefs d'Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette messe, qui durera jusqu'à vendredi.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde. 

M. Biden annonce à Marrakech l'initiative J. Christopher Stevens pour les échanges virtuels

Le vice-président américain, Joe Biden, a annoncé, jeudi à Marrakech, le lancement de l'initiative J. Christopher Stevens pour les échanges virtuels visant à renforcer les échanges entre les jeunes américains et ceux de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du nord.

Lancée en l'honneur de Christopher Stevens, ancien ambassadeur américain en Libye tué en septembre 2012 à Benghazi, l'initiative, dont le coup d'envoi sera donné au Maroc avec le lancement d'un projet pilote début 2015, vise à renforcer les capacités des jeunes à relever les défis locaux et globaux par le biais de la promotion de leur connectivité, a indiqué M. Biden dans une allocution lors de la cérémonie d'ouverture officielle du Sommet global sur l'entrepreneuriat dans la Cité ocre.

Les Etats-Unis sont engagés en faveur de l'émergence d'une nouvelle génération de jeunes orientés vers l'avenir dans un esprit d'ouverture, a dit le vice-président américain, précisant que l'initiative J. Christopher pour les échanges virtuels, fruit d'un partenariat multilatéral entre les secteurs privé et public, contribuera à coup sûr à la consolidation des liens entre les jeunes américains et ceux de la région Mena, en mettant à profit l'apport précieux des nouvelles technologies de l'information.

Dans ce sens, ce programme s'attèlera à jeter les bases d'échanges entre les jeunes en particulier dans le domaine de l'éducation. Plus d'un million de jeunes devront bénéficier de cette initiative dont l'ultime objectif est de surmonter les problèmes liés à l'incompréhension. 

Le vice-président américain a fait savoir, dans ce contexte, qu'un certain nombre de pays ont exprimé leur souhait de conclure des partenariats avec les Etats-Unis dans le cadre de cette initiative. 

Jusqu'à présent, le Maroc, le Qatar et les Emirats Arabes Unis notamment ont souscrit des engagements financiers totalisant plus de 31 millions de dollars pour les cinq prochaines années, dans le cadre de l'initiative qui impliquera des fondations et des partenaires du secteur privé, a dit M. Biden.

Le vice-président américain a tenu à rappeler devant l'assistance que l'ambassadeur américain Christopher Stevens, dont la mémoire sera perpétuée par cette initiative pour l'encouragement des échanges entre jeunes, a été très positivement influencé par son passage au Maroc entre 1983 et 1985, quand il enseignait la langue anglaise dans le sud du Royaume. 

Quelque 3.000 participants, dont des chefs d'Etat, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette messe, qui durera jusqu'à vendredi.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Le vice-président américain réitère à Marrakech la détermination des Etats-Unis de renforcer le partenariat Maroc-USA

Le vice-président américain, M. Joe Biden, a réitéré, jeudi à Marrakech, la détermination des Etats-Unis de renforcer les relations de partenariat avec le Maroc, notamment dans le domaine de l'encouragement de l'entrepreneuriat et de l'innovation.

Les Etats-Unis se tiennent prêts à renforcer le partenariat avec le Maroc, a dit M. Biden dans une allocution lors de la cérémonie d'ouverture officielle du Sommet global sur l'entrepreneuriat, qui se tient à dans la cité ocre, rappelant que le Maroc a été le premier pays à reconnaitre les Etats-Unis d'Amérique en 1777.

Le vice-président américain a annoncé, dans ce contexte, la décision du gouvernement de son pays d'investir près de 50 millions de dollars dans le cadre du programme Millennium Challenge, pour soutenir la stratégie mise en œuvre par le Maroc dans le domaine de la formation professionnelle.

La Millennium Challenge Corporation (MCC) devra investir un montant de près de 50 millions de dollars pour appuyer la stratégie du Maroc dans le domaine de la formation professionnelle et ce, dans le cadre de partenariats public/privé, a-t-il dit, expliquant que ce nouveau projet de la MCC vise à renforcer les compétences des jeunes et leur permettre de répondre aux attentes du marché de l'emploi.

Rappelant que près de 700 millions de dollars ont été jusqu'à présent alloués à des projets au Maroc dans le cadre du Millennium Challenge, M. Biden a indiqué que le gouvernement marocain et la MCC commenceront, dès janvier prochain, à solliciter des idées des secteurs privé et public, ainsi que de la société civile dans le but de tisser de nouveaux partenariats privé/public dans le domaine de la formation.

Ce nouveau programme de coopération fera l'objet d'un accord qui sera signé en 2015, a encore dit le vice-président américain, qui a, par la même occasion, annoncé la mise en place au Maroc d'une académie pour la formation d'entrepreneurs.

Cette académie, qui sera créée en partenariat entre le gouvernement américain et la compagnie Volvo, devra former chaque année 150 entrepreneurs venus du Maroc, de Côte d'Ivoire et du Sénégal. La formation qui sera dispensée par la future académie se focalisera essentiellement sur les secteurs technologique et industriel, le but étant de bien préparer les futurs entrepreneurs pour relever les nouveaux défis du marché de l'emploi.

En outre, le vice-président américain a fait savoir que le gouvernement de son pays mettra à la disposition du Maroc, en partenariat avec l'Espagne, une garantie de crédit de l'ordre de 7 millions de dollars pour financer un projet visant la mise en place d'une nouvelle facilité de stockage au niveau du port Tanger-Med.

Le projet, qui s'inscrit dans le cadre de l'accord de libre échange maroco-américain et la stratégie marocaine visant la modernisation du secteur agricole, devra encourager davantage les exportations de produits agricoles vers des marchés clefs.

Et le vice-président américain d'annoncer que l'une des premières opérations du nouveau Global Entrepreneurship Network (réseau d'entrepreneuriat global/GEN) sera lancée au Maroc.

Se fondant sur les résultats de cinq années de soutien pour l'entrepreneuriat, les Etats-Unis s'engagent à élargir les opportunités économiques pour tous, en particulier les femmes et les jeunes, a dit M. Biden, ajoutant que Washington devra allouer une enveloppe budgétaire de l'ordre de 1 milliard de dollars pour soutenir le secteur privé dans plusieurs pays durant les trois prochaines années.

La moitié des projets qui seront soutenus dans le cadre de cette opération seront générés par des femmes et des jeunes entrepreneurs, a dit le responsable américain. 

Quelque 3.000 participants, dont des chefs d'Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette messe, qui durera jusqu'à vendredi.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Le GES Marrakech, une reconnaissance de la stature internationale de Sa Majesté le Roi

La tenue à Marrakech de la 5è édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech, 19-21 novembre), constitue une reconnaissance de la stature internationale de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et un hommage à l'engagement du Souverain en faveur de relations Nord-Sud novatrices basées sur l'équité et la prospérité partagée.

C'est au service de ce noble idéal que Sa Majesté le Roi Mohammed VI n'a eu de cesse, depuis Son accession au Trône, de multiplier les initiatives et consolider les partenariats avec les pays africains, dans le cadre d'une vision stratégique qui fait du Souverain le porte-drapeau d'une Afrique débarrassée des pesanteurs mutilantes d'une ère coloniale à jamais révolue, une Afrique confiante en ses atouts, qui place l'individu au centre d'un développement humain solidaire, marqué du sceau Royal de l'authenticité de l'engagement et de l'efficience de la méthode.

Les différentes tournées du Souverain dans plusieurs pays africains suscitent un grand intérêt dans la presse et auprès des prescripteurs d'opinion américains qui mettent en avant l'"authenticité de l'engagement royal, ancré dans l'histoire millénaire du Maroc, ainsi que l'efficience d'une méthode soucieuse de bâtir des partenariats pour le développement et le progrès solidaires".

La vision Royale, qui fait du Maroc un pays écouté et respecté dans le concert international, participe ainsi d'une démarche stratégique qui s'appuie sur trois composantes essentielles, à savoir le soutien aux processus de démocratisation, le développement humain et le respect des différences et spécificités culturelles.

"Sur la base de ces trois principes cardinaux et complémentaires, le Maroc apporte son expertise et son savoir-faire aux pays frères et amis dans le continent, en mettant à profit sa force de projection économique et des partenariats pour le développement solidaire et mutuellement bénéfique", affirme, à ce propos, le magazine bimensuel américain National Interest, spécialisé dans les questions stratégiques et de défense.

Cette analyse fait écho à la teneur du discours d'Abidjan dans lequel Sa Majesté le Roi avait souligné que "le développement durable du Continent africain exige que la créativité et le dynamisme du secteur privé se concentrent sur des domaines porteurs, comme l'agriculture, l'industrie, la science et la technologie et le développement des infrastructures".

"Si le siècle dernier a été celui de l'indépendance des Etats africains, le 21ème siècle devrait être celui de la victoire des peuples contre les affres du sous-développement, de la pauvreté et de l'exclusion", avait dit le Souverain.

L'engagement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur du développement en Afrique montre combien "le génie marocain est engagé dans le cadre d'une démarche exemplaire" dans le continent, tient à soutenir, pour sa part, Michael A. Battle, Ambassadeur et Conseiller principal pour l'Organisation du Sommet Etats-Unis-Leaders Africains, tenu en août dernier à Washington.

"En vérité, le Maroc c'est l'Afrique et l'Afrique c'est le Maroc", soutient le haut responsable américain.

Le Royaume, sous la conduite de Sa Majesté le Roi, "a déjà réalisé des choses phénoménales en Afrique, grâce notamment à ses atouts dans les domaines de l'aéronautique et de l'industrie automobile, entre autres", affirme-t-il.

"C'est ce génie marocain que nous voulons voir se disséminer dans le reste du continent africain afin que puisse émerger une révolution industrielle et dans le secteur manufacturier, à la faveur d'économies diversifiées. Ce modèle marocain devrait être suivi", a conclu le haut responsable américain.

Le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant la 69è session de l'Assemblée générale des Nations Unies avait, si judicieusement, souligné que "le monde aujourd'hui est à la croisée des chemins: soit la communauté internationale apporte son appui aux pays en développement pour qu'ils puissent avancer et assurer la sécurité et la stabilité dans leurs régions respectives, soit nous aurons tous à supporter les conséquences de la montée des démons de l'extrémisme, de la violence et du terrorisme, qu'alimente le sentiment d'injustice et d'exclusion, et auxquels aucun endroit au monde ne pourra échapper".

Le destin de la communauté internationale est aujourd'hui plus que jamais lié. Ce discours de Sa Majesté constitue à juste titre un appel au sursaut de la conscience collective pour se défaire des relents d'une ère coloniale à jamais révolue et repenser la coopération Nord-Sud sur des bases équitables, car la quiétude, la prospérité et la stabilité du monde en dépendent.

Le Maroc et les Etats-Unis, deux nations qui ont toujours été du même côté de l'histoire, ont un rôle unique à jouer pour la promotion d'un développement solidaire et de relations Nord-Sud équitables et mutuellement bénéfiques.

En exprimant à Sa Majesté le Roi son appréciation pour l'offre du Souverain d'accueillir le Sommet Mondial de L'Entrepreneuriat, le Président Barack Obama a tenu aussi à reconnaître et à saluer le rôle et le leadership du Souverain sur la scène régionale et internationale eu égard aux grandes questions de l'heure.

Porté par ses options fondamentales et ses valeurs essentielles, le Maroc adhère sans conteste aux objectifs de ce Sommet, a souligné SM le Roi dans un message adressé aux participants au GES 2014. Le Royaume, a insisté le Souverain, se mobilise pour le développement humain et durable, et investit dans la culture entrepreneuriale, tout en encourageant également le partage d'expertise et de savoir-faire et l'optimisation des complémentarités, notamment entre pays du Sud.

-Par Fouad ARIF-

GES Marrakech, une reconnaissance internationale du modèle de développement marocain sous le leadership de SM le Roi

La tenue à Marrakech du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat, dont les travaux ont été ouverts officiellement jeudi, constitue une reconnaissance internationale du modèle de développement marocain voulu par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et pour la réalisation duquel s'est déployé un leadership Royal visionnaire porté par une force de projection multidimensionnelle sur la scène internationale au service des intérêts stratégiques de la nation.

Le Maroc cueille aujourd'hui les fruits de cet engagement résolu du Souverain dans le concert des nations à la faveur d'une démarche proactive, qui a érigé le Royaume en tant que modèle de réformes à suivre dans la région MENA, mais également en Afrique où le Souverain s'est évertué à jeter les fondements d'un partenariat gagnant-gagnant avec les pays du continent, dans le cadre d'une démarche qui tord le cou aux idées reçues et aux clichés qui datent d'une ère coloniale révolue.

Ces réformes tous azimuts ont donné lieu à une dynamique vertueuse qui a favorisé le développement de la culture démocratique, du pluralisme et de l'égalité au Maroc, autant de qualités qui sanctuarisent les acquis jusque-là concrétisés par le Royaume.

Aucun domaine d'activité n'a été laissé de côté: De la consolidation des droits de l'Homme à la promotion de la libre entreprise et du climat des affaires, en passant par un développement humain dont les stratégies octroient au citoyen la double fonction d'acteur central et de finalité ultime, dans le cadre de ce "brassage civilisationnel authentique entre toutes les composantes constitutives de l'identité marocaine", comme l'avait souligné le Souverain dans le discours adressé à la Nation à l'occasion du 39ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte.

Dans le communiqué conjoint ayant sanctionné, en novembre 2013, la rencontre au sommet entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président Barack Obama, à la Maison Blanche, le Chef de l'Exécutif US avait tenu, à ce propos, "à saluer l'action et le leadership de Sa Majesté le Roi dans la consolidation de la démocratie, la promotion du progrès économique et du développement humain, durant la dernière décennie".

La réussite du modèle de développement voulu par le Souverain sur le plan national, dans le cadre d'une vision à la faveur de la mise en œuvre d'une régionalisation avancée et du modèle de développement des provinces du sud, trouve son expression à l'international dans l'engagement authentique et pragmatique du Souverain en faveur de la consolidation de la coopération sud-sud dans le continent africain et bien au-delà.

Le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant la 69è session de l'Assemblée générale des Nations Unies a été, à juste titre, un fort plaidoyer pour un continent africain fier de ses spécificités culturelles, ses identités plurielles, son évolution historique et ses ressources humaines et naturelles, une Afrique qui refuse de subir les clichés qui lui ont été imposés, à son corps défendant, par une vision colonialiste forcément réductrice quand elle n'est pas condescendante et cynique.

Ce discours est imprégné d'un haut sens de l'histoire et de l'engagement concret du Souverain au service des causes justes et des préoccupations du Continent, un engagement qui s'est traduit sur le terrain par des partenariats gagnant-gagnant qui placent l'homme africain au coeur de toute stratégie de développement durable, tout en étant porté par une vision d'espoir consciente, plus que jamais, que l'Afrique a moins besoin d'aide mais d'opportunités.

Le Sommet Global de l'Entrepreneuriat vient donc à point nommé pour apporter des solutions concrètes à la question du développement durable dans le continent africain, qui constitue aujourd'hui un nouvel espace d'expression du partenariat maroco-américain, à travers une coopération triangulaire qui met à profit la présence du Royaume dans les différents secteurs économiques à forte valeur ajoutée en Afrique, ainsi que les liens humains et culturels dont se prévaut le Maroc avec cette partie du monde.

Un rapport publié récemment par le prestigieux think tank américain Atlantic Council met justement en valeur ce qu'il considère les "atouts économiques" du Maroc, qualifié de "bastion de stabilité aux portes d'un continent qui reste agité par d'importantes turbulences".

Le document cite les fondamentaux macroéconomiques sains qui prévalent dans le Royaume, des investissements en Afrique qui ont atteint plus d'un milliard de dollars en 2013 contre une moyenne de 300 millions de dollars par an durant la décennie précédente, une expertise managériale et financière qu'illustrent notamment la mise en place de Casablanca Finance City, ainsi qu'une présence robuste du secteur bancaire marocain dans le continent. Il convient de souligner, à ce propos, que sur les 500 plus grandes entreprises en Afrique pas moins de 77 sont marocaines.

Le rapport cite également la diversité culturelle qui constitue un cachet distinctif du tissu social marocain et qui, par ricochet, donne aux entreprises marocaines évoluant en Afrique un avantage compétitif certain, porté par une diplomatie économique efficace et pragmatique, autant d'atouts qui font du Royaume un hub et une plaque tournante incontournable entre l'Afrique, l'Europe et les Etats-Unis.

Ce rôle qui échoit au Maroc se trouve ainsi conforté par une intégration aboutie dans l'économie internationale avec l'existence d'un accord de libre-échange avec les Etats-Unis, des ALE similaires avec l'Union européenne et ses pays-membres, la Turquie, la Tunisie, l'Egypte, la Jordanie ou encore les Emirats arabes unis.

"Le Maroc est devenu une destination de choix pour les investisseurs US et l'Accord de libre-échange, entré en vigueur en 2006, constitue l'un des facteurs clés qui rendent le Royaume attractif pour les compagnies américaines", explique le vice-président aux Affaires africaines à la Chambre de commerce américaine, Scott Eisner, dont les propos sont rapportés par le magazine US "International Business Times".

Il a également cité le partenariat multidimensionnel mis en place entre le Maroc et les pays de l'Afrique subsaharienne, note la publication US, qui rappelle, dans ce contexte, la tournée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Mali, en Côte d'Ivoire, en Guinée et au Gabon, ainsi que le taux de croissance de 4,8 pc enregistré par l'économie marocaine en 2013.

"Les entreprises américaines sont attentives à cette dynamique", souligne-t-on à Washington, où des voix s'élèvent pour saluer l'engagement du Royaume en Afrique, sous l'impulsion de Sa Majesté le Roi, pour soutenir l'idée d'une coopération triangulaire entre le Maroc, les Etats-Unis et le continent africain dans le cadre d'une vision débarrassée de tout tropisme colonialiste mutilant.

Le destin de la communauté internationale est aujourd'hui plus que jamais lié. Le discours de Sa Majesté le Roi devant la 69è session de l'Assemblée générale des Nations Unies constituait à juste titre un appel au sursaut de la conscience collective pour se défaire des relents d'une ère coloniale à jamais révolue et repenser la coopération Nord-Sud sur des bases équitables, car la quiétude, la prospérité et la stabilité du monde en dépendent.

-Par Fouad ARIF-

Coopération Sud-Sud : Au Mali, les gestes de SM le Roi sont très appréciés

Les Maliens apprécient beaucoup les gestes de SM le Roi Mohammed VI en soutien à leur pays, un soutien qui dénote une ferme volonté pour développer la coopération Sud-Sud, ont assuré des journalistes maliens, dans une déclaration en marge du 5ème sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014) à Marrakech.

En spécialistes des relations maroco-maliennes, Ousmane Djibrilla de la chaîne Africable TV et Hassane Moulay Haidara, journaliste indépendant, qui ont déjà couvert les dernières visites royales au Mali, ont salué la portée socio-économique des différents projets lancés par SM le Roi et qui ont eu un impact réel sur la vie de la population locale.

Ces visites, couronnées par la signature d'une série d'accords ayant trait à plusieurs domaines (transport, infrastructure, politique, santé, éducation, formation des imams), reflètent "l'excellence des relations entre Rabat et Bamako", a relevé Ousmane Djibrilla, qui rappelle que ces relations sont séculaires, remontant déjà à l'époque où à Tombouctou se pratiquait le commerce transsaharien (dattes et autres denrées).

Une coopération bilatérale "très forte" qui dépasse, a-t-il dit, le côté institutionnel, avec la présence au Mali de plusieurs entreprises marocaines partenaires d'institutions maliennes, citant le cas d'Attijariwafa Bank, associée à la Banque Internationale pour le Mali (BIM) et de Maroc Télécom à SOTELMA.

Le journaliste a mis l'accent sur l'importance des visites de SM le Roi au Mali, notamment sur le plan social, qualifiant de "geste très appréciable" l'installation d'un hôpital de campagne à Bamako où pendant des mois, "les médecins marocains ont soigné des milliers de personnes de différentes maladies".

C'est le cas aussi de l'initiative de la formation au Maroc de 500 imams. "Ces imams vont véhiculer des messages de paix, de tolérance, d'entraide, d'acceptation de l'autre", pour faire face aux formes d'extrémisme à l'origine de la crise au Nord-Mali, a ajouté M. Djibrilla.

Un constat que partage son confrère Hassane Moulay Haidara qui relève qu'en tant que pays musulman, le Mali "compte beaucoup sur cet aspect de formation des imams parce que cela apaise les esprits".

"l'Islam est une religion de paix et de tranquillité et nous voulons que le Mali se développe dans la paix et la tranquillité" a-t-il plaidé.

Le reporter qui ne manque pas de souligner qu'"avec la crise du Nord, le Maroc n'a pas manqué d'apporter le soutien aux réfugiés à la fois sur les plans logistique, alimentaire et de médicaments", voit dans ces initiatives "un signe de confiance".

Autant de formes de soutien que le Royaume "nous porte dans des périodes difficiles", selon le journaliste qui retient également l'importance de l'aspect éducation de la coopération du Maroc avec son pays, d'autant plus que le Royaume fait partie des pays qui reçoivent le plus d'étudiants africains, dont plusieurs Maliens.

"Nous savons bien que l'éducation est un pilier pour un pays qui veut se développer", a affirmé Hassane Moulay Haidara avant de conclure : "Nous remercions SM le Roi et nous voulons que la coopération Sud-Sud continue dans ce sens".

Ouverture officielle à Marrakech de la 5ème édition du Sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014)

La 5ème édition du Sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014) s'est ouverte, jeudi à Marrakech, avec la participation de délégations de haut niveau, venues des quatre coins du monde.

Placée sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ce conclave mondial, qui se tient pour la première fois dans un pays africain, devra aborder plusieurs questions relatives, notamment, à l'exploitation du potentiel de la technologie pour l'innovation et l'entrepreneuriat.

La séance d'ouverture a été marquée par la lecture du message adressé par SM le Roi Mohammed VI aux participants à ce sommet.

Des chefs d'Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités, des PME et des dirigeants d'entreprises prennent part à cette messe, qui durera jusqu'à vendredi.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.

Le programme de l'édition de Marrakech, organisée conjointement par le Maroc et les Etats-Unis, prévoit pas moins de 12 séances plénières, offrant une plateforme de choix pour les différents intervenants pour faire part de leurs expériences, partager leurs points de vue et débattre autour de thématiques majeures comme la croissance durable, le climat des affaires, l'export, la responsabilité sociale, et d'autres thèmes d'actualité.

Les ateliers de ce sommet de l'entrepreneuriat aborderont des thématiques diverses, telles les villes intelligentes, l'entrepreneuriat social, l'innovation et métiers de la santé, l'agriculture et sécurité alimentaire.

Un site spécial a été aménagé à cet effet en plein centre-ville de la Cité Ocre. Il est composé d'un chapiteau pour les séances plénières, de trois espaces pour l'organisation d'ateliers thématiques, d'un village de l'innovation, en plus de lieux conviviaux de restauration et d'échange.

Par ailleurs, un espace spécial, la "Market place" a été érigé au milieu du site, dans le but de permettre aux participants d'échanger leurs expériences et identifier des pistes de partenariat. 

Les travaux du 5ème GES avaient démarré, mercredi, par un grand honneur à la femme, à travers le "Women's Entrepreneurship Day" qui a réuni des centaines de femmes entrepreneurs d'une cinquantaine de pays pour une réflexion de haut niveau sur la promotion de l'entrepreneuriat féminin.

Arrivée à Marrakech du Président gabonais pour participer au 5ème Sommet Global de l'entrepreneuriat

Le Président de la République du Gabon, M. Ali Bongo Ondimba, est arrivé jeudi tôt dans la matinée à Marrakech pour prendre part à la Cinquième Edition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, du 19 au 21 novembre dans la cité ocre.

A son arrivée à l'aéroport international Marrakech-Ménara, le Président gabonais a été accueilli par le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane.

Après avoir passé en revue un détachement des Forces Royales Air (FRA) qui rendait les honneurs, le président gabonais a été salué notamment par le wali de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, Abseslam Bikrat et par le président du Conseil de la région, Ahmed Touizi.

M. Ali Bongo Ondimba a été salué également par l'ambassadeur de la République du Gabon à Rabat ainsi que par d'autres personnalités civiles et militaires.

(MAP-20/11/2014)

GES Marrakech-2014 : Signature d'une alliance stratégique entre Microsoft et une jeune start-up tunisienne

Le groupe Microsoft a signé, mercredi à Marrakech, une alliance stratégique avec la start-up tunisienne "Saphon Energy", une société spécialisée dans la recherche et le développement dans le domaine de l'énergie éolienne. 

Cette alliance a été scellée en marge du 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat, qui se tient à la cité Ocre du 19 au 21 novembre courant sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat". 

Cet accord s'inscrit dans le sillage de l'engagement de l'initiative de Miscrosoft "4Africa" visant à aider et encourager les start-ups africaines à innover pour le continent et le monde. 

"L'Afrique du Nord est une région importante pour Microsoft. Nous constatons que la technologie a un potentiel énorme dans la région pour transformer la vie des gens, augmenter l'aptitude pour les affaires et apporter un changement positif dans la société", a affirmé le directeur général de Microsoft-Maroc, Samir Benmakhlouf. 

"Le soutien apporté par l'initiative '4Africa' de Microsoft à Saphon Energy est l'illustration parfaite de notre engagement à promouvoir de nouvelles idées qui naissent en Afrique et qui ont le potentiel de changer le monde", a-t-il ajouté. 

Saphon Energy, entreprise dédiée aux technologies propres, est la créatrice et propriétaire d'une technologie révolutionnaire et brevetée qui convertit l'énergie éolienne en électricité. 

Connue sous le nom de "Saphonienne" ou de "convertisseur d'énergie éolienne", cette technologie sans pale ni corps rotatif peut être utilisée pour pomper l'eau et généraliser la connectivité. Cette technologie a déjà été récompensée par plusieurs prix internationaux en 2013. 

"La Saphonienne peut contribuer à transformer le paysage économique africain et contribuer au développement du continent", a précisé le fondateur de l'entreprise Anis Aouini. 

Microsoft a récemment collaboré avec l'Association des femmes chefs d'entreprises du Maroc (AFEM) pour lancer la "Cloud Startup Academy", le premier programme de son genre au Maroc, dont la mission est d'aider les jeunes femmes à lancer des start-ups innovatrices reposant sur la toute dernière technologie du Cloud. Les 50 premières femmes ont débuté dernièrement leur formation destinée à soutenir les femmes entrepreneurs et stimuler l'économie locale et développement durable.

Jill Biden met en avant les avancées des droits de la femme au Maroc sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI

Mme Jill Biden, épouse du Vice-président américain, a mis en avant, mercredi à Marrakech, les avancées enregistrées au Maroc en matière des droits de la femme, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI. 

Jill Biden, qui s'exprimait lors de la cérémonie de clôture de la journée internationale de l'entrepreneuriat féminin, organisée dans le cadre de la 5è édition du Global Entrepreneurship Summit (GES Marrakech, 19-21 novembre), a tenu à réitérer l'engagement des Etats-Unis "à soutenir les actions des femmes et des jeunes filles afin de les aider non seulement à survire, mais à s'épanouir au sein de leurs communautés". 

A ce propos, elle a appelé à encourager les pays concernés à mettre en place des politiques pertinentes de promotion des droits de la femme et de son intégration pleine et complète dans les différents secteurs d'activité. 

Donnant le Maroc comme exemple, Mme Biden a mis en exergue le nouveau code de la famille, qui a mis à niveau les droits civiques de la femme aussi bien au sein de la société que dans le cadre de la cellule familiale, en se disant "très impressionnée par le centre d'éducation et de formation de la femme, réalisé au quartier Hay Mohammadi à Marrakech, dans le cadre de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain, ainsi que par l'implication des femmes dans l'action menée par cette structure sociale". 

Mme Jill Biden, qui est arrivée mercredi en compagnie de son époux, Joe Biden, pour participer au GES 2014 à Marrakech, a effectué le même jour une visite dans ce Centre, qui dispense à des femmes et des jeunes filles déscolarisées des formations leur permettant d'accéder à des activités génératrices de revenus ainsi que des cours d'alphabétisation et des formations au métier d'éducatrice. 

Intervenant lors de la même cérémonie, Mme Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, a affirmé que les questions relatives à l'entrepreneuriat féminin sont exactement les mêmes à travers le monde et que ce qui fait la différence réside dans les politiques et les moyens à même d'assurer l'intégration de la femme par le biais de mesures judicieuses. 

"Le Royaume du Maroc est résolument engagé dans ce rôle, en droite ligne d'un engagement qui reflète les différentes réformes mises en œuvre et plaçant la femme au coeur des stratégies sectorielles", a rappelé la ministre délégué, en insistant sur l'impérieuse nécessité de placer les femmes au sein des administrations publiques et organisations privées, en leur assurant l'accès aux centres de décision. 

A l'issue de cette cérémonie, des prix ont été décernés aux meilleurs projets présentés au jury présidé par Penny Pritzker, secrétaire US au Commerce, à savoir Thermal Fit appartenant à Energy Depot (Mexique), un autre relatif à la dépollution des eaux de Bioptical (Egypte), alors que le dernier projet primé porte sur les services de conciergeries à des prix abordables. 

Les critères déterminants ayant présidé au choix de ces projets sont l'innovation, le talent ainsi que l'impact socio-économique et environnemental.

Mme Jill Biden visite à Marrakech un Centre d'éducation et de formation de la femme, réalisé dans le cadre de l'INDH

L'épouse du vice-président des Etats-Unis, Mme Jill Biden, a visité mercredi un Centre d'éducation et de formation de la femme, réalisé au quartier Hay Mohammadi à Marrakech dans le cadre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH). 

Inauguré par SM le Roi Mohammed VI en janvier 2014, ce Centre permet aux femmes et aux jeunes filles déscolarisées d'accéder à des activités génératrices de revenus en leur offrant des formations en coupe-couture, coiffure-esthétique et en informatique. Le Centre dispense également aux bénéficiaires des cours d'alphabétisation et des formations au métier d'éducatrice. 

Mme Jill Biden, qui était accompagnée de Mme Catherine Russell, ambassadrice américaine itinérante pour les questions mondiales des femmes, et de Mme Antoinette Bush, épouse de l'ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, a effectué une tournée dans les différentes dépendances de ce Centre. 

A cette occasion, des explications ont été fournies à Mme Jill Biden sur les activités et les missions de ce centre destiné à assurer aux personnes bénéficiaires une plus grande stabilité sociale et une insertion économique réussie. 

Dans une déclaration à la presse, Mme Jill Biden s'est dite impressionnée par les équipements de ce Centre, qui offre un encadrement approprié aux jeunes femmes dans des domaines aussi importants que la formation et l'éducation. 

Pour sa part, Mohamed Knidiri, président de l'Association le Grand Atlas, gestionnaire du Centre, s'est félicitée de la visite de Mme Jill Biden qui lui a permis de se faire une idée sur les initiatives entreprises par la société civile au Maroc en faveur des femmes. 

M. Knidiri a rappelé que le Centre d'éducation et de formation de la femme a pour mission de former les bénéficiaires dans divers domaines ivers afin de leur permettre d'intégrer le marché du travail ou monter leur propres projets. 

Mme Jill Biden accompagne son époux, le vice-président américain Joe Biden, en visite au Maroc pour prendre part à la cinquième édition du Sommet Global de l'entrepreneuriat (GES), organisée, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, du 19 au 21 novembre dans la cité ocre.

GES Marrakech-2014 : les jeunes invités à la créativité innovante et à entreprendre en s'inspirant du concept des Start-Up

Des chefs d'entreprises, des universitaires et des ministres ont plaidé, mercredi à Marrakech, pour la promotion de l'esprit entrepreneurial auprès des jeunes à travers l'éducation et la formation, à même de les encourager à concrétiser leurs projets en s'inspirant du concept des Start-Up et de leurs succès planétaires. 

Réunis dans le cadre d'une conférence-débat sur le thème "Start-Up et innovation", organisé par l'Université de Berkeley (Programme pour le partenariat et le développement) dans le cadre du 5ème Sommet mondial de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), les intervenants ont passé en revue les ingrédients nécessaires pour l'éclosion de l'esprit entrepreneurial auprès des jeunes dans la région MENA où le chômage touche près de 30 pc des moins de 24 ans. 

Les maitres mots lors de ces débats, qui se sont déroulés en présence de nombreux étudiants et jeunes entrepreneurs d'une cinquantaine de pays, ont été l'éducation à la créativité et à l'innovation, la formation appropriée, l'amélioration du climat des affaires et des stratégies de développement encourageant l'auto-emploi et la libre entreprise. 

Intervenant dans le cadre de ce débat, la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, Mbarka Bouaida, a souligné que les réformes économiques audacieuses entreprises par le Maroc, ses stratégies économiques ambitieuses et son ouverture à l'international, ont fait du Royaume un modèle en matière de culture de l'entrepreneuriat dans la région et offre désormais un terrier favorable à l'éclosion et la prospérité des start-ups novatrices.

Le choix porté sur le Maroc pour l'organisation du GES-2014 atteste des efforts du Royaume pour la modernisation de son économie, l'efficience de ses choix économiques en plus de ses atouts de stabilité et de cohésion qui sont des conditions nécessaires pour tout projet de développement durable. 

La ministre a tenu à souligner l'importance des efforts des Etats en matière d'éducation et de formation pour atteindre les objectifs du développement durable. Une attention particulière devra être accordée à l'éducation à la culture de l'innovation à l'école et à la promotion de l'esprit entrepreneuriat au sein des universités et des établissements de l'enseignement supérieur, a-t-elle dit.

En vue de parvenir à cette culture entrepreneuriale si nécessaire pour faire face aux défis du 21ème siècle, particulièrement en matière de compétitivité et de création des richesses et d'emploi, Mme Bouaida a conseillé l'implication de l'ensemble des partenaires pour orienter l'enseignement vers la promotion de la créativité et de l'innovation et la mise en réseau des universités pour converger vers cet objectif majeur.

Pour sa part, le ministre délégué chargé des Petites entreprises et de l'Intégration du secteur informel, Mamoune Bouhdoud, a souligné que l'esprit d'entrepreneuriat et d'innovation est la meilleure voie pour le développement, comme en atteste les remarquables performances économiques des pays émergents.

Evoquant les choix stratégiques du Maroc, le ministre délégué a souligné l'orientation affirmée de s'ouvrir sur son entourage régional et sur le monde grâce aux accords de libre échanges conclus avec plusieurs pays. Le Maroc est le seul pays africains à avoir conclu un accord de libre-échange avec les Etats Unis, comme il est conscient de son rôle au niveau du continent et sa volonté de s'ériger en Hub africain pour l'entrepreneuriat. 

Concernant la promotion de l'esprit entrepreneurial et d'innovation, le ministre délégué a souligné la nécessité de mobiliser les efforts des différents partenaires (Etat, secteur privé, institutions et universités). Et de souligner que le Maroc est sur la bonne voie dans ce domaine puisqu'une étude a révélé que 70 pc des jeunes marocains désirent créer leur propre entreprise, ce qui représente le meilleur taux dans la région MENA.

Pour sa part, le directeur du programme de l'université de Berkeley pour l'entrepreneuriat et le développement (USA), Dariush Zahedi, a tenu à saluer le succès réalisé par le Maroc durant les 15 dernières années grâce à son engagement dans la libéralisation et la diversification de son économie. Une stratégie payante puisque l'ensemble des secteurs sont sur un trend haussier avec une croissance soutenue autour de 5 pc, une nette régression de la pauvreté, le renforcement de la classe moyenne et une progression du volume de ses exportations, a-t-il dit.

Le Maroc est actuellement habilité à aller de l'avant et passer à une étape où il est en mesure de traiter la problématique du chômage et faire de sa jeunesse le fer de lance d'une nouvelle dynamique économique. 

Concernant la situation des autres pays de la région MENA, M. Zahedi a souligné que ces pays doivent déployer de grands efforts pour passer outre le schéma de l'hégémonie de l'Etat sur l'économie pour envisager de nouvelles ressources de richesse et de développement, promouvoir le rôle du secteur privé et réduire l'hémorragie de la fuite des cerveaux et des capitaux.

Prenant la parole pour témoigner de l'esprit entrepreneurial aux Etats-Unis, plus particulièrement à San Francisco et sa capitale mondiale des nouvelles technologies, Silicon Valley, Nassem El Karra, fondateur de Net-Suit, a décliné un plaidoyer convaincant pour stimuler les jeunes à réaliser leurs rêves et mettre à exécution leurs projets en s'armant essentiellement de volonté, d'esprit novateur et de ténacité.

Hewlett et Packard ont bien démarré leur petite affaire dans un garage, transformé aujourd'hui en musé à la Silicon Valley en plein récession suite à la grande crise économique des années 30, et il fut de même pour Billes Gates, Steve Jobs et bien d'autres dont les petits projets entrepris avec les moyens de bord ont abouti à des performances planétaires qui ont transformé le monde, a-t-il dit.

Avec les apports des nouvelles technologies, comme le Cloud Computing, il est désormais possible pour tout un chacun de lancer son projet d'application dans divers services via le Web et prétendre à sa propre success-story qui peut être planétaire, a-t-il ajouté.

Le Cloud Computing dispense des lourdes charges d'investissement et il suffit d'une idée d'application, d'un savoir-faire et de beaucoup de créativité pour lancer son projet et parvenir, peut-être, à un succès planétaire, a-t-il estimé.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier se retrouvent à Marrakech, dans le cadre du 5eme Sommet mondial de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain. 

Placé Sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Mme Bouaida : la tenue du GES au Maroc, "une déclinaison" de la feuille de route pour le renforcement du partenariat maroco-américain

Le 5ème sommet global de l'entrepreneuriat (GES 2014), qui se tient du 19 au 21 novembre à Marrakech, représente "une déclinaison" de la feuille de route pour le renforcement du partenariat stratégique entre le Maroc et les Etats-Unis, a indiqué, mercredi, Mme Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

La visite qu'effectue actuellement au Maroc le vice-Président américain, M. Joe Biden, et la participation de la Secrétaire américaine au commerce, Mme Penny Pritzker au "Global Entrepreneurship Summit" (GES 2014) témoignent de la volonté des deux pays, déjà engagés dans le cadre d'un dialogue stratégique, "d'aller de l'avant pour l'affermissement de leurs relations de partenariat", a-t-elle souligne lors d'une conférence de presse.

"Nous travaillons ensemble pour consolider notre dialogue stratégique", s'est félicité la ministre déléguée, ajoutant que des rencontres bilatérales sont prévues avec la partie américaine en marge de ce rendez-vous mondial de l'entrepreneuriat et de l'innovation.

La tenue du GES 2014 au Maroc offre aussi l'occasion d'approfondir les discussions avec de nombreux autres pays amis, a-t-elle dit, soulignant que le sommet de Marrakech ne manquera pas de renforcer la position du Maroc en tant que hub de l'entrepreneuriat et de l'innovation et de conforter le positionnement du Royaume en tant que pays émergent sur l'échiquier politique et économique mondial.

Mme Bouaida a, en outre, mis en avant la volonté du Maroc de donner davantage de substance à la diplomatie économique, en tant que levier d'une grande importance pour intensifier le rayonnement du Maroc.

Pour sa part, M. Nizar Baraka, Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a dit que la première journée du sommet augure d'un front succès de cette messe mondiale de l'entrepreneuriat et de l'innovation eu égard à l'importance des thèmes débattus.

L'édition de Marrakech connait une forte participation d'entrepreneurs, en particulier jeunes, a dit M. Baraka, qui est également Président du comité scientifique du sommet, faisant savoir que le site du GES a enregistré plus de 5 millions de connexions Internet durant la première journée, preuve de l'engouement et de l'espoir placé en ce sommet qui débat de questions cruciales pour la croissance économique et l'innovation entrepreneuriale.

Même son de cloche chez la Présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc, Mme Miriem Bensaleh Chekkroune, qui s'est particulièrement attardée sur le choix de consacrer la première journée du GES 2014 à la femme entrepreneur.

Rappelant les différentes thématiques abordées lors de cette manifestation internationale, Mme Bensaleh a mis l'accent sur l'importance accordée par la CGEM à l'Afrique dans le cadre de la coopération Sud-Sud, une coopération solidaire et agissante, tracée par SM le Roi Mohammed VI.

A noter que pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

L'entrepreneuriat féminin, à l'honneur lors de la première journée du GES Marrakech

Les femmes entrepreneurs et leur apport à l'économie ont été mercredi à l'honneur lors de la première journée du Sommet Global de l'entrepreneuriat de Marrakech (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), organisé du 19 au 21 novembre sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Intervenant lors d'un déjeuner débat sur le thème de l'entrepreneuriat féminin, l'ambassadrice américaine itinérante pour les questions mondiales des femmes, Catherine Russell, s'est félicitée de la consécration d'une journée entière au GES de Marrakech à la question de l'entrepreneuriat féminin, en soulignant la nécessité de continuer à œuvrer en faveur de la promotion de la femme en tant qu'entrepreneur et créateur de revenus et de richesses.

Tout en remerciant le Maroc d'avoir abrité cet important sommet mondial, l'ambassadrice américaine a appelé l'ensemble des participants à saisir cette occasion pour redoubler d'efforts en matière de développement et de promotion de l'entrepreneuriat féminin.

Mme Russell a, par ailleurs, fait savoir que le gouvernement américain a lancé une nouvelle initiative visant l'ouverture de "centres d'entrepreneuriat", dont le premier sera lancé bientôt au Pakistan, et d'autres centres suivront par la suite à travers le monde, notamment en Afrique subsaharienne.

De son côté, l'administratrice adjointe de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), Alina Romanowski, a souligné l'engagement du gouvernement américain aux côtés des pays de la région du Moyen Orient et d'Afrique du Nord pour appuyer et promouvoir l'accès des femmes aux financements et à l'entrepreneuriat, estimant que cette région a besoin aujourd'hui plus que jamais de l'entrepreneuriat féminin, afin de booster son décollage socio-économique et la création d'emploi.

Elle a également fait part de la volonté continue des Etats-Unis d'apporter davantage d'investissement et de financements aux pays de la région pour développer et soutenir l'entrepreneuriat féminin au Moyen Orient et en Afrique du Nord.

Pour sa part, la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui, a plaidé pour plus de solidarité et d'entraide avec les femmes entrepreneurs, faisant remarquer que la femme et les jeunes apportent leur propre touche d'innovation et de création.

Elle a, par ailleurs, mis en avant les avancées réalisées par le Maroc en matière de promotion de la femme, citant notamment l'adoption d'un Code de la famille moderne, de la loi sur la nationalité marocaine et de la nouvelle constitution de 2011 qui a instauré une véritable culture d'équité et d'égalité en faveur de la femme.

Salwa Belkziz, membre du bureau de l'Association des femmes chefs d'entreprises du Maroc (AFEM) et présidente du GFI Informatique, a salué, pour sa part, l'action du gouvernement en faveur de la promotion de l'entrepreneuriat féminin, notamment à travers le lancement du Fonds de garantie "Ilayki" dédiée exclusivement à l'entrepreneuriat féminin.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Organisé sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Secrétaire d'Etat américaine au commerce : les TPME, un levier important pour le développement et la création d'emplois

Les Très petites et moyennes entreprises (TPME) jouent un rôle important dans la réalisation du développement des pays et dans la création d'emplois, a affirmé mercredi à Marrakech, la Secrétaire d'Etat américaine au commerce, Mme Penny Pritzker.

Ce type d'entreprises contribue à la création de la richesse pour les entrepreneurs eux-mêmes et leur ouvre la voie pour occuper une place de choix dans leurs sociétés, a-t-elle ajouté lors d'une conférence organisée à la Faculté des Lettres et sciences humaines, relevant de l'université Cadi Ayyad de Marrakech au profit de jeunes entrepreneurs représentant plusieurs pays participant à la cinquième édition du Sommet Global de l'entrepreneuriat (GES-2014 19-21 novembre).

Mme Pritzker a, par ailleurs, mis en relief les expériences réussies de plusieurs jeunes entrepreneurs participant au GES, appelant ces jeunes à persévérer dans cette voie de l'innovation et de la prise d'initiative pour opérer un changement positif dans leurs sociétés. 

Mme Pritzker a, également, évoqué son parcours personnel en tant qu'immigrée mexicaine issue d'une famille pauvre devenue femme d'affaires américaine, qui a réussi à créer trois entreprises privées avant d'être nommée secrétaire au Commerce des Etats-Unis.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", le GES 2014 à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, de son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le Sommet Global de l'entrepreneuriat est un forum mondial visant à créer des ponts entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds, les investisseurs et autres aux Etats-Unis et les communautés musulmanes à travers le monde.

Femmes entrepreneurs: Les défis financiers au centre des débats au sommet mondial de entrepreneuriat

Les défis financiers auxquels les femmes entrepreneurs font face ont été débattus mercredi à Marrakech, lors d'une rencontre-débat organisée dans le cadre du 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat qui se tient à la cité Ocre du 19 au 21 novembre.

Intervenant lors de cette rencontre, animée par Mme Patience Marime-Ball, chargée de l'investissement au sein de la Société financière internationale (SFI) du groupe de la banque mondiale, M. Souleymane Diarrassouba, directeur général de la compagnie "Atlantic Business International" a indiqué que le nombre de femmes entrepreneurs demeure faible en Afrique, citant à cet égard l'exemple de Côté d'Ivoire où les femmes entrepreneurs représentent 16 pc de la communauté des affaires et opèrent dans le secteur de l'économie informelle, l'agriculture et l'élevage.

M. Souleymane a également souligné l'importance de la micro-finance dans le développement des activités des femmes entrepreneurs et la relance socio-économique des pays africains. 

Après avoir rappelé l'intérêt particulier que porte son groupe financier à l'appui à entrepreneuriat féminin, M. Soulaymane a plaidé pour un soutien plus accru afin d'aider et accompagner les femmes entrepreneurs dans la réalisation de leurs projets, à travers la mise en place des mesures incitatives et des facilités financières appropriées.

Pour sa part, Mme Lisa Balter Saacks, vice-présidente du "Business Developpement" (USA) au sein de l'organisme financier américain "GUST", qui soutient les petites entreprises, a fait savoir que son groupe offre une plateforme de croissance pour les jeunes entreprises en quête d'opportunités d'affaires et des financements de la part des investisseurs.

Selon Mme Lisa Balter, plusieurs start-ups ont pu bénéficier d'un appui financier d'une valeur globale de 1,8 milliard de dollars accordé par GUST, affirmant que les entrepreneurs femmes peuvent tirer profit des possibilités de financement offertes par le fonds américain pour la réalisation de leurs projets de développement durable.

Le "5th Global Entrepreneurship Summit" (GES 2014), qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain, est organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier, prennent part à ce rendez-vous mondial des PME et de entrepreneuriat innovant.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le Sommet Global de l'entrepreneuriat est un forum mondial visant à créer des ponts entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds, les investisseurs et autres aux Etats-Unis et les communautés musulmanes à travers le monde.

Après une première édition tenue à Washington en 2010, suivie successivement par celles de Dubaï, Istanbul, et Kuala Lumpur, la ville ocre a été choisie pour abriter le cinquième GES.

Ces femmes qui ont cru en leur rêve et ont réussi

Elles sont Marocaines, saoudienne, américaine, britannique ou zimbabwéenne. Des femmes hors-pair ont partagé leurs parcours couronnés de succès, à l'occasion d'un atelier organisé dans le cadre du 5-ème sommet global de partenariat (GES Marrakech 2014) qui met, mercredi, à l'honneur l'innovation féminine à la veille de son ouverture officielle à Marrakech.

Issues de différents milieux, ces femmes qui ont brillé dans plusieurs domaines, astronomie, finance, agroalimentaire, textile, ont un point commun : Avoir cru en leur rêve et réussi. Des parcours impressionnants qui ont été admirablement applaudis par une assistance émue, composée notamment de jeunes leaders en quête de sources d'inspiration.

C'est la célèbre astronaute marocaine Meriem Chadid qui a ouvert le bal des témoignages. Un optimisme chevillé au corps et une confiance en soi à toute épreuve ont permis à celle qui a implanté le drapeau national pour la première fois dans l'Antarctique, d'aller jusqu'au bout de ses rêves. Armée de détermination et de persévérance, Chadid qui rêvait de cette carrière dès l'âge de 7 ans, contredisant quelque part la volonté de ses parents qui la voyaient médecin ou ingénieur, a su transformer les challenges en opportunités.

Il faut dire que la jeune femme a toujours su que son parcours ne serait pas exempte d'embûches, et c'est son optimisme inégalé qui lui a permis de prendre des décisions difficiles, à commencer par celle de partir à l'étranger, loin des siens, pour poursuivre ses études supérieurs en France, après une maîtrise à Casablanca. Pour son travail de thèse, elle n'a pas hésité d'aller en Haute Province, une destination rarement demandée par les étudiants même de sexe masculin, tellement dissuadés par les conditions d'isolement de l'observatoire. 

Cette expérience lui a permis d'inaugurer une étape cruciale de son parcours de scientifique confirmée, celle de la consécration en tant que chef de l'expédition dans les déserts de l'antarctique, où elle a été appelée quatre ans durant (1998-2001) à gérer une équipe 100 pc masculine, dans des conditions extrêmes (basse température, haute altitude).

Lamia Boutaleb est une autre marocaine dont le parcours tout aussi impressionnant a fasciné l'audience. C'est dans le domaine de la finance où cette banquière de formation a pu s'épanouir.

Suivant les pas de son grand-père PDG, un ancien co-fondateur d'une banque commerciale au Maroc, et après une première expérience dans le domaine de la finance, Lamia s'est jointe à des anciens collègues pour créer en 2008 Capital Trust Group, une banque d'investissement dont elle est actuellement la PDG. 

Elle a avoué que la crise financière de 2009 a un peu aider le groupe pour recruter ses effectifs, au vu du manque des opportunités d'embauche à l'époque, et récupérer des clients déçus par leurs financiers, mais le succès au final, insiste la jeune banquière, n'aurait pas pu se faire sans "le dynamisme et l'énergie" de l'équipe.

S'adressant aux nombreuses femmes qui veulent suivre son exemple, Lamia leur lance : "Le Maroc est une terre d'opportunités et de possibilités. Il y a une chance pour tout un chacun".

"Yes, we can !", c'est ainsi que l'Américaine Imane Motlak a voulu présenter sa success- story dans le domaine des affaires. Mais pour celle dont le goût de l'argent gagné, alors qu'elle était très jeune, l'a incité d'interrompre momentanément ses études avant de se ressaisir pour avoir un MBA, déconseille à celles qui veulent la prendre pour modèle d'arrêter les études. Car les études, dit-elle, ne sont jamais une perte de temps, au contraire, elles ne peuvent fructifier les affaires.

Autre pays, autre destin. Au Royaume Uni, c'est Shazia Saleem qui a pris son destin en main. La jeune femme musulmane a investi le monde agroalimentaire, particulièrement le marché Halal pour la simple raison qu'elle voulait garantir aux membres de sa communauté l'accès à une nourriture de qualité, aussi diversifiée que celle présente sur le marché. Actuellement, elle peut s'enorgueillir que son groupe Ieatfoods détient des contrats avec trois principaux supermarchés de Grande Bretagne.

Sa clé de réussite : être toujours innovant et à l'écoute du consommateur, tout en s'inscrivant dans une démarche d'éthique et de qualité.

En Arabie Saoudite, c'est le marché du café qui a séduit Lateefa Alwaaln. Pour prospérer dans ce domaine, la fondatrice de Yatooq mise, elle aussi, sur l'innovation notamment sur le plan de commercialisation (moyens de vente, packaging, réseaux sociaux), c'est ce qui a permis à son groupe de passer de la simple phase de startup à celui d'une organisation institutionnelle. 

Pour la Zimbabwéenne Barbara Rwodzi, active dans le domaine du textile à travers son groupe BarRue Knitwera qu'elle a créé en capitalisant sur l'apport de femmes défavorisées issues de milieu rural, les femmes sont très intelligentes et pour réussir, il leur suffit de croire en elles-mêmes, vaincre leurs craintes et innover.

Toutes ces femmes courages se disent convaincues que la réussite ne doit pas être l'ultime étape de leur parcours, mais plutôt inspirer d'autres success-stories, d'où leur action en faveur de partage d'expériences.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

-Par Amal Tazi-

GES Marrakech 2014 démarre avec un grand honneur à la femme

Les travaux du 5ème Sommet global de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), ont démarré, mercredi à Marrakech, par un grand honneur à la femme, à travers le "Women's Entrepreneurship Day" qui réunit des centaines de femmes entrepreneurs d'une cinquantaine de pays pour une réflexion de haut niveau sur la promotion de l'entrepreneuriat féminin.

L'évènement consiste à réunir des femmes entrepreneurs pour échanger, partager les bonnes pratiques et présenter des success-stories, afin de favoriser l'inspiration quant à l'acte d'entreprendre et s'engager sur les actions à mettre en œuvre pour promouvoir l'entrepreneuriat féminin.

Intervenant à l'ouverture de cette journée, Mme Zoulikha Nasri, conseiller de SM le Roi, a souligné qu'au-delà de la célébration, c'est en termes d'engagements des Etats que doit s'exprimer cette initiative portée par le Sommet en faveur de la promotion de l'entrepreneuriat féminin. Des engagements à même d'assurer les conditions favorables à l'éclosion de l'entrepreneuriat féminin, sa promotion et son renforcement, a-t-elle dit.

Le Maroc s'est inscrit depuis des décennies dans une démarche progressive qui a permis à la femme d'intégrer, petit à petit, différents secteurs de la vie publique, politique, socio-économique et culturelle, a-t-elle indiqué, soulignant que dans la perspective d'une démocratie de proximité et de participation répondant aux aspirations légitimes du peuple marocain, SM le Roi Mohammed VI a érigé la promotion de la situation de la femme en stratégie volontariste visant à la doter d'un statut assurant pleinement ses droits fondamentaux et son égalité avec l'homme.

Ce chantier a commencé il y'a près de 15 ans, dès l'intronisation de SM le Roi, avec une ferme volonté du Souverain, qui a annoncé l'ouverture du chantier de la promotion de la situation de la femme, a-t-elle dit, rappelant les dates phares de ce chantier, notamment la promulgation en 2003 du Code de la famille, considéré comme un fait historique dans la consécration des droits de la femme au Maroc.

Plusieurs avancées ont été enregistrées dans ce domaine, couronnées par l'apport majeur de la Constitution de 2011 qui a affirme sans ambages l'égalité entre hommes et femmes dans leurs droits et libertés à caractère civil, économique, politique, sociale et culturel, a-t-elle souligné.

Diverses structures et outils ont été mis en place pour assurer la parité homme-femme et lutter contre toutes les formes de discriminations, a rappelé Mme Nasri.

Au niveau économique, Mme Nasri a souligné l'Initiative Nationale de Développement Humain (INDH), lancée par SM le Roi en 2005. C'est une vision globale et novatrice destinée à l'intégration des populations démunies, permettant à des milliers de femmes de concrétiser leur esprit entrepreneurial à travers la création de micro-entreprises et de coopératives autour d'activités génératrices de revenus.

Cette initiative a pu démontrer le dynamisme des femmes marocaines et le succès de leurs projets de création d'entreprises renseigne sur les fondements de l'esprit de l'entrepreneuriat féminin qui a toujours existé dans la société marocaine, a-t-elle dit. Et d'évoquer, à ce sujet, le succès des produits de terroir auprès des consommateurs nationaux et sur les marchés étrangers grâce à cet esprit entrepreneurial féminin et son remarquable dynamisme.

Et de rappeler qu'actuellement des femmes chef d'entreprises ont réussi à s'affirmer dans les divers secteurs d'activité et à intégrer avec succès les structures économiques modernes, dont celles faisant appel aux nouvelles technologies.

Certes, les jalons sont jetés et les conditions sont plus favorables, mais il serait réducteur d'affirmer que les objectifs ont été totalement atteints et qu'il reste du chemin à faire dans le domaine de la promotion de la femme, notamment en ce qui concerne les efforts à consentir en matière d'éducation et de formation.

Mme Nasri a, par ailleurs, souligné l'importance d'une rencontre internationale comme le GES pour l'échange d'expériences et de solutions réussies dans le domaine de la promotion de l'entrepreneuriat féminin.

Pour sa part, la secrétaire américaine au Commerce, Penny Pritzker a exprimé ses vifs remerciements au Royaume du Maroc et à SM le Roi pour avoir abrité la 5eme édition GES, et s'est félicité de la tenue de la journée de la femme entrepreneur, qui est une initiative à même d'encourager l'esprit de l'entrepreneuriat féminin et de stimuler sa force de créativité et d'innovation.

Aucun pays ne peut prétendre au développement économique durable sans la participation active des femmes et la liberté d'entreprendre pour les jeunes, a-t-elle affirmé, appelant les pays participants à ce Sommet à assurer les conditions nécessaires pour promouvoir l'accès des femmes à l'acte d'entreprendre.

Et de rappeler que 8 millions d'entreprises dans les pays développées sont dirigées par des femmes, soulignant que le succès de la femme au niveau de sa vie active présente d'énormes bienfaits pour la société, puisque cela se traduit nécessairement par un impact positif sur l'éducation des enfants et leur formation.

Le président des Etats Unis, Barak Obama, affirme que la promotion de l'esprit entrepreneurial est la meilleure voie pour parvenir au développement durable et pour l'amélioration des conditions de vie des populations et appelle, à cet effet, les Etats à assurer les conditions nécessaires à l'acte d'entreprendre, notamment en termes de financement et de compétences, pour parvenir à relever les défis du 21eme siècle et mieux se positionner dans l'économie mondiale, a-t-elle dit.

La responsable américaine a donné plusieurs exemples de réussite de femmes entrepreneurs qui ont fait preuve d'esprit novateur, de ténacité et de prise de risque, exprimant le souhait de voir ce sommet offrir l'opportunité de s'imprégner des expériences réussies et d'échanger sur les idées novatrices dans le domaine de l'entrepreneuriat.

Et de souligner la volonté des Etats Unis de soutenir par diverses initiatives l'esprit de l'entrepreneuriat féminin auprès des pays d'Amérique et ailleurs, affirmant que les changements majeurs du 21ème siècle seront conduits par les femmes.

De son côté, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Mme Bensaleh Chekroun a souligné que le Maroc a réalisé, grâce aux réformes constitutionnelles et aux multiples initiatives sociales, une remarquable progression dans le domaine de la promotion de la situation de la femme et son intégration dans le tissu socio-économique.

Evoquant la question de la parité, Mme Bensaleh a indiqué que 28 commissions au sein de la CGEM sont présidées par des femmes, rappelant les efforts constants de la confédération pour assurer une meilleure représentativité des femmes au sein de ses instances de prise de décision.

Mme Bensaleh a, d'autre part, souligné que l'approche genre est une nécessité impérieuse dans toute stratégie de développement et que la promotion de l'esprit entrepreneurial est la voie indiquée pour faire face aux énormes attentes en matière d'emplois et pour assurer un développement inclusif impliquant femmes et hommes sur un même pied d'égalité.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le Sommet Global de l'entrepreneuriat est un forum mondial visant à créer des ponts entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds, les investisseurs et autres aux Etats-Unis et les communautés musulmanes à travers le monde.

Ainsi, après une première édition tenue à Washington en 2010, suivie successivement par celles tenues à Dubaï, Istanbul, et Kuala Lumpur, la ville ocre a été choisie pour abriter le cinquième GES.

Une forte délégation américaine est présente à ce sommet mondial de l'entrepreneuriat, conduite par le vice-président Joe Biden, qui est arrivé mercredi à Marrakech.

La Secrétaire américaine au Commerce salue le leadership de Sa Majesté le Roi en matière d'encouragement de l'entrepreneuriat et des femmes entrepreneurs

La Secrétaire américaine au Commerce, Mme Penny Pritzker, a salué, mercredi dans une interview, le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en matière d'encouragement de l'entrepreneuriat et des femmes entrepreneurs, en soulignant que les réalisations accomplies par le Royaume dans ce domaine sont "véritablement fantastiques",

S'exprimant en marge de la 5è édition du Global Entrepreneurship Summit (GES Marrakech, 19-21 novembre), Mme Pritzker s'est dite "ravie" de prendre part à cette manifestation internationale, la première du genre dans le continent africain, en mettant en avant "le rôle de leadership joué par le Souverain en matière d'encouragement de l'entrepreneuriat et des femmes entrepreneurs".

La haute responsable américaine s'est, en outre, félicitée des efforts fournis par le Maroc en matière de consolidation du climat des affaires, dans le cadre d'une démarche "absolument attractive pour la communauté américaine des affaires", d'autant plus, a-t-elle noté, que Rabat et Washington sont liés par un Accord de libre-échange, entré en vigueur en 2006, et qui constitue à juste titre "le fondement pour les deux nations de mettre en place davantage de partenariats dans le monde des affaires".

Les compagnies américaines, a-t-elle souligné, "affichent la volonté de s'établir au Maroc, un pays qui leur réservent un accueil favorable, comme en atteste la présence dans le Royaume de pas moins de 150 compagnies américaines employant quelque 100.000 personnes", en faisant observer que le Maroc attire aussi bien les grandes multinationales US que les petites entreprises qui apportent leurs services et savoir-faire.

Evoquant la stratégie africaine du Royaume consistant à mettre en place un partenariat gagnant-gagnant avec les pays du continent africain, Mme Pritzker a affirmé que le Maroc et les Etats Unis peuvent "sans nul doute" oeuvrer ensemble dans le but de consolider cette dynamique vertueuse "grâce à la vision de Sa Majesté le Roi de faire du Maroc un hub et un portail vers l'Afrique à même de jouer le rôle de trait d'union entre les différentes parties du Monde et le continent".

"C'est là une démarche importante pour les Etats Unis, dans la mesure où nous souhaitons une plus grande relation avec les pays africains et le fait d'avoir une relation privilégiée avec le Maroc constitue une incitation certaine pour Rabat et Washington pour de mettre en place des partenariats dédiés à cet objectif", a dit la responsable US.

Penny Pritzker s'est, par ailleurs, félicitée du rôle joué par les femmes entrepreneurs marocaines comme en témoigne, a-t-elle noté, la forte participation féminine au GES Marrakech, en rappelant dans ce contexte que l'Administration Obama oeuvre à la promotion de l'entrepreneuriat et l'innovation dans le monde.

"Le sommet de Marrakech constitue une opportunité pour examiner les défis que rencontrent les femmes et les hommes qui souhaitent lancer des affaires, promouvoir davantage d'échanges commerciaux et d'opportunités d'emploi aussi bien au Maroc qu'aux Etats Unis", a-t-elle dit.

- Propos recueillis par Fouad ARIF-

Rush médiatique au GES Marrakech

"Le Global Entrepreneurship Summit" (GES), qui se tient à partir de mercredi à Marrakech, connait une forte présence médiatique à la hauteur de cet événement d'envergure mondiale.

Plus de 300 journalistes étrangers, représentant la presse écrite, audiovisuelle et électronique, en provenance d'Europe, du Monde arabe, d'Afrique, d'Asie et d'Amérique, ont été accrédités pour assurer la couverture de ce 5ème sommet mondial de l'entrepreneuriat, organisé conjointement par le Maroc et les Etats-Unis.

Outre les représentants de la presse nationale toutes tendances confondues, des correspondants des plus grandes agences internationales de presse et des chaines de télévision, telles que Euronews, Bloomberg, Skynews, Thomson reuters, Al Arabiya sont également présents à ce rendez-vous mondial.

En vue de faciliter la couverture de ce sommet, un centre de presse doté des moyens technologiques des plus modernes, a été aménagé par les organisateurs, offrant aux journalistes un cadre professionnel pour accomplir leur mission dans les meilleures conditions.

Cette messe mondiale des PME et de l'entrepreneuriat innovant, sur laquelle sont braqués les yeux du monde entier l'espace de trois jours, est organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

Le "Global Entrepreneurship Summit" a été Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama en vue d'amorcer un dialogue et un échange fructueux entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds, les investisseurs et autres aux Etats-Unis et les communautés musulmanes à travers le monde.

La première édition du GES avait eu lieu à Washington en 2010. Elle a été suivie par celles de Dubaï, Istanbul, et Kuala Lumpur. 

Le Traité d'amitié maroco-américain, le plus ancien jamais signé par les Etats-Unis avec un pays tiers (Encadré)

Datant de plus de 225 années, le Traité de paix et d'amitié maroco-américain, le plus ancien jamais signé par les Etats-Unis avec un pays tiers, a jeté les fondements d'une relation "séculaire" et "historique" entre les deux Nations.

En effet, le Maroc fut la première Nation à reconnaître la jeune république américaine en décembre 1777, comme l'avait d'ailleurs rappelé le Président Barack Obama dans son célèbre discours du Caire.

Dix ans plus tard, le 15 juillet 1786, correspondant au 18 du mois de Ramadan 1200 de l'Hégire, l'émissaire américain Thomas Barclay a été reçu par son interlocuteur marocain, Taher Ben Abdelhack Fennich, qui lui a remis le protocole définitif du Traité de paix et d'amitié entre les deux pays.

Une traduction certifiée des articles dudit document a été par la suite signée par John Adams et Thomas Jefferson, en leur qualité de ministres plénipotentiaires qui allaient par la suite devenir respectivement 2è et 3è présidents de la jeune république américaine.

Le 18 juillet 1787, le congrès des Etats-Unis appose son sceau ratifiant ledit traité.

Ce traité de paix et d'amitié couvrait une large palette juridique: des relations diplomatiques à la non-agression, en passant par l'accès aux marchés respectifs, sur la base de la clause de la Nation la plus favorisée, rappelle-t-on.

Les intérêts sécuritaires ont aidé à consolider les autres aspects du Traité, dont le dernier article à être rattaché à ce document fut une provision qui a été bénéfique à la jeune nation américaine, à un moment où ses bateaux de commerce étaient la cible des bâtiments de guerre européens.

"Cette protection a évolué à travers les siècles au point que le Maroc fait désormais partie d'une poignée de pays qui se sont vus attribuer le statut d'allié majeur des Etats-Unis hors OTAN", fait-on observer dans la capitale américaine.

"La signature, il y a plus de deux siècles de ce Traité d'amitié et de partenariat met en avant la vision à long terme du Sultan Mohammed III et les efforts dans ce sens de George Washington, Jefferson et Adams (...) visant à sceller une relation étroite", ajoute-t-on.

Le Maroc, souligne-t-on, demeure un pays "allié clé, modéré et réformateur" des Etats-Unis dans la région du Maghreb, ainsi qu'une plate-forme géostratégique pour Washington dans les relations que l'Administration américaine souhaite forger avec les pays de la côte atlantique africaine.

La conclusion du Dialogue stratégique en septembre 2012 entre les deux pays "intervient en guise de soutien à la dynamique de réformes mise en oeuvre dans le Royaume", sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, avait tenu à souligner en son temps le Département d'Etat.

La visite historique de Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux Etats Unis, au mois de novembre 2013, et la rencontre au sommet entre le Souverain et le Président Barack Obama, ont donné une nouvelle impulsion au partenariat d'exception unissant l'axe Rabat-Washington.

La visite dans le Royaume du Vice-Président américain, Joe Biden, à la tête d'une délégation US de très haut niveau pour prendre part à la 5è édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech, 19-21 novembre), illustre ainsi la densité et la fécondité du partenariat stratégique liant le Maroc aux Etats-Unis, sur fond d'une compréhension et d'un respect profonds des intérêts vitaux bien compris des deux Nations.

L'Administration américaine a, à maintes fois, souligné en effet que les réformes, initiées sous l'impulsion du Souverain, constituent un "modèle pour les autres pays de la région", et fait observer qu'elles "sont porteuses de grandes promesses d'abord et avant tout pour le peuple marocain.

Joe Biden au Maroc, l'illustration de la densité et de la fécondité du partenariat stratégique Maroc-Etats Unis

La visite dans le Royaume du Vice-Président américain, Joe Biden, à la tête d'une délégation de très haut niveau pour prendre part à la 5è édition du Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat (GES Marrakech, 19-21 novembre), organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, illustre la densité et la fécondité du partenariat stratégique liant le Maroc aux Etats-Unis, sur fond d'une compréhension et d'un respect profonds des intérêts vitaux bien compris des deux Nations.

D'une perspective américaine, telle que maintes fois formulée par les centres de prise de décision US, la communauté des think tanks et les médias, "le Maroc, qui est un havre de stabilité régional, et les Etats-Unis ont en partage une vision et des intérêts communs adossés à une histoire millénaire et une même philosophie imprégnée des idéaux des droits de l'Homme, des libertés civiques et d'une participation politique inclusive".

En effet, l'axe Rabat-Washington se démarque, sous l'impulsion affichée au plus haut niveau des deux côtés de l'Atlantique, par son caractère dense et diversifié, comme en atteste la rencontre au sommet entre SM le Roi Mohammed VI et le Président Barack Obama, en novembre 2013 à la Maison Blanche, rencontre qui a donné lieu à une feuille de route pour relever les différents défis régionaux, notamment la lutte contre l'extrémisme violent, le soutien aux transitions démocratiques et la promotion du développement économique au Moyen-Orient et en Afrique à travers, entre autres, une coopération triangulaire dans le continent.

Cette rencontre a, dans les faits, donné ses titres de noblesse à une amitié historique par le biais de laquelle le Royaume et les Etats-Unis d'Amérique ont toujours été du même côté de l'Histoire.

L'ancien ambassadeur américain Marc Ginsberg note, dans ce contexte, que le Royaume du Maroc est un pays "ami" et un "allié indispensable" pour les Etats-Unis dans la région de l'Afrique du nord et du Moyen-Orient. Les deux pays ont en partage un engagement commun pour la promotion de l'Etat de droit dans nombre de fora multilatéraux tels que le Forum mondial pour la lutte contre le terrorisme, le Dialogue méditerranéen de l'OTAN, l'Initiative 5+5 et les Nations unies.

"Cela a été le cas pour plus de deux siècles", a tenu à rappeler l'ancien diplomate US dans un entretien, en faisant part de sa "haute appréciation" à l'endroit du leadership éclairé de Sa Majesté le Roi qui a initié, depuis Son accession du Trône, un train de réformes avant-gardistes, sur la voie de la consolidation du processus démocratique au Maroc.

Grâce à ce leadership Royal, le Maroc est aujourd'hui "une voix de modération écoutée, engagé, tout comme les Etats-Unis et les pays soucieux de préserver les valeurs du juste milieu et de la pondération, dans la lutte contre l'extrémisme religieux des groupes se réclamant de l'idéologie d'Al-Qaida", a affirmé l'ancien diplomate américain.

"L'économie marocaine, quant à elle, s'est développée à une cadence sans aucune commune mesure dans les pays du voisinage du Royaume", poursuit-il, faisant observer qu'il s'agit là de "l'illustration parfaite qui distingue le Maroc en tant que modèle de réformes pour les autres pays africains".

M. Ginsberg a indiqué, dans ce cadre, que ces réformes se sont traduites pour les provinces du sud du Royaume par des investissements substantiels dans le domaine économique et par des réformes politiques, dans le cadre d'une gouvernance soucieuse du bien-être et de l'amélioration des conditions de vie des populations de cette partie du Maroc.

Il convient de souligner, néanmoins, que l'axe Rabat-Washington ne se contente pas des acquis historiques quand bien même seraient-ils les signes distinctifs d'une relation privilégiée, dans la mesure où les deux nations, à la faveur d'une vision prospective, ont toujours cherché à porter haut ce partenariat d'exception en le consolidant, notamment par l'accord de libre-échange entré vigueur en 2006, qui demeure l'unique en son genre dans le continent africain, le Dialogue stratégique, le premier établi avec un pays du Maghreb, outre la désignation du Royaume en tant qu'allié stratégique des Etats-Unis hors OTAN.

Le Dialogue stratégique, soulignent les observateurs à Washington, "fournit une excellente plate-forme permettant aux deux nations d'œuvrer ensemble en vue de faire prévaloir une vision modérée et prospère de l'Afrique du nord et de vaincre l'extrémisme et l'obscurantisme, tout en veillant à encourager la libre entreprise et les stratégies de développement humain plaçant l'individu au centre de leurs préoccupations".

Le lancement en septembre 2012 à Washington de ce nouveau cadre novateur entre le Maroc et les Etats-Unis constitue la consécration d'une relation bilatérale "forte" et "étroite", note-t-on.

Ce Dialogue est substantiel dans la mesure où les deux pays, liés par une amitié solide, ont décidé de hisser leur partenariat à un niveau élevé, en procédant à un examen profond des questions d'intérêt commun. Il a aussi une dimension symbolique car il n'est pas donné à tous les pays d'avoir un tel Dialogue stratégique avec les Etats-Unis.

"L'avenir du partenariat d'exception unissant le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d'Amérique s'annonce donc sous les meilleurs auspices après la visite historique de Sa Majesté le Roi à Washington et la rencontre du Souverain avec le président Obama", renchérit, pour sa part, Yonah Alexander, membre éminent du prestigieux think-tank US, Potomac Institute.

Annonçant la couleur avant la visite de M. Biden dans le Royaume, le Département d'Etat avait souligné que le Maroc, qui a "gracieusement" offert d'accueillir la 5è édition du GES, a démontré son "engagement partagé" en faveur de la promotion de l'entrepreneuriat en Afrique et dans le monde, en précisant que c'est "la première fois" qu'un pays africain abrite une telle manifestation planétaire.

Cette déclaration est venue faire écho au communiqué conjoint ayant sanctionné la rencontre entre Sa Majesté le Roi et le Président Obama dans lequel ce dernier avait exprimé son appréciation au Souverain pour Son offre d'accueillir le Sommet Mondial de l'Entrepreneuriat.

La visite de Joe Biden dans le Royaume un an, jour pour jour, après la visite historique du Souverain à Washington dénote une volonté partagée de hisser les relations maroco-américaines à des niveaux supérieurs, en allant explorer de nouveaux domaines de coopération au service des intérêts stratégiques des deux pays, fidèles en cela à une amitié séculaire qui ne s'est jamais démentie.

-Par Fouad ARIF-

Arrivée à Marrakech du Vice-Président américain Joe Biden pour participer au 5ème Sommet Global de l'Entrepreneuriat

Le vice-président des Etats-Unis, M. Joe Biden, est arrivé, mercredi matin à Marrakech, pour prendre part à la cinquième édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat (GES), organisée, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, du 19 au 21 novembre dans la cité ocre.

A son arrivée à l'aéroport international Marrakech-Ménara, le vice-président américain, qui était accompagné de son épouse Mme Jill Biden, a été accueilli par le chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane.

Après avoir passé en revue un détachement des Forces Royales Air (FRA) qui rendait les honneurs, le vice-président américain a été salué par l'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, M. Dwight Bush.

M. Biden a été salué également par le wali de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, M. Abdeslam Bikrat et le président du Conseil de la région, M. Ahmed Touizi, ainsi que par d'autres personnalités civiles et militaires.

Le 5ème sommet Global de l'Entrepreneuriat à Marrakech donnera confiance dans les potentialités des jeunes entrepreneurs marocains (pdt du CJD)

Le 5ème sommet Global de l'Entrepreneuriat (GES), qui s'ouvre ce mercredi à Marrakech, va donner confiance dans les potentialités des jeunes entrepreneurs marocains ou ceux qui veulent le devenir, a affirmé le président du Centre des jeunes dirigeants (CJD-Maroc), Hicham Zoubaïri, notant que cette importante manifestation internationale illustre le partenariat étroit entre le Maroc et les Etats-Unis. 

Ce sommet, qui souligne d'abord la place que doit jouer l'entrepreneuriat au Maroc, va contribuer au rayonnement international de Marrakech, du Royaume et de sa politique économique orientée depuis l'indépendance vers la liberté d'entreprendre, a indiqué M. Zoubaïri dans un entretien publié sur le site de l'hebdomadaire français "L'Usine Nouvelle".

"Les participants marocains vont pouvoir rencontrer des entrepreneurs d'autres pays, confronter les expériences, établir des benchmarks et parler de sujets spécifiques comme l'entrepreneuriat féminin", a-t-il dit, ajoutant que "tout cela est passionnant". 

Les jeunes marocains ont besoin de la confiance pour créer et aller de l'avant, a-t-il insisté, rappelant les efforts d'accompagnement menés par l'Etat ces dernières années à travers plusieurs structures de soutien (Maroc Export, ANPME, etc). 

M. Zoubaïri a, d'autre part, fait savoir que le CJD prendra part à ce sommet dans le but d'échanger le plus possible avec les jeunes dirigeants internationaux, de "faire connaître son action et de trouver des idées". 

Il a, sur un autre registre, indiqué que les valeurs des entrepreneurs et dirigeants au sein du CJD, créé en 2001, s'articulent autour d'une triple performance, à la fois économique, sociale et sociétale.

Le CJD-Maroc compte 150 adhérents directs mais bien plus si on compte les sympathisants ou les anciens membres, a-t-il précisé, ajoutant que le Centre assure la promotion de l'entrepreneuriat au Maroc à travers des actions concrètes dans l'accompagnement des entrepreneurs. 

Arrivée à Marrakech du président de la Guinée Conakry pour prendre part au 5ème Sommet Global de l'Entrepreneuriat

Le président de la République de Guinée-Conakry, M. Alpha Condé, est arrivé, mardi à Marrakech, pour prendre part à la cinquième édition du Sommet Global de l'Entrepreneuriat (GES), organisée, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, du 19 au 21 novembre dans la cité ocre.

A son arrivée à l'aéroport international Marrakech-Ménara, le président guinéen a été accueilli par le chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane. 

Après avoir passé en revue un détachement des Forces Royales Air (FRA) qui rendait les honneurs, le président de la République de Guinée-Conakry a été salué par le wali de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, Abdeslam Bikrat, ainsi que par d'autres personnalités civiles et militaires.

Le Maroc dispose d'un capital culturel, politique et économique à même d'assurer davantage de rayonnement à l'initiative GES (Ambassadeur US)

Le choix du Maroc pour abriter la 5eme édition du Sommet mondial de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014) témoigne du capital politique, économique et culturel du Royaume qui est à même d'assurer davantage de rayonnement à cette initiative américaine lancée depuis 2009 par le Président américain Barak Obama, a déclaré mardi à Marrakech, l'ambassadeur des Etats Unis au Maroc, Dwight L. Bush Sr.

''Le choix du Maroc pour abriter ce sommet atteste de notre confiance envers le Royaume, son gouvernement et en le leadership de SM le Roi Mohammed VI'', a-t-il dit dans une déclaration à la presse à la veille du démarrage du 5eme Sommet mondial de l'entrepreneuriat qui se déroulera du 19 au 21 novembre courant à Marrakech.

Le Maroc est considéré comme une porte d'accès au continent africain et offre l'opportunité aux centaines d'entrepreneurs et investisseurs participant à ce sommet de prospecter les opportunités de partenariat et de coopération dans divers domaines et secteurs, a dit l'ambassadeur.

Et de souligner l'importance de la participation américaine à ce sommet à travers une forte délégation US conduite par le vice-président américain Joe Biden et la secrétaire américaine au Commerce, Penny Pritzker.

Le GES Marrakech 2014 accueillera quelques 3.000 participants dont des entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables d'agences gouvernementales et de nombreux jeunes entrepreneurs du monde entier, a-t-il dit, assurant que cette édition promet d'être à la hauteur des aspirations et constituer un espace privilégié pour la promotion de l'esprit entrepreneurial, la prospection d'opportunités d'investissement et des partenariats public-privé.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le Sommet Global de l'entrepreneuriat est un forum mondial visant à créer des ponts entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds et les investisseurs. Il a pour but de faciliter les échanges d'idées entre les leaders mondiaux des milieux d'affaires et les entrepreneurs ainsi que de renforcer les alliances entre eux.

Après une première édition tenue à Washington en 2010, suivie successivement par celles tenues à Dubaï, Istanbul, et Kuala Lumpur, la ville ocre a été choisie pour abriter le cinquième GES sous le thème central "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat".

(MAP-18/11/2014)

GES-2014 : Marrakech décline une plateforme mondiale d'échanges d'idées et d'expériences autour de l'Entrepreneuriat et de l'innovation

Au fil des années, le Global Entrepreneurship Summit (GES) s'est imposé comme un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde. A sa 5eme édition, Marrakech décline un programme à la hauteur de l'évènement et offre des espaces variés et conviviaux pour un brainstorming mondial autour de l'entrepreneuriat novateur et des opportunités de rencontres et d'alliances pour des porteurs de projets d'une cinquantaine de pays.

Pour cet évènement d'envergure, organisé conjointement par le Maroc et les Etats-Unis et placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, un site spécial a été aménagé en plein centre-ville de la Cité Ocre. Il est composé d'un chapiteau pour les séances plénières, de trois espaces pour l'organisation d'ateliers thématiques, d'un village de l'innovation, en plus de lieux conviviaux de restauration et d'échange.

La "Market place" s'érige au milieu du site. Il s'agit d'un espace aéré et convivial où vont se retrouver les participants pour échanger et explorer les pistes de partenariat. L'espace permettra aux participants de prendre contact avec d'autres entrepreneurs, investisseurs et représentants de gouvernements. Il leur fournira des opportunités en matière de transfert de technologie, d'investissement, et de mentorat, (offre d'expertise, d'investissement, formation), de même qu'un soutien direct dans les domaines requis (soutien sur le terrain, projets de partenariats). 

Afin de faciliter et fluidifier les échanges entre les participants, une application des technologies de la communication a été développée par les organisateurs. Elle permet aux entrepreneurs qui prennent part aux travaux du sommet de se reconnaître, de se donner rendez-vous et d'échanger une fois sur place.

Quelques 12 séances plénières sont prévues durant le GES Marrakech 2014. Des intervenants et des orateurs de premier ordre vont se relayer pour faire part de leurs expériences, partageront leurs points de vue et débattront avec les participants autour de thématiques majeures comme la croissance durable, le climat des affaires, l'export, la responsabilité sociale, et d'autres thèmes d'actualité.

Les ateliers de ce sommet de l'entrepreneuriat aborderont des thématiques diverses, telles les villes intelligentes, l'entrepreneuriat social, innovation et métiers de la santé, agriculture et sécurité alimentaire.

Un autre espace incontournable de cet évènement est "le Village de l'innovation" qui est particulièrement dédié aux jeunes et à l'innovation. Les entrepreneurs les plus prometteurs et les plus innovants d'Afrique vont y présenter leurs produits et projets et initier des contacts constructifs en quête de partenariats transfrontaliers fructueux.

Le village offre aux participants des stands d'exposition particuliers, en plus de la possibilité de profiter de l'accompagnement de mentors et d'assister à des conférences données par de grands experts en divers domaines de l'entrepreneuriat. Les organisateurs indiquent que certaines séquences du Village de l'innovation seront transmises en direct sur Internet dans plus de 80 pays à travers le monde.

Le "Women's Entrepreneurship Day" est un moment fort de ce Forum mondial. L'évènement consiste à réunir des femmes entrepreneurs pour échanger, partager les bonnes pratiques, présenter des succes-stories afin de favoriser l'inspiration à l'acte d'entreprendre et s'engager sur des actions à mettre en œuvre pour promouvoir l'entrepreneuriat féminin.

L'organisation de l'évènement vise également à ce que les femmes entrepreneurs d'Afrique puissent tirer profit de trois initiatives internationales pour promouvoir l'entrepreneuriat féminin. Pour cela une interconnexion sera établie avec la journée sur les femmes entrepreneurs organisée au niveau des Nations Unies à New York dans la perspective de développer ces initiatives au niveau des pays d'Afrique du Nord avec la contribution et le soutien de l'OCDE. 

Le "Women's Entrepreneurship Day" prévoit aussi des rencontres B to B qui permettront aux femmes entrepreneurs de rencontrer des responsables de multinationales et des représentants d'institutions financières pour discuter, échanger, solliciter un accompagnement et nouer des contacts d'affaires pour soutenir le développement de leurs entreprises.

Au cours du GES Marrakech sera décerné le prix du Global Innovation through Science and Technology GEST (l'Innovation Mondiale par le biais de la science et la technologie ). Lancée par le département d'état américain, l'initiative GIST a pour objectif de stimuler l'innovation et l'entrepreneuriat technologiques grâce à l'apport de médias sociaux, de conseils visant le développement des compétences et de financement.

Son concours annuel distinguant les idées novatrices et technologiques vise à encourager les jeunes créateurs d'entreprise dans 43 pays en leur offrant des conseils et du financement de démarrage. L'édition 2014 a été lancée il y a quelques semaines et 30 finalistes, représentant 2 catégories "Idea" et "Start Up" prendront part au GES Marrakech qui connaîtra l'annonce du grand gagnant. Parmi les prétendants au prix, une start up marocaine "Sheaply".

D'autre part, le GES Marrakech 2014 accueil quelque 300 étudiants marocains et de pays d'Afrique subsaharienne dans le cadre de l'initiative "Student challenge". Il s'agit de promouvoir les innovations et d'encourager la pensée entrepreneuriale dans les rangs des jeunes étudiants et leur offrir la possibilité de rentrer en contact avec des entrepreneurs de la région et du monde.

GES Marrakech 2014 : la Cité Ocre, capitale mondiale des PME et de l'entrepreneuriat innovant

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier, vont se retrouver, du 19 au 21 novembre à Marrakech, dans le cadre du 5ème Sommet mondial de l'entrepreneuriat (The 5th Global Entrepreneurship Summit, GES-2014), un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entrepreneuriat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placée Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.

Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le Sommet Global de l'entrepreneuriat est un forum mondial visant à créer des ponts entre les entrepreneurs, les banques, les bailleurs de fonds, les investisseurs et autres aux Etats-Unis et les communautés musulmanes à travers le monde.

Après une première édition tenue à Washington en 2010, suivie successivement par celles de Dubaï, Istanbul, et Kuala Lumpur, la ville ocre a été choisie pour abriter le cinquième GES.

La tenue de ce Sommet au Maroc traduit de nouveau "l'excellence des relations entre le Maroc et les Etats-Unis d'Amérique et s'inscrit dans la continuité des objectifs du dialogue stratégique existant entre les deux pays. Le choix du Maroc pour accueillir cette nouvelle édition du Sommet n'est pas fortuit", a relevé Mme Mbarka Bouaida, ministre délégué auprès du ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, lors de la présentation de cet évènement d'envergure.

"En tant que pays émergent, le Maroc dispose d'un modèle exceptionnel à partager et à promouvoir en termes de stabilité politique et de pertinence des choix socioéconomiques et humains", a-t-elle précisé.

Jouissant d'une parfaite stabilité politique et sociale, le Maroc entreprend depuis plusieurs années une série de réformes politiques et économiques profondes, à même d'asseoir l'Etat de droit et d'améliorer la compétitivité de l'économie nationale.

Des stratégies sectorielles innovantes ont par exemple permis de positionner le Maroc en tant qu'opérateur de référence dans des métiers nouveaux comme les industries automobile et aéronautique, les énergies renouvelables, les industries électrique et pharmaceutique et l'offshoring.

Les secteurs, dits traditionnels, comme le tourisme et l'agriculture bénéficient, eux aussi, de plans de développement stratégiques et une vision sur les 20 prochaines années.

Le Maroc est également un acteur majeur de la nouvelle dynamique africaine. En plus des liens historiques, culturels et politiques qui le lient à plusieurs pays d'Afrique, le Maroc dispose aujourd'hui d'une vision claire et constante du partenariat Sud-Sud. Un partenariat porteur de progrès, de croissance et de développement aux populations locales. Le Royaume constitue ainsi une porte d'accès privilégiée à un continent d'opportunités et de défis.

Le GES est une plateforme mondiale d'échanges d'idées et d'expériences, une invitation pour s'ouvrir sur le monde, découvrir de nouvelles opportunités, développer un projet d'entreprise et sceller de solides alliances entre entrepreneurs du monde entier. En annonçant la création de ce Forum en 2009, le président américain Barack Obama avait affirmé que "l'esprit d'entreprendre était l'un des leviers de développement les plus puissants pour améliorer la situation économique et le niveau de vie des populations", et qu'il était à ce titre nécessaire de "doter les entrepreneurs des compétences et des ressources nécessaires pour affronter la concurrence et prospérer au 21ème siècle".

La thématique centrale de cette cinquième édition du GES autour de la technologie est d'une grande actualité. En effet, la technologie offre des opportunités et accroît le potentiel de collaboration dynamique. Elle bâtit du capital social, favorise le développement humain et facilite l'échange d'informations et d'idées.

La technologie permet aux entrepreneurs ayant la vision et le savoir-faire nécessaires de transformer une idée en un produit ou service commercialisable ou utile dans une large gamme de secteurs. Les entrepreneurs tirent profit des technologies existantes pour créer des possibilités et faire naître dans le monde entier l'espoir d'un modèle de croissance économique plus inclusif et qui réponde aux aspirations des jeunes d'aujourd'hui.

Les nouvelles technologies alimentent l'innovation et permettent de diffuser les idées d'un bout à l'autre de la planète et chaque personne peut ainsi contribuer à l'évolution d'un marché dynamique et en bénéficier. Elles offrent aussi d'innombrables possibilités de catalyser les ressources matérielles et immatérielles d'une nation afin de stimuler la croissance économique. Lorsqu'elle est combinée au capital humain et social, la technologie permet non seulement de générer de la richesse mais également d'aborder les questions les plus cruciales de l'époque.

Plus de 3000 personnes en provenance de plus de 50 pays sont ainsi attendues à Marrakech pour échanger, débattre, créer de nouvelles opportunités de partenariat et de business dans l'esprit de l'innovation et des nouvelles opportunités offertes par les nouvelles technologies. Un brainstorming de haut niveau pour livrer la réflexion et les idées innovantes de femmes et d'hommes d'affaires, de diplomates, d'officiels, de porteurs de projets, des experts en entrepreneuriat, de représentants de fonds d'investissement, d'institutions financières, d'ONG, et d'universitaires et analystes de renoms.

L'évènement se déroulera sous forme de séances plénières, de tables rondes et d'événements connexes, autour d'un programme riche et varié axé sur plusieurs thématiques, en l'occurrence l'intégration régionale, la croissance économique durable, l'innovation sociale pour les jeunes, le développement humain et la migration. 

Le GES Marrakech 2014, fait aussi la part belle à la femme et à l'approche genre du développement à travers le "Women's Entrepreneurship Day". L'objectif de cet évènement est de réunir des femmes entrepreneurs et les autres parties prenantes pour échanger, partager les bonnes pratiques, présenter des success-stories afin de favoriser l'inspiration à l'acte d'entreprendre et s'engager sur des actions à mettre en œuvre pour l'entrepreneuriat féminin.

Une occasion pour le Maroc de mettre en avant ses efforts entrepris pour l'intégration socio-économique de la femme et mettre en évidence la vision africaine du Royaume, notamment en faveur de l'intégration des femmes entrepreneurs africaines dans le tissu économique pour une croissance inclusive du Continent.

Une forte participation américaine est attendue à ce sommet mondial de l'entrepreneuriat, comme en témoigne la participation du vice-président US Joe Biden qui conduira la délégation des Etats-Unis à ces assises. 

Sous la direction de la secrétaire américaine au Commerce, Penny Pritzker, un nombre important d'innovateurs américains feront part de leur savoir-faire lors de ce Sommet mondial de l'entrepreneuriat.

Le Sommet de cette année est l'occasion de tirer parti de l'énergie des entrepreneurs du monde entier et de mettre en valeur leur talent et l'esprit qui les anime afin de resserrer les liens entre les gouvernements, les entreprises, les fondations, les universités et les innovateurs, avait déclaré Pritzker au sujet de ce sommet qui connaitra la participation d'une délégation américaine de 100 personnes, dont des hommes d'affaires, des acteurs politiques, des financiers et des experts.

Le GES Marrakech 2014, organisé conjointement par le Royaume du Maroc et les Etats-Unis, bénéficie du soutien actif et de l'implication de plusieurs organismes publics et privés marocains comme le Conseil économique, social et environnemental (CESE), la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), Maroc Telecom, AttijriWafa Bank, en plus de plusieurs partenaires médias marocains et internationaux.

La ville Ocre s'apprête à ainsi à vivre l'événement "entrepreunarial" phare de l'année 2014 qui promet de faire date, puisque le Maroc et les Etats-Unis comptent sur la réussite de ce sommet dont les recommandations sont appelées à voir le jour à travers un comité de suivi et de mise en œuvre. Le GES-2014 confirme ainsi la volonté du Maroc s'ouvrir de plus en plus à l'international, et met sous les feux de la rampe ses actions volontaristes dans le domaine de l'ouverture économique, de la coopération internationale, régionale et continentale qui trouvent désormais un écho favorable de l'autre côté de l'atlantique.

- Par Driss Hidass -

(MAP-17/11/2014)