Actualités
Mardi 10 Décembre 2013

Mme Benkhaldoun expose à Tunis l'expérience du Maroc dans la promotion de la recherche scientifique

Synthèse vocale
Mme Benkhaldoun expose à Tunis l'expérience du Maroc dans la promotion de la recherche scientifique

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, Soumiya Benkhaldoun, a exposé, mardi à Tunis, l'expérience du Maroc et ses orientations stratégiques en matière de promotion de la recherche scientifique en tant que pilier de tout chantier de développement.

Intervenant lors de la séance inaugurale de la 35ème session ordinaire du Conseil de la Fédération des conseils arabes de la recherche scientifique, qui se déroule jusqu'à mercredi dans la capitale tunisienne, Mme Benkhaldoun a indiqué que le Maroc a adopté des mesures ayant permis de mobiliser des ressources financières importantes destinées à la recherche scientifique, avec un accent mis sur le renforcement du rôle des universités et des centres de recherche scientifique.

Ces efforts ont pour but de développer le volume de la production scientifique de ces centres et faciliter leur intégration efficace dans le tissu économique national, a-t-elle ajouté.

Mme Benkhaldoun a, à cet égard, mis en exergue le programme d'urgence (2009-2012) qui a consacré quelque 700 millions de DH à la promotion de la recherche scientifique dans les universités marocaines, à travers l'amélioration de la gouvernance des structures de la recherche scientifique, le développement de leur rendement, l'encouragement du partenariat entre universités et entreprises pour des projets de recherche et développement et l'amélioration des services du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST). 

Elle a aussi mis l'accent sur le plan d'action du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres pour 2013-2016, qui comporte 39 projets répartis sur les axes de l'amélioration de l'offre de l'enseignement supérieur, l'amélioration de la gouvernance du secteur, le développement du système de recherche scientifique et de l'innovation, la révision de l'arsenal juridique relatif au secteur et la mise en place d'une stratégie de coopération internationale dans ce domaine.

Dans ce sens, la ministre a noté que le Maroc, conscient de l'importance de la coopération internationale, a oeuvré depuis plusieurs années pour la création et le soutien de projets bilatéraux de recherche scientifique, dont le premier a été mis en place en collaboration avec la Tunisie, en plus du financement de dizaines de projets communs avec des pays arabes.

Après avoir souligné que le budget consacré à la recherche scientifique dans les pays arabes ne dépassait pas 1 pc de leur PIB, Mme Benkhaldoun a affirmé que la coopération interarabe dans les domaines de la recherche scientifique et du développement technologique constitue une locomotive pour tout processus de développement, qui doit se baser davantage sur l'économie du savoir que sur l'exploitation des ressources naturelles.

Elle a également appelé à l'adhésion des secteurs public et privé aux efforts de financement et de soutien de la recherche scientifique sur le plan arabe, soulignant que les universités seules ne peuvent enraciner la culture de la recherche scientifique dans la société sans l'appui des différents acteurs économiques et de la société civile.

Par ailleurs, la ministre a salué les efforts de la Fédération des conseils arabes de la recherche scientifique visant le développement de secteur dans le monde arabe, notamment en tissant des liens entre les institutions concernées dans des domaines tels les technologies de l'information, la biotechnologie et les énergies renouvelables.

De son côté, le ministre tunisien de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Moncef Ben Salem, a mis en exergue les efforts entrepris par son pays pour la promotion de la recherche scientifique, qui se sont traduits par une augmentation des budgets alloués à la recherche scientifique et du nombre des universités.

M. Ben Salem a, d'autre part, relevé le développement en cours du secteur de la recherche scientifique dans le monde arabe, déplorant toutefois l'absence de projets concrets qui puissent traduire les efforts théoriques sur le terrain et soutenir le processus de développement.

Il a également noté l'importance de la coopération interarabe pour la promotion de la recherche scientifique, en vue de réussir le développement durable et renouer avec les succès passés de la science dans le monde arabe.

La séance inaugurale de la 35ème session ordinaire du Conseil de la Fédération des conseils arabes de la recherche scientifique, tenue en présence de l'ambassadeur du Maroc à Tunis, Mohamed Faraj Doukkali, a été marquée par l'allocution du secrétaire général de la Fédération, Moubarak Mohamed Majdoub, qui a rappelé les objectifs de cette organisation créée en 1976 à Rabat pour tracer la politique de la recherche scientifique dans le monde arabe.

En marge de cette rencontre, des rencontres sont prévues entre Mme Benkhaldoun et M. Ben Salem ainsi qu'entre la ministre marocaine et Mme Siham Badi, ministre tunisienne chargée des affaires de la femme et de la famille.

Mme Benkhaldoun s'entretient avec la ministre tunisienne des Affaires de la femme et de la famille

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Soumia Benkhaldoun s'est entretenue, mercredi à Tunis, avec la ministre tunisienne des Affaires de la femme et de la famille, Sihem Badi, des moyens de développer les relations bilatérales dans le domaine de la famille et de l'enfant.

A cette occasion, Mme Benkhaldoun a mis en avant les mesures adoptées par le Maroc en vue d'accroître la participation des femmes dans le champ politique et de consolider sa position dans la société, tant sur le plan législatif, constitutionnel ou civil.

A cet égard, elle a mis l'accent sur la position privilégiée de la femme dans la Constitution qui a instauré le principe de parité et la garantie de la protection juridique, sociale et économique des femmes.

Mme Benkhaldoun a mis également la lumière sur les efforts du Maroc en matière de promotion de la représentativité de la femme au niveau parlementaire et des collectivités locales et dans les secteurs public et privé ainsi que le plan gouvernemental visant la parité et l'amélioration de l'image de la femme dans les médias.

Pour sa part, Mme Badi a mis un accent particulier sur l'importance de la coopération et de l'échange des expériences et des expertises entre le Maroc et la Tunisie à la lumière des grandes réformes entreprises dans les deux pays au niveau des politiques publiques.

Elle a par ailleurs salué les efforts consentis par le Maroc dans plusieurs domaines relatifs à la consolidation des droits de la femme et son rôle au sein de la société.

-MAP-